Versión clásicaVersión móvil

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Avant-propos

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

La conception de la philosophie comme médecine possède une longue histoire. Les écoles hellénistiques — en premier lieu, l’épicurisme et le stoïcisme — considéraient la philosophie comme un remède aux maux de l’âme, comme une thérapeutique permettant à l’individu d’atteindre l’autarcie et l’ataraxie, c’est-à-dire l’indépendance et la tranquillité d’esprit chères à Épicure et à Plutarque, par la connaissance de soi. Il n’est pas étonnant de retrouver des échos de ces écoles grecques sous la plume du philologue qu’était Friedrich Nietzsche.

Dans ses premiers écrits, Nietzsche donne à cette préoccupation thérapeutique la forme de la Kulturkritik : le philosophe est un médecin qui lutte contre la maladie de la civilisation (Kultur), en s’en prenant à la fois aux causes et aux manifestations du mal. Cette entreprise l’amène à critiquer les postures caractéristiques du moderne : l’optimisme théorique, l’esprit scientifique, le relativisme historique, l’esthétique de l’imitation, la dignité...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search