Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Partie I. Nietzsche à Bâle

Chapitre 2. Contexte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Quelle fatale incongruité que d’être né philosophe parmi des Allemands1 ! » Celui qui s’exprime ainsi en 1872 se considère déjà comme un philosophe. Le désarroi qu’il exprime en ses notes pourrait expliquer qu’une fois nommé professeur en Suisse, il n’ait jamais cherché à se trouver une chaire de philologie en Allemagne2, contrairement à la tendance générale suivant laquelle les jeunes professeurs allemands usaient de leur nomination précoce dans une université suisse comme d’un tremplin pour briguer un poste en Allemagne. Dans ce contexte, les dix années de Nietzsche à l’Université de Bâle manifestent une véritable « fidélité3 » envers cette petite institution.

La brièveté de sa carrière universitaire serait-elle due à un manque ou à une perte d’ambition ? Très tôt, Nietzsche affirmait ne pas vouloir faire carrière. On peut certainement voir là un écho des diatribes de Schopenhauer contre les « professionnels de la philosophie ». En 1851, en cherchant notamment à se démarquer des ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter