Version classiqueVersion mobile

Traité de criminologie empirique

 | 
Marc Le Blanc
, 
Maurice Cusson

Première partie. Le phénomème criminel

6. Le phénomène des gangs de rue et sa mesure

Jean-Pierre Guay et Chantal Fredette

Texte intégral

Les auteurs remercient les collaborateurs de longue date qui ont permis de réaliser le présent chapitre : Clément Laporte, Hélène Simon, Carlo Morselli, Claudia Hamel, Janie Cinq-Mars et Karine Tétreault. La participation de Chantal Fredette a été rendue possible grâce au soutien de la Direction des services professionnels du Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire.

1La délinquance est souvent une activité de groupe, particulièrement à l’adolescence. Elle fait partie du processus de socialisation des adolescents, tout comme l’association aux pairs en général. Le groupe de pairs à l’adolescence sert de base au développement personnel, moral et identitaire de l’individu. Pour plusieurs, le processus d’affiliation à un gang de rue vise les mêmes finalités (Goldstein et Kodluboy, 1998 ; Spergel, 1992). Le fait de commettre des délits en groupe à l’adolescence n’annonce toutefois pas nécessairement un long parcours criminel. Les groupes de jeunes n’ont pas forcément des effets néfastes ni pour les adolescents ni pour la société, pas plus qu’ils ne garantissent un engagement au sein des organisations criminelles. Au cours des deux dernières décennies, les groupes criminels ont fait l’objet d’une importante attention médiatique. Jusqu’à tout récemment, le phénomène des gangs de rue était en apparence marginal, ne touchant que quelques quartiers défavorisés de Montréal, et il était davantage associé aux difficultés d’intégration des nouveaux immigrants qu’à une criminalité organisée. Une opération policière d’envergure, appelée Printemps 2001, a propulsé à l’avant-scène les gangs de rue, jusque-là considérés comme de la petite délinquance. Depuis, ces groupes de délinquants attirent l’attention du public et celle des décideurs politiques.

2L’image actuelle des gangs de rue au Québec, à titre de nouvelle menace à la sécurité (MSPQ, 2007 ; SPVM, 2005), prend ainsi son origine dans une série d’événements violents qui leur ont été publiquement attribués à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Ces événements ont mené à d’importantes opérations policières, comme celle visant le démantèlement d’un réseau de prostitution juvénile à Québec et celle visant à mettre un frein au trafic de stupéfiants aux abords d’écoles secondaires du nord de la ville de Montréal.

3L’origine du phénomène des gangs de rue au Québec fait l’objet de débats, mais plusieurs s’entendent pour affirmer que les premières manifestations tangibles remontent au milieu des années 1980. Or, ce n’est qu’au milieu des années 1990 que la recherche québécoise en fait un sujet principal d’étude, et non pas seulement une variable servant à l’explication de la délinquance (Lanctôt, 1995 ; Lanctôt et Le Blanc, 1996). Il faudra attendre encore 10 ans, c’est-à-dire jusqu’au début des années 2000, pour qu’un nombre substantiel de travaux de recherche soient mis en oeuvre.

4Le présent chapitre comporte trois parties distinctes. Dans une première partie, la question des définitions sera abordée, ainsi que celle de l’identification des membres et des crimes associés aux gangs. La deuxième partie dressera un bilan de la recherche sur les gangs de rue au Québec et s’attardera aux facteurs généralement associés à l’affiliation à ces gangs. La troisième partie présentera le fruit des travaux entrepris au Québec qui visent à établir un modèle multidimensionnel de la mesure de l’affiliation aux gangs de rue.

DÉFINIR ET DÉCRIRE LES GANGS DE RUE

5Décrire et définir un phénomène comme celui des gangs de rue est un exercice complexe. Une première difficulté a trait au fait que les définitions et les descriptions portent tantôt sur des délinquants juvéniles, tantôt sur des délinquants plus âgés atteignant parfois la quarantaine. Les travaux sur les processus d’affiliation et de désaffiliation, sur l’expérience des délinquants et sur leurs caractéristiques personnelles sont pour une bonne part issus de recherches menées auprès des adolescents. Les travaux visant à dénombrer les gangs englobent, quant à eux, les travaux sur les groupes criminels souvent composés de membres plus âgés, ce qui rend la combinaison des résultats provenant des deux corpus de données parfois difficile. L’absence d’une définition commune pose lui aussi problème et figure parmi les points sur lesquels on observe le plus grand consensus (Bjerregaard, 2002 ; Campbell, 1984 ; Decker et VanWinkle, 1996 ; Esbensen, Winfree, He et Taylor, 2001 ; Horowitz, 1990 ; Klein, 1995 ; Klein et Maxson, 2006 ; Moore, 1991 ; Petersen, 2000 ; Spergel, 1995). Depuis les premières définitions, notamment celle de Thrasher (1927), plusieurs dizaines ont été proposées, puis discutées et critiquées. Vu la difficulté d’arriver à une définition consensuelle du gang et, par extension, de ses membres et de leurs activités, différentes stratégies ont été proposées. Ainsi, une façon de résoudre le problème a été d’avoir recours à l’auto-identification (Bjerregaard et Smith, 1993 ; Horowitz, 1983 ; Taylor, 1990 ; Thornberry, Krohn, Lizotte et Chard-Wierschem, 1993). Comme il est difficile de savoir ce qu’est un gang et par conséquent qui y participe, il y a lieu peut-être de demander aux délinquants eux-mêmes s’ils estiment ou non faire partie d’un gang (Fagan, 1989). Bien que la stratégie de l’auto-identification ait fréquemment été utilisée, elle comporte un certain nombre de limites, dont la très grande diversité des perceptions relatives à l’appartenance (Klein et Maxson, 2006 ; Spergel et Curry, 1988). Par ailleurs, le recours à l’auto-identification ne nous renseigne pas sur le niveau de participation ni sur la nature des activités de ces groupes criminels (Schram et Gaines, 2005).

6Une seconde façon de s’entendre sur une définition des gangs de rue a été de s’en remettre aux connaissances et aux perceptions des praticiens et des experts. Ainsi, Miller (1980) a mené un sondage national auprès d’intervenants du système de la justice, de juges et de membres de la communauté afin de connaître les caractéristiques qu’ils jugeaient pertinentes pour définir un gang de rue. Après avoir compilé plus de 1 400 caractéristiques, Miller a retenu les six qui faisaient l’unanimité chez les interviewés, et il est arrivé à la définition suivante :

Une association de jeunes autoproclamée dont les membres sont liés par des intérêts communs, ayant un leadership identifiable, une structure d’autorité et des caractéristiques organisationnelles, qui poursuivent en commun des fins particulières, lesquelles incluent généralement des activités illégales et le contrôle d’un certain territoire, d’une infrastructure ou d’une entreprise. (Miller, 1980, traduction libre)

7La définition consensuelle a toutefois été très discutée. Pour certains, ce n’est pas parce que plusieurs s’entendent sur la définition d’un phénomène qu’ils le décrivent de manière valide et fidèle (Klein et Maxson, 1989). Bien qu’elles soient nombreuses, les définitions des gangs de rue comportent généralement un nombre élevé de points communs (Curry et Decker, 2003). Ce sont souvent des groupes autoproclamés, dont les membres partagent des intérêts communs tels que le contrôle d’un territoire ou d’un endroit particuliers. Ils utilisent habituellement un certain nombre de signes de reconnaissance et sont impliqués collectivement dans des activités criminelles. Déjà, en 1980, Miller dégageait un certain nombre de caractéristiques similaires, à cette différence près qu’il y ajoutait des éléments relatifs à la structure et à l’autorité, notamment un leadership identifiable. Plus récemment, Klein (2005) évoquait la possibilité d’obtenir un certain consensus chez les chercheurs avec la définition suivante : « A street gang is any durable, street-oriented youth group whose own identity includes involvement in illegal activity. » L’auteur met donc l’accent sur cinq caractéristiques fondamentales : les gangs sont relativement durables, ils sont surtout composés de jeunes qui passent une partie de leur temps dans la rue, qui sont impliqués dans des actes illégaux et unis par une certaine identité collective.

  • 1 La ville de Montréal, avec ses 1 854 442 habitants, est la plus grande agglomération urbaine du Qué (...)

8Au Québec, on se réfère principalement à la définition du Service de police de la Ville de Montréal1 (SPVM) :

Le gang de rue est un regroupement plus ou moins structuré d’adolescents et de jeunes adultes qui privilégient la force et l’intimidation du groupe pour accomplir des actes criminels et ce, dans le but d’obtenir pouvoir et reconnaissance ou de contrôler des sphères d’activités lucratives.

9À l’heure actuelle, la définition du gang de rue proposée par le SPVM occupe une place de premier plan dans le paysage québécois. Elle a d’ailleurs été retenue par le Service de renseignement criminel du Québec, de sorte qu’elle est maintenant adoptée par les différents corps policiers de la province. Par ailleurs, le processus d’identification des organisations de prise en charge sociale et pénale repose dans une large mesure sur les données policières (Guay et Gaumont-Casias, 2009), lesquelles concernent principalement les délinquants adultes, ce qui a pour effet de transposer d’une organisation à une autre les préoccupations en matière d’identification, mais aussi les biais organisationnels. Étant donné les limites importantes de l’identification policière (Barrows et Huff, 2009 ; Guay et Gaumont-Casias, 2009 ; Jacobs, 2009 ; Kennedy, 2009 ; Klein, 2009), il est pour le moins hasardeux que celle-ci serve de base à tout le processus de prise en charge judiciaire, social et pénal. En d’autres termes, avec un nombre de sources d’identification aussi limité, les délinquants identifiés comme appartenant aux gangs de rue le sont en bonne partie parce que les renseignements policiers les regardent comme tels. Or, cela signifie que les délinquants qui sont susceptibles d’être pris en charge par le système pénal sont ceux sur qui le regard policier s’est posé. Ainsi, les délinquants plus discrets ou engagés de manière plus sporadique dans le crime, les délinquants caucasiens, ou ceux qui sont moins judiciarisés risquent de ne pas être détectés par les organisations policières et, par conséquent, par les organismes de prise en charge pénale. Cela signifie d’autre part que les délinquants plus visibles ou appartenant à certains groupes ethniques, de même que ceux qui sont installés en périphérie de ces groupes criminels, sont susceptibles d’être plus largement identifiés.

L’ampleur du phénomène des gangs de rue

10Il est difficile d’évaluer avec précision le nombre de gangs de rue et le nombre de membres. Au Canada, une enquête policière d’envergure sur les gangs de rue réalisée en 2002 indiquait qu’il y avait au pays 434 gangs comprenant approximativement 7 000 membres (Chettleburgh, 2003). Plus récemment, le Service canadien de renseignements criminels (2006) estimait à 300 le nombre de gangs au Canada et à 11 000 le nombre de leurs membres. Selon ses sources, l’Ontario et le Québec sont les provinces canadiennes les plus touchées par le phénomène des gangs de rue. Le nombre de ces groupes au Québec se situerait entre 25 (Chettleburgh, 2003) et 50 (SCRC, 2006), et la majorité exerceraient leurs activités à Montréal, faisant d’elle la ville québécoise la plus touchée. La Division du renseignement du Service de police de la Ville de Montréal a dénombré une vingtaine de gangs de rue sur l’ensemble de son territoire (SPVM, 2005). Les différences entre les chiffres sont dues au processus d’identification et, bien entendu, aux critères de mesure.

L’expansion et l’essaimage des gangs de rue

11Depuis longtemps, les gangs de rue semblent se concentrer dans les grandes villes. Il s’agit donc essentiellement d’un phénomène urbain. Cela dit, il s’étendrait désormais à l’extérieur des grandes villes et toucherait des villes limitrophes (Miller, 2001). En effet, les gangs se déplaceraient des centres urbains vers la banlieue, vers des villes éloignées que l’on croyait jusqu’à ce jour épargnées (Hébert, Hamel et Savoie, 1997). En 1999, aux États-Unis, toutes les villes de plus de 250 000 habitants ont rapporté la présence de gangs. En ce qui a trait aux banlieues, la proportion est de 47 %. Enfin, du côté des petites villes, celles comptant moins de 25 000 habitants, 27 % d’entre elles rapportaient la présence de gangs sur leur territoire (Egley, 2000). Cette évolution serait apparemment due au déménagement des familles (Maxson, 1998), aux faibles possibilités d’emplois et principalement à l’extension du réseau d’activités criminelles des gangs, et en particulier du trafic de la drogue (Decker et Curry, 2000 ; Howell, 1998). Toutefois, la présence accrue hors des grands centres urbains peut s’expliquer en partie par la façon dont les gangs sont définis et évalués. Nous reviendrons plus loin sur cette question.

Les gangs de rue et la recherche au Québec

12Les chercheurs québécois ont consacré des études exploratoires et descriptives aux membres des gangs de rue ou aux personnes susceptibles de le devenir, ainsi qu’aux observateurs privilégiés du phénomène comme les policiers et les intervenants. De plus, les travaux ont dans une très large mesure porté sur le phénomène chez les populations d’adolescents et leurs proches.

L’influence du groupe Jeunesse et gangs de rue sur la recherche au Québec

  • 2 L’IRDS a été jusqu’en mai 2008 la division responsable de la recherche. Il a depuis été intégré au (...)
  • 3 Les quartiers choisis étaient Montréal-Nord, Villeray – Petite-Patrie et Vieux-Longueuil.

13Au Québec, la recherche portant sur les gangs de rue est récente comparativement aux États-Unis, où elle a commencé au début du vingtième siècle. Bien qu’ils soient de plus en plus abondants, il faut néanmoins signaler la relative rareté des travaux recensés. La figure 1 distribue sur une ligne du temps les principales études québécoises sur les gangs de rue. À ce propos, il faut préciser que l’essor des travaux sur les gangs de rue au Québec coïncide avec la mise sur pied en 1996 du projet Jeunesse et gangs de rue par le Service de police de la Ville de Montréal. Placé sous la responsabilité conjointe de l’Institut de recherche pour le développement social des jeunes (IRDS)2 et du Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire (CJM-IU), ce projet visait, d’une part, à faire le point sur la question des gangs de rue et, d’autre part, à trouver des solutions de rechange à la répression. Jeunesse et gangs de rue a pris son envol avec la réalisation d’une revue de la littérature (Hébert, Hamel et Savoie, 1997) et une enquête sur le terrain menée auprès de jeunes membres et ex-membres de gangs de la région métropolitaine, et d’informateurs-clés des milieux communautaires, scolaires, policiers et judiciaires (Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998). Cela a conduit à la conception, à l’expérimentation et à l’évaluation de mesures de prévention liées au développement social communautaire (Chavis, 2001 ; Chinman et autres, 2005 ; Hasting, 1998) dans trois localités de la grande région métropolitaine de Montréal3 (Hamel, Cousineau, Gagné et Léveillé, 2001 ; Hamel, Cousineau, Léveillé et Vézina, 2002 ; Hamel, Cousineau, Vézina et Léveillé, 2003 ; Hamel, Cousineau et Vézina, 2006). ainsi qu’à la confection d’un guide d’action ayant pour but la prévention du phénomène des gangs (Hamel, Cousineau et Vézina, 2007). L’équipe de recherche chargée de Jeunesse et gangs de rue a été également étroitement associée à l’élaboration et à la mise en place de la « Pratique de pointe » sur les gangs du Centre d’expertise sur la délinquance des jeunes et les troubles de comportement du CJM-IU. Cet organisme contribue depuis plus de dix ans au développement des connaissances et à l’innovation sociale en matière de gangs de rue au Québec (Fredette et Laporte, 2005).

FIGURE 1. Principaux travaux québécois sur les gangs de rue

Années

Approche qualitative

Approche quantitative

1973

Leblanc, Legendre et Ménard

1978

Leblanc et Meilleur

1991

Leblanc

1995

Lanctôt • Leblanc • Lanctôt

1996

Douyon

1997

Fredette

Lemieux • Trudeau • Leblanc et Lanctôt

1998

Hamel, Fredette, Blais et Bertot

Leblanc et Lanctôt

2000

Henry • Fredette et Proulx

2001

Dubuc • Goyette • Desmarais • Fournier • Grégoire • Hamel, Cousineau, Gagné et Léveillé

2002

Dusonchet • Hamel, Cousineau, Léveillé et Vézina • Cousineau, Hamel et Démarais • Hamel, Cousineau, Vézina et Léveillé

2003

Tichit • Mourani • Perreault et Bibeau • Pittarelli • Fredette et Hamel

Lacourse, Nagin, Tremblay, Vitaro et Claes

2004

Fournier, Cousineau et Hamel • Hamel, Cousineau, Léveillé, Vézina et Tichit

2005

Razik • Henrichon • Cousineau, Hamel et Fournier

Claes, Lacourse, Ercolani, Pierro, Leone et Presaghi • Gatti, Tremblay, Vitaro et McDuff

2006

Tremblay • Dorais • Desormeaux • De Iaco • Hamel, Cousineau et Vézina • Fournier, Cousineau et Hamel

Bessette • Lacourse, Nagin, Vitaro, Côté, Arsenault et Tremblay

2007

Brisebois • Tétreault et Girard • Hamel, Cousineau et Vézina • Hamel et Crête

Cinq-Mars • Hamel • Dupré, Lacourse, Willms, Vitaro et Tremblay

2008

Fleury • Descormier • Hamel, Cousineau et Vézina

Martel • Haviland, Nagin, Rosenbaum et Tremblay

2009

Roussety • Mourani • Bania • Corriveau • Leduc, Marcoux et Mantha

Morselli • Guay et Gaumont-Casias

2010

Guay et Couture-Poulin

Les noms en gras font partie de Projet Jeunesse et Gangs de rue.

Les facteurs associés à l’émergence des gangs de rue

14L’étude qu’a publiée le sociologue américain Frederic Thrasher (1927) il y a plus de 75 ans, aide toujours à comprendre le phénomène des gangs de rue. Les travaux de Thrasher ainsi que ceux d’autres auteurs américains influents qui l’ont suivi (Goldstein, 1991 ; Jankowski, 1991 ; Klein, 1995 ; Spergel, 1995) ont ainsi offert une lecture nuancée de la problématique. Bon nombre de chercheurs québécois y ont trouvé leur inspiration. La désorganisation sociale et son impact sur le développement des gangs de rue figure ainsi parmi les facteurs les plus fréquemment évoqués pour expliquer l’expansion du phénomène des gangs de rue partout en Amérique du Nord. On ne saurait aujourd’hui étudier le problème des gangs de rue sans se préoccuper des questions relatives aux conditions socioéconomiques, aux phénomènes de l’inégalité et de l’exclusion sociales, à la marginalisation et à l’affaiblissement des contrôles sociaux. L’équipe de recherche Jeunesse et gangs de rue propose une recension de la littérature scientifique des plus éclairantes sur la question (Hébert, Hamel et Savoie, 1997).

15Les gangs de rue ne naissent pas de façon spontanée. Le plus souvent, ces groupes apparaissent dans des contextes où il y a absence de possibilités d’accomplissement pour les individus issus des classes défavorisées, ou dans des contextes où règne la désorganisation sociale (Spergel, 1995). Spergel (1995) distingue deux types de contextes : ceux qui favorisent l’émergence des gangs recherchant des gains matériels et ceux qui favorisent l’usage de la violence. Il considère que ces deux types de contextes déterminent l’orientation future d’un gang (gain ou violence) ainsi que les motivations conduisant les jeunes à adhérer à ces groupes. Autrement dit, les contextes de pauvreté sont susceptibles de créer des gangs visant la recherche du profit, alors que les contextes de désorganisation sociale favoriseront l’apparition de gangs où la violence domine.

Contexte social et caractéristiques des délinquants associés aux gangs

16L’affiliation aux gangs se manifeste plus souvent chez les jeunes qui présentent des caractéristiques personnelles particulières (facteurs de risque) et dont les institutions socialisantes primaires n’arrivent pas à combler adéquatement les besoins fondamentaux (besoins de valorisation, d’appartenance, d’identité, d’encadrement et de soutien, de protection, de pouvoir et d’argent). De plus, ils évoluent dans un environnement marqué par la pauvreté et la désorganisation sociale et leur offre peu de possibilités de se réaliser. Tout cela limite le développement de ces jeunes et les écarte de leurs buts (Spergel, 1995). L’affiliation à un gang est donc le résultat d’une combinaison de facteurs liés aux caractéristiques de l’individu et de son environnement.

17Les facteurs liés à l’adhésion aux gangs de rue sont particulièrement nombreux et diversifiés (Howell et Egley, 2005). Certains d’entre eux sont mentionnés dans la majorité des travaux sur la question. Ils seront ici répartis dans trois grandes catégories : le milieu social, le milieu familial et les caractéristiques personnelles. Le lecteur qui aimerait avoir une description plus détaillée consultera des écrits plus fouillés sur la question (Hébert, Hamel et Savoie, 1997).

L’environnement social comme toile de fond

18Le phénomène des gangs de rue touche surtout les couches sociales défavorisées. Les gangs apparaissent surtout dans des contextes où il est difficile aux membres des classes défavorisées d’assurer leur développement, ainsi que dans des contextes marqués par la désorganisation sociale (Spergel, 1995). Les changements sociaux rapides, les vagues successives d’immigration, les difficultés d’intégration des nouveaux arrivants, la mobilité résidentielle, l’effritement du tissu social, l’isolement et les pertes des valeurs familiales contribueraient pour une bonne part à l’émergence des gangs (Bursik et Grasmick, 1993 ; Covey, Menard et Franzese, 1992 ; Shaw et McKay, 1931 ; Spergel, 1995 ; Thornberry et autres, 2003 ; Thrasher, 1927).

19Au Québec, les jeunes membres de gangs sont souvent issus des minorités culturelles récemment établies au Canada (Hébert, Hamel et Savoie, 1997). Les immigrants peuvent se sentir perdus ou isolés en ayant à composer avec leurs valeurs traditionnelles et celles de leur nouveau pays. L’affiliation à un gang peut alors donner aux jeunes immigrants le sentiment qu’ils peuvent être respectés ainsi que la possibilité d’affirmer leur identité. En effet, cette dernière est souvent ambivalente, elle se fonde tantôt sur les origines ethnoculturelles, tantôt sur la culture de la société d’adoption (Perreault et Bibeau, 2003). La composition des gangs reflète la composition ethnique de la population ou d’une communauté culturelle donnée (Esbensen, 2000). Outre la composition du bassin de recrutement des membres, plusieurs rappellent que les organisations policières ont probablement tendance à associer les délinquants issus de minorités ethniques aux gangs de rue (Agnew, 2001). Cela a pour effet de « racialiser » le phénomène et de créer une distinction entre le crime organisé caucasien et le crime organisé ethnique, celui des gangs de rue.

20Néanmoins, le filtrage n’explique pas à lui seul le phénomène. Les pressions exercées sur les jeunes vivant dans les quartiers défavorisés pour obtenir succès, pouvoir et prestige auraient pour effet de présenter l’adhésion aux gangs comme une solution accessible. Faire partie d’un gang permettrait aux membres d’atteindre un certain statut qu’ils considèrent comme impossible à atteindre autrement (Reiboldt, 2001). Le gang peut accroître le statut ou le prestige du jeune auprès des pairs, des filles et des membres de la communauté (Howell, 1998). En effet, certains jeunes grossissent les rangs des gangs parce qu’ils considèrent ces groupes comme des organisations qui fournissent de nombreuses occasions de s’amuser (fêtes, alcool, drogues, etc.) et de rencontrer des filles. Souvent, le gang est vu comme la seule source de divertissement dans certains quartiers (Sanchez-Jankowski, 1991). Dans les quartiers où les gangs existent depuis des générations, l’affiliation peut même représenter une forme de patriotisme local et d’engagement envers la communauté (Sanchez-Jankowski, 1991).

21Bien que la désorganisation sociale et la pauvreté favorisent l’apparition des gangs de rue, elles n’expliquent pas à elles seules l’affiliation aux gangs (Bjerregaard et Smith, 1993 ; Fagan, 1990). Évidemment, lorsque de tels groupes criminels sont présents dans les quartiers défavorisés, les jeunes ne veulent pas tous en devenir membres.

Le milieu familial

22La vie familiale et les pratiques parentales jouent un rôle de premier plan dans le processus de socialisation de l’enfant. Le milieu familial a aussi comme rôle de guider et de diriger les enfants de façon qu’ils s’intègrent dans la société (Vigil, 2006). Les travaux sur la question indiquent que les délinquants associés aux gangs de rue proviennent généralement de milieux familiaux souvent instables, voire brisés ou désunis, parfois même violents. Les relations qu’entretiennent les membres de gangs avec leurs parents sont souvent décrites comme peu affectueuses, et l’encadrement et le contrôle parental (Brisebois, 2007 ; Claes et coll, 2005 Fournier, 2001 ; Fredette, 1997 ; Fredette et Proulx, 2000 ; Grégoire, 2001 ; Lanctôt, 1995 ; Henry, Tolan et Gornman, 2001 ; Tremblay, 2006) ainsi que les normes (Esbensen, Huizinga et Weiher, 1993) feraient notablement défaut. Plusieurs suggèrent d’ailleurs que, lorsque les adolescents ne sont ni encadrés ni soutenus par leurs parents, l’affiliation à un gang devient attrayante (Reiboldt, 2001 ; Thornberry et autres, 2003). En conséquence, plusieurs suggèrent que le gang suppléerait alors la famille et constituerait dans certains cas une stratégie d’adaptation qui viendrait suppléer à l’inadaptation de la famille d’origine (Hamel et Brisebois, 2005).

23Les difficultés familiales vécues par les délinquants affiliés aux gangs de rue s’accompagnent généralement de difficultés scolaires et de troubles d’apprentissage (Brisebois, 2007 ; Fournier, 2001 ; Fredette, 1997 ; Fredette et Proulx, 2000 ; Grégoire, 2001 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998 ; Hébert, Hamel et Savoie, 1997 ; Lanctôt, 1995 ; Lemieux, 1997 ; Tremblay, 2006). Bien souvent, ces délinquants présentaient déjà des retards au début de leur cheminement (Hill, Howell, Hawkins et Battin-Pearson, 1999). Ces retards sont souvent associés à un décrochage scolaire et à des difficultés à s’intégrer dans le marché du travail. Les perspectives d’emploi ne sont guère plus reluisantes. Les membres de gangs ont souvent des emplois légitimes, mais ils les occupent sur de moins longues périodes, travaillent moins d’heures et sont souvent décrits comme peu dévoués à leur travail (Fredette et Proulx, 2000 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998 ; Hébert, Hamel et Savoie, 1997).

24Le fait de provenir d’un milieu socioéconomiquement défavorisé, d’avoir vécu dans un cadre familial instable ou même violent, d’éprouver des difficultés scolaires et, plus tard, d’intégration dans le marché du travail, toutes ces circonstances sont pour ainsi dire des facteurs de risque génériques. En d’autres termes, ces difficultés caractérisent et jalonnent l’essentiel des théories explicatives de nombreux problèmes psychosociaux, comme les problèmes de toxicomanie, de déviance et de santé mentale. Ils sont aussi utiles pour expliquer le jeu pathologique, les problèmes d’estime de soi ou même la dépression. En somme, si seuls les facteurs environnementaux étaient responsables de l’adhésion aux gangs, le nombre de délinquants qui composent ces derniers serait notablement plus élevé. Le contexte social favorise l’apparition de tels groupes, cependant il ne détermine pas à lui seul l’adhésion des jeunes issus de ces milieux. À cet égard, certaines caractéristiques personnelles des délinquants agissent sans doute comme des facteurs facilitants.

Caractéristiques personnelles et adhésion aux gangs

25Le fait de provenir d’un milieu familial instable, pas plus que le milieu défavorisé, ne peut expliquer à lui seul l’attrait de certains délinquants pour l’univers des gangs de rue. Certaines caractéristiques personnelles favoriseraient donc l’adhésion. Dans une étude portant sur 3 522 jeunes âgés de 14 ans à 18 ans participant à l’Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ), Dupéré et ses collaborateurs (2007) montrent que seulement les adolescents des quartiers défavorisés qui présentent des caractéristiques particulières, telles que des tendances psychopathiques, sont susceptibles de grossir les rangs des gangs. Plus encore, leurs résultats indiquent que ce serait la mobilité résidentielle, et non pas le désavantage sur le plan économique, combinée aux propensions individuelles qui peut prédire les risques d’affiliation à un gang de rue. En somme, il semble que ce soit l’interaction de ces facteurs avec certaines variables environnementales qui contribuerait à augmenter les risques d’adhérer aux gangs de rue, et non pas les conditions sociales elles-mêmes (Claes et autres, 2005 ; Dupéré et autres, 2007 ; Gatti, Tremblay, Vitaro etMcDuff, 2005 ; Haviland, Nagin, Rosenbaum et Tremblay, 2008 ; Lacourse et autres, 2003, 2006).

26Parmi les caractéristiques personnelles les mieux documentées, on trouve les caractéristiques d’externalisation ou celles du spectre des personnalités antisociales. En effet, les délinquants associés aux gangs sont décrits par plusieurs comme étant égocentriques (Goldstein, 1991 ; Lanctôt et Le Blanc, 1996), et ils auraient tendance à avoir des comportements délinquants et violents plus précocement que les autres, un faible niveau d’anxiété (Craig, Vitaro, Gagnon et Tremblay, 2002), une forte tolérance à la déviance et des croyances délinquantes (Hill, Howell, Hawkins et Battin-Pearson, 1999). Une hyperadolescence (Goldstein, 1991) ferait par ailleurs d’eux des délinquants plus sensibles à la pression des pairs et plus susceptibles d’adopter une identité et des valeurs de groupe.

27Les délinquants associés aux gangs de rue semblent avoir été plus délinquants que les autres avant leur affiliation, et il semble aussi que les gangs aient un effet accélérateur sur leur délinquance. Pour expliquer l’interaction entre les caractéristiques des délinquants et du gang sur le rythme d’accroissement de la délinquance de ses membres, trois modèles ont été mis de l’avant par Thornberry, Krohn, Lizotte et Chard-Wierschem : le modèle de facilitation, le modèle de sélection et le modèle mixte (1993). Dans le modèle de facilitation, les délinquants associés aux gangs de rue ne sont pas fondamentalement différents a priori des non-membres de gangs avant leur adhésion au groupe criminel. Ce serait plutôt les normes et les valeurs du groupe ainsi que les processus mettant en jeu le statut des membres, la solidarité et la cohésion qui faciliteraient le comportement délinquant. Suivant le modèle de sélection, les gangs de rue attirent principalement des délinquants qui ont déjà un mode de vie criminel. Ce modèle implique donc qu’aucune « nouvelle » délinquance n’est créée du fait de l’adhésion aux gangs de rue. Dans le modèle mixte, la sélection et la facilitation contribuent toutes deux à créer la délinquance. La plupart des recherches longitudinales qui ont mis à l’épreuve ces trois explications favorisent le modèle mixte (Bendixen, Endressen et Olweus, 2006 ; Gatti, Tremblay, Vitaro et McDuff, 2005 ; Hill et autres, 1996 ; Thornberry, Krohn, Lizotte et Chard-Wierschem, 2003). Les délinquants qui adhèrent aux gangs de rue seraient donc d’abord et avant tout plus actifs que les autres délinquants. Attirés par les valeurs, le prestige ou les occasions, ils y adhéreraient plus facilement. Au contact du gang, leur délinquance s’aggraverait. Cependant, lorsqu’ils quittent le gang, ces délinquants reviennent à leur niveau initial de délinquance. Le gang aurait donc un effet aggravateur sur le parcours des délinquants.

28En somme, les délinquants des gangs de rue comptent un nombre élevé de facteurs de risque. Ils proviennent de milieux sociaux défavorisés désorganisés et marqués par la fragilité des liens sociaux. De plus, ils sont fréquemment issus de familles brisées ou dysfonctionnelles, et leurs parents sont peu scolarisés. Dès leur jeune âge, ils sont aux prises avec divers problèmes de comportement qui compromettent leur cheminement scolaire et professionnel. Ils adoptent plus précocement une grande variété de comportements déviants et consomment plus de drogues (Thornberry, Krohn, Lizotte et Chard-Wierschem, 2003). Chacun de ces facteurs de risque contribue à divers degrés à l’adhésion aux gangs de rue, et plusieurs travaux indiquent qu’ils ont un effet cumulatif (Hill et autres, 2001 ; Howell et Egley, 2005). Ainsi, l’étude de Hill et ses collègues (1999) révèle que les adolescents présentant sept facteurs de risque ou plus avaient 13 fois plus de risque de devenir membre d’un gang que les adolescents ne présentant aucun facteur de risque ou un seul.

L’expérience du gang

29Les besoins liés à l’affiliation à un groupe de pairs au cours de l’adolescence sont de l’ordre du compagnonnage, du plaisir, de l’apprentissage, d’une bonne entente avec autrui et du partage de champs d’intérêt communs (Hébert, Hamel et Savoie, 1997). Le groupe de pairs à l’adolescence sert de base au développement personnel, moral et identitaire des jeunes. Il en va de même du gang de rue (Goldstein et Kodluboy, 1998 ; Spergel, 1995). Cependant, alors que la majorité des adolescents se tournent vers des groupes de pairs prosociaux, il importe de se demander pourquoi certains jeunes choisissent les gangs de rue.

30Plusieurs travaux québécois se sont attachés à étudier les adolescents faisant partie de gangs de rue, ce qui a permis de documenter les processus d’affiliation et de désaffiliation ainsi que les motifs qui sont invoqués pour les justifier. Il ressort des travaux sur l’expérience des délinquants associés aux gangs de rue que les adolescents qui s’associent à ces groupes criminels le font de manière graduelle afin de répondre à leurs besoins de sécurité, d’appartenance, de pouvoir et de plaisir. La désaffiliation se fait de manière tout aussi graduelle (Désormeaux, 2006 ; Fournier, 2001 ; Fredette, 1997 ; Fredette et Proulx, 2000 ; Grégoire, 2001 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998 ; Hébert, Hamel et Savoie, 1997 ; Tremblay, 2006). Les premiers contacts avec des membres de gangs ont généralement lieu à la préadolescence (Reiboldt, 2001). L’étude menée par Hamel, Fredette, Blais et Bertot (1998) révèle que les adolescents membres et ex-membres sont pour la plupart entrés en contact avec les gangs tôt durant l’enfance, à l’époque où ils fréquentaient l’école primaire. Si ces contacts ont lieu à un âge précoce, c’est parce que, pour la majorité, les gangs étaient actifs dans leur quartier, leur école ou même au sein de la famille immédiate ou élargie. Le monde des gangs leur devient ainsi familier à un très bas âge. Les premiers contacts avec ces groupes ont donc généralement lieu durant l’enfance, mais c’est en moyenne à l’âge de 13 ans que la majorité des jeunes commencent à côtoyer des membres d’un gang, et ils deviennent membres vers l’âge de 14 ans (Decker et Van Winkle, 1996 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998).

31L’affiliation aux gangs est un processus psychosocial graduel. Par exemple, le jeune commence par côtoyer les membres de gangs, établit des liens de confiance et participe de plus en plus aux activités sociales et illégales du groupe (Decker et Van Winkle, 1996 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998). Toutefois, l’affiliation à un gang est souvent de courte durée, puisque la majorité des adolescents le quittent au bout d’une année ou moins (Le Blanc et Lanctôt, 1997 ; Hill et autres, 2001). L’entourage du jeune joue un rôle important dans le processus d’affiliation. Souvent, les jeunes entrent en contact avec les gangs par l’intermédiaire d’un réseau de connaissances, d’amis et de liens familiaux (Esbensen et Lynskey, 2001 ; Spergel, 1995).

32Ainsi, les travaux sur l’adhésion aux gangs rappellent que la participation aux gangs n’est que transitoire pour la majorité des jeunes qui en font l’expérience. Dans la majeure partie des cas, sa durée n’excède pas deux ans (Fredette et Proulx, 2000 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998 ; Hébert, Hamel et Savoie, 1997). L’aventure des gangs de rue réserve toutefois plusieurs surprises, comme l’escalade de la violence, à laquelle la majorité des adolescents ne s’attendaient pas. Une escalade qui les piège, car elle fait d’eux à la fois des agresseurs, responsables des actes de violence commis pour leur propre compte ou pour celui du groupe, et des victimes, en ce qu’ils subissent la violence des autres (Fredette et Proulx, 2000 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998 ; Sanders, 1994). Plusieurs cherchent à quitter le gang lorsque la violence atteint un degré jugé excessif. Des événements intenses, souvent traumatisants, provoquent le désir de quitter le gang et amènent les délinquants à prendre conscience de la gravité des actes qu’ils ont commis et de ceux qu’ils ont subis. La crainte des représailles, mais surtout la difficulté de reconstruire leur vie en l’absence du gang et l’étiquette d’ex-membre qui leur est accolée, compliquent la désaffiliation. Ceux qui réussissent à sortir du gang sont considérés comme ayant du cran et dignes d’obtenir la confiance de personnes significatives soucieuses de leur offrir des solutions de rechange (Désormeaux, 2006 ; Fredette et Proulx, 2000 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998).

L’expérience des délinquantes dans les gangs

33Bien qu’elle puisse présenter un certain nombre de similitudes avec celle des délinquants, l’expérience des délinquantes associées aux gangs diffère sur certains points. Les données recueillies à ce jour, bien que peu nombreuses, indiquent que les filles affiliées à des gangs agissent tantôt à titre d’auxiliaires, tantôt à titre de partenaires (Dorais, 2006 ; Fournier, 2001 ; Fournier, Cousineau et Hamel, 2004 ; Fredette, 2008 ; Grégoire, 2001 ; Le Blanc et Lanctôt 1997). De manière générale, les relations que les membres de gangs entretiennent avec les filles, et spécialement avec celles qui font partie du gang, semblent irrespectueuses et non conventionnelles. Pour plusieurs, les filles membres de gangs sont souvent des objets sexuels ou des « garçons manqués » (Joe et Chesney-Lind, 1995 ; Moore et Hagedorn, 1996).

34Bien que les filles puissent parfois occuper des positions comparables à celles des garçons au sein des gangs de rue – elles peuvent même être encouragées à créer leurs propres créneaux d’activités criminelles (Dorais, 2006 ; Fournier, 2001 ; Fredette, 2008 ; Grégoire, 2001) –, elles sont, la plupart du temps, confinées dans des rôles subalternes, forcées de se soumettre aux hommes qu’elles côtoient et exploitées sur les plans psychologique, verbal, économique, physique et sexuel (Dorais, 2006 ; Fournier et autres, 2004 ; Fredette, 2008 ; Grégoire, 2001 ; Huff, 1997 ; Le Blanc et Lanctôt 1997 ; Molidor, 1996). Cela est sans doute dû au caractère misogyne des gangs de rue, où les rapports entre les sexes sont très stéréotypés. Le machisme, la misogynie, l’agressivité, la domination et les exploits sexuels sont incontestablement valorisés (Corriveau, 2009 ; Dorais, 2006 ; Fleury, 2008 ; Totten, 2000). Cela ne peut qu’influencer les relations que les membres masculins établissent avec les membres féminins. À cet égard, il est assez étonnant que la question des relations entre hommes et femmes au sein des gangs de rue n’ait que très peu retenu l’attention. En effet, mis à part deux études recensées, soit celle de Totten (2000) et de Fleury (2008), la littérature est silencieuse sur le sujet. Les travaux exploratoires de ces auteurs révèlent pourtant l’importance de la conception que les garçons ont de la masculinité. Comme ces derniers suivent des modèles familiaux qui favorisent la domination masculine et la violence envers les femmes, il n’est pas surprenant de constater que, dans les gangs, l’agression constitue le principal mode d’expression de la masculinité et colore les relations entre les hommes et les femmes.

Les activités délinquantes et déviantes des délinquants associés aux gangs de rue

35Comme nous l’avons vu plus haut, l’affiliation à un gang va généralement de pair avec l’augmentation des conduites délinquantes (Battin-Pearson, Thornberry, Hawkins et Krohn, 1998 ; Bendixen, Endressen et Olweus, 2006) et de l’usage de substances illicites (Hill et autres, 2001). Ainsi, les délinquants impliqués dans les gangs seraient engagés beaucoup plus précocement, sérieusement et intensément dans la criminalité que les autres contrevenants. Néanmoins, l’étude des délinquants associés aux gangs de rue indique que leurs activités criminelles se distinguent par une propension à l’antisocialité ainsi que la participation à une criminalité de marché.

36Bien qu’on observe chez les plus jeunes contrevenants une forte prévalence de traits sociopathiques (Lykken, 1995), ceux qui persistent à demeurer dans les gangs de rue sont caractérisés par des tendances psychopathiques comme le manque d’empathie et des problèmes d’impulsivité (Dupéré et autres, 2007). À cet égard, les études s’intéressant aux conduites délinquantes des membres de gangs de rue indiquent que ces derniers commettent plus de délits que les autres délinquants, en plus de présenter une carrière polymorphe (cafeteria-style) où s’entremêlent les crimes violents, les crimes de marché et les délits d’acquisition (Désormeaux, 2006 ; Fredette, 1997 ; Fredette et Proulx, 2000 ; Gatti, Tremblay, Vitaro et McDuff, 2005 ; Guay et Couture-Poulin, 2009 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998 ; Hébert, Hamel et Savoie, 1997 ; Lacourse et autres, 2003 ; Lanctôt, 1995). Le polymorphisme criminel, c’est-à-dire la propension pour certains contrevenants à commettre une grande variété de types de délits dans différents contextes, est d’ailleurs un des éléments les plus robustes associés à la persistance dans la délinquance (Blumstein, Cohen, Roth et Visher, 1986 ; Piquero et autres, 1999 ; Piquero, Farrington et Blumstein, 2007). Différents travaux québécois indiquent que les gangs de rue joueraient un rôle d’actualisation et d’accélération dans le processus de criminalisation chez un individu qui présente déjà un potentiel criminel (Gatti, Tremblay, Vitaro et McDuff, 2005 ; Haviland, Nagin, Rosenbaum et Tremblay, 2008 ; Lacourse et autres, 2006). Ces résultats sont analogues à ceux des travaux américains sur la question, qui concluent que les individus susceptibles de grossir les rangs des gangs de rue sont d’abord et avant tout des délinquants (Gordon et autres, 2004 ; Thornberry, Krohn, Lizotte et Chard-Wierschem, 1993 ; Thornberry et autres, 2003).

37Le spectre des personnalités antisociales qui caractérise bon nombre de délinquants associés aux gangs de rue s’accompagne généralement d’un ensemble de comportements d’externalisation (Krueger, Markon, Patrick et Iacono, 2005). Parmi ceux-ci, on trouve un fort penchant pour une vie festive, empreinte de liberté, de plaisirs et de stimulation (Cusson, 2006). Outre les activités de revente de drogues, les deux activités de prédilection des délinquants faisant partie de gangs sont la flânerie et la bagarre (Decker et Van Winkle, 1996). L’alcool, la drogue et les filles ont toujours fait partie du mode de vie du gang. La consommation de drogues est un moyen d’obtenir un certain statut social en plus d’être un processus social naturel de la vie de gang (Vigil, 1988). Les délinquants affiliés à des gangs sont plus précocement initiés à l’alcool et à la marijuana que les autres délinquants (Craig, Vitaro, Gagnon et Tremblay, 2002 ; Hill et autres, 2001). Bien que les adolescents aient tendance à avoir plus de problèmes d’alcool et de drogues, il n’en va pas de même pour les délinquants qui persévèrent dans les gangs une fois devenus adultes. La consommation abusive d’alcool et de drogues est parfois un comportement désapprouvé par le gang, notamment lorsqu’il interfère avec les activités criminelles courantes (Fagan, 1996). Les travaux de Guay et Couture-Poulin (2010) indiquent à cet égard que les délinquants adultes associés aux gangs qui sont plus âgés auraient même moins de problèmes de consommation que les autres délinquants comparables. Les délinquants plus âgés, impliqués dans une criminalité de marché plus structurée, seraient moins enclins à compromettre la bonne marche de leurs opérations illicites par une consommation abusive, laquelle est susceptible d’entraîner de nombreuses complications (problèmes de liquidité, possibilité de vol ou de victimisation alors qu’ils sont en possession de stupéfiants ou de grandes liquidités, etc.).

La criminalité de marché

38Outre les caractéristiques personnelles des délinquants, la criminalité de marché structure elle aussi la nature des délits. En effet, la participation à une criminalité de marché plus organisée – on n’a qu’à penser au trafic de stupéfiants ou au proxénétisme, qui sont des activités de prédilection des gangs (Decker et Van Winkle, 1996 ; Fagan, 1990 ; Gottfredson et Gottfredson, 2001 ; Howell, 1998 ; Howell et Decker, 1999 ; Spergel, 1995) – procure des bénéfices matériels, mais entraîne aussi son lot de problèmes. En effet, la criminalité de marché en amène plusieurs à commettre certains crimes liés à la tâche. Ainsi, la menace, l’intimidation et la violence sont monnaie courante. Il est également nécessaire de s’armer (Fagan, 1996, Huff, 1998), soit pour se protéger des compétiteurs plus agressifs, soit pour exercer des représailles. Par ailleurs, il est essentiel d’avoir sous la main des sommes d’argent importantes, soit pour se procurer des drogues ou des armes, soit pour soutenir un mode de vie onéreux. Certains crimes acquisitifs permettront donc d’obtenir les liquidités nécessaires aux activités courantes. Par ailleurs, le haut volume d’activités qu’exige la criminalité de marché liée aux drogues illicites, et les dangers qu’elle comporte (Taylor, Esbensen, Peterson et Freng, 2007) expliquent probablement le fait que les contrevenants associés aux gangs de rue ont moins de problèmes de consommation de drogues et d’alcool que les autres. En effet, la consommation ne doit pas empêcher la bonne marche des activités criminelles lucratives. En somme, le polymorphisme criminel des contrevenants associés aux gangs de rue s’explique donc, du moins en partie, de deux façons : d’une part, les caractéristiques personnelles (impulsivité et tendances psychopathiques) et, d’autre part, la participation à une structure de marchés illicites, laquelle entraîne la commission de certains délits.

Les composantes de psychopathie comme facteurs d’enracinement

39Le gang, comme toute structure sociale, est un système plastique. La majorité des délinquants qui y adhèrent sont pour ainsi dire en transit, et la composition de ces groupes change constamment. Plusieurs auteurs ont ainsi noté qu’au fil des ans les gangs québécois sont devenus peu à peu plus violents (Cousineau, Hamel et Desmarais, 2003 ; Hamel, Fredette, Blais et Bertot, 1998 ; Henrichon, 2005 ; Lemieux, 1997 ; Trudeau, 1997), plus diversifiés du point de vue de l’âge (Désormeaux, 2006 ; Fredette et Proulx, 2000), et plus étroitement liés à d’autres organisations criminelles (Morselli, 2009). Ces changements suggèrent que tous ne sont pas faits pour la vie dans une structure criminelle comme les gangs et que tous n’y trouvent pas leur compte. Pour être accepté comme membre d’un gang de rue, l’individu doit faire preuve de certaines qualités : il lui faut être capable d’accomplir le travail, d’imposer le respect et de tolérer les aspects désagréables de la tâche. Plusieurs travaux expliquent l’adhésion aux gangs par la présence de différents traits de personnalité antisociale, par le caractère impulsif des délinquants ou leur faible maîtrise de soi. Cependant, il est particulièrement difficile de concilier l’assertion selon laquelle les délinquants associés aux gangs ont de fortes tendances antisociales avec celle voulant qu’ils aient une faible estime d’eux-mêmes (Florian-Lacy, 1999 ; Hébert, Hamel et Savoie, 1997) ou que leur identité masculine soit une souffrance (Totten, 2000). Comme c’est le cas des populations délinquantes en général, deux types de délinquants aux tendances antisociales se retrouvent à divers degrés dans les gangs de rue : les délinquants sociopathiques et les délinquants psychopathiques. Dans son ouvrage sur les personnalités antisociales, Lykken (1995) décrit ces deux types de personnalité antisociale. Le délinquant sociopathique est issu d’un milieu familial chaotique et instable, résultant d’une incompétence parentale ou d’un processus de socialisation défaillant. En raison du peu de supervision parentale, ces délinquants sont souvent libres de fréquenter qui bon leur semble. Ils sont peu conscients des torts qu’ils causent, les perspectives d’intégration sociale qui s’offrent à eux sont médiocres et ils sont plutôt impulsifs et centrés sur leurs besoins immédiats. Ils représentent le plus grand nombre et constituent donc le bassin de recrutement de groupes criminels tels que les gangs de rue. Le délinquant psychopathique présente des désordres d’ordre psychologique et non pas situationnel, comme le délinquant sociopathique. On distingue deux types de psychopathes : le psychopathe primaire et le psychopathe secondaire (Fowles, 1988 ; Gray, 1987). Le psychopathe primaire se caractérise par une insensibilité affective et des traits foncièrement narcissiques. Il est « moralement aveugle », sans remords, égocentrique, vengeur, irresponsable, manipulateur, violent et parfois même sadique (Henderson, 1947 ; Millon et Davis, 1998 ; Murphy et Vess, 2003). Les psychopathes primaires sont manipulateurs et grandioses, et ils sont parfois décrits comme des « fleurs sans parfum » (Henderson, 1947). Le psychopathe secondaire est plus impulsif et agressif. Il manque cruellement de sentiments sociaux comme l’empathie, l’amour, la culpabilité et le remords. Les psychopathes secondaires sont dépeints comme ayant des émotions à fleur de peau et des tendances colériques. Ils réagissent de manière brutale sans être vraiment provoqués, ont des relations interpersonnelles tumultueuses, blâment les autres et se montrent peu critiques vis-à-vis d’eux-mêmes.

40Le bassin de recrutement des gangs de rue, comme dans n’importe quelle structure criminelle, est constitué en grande partie par les délinquants sociopathiques. Ce sont des jeunes qui sont issus de milieux défavorisés et de familles chaotiques. Toutefois, ces jeunes ne sont que de passage dans les gangs, et les différents efforts de socialisation peuvent réussir. Tôt ou tard, ils quitteront le gang. Il n’en va pas nécessairement de même pour les délinquants aux tendances psychopathiques plus fortes. Ces délinquants trouvent pour ainsi dire leur compte dans une structure criminelle comme les gangs. Ils s’accommodent sans difficulté de la violence généralement associée au mode de vie des gangs de rue (Fredette, 1997 ; Fredette et Proulx, 2000 ; Lacourse et autres, 2006 ; Lanctôt, 1995) et des valeurs criminelles véhiculées par ces groupes. Les délinquants qui sont dans la vingtaine et la trentaine sont donc le fruit de ce processus de sélection. En plus d’avoir établi un réseau leur permettant de tirer profit de leurs activités criminelles, ils ont des traits psychopathiques qui leur permettent d’accepter leur situation criminelle et qui les font demeurer particulièrement réfractaires aux efforts de socialisation.

Gangs de rue et problèmes de mesure

41Ainsi que nous l’avons déjà vu, bien que les travaux portant sur les gangs de rue soient nombreux, il est difficile d’en dégager une définition qui fasse consensus, et d’en arriver à une définition de ce qu’est un membre et un crime de gang. Cela constitue un obstacle, surtout lorsqu’il s’agit d’estimer le nombre de gangs et le nombre de membres, d’étudier leur évolution ou de comparer les différents travaux de recherche entre eux.

42Les difficultés concernant la mesure et l’étude du gang de rue et de ses membres sont pour une bonne part liées au fait que les gangs sont perçus comme des entités naturelles et discrètes, fondamentalement différents des autres groupes criminels (ou des autres délinquants). Le gang de rue est perçu comme un groupe bien particulier, et l’appartenance à un gang, à la manière d’un diagnostic médical, est étudiée comme un état. Or, il n’existe probablement pas de différence fondamentale de nature entre les gangs de rue et d’autres groupes exerçant le même genre d’activités, pas plus qu’il n’existe de différences fondamentales entre les délinquants associés aux gangs de rue participant à une activité criminelle et ceux des autres groupes. Tous, à des degrés divers, sont impulsifs et centrés sur leurs besoins, flânent, traînent, boivent, partagent des valeurs criminelles et s’insèrent dans une structure plus ou moins cohérente. Certes, les gangs de rue ont des particularités qui les distinguent, ne serait-ce que le simple désir de les nommer, mais probablement pas au point où il faille la placer dans une catégorie à part. Pour plusieurs, il existe donc une frontière invisible (et perçue comme utile) entre le gang de rue et le crime organisé, entre le membre et le non-membre. Toutefois, l’utilisation de la notion de gang ou de membre de gang ne permet pas de cerner les principaux facteurs qui favorisent la délinquance de ces groupes, d’en saisir les nuances, pas plus qu’elle ne permet de mettre en place des interventions efficaces et d’en mesurer les effets (Benda et Tollett, 1999). Au mieux, on peut croire que le nombre de gangs et de membres identifiés et visibles diminue.

43Les premières études sur les gangs se sont vite heurtées aux limites des descriptions impressionnistes des groupes hétérogènes de délinquants des centres urbains. Les gangs sont, pour ainsi dire, une catégorie diagnostique aux contours flous, aux manifestations variées et sur laquelle peu de gens s’entendent. Le fait de concevoir le gang comme une entité distincte des autres groupes criminels (bien souvent sans que soient précisées les règles d’identification) ainsi que la grande hétérogénéité de ces groupes (et des délinquants qui s’y associent) ont amené à recourir à la classification pour décrire les différents prototypes plus homogènes : ces groupes et leurs membres sont si différents les uns des autres qu’il est nécessaire d’apporter d’importantes nuances. Il est difficile de ne pas se référer au modèle classificatoire de Thrasher (1927) ou à celui de Spergel (1995). Toutefois, les distinctions classificatoires ne sont utiles que lorsque les paramètres sont spécifiés et que lorsqu’elles font l’objet d’une mise à l’épreuve empirique. Or la plupart des modèles classificatoires ont des critères de classification flous et sont dépourvus de règles d’attribution aux types. Leur application entraîne inévitablement des problèmes de fidélité. Un système classificatoire qui ne permet pas de classer les unités peut difficilement être utile.

Le modèle multidimensionnel comme avenue de recherche

44Les limites que comporte l’utilisation de la typologie, jointes aux problèmes d’identification des membres de gangs de rue nous ont amenés à nous pencher sur la viabilité d’un modèle multidimensionnel. Notre démarche a consisté à définir les paramètres permettant de caractériser les membres et à les appliquer par la suite aux gangs eux-mêmes. Comme nous l’avons vu précédemment, deux motifs nous ont déterminés à nous tourner vers une structure multidimensionnelle plutôt que catégorielle pour étudier l’appartenance aux gangs de rue. Premièrement, l’appartenance aux gangs n’est pas taxonique : il n’existe pas de frontière naturelle entre le membre et le non-membre. Deuxièmement, elle n’est pas unidimensionnelle : plusieurs composantes indépendantes sont nécessaires pour bien saisir le phénomène.

Un modèle multidimensionnel de l’affiliation aux gangs de rue

45Dans leur ouvrage sur les modèles de mesure, Bertrand et Blais (2004) définissent le modèle comme une représentation simplifiée d’un phénomène permettant de l’étudier. Pour être utile, le modèle doit avoir certaines caractéristiques particulières, dont celles d’être précis et parcimonieux. Dans le cadre de nos travaux sur l’appartenance aux gangs de rue (Guay, 2007, 2008), nous avons donc organisé les principales caractéristiques des délinquants membres gangs de rue en nous fondant sur quatre dimensions : 1) l’adhésion à la culture et aux valeurs du gang ; 2) la participation aux activités criminelles ; 3) l’usage de la violence et de l’intimidation ; et 4) la place occupée dans le réseau et la structure du gang. Les deux premiers paramètres concernent donc des caractéristiques génériques de la délinquance, tandis que les deux derniers sont des paramètres spécifiques des gangs. Ces quatre dimensions découlent de notre analyse des typologies et sont mentionnées dans la littérature scientifique et par les experts et les intervenants rencontrés. Elles doivent donc être intégrées à l’étude du phénomène des gangs de rue. La figure 2 présente le modèle à quatre grands paramètres, lesquels peuvent être mesurés à l’aide de différents indicateurs et devraient renseigner l’observateur sur la nature de la participation au gang. Plutôt que de s’efforcer de déterminer si un tel groupe criminel est ou non un gang de rue ou si tel délinquant est membre ou pas, il est possible d’utiliser le modèle pour définir la place occupée par l’un et par l’autre dans un espace multidimensionnel.

FIGURE 2. Modèle multidimensionnel de l’affiliation aux gangs de rue

FIGURE 2. Modèle multidimensionnel de l’affiliation aux gangs de rue

Les activités criminelles

46Pour bien saisir les caractéristiques du délinquant affilié à un gang de rue, il est nécessaire de considérer la nature des activités criminelles qu’il mène. Depuis plus de vingt ans, l’étude des comportements criminels passés ou de la carrière criminelle des délinquants a fait d’importants progrès. L’étude de la carrière criminelle consiste généralement dans la description de la séquence longitudinale des délits commis par un même délinquant (Blumstein, Cohen, Roth et Visher, 1986). Elle fait intervenir différents paramètres, notamment la précocité, la variété et la spécialisation, ainsi que le nombre de crimes commis (Soothill, Fitzpatrick et Francis, 2009).

Les tendances psychopathiques et l’impulsivité

47Les délinquants associés aux gangs de rue sont plus que des jeunes hommes en manque d’occasions légitimes issus de milieux défavorisés. En effet, ce sont souvent d’abord et avant tout des délinquants qui trouvent dans les gangs un environnement compatible avec leur mode de vie. En fait, les délinquants affiliés aux gangs présentent plus précocement que les autres des troubles de comportement, de l’hyperactivité, des attitudes délinquantes et des comportements violents (Hill et autres, 2001 ; Howell, 1998 ; Thornberry et autres, 2003). Ils sont décrits comme agressifs (Hill et autres, 1999), cruels envers les autres, impulsifs, colériques et irritables, en plus d’avoir de la difficulté à gérer leurs conflits (Goldstein, 1991). Ils recherchent le pouvoir, sont irresponsables, incapables d’entretenir des relations significatives, manquent de jugement, manipulent les autres pour satisfaire leurs besoins (Goldstein, 1991) et sont souvent superficiels (Klein, 1971 ; Craig, Vitaro, Gagnon et Tremblay, 2002). De telles descriptions correspondent en tous points aux descriptions des personnalités antisociales (Lykken, 1995) et psychopathiques (Cleckley, 1941 ; Hare, 1993).

L’adhésion aux normes et aux valeurs du gang

48L’adhésion aux normes et aux valeurs du gang figure parmi les dimensions les plus souvent citées à la fois pour définir le gang de rue, mais aussi pour déterminer l’appartenance d’un délinquant au gang (Klein, 2005 ; Rosenfeld, Bray et Egley, 1999 ; Esbensen, Huizinga et Weiher, 1993). Les principaux indicateurs qui, dans la littérature, sont employés pour décrire les manifestations de la culture et des valeurs du gang de rue sont l’existence d’un nom de groupe distinct, l’attribution d’un surnom aux membres qui le composent, l’habillement et les autres attributs liés à la culture gangster, le port de couleurs distinctives, les tatouages, les graffitis et l’exhibition d’objets de luxe. Par ailleurs, un certain nombre de valeurs distinctes seraient attachées à la culture qui serait propre au gang de rue. Pour plusieurs (Totten, 2000 ; Dorais, 2006 ; Fleury, 2008), celui-ci véhicule essentiellement une sous-culture de domination où l’usage de la violence est légitimé. En plus d’être souvent institutionnalisée dans des rites initiatiques, la violence serait rattachée à un code d’honneur qui considère l’agression comme une réponse nécessaire à des actions qui nuisent à l’image du membre et à la réputation du groupe (Sanders, 1994). Les conduites violentes rentreraient, par ailleurs, dans un système de récompenses et de punitions dans lequel les membres qui respectent les normes du gang sont admirés et respectés des autres, alors que ceux qui les transgressent sont ridiculisés, voire expulsés du groupe. On observe aussi une forte prépondérance des rapports de genre stéréotypés au sein des gangs de rue où le machisme, la misogynie et les exploits sexuels sont valorisés. En somme, être un homme viril pour les membres de gangs de rue consisterait pour eux à s’imposer par la crainte et l’intimidation, à faire montre d’insensibilité, à employer sans scrupule la violence physique, à soumettre les femmes et à avoir des relations sexuelles avec différentes partenaires.

La place occupée dans une structure et un réseau criminels

49L’un des vecteurs criminels les plus importants chez les délinquants associés aux gangs de rue concerne le milieu dans lequel le délinquant se retrouve, et l’influence qu’ont les qualités structurales du gang sur son comportement. Les travaux sur le lien entre l’adhésion à un gang et le comportement délinquant suggèrent deux propositions générales. La première concerne l’effet facilitateur du gang de rue (Fagan, 1989 ; Thornberry et autres, 2003). L’association à un gang de rue augmenterait de manière importante le nombre d’occasions criminelles pour les délinquants qui s’y joignent, en plus d’augmenter les moyens de les saisir. La seconde proposition, découlant de la première, permet de nuancer différentes affirmations souvent faites à propos des qualités structurales des gangs de rue. Bien que l’on puisse croire que l’effet facilitateur provient de l’intégration dans une infrastructure criminelle particulièrement cohérente et organisée, les travaux sur le fonctionnement des gangs laissent penser que ce n’est pas le cas (Morselli, 2009). Ces travaux suggèrent que les gangs ne sont pas des groupes structurés, efficacement organisés, mais plutôt des entités disparates, plastiques et mobiles, autour desquelles gravitent des délinquants et d’autres acteurs qui sont tous plus ou moins mêlés à des activités criminelles (Decker, Bynum et Weisel, 1998 ; Klein et Maxson, 2006 ; McGloin, 2005). Bien que certains aient observé des organisations criminelles structurées (par exemple, voir Venkatesh et Levitt, 2000, une rare exception) les actions des délinquants associés aux gangs de rue peuvent généralement être rapportées à de petites cliques, voire à de simples individus. Même si les gangs de rue comptent un grand nombre de membres, cela n’implique pas que leurs membres accomplissent leurs activités criminelles de manière réfléchie et concertée (Sanders, 1994 ; Short et Strodtbeck, 1965 ; Spergel, 1995 ; Virgil, 1988 ; Thrasher, 1927. Bien que cela puisse paraître aller à l’encontre des évidences, les gangs de rue forment des groupes peu cohérents, dépourvus de réel leadership et présentant des configurations flexibles et changeantes (Klein, 1971 ; Klein et Crawford, 1967 ; Klein et Maxson, 2006 ; Weisel, 2002).

50Notre recherche en vue d’identifier les paramètres les plus pertinents à l’étude des gangs de rue nous a par ailleurs conduits à appliquer aux gangs le modèle multidimensionnel. Un tel modèle devrait nous permettre de paramétrer un nombre important de groupes criminels, et pas seulement les gangs de rue.

FIGURE 3. Modèle multidimensionnel des gangs de rue

FIGURE 3. Modèle multidimensionnel des gangs de rue

Les avantages d’un modèle multidimensionnel

51La structure multidimensionnelle offre plusieurs avantages par rapport à une structure taxonique traditionnelle. D’une part, elle permet de déterminer non pas si un délinquant fait ou non partie d’un gang, mais à quel niveau il se situe dans un espace multidimensionnel. D’autre part, elle permet aussi de limiter les problèmes relatifs à l’accord interjuges (Kennedy, 2009) et de s’intéresser davantage aux paramètres. À cet égard, sa structure plus flexible facilite l’étude longitudinale des délinquants et des gangs et elle permet de contourner le problème de la migration d’un type à un autre. Elle permet par ailleurs d’étudier les résultats des mesures de répression et d’intervention appliquées auprès de ces groupes et de ces délinquants.

CONCLUSION

52Les groupes criminels comme les gangs de rue préoccupent l’ensemble des intervenants du système de justice pénale. Au Québec et ailleurs au Canada, le phénomène est devenu une préoccupation importante pour les organisations sociales et pénales à la fin des années 1990. La raison pour laquelle les délinquants associés aux gangs de rue préoccupent tant la société et les chercheurs est liée au fait qu’ils commettent beaucoup d’actes de délinquance, et en particulier d’actes violents. En effet, les délinquants membres de gangs auraient tendance à être plus impliqués dans la délinquance que les autres délinquants et seraient plus fréquemment liés à des crimes violents (Battin-Pearson, Thornberry, Hawkins et Kroh, 1998 ; Bendixen, Endressen et Olweus, 2006). Un traitement médiatique important, joint à une mobilisation policière accrue, a amené une multiplication des demandes de prise en charge pénale (Bentenuto, 2008). Des efforts importants ont donc été déployés depuis une quinzaine d’années pour comprendre l’apparition de ces groupes et les facteurs qui poussent les jeunes de milieux défavorisés à faire partie de ces groupes et à les quitter ultérieurement. Plusieurs de ces travaux sont venus s’arrimer aux travaux américains et ont même proposé des relectures novatrices du phénomène (Morselli, 2009).

53Les études sur les gangs de rue tentent de répondre à trois grandes préoccupations. Les premières études empiriques visaient à définir le rôle du gang dans le développement personnel des délinquants. Ces travaux, qui se continuent d’ailleurs aujourd’hui, ont documenté l’impact important de l’adhésion aux gangs et préparé la voie aux nombreux travaux qui allaient suivre. La seconde série de travaux visaient quant à eux à documenter les processus et les expériences. Sous l’impulsion de Jeunesse et gangs de rue, ces efforts ont permis de documenter le processus d’affiliation et de désaffiliation, les préoccupations des jeunes délinquants qui s’associent à ce genre de groupe, de même que celles des témoins privilégiés du phénomène des gangs de rue. La troisième préoccupation est relative à la mesure du phénomène et à la recherche de moyens permettant de la documenter et de la quantifier. C’est dans ce cadre que nous avons préconisé une conception multidimensionnelle, que nous jugeons plus utile qu’une conception strictement taxonique du gang et de ses membres.

Tous les modèles sont faux

54Dans le cadre de ce chapitre, nous avons proposé une structure, un modèle pour l’analyse du phénomène des gangs de rue. Toutefois, ils ne trouvent tout leur sens que dans la mise à l’épreuve empirique. En d’autres termes, même imparfaits, les modèles se justifient dans la mesure où ils sont utiles. George Box, un statisticien reconnu pour ses travaux sur l’inférence bayésienne et les analyses de séries chronologiques, disait souvent : « Tous les modèles sont faux, mais certains sont utiles. » En fait, comme les modèles sont des simplifications du réel visant à le circonscrire de manière parcimonieuse et rigoureuse, ils ne peuvent être vrais. Un modèle est donc une solution de compromis, une représentation simplifiée et parfois stylisée du monde. Toutefois, certains modèles, mais pas tous, peuvent être utiles. De tout temps, les chercheurs ont eu recours à des modèles imparfaits mais utiles. Tycho Brahe, un astronome danois du dix-septième siècle, a conçu un modèle géohéliocentrique du système solaire. Dans ce modèle, le Soleil et la Lune tournaient autour de la Terre, laquelle trônait immobile au centre de l’univers, mais les planètes Mars, Mercure, Vénus, Jupiter et Saturne tournaient autour du Soleil. Même s’il était erroné, ce modèle a été utilisé parce qu’il permettait de prédire avec précision la position des objets célestes. De la même façon, nos travaux et nos observations sur les gangs de rue doivent être formulés avec la notion d’utilité en tête : mieux saisir l’expérience des délinquants, mieux comprendre le fonctionnement de ces groupes et mieux intervenir. Le jour où ces modèles, qu’ils soient binaires ou multidimensionnels, perdent leur utilité, ils doivent être soit bonifiés, soit écartés.

Bibliographie

REFERENCES1

Bendixen, M., Endressen, I.M., Olweus, D. (2006). Joining and leaving gangs: Selection and facilitation effect on self-reported antisocial behavior in early adolescence. European Journal of Criminology, 3 (1): 85-114.

Covey, H.C., Menard, S.W., Franzese, R.J. (1992). Juvenile Gang. Springfield: Charles C. Thomas.

Dupéré, V., Lacourse, É., Willms, D.J., Vitaro, F., Tremblay, E.R. (2007). Affiliation to youth gangs during adolescence: The interaction between childhood psychopathic Tendencies and neighbourhood disadvantage. Journal of Abnormal Child Psychology, 35 (6): 1035-1045.

Esbensen, F.-A., Winfree, L.T., He, N., Taylor, T.J. (2001) Youth gangs and definitional issues: When is a gang a gang, and why does it matter? Crime and Delinquency, 47 (1), 105-130.

Goldstein, A.P. (1991). Delinquent Gangs: A Psychological Perspective. Illinois: Research Press.

Gordon, R., Lahey, B., Dawai, K., Loeber, R., Stouthamer-Loeber, M., Farrington, D. (2004). Antisocial behaviour and youth gang membership: Selection and socialization. Criminology, 42, 55-88.

Hamel, C. (2007). Les gangs de rue : vers une compréhension du processus d’identification des membres juvéniles par des policiers, des cliniciens et des étudiants universitaires de la région de Montréal. Mémoire de maîtrise. École de criminologie, Université de Montréal.

Hébert, J., Hamel, S., Savoie, G.J. (1997). Jeunesse et gangs de rue, phase I : revue de la littérature. Montréal : Institut de recherche pour le développement social des jeunes.

Jankowski, M.J. (1991). Islands in the Street: Gangs and American Urban Society. Berkeley, Los Angeles, Oxford: University of California Press.

Klein, M.W. (1995). The American Street Gang. New York: Oxford University Press.

Klein, M.W., Maxson, C. L. (2006). Street Gangs: Patterns and Policies. New York: Oxford University Press.

Spergel, I.A. (1995). The Youth Gang Problem: A Community Approach. New York: Oxford University Press.

Thornberry, T.P., Krohn, D.M., Lizotte, J.A., Chard-Wierschem, D. (1993). The role of juvenile gangs in facilitating delinquent behaviour. Journal of Research in Crime and Delinquency, 30 (1), 55-87.

Thornberry, T.P., Krohn, M.D., Lizotte, A.J., Smith, C.A., Tobin, K. (2003). Gangs and Delinquency in Developmental Perspective. New York: Cambridge University Press.

Thrasher, F.M. (1927). The Gang: A Study of 1313 Gangs in Chicago. Chicago : University of Chicago Press.

Notes

1 La ville de Montréal, avec ses 1 854 442 habitants, est la plus grande agglomération urbaine du Québec et est la plus touchée par les activités criminelles de ces groupes. Elle compte 4 407 policiers.

2 L’IRDS a été jusqu’en mai 2008 la division responsable de la recherche. Il a depuis été intégré au Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire.

3 Les quartiers choisis étaient Montréal-Nord, Villeray – Petite-Patrie et Vieux-Longueuil.

Notes de fin

1 La bibliographie complète se trouve sur le site Internet des Presses de l’Université de Montréal : www.pum.umontreal.ca

Table des illustrations

Titre FIGURE 2. Modèle multidimensionnel de l’affiliation aux gangs de rue
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre FIGURE 3. Modèle multidimensionnel des gangs de rue
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search