Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Avant-propos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La conception de la philosophie comme médecine possède une longue histoire. Les écoles hellénistiques — en premier lieu, l’épicurisme et le stoïcisme — considéraient la philosophie comme un remède aux maux de l’âme, comme une thérapeutique permettant à l’individu d’atteindre l’autarcie et l’ataraxie, c’est-à-dire l’indépendance et la tranquillité d’esprit chères à Épicure et à Plutarque, par la connaissance de soi. Il n’est pas étonnant de retrouver des échos de ces écoles grecques sous la plume du philologue qu’était Friedrich Nietzsche.

Dans ses premiers écrits, Nietzsche donne à cette préoccupation thérapeutique la forme de la Kulturkritik : le philosophe est un médecin qui lutte contre la maladie de la civilisation (Kultur), en s’en prenant à la fois aux causes et aux manifestations du mal. Cette entreprise l’amène à critiquer les postures caractéristiques du moderne : l’optimisme théorique, l’esprit scientifique, le relativisme historique, l’esthétique de l’imitation, la dignité...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter