Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Plus qu’elle-même ! par Luc Bérard et J.-Albert Foisy1

Texte intégral

  • 1 « Plus qu’elle-même ! Roman canadien par Luc Bérard et J.-Albert Foisy », La Revue moderne, vol. 2, (...)
  • 2 Luc Bérard et Joseph-Albert Foisy, Plus qu’elle-même !, Québec, Cie d’imprimerie commerciale, 1921, (...)

1Il y a des thèses bâties autour d’un roman, et des romans bâtis autour d’une thèse, et rien de plus. L’intrigue, la psychologie, les faits, les personnages eux-mêmes y sont tellement issus de la thèse, créés sur commande à sa mesure, déterminés et dominés par elle, qu’en vérité ils s’y submergent, et qu’on n’en peut repêcher que des lambeaux. Et, comme thèse, le livre2 est inattaquable : c’est une revendication modérée et juste des droits de la langue française sur ce continent ; c’est plus spécialement un plaidoyer, en faveur des écoles françaises d’Ontario, à peine sorties d’une lutte qui faillit les éteindre, et toujours sous la menace de persécutions futures. On y raconte les menées hostiles, aidées de trahisons fraternelles, qui élaborèrent les lois scolaires de 1913, surtout le fameux règlement XVII qui donnait sournoisement le coup de mort aux écoles bilingues. On y redit les luttes ardentes qui s’agitèrent autour de cette loi, l’inlassable énergie de nos compatriotes disputant le terrain pas à pas, opposant parfois la ruse gauloise à la duplicité orangiste, se faisant eux-mêmes agresseurs et finalement, par la décision des cours anglaises, reconquérant leurs droits de citoyens et d’êtres libres. C’est autour de cette dissertation et de ce récit, pour les rendre sans doute plus vivants et plus savoureux, que les auteurs ont construit un « roman », — et c’est par là qu’ils embarrassent la critique, soucieuse avant tout, dans l’œuvre littéraire, de traits réels, de logique morale et de vérité humaine. Car ce roman, j’en ai grand’peur a brûlé tout cela sur l’autel des écoles d’Ontario.

  • 3 Ferdinand Fabre (1827-1898), dont les premiers romans, Les Courbezon (1862) et Julien Savignac, fur (...)

2Marie-Claire Lemay, l’héroïne, est une jeune fille de Fall-River employée comme dactylographe dans les bureaux de Wallace Reed. Canadienne-française d’origine, elle appartient à une famille qu’un long séjour aux États-Unis a détachée peu à peu des traditions natales, et c’est, grâce seulement à son éducation chez les « bonnes sœurs », qu’elle possède assez bien sa langue maternelle. Wallace Reed est un industriel jeune, riche, libre de lui-même ; comme il arrive de temps en temps, le contact obligé et les dictées fréquentes l’ont mis graduellement en rapport d’âme avec sa sténographe, et l’amour s’est glissé à travers les factures et les envois. Cet amour, à peine soupçonné de la jeune fille, se révèle soudain par une demande en mariage, et c’est sur cet événement que s’ouvre la scène. Wallace va partir bientôt, enrôlé volontaire dans l’armée américaine, et veut auparavant donner son nom à celle qu’il aime. Marie-Claire est flattée, émue ; toutefois, avec une belle franchise, elle avoue au jeune homme qu’elle l’estime et qu’elle l’admire, mais que son cœur, pour le moment, ne va pas plus loin. Or, malgré cela, elle l’accepte. Et voilà déjà l’ombre qui se dessine, n’est-ce pas, sur ce caractère ? Car enfin, l’idéal voudrait qu’elle ne promît rien, qu’elle fît attendre. Mais lui est pressé, il insiste, et pour ne pas désobliger elle s’engage à tout risque, faisant sans y songer, un premier accroc aux lois de la « chevalerie » féminine. Ils sont fiancés ; ils s’épouseront au retour de la campagne. Voilà Wallace parti ; il envoie de France des lettres nostalgiques et tendres, entremêlées, naturellement, de ses impressions guerrières et de la théorie des manœuvres par lesquelles il enfonce les aviatiks. Et Marie-Claire elle-même, à force, comme elle dit, de « se scruter », a reconnu son propre cœur, et elle écrit : « C’est fait maintenant : je puis aujourd’hui vous dire en toute sincérité : Wallace, je vous aime. Je viens à vous sans réserve, prête à consacrer à votre bonheur toutes les puissances de mon être, à me faire, à votre retour, ce que vous souhaiterez me voir devenir. Vous avez mon amour et vous seul pouvez désormais me rendre heureuse. » À la bonne heure ! ce sont de ces paroles qui comptent, et le pacte est scellé cette fois au bon cachet. Ce qu’elle désire, c’est, d’ici son retour, travailler comme lui pour la cause en se dévouant à la Croix-Rouge ou à telle autre œuvre qu’il désignera : ce sera un moyen d’être digne de lui. Heureux couple ! Mais ils ont compté tous les deux sans le P. Theuriet et sans la Sœur Marie des Anges, l’un ancien directeur, l’autre ancienne maîtresse de la jeune fille ; et ces deux personnages leur préparent un bien vilain tour. Effet très amusant de la divergence des points de vue ! Les auteurs ont cru donner à ces types un rôle glorieux ; ils ont voulu en faire des artisans de beauté morale : et pour moi, c’est clair comme le jour, ce sont les « traîtres » de la pièce, les mauvais génies qui vont empoisonner ce bonheur en herbe et brouiller cette pure idylle. Je ne sais rien de plus répugnant que le complot qu’ils organisent pour arracher cette jeune fille à son fiancé, lui faire violer sa parole, briser son avenir d’épouse et finalement lui gâcher la vie. Leur conduite m’apparaît comme une immixtion effrontée dans les affaires d’autrui, une supercherie basse tramée aux dépens d’une âme suggestible et faible. C’est que ce mariage d’une Canadienne avec un Américain « ne sourit pas » à la mère des Anges, bien qu’elle « n’en laisse rien paraître » ; et le P. Theuriet « partage ses craintes », tout en conseillant une prudente « réserve ». Ils « se bornent à prier Dieu secrètement d’intervenir » : lisez qu’ils se disposent à intervenir eux-mêmes très activement. Or, quoi qu’on pense en théorie de ces unions inter-raciales, de quel droit ces deux étrangers, sans invitation aucune, viennent-ils se fourrer dans une question aussi intime ? Au nom de quelle morale et de quel savoir-vivre entreprennent-ils de la diriger ? Remarquez qu’ils ne tiennent aucun compte de cette foi librement jurée, de cet amour splendidement honnête, du fait que ce jeune homme possède les plus hautes qualités, des avantages uniques de ce mariage pour Marie-Claire ; de l’hommage à la race impliquée dans le choix de cette Canadienne par ce Yankee ; tout cela cède à je ne sais quelle loi de leur façon, inhumaine et féroce, en l’espèce même déshonorante : — mais en tout cas, en quoi cela les regarde-t-il ? Ils agissent néanmoins, mettant en œuvre un patelinage fuyant et louche qu’on dirait emprunté aux caricatures ecclésiastiques de Ferdinand Fabre3. D’abord ils détournent leur protégée de s’occuper des œuvres de guerre (conseil par lui-même étrange) ; ils lui font accepter de préférence l’emploi d’assistante laïque dans le pensionnat même des religieuses, où ils l’auront mieux sous la main. Sous couleur de littérature, d’histoire, de patriotisme, ils la forment gentiment à d’autres intérêts que ceux de sa future famille. Ses lettres à son fiancé « commencent à porter la trace de cette mentalité nouvelle », et la religieuse « en éprouve une joie profonde ». Puis viennent des suggestions discrètes : « L’aimez-vous vraiment tant que cela ? » Et elle répond : « Oh ! oui, Mère, je l’aime ! » Mais elle a senti passer entre elle et son ancienne maîtresse un nuage qui la fait souffrir. Et tout ceci prépare la grosse pièce du complot, le piège définitif où l’innocente va se laisser prendre. Il s’agit d’une lettre, mystérieusement annoncée comme d’une importance extrême, que la Mère vient de recevoir et qu’elle désire communiquer à la jeune fille. Et c’est par là, par cette mauvaise porte, que les écoles d’Ontario vont entrer dans l’œuvre ; non pas comme un grand but proposé pour lui-même, de conviction et d’enthousiasme, mais comme un faux prétexte pour faire rater une « union mixte ». Cette lettre est d’une sœur de la religieuse résidant à Blue Hill, un centre où les écoles françaises ont à subir de violentes attaques. Elle déplore le danger qui menace notre culture nationale, le fanatisme des adversaires et le nombre trop restreint des défenseurs, surtout la pénurie d’institutrices zélées et capables pour faire face aux exigences de la lutte. Et la Mère, « d’un ton dégagé », en accentue les points saillants, laissant entendre comme il serait beau de se consacrer à une telle œuvre. Marie-Claire est d’abord abasourdie, offusquée même ; puis la suggestion mûrit et l’obsède au point que, donnant tête baissée dans le panneau, elle se décide à aller consulter le P. Theuriet. On devine ce qui résulte de cette conférence. Le Père a beau y déployer toute une mise en scène, entrer, « rejetant en arrière le capuchon blanc dont il aime à se coiffer », ... « écouter l’exposé attentivement, les mains croisées sous le scapulaire », puis se délivrer « en se redressant » d’un peu compromettant oracle : « Si vous êtes sûre de vous il n’y a pas à hésiter » ; on sait parfaitement que tout est réglé et bâclé d’avance. Avant même de s’en rendre compte, Marie-Claire se voit enchaînée, bénie et emballée pour l’Ontario. Elle part, en dépit de sa famille qui proteste, n’y comprenant rien et à l’insu de son fiancé qui, pendant ce tempslà, occupé d’elle seule et brûlant de la revoir, mitraille les boches éperdument.

  • 4 Le Lutrin (1674), poème héroïcomique de Nicolas Boileau.

3Viciées de cette tare originelle, les pages qui suivent n’ont plus pour nous l’intérêt sympathique et franc qu’elles réclamaient par elles-mêmes. Elles décrivent pourtant assez bien un chapitre émouvant de notre histoire contemporaine. Nous y suivons les phases de cette résistance aux lois scolaires dont le souvenir reste pour les nôtres une vivante leçon d’énergie ; les édits prohibitifs qui se multiplient et qu’on méprise ; les menaces effarées et vaines des inspecteurs officiels ; le siège en règle des écoles par les commissaires, pour un temps maîtres de la place, mais délogés bientôt par le contre-assaut furibond des mères de familles : incidents parfois dignes d’un nouveau Lutrin4, et où l’indignation se dissout dans le rire. Marie-Claire joue dans ce combat un rôle courageux et digne : elle se passionne pour la cause et la sert sans se ménager. Le jugement du Conseil Privé intervient enfin, consacrant le droit à la vie des écoles françaises. C’est pour l’institutrice la victoire qu’elle a cherchée : ce devrait être la fin de la tâche bravement remplie. Les Canadiens d’Ontario peuvent désormais se passer d’elle : d’autres jeunes filles libres d’elles-mêmes seront prêtes à la remplacer et à parfaire son œuvre avec moins de tension ardue. Les auteurs vont sans doute renouer l’autre lien de leur héroïne, la montrer à présent grande par la constance du cœur, la remettre aux bras du soldat qui la réclame et à qui elle appartient. Eh bien ! non : envoûtés eux-mêmes, semble-t-il par le P. Theuriet, ils commettent la suprême bêtise de la peindre finalement et délibérément infidèle ; ils s’enlisent sans espoir dans cette obliquité morale qu’elle a côtoyée trop longtemps ; ils en font le monstre haïssable et vulgaire de la femme qui triche en amour. Et toutes les formes qu’ils y mettent, toute la casuistique dont ils entortillent cette déchéance, la rendent seulement plus pitoyable en la faisant moins décidée, moins ouverte. Tandis que le bel aviateur croit en Marie-Claire comme en Dieu, et qu’après l’armistice signé, il exulte à l’idée de la réunion prochaine, les lettres de sa fiancée dégringolent à vue d’œil toute l’échelle du thermomètre sentimental ; elles exsudent l’embarras d’un revirement inexplicable, mal déguisé sous les protestations et les formules. L’épouse future n’y parle plus que des écoles d’Ontario : elle laisse assez clairement entendre que toute son âme est là : « Cultiver ces jeunes intelligences, provoquer leur épanouissement, les meubler tout au moins des connaissances utiles, est une fonction honorable et utile à la société tout entière. Lorsqu’on atteint non seulement les intelligences des enfants, mais leurs cœurs, leurs âmes toutes neuves, et qu’on peut, en quelque mesure, les façonner, les pousser au bien, ce n’est plus un travail ingrat, c’est une mission admirable. Mieux encore, lorsqu’il faut défendre l’âme de ces enfants, etc., etc. » Comme tout ça doit intéresser l’amoureux Wallace ! Mais ce qui le rassure c’est que malgré tout elle affirme et répète n’avoir pas changé : « Je n’ai rien dit, rien fait qui pût signifier de ma part une reprise... » « Je pense toujours à vous avec la même émotion profonde et très douce »... « Revenez bientôt, mon Wallace, revenez aussitôt qu’il vous sera possible, et vous me retrouverez telle que vous m’avez quittée. » Et c’est là un cruel mensonge, car en fait son cœur s’est repris : elle médite en secret d’esquiver sa promesse, et, comme le disent les auteurs : « un autre amour a prévalu ».

4Enfin arrive la scène culminante, la « scène à ne pas faire » et qui est faite, hélas ! La rencontre des deux fiancés, entrevue pénible et honteuse où la jeune fille se voit acculée à elle-même, où elle patauge et s’enfonce dans son aveu comme dans une mare, où elle persiste quand même désespérément dans le subterfuge et l’équivoque : « Des promesses que je vous ai faites je ne reprends rien, et, si vous en exigez l’accomplissement, je ne vous résisterai point... Mais, voyez-vous, mon ami, j’ai découvert ici de nouveaux horizons : l’œuvre dont on m’y a jugée digne est, malgré son apparente infériorité, tellement noble, tellement grande », etc. Tout cela sans une larme, sans un brin d’émotion, comme si elle enseignait la grammaire ! Elle « ne renie aucun de ses engagements », oh non ! mais s’imagine-t-elle de bonne foi qu’elle avait promis son corps sans son âme, et que l’homme qui la veut peut se contenter de son squelette ! « Dites un mot, et je vous suivrai. » Ce mot, naturellement Wallace ne le dit pas, et le roman s’effondre ainsi dans le faux et l’absurde.

5C’est fort dommage, car le but même du livre s’en trouve amoindri ; les écoles d’Ontario y perdent une part de sympathie, car on n’aime pas une cause qui se défend par ces moyens. On se reprend vite, il est vrai, en songeant que le P. Theuriet, la Mère Marie des Anges, et Marie-Claire elle-même, sont des êtres de pure fiction ; et l’on s’en félicite comme de sortir d’un mauvais rêve. Vive l’école française ! Mais n’en faisons pas un Moloch avide d’holocaustes, et que seules des vierges consacrées soient dignes de servir. Puisse-t-elle trouver toutes les institutrices qu’elle réclame sans leur imposer des tortures morales se dénouant en trahison.

6Le vrai héros de ce roman, c’est Wallace Reed. Lui n’a blessé ni déçu personne : il a su rester à la fois le soldat fidèle d’une grande cause et le gardien d’un loyal amour. Et s’il y a une grandeur dans tout sacrifice, c’est le sien qui l’emporte parce qu’il est sans compensation ; bien plus que l’autre il nous émeut et domine le livre.

7J’ai dit sans réticence mon impression intime à la lecture de ce récit : je n’en puis séparer mon opinion littéraire, car la vérité artistique et la vérité humaine ne font qu’un. L’œuvre qui moralise contre nature, qui dédaigne ou ignore les lois fondamentales du cœur, qui fausse la logique des sentiments et des caractères, est par là même une œuvre manquée. Néanmoins, il serait injuste de refuser à ces pages toute espèce de mérite. Elles ont une certaine simplicité de bon aloi, une certaine aisance agréable dans l’exposé des faits quand ceux-ci ne répugnent pas par eux-mêmes. Elles dénotent de l’observation dans le tracé des scènes et le groupement des détails. Leur caractère tout spécial de thèse en action, de dissertation mimée, excuse des longueurs didactiques qui dépareraient un conte pur et simple. Elles font de l’amour des deux jeunes une peinture un peu froide mais, au début du moins, attachante. Elles décrivent, çà et là, de jolis tableaux, comme celui de Québec vu du glacis de la citadelle.

8« Derrière elle, la ville, d’où surgissait le donjon tout proche de la porte St-Louis... semblait pousser ses maisons à l’assaut de la colline ; au delà c’était la rivière St-Charles, la côte de Beaupré d’où elle avait, la veille, contemplé le rocher de Québec tout ruisselant de lumière, dressant dans la nuit sa gigantesque silhouette pareille à l’étrave lumineuse d’un énorme et féérique vaisseau. En cette fin d’après-midi elle dominait ce même rocher, et à ses pieds le Saint-Laurent, élargi encore par la marée haute, immense ruban d’argent où flamboyaient les rayons obliques du soleil, s’étalait depuis le lointain horizon... Dans cette immensité les quais, les chantiers, les entrepôts, les pontons, les navires, tout cela passait inaperçu. Le cadre était trop vaste et, parmi ce prodigieux décor, Marie-Claire évoquait la grande épopée de sa race, épopée ayant pour témoin le grand fleuve si beau, si majestueux que ses flots paraissaient charrier de la gloire. »

9Ailleurs, par contre, on souhaiterait souvent un style plus serré, une syntaxe plus élégante. Les phrases suivantes, entre autres sont d’une diffusion très maladroite et d’une musique atroce. Essayez de les lire à haute voix, si vous en doutez :

10« Les Franco-Américains, pour employer le titre auquel tu tiens, n’oublient-ils pas un peu le passé ? Emportés par le tourbillon des affaires matérielles, nous nous américanisons ; mais la seconde partie du titre que nous nous sommes donné prévaut sur la première, et plus nous sommes Américains, moins nous sommes français. Notre langue n’a-t-elle pas pour nous une utilité immédiate de succès, par la supériorité qu’elle nous vaut en toutes circonstances, à nous bilingues, sur ceux qui ne parlent que l’anglais. »

11Mais la forme, je l’admets, est ici secondaire. Le grand tort des auteurs, ç’a été de bâtir leur livre sur une maxime aussi fausse en art qu’en éthique : La fin justifie les moyens ; ç’a été de nous demander deux efforts impossibles : celui d’accepter la rouerie et le faux-fuyant comme instruments de grandeur morale, et celui de placer les écoles d’Ontario, toutes chères qu’elles nous soient du reste, au-dessus des droits innés et des devoirs du cœur.

12Voyons quelle eût pu être une solution moins inhumaine. La Mère Marie des Anges eût été une de ces religieuses bonnes fées (et il en existe) qui, ayant renoncé pour elles-mêmes au bonheur terrestre, font néanmoins tout ce qu’elles peuvent pour l’assurer aux autres. Le P. Theuriet eût béni leur mariage d’un grand geste dominicain, et la Mère des Anges eût souri sous sa coiffure immaculée.

13S’il y fallait une fin tragique, Wallace fût revenu, les poumons consumés d’un gaz mortel, il fût mort dans les bras de Marie-Claire ; et celle-ci fût alors retournée à ses chères écoles, leur faisant de sa vie l’offrande résignée et courageuse, vraiment consacrée alors par la fidélité à un grand deuil.

14Et si l’on voulait à toute force faire de l’œuvre un sermon contre 1’« union mixte », eh bien ! Marie-Claire devait renoncer à Wallace avant de s’être promise. Mais, alors, pour justifier cette abnégation, il eût fallu invoquer la théologie, à laquelle je n’entends rien.

Notes de fin

1 « Plus qu’elle-même ! Roman canadien par Luc Bérard et J.-Albert Foisy », La Revue moderne, vol. 2, n° 9, 15 juillet 1921, p. 11.

2 Luc Bérard et Joseph-Albert Foisy, Plus qu’elle-même !, Québec, Cie d’imprimerie commerciale, 1921, 244 p. Joseph-Albert Foisy (1887-1952), né à New Bedford (Massachusetts), fut rédacteur de L’Action catholique (1914-1917) à Québec, puis rédacteur en chef du Droit (1917-1920) à Ottawa, avant de s’établir à Woonsocket (Rhode Island), en 1924, pour y diriger La Sentinelle puis, l’année suivante, le Daily Tribune. Il est l’auteur d’une Histoire de l’agitation sentinelliste dans la Nouvelle-Angleterre (Woonsocket, s. é., 1928, 427 p.), parue sous l’anonymat. On n’a pu trouver aucun renseignement au sujet de Luc Bérard.

3 Ferdinand Fabre (1827-1898), dont les premiers romans, Les Courbezon (1862) et Julien Savignac, furent aussitôt remarqués par Sainte-Beuve, excella dans les portraits de curés de campagne, avec, notamment, L’Abbé Tigrane (1873).

4 Le Lutrin (1674), poème héroïcomique de Nicolas Boileau.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540