Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Partie II. Symptomatologie

Chapitre 6. Symptômes littéraires : la domination du journalisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nietzsche distingue deux symptômes de la maladie de la civilisation dans les formes qui dominent la chose écrite à son époque : il y a d’abord le fait que celle-ci est l’« époque des opinions publiques1 », et ensuite, le fait que « la langue est malade ». Ces symptômes sont particulièrement évidents lorsque l’on considère que la maladie de la langue encourage le philistinisme de la culture et qu’elle transforme l’individu en « esclave des mots2 ». Nietzsche croit que ces défauts se rassemblent en la personne de David Strauss : il en fait l’exemple type de la maladie de la langue et le présente, dans la première Considération inactuelle, comme un Bildungsphilister et un piètre écrivain. Mais l’incarnation générale de ces maux — ou plutôt, le terme que Nietzsche emploie pour les désigner — est le « journalisme », qui représente l’état maladif de l’écrit dans l’Allemagne nouvelle et, par extension, l’état anémique de la pensée dans la civilisation moderne. L’ensemble des symptômes liés...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter