Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Partie I. Nietzsche à Bâle

Chapitre 1. Textes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est un cabinet médical, hommes, que l’école d’un philosophe.
Épictète, Entretiens, III, 23, 30

Au fil des années, à travers les divers sites de la « géographie nietzschéenne1 », l’emploi de métaphores médicales est une constante chez le philosophe. Dans une étude chronologique sur l’usage nietzschéen des termes reliés à la médecine, le germaniste Malcolm Pasley note qu’après 1875, « les termes médicaux se multiplient et deviennent monnaie courante dans les écrits de Nietzsche2. » Or si la métaphore médicale définit de façon persistante chez Nietzsche une fonction essentielle de la pratique philosophique, la médecine n’est toutefois plus la même d’une période à l’autre. Quelques précisions conceptuelles s’imposent afin d’analyser la métaphore médicale telle que Nietzsche l’emploie dans ses écrits bâlois. Grâce à une lecture des notes des années 1872-1873, mais aussi des textes publiés par Nietzsche à cette époque, on s’attelle dans ce chapitre à dégager dans un premier temps la métap...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter