Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Partie II. Symptomatologie

Chapitre 3. Auscultation : le modèle de l’Antiquité grecque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès le début des années 1870, Nietzsche affirme que la philologie est une discipline particulière de la pensée, qui doit seconder la philosophie dans sa mission envers la civilisation. Comme outil, comme méthode et comme savoir, la philologie occupe une place essentielle dans le projet d’une médecine philosophique, ce qui lui confère un rôle dans le cadre de la Kulturkritik. C’est en raison de ce statut culturel de la philologie que Richard Wagner a pu tout naturellement intégrer les perspectives nietzschéennes à ses projets. Wagner annonce d’ailleurs publiquement son appui à La naissance de la tragédie, en même temps qu’il réplique à la parodie de son Œuvre d’art de l’avenir par le jeune philologue Ulrich von Wilamowitz-Möllendorff : « [N]ous attendons qu’un homme sorte un jour de cette sphère merveilleuse [de la philologie universitaire] et nous dise, sans se servir d’une langue savante ni de citations effroyables, ce que les initiés peuvent voir derrière le voile de recherches qu...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter