Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Introduction. Le conflit entre métier et vocation

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Mon objectif est de déclencher la guerre entre notre « civilisation » actuelle et l’Antiquité.
Nietzsche, Nous autres philologues

Friedrich Nietzsche a vingt-quatre ans, et n’a achevé ni thèse ni habilitation, lorsqu’il est nommé à la chaire de philologie classique à l’Université de Bâle, en Suisse, en 1869. Il a été recommandé par l’éminent philologue Friedrich Ritschl, son professeur à Bonn puis à Leipzig, qui vantait son mérite et ses travaux scientifiques1. Nietzsche n’enseigne que dix ans : il donne ses cours de façon assez régulière jusqu’à l’obtention d’un congé de maladie en 1876, revient enseigner en 1877, et demande une retraite anticipée au cours de l’été 1879.

Au printemps 1869, Nietzsche arrive à Bâle avec enthousiasme, malgré certaines appréhensions quant à la lourde charge de travail qu’il entreprend. Moins d’un an après le début de sa carrière, il écrit à un ami proche : « De mon activité universitaire, dont j’ai heureusement terminé les six premiers mois, j’ai le droit...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540