Desktop versionMobile Version

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Avant-propos

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändlern im PDF- und ePub-Format online erworben werden, wenn der Verlag diesen kommerziellen Vertrieb gewählt hat. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

La conception de la philosophie comme médecine possède une longue histoire. Les écoles hellénistiques — en premier lieu, l’épicurisme et le stoïcisme — considéraient la philosophie comme un remède aux maux de l’âme, comme une thérapeutique permettant à l’individu d’atteindre l’autarcie et l’ataraxie, c’est-à-dire l’indépendance et la tranquillité d’esprit chères à Épicure et à Plutarque, par la connaissance de soi. Il n’est pas étonnant de retrouver des échos de ces écoles grecques sous la plume du philologue qu’était Friedrich Nietzsche.

Dans ses premiers écrits, Nietzsche donne à cette préoccupation thérapeutique la forme de la Kulturkritik : le philosophe est un médecin qui lutte contre la maladie de la civilisation (Kultur), en s’en prenant à la fois aux causes et aux manifestations du mal. Cette entreprise l’amène à critiquer les postures caractéristiques du moderne : l’optimisme théorique, l’esprit scientifique, le relativisme historique, l’esthétique de l’imitation, la dignité...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search