Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Introduction. Le conflit entre métier et vocation

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Mon objectif est de déclencher la guerre entre notre « civilisation » actuelle et l’Antiquité.
Nietzsche, Nous autres philologues

Friedrich Nietzsche a vingt-quatre ans, et n’a achevé ni thèse ni habilitation, lorsqu’il est nommé à la chaire de philologie classique à l’Université de Bâle, en Suisse, en 1869. Il a été recommandé par l’éminent philologue Friedrich Ritschl, son professeur à Bonn puis à Leipzig, qui vantait son mérite et ses travaux scientifiques1. Nietzsche n’enseigne que dix ans : il donne ses cours de façon assez régulière jusqu’à l’obtention d’un congé de maladie en 1876, revient enseigner en 1877, et demande une retraite anticipée au cours de l’été 1879.

Au printemps 1869, Nietzsche arrive à Bâle avec enthousiasme, malgré certaines appréhensions quant à la lourde charge de travail qu’il entreprend. Moins d’un an après le début de sa carrière, il écrit à un ami proche : « De mon activité universitaire, dont j’ai heureusement terminé les six premiers mois, j’ai le droit...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar