Version classiqueVersion mobile

Traité de criminologie empirique

 | 
Marc Le Blanc
, 
Maurice Cusson

Deuxième partie. Le criminel

9. La délinquance féminine : un caractère spécifique à nuancer

Nadine Lanctôt

Texte intégral

1Il n’y a pas si longtemps, Bertrand (1979) publiait un livre intitulé La femme et le crime. Dès la première phrase de cet ouvrage, l’auteure affirmait ceci : « Ce livre est consacré à un non-phénomène, l’absence des femmes de la scène de la criminalité officielle, et à la signification de cette absence » (p. 9). Cette affirmation transcendait les frontières québécoises et canadiennes. Bertrand (1979) précise que l’invisibilité des personnes de sexe féminin sur la scène officielle de la criminalité figurait parmi les thèmes les plus populaires dans la littérature criminologique jusque dans les années 1970. Puisque le nombre de filles et de femmes qui faisaient face à la justice en raison de comportements jugés suffisamment graves pour se solder par une prise en charge était si faible, les chercheurs n’estimaient pas important d’étudier cette population.

2La fin des années 1990 a été marquée toutefois par un revirement important dans la façon de traiter la délinquance féminine. D’une part, l’attention des médias s’est portée au Canada vers des événements isolés, mais particulièrement violents, commis par des adolescentes (Verlaan et Déry, 2006). La question de la violence au féminin est alors apparue comme relativement nouvelle et a commencé à préoccuper la population. Barron et Lacombe (2005) estiment toutefois que le traitement médiatique de ces crimes était tendancieux, qu’il exagérait le potentiel de violence des adolescentes. Quoi qu’il en soit, l’inquiétude s’est vite répandue, d’autant que les statistiques officielles des années 1990 laissaient entrevoir une montée de la violence commise par des adolescentes (Verlaan et Déry, 2006). Cet intérêt pour la violence des adolescentes est allé croissant dans les écrits scientifiques, comme en témoigne la multiplication des publications mettant en lumière la hausse de la violence dans cette population.

3Ici comme ailleurs, l’intérêt manifesté pour les questions de recherche liées à la délinquance féminine s’est accru. Au cours de la dernière décennie, la question centrale que les chercheurs se sont employés à examiner sous différents points de vue est la suivante : En quoi la délinquance féminine présente-t-elle un caractère spécifique ? La délinquance féminine sera donc envisagée sous différents angles : son évolution au cours des dernières décennies, ses modes d’expression, ses facteurs de risque, ses trajectoires et les conséquences qui en découlent, ainsi que les enjeux sur le plan de l’intervention. Puisque les questions apparues récemment dans le domaine de la délinquance féminine se trouvent englobées dans la délinquance juvénile, les études retenues dans ce chapitre portent sur des échantillons de filles ou d’adolescentes. La délinquance des femmes adultes sera donc laissée de côté. Enfin, vu leur nombre considérable, nous concentrerons notre attention sur les études consacrées à la délinquance féminine au Québec.

L’AMPLEUR DE LA DÉLINQUANCE DES ADOLESCENTES AU FIL DES DÉCENNIES : PLURALITÉ DE STATISTIQUES ET PLURALITÉS DE CONSTATS

4La délinquance au féminin suscite, depuis quelques années, de plus en plus d’intérêt en criminologie. Étant donné le brusque changement dans la manière de traiter le sujet, surtout en ce qui concerne la population adolescente, il importe de répondre à la question suivante : la délinquance des adolescentes a-t-elle véritablement augmenté au cours des 30 dernières années ? La réponse à cette question varie selon le type d’infraction (contre la personne ou contre les biens), l’unité de mesure (les taux ou les pourcentages) et les types de statistiques (officielles ou autorévélées).

La délinquance des adolescentes selon les statistiques officielles

5L’analyse des données de la Déclaration uniforme de la criminalité (DUC) de 1974 à 2003 indique que les taux d’accusation des adolescentes pour les délits contre la personne et pour les délits contre les biens ont évolué différemment au fil des décennies. D’une part, les taux d’accusation des adolescentes pour des délits contre la personne ont augmenté de façon fulgurante au cours des 30 dernières années (Bélanger et Ouimet, 2010). Le taux d’accusation pour des voies de fait est passé de 26,9/100 000 en 1974 à 428,8/100 000 en 2003, ce qui représente une hausse de 1 494 %. Bien que moins marquée, une hausse s’observe aussi pour les vols qualifiés. Le taux d’adolescentes accusées pour ce genre de délit a augmenté de 400 %, passant de 8/100 000 en 1974 à 40/100 000 en 2003. Pour les voies de fait et les vols qualifiés, une augmentation graduelle des taux a été enregistrée jusqu’en 1984, et les taux ont ensuite grimpé de façon exponentielle dans les années 1990 (Bélanger et Ouimet, 2010). Une légère baisse semble toutefois se maintenir depuis 2002-2003, année de la mise en œuvre de la Loi sur le système de justice pénal pour les adolescents (Centre canadien de la statistique juridique, 2008). Par ailleurs, les taux d’accusation des adolescentes pour des délits contre les biens suivent une tendance différente. Une hausse considérable des taux a été enregistrée entre le début des années 1970 et le début des années 1990 (une augmentation d’environ 200 % pour les vols et d’environ 100 % pour les introductions par effraction), mais une baisse constante s’observe depuis les 15 dernières années (Bélanger et Ouimet, 2010 ; Centre canadien de la statistique juridique, 2008). En raison de ces mouvements successifs de hausse et de baisse, les taux enregistrés au début des années 2000 se rapprochent de ceux qui existaient au début des années 1970 (501/100 000 pour les vols et 97/100 000 pour les introductions par effraction).

6Il est possible aussi, pour retracer l’évolution de la délinquance des adolescentes, de mesurer la proportion des adolescentes par rapport à l’ensemble des mineurs accusés d’une infraction. Les statistiques indiquent que les adolescentes demeurent minoritaires dans le système de justice juvénile, mais qu’elles y sont de plus en plus présentes. Dix pour cent des causes traitées en 1985 par les tribunaux de la jeunesse concernaient des adolescentes. Le taux est passé de 20 % en 1995 à 27 % en 2006 (Centre canadien de la statistique juridique, 2008 ; Statistique Canada, 1997). Plus précisément, les statistiques policières analysées par Bélanger et Ouimet (2010) révèlent que les adolescentes sont de plus en plus nombreuses parmi les personnes accusées d’une infraction contre la personne ou contre les biens. Alors qu’en 1974 les adolescentes représentaient 19 % des personnes mineures accusées de voies de fait, la proportion était de 31 % en 2003. La proportion des adolescentes parmi les mineurs accusés de vol qualifié est passée de 8 % à 15 % entre 1974 et 2003. Celle des adolescentes accusées de vol et d’introduction par effraction a également augmenté, malgré la diminution des taux d’accusation pour ces infractions. Il en résulte que les taux de mise en accusation pour les délits contre la propriété ont diminué à un rythme plus rapide pour les adolescents que pour les adolescentes. Au début des années 1970, les adolescentes représentaient respectivement 23 % et 5 % des mineurs mis en accusation pour des vols et des introductions par effraction. Ces proportions ont grimpé à 34 % et à 10 % au début des années 2000.

7Enfin, les statistiques qui détaillent les sentences subies par les adolescents des deux sexes donnent des indications pour calculer la proportion des adolescents de sexe féminin jugés les plus à risque pour la protection de la société, c’est-à-dire ceux qui ont fait l’objet d’une ordonnance de mise sous garde. Ces statistiques indiquent que les adolescentes sont peu nombreuses à être mises sous garde dans les établissements destinés aux jeunes contrevenants. Au Canada, en 1991, elles ne représentaient que 10 % de la population juvénile mise sous garde. Cette proportion a augmenté graduellement jusqu’en 2002 pour atteindre un sommet de 18 %. Depuis 2003, année où la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents a remplacé la Loi sur les jeunes contrevenants, la proportion des adolescentes parmi les jeunes mis sous garde s’établit à 15 %. Au Québec, la clientèle féminine mise sous garde est encore moins nombreuse : la proportion s’établissait à près de 3 % en 1991 et elle se chiffrait à 5 % en 2006 (enquête sur les tribunaux de la jeunesse de 1991-1992 à 2006-2007).

8En conclusion, les statistiques officielles nous conduisent à affirmer que les adolescentes sont traduites en justice plus souvent que dans le passé. Cette hausse se traduit surtout par une augmentation des accusations pour des délits contre la personne. Pour différentes raisons, cela ne doit pas être interprété de façon trop alarmiste. Premièrement, il faut signaler qu’une hausse de la violence a aussi été enregistrée chez les adolescents, de sorte que la délinquance des adolescentes suit sensiblement la même tendance (Bélanger et Ouimet, 2010 ; Centre canadien de la statistique juridique, 2008). Deuxièmement, il faut savoir que les taux de mise en accusation des adolescentes demeurent nettement inférieurs à ceux des adolescents. Troisièmement, le degré de gravité objective de la délinquance des adolescentes demeure moindre puisque l’écart entre les sexes s’accroît avec la gravité des délits. Si on se réfère aux taux, les adolescentes accusées de vols, de voies de fait simples, de voies de fait graves, de vols qualifiés et d’introductions par effraction sont respectivement 1,3 fois, 2 fois, 3,5 fois, 6,5 fois et 8,5 fois moins nombreuses que les adolescents (Centre canadien de la statistique juridique, 2008). Enfin, il importe de se rappeler que les statistiques officielles reflètent les changements d’attitudes du système de justice et de la société (Bélanger et Ouimet, 2010). Il est ainsi assez difficile de déterminer l’évolution de la délinquance des adolescents et des adolescentes au cours des 30 dernières années, car la loi a été modifiée à trois reprises au cours de cette période (en 1985, 1995 et 2003). La société se montre également de moins en moins tolérante face à la violence, comme en témoignent les politiques de tolérance zéro dans les écoles. Pour toutes ces raisons, il convient d’interpréter avec circonspection les statistiques officielles et de garder à l’esprit que ces dernières donnent de précieuses indications sur l’attitude de la justice à l’égard de la délinquance des adolescents et des adolescentes.

La délinquance des adolescentes selon les sondages autorévélés

9De nombreuses études rapportent que les différences entre les sexes s’estompent grandement lorsque l’étude des comportements délinquants se fonde sur les informations rapportées par les jeunes eux-mêmes et non pas sur les statistiques officielles (Lanctôt et Le Blanc, 2002). Bien que ces statistiques révèlent généralement un taux de délinquance plus élevé chez les garçons que chez les filles, les ratios qui y sont rapportés sont très rarement supérieurs à trois pour un. Elles évaluent cependant une gamme étendue de difficultés de comportement qui relèvent parfois davantage des troubles du comportement que de la délinquance proprement dite. La gravité objective de ces comportements tend donc à être moindre que celle des comportements rapportés dans les statistiques policières.

10Les études menées auprès d’échantillons d’écoliers et d’écolières rapportent des différences entre les sexes, mais elles sont relativement faibles. Ainsi, Lacourse et ses collaborateurs (2004) ont évalué la prévalence de comportements autorévélés dans un échantillon canadien représentatif de jeunes de 12-13 ans (Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes). Les comportements évalués sont ceux qui servent à établir le diagnostic du trouble des conduites selon le DSM-IV (1994). Pour tous les comportements, à l’exception des fugues, la prévalence observée était significativement plus élevée chez les garçons que chez les filles. Les écarts sont toutefois assez minces puisque peu de comportements affichent un ratio garçons-filles supérieur à 3/1. Seul le fait de causer des blessures dans une bagarre atteint ce ratio. Des résultats analogues sont rapportés dans une étude menée auprès de 167 adolescents et de 183 adolescentes inscrits, en 1999, dans une classe d’école régulière de la région de Montréal (Lanctôt, 2002). Les adolescents sont environ deux fois plus impliqués que les adolescentes dans des actes de violence dirigés contre autrui et de destruction matérielle. Les ratios les plus élevés se rapportent à l’utilisation de la force physique contre autrui (4/1) et au vol par effraction (5/1). Par contre, les adolescentes de cet échantillon sont plus portées que les adolescents à fuguer (3/1).

11L’écart entre les sexes diminue encore plus dans les échantillons d’adolescents et d’adolescentes suivis pour des raisons de comportement. Lanctôt (2002) a évalué la proportion des adolescents et des adolescentes en difficulté qui ont admis avoir connu des troubles de comportement et s’être livrés à des activités délinquantes. Les 150 filles et 506 garçons de l’échantillon avaient été l’objet d’une ordonnance de la Chambre de la jeunesse de Montréal en 1992-1993. Si on se fonde sur les informations fournies par ces jeunes, seuls les vols graves ont des ratios garçons-filles supérieurs à 2/1. Ces activités incluent le vol par effraction (3/1), le vol de plus de 100 $ (3/1) et le vol de véhicules à moteur (7/1). Les actes d’agression physique (se battre à coups de poing, faire usage d’une arme, utiliser la force physique) ont un ratio garçons-filles inférieur (environ 1,5/1). L’étude de Toupin (2006) porte aussi sur un échantillon d’adolescents (n = 262) et d’adolescentes (n = 98) pris en charge par les Centres jeunesse à cause de difficultés de comportement (ils présentent tous au moins un des symptômes du trouble de la conduite définis dans le DSM-III-R). Les comportements évalués se rapportent au trouble de la conduite. Seule l’introduction par effraction présente un ratio garçons-filles supérieur à 3/1. Enfin, Déry et Lapalme (2006) rapportent qu’une proportion équivalente (33 %) de filles et de garçons recevant des services complémentaires à l’école en raison de leurs troubles de comportement manifestent des symptômes caractéristiques d’un trouble de la conduite selon le DSM-III-R.

12Par ailleurs, très peu d’études se sont attachées à évaluer la délinquance des adolescentes sur une longue période au moyen d’enquêtes autorévélées. Faute de disposer de données québécoises permettant de mesurer la délinquance autorévélée sur une période continue de 30 ans, Bélanger, Lanctôt et Lemieux ont analysé des données américaines colligées annuellement par l’Institut de recherche de l’Université du Michigan depuis 1975 (pour une description complète du devis de recherche, voir Bachman et Johnston, 1978). Chaque année depuis 1975, l’enquête sollicite environ 15 000 étudiants de 12e année (âge moyen de 18 ans) provenant de 130 écoles. Deux constats généraux ressortent de l’étude de Bélanger, Lanctôt et Lemieux. Premièrement, la délinquance autorévélée des adolescentes de 18 ans est demeurée à peu près stable depuis les 30 dernières années, tant à l’égard de la prévalence qu’à l’égard de la fréquence de la délinquance contre les personnes et contre les biens. Malgré quelques fluctuations enregistrées, la proportion des adolescentes qui rapportent s’être livrées au moins une fois à des activités délinquantes au cours d’une période donnée a peu varié de 1976 à 2006 ; le taux est d’environ 20 % pour les délits contre la personne et d’environ 40 % pour les délits contre les biens. De plus, les adolescentes s’impliquent très rarement dans des activités délinquantes. Deuxièmement, bien que, globalement, les adolescentes aient peu d’activités délinquantes, une proportion de plus en plus grande, quoique encore largement minoritaire, se retrouve parmi les surproducteurs de délits. Plus précisément, la proportion des adolescentes parmi les jeunes fortement impliqués dans des délits violents (ceux qui affichent des fréquences d’au moins un écart-type au-dessus de la moyenne) augmente graduellement depuis le début des années 1990 : elle est passée d’environ 20 % au début des années 1990 à 28 % en 2006. L’augmentation des délits contre les biens n’est cependant pas du même ordre. Nous pouvons supposer que ce petit noyau dur d’adolescentes violentes est responsable, du moins en partie, de la hausse de la violence enregistrée dans les statistiques sur les tribunaux pour mineurs.

BILAN : LES ADOLESCENTES SONT-ELLES VÉRITABLEMENT PLUS DÉLINQUANTES QUE DANS LE PASSÉ ?

13Il convient d’être prudent dans la réponse qu’on apporte à la question de savoir si la délinquance des adolescentes a véritablement augmenté au cours des 30 dernières années. D’abord, d’une décennie à l’autre, c’est le même constat : les adolescentes s’engagent moins dans la délinquance que les adolescents, et cette différence entre les sexes augmente avec la gravité des délits. Ensuite, l’analyse des tendances indique que les mises en accusation pour des délits contre les biens tendent à diminuer, quoique moins rapidement chez les adolescentes que chez les adolescents, et leur prévalence est demeurée plutôt stable selon les sondages autorévélés. Les statistiques officielles rapportent une hausse notable des mises en accusation des adolescentes pour des délits de violence, mais cette hausse ne se retrouve pas dans les statistiques autorévélées. Ainsi, la proportion des adolescentes qui affirment s’être impliquées dans des activités violentes est restée relativement la même au cours des 30 dernières années. Toutefois, un petit noyau d’adolescentes très violentes semble se démarquer de plus en plus depuis le début des années 1990. En conclusion, la délinquance des adolescentes n’a pas beaucoup changé au cours des 30 dernières années si l’on se fie aux sondages de délinquance autorévélée. Par contre, les gestes violents commis par les adolescentes sont de plus en plus portés à l’attention du système de justice des mineurs. Cela explique le fait que le désir de mieux comprendre l’apparition et le développement des activités délinquantes des adolescentes se soit rapidement fait sentir.

LA NOTION DE SPÉCIFICITÉ ATTACHÉE À LA DÉLINQUANCE FÉMININE

Le traitement de la délinquance féminine dans les écrits théoriques et empiriques

14Les chercheurs ont longtemps considéré que la délinquance féminine ne représentait pas une menace suffisamment sérieuse à l’ordre social pour qu’ils y portent une réelle attention dans le cadre de leurs recherches. Le développement de la connaissance criminologique s’est donc presque exclusivement articulé autour de la réalité masculine (Laberge, 1991 ; Lanctôt et Le Blanc, 2002). Jusqu’à tout récemment, l’étude de la délinquance féminine se limitait surtout à des parenthèses ou à des notes de bas de page (Bertrand, 1979). De plus, les brèves références à la délinquance féminine insistaient sur l’aspect protecteur des rôles assignés par la société aux jeunes filles et aux femmes ; elles expliquaient davantage leur conformité que leur propension à la délinquance (Lanctôt et Le Blanc, 2002). De surcroît, un très grand nombre de publications faisaient ressortir la différence considérable qui existait entre le poids de la délinquance féminine et celui de la délinquance masculine. On faisait valoir le caractère bénin de la délinquance des adolescentes. Bertrand (1979) déplorait, à cet égard, que la criminologie se contente de mettre la délinquance féminine en parallèle avec la délinquance masculine.

15Par conséquent, les théories dominantes en criminologie ont pris la délinquance des garçons comme point de départ. Un exemple rapporté par Lanctôt et Le Blanc (2002) est particulièrement éloquent. Il concerne la théorie de la tension (strain theory) de Cohen (1955) et de Cloward et Ohlin (1960). Cette théorie affirme que les garçons des classes défavorisées ont de la difficulté à obtenir la réussite matérielle et à acquérir le prestige social, deux buts valorisés par la classe moyenne. Cet échec provoque chez eux un état de tension, et la délinquance devient un exutoire. Celle-ci constituerait pour les garçons des classes défavorisées un moyen de se donner un statut social par le recours à la violence. Cohen (1955) ainsi que Cloward et Ohlin (1960) précisent toutefois que cela ne vaut que pour les garçons. Selon eux, les filles éprouvent peu de tensions et les buts qu’elles se fixent (qui consistent essentiellement à se marier et à fonder une famille) sont facilement réalisables, contrairement à ceux des garçons. Ils ajoutent que les filles n’ont aucun intérêt à se tourner vers des sous-cultures délinquantes pour atteindre un statut social. Bien au contraire, elles doivent se montrer respectueuses des normes et des valeurs sociales si elles veulent s’assurer un avenir heureux. Les propos de ces auteurs montrent que ces théories visent à rendre compte de la délinquance des garçons et non de celle des filles.

16Dans les années 1970, les féministes ont vivement contesté cette conception masculine. Elles déploraient le fait que les théories criminologiques classiques véhiculent des valeurs masculines et soient remplies de jugements sexistes (voir Lanctôt et Le Blanc, 2002, pour une revue complète). Les travaux réalisés dans une optique féministe vont même jusqu’à dire que ces théories sont inappropriées pour comprendre la délinquance féminine et que, pour expliquer celle-ci, il est nécessaire d’élaborer des théories qui soient fondées sur le point de vue des femmes. Bien que cette manière de voir soit perçue comme trop idéologique (voir Lanctôt et Le Blanc, 2002, pour une revue complète), elle a contribué à donner à la délinquance féminine la place qui lui revient dans la littérature criminologique. Le nombre de recherches portant sur la délinquance féminine et sur les facteurs qui lui sont associés a beaucoup augmenté vers la fin des années 1990.

17Certaines théories ont subi des modifications importantes afin de les amener à mieux rendre compte de la réalité des délinquantes. Ainsi, Agnew a revu en 1992 la théorie de la tension, élaborée il y a plus d’un demi-siècle. Ainsi que le montrent Broidy et Agnew (1997), cette théorie fournit un cadre explicatif particulièrement adapté à la réalité des filles et des femmes. Des études québécoises ont également été menées en ce sens : Lanctôt et Le Blanc (2002) ont ainsi proposé un modèle qui intègre différentes perspectives théoriques. Ce modèle assure l’ajustement des notions théoriques existantes et rend superflue la construction de théories spécifiques. Lanctôt et Le Blanc (2002) affirment que les théories criminologiques classiques doivent servir de cadre de référence pour le choix des concepts théoriques. Des ajustements doivent être par la suite apportés en fonction des connaissances acquises sur les différences sexuelles et sur certaines particularités de la réalité féminine. Ce modèle théorique tient compte des ressemblances et des différences entre les sexes.

18Sur le plan empirique, les études privilégient maintenant les échantillons mixtes plutôt que les échantillons uniquement masculins. Il faut cependant signaler que la représentation de la population féminine dans les études empiriques récentes demeure encore faible. En réalité, plutôt que d’étudier à fond la délinquance féminine, la majorité des travaux qui emploient des échantillons mixtes n’utilisent le sexe que comme variable de contrôle (Lanctôt et Le Blanc, 2002). Par ailleurs, Toupin (2006) met en évidence un problème de nature empirique qui concerne les stratégies d’échantillonnage. Lorsque l’échantillon est « populationnel », c’est-à-dire lorsqu’il est choisi dans la population générale, un nombre très limité de filles présentent des activités délinquantes précoces, fréquentes et persistantes. La capacité statistique des études devient alors problématique. Par exemple, en se fondant sur un échantillon de 1 758 enfants fréquentant une école maternelle du Québec, Côté, Tremblay et Vitaro (2003) ont trouvé seulement 7 filles qui étaient associées à la trajectoire élevée de violence physique (comparativement à 46 garçons). D’un autre côté, lorsque les recherches sont menées auprès d’un échantillon dit « clinique », c’est-à-dire d’un échantillon de participants qui bénéficient d’une intervention, le nombre de problèmes cooccurrents à la délinquance sont si nombreux (notamment les antécédents d’abus sexuel et les diagnostics de troubles de santé mentale) qu’il devient difficile d’isoler les facteurs spécifiques liés à la délinquance.

La délinquance des adolescentes : la possible spécificité de ses modes d’expression

19Les recherches théoriques et empiriques ont amené les chercheurs à s’interroger sur la possible spécificité de la délinquance féminine. Ils sont vite parvenus à un consensus : la recherche sur la délinquance féminine doit s’appliquer à redéfinir l’agir délinquant de façon à pouvoir évaluer avec davantage de justesse l’ensemble des comportements inadaptés des adolescentes (Parent, 1992 ; Lanctôt et Le Blanc, 2002 ; Verlaan, Déry, Toupin et Pauzé, 2005). La notion de délinquance a été remplacée par les notions de trouble de comportement ou de difficulté de comportement. Les nombreuses études reposant sur des enquêtes aut0révélées indiquent en effet que les problèmes des adolescentes ne se traduisent pas tant par des activités délinquantes proprement dites, c’est-à-dire des conduites qui contreviennent au Code criminel, que par des comportements de rébellion et d’opposition, et par des comportements susceptibles de compromettre leur sécurité et leur développement (gestes de désobéissance, fugues, consommation de drogues, etc.). Les conduites des filles tendent aussi à être moins voyantes que celles des garçons, elles privilégient des formes de violence plus discrètes comme l’agression indirecte (aussi nommée violence relationnelle) (Beaudoin, 2006 ; Côté, 2007 ; Verlaan, Déry, Toupin et Pauzé, 2005).

20Bon nombre d’études québécoises ont porté sur l’agression indirecte des filles. Ce type d’agression réfère aux comportements suivants : répandre des rumeurs, divulguer les secrets des autres, dégrader, ridiculiser, isoler ou exclure une personne du groupe d’amis et porter atteinte à la réputation (Verlaan, Déry, Toupin et Pauzé, 2005). Ces comportements sont adoptés davantage par les filles que par les garçons (Côté, 2007 ; Verlaan, Déry, Toupin et Pauzé, 2005), quoique les différences entre les sexes tendent à s’atténuer au cours de l’adolescence et dans les échantillons cliniques (Beaudoin, 2006). Les filles préfèrent ce mode d’agression, qui inflige des blessures émotives et sociales aux autres, à l’agression physique. Ces comportements serviraient à renforcer leur propre statut social (voir la recension de Verlaan, Déry, Toupin et Pauzé, 2005). De plus, les filles jugent que les torts causés par ce type d’agression l’emportent sur les torts causés par des blessures physiques (voir la recension de Beaudoin, 2006). Étant donné la nature de cette forme de violence, les conduites agressives des filles passent souvent inaperçues. Cependant, leurs effets sur les victimes peuvent être très dévastateurs (Verlaan et Besnard, 2006). Il importe donc de déterminer si les conduites répétitives et persistantes d’agression indirecte constituent un signe d’inadaptation psychosociale, à l’instar de l’agression physique.

21Selon les études empiriques, le recours à un éventail plus large de conduites agressives, plutôt que le recours à des indices qui se limitent à l’agression physique, semble mieux convenir pour dépister les filles à risque de difficultés d’adaptation. Se fondant sur un échantillon d’écolières (âge moyen = 12 ans), Verlaan et ses collègues (2005) ont vérifié si les filles qui agressent de façon indirecte exclusivement (n = 32) ont plus de difficultés d’adaptation que les filles non agressives (n = 68), et si elles ont les mêmes difficultés que les filles qui ont recours à l’agression directe et indirecte (n = 35). L’agression directe inclut les diverses formes de violence physique et verbale. Les résultats indiquent que les filles qui s’adonnent à l’agression indirecte exclusivement diffèrent nettement des filles non agressives : elles font face à plus de difficultés familiales et sociales et rapportent plus de problèmes émotifs (anxiété/dépression) et plus de délinquance. Les résultats révèlent aussi que les filles qui agressent uniquement de façon indirecte ont des problèmes psychosociaux et familiaux semblables à ceux des filles qui agressent de façon directe et indirecte. Toutefois, ces dernières sont plus impliquées dans la délinquance et souffrent plus d’anxiété ou de dépression. Il est possible que la combinaison de ces conduites agressives ait pour effet d’aggraver les difficultés d’adaptation des filles (Verlaan, Déry, Toupin et Pauzé, 2005). Beaudoin (2006) a étudié, quant à elle, les relations entre les formes de violence (relationnelle ou physique) et les habiletés sociales chez des adolescentes (n = 142) hébergées dans des centres jeunesse. L’étude montre que les deux formes de violence sont liées à des déficits sur le plan des habiletés sociales. Plus leurs conduites sont violentes, sur le plan relationnel ou physique, plus les adolescentes ont de la difficulté à entrer en relation avec autrui de façon prosociale, à maîtriser leur colère, à gérer leur stress et à résoudre des problèmes. Dans une autre étude, Beaudoin, Lanctôt et Le Blanc (2006) ont vérifié si ces relations varient en fonction du sexe. Ils ont observé des différences significatives. Chez les adolescentes (n = 142), le manque d’habiletés sociales est associé plus fortement à la violence relationnelle qu’à la violence physique. Chez les adolescents (n = 95), c’est le contraire : les faibles habiletés sociales sont plutôt liées à la violence physique. Ces résultats viennent appuyer l’hypothèse selon laquelle les indicateurs les plus souvent utilisés pour désigner les garçons à risque d’éprouver des difficultés d’adaptation ne sont pas nécessairement les plus appropriés pour les filles.

22D’autres études ont porté spécifiquement sur l’adhésion des adolescentes à des gangs. Ces études mettent en lumière le fait que la victimisation, qu’elle soit physique, psychologique ou sexuelle, est un élément marquant de l’expérience des adolescentes dans les gangs de rue (Arpin, Dubois, Dulude et Bisaillon, 1994 ; Fournier, Cousineau et Hamel, 2004, 2006 ; Grégoire, 2002 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998). À cela s’ajoute, dans bien des cas, l’exploitation sexuelle (danser nue, se prostituer) (Fournier, Cousineau et Hamel, 2004, 2006). Cette réalité est fort préoccupante, non seulement parce qu’elle continue d’être présente, mais aussi parce que nombreuses sont les adolescentes membres de gangs à alléguer leur besoin de protection pour justifier leur affiliation (Grégoire, 2002). Un certain déni entoure d’ailleurs cette réalité, puisque les adolescentes tendent à projeter les éléments de soumission et d’exploitation sur les autres filles du gang afin de préserver une image positive d’elles-mêmes (Arpin, Dubois, Dulude et Bisaillon, 1994 ; Fournier, Cousineau et Hamel, 2004, 2006). Par ailleurs, les adolescentes membres de gangs sont impliquées dans diverses activités délinquantes comme la fraude, le vandalisme, le vol, la vente de drogues, le transport d’armes et les voies de fait (Arpin, Dubois, Dulude et Bisaillon, 1994 ; Grégoire, 2002 ; Fournier, Cousineau et Hamel, 2004 ; Lanctôt et Le Blanc, 1997). Toutefois, ce sont bien souvent les membres masculins du gang qui leur demandent d’exercer ces activités délinquantes. Les adolescentes sont ainsi de simples exécutantes (Fournier, Cousineau et Hamel, 2006).

La délinquance des adolescentes : la possible spécificité des facteurs de risque

23Dans la définition des particularités de la délinquance féminine, il a aussi été tenu compte des facteurs de risque. Sur le plan théorique, les études d’orientation féministe affirment que les facteurs explicatifs de la délinquance féminine sont tout à fait différents de ceux de la délinquance des garçons. La délinquance des filles serait essentiellement une réponse à une situation d’oppression et de victimisation (voir Lanctôt et Le Blanc, 2002, pour une revue). Cependant, les études empiriques ne soutiennent pas l’hypothèse de la spécificité des facteurs de risque. Elles dégagent des points de ressemblance et de divergence entre les sexes.

24Différentes pistes de recherche ont mis en évidence un certain nombre de similitudes entre les sexes. D’abord, il est clairement établi que les adolescentes qui, comme les adolescents, présentent de sérieuses difficultés de comportement connaissent différents déficits sociaux et personnels qui affectent toutes les sphères de leur vie. Les adolescentes prises en charge par les Centres jeunesse en raison de leurs troubles de comportement diffèrent à plusieurs égards des adolescentes de la population générale. Ces adolescentes proviennent de familles démunies et instables, ont des parents qui ont des pratiques éducatives insuffisantes et incohérentes, s’entendent mal avec eux, s’engagent moins dans leurs études, fréquentent des délinquants et des lieux propices à la déviance, respectent moins les normes sociales et montrent plus de signes de dépression, d’insensibilité et d’impulsivité (Lanctôt, 2001 ; Toupin, 2006). Ces traits caractéristiques s’observent aussi chez les adolescents qui ont des difficultés de comportement (Fréchette et Le Blanc, 1987). Par ailleurs, les facteurs les plus fortement associés aux difficultés de comportement tendent à demeurer les mêmes d’un sexe à l’autre. Dans une étude menée auprès de 150 adolescentes judiciarisées en raison de leurs graves troubles de comportement ou de leurs activités délinquantes, Lanctôt (2006b) indique que les facteurs liés le plus fortement au potentiel antisocial des adolescentes délinquantes se rattachent habituellement au stéréotype du délinquant masculin (Côté, 2004) : la dureté (position hostile envers autrui, manque de considération pour les autres, impulsivité) et l’adoption de valeurs antisociales (franche opposition aux normes sociales et aux figures d’autorité). Toupin (2006) arrive aussi à des résultats analogues : il ne constate aucune différence dans les indices d’insensibilité et d’impulsivité entre les adolescents (n = 109) et les adolescentes (n = 44) suivis par les Centres jeunesse et présentant un trouble de la conduite. Les adolescentes membres de gangs plongées dans la délinquance ont également un profil social et personnel semblable à celui des adolescents membres de gangs (Lanctôt et Le Blanc, 1997). Enfin, les études qui comparent systématiquement les adolescents et les adolescentes pris en charge en raison de leurs difficultés de comportement observent dans l’ensemble de grandes similitudes entre les facteurs de risque liés aux difficultés de comportement (Bélanger et Lanctôt, 2006 ; Paquette, Pauzé et Joly, 2006 ; Pauzé, Paquette, Yergeau et Touchette, 2006 ; Toupin, 2006). Toupin (2006) signale que cette absence de différences peut s’expliquer par un effet de sélection, par le fait que les milieux cliniques ne retiennent que les cas les plus lourds.

25Au-delà de ces similitudes entre les sexes, certains facteurs de risque ou problèmes concomitants se rencontrent davantage chez les adolescentes. Premièrement, quelques études suggèrent que les adolescentes aux prises avec des difficultés de comportement évoluent au sein de familles particulièrement désavantagées. Ces adolescentes sont plus nombreuses que leurs vis-à-vis masculins à vivre dans un milieu familial instable où la violence sévit et où les relations parents-enfants sont très pauvres (Bélanger et Lanctôt, 2006 ; Paquette, Pauzé et Joly, 2006). Ces déficits familiaux sont encore plus marqués chez les adolescentes qui ont un trouble de la conduite et font une consommation abusive de psychotropes (Laventure, Déry, Pauzé et Toupin, 2008). Deuxièmement, on constate des différences majeures entre les sexes sur le plan des problèmes intériorisés. Le profil clinique des adolescentes suivies dans les centres jeunesse en raison de leurs problèmes de comportement indique en effet d’importants problèmes de santé mentale tels que la dépression (Pauzé, Paquette, Yergeau et Touchette, 2006 ; Toupin, 2006) et les idées suicidaires (Paquette, Pauzé et Joly, 2006). Par exemple, Toupin (2006) précise que 27 % des adolescentes présentant un trouble de la conduite selon le DSM-III-R ont aussi fait l’objet d’un diagnostic de dépression. Cette proportion est nettement moindre pour les adolescents ; elle se chiffre à 6 %. Les adolescentes présentent aussi plus souvent que les adolescents des sentiments d’aliénation (méfiance à l’égard d’autrui, sentiment d’insuffisance, sentiment d’être différent), de l’anxiété sociale, de la passivité ainsi que des sentiments d’anxiété, de détresse affective et d’irritabilité (Côté, 2004). Les liens causaux entre ces problèmes intériorisés et la délinquance sont cependant peu documentés (Lepage, Marcotte et Fortin, 2006).

26Il apparaît encore plus important de mentionner que les adolescentes qui ont des problèmes de comportement présentent très souvent des antécédents de victimisation sexuelle. Les études menées auprès d’échantillons représentatifs d’adolescentes prises en charge par les Centres jeunesse en raison de graves troubles de comportement indiquent qu’entre le tiers et la moitié de ces adolescentes rapportent avoir été victimes d’agressions sexuelles (Lanctôt et Le Blanc, 2002 ; Pauzé, Paquette, Yergeau et Touchette, 2006 ; Toupin, 2006). Les proportions observées chez les adolescents (environ 5 %) sont largement inférieures (Lanctôt et Le Blanc, 2002 ; Pauzé, Paquette, Yergeau et Touchette, 2006). Les études menées auprès d’adolescentes victimisées sexuellement rapportent que ces dernières présentent plus de risques d’avoir des problèmes de comportement (Monette, Tourigny et Daigneault, 2008 ; Wright et autres, 2004). Ainsi, Monette, Tourigny et Daigneault (2008) précisent que 45 % des adolescentes agressées sexuellement ont aussi un trouble extériorisé. Les problèmes de comportement des victimes semblent toutefois se traduire de façon particulière, notamment par des fugues (Bernard, 2001 ; Wright et autres, 2004) et de la consommation de drogues (Rouette, 2006). Résumant l’état des connaissances actuelles, Tourigny, Hébert et Daigneault (2006) affirment que les problèmes de comportement sont clairement considérés dans la littérature comme une séquelle possible de l’agression sexuelle. Toutefois, la littérature est moins encline à conclure que la victimisation sexuelle est un facteur de risque en ce qui concerne les problèmes de comportement. Comme la plupart des études empiriques sont transversales, il est difficile d’établir des liens de cause à effet entre la victimisation et la délinquance. Une étude prospective menée auprès d’un échantillon américain de femmes ayant été placées dans des institutions pour jeunes délinquants au cours de l’adolescence a clarifié ce lien (Cernkovich, Lanctôt et Giordano, 2008). Le fait d’avoir été victime d’abus sexuels dans l’enfance augmente de 264 % les risques de se livrer fréquemment à des activités criminelles à l’âge adulte. Les études longitudinales sont donc essentielles pour mieux comprendre les facteurs explicatifs de la délinquance féminine.

Les trajectoires délinquantes des adolescentes : des spécificités qui s’accentuent au début de l’âge adulte

27Peu d’études longitudinales sur la délinquance des filles ont été publiées dans le monde jusqu’à maintenant. Elles seraient utiles pour décrire les trajectoires délinquantes des filles, pour déterminer les facteurs de risque et les conséquences qui y sont associées (Côté et autres, 2001 ; Fontaine et autres, 2009 ; Lanctôt et Le Blanc, 2002). Le Québec et le Canada disposent toutefois d’importantes données de recherche sur le sujet. Fontaine et ses collègues (2009) ont en effet récemment recensé les études portant sur les trajectoires développementales des conduites antisociales des filles. Treize des 46 publications recensées viennent du Québec et ont pour origine quatre études sources.

28Dans leur revue des études longitudinales, Fontaine et ses collègues (2008) concluent que les trajectoires des filles se comparent à celles des garçons. Cependant, une proportion nettement moindre de filles que de garçons a une trajectoire témoignant d’un engagement précoce et persistant dans la délinquance, ou de problèmes de comportement apparus tôt et durables. Dans la population générale, ce ratio varie de 10 à 15 garçons pour une fille (Fontaine et autres, 2008). Cet écart disparaît toutefois lorsque les trajectoires sont évaluées à partir d’indices plus globaux qui ciblent à la fois l’agression physique et l’agression indirecte ; autant de filles (11 %) que de garçons (12 %) suivent alors la trajectoire la plus défavorable (Côté et autres, 2007). Fontaine et ses collègues (2008) ont relevé une autre différence entre les sexes : un sous-groupe de filles s’engagerait « à retardement » dans la délinquance. Ces filles présenteraient d’importants facteurs de risque au cours de leur enfance, mais elles ne commenceraient à avoir des activités délinquantes qu’à l’adolescence. Différentes hypothèses ont été émises pour expliquer cette trajectoire particulière. Il se pourrait, par exemple, que le processus de socialisation enraye les problèmes de comportement au cours de l’enfance (Fontaine et autres, 2008).

29Quels que soient la nature des échantillons et les cycles de vie étudiés, les études longitudinales montrent que les problèmes de comportement des filles surgissent et se développent plus ou moins rapidement et acquièrent plus ou moins d’acuité. Malgré la diversité des trajectoires des filles qui ont des problèmes de comportement, on s’accorde pour dire que ces trajectoires se caractérisent davantage par le changement que par la continuité. Côté et ses collègues (2001) indiquent que, dans leur échantillon populationnel, 3 % des filles ont fait l’objet d’un diagnostic de trouble de la conduite à l’adolescence. La proportion des adolescentes présentant ce trouble grimpe toutefois à 20 % chez une petite minorité d’adolescentes (1,4 %) qui s’engagent résolument dans des comportements d’opposition et d’agression entre l’âge de 6 et 12 ans. Ces résultats montrent une certaine persistance des problèmes de comportement et surtout une forte capacité de changement. En effet, bon nombre d’adolescentes n’ont pas de troubles de la conduite malgré la présence de risques au cours de l’enfance. D’autre part, Lanctôt et Le Blanc (2000) et Lanctôt (2005) rapportent que la majorité des adolescentes judiciarisées en raison de leurs troubles de comportement délaissent les activités délinquantes au moment du passage à l’âge adulte. Ainsi, bien qu’une forte proportion (31 %) de ces adolescentes se soient livrées à une grande diversité d’activités violentes au cours de l’adolescence, rares (4 %) sont celles qui persistent dans cette voie au début de l’âge adulte (Lanctôt, Émond et Le Blanc, 2004). Par contre, le tiers des adolescentes font une grande consommation de psychotropes entre le début de l’adolescence et le début de l’âge adulte (Lanctôt, 2005).

30Par ailleurs, les études longitudinales montrent l’existence d’un lien entre le caractère défavorable des trajectoires des filles présentant des problèmes de comportement et la gravité de leurs difficultés d’adaptation personnelles et sociales. Les études menées de la petite enfance à l’adolescence auprès d’un échantillon populationnel révèlent que les problèmes de comportement (opposition et agression physique) et les difficultés personnelles (hyperactivité et comportement non aidant) manifestées par les filles à un âge précoce annoncent un trouble de la conduite à l’adolescence (Côté et autres, 2001 ; Côté, Tremblay, Nagin, Zoccolillo et Vitaro, 2002). Une étude menée auprès de 123 adolescentes judiciarisées en raison de troubles sérieux de comportement indique que plus la trajectoire délinquante est précoce et persistante, plus les déficits personnels et sociaux s’accroissent entre l’âge de 15 et 17 ans (Lanctôt et Le Blanc, 2000). Les adolescentes qui suivent la trajectoire délinquante la plus grave se distinguent par la fragilité de leurs liens avec la famille et l’école, par leur forte exposition à des influences néfastes, par le peu de contraintes externes et internes auxquelles elles sont soumises, ainsi que par des traits de personnalité plus antisociaux. Les adolescentes qui abandonnent progressivement leurs activités délinquantes à la fin de l’adolescence s’acheminent vers un meilleur équilibre sur le plan social et personnel (Lanctôt et Le Blanc, 2000).

31Enfin, les conséquences que peuvent avoir les difficultés de comportement dans l’enfance et l’adolescence sur l’adaptation à l’âge adulte ont été évaluées avec différents échantillons. En premier lieu, les difficultés éprouvées au cours de l’enfance par un échantillon populationnel de 881 filles ont permis de prédire la qualité de l’adaptation sociale et personnelle à l’âge adulte. Fontaine et ses collègues (2008) montrent que les filles les plus hyperactives et agressives au cours de l’enfance se trouvent dans une situation précaire à l’âge adulte (violence physique et psychologique dans les relations amoureuses, faible niveau d’études, dépendance de l’aide sociale, grossesses précoces). L’étude de Lanctôt (2005), réalisée auprès de 97 adolescentes judiciarisées, indique également que les filles qui ont des problèmes sérieux de comportement à l’adolescence risquent particulièrement de se retrouver, au début de l’âge adulte, dans des situations où la monoparentalité, la pauvreté, la faible scolarisation, la violence conjugale et la détresse sont présentes. Toutefois, cela semble s’appliquer à la majorité des adolescentes ayant été prises en charge par la justice et non seulement à celles qui avaient une trajectoire délinquante plus grave. Des données plus détaillées révèlent des différences entre les sexes. Les jeunes femmes de cet échantillon rapportent plus de tentatives de suicide à l’âge adulte et plus de consultations de professionnels de la santé pour des motifs de santé mentale que les jeunes hommes (n = 292) qui avaient aussi été pris en charge par la justice au cours de l’adolescence (Corneau et Lanctôt, 2004). Une autre étude a été réalisée auprès d’un échantillon américain composé de 109 adolescentes et de 101 adolescents ayant été placés dans des institutions pour jeunes délinquants et auprès d’un groupe de comparaison (n = 398 adolescentes et n = 323 adolescents) provenant de la population générale (Lanctôt, Cernkovich et Giordano, 2007). Les résultats montrent que le fait d’avoir séjourné dans une institution pour jeunes délinquants affecte sérieusement la qualité de l’adaptation sociale et personnelle à l’âge adulte, dans différentes sphères de la vie. Certaines difficultés sont significativement plus graves chez les jeunes femmes que chez les jeunes hommes, en particulier la dépendance à l’aide sociale, la maternité précoce, les relations interpersonnelles appauvries, les tendances dépressives et la faible estime de soi. La conjugaison de ces éléments adverses expose ces jeunes femmes à connaître l’isolement social et la détresse (Lanctôt et autres, 2007).

LES ENJEUX ENTOURANT LA PRISE EN CHARGE DES ADOLESCENTES PAR LA JUSTICE

Un système de justice qui persiste à vouloir protéger les adolescentes

32Depuis de nombreuses années, les motifs invoqués pour justifier la prise en charge des adolescentes par le système de justice suscitent de nombreuses critiques. Les récriminations visent notamment la sexualisation de la délinquance des adolescentes ainsi que les attitudes paternalistes à l’égard de la clientèle féminine. Dans les années 1970, certains allaient jusqu’à affirmer que le traitement des jeunes filles dans le système de justice était l’un des exemples les plus éloquents de sexisme dans la société (Bertrand, 1979). Au cours du XXe siècle, jusqu’aux années 1970, une proportion importante des filles qui comparaissaient devant les tribunaux était accusée d’immoralité sexuelle (Bertrand, 1979 ; Biron, Gagnon et Le Blanc, 1980 ; Lanctôt et Desaive, 2002). Cette manière d’agir montrait que le système judiciaire soupçonnait systématiquement les filles déférées devant les tribunaux de s’être livrées à des activités sexuelles compromettantes. On avait tendance à assimiler délinquance féminine et sexualité débridée (Lanctôt et Desaive, 2002 ; Trépanier et Quévillon, 2002). De plus, une part considérable des délits pour lesquels les adolescentes étaient prises en charge par le système de justice concernait des délits « statutaires », c’est-à-dire des délits qui n’entraîneraient aucune poursuite s’ils étaient commis par des adultes (Biron, Gagnon et Le Blanc, 1980). Ainsi, la fugue et la désobéissance faisaient partie de cette catégorie de délits. Cette tendance à vouloir protéger les adolescentes et à les prendre en charge pour assurer leur propre bien plutôt que celui de la société n’était pas propre à la société québécoise ou canadienne, elle s’observait aussi aux États-Unis, en Europe et en Australie (Lanctôt et Desaive, 2002). Les délits statutaires ont été abolis, cependant les pratiques et les attitudes paternalistes envers les adolescentes paraissent s’être maintenues.

33Une étude fait valoir que les responsables du système de justice pour mineurs ont de la difficulté à distinguer les jeunes contrevenantes des adolescentes ayant besoin d’être protégées. Lanctôt et Desaive (2002) comparent la nature et l’ampleur des activités délinquantes rapportées par des adolescentes (n = 150) selon qu’elles ont fait l’objet d’une ordonnance de la Chambre de la jeunesse en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse ou en vertu de la Loi sur les jeunes contrevenants. Une comparaison du même genre a ensuite été effectuée avec un échantillon d’adolescents (n = 506). En principe, la délinquance autorévélée des jeunes contrevenants et contrevenantes devrait être plus fréquente et plus variée que celle des adolescents et des adolescentes qui sont judiciarisés pour des motifs de protection liés à leurs troubles de comportement. Or, les études indiquent que l’implication des adolescentes dans des conduites délinquantes demeure la même quelle que soit la loi en vertu de laquelle elles sont judiciarisées. C’est donc dire que, malgré leur statut officiel, les « contrevenantes » ne sont pas plus délinquantes que les adolescentes « protégées ». Pour leur part, les garçons contrevenants présentent une gamme nettement plus variée de conduites non conformes au Code criminel que les garçons protégés. Leurs activités délinquantes sont aussi plus fréquentes. Les études révèlent que les agents du système de justice pour mineurs tendent à considérer les adolescentes en difficulté comme une clientèle homogène ; ils ont tendance à traiter sur le même pied les jeunes filles qui ont besoin d’être protégées et celles qui sont susceptibles d’être reconnues coupables d’avoir enfreint le Code criminel. Dans la même veine, afin de mieux connaître l’attitude du système de justice face aux jeunes contrevenantes de la région de Vancouver, Corrado, Odgers et Cohen (2000) ont analysé le contenu de certains rapports d’évaluation effectués par des agents de probation. Leur analyse qualitative conclut que les recommandations de mise sous garde adressées aux juges sont dictées par le désir d’assurer la protection des adolescentes plutôt que celle de la société. Les recommandations visent avant tout à protéger les jeunes filles contre un environnement et un mode de vie dangereux (fugues, surconsommation de drogues, victimisation physique, victimisation sexuelle, affiliation à un gang, etc.). Ces adolescentes nécessitaient sûrement une forme quelconque de prise en charge, cependant il est légitime de se demander si les motifs invoqués pour justifier une mise sous garde en vertu de la Loi sur les jeunes contrevenants (loi en vigueur au moment de l’étude) étaient réellement valables.

34Bref, le système de justice continue d’avoir tendance à intervenir auprès des adolescentes non pas dans le but d’assurer la protection de la société, mais dans le but de les protéger de conduites ou de facteurs externes qui menacent leur sécurité. Cette prise en charge ne semble pas découler uniquement d’une attitude paternaliste. La réalité des adolescentes en difficulté est également prise en considération. Toutefois, on peut se demander s’il convient d’engager des adolescentes dans un processus de judiciarisation et de criminalisation, sous prétexte qu’elles évoluent dans un environnement social malsain ou qu’elles ont des conduites que l’on qualifie de risquées (Reitsma-Street, 1993). La nouvelle loi laissera peut-être moins de latitude à cet égard. En effet, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, qui a remplacé la Loi sur les jeunes contrevenants, limite considérablement le nombre des motifs susceptibles d’être invoqués pour justifier une mise sous garde des adolescents et des adolescentes contrevenants (Trépanier, 2003). Elle précise que la peine doit tenir compte de la gravité du délit plutôt que des besoins et des risques des jeunes (Trépanier, 2003). Il faudra voir quelles seront les répercussions de cette nouvelle loi sur la prise en charge des adolescentes.

Est-il plus difficile d’intervenir auprès de la clientèle féminine ?

35La confusion entretenue relativement aux caractéristiques des jeunes contrevenantes, mises en opposition avec celles des adolescentes protégées, semble avoir des effets négatifs sur les perceptions des intervenants qui travaillent auprès de la clientèle féminine du système de justice des mineurs. Les quelques études portant sur les appréciations qu’ont faites les intervenants de leur travail auprès des adolescentes en difficulté concluent toutes dans le même sens : les intervenants ont de la difficulté à travailler avec cette clientèle considérée par eux comme particulièrement complexe (Lanctôt et Ayotte, 2008 ; Lanctôt et Lachaîne, 2002).

36Ce sont là les perceptions de 30 délégués à la jeunesse qui supervisent des suivis probatoires (Lanctôt et Lachaîne, 2002) et de 128 intervenants qui encadrent le placement d’adolescents et d’adolescentes dans des centres jeunesse (Lanctôt et Ayotte, 2008). Dans l’ensemble, les intervenants tendent à attribuer des traits personnels plutôt négatifs aux adolescentes suivies en probation ou hébergées dans des centres jeunesse. Les intervenants interrogés par Lanctôt (Lanctôt et Ayotte, 2008 ; Lanctôt et Lachaîne, 2002) estiment qu’il est plus facile d’établir une relation de travail avec les garçons parce que ceux-ci expriment plus directement leurs besoins et leurs insatisfactions. En outre, les filles sont considérées comme trop compliquées, trop sournoises, trop axées sur des modes de relation sexualisés, trop émotives et même trop hystériques. Les intervenants affirment aussi, dans l’ensemble, ne pas aimer intervenir auprès d’une clientèle féminine, parce qu’ils jugent n’avoir pas assez d’expérience ni de connaissances pour reconnaître les besoins particuliers des adolescentes. Bref, la clientèle féminine ne semble pas être très appréciée par les intervenants du système de justice. Une telle réticence a été rapportée dans plusieurs études menées dans des contextes culturels aussi différents que ceux du Canada, de l’Australie, de l’Allemagne et des États-Unis (voir la recension de Lanctôt et Lachaîne, 2002). Étant donné ces résultats, il y a lieu de s’interroger sur les répercussions que peuvent avoir de telles attitudes sur la qualité des interventions auprès des adolescentes en difficulté.

37Des analyses plus détaillées indiquent cependant que ces perceptions, voire ces préjugés, sont surtout rapportées par des intervenants masculins, par des intervenants plus âgés, par ceux qui n’ont pas de formation universitaire et par ceux qui n’ont jamais véritablement travaillé avec une clientèle féminine (Lanctôt et Ayotte, 2008). Il reste que l’intervention auprès des adolescentes en difficulté est une tâche relativement ardue. Ainsi, les intervenants qui ont travaillé à la fois avec des filles et des garçons rapportent qu’il est plus difficile d’encadrer les premières que les seconds (Lanctôt et Ayotte, 2008). Ces données suggèrent que les différences entre les sexes doivent être considérées dans un contexte d’intervention et dans les processus de réadaptation.

Les programmes destinés à la clientèle féminine devraient-ils être conçus spécifiquement pour elle ?

38De même que les théories ont d’abord été conçues en fonction des garçons délinquants, les programmes d’intervention ont d’abord été destinés à la clientèle masculine (Lanctôt, 2006b). Les programmes visaient donc les facteurs de risque et les besoins propres aux adolescents plutôt que ceux des adolescentes. À partir des années 1990, les programmes et les services destinés aux adolescentes en difficulté ont commencé à retenir l’attention. On s’est demandé s’il était nécessaire d’ajuster les programmes de réadaptation en fonction du sexe de la clientèle visée par le système de justice pour mineurs. Une série de recherches menées aux États-Unis insistait sur la nécessité de mettre sur pied des programmes spécifiques à la clientèle féminine (voir la recension de Lanctôt, 2006b). Dans le cadre de cette initiative subventionnée par le gouvernement américain, différents programmes spécifiquement conçus pour les adolescentes ont été mis en place. Or, un examen attentif de ces programmes a révélé que la notion de « spécificité » appliquée aux programmes destinés aux adolescentes était vague et qu’elle reposait davantage sur des intuitions que sur des résultats de recherche (voir la recension de Lanctôt, 2006b). Les programmes destinés à la clientèle féminine sont le résultat de diverses concertations regroupant des gestionnaires et des intervenants et ils ne reposent pas sur des études empiriques. Il est donc difficile de déterminer en quoi les services offerts à la clientèle féminine présentent un caractère spécifique et en quoi ils se différencient des services destinées aux jeunes en général.

39Pour remédier à cette lacune, Désilets (2004) et Lanctôt (2006b) ont toutes deux mené une étude afin d’évaluer les besoins des adolescentes en matière d’intervention et pour mieux saisir en quoi ces besoins sont spécifiques par rapport à ceux des adolescents. L’étude de Désilets (2004) porte sur un échantillon de jeunes contrevenants (n = 32) et contrevenantes (n = 32) suivis en probation, alors que celle de Lanctôt (2006b) cible des adolescents (n = 93) et des adolescentes (n = 132) placés dans des centres jeunesse de Montréal en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse, principalement en raison de leurs troubles sérieux de comportement. Dans les deux cas, les intervenants qui encadraient ces jeunes participaient à la recherche (n = 30 et n = 131 respectivement). Selon les données recueillies, il y a peu d’écarts entre les besoins de la clientèle féminine et ceux de la clientèle masculine quant au contenu des activités de réadaptation jugées importantes. Seul le besoin de participer à des activités qui portent sur la victimisation distingue véritablement ces deux clientèles (Désilets, 2004 ; Lanctôt, 2006b). Ces activités sont considérées comme plus importantes pour les filles que pour les garçons, mais elles ne sont pas jugées plus essentielles que d’autres activités de réadaptation. Les besoins qui sont regardés comme prépondérants, quels que soient le sexe et le type de répondant, ont trait à l’amélioration des habiletés sociales (capacité de communication, résolution de problèmes, régulation de la colère et gestion du stress) et ils s’inscrivent dans une approche cognitive-comportementale. Bien que l’utilisation de cette approche avec la clientèle féminine ait été récemment critiquée dans la littérature (voir la recension de Lanctôt, 2007), son importance et sa pertinence ne semblent faire aucun doute, tant pour les adolescentes que pour les intervenants. Les résultats de ces deux études suggèrent que les activités de réadaptation offertes aux adolescents et aux adolescentes doivent porter surtout sur des besoins communs, mais cela ne signifie pas que la façon d’intervenir auprès de la clientèle féminine et de la clientèle masculine doive être la même. L’évaluation du degré d’importance qu’accordent les adolescents et les adolescentes à l’établissement d’une relation avec l’intervenant met en évidence des différences entre les sexes (Désilets, 2004 ; Lanctôt, 2006b). Les adolescentes ont notamment des attentes plus élevées que celles des adolescents face à leurs intervenants. Elles s’attendent à ce que ces derniers soient attentifs à leurs émotions et sentiments et qu’ils manifestent une volonté réelle de les aider. Ils doivent aussi être sensibles à la préoccupation des filles pour leur santé, leur hygiène et leur intimité.

40Se fondant sur les perceptions des jeunes et celles de leurs intervenants, les études de Désilets (2004) et de Lanctôt (2006b) concluent qu’il n’est pas nécessaire de mettre en place des programmes complètement distincts pour la clientèle féminine. Elles favorisent plutôt l’établissement de programmes qui tiennent compte de certaines différences existant entre la clientèle féminine et la clientèle masculine. En outre, dans les programmes destinés à la clientèle féminine, il faut avoir égard non seulement au contenu des activités offertes, mais aussi à l’aspect relationnel. Notamment, les intervenants doivent être sensibilisés et formés de façon à pouvoir répondre aux besoins relationnels de la clientèle féminine. Les adolescentes expriment avec un peu plus d’insistance que les adolescents leur besoin de se sentir écoutées, soutenues et respectées par les intervenants (Lanctôt et Ayotte, 2008 ; Lanctôt et Lachaîne, 2002).

Les programmes destinés aux adolescentes en difficulté sont-ils efficaces ?

41Les milieux d’intervention ont de plus en plus le souci d’implanter des programmes efficaces, ou du moins dont les effets sont probants pour diminuer la délinquance, la récidive et les problèmes qui y sont associés (Lanctôt et Chouinard, 2006). Toutefois, très rares sont les études qui, à ce chapitre, ont évalué l’efficacité des modes d’intervention destinés aux filles en difficulté. Les données sur les modalités d’intervention auprès des jeunes en difficulté proviennent en majorité d’échantillons masculins (Gagnon et Vitaro, 2000). Les études menées ailleurs dans le monde ne nous renseignent pas davantage. L’étude de Verlaan et ses collègues (2006) illustre clairement la situation actuelle. Dans le cadre de cette étude, les auteurs ont effectué une recension systématique des programmes d’intervention portant sur les problèmes de comportement de filles fréquentant l’école primaire (6-12 ans). De toutes les études recensées dans le monde entre 1994 et 2004, seules 15 études (dont aucune n’était québécoise) ont présenté une analyse empirique des effets d’un programme d’intervention qui tenait compte du sexe des jeunes. Le sexe a été utilisé dans la plupart des études comme variable modératrice. Les programmes destinés aux adolescentes délinquantes ont eux aussi été très peu étudiés. Un groupe de recherche américain a fait l’inventaire de tous les programmes nord-américains destinés à des adolescentes délinquantes (Hawkins, 2009). Parmi les 62 programmes recensés (et ayant donné lieu à des publications rédigées en anglais), seuls 18 ont été soumis à un quelconque processus d’évaluation. Aucun de ces 18 programmes ne peut être considéré comme efficace ou probant, selon les critères du What Works Repository. Seuls quatre programmes présentent suffisamment de démonstrations empiriques et de rigueur scientifique pour être regardés comme prometteurs. Cela signifie clairement que les programmes ne sont pas encore assez documentés pour qu’il soit possible d’affirmer qu’ils sont efficaces. Il apparaît donc nécessaire de mener des études évaluatives sur les programmes destinés à cette clientèle, de façon à mettre en évidence les meilleures pratiques.

42Une étude est actuellement en cours au Québec afin d’évaluer un programme d’intervention de nature cognitive-comportementale spécialement conçu pour des adolescentes hébergées dans des centres jeunesse (Lanctôt, 2007). Les principaux objectifs de cette étude sont de déterminer jusqu’à quel point le programme permet d’accroître les habiletés sociales des adolescentes et de diminuer leurs troubles de comportement, leur délinquance et leur consommation de drogues. L’évaluation est menée au moyen d’un devis quasi expérimental, et les effets du programme sont évalués en cinq temps au moyen de questionnaires remplis au début du placement, puis 3 mois, 6 mois, 12 mois et 18 mois après. Les résultats préliminaires, évalués trois mois après le début de l’intervention, indiquent que la participation au programme cognitif-comportemental tend à diminuer les comportements violents et la consommation de drogues, de même que les pensées négatives et les sentiments de colère (Lanctôt, 2010). Reste à vérifier si les effets se maintiendront ou se renforceront à plus long terme et si des sous-groupes d’adolescentes (par exemple, celles qui présentent des problèmes de toxicomanie ou qui ont été victimisées sexuellement) seront plus ou moins réceptives que d’autres à une telle intervention.

43Peu d’études ont été consacrées dans le monde aux effets des programmes d’intervention sur les difficultés de comportement des filles mis en relation avec les problématiques cooccurrentes qui sont particulièrement présentes dans cette clientèle. Notamment, des études indiquent que la présence d’agressions sexuelles dans l’enfance peut influer sur le traitement de la délinquance (Tourigny, 1997). Certaines études suggèrent de traiter à la fois les traumatismes antérieurs et les problèmes de comportement, ces derniers étant considérés comme des symptômes ou comme des réponses à la victimisation. D’autres recommandent plutôt de ne pas aborder directement la question des agressions sexuelles dans les premiers mois du traitement des problèmes de comportement, à cause de l’anxiété et de la détresse que cela pourrait provoquer (voir la recension de Tourigny, Hébert et Daigneault, 2006). Dans cette optique, l’étude de Tourigny, Hébert et Daigneault (2006) s’est attachée à établir si une intervention de groupe conçue pour des adolescentes agressées sexuellement est efficace auprès d’adolescentes qui présentent des troubles de comportement. Les résultats indiquent que l’intervention de groupe peut aider à réduire les séquelles de l’agression sexuelle et à améliorer la santé psychologique des adolescentes agressées sexuellement, que celles-ci présentent ou non des troubles de comportement. Les résultats suggèrent cependant que l’intervention à elle seule (une vingtaine de séances de nature psychoéducative) n’assure pas le développement optimal des adolescentes qui présentent des troubles de comportement. Une autre étude portant sur cette intervention de groupe a comparé un groupe d’adolescentes qui a suivi le programme et un autre qui a refusé d’y participer et est arrivée à la même conclusion (Paquette, Tourigny et Joly, 2010). L’acquisition d’aptitudes sociales susceptibles d’améliorer les relations interpersonnelles (Tourigny, Hébert et Daigneault, 2006) et l’engagement dans un processus clinique à plus long terme ayant pour but d’établir une identité personnelle positive (Paquette et autres, 2010) sont alors considérés comme des pistes d’intervention à explorer.

44Enfin, un programme de sensibilisation centré sur le thème de l’agression indirecte a été évalué dans le cadre d’une démarche exploratoire (Verlaan, Charbonneau et Turmel, 2005). Ce programme a été offert à 91 élèves de l’école primaire. Les résultats indiquent que le programme aide les enfants à comprendre un peu plus ce que sont les actes d’agression indirecte ainsi que les conséquences pour leurs victimes. De plus, la participation au programme semble empêcher l’aggravation de ce type d’agression, puisque les comportements d’agression indirecte se sont stabilisés dans le groupe expérimental alors qu’ils ont augmenté dans le groupe témoin. Enfin, le nombre d’enfants rejetés par les pairs au moment de la récréation a diminué dans le groupe expérimental, alors qu’il est demeuré stable dans le groupe contrôle. Ces effets s’observent tant chez les filles que chez les garçons. Les résultats obtenus, bien que modestes, montrent bien l’utilité de prévenir ce type d’agression.

CONCLUSION : DES PISTES DE RECHERCHE À EXPLORER

45Depuis les années 1970, les études qui portent spécialement sur la délinquance féminine se sont multipliées. Elles ont envisagé sous différents aspects les problèmes de comportement des adolescentes. Les connaissances se sont développées de façon notable, mais les études empiriques sont pour la plupart de nature descriptive ou comparative et leur devis de recherche est habituellement de nature transversale ou corrélationnelle. Il apparaît maintenant nécessaire de réaliser des études empiriques à visées explicatives ou prédictives.

46Le défi des chercheurs qui s’occupent de la délinquance féminine consiste maintenant à intégrer les connaissances amassées et à reconnaître à la fois les ressemblances et les différences entre les sexes. Les marqueurs qui caractérisent plus les adolescentes présentant des difficultés de comportement doivent pouvoir s’intégrer dans des modèles théoriques. Ainsi, il y aurait lieu de rechercher comment se lient ensemble les événements subis par les adolescentes en difficulté (particulièrement les expériences de victimisation sexuelle), les troubles intériorisés (en particulier, la dépression et l’anxiété), les traits de personnalité dénotant une émotivité négative (en particulier, le sentiment d’aliénation) et l’évolution des difficultés de comportement et d’adaptation sociale et personnelle jusqu’à l’âge adulte. Ces facteurs doivent aussi être mis en relation avec les indicateurs criminologiques dont le potentiel explicatif est fortement reconnu dans le domaine de la délinquance masculine : la faiblesse des liens sociaux, les traits de personnalité qui dénotent de la dureté et une expression de valeurs antisociales, les pratiques parentales déficientes et incohérentes et l’exposition aux influences déviantes. Il a été établi que ces facteurs de risque sont très présents chez les adolescentes en difficulté.

47Un autre défi consistera à examiner plus en détail le caractère hétérogène de la délinquance féminine. Les études longitudinales devront non seulement indiquer les différentes trajectoires que suivent les adolescentes en difficulté, mais aussi améliorer notre compréhension des facteurs de risque et des conséquences associées à diverses trajectoires. Cet agrandissement des connaissances contribuera de façon significative au renouvellement ou à l’ajustement des programmes d’intervention destinés aux adolescentes qui présentent des difficultés de comportement. Les besoins des adolescentes en difficulté prises en charge restent encore à être évalués. En outre, nos connaissances sont encore trop limitées pour que nous puissions élaborer des programmes d’intervention, sinon des philosophies d’intervention, centrés sur les particularités de la clientèle féminine.

Bibliographie

RÉFÉRENCES1

Centre canadien de la statistique juridique (2009). Statistiques sur les tribunaux de la jeunesse, 2006-2007. Juristat, 28 (4).

Cernkovich, S.A., Lanctôt, N., Giordano, P.C. (2008). Predicting Adolescent and Adult Antisocial Behavior among Adjudicated Delinquent Females. Crime and Delinquency, 54 (1), 3-33.

Corneau, M. Lanctôt, N. (2004). Mental Health Outcomes of Adjudicated Males and Females: the Aftermath of Juvenile Delinquency and Problem Behaviour. Criminal Behaviour and Mental Health, 14 (4), 251-262.

Côté, S., Tremblay, R.E., Nagin, D., Zoccolillo, M., Vitaro, F. (2002). Childhood behavioral profiles leading to adolescent conduct disorder: risk trajectories for boys and girls. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 41 (9), 1086-1094.

Fontaine, N., Carbonneau, R., Vitaro, F., Barker, E.D., Tremblay, R.-E. (2009). A critical review of studies on the developmental trajectories of antisocial behavior in females. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 50 (4), 363-385.

Hawkins, S. (2009), Girls and Delinquency: Using Research to Develop Good Practice. Communication présentée à la 36e National Conference on Juvenile Justice. Orlando : Florida.

Lanctôt, N. Cernkovich, S.A., Giordano, P.C. (2007). Delinquent Behavior, Official Delinquency and Gender: Consequences for Adulthood Functioning and Well-Being. Criminology, 45 (1), 131-158.

Lanctôt, N., Émond, C., Le Blanc, M. (2004). Adjudicated Females’ Participation in Violence from Adolescence to Adulthood: Results from a Longitudinal Study. In: Moretti, M.C., Odgers, C. et Jackson, M.A. (dir). Girls and Agression: Contributing Factors and Intervention Principles. New York : Kluwer Academic/Plenum Publishers, 75-84.

Lanctôt, N. (2006a). Doit-on définir des programmes d’intervention spécifiques pour réduire la déviance des adolescentes ? In : Verlaan, P. et Déry, M. (dir.). Les conduites antisociales des filles : comprendre pour mieux agir. Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec, 413-439.

Lanctôt, N., Le Blanc, M. (2002). Explaining adolescent females’ involvement in deviance. Crime and Justice: An Annual Review.

Paquette, G. Tourigny, M., Joly, J. (2010). Implications pratiques des résultats de l’évaluation d’un programme d’intervention de groupe offert à des adolescentes agressés sexuellement. In : Déry, M., Denault, A.-S. et Lemelin, J.P. (dir.). Aide aux jeunes en difficulté de comportement. Regard sur nos pratiques. Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance. Université de Sherbrooke : Sherbrooke, 107-126.

Verlaan, P., Déry, M. (2006). Les conduites antisociales chez les filles : comprendre pour mieux agir. Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec.

Notes de fin

1 La bibliographie complète se trouve sur le site Internet des Presses de l’Université de Montréal : www.pum.umontreal.ca

Auteur

Ph.D. criminologie, Université de Montréal ; professeure adjointe, Département de psychoéducation ; titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la délinquance des adolescents et des adolescentes, Université de Sherbrooke.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search