Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Partie II. Symptomatologie

Chapitre 7. Diagnostic et pronostic : les écueils de la civilisation alexandrine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsqu’il examine l’Allemagne moderne pour révéler ses carences, ses déséquilibres, ses faiblesses ou ses mensonges, Nietzsche emploie un vocabulaire médical : il distingue ainsi les symptômes d’un mal. L’étude de ces symptômes lui permet aussi de poser un diagnostic. Mais la difficulté, pour le commentateur, réside sans conteste dans le fait de nommer ce mal pour lequel le jeune Nietzsche emploie plusieurs termes : Dekadenz, « pessimisme dans l’action », Geldtendenz, Bildungsphilistinismus, « esprit historique » ou encore « ascétisme ». Un concept adopté par Nietzsche dans les années 1880 permet néanmoins de rendre compte de sa première philosophie : il s’agit du mot « nihilisme », dont on propose ici l’emploi pour nommer la maladie de la civilisation.

Le nihilisme de la civilisation alexandrine

Thématisé dans ses écrits des années 1880, le concept de « nihilisme » ne fait pas partie du vocabulaire de Nietzsche dans les années 18701. Il s’avère utile pour étudier la période qui nous ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter