Version classiqueVersion mobile

Traité de criminologie empirique

 | 
Marc Le Blanc
, 
Maurice Cusson

Deuxième partie. Le criminel

10. Les adultes et les adolescents auteurs d’agression sexuelle

Denis Lafortune, Jean Proulx et Marc Tourigny

Texte intégral

1Dans la précédente édition du Traité de criminologie empirique (Le Blanc et Ouimet, 2003), nous avons présenté les résultats d’études réalisées au Québec sur des adultes auteurs d’agression sexuelle (Proulx et Lafortune, 2003). Les thèmes généraux abordés étaient les suivants : 1) les facteurs explicatifs de l’agression sexuelle ; 2) le traitement des auteurs d’agression sexuelle ; et 3) les prédicteurs de la récidive sexuelle. Dans la présente édition, nous adoptons une démarche similaire, mais cette fois au sujet des adolescents auteurs d’agression sexuelle (AAAS). Toutefois, avant de présenter les résultats de recherche traitant des adolescents, nous effectuerons un bref survol des études réalisées depuis 2003 auprès d’adultes.

LES ADULTES AUTEURS D’AGRESSION SEXUELLE

Les facteurs explicatifs

2Une préférence sexuelle déviante (par exemple, une préférence pour les contacts sexuels avec un enfant ou le viol d’une femme) est un facteur crucial qu’il faut prendre en compte afin d’expliquer l’émergence et la persévérance des comportements sexuels criminels. Plusieurs études réalisées à l’aide de la pléthysmographie pénienne ont démontré que les auteurs d’agression sexuelle se distinguent des autres individus quant à leurs préférences sexuelles (Leclerc et Proulx, 2006). Toutefois, les résultats d’une étude de Michaud et Proulx (2009) ont démontré qu’il existe une diversité de profils de préférences sexuelles chez les auteurs d’agression sexuelle. Ainsi, dans cet échantillon qui provenait d’un établissement psychiatrique à sécurité maximale, 60 % des auteurs d’agression sexuelle d’enfants présentaient une préférence sexuelle pour des enfants, 24 % une préférence pour les adultes et 16 % un profil indifférencié, c’est-à-dire une attirance sexuelle égale pour les enfants et les adultes. En ce qui a trait aux auteurs d’agression sexuelle sur des femmes, 61 % d’entre eux avaient une préférence sexuelle pour un viol comportant de la violence physique ou des gestes d’humiliation, alors que 39 % préféraient des rapports sexuels avec une partenaire consentante. Ces résultats montrent que les préférences sexuelles déviantes doivent être prises en compte dans la recherche des causes de l’agression sexuelle. En conséquence, l’amélioration des méthodes d’évaluation des préférences sexuelles reste un objectif prioritaire de recherche.

3Parmi les nouvelles méthodes d’évaluation des préférences sexuelles, l’une des plus prometteuses est la vidéo-oculographie en immersion virtuelle (Renaud et autres, 2007). Cette méthode consiste à suivre, à l’aide d’un visio-casque, le tracé des mouvements de la tête en vue de capter le degré de fixation et d’évitement visuel de stimuli virtuels (avatars représentant des personnages masculins et féminins de différents âges). Ces avatars peuvent exprimer des états émotionnels divers : état neutre, peur, colère, tristesse, séduction. Une première étude a confirmé la capacité discriminante de la vidéo-oculographie pour les auteurs d’agression sexuelle d’enfants. Cette nouvelle méthode d’évaluation, combinée à la pléthysmographie, permet de déterminer avec une plus grande précision les profils de préférences sexuelles des auteurs d’agression sexuelle.

4Les distorsions cognitives, un autre facteur explicatif de l’agression sexuelle, sont des rationalisations et des justifications utilisées par les agresseurs pour expliquer leurs délits. Par exemple, ils peuvent prétendre que c’est la victime qui a amorcé les contacts sexuels ou qu’elle les a aimés. En ce qui a trait aux auteurs d’agression sexuelle d’enfants, plusieurs études indiquent qu’ils ont des attitudes plus permissives que les délinquants non sexuels. De plus, ils surestiment la responsabilité de l’enfant dans l’amorce des contacts sexuels et croient que ce dernier pouvait prendre du plaisir dans ces rapports. Dans le cas des auteurs d’agression sexuelle de femmes, les études montrent qu’ils ne se distinguent pas des délinquants non sexuels quant à leurs jugements concernant le viol. En fait, seuls les agresseurs sadiques manifestent une forte hostilité à l’égard des femmes. Les résultats mitigés obtenus quant au rôle des distorsions cognitives dans l’agression sexuelle ont amené certains chercheurs à proposer une conception plus large des croyances des auteurs d’agression sexuelle (Gannon, Ward, Beech et Fischer, 2007). Ce mode d’explication repose sur les théories implicites des auteurs d’agression sexuelle, c’està-dire sur l’opinion qu’ils ont d’eux-mêmes et des autres, et spécialement des femmes et des enfants.

5Dans une étude qualitative, Paquette, Cortoni, Proulx et Longpré (2009) ont dégagé les théories implicites des auteurs d’agression sexuelle d’enfants. Leur étude confirme la présence des cinq théories implicites déjà mises en évidence par Ward et Keanan (1999), à savoir : 1) les enfants ont des désirs sexuels ; 2) les contacts sexuels avec des adultes ne traumatisent pas les enfants ; 3) les hommes ne sont pas maîtres de leurs pulsions sexuelles ; 4) les hommes sont supérieurs aux femmes et aux enfants et par conséquent ceux-ci doivent se plier à leurs volontés ; et 5) les adultes sont égoïstes alors que les enfants sont innocents et sincères. De plus, dans leur étude présentée en 2009, Paquette et autres ont mis en lumière une sixième théorie implicite : l’enfant est un partenaire sexuel et relationnel à part entière, en rien différent de l’adulte.

6Ainsi, les préférences sexuelles déviantes et les distorsions cognitives constituent deux facteurs qui favorisent l’agression sexuelle. Cependant, ils n’expliquent pas le processus qui aboutit à l’agression sexuelle. En effet, les liens séquentiels entre les facteurs explicatifs ne sont pas spécifiés. Dans la troisième édition du Traité (Le Blanc et Ouimet, 2003), nous avons présenté les résultats de plusieurs études réalisées par Proulx et ses collègues sur le processus de passage à l’acte des auteurs d’agression sexuelle (de femmes, d’enfants ; meurtriers sexuels et conjoints-auteurs d’agression sexuelle). Ces études portaient principalement sur les modus operandi, sur les précurseurs proximaux de l’agression (fantaisies sexuelles déviantes, colère, consommation d’alcool et de drogues), ainsi que sur les profils de personnalité des agresseurs. Dans leurs travaux récents, Proulx et ses collègues ont étudié les facteurs distaux en relation avec les processus de passage à l’acte des auteurs d’agression sexuelle, à savoir : 1) le style de vie général ; 2) le style de vie sexuelle ; et 3) le contexte de vie au cours des mois précédant le délit.

7Proulx et Beauregard (2009) ont distingué trois processus de passage à l’acte chez les auteurs d’agression sexuelle extrafamiliale de femmes, soit les profils sadique, colérique et opportuniste. Les agresseurs sadiques se caractérisent par un style de vie sexuelle à la fois déviant (fantaisies de viol) et non déviants. De plus, la sexualité occupe une place centrale dans leur vie (par exemple, masturbations compulsives et fréquentations de prostituées). En ce qui a trait à leur style de vie général, il se caractérise par des problèmes internalisés (par exemple, faible estime de soi et isolement social) et externalisés (par exemple, opposition à l’autorité et automutilations). Enfin, au cours des mois précédant leurs délits, ces agresseurs rapportent une faible estime de soi ainsi que des conflits avec les femmes. Les agresseurs colériques, quant à eux, présentent un style de vie sexuelle non déviant mais diversifié et intense (par exemple, pornographie, bars érotiques, prostituées). Leur style de vie général inclut de nombreux problèmes externalisés (par exemple, crises de colère et abus d’alcool et de drogues). Ils rapportent avoir eu des sentiments de solitude et une faible estime de soi au cours des mois précédant leurs délits. Les agresseurs opportunistes présentent un style de vie sexuelle non déviant mais insatisfaisant quant à la nature et à la fréquence des rapports sexuels. Ils ne rapportent aucun problème internalisé ou externalisé dans leur vie. Toutefois, au cours des mois précédant leurs délits, ils ont enfreint certaines règles et eu des conflits avec des personnes en autorité et avec des femmes.

8Cette étude sur les auteurs d’agression sexuelle de femmes ainsi que d’autres en cours sur les auteurs d’agression sexuelle d’enfants visent à clarifier les divers processus qui aboutissent à une agression sexuelle. De surcroît, ces études ont pour objectif de situer l’agression sexuelle dans un cadre élargi qui inclut des facteurs spécifiques (par exemple, préférences sexuelles déviantes ou distorsions cognitives qui favorisent l’agression sexuelle) et des facteurs prédisposants, tels les styles de vie général et sexuel ainsi que le contexte de vie dans les mois précédant le délit (par exemple, solitude, conflits avec les femmes et conflits avec l’autorité). En concordance avec ces études sur le processus de passage à l’acte, les recherches portant sur la carrière criminelle indiquent une diversité de trajectoires délinquantes et une criminalité non sexuelle importante chez les auteurs d’agression sexuelle.

9Proulx, Lussier, Ouimet et Boutin (2008) ont réalisé une étude sur les paramètres de la carrière criminelle des auteurs d’agression sexuelle. Leurs résultats indiquent que, chez les auteurs d’agression sexuelle d’enfants, les délits sexuels représentent environ 60 % de leur activité criminelle, alors que, chez les auteurs d’agression sexuelle de femmes, ils ne représentent que 30 % de celle-ci. Ces résultats concordent avec ceux d’études qui indiquent que les préférences sexuelles déviantes sont plus fréquentes chez les auteurs d’agression sexuelle d’enfants que chez les auteurs d’agression sexuelle de femmes (Beauregard, Lussier et Proulx, 2005 ; Lussier, Beauregard, Proulx et Nicole, 2005). Ainsi, chez les auteurs d’agression sexuelle d’enfants, la déviance sexuelle serait un facteur central permettant de comprendre leurs délits sexuels et leurs carrières criminelles, alors que, chez les auteurs d’agression sexuelle de femmes, ce serait plutôt l’antisocialité et l’impulsivité qui joueraient un rôle prédominant.

10Les résultats d’une étude de Lussier, Proulx et Le Blanc (2005) confirment l’importance de l’antisocialité dans l’explication de la propension à l’agression sexuelle des femmes. En effet, chez les auteurs d’agression sexuelle de femmes, la déviance générale (conflits avec l’autorité, comportements dangereux, activités criminelles) est plus fortement liée à la fréquence des délits sexuels que la sexualisation (activités sexuelles impersonnelles, compulsivité sexuelle, usage de pornographie) et les préférences sexuelles déviantes évaluées grâce à la pléthysmographie.

Le traitement des adultes auteurs d’agression sexuelle

11Au Québec, la majorité des programmes de traitement destinés aux auteurs d’agression sexuelle sont de type cognitivo-comportemental. Ils ont pour objectifs principaux la compréhension du cycle de l’agression et la mise en œuvre de stratégies visant à l’interrompre (par exemple, habiletés sociales ou habiletés de résolution de problèmes). Proulx (en préparation) a réalisé une étude sur la fin prématurée du traitement auprès de 280 auteurs d’agression sexuelle provenant de 11 centres de traitement. En comparaison avec les participants qui ont terminé le programme, ceux qui ne l’ont pas terminé présentent une faible estime de soi ou des caractéristiques de personnalité antisociale. De plus, au cours du traitement, leur alliance thérapeutique est moins affirmée, et leur soutien social limité.

12Plusieurs méta-analyses ont démontré que les taux de récidive sexuelle des auteurs d’agression sexuelle qui ont suivi un programme de traitement de type cognitivo-comportemental est plus bas (10 à 12 %) que ceux des agresseurs qui n’en ont pas suivi (15 à 19 %) (Hanson et Morton-Bourgon, 2007). Malgré l’intérêt de ces méta-analyses, elles ne nous informent pas sur les composantes des traitements qui sont associées à une réduction des taux de récidive. Afin de répondre à cette question, Marchand et Proulx (2009) ont réalisé une étude dont les résultats indiquent que la collaboration en traitement est associée à une réduction significative des taux de récidive sexuelle et générale des adultes auteurs d’agression sexuelle. Cependant, le niveau d’atteinte des objectifs cliniques d’un programme cognitivo-comportemental (connaissance du cycle de l’agression ou acquisition d’habiletés prosociales) n’est pas associé à une réduction du taux de récidive sexuelle. Ces résultats surprenants nous amènent à nous questionner au sujet de la généralisation des acquis lors du retour des auteurs d’agression sexuelle dans la société.

Les prédicteurs de la récidive

13Depuis 1995, plusieurs instruments actuariels ont été élaborés afin d’estimer le risque de récidive des auteurs d’agression sexuelle (Hanson et Morton-Bourgon, 2009). Ces instruments s’appliquent à toutes les catégories d’auteurs d’agression sexuelle, c’est-à-dire aux auteurs d’agression sexuelle d’enfants, aux auteurs d’agression sexuelle de femmes et aux auteurs d’agression sexuelle mixtes (victimes adultes et enfants). Même si la capacité prédictive de ces instruments est satisfaisante (d de Cohen : étendu de 0,26 à 0,76 ; Hanson et Morton-Bourgon, 2009), on peut s’interroger sur la validité d’une approche qui ne tient pas compte des spécificités des divers types d’auteurs d’agression sexuelle.

14Parent, Guay et Knight (2009) ont réalisé une étude au cours de laquelle ils ont comparé la validité prédictive de neuf instruments d’évaluation du risque de récidive d’auteurs d’agression sexuelle. Dans leur échantillon, les taux de récidive sexuelle après un suivi de cinq ans sont les suivants : auteurs d’agression sexuelle de femmes, 16,9 % ; auteurs d’agression sexuelle d’enfants, 15,1 % ; et agresseurs mixtes, 40,5 %. Dans le cas des auteurs d’agression sexuelle d’enfants, l’instrument le plus performant est le Static-99 (Hanson et Thornton, 2000) (AUC = 0,70). Cet instrument contient de nombreux éléments qui ont rapport avec la déviance sexuelle (par exemple, les antécédents judiciaires sexuels, les caractéristiques des victimes). En ce qui a trait aux auteurs d’agression sexuelle de femmes, le meilleur instrument de prédiction de la récidive sexuelle est la PCL-R (AUC = 0,73). Cet instrument évalue la psychopathie et ne contient aucun élément relatif à la déviance sexuelle. Enfin, dans le cas des auteurs d’agression sexuelle mixtes, aucun instrument ne permet de prédire de manière minimalement satisfaisante le risque de récidive sexuelle. Or, ce type d’agresseurs est celui pour lequel le taux de récidive sexuelle est le plus élevé. Ainsi, les résultats de cette étude montrent les limites actuelles des instruments actuariels utilisés pour prédire la récidive sexuelle des auteurs d’agression sexuelle. Par ailleurs, ils mettent en évidence l’importance de la déviance sexuelle dans le cas des auteurs d’agression sexuelle d’enfants, mais ils soulignent aussi celle de l’antisocialité dans le cas des auteurs d’agression sexuelle de femmes, alors qu’il s’agit plutôt d’estimer leur risque de récidive sexuelle.

15Afin d’aborder sous un autre angle la question de la récidive des auteurs d’agression sexuelle, Rossi, Cusson et Proulx (2009) ont réalisé une étude qualitative auprès de 28 auteurs d’agression sexuelle (13 récidivistes et 15 non-récidivistes). Les non-récidivistes rapportent quatre facteurs principaux qui, selon eux, auraient contribué au succès de leur retour dans la société. Premièrement, ils ont renoncé à leurs distorsions cognitives justifiant leurs délits ; ils ont accepté l’interdit. Deuxièmement, ils ont exprimé un sentiment de honte face à leurs délits sexuels et une volonté de changer, de ne pas récidiver. Troisièmement, ils ont reçu un soutien social professionnel et communautaire (amis, famille). Quatrièmement, ils ont trouvé des compromis entre leurs plaisirs et les interdits (par exemple, des partenaires adultes et multiples au cours de soirées échangistes). Les récidivistes, de leur côté, n’ont pas présenté l’une ou plusieurs de ces conditions rapportées par les non-récidivistes. Les résultats de cette étude soulignent la nécessité de considérer non seulement les facteurs de risque (par exemple, les distorsions cognitives), mais également les facteurs de protection (par exemple, le soutien social, la sexualité satisfaisante) lors de la prise en charge d’auteurs d’agression sexuelle. Une telle approche concorde tout à fait avec le modèle des bonnes vies (Good Lives Model) conçu par Ward, Mann et Gannon (2007).

Conclusions pour les adultes

16Ces études récentes sur les adultes auteurs d’agression sexuelle mettent en lumière la nécessité de considérer non seulement la déviance sexuelle, mais également l’antisocialité si l’on veut comprendre les facteurs qui favorisent l’agression sexuelle. En effet, sur le plan théorique, l’agression sexuelle d’un enfant semble découler principalement d’une déviance sexuelle, c’est-à-dire d’une préférence sexuelle pour les enfants. Dans le cas de l’agression sexuelle d’une femme, un facteur déterminant semble être l’antisocialité, qui se définit comme une propension générale à commettre des crimes sexuels et non sexuels. Ainsi, en ce qui a trait à la carrière criminelle, les auteurs d’agression sexuelle d’enfants seraient plutôt des « spécialistes » alors que les auteurs d’agression sexuelle de femmes seraient des « généralistes ». Sur le plan clinique, les résultats des études récentes soulignent la contribution de la déviance sexuelle dans la prédiction de la récidive des auteurs d’agression sexuelle d’enfants et celle de l’antisocialité dans le cas des auteurs d’agression sexuelle de femmes. Ces derniers résultats sont en continuité avec ceux sur les facteurs explicatifs de l’agression sexuelle. Dans la prochaine section, nous aborderons également des questions théoriques et cliniques, mais cette fois au sujet des adolescents auteurs d’agression sexuelle. Puisque, dans la troisième édition du Traité de criminologie empirique (Le Blanc et Ouimet, 2003), nous n’avons pas abordé la question des adolescents, la période qui est ici retenue couvre les 30 dernières années (1980-2009).

LES ADOLESCENTS AUTEURS D’AGRESSION SEXUELLE

17Depuis les travaux pionniers d’Atcheson et Williams (1954) à Toronto et de Szabo à Montréal (1960), des praticiens et chercheurs d’ici (Mathews, 1997) se sont intéressés aux adolescents auteurs d’agression sexuelle (AAAS). Il tombe sous le sens que de vouloir les dépister et intervenir précocement en raison du fait que plusieurs agresseurs sexuels adultes ont déclaré avoir commis leurs premiers délits dès l’adolescence (proportion variant entre 50 % et 80 % dans les études sur le sujet ; voir Abel et Rouleau, 1990). Or, malgré une augmentation sensible au cours des dernières années, le nombre d’études consacrées aux AAAS demeure restreint si on le compare à celui des travaux qui traitent des adultes.

18Même si cette deuxième section est principalement consacrée aux adolescents, il convient de signaler au passage qu’un certain nombre de travaux sur les enfants présentant des comportements sexuels inadéquats ont été réalisés par Gagnon, Bégin et Tremblay (2006). Pour ces auteurs, les comportements sexuels inadéquats des enfants sont définis par : 1) une fréquence plus élevée que celle attendue dans ce groupe d’âge ; 2) une interférence avec le développement de l’enfant ; 3) des activités sexuelles entre enfants d’âges et de niveaux de développement différents ; 4) un éventail de gestes sexuels aussi large que celui des adultes ; 5) la persistance dans le temps et dans les diverses situations ; 6) l’utilisation de la coercition ; et 7) l’incapacité de cesser ces activités déviantes en dépit de la supervision et de l’intervention des adultes. Si l’origine de tels comportements n’est pas toujours facile à connaître, un fait demeure cependant : ces enfants ont été exposés à une sexualité adulte (Gagnon, Tourigny et Lévesque, 2008).

19En mettant sur pied, en janvier 2000, le programme d’intervention de groupe À la croisée des chemins, destiné aux enfants ayant des comportements sexuels problématiques, Gagnon et Tremblay (2005) visaient trois objectifs : 1) prévenir les comportements sexuels problématiques à l’égard des autres enfants ; 2) aider les enfants et les parents à faire la différence entre les jeux sexuels et les comportements déviants ; et 3) empêcher ces comportements de s’aggraver en favorisant l’acquisition de nouvelles habiletés personnelles, sociales et familiales. Selon les premières évaluations, les résultats sont positifs. Plus précisément, des analyses de variance à mesures répétées montrent des améliorations significatives sur le plan des comportements sexuels problématiques, des comportements intériorisés et des habiletés sociales des enfants (Gagnon, Tremblay et Bégin, 2005).

L’ampleur du phénomène juvénile et le recours aux tribunaux

20Au Canada, bon an, mal an, de 15 à 30 % des agressions sexuelles sont commises par des personnes de moins de 21 ans (Lagueux et Tourigny, 1999). Mentionnons que, du point de vue démographique, ce groupe d’âge ne représente qu’environ 10 % de la population canadienne (Institut de la statistique du Québec, 2000).

21Les milieux d’intervention discutent encore sur la question de savoir à laquelle des deux lois sur les mineurs il convient de rapporter les cas d’agression sexuelle. La philosophie qui sous-tend chacune des lois étant bien différente, la question se pose en ces termes : Doit-on considérer l’agression sexuelle juvénile comme un trouble de comportement sérieux ou comme un acte délinquant ? Sur ce point précis, il semble exister une distinction dans l’esprit des praticiens entre l’agression d’enfant et l’agression d’adolescente ou d’adulte. En effet, les jeunes agresseurs d’enfants se retrouvent plus fréquemment sous l’article 38 (f) de la Loi sur la protection de la jeunesse (ci-après LPJ) qui inclut dans sa définition d’un trouble de comportement sérieux : une façon de se comporter de manière à porter atteinte à son intégrité physique ou psychologique ou à celle d’autrui. Les praticiens ont tendance à se référer à la LPJ lorsque le scénario sexuel implique des attouchements, sans qu’il y ait pénétration.

22Quant aux jeunes auteurs d’agression envers des adolescentes ou des adultes, ils sont plus souvent pris en charge en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (ci-après LSJPA). Cette loi prévoit des mécanismes particuliers à tous les paliers d’intervention. La judiciarisation automatique n’est possible que pour l’agression sexuelle armée ou grave. Pour les autres délits, les agressions sexuelles simples, le substitut du procureur général soumet d’abord le cas au Directeur de la protection de la jeunesse, qui décide s’il y a lieu : 1) de fermer le dossier ; 2) d’utiliser des mesures de rechange ; ou 3) de judiciariser. En cas de judiciarisation, l’adolescent doit se présenter à la Chambre de la jeunesse pour son procès et il peut y faire l’objet d’une des décisions suivantes : libération inconditionnelle, amende, travaux communautaires, probation, détention pour traitement ou placement sous garde.

Les caractéristiques du « trouble de comportement » ou du délit

23Entre 1980 et 1995, plusieurs études nord-américaines n’ont fait que cerner les caractéristiques des agressions sexuelles commises par les adolescents (par exemple, Righthand et Welch, 2001). La même tendance a pu être observée au Québec : les travaux qui y ont été réalisés précisent le nombre de victimes, leur identité, la nature des actes sexuels commis, les degrés de force utilisés, le mode opératoire et la présence d’antécédents de délinquance non sexuelle.

24Nombre de victimes. Compte tenu du jeune âge des répondants (14 ou 15 ans en moyenne), le nombre de victimes agressées par l’adolescent surprend. Ainsi, Lévesque (2001) mentionne que 41 % des jeunes agresseurs dont elle a analysé les dossiers ont déjà fait plusieurs victimes. Les agressions pour lesquelles le jeune a reçu un verdict de culpabilité ont fait de une à neuf victimes. Les 30 adolescents rencontrés par Lafortune (1996) reconnaissent avoir fait de une à quatre victimes, pour une moyenne de 1,8 victime par sujet. Dans l’échantillon de Madrigrano, Robinson et Rouleau (1997), la moyenne tourne également autour de deux victimes. Ces chiffres s’accordent assez bien avec ceux des agresseurs d’adolescentes ou de femmes adultes qui sont fournis dans l’étude de Jacob, McKibben et Proulx (1993), mais ils sont inférieurs à ceux des agresseurs d’enfants, qui ont déjà en moyenne plus de cinq victimes.

25Lien préalable avec la victime. Le jeune AAAS s’en prend rarement à une personne inconnue. Dans l’échantillon de Laforest et Paradis (1990), 93 % des auteurs ont un lien significatif avec leur victime. Il s’avère que l’adolescent se tourne généralement vers ses frères et sœurs (de 10 %, [Lafortune, 1996] à 35 % [Madrigrano, Robinson et Rouleau, 1997]), ses cousins et cousines, ses demi-sœurs et demi-frères, sa copine (date rape) ou vers les jeunes enfants qu’il devait garder (baby-sitting). Ainsi, sous le terme « relation extrafamiliale, mais proche », les auteurs groupent de 32 % (Jacob, McKibben et Proulx, 1993) à 54 % (Dozois, 1994) des liens entre agresseurs et victimes. Quant à la proportion de victimes dites « étrangères », elle n’excède guère le quart (valeur la plus élevée, 27 %, donnée par Jacob, McKibben et Proulx, 1993).

26Sexe de la victime. Selon les recherches américaines, les AAAS s’en prennent davantage à des victimes de sexe féminin (Mathews et Stermac, 1989). Néanmoins, parmi les victimes de moins de 14 ans se trouvent un certain nombre jeunes garçons, qui représentent environ le cinquième du total. Cette statistique trouve son équivalent au Québec, car, dans plusieurs études (Allard-Dansereau, Haley, Hamane et Bernard-Bonnin, 1997 ; Dozois, 1994 ; Laforest et Paradis, 1990), les victimes sont majoritairement de sexe féminin. La proportion de victimes masculines se situe tout de même entre 29 % (Madrigrano, Robinson et Rouleau, 1997) et 51 % (Lafortune, 1996). En fait, les garçons semblent être la principale cible des agresseurs d’enfants (Boissonneault et Cloutier, 1990), qui, de manière générale, s’en prennent presque toujours à des enfants du même sexe.

27Actes sexuels commis. Un bilan des études nord-américaines montre que les AAAS se contentent rarement de s’exhiber devant la victime, près de la moitié se livrant à des attouchements ou à des fellations, et près du tiers à des pénétrations anales ou vaginales (Mathews et Stermac, 1989 ; Pierce et Pierce, 1990). Au Québec, Laforest et Paradis (1990) indiquent que, dans leur échantillon, « les abus commis sont surtout des gestes d’attouchement, de masturbation et de fellation, alors que les agressions sexuelles graves (avec violence) constituent une faible partie des références » (p. 100). Dans les échantillons de Paquette (1995) et Lévesque (2001), 58 % et 66 % des agresseurs admettent avoir fait des attouchements sexuels. Dozois (1994) va dans le même sens : dans 60 % des cas, « il s’agissait d’attouchements et de caresses » (p. 80-81). Selon Allard-Dansereau, Haley, Hamane et Bernard-Bonnin (1997), l’âge (plus avancé) de l’AAAS joue un rôle-clé dans l’amorce de contacts génitaux ou anaux-génitaux. Cependant, l’échantillon de Jacob, McKibben et Proulx (1993), issu de l’Institut Pinel, se caractérise par l’intensité des gestes sexuels. Outre les attouchements, les comportements les plus fréquents consistent à pratiquer ou à exiger la fellation (72 %), à pénétrer l’enfant (33 %) ou l’adulte (57 %), voire à terroriser la victime en la mordant, en l’humiliant ou en tentant de l’étrangler. Bref, la nature des gestes sexuels répertoriés varie selon que la population clinique est issue d’organismes communautaires, de centres de réadaptation ou de milieux sécuritaires.

28Recours à la force ou à la contrainte. Comme dans toute situation d’agression, l’on peut s’attendre à ce que l’AAAS prétende avoir commis moins de violence que ce qu’affirme sa victime. Boissonneault et Cloutier (1990) corroborent ce fait : les AAAS affirment utiliser peu de violence, alors que les témoignages des victimes et le rapport des observateurs indiquent le contraire. Par exemple, dans l’étude de Madrigrano, Robinson et Rouleau (1997), la majorité des sujets impliqués (76,7 %) disent ne pas avoir recouru à la force et avoir seulement utilisé la contrainte verbale. L’échantillon de l’Institut Philippe-Pinel diffère à cet égard, puisque « 78 % des agresseurs contre les femmes ont porté atteinte à l’intégrité physique des victimes » (coups, utilisation d’une arme, blessures sérieuses) « alors que 44 % des agresseurs d’enfants ont fait de même » (Jacob, 1993 : 152). La gravité de violence qui a été exercée nécessite donc également la relégation de l’AAAS dans des milieux cliniques sécuritaires (Butz et Spaccarelli, 1999), tels que l’Institut Philippe-Pinel.

29Carpentier, Proulx et Leclerc (2005) se sont intéressés aux variables associées à la violence utilisée par les AAAS. Ils ont rapporté tout d’abord que, malgré les différences entre les études (par exemple, Hunter, Figueredo, Malamuth et Becker, 2004 ; Knight et Sims-Knight, 2004), les prédicteurs du degré de violence pouvaient être divisés en quatre catégories : les variables reliées aux caractéristiques de la victime (par exemple, sexe masculin), les variables développementales dans l’enfance (par exemple, détachement émotionnel) et à l’adolescence (par exemple, sexualité compulsive), ainsi que les variables situationnelles (par exemple, résistance de la victime). Le but de leur étude était de déceler les variables développementales et situationnelles associées à l’utilisation de la violence. L’échantillon était composé de 293 AAAS évalués au Centre de psychiatrie légale de Montréal entre 1992 et 2002. Le niveau de force a été évalué à partir des critères suggérés par Avery-Clark et Laws (1984) pour déterminer trois catégories : aucune force, force minimale pour commettre le délit, force plus que nécessaire.

30Les résultats montrent que 33 % des agresseurs sexuels d’enfants ont utilisé la force dans leur dernier délit sexuel, comparativement à 59 % pour les agresseurs sexuels d’adolescents ou d’adultes. De telles différences entre les sous-groupes laissent supposer que l’âge de la victime pourrait jouer un rôle important dans l’usage de la force par des adolescents pour commettre une agression sexuelle. Chez les agresseurs d’enfants, les sujets qui ont commis une première agression en bas âge sont plus à risque d’avoir utilisé la force pour commettre leur délit sexuel. Contrairement à eux, les agresseurs sexuels de pairs ou d’adultes qui ont commis une première agression plus tardivement sont davantage à risque d’utiliser la force pour commettre le délit suivant. Une telle différence entre les deux sous-groupes renverrait selon les auteurs aux études portant sur les traits de personnalité des agresseurs sexuels. En ce qui a trait aux variables développementales, seule la présence de comportements antisociaux chez les agresseurs d’enfants augmente le risque d’utiliser la force. Chez les agresseurs sexuels de pairs ou d’adultes de l’échantillon, l’utilisation de la force est associée à la victimisation sexuelle subie dans l’enfance. Dans les deux sous-groupes étudiés, la présence d’émotions négatives dans les heures précédant le délit augmente considérablement le risque d’utiliser la force. De plus, la présence de fantaisies sexuelles déviantes dans les heures précédant le délit constitue le prédicteur le plus puissant de l’utilisation de la force dans cet échantillon d’AAAS d’enfants.

31Mode opératoire. S’inspirant des théoriciens du choix rationnel, Leclerc (2005) utilise le MOQ (Modus Operandi Questionnaire) élaboré par Kaufman (1994) pour étudier le mode opératoire utilisé par les jeunes pour commettre une agression sexuelle. L’échantillon comprend 103 adolescents ayant été reconnus coupables d’au moins une agression sexuelle contre un enfant (0 à 11 ans). Les résultats montrent que les gratifications sexuelles, la participation de la victime et le mode opératoire sont des événements interdépendants. En effet, les gratifications sexuelles obtenues par les adolescents sont proportionnelles au niveau de participation de la victime pendant les épisodes sexuels (β = 0,540 ; p < 0,000). En revanche, la participation de la victime est fonction de la capacité de l’agresseur à obtenir sa coopération par le moyen de stratégies destinées à la désensibiliser au contact sexuel (β = 0,309, p < 0,000) et à l’empêcher de dévoiler l’abus (β = 2,26, p p <0,006). De plus, la victime ne coopérera que si les adolescents ont gagné sa confiance (β = 0,167 ; p < 0,000). Par conséquent, la réussite des premières stratégies visant à obtenir la coopération de la victime dépend de l’efficacité d’autres stratégies (par exemple, désensibiliser la victime au contact sexuel et l’empêcher de dévoiler l’abus), tandis que le succès de l’application de ces dernières en vue de l’obtention de gratifications sexuelles repose sur la participation de la victime. Selon l’auteur, les stratégies consistant à désensibiliser la victime au contact sexuel et à l’empêcher de dévoiler l’abus peuvent influer sur le cours des événements.

32Délinquance non sexuelle. Dans l’histoire de plusieurs AAAS, il est possible de retracer d’autres troubles du comportement et infractions. Toutefois, des chercheurs décrivent un sous-groupe d’adolescents qui ne présentent aucun délit non sexuel au moment de l’abus. Dans ce sous-groupe figurent un plus grand nombre d’agresseurs d’enfants. La moyenne pondérée des conclusions de huit études nord-américaines (Lafortune, 2001) estime à 40 % la proportion d’adolescents manifestant aussi une délinquance non sexuelle. Les auteurs québécois qui ont examiné cette question arrivent à des conclusions légèrement différentes. En effet, de 44 % (les agresseurs d’enfants du groupe de Jacob, McKibben et Proulx, 1993) à 73 % (Madrigrano, Robinson et Rouleau, 1997) des sujets auraient des antécédents « criminels non sexuels ». Le portrait qui se dégage des travaux québécois laisse donc entrevoir une délinquance un peu plus polymorphe, caractérisée à la fois par le vandalisme, les méfaits, les agressions physiques et les crimes économiques. Le Blanc et Lapointe (1999) soulignent l’importante implication des agresseurs dans les petits vols, ce qui constitue à leurs yeux un signe de délinquance polymorphe.

Les facteurs associés à l’agression sexuelle

33La plupart des études québécoises décrivent un certain nombre d’antécédents personnels et familiaux de ces adolescents. Il y est souvent question de la discontinuité des liens précoces, d’agressions sexuelles subies durant l’enfance, de troubles d’apprentissage, de consommation d’alcool et de drogues, d’isolement social, de mésadaptation sociale, de dépression, de pornographie, d’intérêts sexuels déviants et de transmissions intergénérationnelles de l’agression.

34La discontinuité des relations précoces, particulièrement de celles qui concernent le père. Aux situations de monoparentalité et d’abandon précoce par le père s’ajoutent de fréquents placements hors de la famille. Une analyse des écrits publiés révèle qu’entre 53 % (Shoor, Speed et Bartelt, 1966) et 97 % (Hsu et Starzynki, 1990) des AAAS cessent d’avoir des rapports avec au moins un parent. Ces ruptures n’étant pas toutes aussi précoces, les plus dommageables sont vraisemblablement celles qui sont survenues avant l’âge de cinq ans et qui n’ont pas été compensées par l’arrivée d’une figure substitutive. Dans tous les échantillons, la famille d’origine a subi d’importantes perturbations. Selon Lafortune (1996, 2002), au moment des entretiens, la très grande majorité (90 %) des jeunes participants ne vivent plus avec leurs deux parents biologiques. Cette proportion de 90 % concorde avec les proportions qui ont été observées par Jacob, McKibben et Proulx (1993, 86 % d’abandon parental précoce) et Paquette (1995, 56 % d’abandon soit paternel ou maternel). À titre indicatif, soulignons qu’en milieu urbain, la proportion d’élèves du secondaire ayant vu éclater leur famille d’origine s’élève plutôt à 26,9 % (Cloutier, 1994). Les AAAS ont donc connu de deux à trois fois plus de ruptures des liens affectifs que les adolescents provenant de la population naturelle.

35Agressions sexuelles subies durant l’enfance. Les pourcentages d’agressions sexuelles subies durant l’enfance par les AAAS varient d’une étude à l’autre, souvent en fonction de l’échantillon étudié, de la façon dont le terme est défini ou encore du moment où l’on pose la question. L’analyse de nombreuses études nord-américaines amène à conclure qu’en moyenne 30 % de ces adolescents ont eux-mêmes été agressés (Hanson et Slater, 1988 ; Lagueux et Tourigny, 1999). Au Québec, les différents groupes de recherche ont rapporté des taux qui se situent entre 20 % (Le Blanc et Lapointe, 1999) et 50 % (Laforest et Paradis, 1990). Le « cycle de la délinquance sexuelle » voudrait que l’auteur d’abus soit une ancienne victime qui répète la situation, soit pour faire son apprentissage social, soit pour maîtriser activement une excitation sexuelle traumatique subie la première fois sur un mode passif. Toutefois, ce modèle linéaire ne saurait rendre compte de toutes les trajectoires de vie. En effet, tous les auteurs d’abus ne sont pas d’anciennes victimes (30 % seulement, rappelons-le) et toutes les victimes ne commettent pas des abus (Gonsiorek, Bera et Létourneau, 1994). Une étude longitudinale portant sur 143 victimes d’agression sexuelle a révélé que seulement 10 % d’entre elles devenaient agresseurs à leur tour (Wyatt et Powell, 1988). Le facteur décisif, dans l’apparition de la délinquance sexuelle, doit donc provenir de la conjonction de plusieurs facteurs de risque (Pauzé et Mercier, 1994).

36Dans son mémoire de maîtrise, Étienne (2003) s’est attaché à comparer les AAAS en fonction de la présence ou non d’antécédents de victimisation sexuelle et il a mis en évidence certaines différences significatives. En effet, comparativement aux autres (n = 84), les AAAS qui ont subi des sévices sexuels au cours de leur propre enfance (n = 40) rapportent davantage : 1) d’instabilité au niveau familial (X2 = 3,82 ; p = 0,005) ; 2) de caractéristiques cliniques problématiques (X2 = 73,32 ; p = 0,000) ; 3) de symptômes de stress post-traumatique (F = 4,61 ; p = 0,034) ; 4) d’habiletés sociales déficitaires (F = 4,69 ; p = 0,032) ; 5) et de stratégies d’adaptation inadéquates en période de stress intense (X2 = 5,923 ; p = 0,015). L’auteur conclut qu’il y aurait lieu de fournir une éducation sexuelle saine, en particulier aux AAAS qui ont vécu une victimisation sexuelle.

37Troubles d’apprentissage. Les AAAS rapportent plusieurs troubles d’apprentissage et aussi des retards scolaires. D’après l’ensemble des travaux américains (par exemple, O’Brien, 1991 ; Pierce et Pierce, 1990), plus de la moitié des jeunes hommes ont au moins une année scolaire de retard. Lafortune (1996) et Madrigrano (1999) constatent à peu près la même chose chez les jeunes agresseurs québécois, qui ont une à une année et demie de retard. Ces chiffres amènent évidemment à s’interroger sur l’engagement des adolescents concernés dans leurs études, ainsi que sur leurs capacités d’attention et de concentration. Lafortune (1996) a eu recours aux Matrices de Raven (1977) pour estimer les capacités intellectuelles non verbales de ses sujets. Le quotient intellectuel moyen est de 98 pour les agresseurs (minimum = 80, maximum = 125) et de 103 pour les délinquants non sexuels (minimum = 80, maximum = 128). La différence légère, mais non significative, entre les deux groupes s’explique par le fait que 7 des 30 jeunes agresseurs peuvent être qualifiés de plus lents.

38Consommation d’alcool et de drogues. L’alcool est souvent associé à l’agression sexuelle commise par un adulte. Van Gijseghem (1988) soutient que la consommation d’alcool représente un symptôme concomitant de l’agression sexuelle, lié à une même source, soit la recherche d’excitations. Or, chez les adolescents, l’usage d’alcool au moment du délit reste assez rare. Seulement de 10 à 12 % des jeunes agresseurs américains ont consommé au moment du passage à l’acte (Lafortune, 2001). Ce phénomène semble toutefois plus fréquent chez les auteurs de viol, comme l’indiquent les études de Hsu et Starzynski (1990). Les chercheurs québécois mentionnent toutefois des taux plus élevés (Madrigrano, Robinson et Rouleau, 1997 : 41,9 % ou 13/31 ; Paquette, 1995 : 65 % ou 40/62).

39Isolement social. Tout comme Graves, Openshaw et Adams (1992) aux États-Unis, Laforest et Paradis ont noté en 1990 que les AAAS qu’ils avaient évalués avaient peu ou pas d’amis. Jacob, McKibben et Proulx (1993) sont allés dans le même sens, en précisant que les agresseurs d’enfants sont beaucoup plus isolés socialement que les agresseurs d’adolescentes ou de femmes adultes. Richard-Bessette (1996) a recensé systématiquement les écrits relatifs aux habiletés hétérosociales des adolescents agresseurs sexuels. Elle a repéré 106 publications américaines et québécoises traitant du développement des habiletés sociales à l’adolescence ainsi que des habiletés hétérosociales des agresseurs sexuels adultes et juvéniles. Parmi les travaux québécois cités par l’auteure, aucun ne porte directement sur un échantillon d’AAAS. Presque une décennie plus tard, Beauchemin et Tardif (2005) se sont attachés à vérifier l’hypothèse de la maladresse sociale en comparant un groupe d’AAAS (n = 16) avec un groupe de délinquants non sexuels (n = 21) du point de vue : 1) de l’étendue de leur réseau social (Mes Relations Sociales) ; 2) des habiletés sociales positives et négatives (Teenage Inventory of Social Skills) ; et 3) du sentiment de solitude (UCLA Loneliness Scale). Aucune différence n’a été trouvée entre les deux groupes quant aux habiletés sociales positives. Pour ce qui est des habiletés sociales négatives (exemple : mentir pour se sortir du pétrin), les AAAS en présentent significativement moins que les délinquants non sexuels. Par ailleurs, on a noté chez les AAAS davantage de solitude que chez les jeunes délinquants non sexuels, mais la différence n’est pas significative. Selon les auteurs, il y aurait lieu, dans les études à venir, de mieux définir les différentes catégories d’amis et de préciser davantage ce que représente une relation amicale pour les AAAS et les jeunes délinquants non sexuels.

40Mésadaptation sociale. À l’inventaire de personnalité Jesness (1971), les 10 sujets de Dozois (1994) obtiennent un score pondéré supérieur à 60 sur l’échelle de mésadaptation sociale et l’indice d’asocialité. Les résultats obtenus par Lafortune (1996) et par Le Blanc et Lapointe sont pour ainsi dire les mêmes : le premier a enregistré des scores pondérés moyens de 62 à l’échelle de mésadaptation sociale et de 61,3 à l’indice d’asocialité, tandis que les seconds ont noté un score de 64,7 à l’échelle de mésadaptation sociale. Il en va autrement dans l’étude de Madrigrano (1999), dont les sujets présentaient plutôt des moyennes autour de la normale, soit 52,7 (mésadaptation sociale) et 33,15 (indice d’asocialité). Cela dit, aucune des échelles du Jesness ne parvient à distinguer nettement les AAAS des jeunes délinquants non sexuels (Lafortune, 1996 ; Le Blanc et Lapointe, 1999).

41Symptômes dépressifs. À l’Inventaire de dépression de Kovacs (voir Madrigrano, Robinson et Rouleau, 1997), le groupe des jeunes agresseurs (résultat moyen de 13,74) semble plus déprimé que le groupe de sujets témoins (6,47 ; t = 2,98 ; p = 0,005).

42Pornographie. Selon Malamuth et Brière (1986), 5 % du contenu des revues pornographiques, 15 % du contenu des films et vidéos pour adultes et 30 % du contenu de la littérature érotique peuvent être qualifiés de « violents ». De manière directe ou indirecte, ce matériel violent peut faire naître certaines pensées ou alimenter certains fantasmes (Auclair et Lamoureux, 1994 ; Malamuth et Brière, 1986). Vingt-neuf pour cent des sujets rencontrés disent consommer régulièrement de la pornographie. Les sujets de l’Institut Pinel semblent de nouveau se démarquer puisque 53 % des jeunes disent apprécier les magazines et vidéos pornographiques, les agresseurs de femmes étant plus enclins à le faire (Jacob, McKibben et Proulx, 1993). Selon Le Blanc et Lapointe (1999), la consommation de matériel pornographique est une des variables qui permettent de différencier les agresseurs des autres groupes. Dans l’étude de Beauchemin et Tardif (2005), qui concerne la pornographie, tous les participants sauf un, qu’ils soient AAAS ou délinquants non sexuels, affirment avoir consommé de la pornographie au cours de la dernière année. Ce résultat est intéressant et diffère de ceux des études antérieures en ce qu’il n’y a aucune différence entre les deux groupes. Selon les auteurs, il serait attribuable à la facilité d’accès au matériel pornographique, via Internet. Le type de matériel consommé n’a cependant pas été considéré, ce qu’il conviendrait de faire pour mieux comparer les groupes de délinquants.

43Intérêts sexuels et distorsions cognitives. Madrigrano, Robinson et Rouleau (1997) ont voulu vérifier la fidélité et la validité des versions françaises du Questionnaire des intérêts sexuels pour adolescents (QISA) et du Questionnaire des cognitions pour adolescents (QCA). Élaboré à la Sexual Behavior Clinic de New York sous le nom d’Adolescent Sexual Interest Cardsort (Becker et Kaplan, 1988), le QISA évalue la présence d’intérêts sexuels déviants chez les adolescents à l’aide d’items suivis d’une échelle de Likert. Les chercheures québécoises obtiennent un coefficient de stabilité temporelle de 0,78 (Pearson), supérieur à celui de la version anglaise originale (r = 0,68). Du point de vue de la cohérence interne, lors de la première passation du questionnaire, le coefficient alpha de Cronbach était de 0,73 et de 0,65 lors de la seconde. Toutefois, du point de vue de la capacité discriminante, un test t, une ANCOVA à une dimension et deux analyses de variance n’ont pu distinguer le groupe clinique de l’échantillon témoin.

44Quant au Questionnaire des cognitions pour adolescents, également conçu par Becker et Kaplan (1988), il regroupe 32 items dichotomiques (vrai ou faux). Il sert à déterminer si l’adolescent a des cognitions déviantes qui pourraient maintenir ses préférences sexuelles. Pour cet instrument, le coefficient de stabilité temporelle obtenu est de 0,63. La cohérence interne, pour sa part, s’élève à 0,95 lors de la première passation et à 0,97 lors de la seconde. Malheureusement, un test t et une ANCOVA à une dimension n’ont pu, là non plus, trouver de différences significatives entre l’échantillon clinique et le groupe témoin.

45Fonctionnement familial et transmission intergénérationnelle. Enfin, Tardif, Hébert et Béliveau (2005) ont examiné la dynamique relationnelle et le fonctionnement des familles des AAAS. Elles ont tenté de vérifier si la transmission intergénérationnelle des problématiques d’agression sexuelle reposait sur l’un ou l’autre des deux modes prédominants de transmission. Le premier mode, le mode de transmission directe, implique une présence plus importante d’antécédents de violence subie chez les parents et les AAAS d’enfants intrafamiliaux que chez ceux des autres types d’AAAS. Le second, le mode de transmission indirecte, a rapport à la présence d’enjeux de contrôle et de soumission dans le lien parents-adolescent et il serait prédominant dans le cas des AAAS d’enfants extrafamiliaux. Les résultats préliminaires reposent sur des coefficients de corrélation phi et ils vont dans la direction des résultats attendus. Par contre, la petite taille des échantillons (25 AAAS d’enfants intrafamiliaux, 22 AAAS d’enfants extrafamiliaux et 16 AAAS d’enfants, de pairs ou d’adultes) ne permet pas toujours de tirer des conclusions statistiquement significatives concernant les hypothèses de l’étude (seuil alpha de 0,036 à 0,175).

L’évaluation et le traitement des AAAS

46En 2001, il existait aux États-Unis plus de 800 programmes différents s’adressant aux AAAS (Righthand et Welch, 2001). Si l’orientation théorique de la majeure partie d’entre eux peut être qualifiée de « psychoéducative » ou de « cognitivo-comportementale », il n’en demeure pas moins que les modalités et les procédures les plus diverses sont mises en place dans l’un et l’autre programme. Ainsi, le traitement résidentiel ou « thérapie de milieu » (Goocher, 1994 ; Ross et de Villier, 1993), la thérapie par l’art (Gerber, 1994 ; Hagood, 1994), le counseling par les pairs (Brannon et Troyer, 1991), l’approche gestaltiste (Brownell et Aylward, 2005) et les approches familiales ou multisystémiques (Swenson et autres, 1998) ont déjà fait l’objet de publications aux États-Unis. L’intervention psychoéducative de groupe reste cependant l’approche de prédilection.

47Depuis une vingtaine d’années, neuf programmes québécois d’intervention dits « spécialisés » auprès d’AAAS ont été mis en œuvre et ils sont toujours actifs. Trois sont exécutés dans des cliniques pédopsychiatriques. Les six autres appliquent un modèle psychoéducatif et sexologique et sont réalisés dans des centres de traitement qui relèvent davantage des services sociaux ou d’organismes communautaires (clinique semi-privée, centre jeunesse, organisme communautaire, etc.). Par ailleurs, des groupes d’intérêt se sont formés autour d’associations telles que le RIMAS (Regroupement des intervenants en matière d’agression sexuelle) ou le CRIPCAS (Le Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles). Dans les lignes qui suivent, nous décrivons les modalités d’évaluation et d’intervention mises en place au Québec, de même que quelques recherches relatives à l’abandon du traitement et à l’efficacité des interventions.

48Selon Lafortune, Tourigny, Proulx et Metz (2005), presque tous les programmes sont appliqués sur une base ambulatoire (ou « externe »), et un seul centre propose une approche résidentielle pour les adolescents. Les interventions offertes s’inspirent d’une approche éclectique, regroupant une variété d’objectifs et de modalités. Plusieurs praticiens recourent à des modalités ou orientations de traitement qui combinent des stratégies cognitivo-comportementales et des stratégies issues de courants théoriques divers. D’un milieu à l’autre, il est possible de repérer l’influence du courant psychanalytique, systémique, humaniste, de la thérapie de la réalité de Glasser (1971), de la thérapie d’impact (Beaulieu, 1997 ; Jacobs, 1994), de l’analyse transactionnelle (Stewart, 1992) et de la thérapie « centrée sur les schémas » (Young, Klosko et Weishaar, 2003). Les neuf programmes comportent des séances d’éducation sexuelle, une sensibilisation aux séquelles de l’agression sexuelle sur les victimes ou des rencontres d’information sur l’alcool et les drogues. Le fonctionnement repose sur de petites équipes constituées de 3 à 9 intervenants. Les sexologues sont les plus nombreux (n = 16), suivis des psychologues (n = 11), des criminologues (n = 9), des travailleurs sociaux (n = 6), des psychoéducateurs (n = 3) et des pédopsychiatres (n = 3). Les sexologues sont pratiquement absents dans les hôpitaux, mais très présents dans les organismes psychosociaux.

  • 1 Ainsi que nous l’avons déjà mentionné, des services aux enfants ayant des comportements sexuels pro (...)

49Référence et préévaluation. Pour 80 % à 95 % des jeunes, le processus de référence initial est encadré par les deux principales lois pour mineurs. Plus rarement, la consultation peut s’amorcer sur une base volontaire, mais elle n’est encadrée par aucune loi. Les praticiens expriment clairement leur préférence pour la LSJPA. Cette loi conférerait un plus grand pouvoir d’action aux intervenants et un « cadre légal fort » sur lequel s’appuyer, principalement parce qu’elle est mieux définie et que le traitement fait alors partie intégrante de la sentence. Cela dit, plusieurs praticiens considèrent qu’une partie de leur population cible « échappe » aux mesures de dépistage, d’évaluation et d’intervention mises en place. Il s’agit plus précisément : 1) des enfants de moins de 10 ans1 ; 2) des adolescents qui habitent des régions périphériques ; 3) des adolescents ayant agressé une adolescente ou une femme adulte, qui seraient habituellement suivis en centres de réadaptation en fonction d’un « plan d’intervention général ».

50Évaluation clinique initiale. Dans chacun des centres de traitement, à l’évaluation de l’admissibilité de l’AAAS succède une évaluation clinique pouvant comporter 1 à 5 rencontres, pour une durée totale allant de 2 à 12 heures. Plusieurs praticiens ont recours à des protocoles d’entrevue semi-structurée (par exemple, le protocole d’entrevue d’accueil pour Parents-Unis Repentigny). Dans tous les centres de traitement, divers inventaires et questionnaires structurés ont été traduits de l’anglais au français et sont administrés aux adolescents. De manière à départager ces instruments les uns des autres, trois catégories peuvent être constituées : 1) les instruments qui ont été validés et dont la pertinence dans un protocole d’évaluation de l’AAAS est bien démontrée, tels que l’Inventaire d’empathie de Carich et Adkerson (1995), le Juvenile Sex Offender Assessment Protocol-II de Prentky et Righthand (2003) et le Matson’s Evaluation of Social Skills in Youngsters de Matson, Rotatori et Helsel (1983) ; 2) les instruments validés, mais qui restent plus généraux, tels que le Clinical Measurement Package de Hudson (1982), l’Échelle de dépression de Kovacs (1985) et l’Inventaire de personnalité de Jesness (1971) ; et 3) les instruments « maison » et les questionnaires qui, à notre connaissance, n’ont pas été validés, tels que Mes façons de penser de Young et Klosko (1993) et le Questionnaire sur les attitudes sexuelles de Stickrod-Gray et Wallace (1992). Par ailleurs, quelques centres se sont dotés du Abel Screening System (Abel et autres, 1994), mais les cliniciens s’en servent peu et ils en contestent même la validité.

51Le recours à la pléthysmographie pénienne. L’évaluation phallométrique est rarement utilisée au Québec avec les adolescents, si l’on en croit McKibben et Jacob (1993). Jusqu’en 1995, aucune recherche n’avait encore vérifié sa validité auprès d’une population d’adolescents québécois. En 1995, Pellerin a comparé les profils d’excitation sexuelle d’adolescents et d’adultes ayant agressé sexuellement des enfants prépubères. Plusieurs indices ont été utilisés pour évaluer les dimensions du profil d’excitation sexuelle : indice de pédophilie hétérosexuelle et homosexuelle, indice de déviance pédophile, indice de préférence quant au sexe des victimes prépubères et indice d’hétérosexualité, mais aucun n’est parvenu à distinguer les adolescents agresseurs des adultes agresseurs.

52Robinson (1998) a comparé le profil d’excitation de deux groupes d’adolescents face à la traduction française des bandes mises au point par Becker et Kaplan (1988). Le groupe clinique composé de 27 adolescents agresseurs s’est clairement démarqué du groupe témoin de 28 adolescents. L’établissement d’un seuil de discrimination a permis une reconnaissance adéquate de 81,5 % des sujets agresseurs. Les premières étapes de la validation sont donc encourageantes et elles devraient « justifier l’utilité clinique de cet instrument auprès de cette population spécifique » (p. 122), au dire des auteurs.

53Suivis de groupe. La quasi-totalité des centres (8/9) offre un suivi de groupe aux AAAS. Le nombre de séances de groupe varie entre 8 et 52 pour une moyenne de 30. Par ailleurs, des groupes dits « de sensibilisation » ou « de généralisation des acquis » peuvent être plus courts. Dans l’ensemble, les rencontres de ces groupes, d’une durée d’une à deux heures, se tiennent sur une base hebdomadaire, à l’exception du groupe « à visée introspective » d’une des cliniques pédopsychiatriques où les rencontres sont bimensuelles. Le taux d’attrition est qualifié de « minime » (un ou deux jeunes par année) par les uns, et de « significatif » par les autres (20 %).

54En général, des règles de fonctionnement du groupe sont établies par le thérapeute en début de suivi et touchent surtout le respect d’autrui, la confidentialité des propos tenus et la participation obligatoire. Lorsque le traitement suit son cours normal, après une période de discussion plus libre portant sur des sujets amenés par les jeunes (environ 30 minutes), divers thèmes prédéfinis sont abordés (conséquences sur la victime, consommation d’alcool, etc.), les jeunes étant régulièrement invités à réagir, commenter ou se positionner. Il semble y avoir deux façons de déterminer si un jeune a achevé le traitement : 1) en fonction d’un nombre de séances préalablement défini par le programme ; ou 2) en fonction des progrès individuels réalisés. Il est à noter que peu de centres utilisent couramment des instruments standardisés pour évaluer les progrès accomplis, dans un devis évaluatif de type « pré-post-traitement ».

55Les parents. Dans tous les centres de traitement, les parents ou les tuteurs légaux rencontrent l’équipe d’intervenants au moment de l’évaluation. Il s’agit alors d’expliquer les modalités d’évaluation, les objectifs du traitement éventuel et le contenu du rapport pouvant être remis à l’établissement ou à la personne qui a dirigé le jeune vers le centre. Dans quatre des neuf centres, des « rencontres de parcours » sont prévues. Selon les endroits, les parents peuvent être vus en groupe ou sur une base individuelle, à tous les mois ou à mi-traitement. Ces « bilans » ont habituellement pour but d’expliquer aux parents le processus du passage à l’acte chez leur fils et de décrire le plan de prévention de la récidive qui a été préparé. Les groupes de soutien offerts aux parents sont relativement rares (3/9), même si tous les répondants interrogés considèrent qu’ils sont « très importants », voire « essentiels ». Aucun centre de traitement n’offre aux parents une intervention familiale telle que le « Parent management training », l’intervention multi-systémique ou la thérapie familiale fonctionnelle ou structurale.

56Fin prématurée du traitement. À notre connaissance, sur le plan international, il n’y a que peu d’études portant sur les prédicteurs de la fin prématurée du traitement chez des AAAS. Les résultats de Kraemer, Salisbury et Spielman (1998) indiquent que les sujets qui ne terminent pas le traitement sont plus vieux et plus impulsifs. L’impulsivité a été évaluée au moyen de l’échelle AU (autisme) de l’inventaire de personnalité de Jesness. Les résultats quant à l’âge sont à l’inverse de ceux obtenus avec des adultes agresseurs sexuels, les sujets plus jeunes étant plus enclins à ne pas terminer le traitement. Cette divergence dans les résultats pourrait s’expliquer par le fait que le niveau le plus élevé d’impulsivité et de violence criminelle chez l’homme se situe vers la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte (16 à 20 ans).

57Les résultats de l’étude de Hunter et Figueredo (1999) indiquent que les AAAS exclus du traitement en raison du non-respect des directives thérapeutiques présentent un score moyen plus élevé au Multiphasic Sex Inventory, une échelle d’inadaptation sexuelle (intérêt sexuel déviant, distorsions cognitives favorisant les délits), que ceux qui le terminent. De plus, ceux qui sont exclus du traitement sont plus nombreux à nier leur culpabilité que ceux qui le terminent. En ce qui a trait à la négation de la culpabilité, elle peut conduire à l’interruption du traitement si les intervenants jugent que l’agresseur manque d’honnêteté et d’implication. Évidemment, l’agresseur sexuel qui nie sa culpabilité peut décider, de son propre chef, d’abandonner un traitement qu’il juge inutile ou même humiliant.

58Proulx, Tourigny et Lafortune (en préparation) ont réalisé à leur tour une étude ayant pour but de déceler des prédicteurs de la fin prématurée du traitement chez des AAAS. Parmi les prédicteurs retenus figurent les caractéristiques du sujet, les caractéristiques du traitement et les facteurs environnementaux. L’échantillon est constitué de 146 jeunes. La durée des programmes de traitement varie entre 4 et 12 mois. Fondé sur les facteurs évalués en prétraitement, le portrait de l’AAAS qui ne termine pas son traitement est complexe. En effet, d’une part, cet adolescent éprouve des difficultés à faire face aux situations quotidiennes de stress et il a recours à des stratégies d’évitement et aux distractions. Dans la mesure où les contraintes relatives au traitement constituent des sources de stress et où la stratégie de gestion du stress privilégiée par ces sujets implique l’évitement de ces contraintes, l’abandon du traitement est tout à fait compréhensible. D’autre part, le jeune à risque d’abandon a une forte estime de soi sociale, il attribue la responsabilité de ses crimes sexuels à des facteurs externes et il présente peu de symptômes dépressifs. Enfin, cet adolescent présente des distorsions cognitives qui justifient ses délits sexuels. Il a tendance à nier sa responsabilité et même sa culpabilité.

59En ce qui concerne les caractéristiques personnelles des AAAS évaluées en cours de traitement et plus spécifiquement en regard des stades de motivation en traitement, elles correspondent tout à fait au modèle de Prochaska et DiClemente (1982). En effet, les AAAS qui n’ont pas terminé leur traitement ont des scores à l’URICA (University of Rhode Island Change Assessment) qui indiquent qu’ils se situent davantage au stade précontemplation que ceux qui l’ont terminé. Or, ce stade de motivation se définit par une non-reconnaissance de ses difficultés personnelles et une absence de désir de changer. Concernant l’alliance thérapeutique, les résultats correspondent très bien au modèle de Marmar et Gaston (1988). Ainsi, les AAAS qui n’ont pas terminé leur traitement se distinguent des autres par une plus faible alliance thérapeutique. Plus précisément, ils ont une faible capacité de travail en traitement, un faible engagement dans le processus thérapeutique, un faible niveau d’entente avec leur thérapeute concernant les objectifs du traitement, ainsi qu’une perception négative du thérapeute. Ces résultats sont semblables à ceux obtenus auprès d’agresseurs sexuels adultes (Proulx et autres, 2003).

60Par-delà les caractéristiques personnelles de l’AAAS, l’environnement social influe également sur l’issue du traitement. Plus le réseau social est limité, moins l’adolescent a de chances de terminer son traitement. Toutefois, l’élément le plus important du soutien social est constitué par le groupe de traitement dont fait partie l’AAAS. Ainsi, les adolescents à risques d’interruption du traitement ont un faible engagement dans le groupe, une perception négative du soutien qu’ils reçoivent des intervenants et des autres participants, une mauvaise opinion des intervenants, qui encourageraient peu leur autonomie, s’intéresseraient peu à leurs problèmes personnels et auraient de la difficulté à animer le groupe de traitement. Les résultats relatifs au soutien social provenant de la famille sont plus étonnants. En effet, aucun score, dans les sous-échelles, ne concerne l’issue du traitement. Il est possible que ces résultats soient dus au fait que l’adolescent attache beaucoup plus d’importance à ses pairs qu’aux membres de sa famille.

61Efficacité du traitement. Peu d’études ont porté, au Québec, sur l’évaluation des traitements offerts aux AAAS. La thèse de Lagueux (1996), l’une des seules évaluations réalisées à ce jour, s’intéresse à l’efficacité à court terme d’un programme de traitement de groupe offert dans deux centres jeunesse du Québec. Un devis de recherche quasi expérimental comportant un groupe de « traitement spécialisé » ainsi qu’un groupe de comparaison, avec mesures pré-post-traitement, a été utilisé. Le groupe expérimental est constitué de 54 adolescents qui sont logés dans des centres jeunesse de Lanaudière et de la Mauricie-Centre-du-Québec, et qui ont participé au traitement de groupe spécialisé de 30 semaines (deux heures par semaine). Les 19 adolescents du groupe de comparaison proviennent des Centres jeunesse de la Montérégie et n’ont reçu que les services « traditionnels » offerts dans ces établissements (rencontres individuelles ou familiales). Les indicateurs de changement provenaient d’une entrevue semi-structurée et de questionnaires de type « autorévélé ». Les résultats montrent que, globalement, les deux groupes d’adolescents (ayant participé ou non au traitement de groupe) s’améliorent de manière significative sur plusieurs plans (état psychologique, compréhension du cycle de l’agression sexuelle, etc.). Par contre, ils ne permettent pas de conclure que le groupe expérimental (avec traitement de groupe) s’améliore plus que le groupe de comparaison. Étant donné les mesures choisies, on ne peut conclure que l’intervention de groupe, telle qu’elle a été appliquée, est plus efficace que les services traditionnels. Trois hypothèses ont été mises en avant pour expliquer ces résultats : 1) il est possible que, tel qu’il a été appliqué, le traitement de groupe spécialisé n’a effectivement pas été plus efficace que les services traditionnels. Si tel est le cas, il faudrait considérer le fait que les services traditionnels évalués dans le cadre d’une recherche universitaire ne sont peut-être plus les services « habituellement » dispensés, puisqu’ils sont désormais influencés par la présence des chercheurs. 2) Les adolescents de cette étude présentent peu de problèmes en début de traitement, si l’on se réfère à certaines dimensions-clés. En effet, après un examen des scores moyens sur diverses échelles, Lagueux (1996) a constaté que les adolescents disaient d’emblée se sentir compétents, notamment en ce qui a trait aux habiletés sociales (habiletés sociales générales et hétérosexuelles, sentiments de solitude, etc.) et à la gestion des émotions (agressivité, colère, anxiété, etc.). Il faut donc envisager la possibilité que ces faibles besoins aient pu masquer l’apport spécifique du traitement de groupe. 3) Enfin, il est possible que le nombre de participants (n = 54 pour le groupe expérimental ; n = 19 pour le groupe de comparaison) ait été insuffisant pour obtenir des différences statistiquement significatives au post-test.

Les prédicteurs de la récidive

62Finalement, Carpentier (2009) s’est intéressé aux prédicteurs de la récidive chez 351 AAAS qui avaient été évalués au Centre de psychiatrie légale de Montréal entre 1992 et 2002. Des données ont été recueillies à partir des dossiers archivés. Par la suite, des données sur la carrière criminelle à l’adolescence et à l’âge adulte ont été amassées à partir de sources officielles de la criminalité au Canada. Les résultats ont montré qu’une proportion importante d’AAAS poursuivait une carrière criminelle après l’adolescence, mais que peu d’entre eux se spécialisaient dans la délinquance sexuelle. En effet, le taux de récidive « à l’identique » (sexuelle) n’était que de 10,3 %. Par contre, le taux de récidive violente était de 29,6 %, et le taux de récidive générale de 45 %. En ce qui concerne les facteurs de risque, les résultats des analyses de survie suggèrent que certains facteurs développementaux (abandon paternel, victimisation sexuelle), des difficultés relationnelles et l’agression d’une victime inconnue sont associés à la récidive sexuelle, tandis que des indices d’antisocialité (antécédents de délinquance officiels et non officiels) et d’impulsivité (trouble déficitaire de l’attention) sont associés à la fois à la récidive violente et à la récidive générale. Trois cas de figures émergent des résultats : 1) les jeunes sexuellement victimisés, sans figure paternelle stable et fréquentant des enfants plus jeunes, sont enclins à récidiver sur un mode sexuel ; 2) les jeunes impulsifs et faisant usage de la force sont à risque de récidiver sur un mode violent ; et 3) les jeunes impulsifs, ayant subi un échec scolaire et fréquentant des pairs déviants sont susceptibles de récidiver d’une façon plus générale.

63Afin d’agrandir son champ d’exploration de la carrière criminelle des AAAS, Carpentier (2009) s’est aussi penchée sur des paramètres d’activation, d’aggravation et de désistement de la délinquance. Selon l’auteure, le cadre théorique proposé par les études développementales est utile pour comprendre l’émergence et l’évolution du comportement criminel dans un échantillon d’AAAS. L’ensemble de ses analyses montre que, pour une majorité d’adolescents, l’agression sexuelle ne marque pas le début d’une carrière criminelle chronique. Elle s’inscrit plutôt dans le cadre d’une trajectoire plus générale de déviance ou d’une mauvaise adaptation dans le développement psychosocial et sexuel.

Conclusions quant aux adolescents

64À notre connaissance, depuis 30 ans, une vingtaine d’études empiriques sur les AAAS ont été menées au Québec. Elles ont été accompagnées d’une dizaine de chapitres de livres, d’articles de revues et de rapports « gris » ou inédits. Elles ont permis de mieux connaître les AAAS, leurs gestes répréhensibles, ainsi que leurs antécédents personnels et familiaux.

65Lorsqu’on compare le corpus québécois avec l’ensemble des travaux anglo-canadiens ou américains, on est frappé par le fait que, de 1989 à 1999, la grande majorité des équipes de recherche se sont d’abord attachées à décrire l’ensemble de leur clientèle et à l’évaluer à l’aide d’échelles ou de la phallométrie. Par ailleurs, à notre connaissance, peu d’études se sont penchées sur des problématiques particulières telles que l’inceste dans la fratrie, les filles qui agressent sexuellement, l’agression sexuelle des adolescents déficients intellectuels, des membres d’une minorité ethnique ou des jeunes qui présentent des troubles mentaux. Des hypothèses répandues telles que celles de l’isolement, du manque d’habiletés sociales et de l’immaturité des jeunes agresseurs d’enfants ont rarement été vérifiées. Ajoutons que les parents des adolescents agresseurs ont fait l’objet de bien peu d’attention. La question des distinctions entre les agresseurs adolescents et les délinquants sexuels adultes a très peu été étudiée. Seuls Cyr, Wright, McDuff et Perron (2002) ont comparé des cas d’inceste dans la fratrie avec des cas d’inceste commis par le père ou le beau-père. Ils ne trouvent que peu de différences entre ces trois groupes, à savoir que les frères incestueux ont été plus souvent auteurs d’une pénétration que les pères ou beaux-pères.

66Au plan clinique et juridique, nos résultats montrent que les neuf centres de traitement présentent plusieurs points communs. Ces centres s’inspirent le plus souvent des courants cognitivo-comportemental et humaniste et de la thérapie d’impact. De nombreuses différences existent aussi et elles soulèvent des questions importantes. Les différences observées entre les services sont-elles liées aux clientèles ? Ou aux ressources disponibles ? Devrait-il y avoir une meilleure harmonisation des pratiques dans l’ensemble du Québec ? Faut-il se réjouir ou s’inquiéter du fait que la durée des interventions soit si variable ? Les services aux parents ou le suivi post-traitement sont-ils des services indispensables, susceptibles d’augmenter l’efficacité des interventions, et devraient-ils être plus répandus ? Une évaluation plus systématique des programmes permettrait sûrement d’apporter un certain éclairage sur ces questions. Chose certaine, pour le moment, nos résultats montrent qu’il existe plusieurs approches au Québec dans le traitement des AAAS.

67Si l’on compare les pratiques québécoises à l’ensemble des pratiques nord-américaines, quelques différences peuvent être observées. Au niveau des instruments d’évaluation, l’utilisation assez répandue au Québec de l’inventaire de Jesness ne trouve pas beaucoup d’écho dans les textes américains. De fait, selon le Mental Measurements Yearbook (Buros Institute, 2006), l’Inventaire de Jesness évalue très mal les attitudes envers la sexualité. Les auteurs du Buros Institute écrivent : « L’utilisateur devrait être conscient que des mesures additionnelles peuvent être nécessaires (en ce qui concerne les attitudes face aux passages à l’acte sexuel) tout comme pour d’autres variables qui ne sont pas appréciées par le Jesness » (p. 4). À l’inverse, certains instruments tels que le QISA, le QCA et le J-SOAP II sont relativement peu utilisés au Québec (en fait, ils ne le sont que dans un ou deux centres). Or, la plupart de ces instruments sont des grilles d’évaluation des distorsions cognitives ou des instruments de prédiction des risques de récidive. Il faut donc conclure que la préoccupation qu’ont les intervenants québécois pour la prévention de la récidive ne se traduit pas forcément dans leur choix d’instruments d’évaluation. On peut se demander comment ils font pour distinguer les adolescents peu dangereux de ceux qui pourraient devenir des récidivistes.

68En ce qui concerne les prises en charge, les interventions de groupe à vocation éducative, les stratégies cognitivo-comportementales et la prévention de la récidive sont mises au premier plan. Deux centres organisent aussi des groupes à vocation introspective. Toutefois, au Québec, les approches familiales ou multisystémiques (par exemple, Swenson et autres, 1998) ne sont pas aussi appréciées qu’aux États-Unis. Comme les centres québécois disposent d’un grand nombre de sexologues, les ateliers d’éducation sexuelle se multiplient. Il faut encore signaler que la distinction entre les objectifs des interventions de groupe et ceux des interventions individuelles n’est pas très claire, et que, dans certains centres, le choix de l’une ou l’autre paraît surtout déterminé par la disponibilité des ressources professionnelles ou le nombre d’AAAS en consultation à tel ou tel moment de l’année.

69Enfin, il est frappant de constater que les groupes destinés aux parents restent, dans plusieurs centres, une stratégie désirable, mais non établie sur une base régulière, tandis que les interventions familiales proprement dites sont quasi inexistantes. Quelques interprétations sont ici possibles : 1) la difficulté à motiver les parents à s’engager dans le suivi a fini par démotiver les intervenants ; 2) les centres n’ont pas les ressources humaines et financières pour offrir ces services ; et 3) les intervenants n’ont pas la formation nécessaire pour faire de l’intervention familiale.

REGARDS CROISÉS

70Pour clore ce chapitre, nous proposerons quelques pistes de recherche « en croisant » les deux principaux corpus de recherche, c’est-à-dire les études réalisées auprès des adultes et celles menées auprès des adolescents. En effet, si l’on compare les deux parties de ce chapitre, on observe des ressemblances mais aussi des différences.

71Tant chez les adultes que chez les adolescents, les travaux semblent montrer que les auteurs d’agression sexuelle d’enfants sont plutôt des « spécialistes », et les auteurs d’agression sexuelle de femmes des « généralistes ». Chez les premiers, l’excitation sexuelle déviante et la pauvreté des habiletés sociales paraissent jouer un rôle central tandis que, chez les seconds, l’antisocialité et les distorsions cognitives occupent le premier rang.

72La comparaison des deux grandes sections permet aussi de voir que certains problèmes sont plus étudiés chez les adultes que chez les adolescents, ou vice versa. Ainsi, l’évaluation des adolescents auteurs d’agression sexuelle par vidéo-oculographie en immersion virtuelle reste à faire. On a moins étudié chez les adolescents que chez les adultes la nature et le rôle des distorsions cognitives dans le passage à l’acte sexuel. Le phénomène de l’antisocialité (en tant qu’elle résulte de valeurs ou de traits de personnalité) a reçu peu d’attention. En ce qui concerne les interventions mises en place auprès des adolescents, elles font très peu référence au modèle des bonnes vies de Tony Ward, mieux connu dans les milieux adultes.

73En ce qui concerne les adultes, on a moins étudié que chez les adolescents l’importance du soutien social comme facteur empêchant le démarrage d’une carrière criminelle. Dans un autre ordre d’idées, il est vrai que les pratiques éducatives des parents d’un agresseur adulte sont des variables passablement distantes ou « statiques » qui n’ont sans doute que peu de rapports avec le passage à l’acte sexuel. Cela dit, les pratiques éducatives de l’agresseur sexuel qui a lui-même des enfants sont des variables beaucoup plus actuelles et dynamiques. Or, elles n’ont pratiquement pas été étudiées. Enfin, sur le plan de l’intervention, à la suite de Lagueux (2006), on peut se demander s’il est nécessaire que les traitements soient très spécialisés. En effet, chez les adolescents, selon Lagueux, aucune différence significative n’a pu être observée entre le traitement spécialisé et le traitement « traditionnel ». Qu’en est-il chez les adultes ? Bien qu’on sache que le traitement spécialisé est efficace, il faudrait vérifier s’il diffère beaucoup d’un traitement « général » dispensé par des intervenants motivés et encadrés.

Bibliographie

RÉFÉRENCES1

Beauregard, E., Lussier, P., Proulx, J. (2005). The role of sexual interests and situational factors on rapists’ modus operandi: Implications for offender profiling. Legal and Criminological Psychology, 10, 1-15.

Cyr, M., Wright, J., McDuff, P., Perron, A. (2002). Intrafamilial sexual abuse: Brother-sister incest does not differ from father-daughter and stepfather-stepdaughter incest. Child Abuse and Neglect, 26 (9), 957-973.

Jacob, M. (1999). Le traitement des adolescents agresseurs sexuels en clinique externe. Forensic, revue de psychiatrie et de psychologie légale, 21, 19-22.

Lafortune, D., Tourigny, M., Proulx, J., Metz, K. (2005). Les interventions québécoises pour adolescents auteurs d’agression sexuelle. Revue de psychoéducation, 36 (1), 25-56.

Lagueux, F., Tourigny, M. (1999). État des connaissances au sujet des adolescents agresseurs sexuel. Québec : Ministère de la Santé et des Services sociaux.

Le Blanc, M., Lapointe, C. (1999). Agression sexuelle chez les garçons : comparaison des agresseurs, des agressés et des agresseurs agressés avec les autres adolescents en difficulté. Revue canadienne de criminologie, 479-511.

Leclerc, B., Proulx, J. (2006). La pléthysmographie pénienne chez les auteurs d’agression sexuelle. In : T. Pham (dir.). L’évaluation diagnostique des auteurs d’agression sexuelle. Hayen (Belgique) : Mardaga, 137-159.

Lussier, P., Proulx, J., Le Blanc, M. (2005). Criminal propensity, criminal activity and deviant sexual interests of sexual aggressors against women. Criminology, 43, 249-281.

Renaud, P., Proulx, J., Rouleau, J.-L., Bradford, J., Fedoroff, P., Bouchard, S. (2007). L’utilisation de personnages virtuels et de technologies de suivi oculomoteur en clinique de la délinquance sexuelle. Revue québécoise de psychologie, 28, 1-12.

Tardif, M., Hébert, M., Béliveau, S. (2005). La transmission intergénérationnelle de la violence chez les familles d’adolescents qui ont commis des agressions sexuelles. In : M. Tardif (dir.). L’agression sexuelle : coopérer au-delà des frontières. Montréal : Cifas, 151-180.

Notes

1 Ainsi que nous l’avons déjà mentionné, des services aux enfants ayant des comportements sexuels problématiques ont été mis sur pied dans certaines régions, mais les intervenants considèrent qu’il faudra quelques années pour qu’ils soient pleinement utilisés.

Notes de fin

1 La bibliographie complète se trouve sur le site Internet des Presses de l’Université de Montréal : www.pum.umontreal.ca

Auteurs

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search