Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Partie II. Symptomatologie

Chapitre 5. Symptômes pédagogiques : l’élargissement et la réduction de l’éducation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En février 1872, peu après la parution de La naissance de la tragédie, Nietzsche écrit de Bâle à Erwin Rohde : « Ici tout mon travail intellectuel est consacré à l’avenir de nos établissements d’instruction1 ». Il n’est pas étonnant qu’au cours de la période de construction de l’État-nation allemand, le jeune professeur se soit tout particulièrement intéressé au problème de l’éducation et de l’université. Cette question n’était d’ailleurs pas nouvelle : elle occupait la philosophie allemande au moins depuis le début du XIXe siècle2. En s’y attelant, toutefois, Nietzsche réagit moins à des discussions issues de l’idéalisme qu’il ne donne son mot dans une affaire nationale mobilisant l’opinion de la Bildungsbürgertum, à savoir « le débat sur la réforme du système éducatif destinée à moderniser l’enseignement en renforçant les options “réalistes” (real) ». Nietzsche participe à ce débat par les cinq conférences qu’il présente à l’Université de Bâle, de janvier à mars 1872. On peut les ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter