Version classiqueVersion mobile

Traité de criminologie empirique

 | 
Marc Le Blanc
, 
Maurice Cusson

Première partie. Le phénomème criminel

2. La délinquance officielle et autorapportée chez les adolescents québécois de 1930 à 2007

Marc Le Blanc

Texte intégral

1La délinquance des adolescents prend-elle de l’expansion ? Y a-t-il davantage de délits avec violence ? Les vols sont-ils d’une autre nature aujourd’hui ? Ce sont là quelques-unes des questions qui reviennent dans les médias et que se posent les personnes qui travaillent auprès des adolescents ou qui s’occupent de la mise sur pied et de l’application des politiques sociales. Il est des plus difficile de tracer un portrait fidèle de la délinquance juvénile, car celle-ci constitue un problème social extrêmement complexe. La réalité qu’elle recouvre est insaisissable, elle varie dans le temps comme dans l’espace. Le phénomène tend à échapper à la mesure, dans les statistiques officielles comme dans les enquêtes sur la délinquance autorapportée.

2Les statistiques officielles sont loin d’être totalement fiables même si Statistique Canada possède un système rigoureux, standardisé et stable de collecte des données. Les informations fournies par l’organisme manquent cependant de cohérence : il n’y a pas de solution de continuité entre les données policières et les données judiciaires et il est impossible de suivre un individu à travers l’ensemble du système de la justice pour mineurs. De plus, elles sont insuffisamment standardisées, et cela est dû au manque de concertation entre les greffiers des tribunaux et les divers corps policiers. Il est difficile de les comparer d’une période à l’autre, car les catégories et les méthodes de compilation varient parfois selon les régions. De plus, elles ne sont pas totalement fiables ; leur qualité fluctue au gré des politiques administratives et des modes d’application de la loi et d’administration de la justice. Malgré leurs défauts, les statistiques officielles, en particulier celles qui proviennent du Programme canadien de déclaration uniforme de la criminalité, permettent d’obtenir un tableau valable de l’état de la délinquance au Québec.

3En raison des lacunes des statistiques officielles, bon nombre de criminologues ont préféré, depuis le milieu du XXe siècle, les enquêtes sur la délinquance cachée, souvent ignorée des autorités policières ou judiciaires. Les chercheurs sélectionnent un échantillon représentatif d’adolescents et font remplir un questionnaire comprenant des descriptions d’actes délinquants. Les adolescents indiquent les actes délinquants commis et leur fréquence durant la dernière année. Au Québec, des données de ce genre sont archivées pour chaque décennie depuis les années 1960. Elles présentent un certain nombre de défauts. La représentativité et la comparabilité des échantillons ainsi que la véracité des réponses sont souvent discutées (Fréchette et Le Blanc, 1987 ; Le Blanc, 2010). Il arrive que certains groupes ethniques, certaines classes sociales, les décrocheurs, les délinquants ou d’autres catégories d’individus soient sous-représentés dans les échantillons. Comme trop souvent les actes délinquants inventoriés sont des actes bénins, le spectre des actes inscrits dans le Code criminel ou traités par le système de la justice pour les mineurs n’est pas entièrement couvert. Il est souvent difficile de comparer les données de plusieurs enquêtes conduites à différentes époques, étant donné que la composition des échantillons diffère et que les actes délinquants ne sont pas décrits tout à fait de la même manière. En outre, plusieurs personnes doutent de la véracité des réponses des adolescents, bien qu’elle ait été établie scientifiquement. Tout en reconnaissant que ces critiques sont légitimes, nous nous appuierons sur cinq enquêtes sur la délinquance autorapportée par des adolescents montréalais au cours des cinq dernières décennies pour décrire l’évolution de la délinquance juvénile.

4Malgré les faiblesses des statistiques officielles et des données d’enquête, nous disposons au Québec d’informations suffisamment fiables pour dresser un tableau réaliste de l’évolution de la délinquance des adolescents sur plusieurs décennies (des données sur les victimes d’infractions sont maintenant accessibles). Toutefois, les résultats des enquêtes ne concordent pas toujours. Les données sur la délinquance cachée ou son chiffre noir indiquent que celle-ci est très commune et assez stable dans le temps, tandis que les données sur la délinquance officielle indiquent que la délinquance touche un nombre limité d’adolescents et qu’elle est sujette à des fluctuations prononcées. Face à ces résultats à première vue discordants, certains criminologues ont estimé que les enquêtes fondées sur l’aveu étaient dangereuses parce qu’elles empêchaient les autorités policières et judiciaires de discerner correctement la délinquance. D’autres criminologues ont prétendu qu’elles faussaient l’évaluation de la distribution de la délinquance et de ses causes. D’autres criminologues encore leur ont reproché d’exagérer l’ampleur de la délinquance et d’en sous-estimer la gravité, et par conséquent d’inciter la population en général et les autorités policières à faire preuve d’une rigueur extrême ou, au contraire, d’une tolérance excessive. Malgré ce débat, il n’en demeure pas moins que la délinquance officielle et la délinquance cachée sont les deux faces d’une même réalité et elles éclairent chacune à leur manière le phénomène de la délinquance des adolescents.

LA DÉLINQUANCE OFFICIELLE

5Il est possible d’analyser l’évolution du phénomène de la délinquance juvénile au Québec depuis les années 1930 jusqu’à aujourd’hui. L’analyse de l’évolution repose sur deux séries de données : les données pour la Ville de Montréal, archivées depuis 1932, et les données de Statistique Canada enregistrées depuis 1974. La première série de données est inutilisable à partir de 1973. Les statistiques sur la délinquance sont devenues incompatibles à la suite de la fusion du Service de la police de la Ville de Montréal avec les services de police des autres municipalités de l’île de Montréal. Au début des années 1970, le taux de la délinquance est en moyenne de 36 ‰ pour la ville de Montréal et il est en moyenne de 33 ‰ au Québec entre 1974 et 1978. Ainsi, l’analyse de l’évolution des taux de délinquance est rendue possible grâce aux données de Statistique Canada sur les infractions des mineurs qui sont connus des différents services de police du Québec.

La délinquance au Québec

6Le Blanc (2003) analyse les taux des infractions criminelles pour 1 000 mineurs de 7 à 17 ans, qui ont été portées à l’attention des policiers de la Ville de Montréal au cours d’une même année. Pendant la période étudiée, une seule loi s’appliquait au Canada, la Loi sur les jeunes délinquants, adoptée en 1908. Le Blanc distingue trois périodes dans l’évolution de la délinquance entre 1932 et 1978.

7La première période s’étale sur environ 25 ans. Les taux sont faibles, la plupart du temps inférieurs à 13 ‰. La courbe est plutôt régulière, sauf en deux points marquant le début de deux hausses significatives : entre les années 1934-1936 et entre les années 1943-1945. Il y a un intervalle d’une dizaine d’années entre ces hausses, qui correspondent respectivement à la Grande Dépression et à la Seconde Guerre mondiale. Cette période comporte aussi des baisses. Ainsi, la délinquance des années 1951-1956 est à un niveau plus bas que dans les années précédentes. Les courbes d’évolution de la délinquance rapportées par la Commission Katzenback (1967) pour ces mêmes années aux États-Unis et en Europe sont à peu près semblables. À Montréal, la hausse enregistrée au cours de la Seconde Guerre mondiale s’explique par le nombre considérable de violations du couvre-feu imposé durant la Seconde Guerre mondiale.

8La deuxième période englobe les 15 années suivantes. Elle est marquée par une hausse quasi ininterrompue. Les taux grimpent de 15 ‰ en 1955 à 40 ‰ en 1970. Les taux sont nettement plus élevés (26 ‰ en moyenne) que dans la période précédente (11 ‰ en moyenne). Il y a trois sommets : 21 ‰ en 1957, 34 ‰ en 1963 et 40 ‰ en 1970. En outre, il y a seulement deux baisses, de 1957 à 1959 et de 1963 à 1966. Le premier sommet de cette période, en 1957, correspond à une période de marasme politique (la fin du régime Duplessis) et de croissance économique exceptionnelle. Le deuxième sommet de la période, en 1963, se distingue par son caractère subit. La hausse reprend de plus belle dans la deuxième moitié des années 1960, après une courte interruption. Selon Le Blanc (2003), la hausse observée au cours des années 1960 s’explique dans une large mesure par les changements apportés aux méthodes de compilation des statistiques. Jusqu’en 1964, seuls les délits qui conduisent les adolescents à la Cour du bien-être social sont enregistrés. Par la suite, les mineurs ramenés chez leurs parents figurent dans les statistiques. Le groupe des mineurs représente, certaines années, de 35 à 40 % de tous les cas enregistrés à Montréal (Le Blanc, 1978). En neutralisant le changement dans la compilation des statistiques, l’accroissement de la délinquance paraît raisonnable et conforme à l’évolution dans la plupart des sociétés industrielles (Le Blanc, 1968 ; Cusson, 1990). Cet accroissement est surtout dû à deux facteurs : le baby-boom et l’augmentation notable, vers 1965, de nouvelles formes de déviance qui sont liées notamment à l’apparition des psychotropes, des hippies ou des pseudohippies, des gangs organisés et des formes violentes de contestation. À Montréal, ces formes de déviance touchent la classe supérieure et la classe moyenne plutôt que la classe pauvre, les deux premières contribuant grandement à accroître la délinquance (Le Blanc, 1968). Ces données statistiques sur la délinquance sont semblables à celles qui ont été enregistrées dans un certain nombre d’autres pays, les pays européens (Conseil de l’Europe, 1979) et les États-Unis (Katzenback, 1967).

9La troisième période commence dans les années 1970. Après avoir atteint le chiffre record de 40 ‰ à la fin des années 1960, les taux baissent et se stabilisent autour de 35 ‰ pendant les années 1970. Le niveau s’est consolidé par suite de l’essoufflement du boom démographique et de la stabilisation de la population québécoise (Le Blanc, 1985). Les nouvelles formes de conduite déviante sont elles aussi en régression (Le Blanc, 1977a). Cette période constitue une sorte de répit : les phénomènes spectaculaires et sans doute artificiels de déviance cèdent peu à peu la place à des formes de délinquance utilitaires. Un plafond est atteint à Montréal entre 1974 et 1985, les policiers ayant, au cours de cette période, arrêté bon an mal an environ 10 000 mineurs pour des infractions criminelles (Le Blanc, 1982). On note une stabilisation ou une diminution dans la plupart des pays d’Europe (Conseil de l’Europe, 1979) ainsi qu’aux États-Unis (Jensen et Rojeck, 1980 ; Cook et Laub, 1986).

10Le Blanc (2003), à partir de 1974, abandonne les statistiques pour la Ville de Montréal au profit des données de Statistique Canada relatives au Québec (figure 1). Il distingue une quatrième période dans la courbe de la délinquance qui est caractérisée par trois phénomènes. Premièrement, il y a une croissance exceptionnelle en 1979 et 1980, de 33 ‰ en 1978 à 59 ‰ en 1980, et le niveau se maintient entre 1981 à 1983. Deuxièmement, une augmentation d’échelle est observable par rapport aux années 1970 ; les taux atteignent une moyenne de 50 ‰ dans les années 1980, comparativement à 33 ‰ dans la période précédente. Troisièmement, la trajectoire de la délinquance au cours de la deuxième moitié des années 1980 se stabilise à 45 ‰.

FIGURE 1. La délinquance juvénile au Québec entre 1974 et 2007 : taux des infractions criminelles rapportées aux services de la police pour 1000 adolescents de 12 à 17 ans

FIGURE 1. La délinquance juvénile au Québec entre 1974 et 2007 : taux des infractions criminelles rapportées aux services de la police pour 1000 adolescents de 12 à 17 ans

Source : Adapté de Le Blanc et Fréchette (1988).

11La croissance exceptionnelle des années 1979 et 1980 est artificielle. Elle correspond au début de l’application de la Loi sur la protection de la jeunesse récemment adoptée au Québec. Cette loi autorisait la déjudiciarisation des délinquants, c’est-à-dire leur renvoi au Directeur de la protection de la jeunesse plutôt qu’au procureur de la couronne. Le Directeur de la protection de la jeunesse proposait des mesures volontaires (travaux communautaires, restitution, etc.) aux adolescents qui étaient arrêtés pour une infraction criminelle, statutaire ou municipale. Cette loi a perturbé le travail des policiers (Charbonneau, 1982). Premièrement, le nombre de délits enregistrés a augmenté en raison du fait que les policiers ont pensé avoir perdu leur pouvoir discrétionnaire de renvoyer ou non le cas au procureur de la couronne. Conséquemment, ils ont dirigé vers la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) tous les adolescents, quelle que soit la validité de la preuve. Deuxièmement, les policiers ont cru que la DPJ pouvait aider tous les délinquants en appliquant les mesures destinées à remplacer la judiciarisation. Ainsi, en 1979, les policiers ont supposé que 97 % des crimes connus avaient été jugés hors cours. Le même type d’effet a été observé pour le Canada en 1984 et 1985 à la suite de l’introduction de la Loi sur les jeunes contrevenants (Carrington, 1999 ; Le Blanc, 2003).

12Ces différents facteurs expliquent en partie la hausse de la délinquance à la fin des années 1970, mais néanmoins le niveau de la délinquance est plus élevé au cours des années 1980 qu’au cours des années 1970. Selon Fréchette et Le Blanc (1987), cette situation s’explique par un changement dans la structure de la délinquance et le piètre état de l’économie au début des années 1980. L’accroissement du taux de délinquance résulte d’une augmentation du nombre de crimes contre la propriété, et en particulier des introductions avec effraction, qui ont doublé au cours de cette période. Cook et Laub (1986) ont observé le même phénomène aux États-Unis. L’économie a marqué le pas durant cette période, les taux d’intérêt ont grimpé à 20 % et le gouvernement du Québec a décrété des compressions salariales. Selon Le Blanc (2003), deux autres facteurs ont contribué à augmenter les taux de délinquance : la reportabilité encouragée par les nombreuses campagnes de prévention du vol et la forte incidence des crimes contre la propriété. Par ailleurs, l’âge de la responsabilité passe de 7 à 12 ans avec l’instauration de la Loi sur les jeunes contrevenants en 1984. Cette modification implique trop peu de cas pour expliquer les taux plus bas et stables de la deuxième moitié des années 1980.

13La cinquième période s’étend de 1990 à 1996. Elle est marquée par une tendance à la hausse et des fluctuations importantes. Le taux de délinquance passe de 44 ‰ en 1990 à 54 ‰ en 1996 avec des variations entre 45 ‰ et 60 ‰. Cook et Laub (1998) ont relevé la même tendance aux États-Unis. À cette époque, au Québec, la démographie est relativement stable, les politiques étatiques uniformes, et l’économie assez dynamique ; on observe un changement dans la structure de la délinquance et une augmentation en flèche des délits contre les personnes (Le Blanc, 1999).

14La sixième et dernière période a été étudiée par le ministère de la Sécurité publique du Québec (2008). Cette période est marquée par une lente diminution des taux de délinquance. Ils passent de 52 ‰ en 1997 à 37 ‰ en 2007 avec une moyenne de 42 ‰. Ce taux moyen est inférieur à la moyenne des années 1980 (53 ‰), mais légèrement plus élevé que le taux moyen des années 1970 (39 ‰). Une première hausse, en 2001, ne semble attribuable à aucun facteur en particulier et une seconde hausse en 2003-2004 pourrait s’expliquer par les perturbations qui ont suivi l’entrée en vigueur de la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents (Bala, Carrington et Roberts, 2009). Cependant, l’entrée en vigueur de cette loi n’a pas amené de changements notables dans les taux de délinquance, comme l’avaient fait les lois promulguées au début des années 1980. Rutter, Giller et Hagell (1998) confirment la tendance à la baisse et signalent qu’elle ne s’observe pas dans tous les pays occidentaux. La décroissance au Québec s’accompagne d’une diminution marquée des crimes contre la propriété et d’une augmentation des crimes contre les personnes (ces derniers seront examinés dans la prochaine section). Les infractions d’une nature acquisitive régressent substantiellement, les vols qualifiés diminuent eux aussi, tandis que les vols avec effraction, d’un véhicule moteur et de moins de 5 000 $ diminuent de plus de 50 % (Ministère de la Sécurité publique, 2008). Il est impossible d’expliquer la décroissance des dernières 10 années par des causes démographiques puisque la population de 12 à 17 ans augmente peu et que l’économie est en pleine croissance. Le seul changement social notable est la diffusion d’Internet chez les adolescents.

15Bref, un survol de l’évolution de la délinquance à Montréal entre les années 1930 et les années 1970, et au Québec entre les années 1970 et l’an 2007, abstraction faite des facteurs artificiels de changement, révèle une croissance phénoménale durant les années 1960 et une stabilité relative des taux de délinquance par la suite. Cusson (1990) a conclu, dans une étude comparative des données internationales, que la stabilité qui avait succédé à la croissance massive des années 1960 était devenue précaire durant les années 1980. Aux États-Unis, Cook et Laub (1986, 1998) ont observé que les taux d’arrestation des adolescents pour des crimes graves étaient demeurés remarquablement stables depuis les années 1970. Ils jugent cette situation sur prenante étant donné l’accroissement de la pauvreté et la détérioration de la vie de famille durant la même période.

16En somme, il conviendrait de distinguer trois phases dans l’évolution de la délinquance au cours des 70 dernières années. Dans la première phase, qui s’étend des années 1930 jusqu’au milieu des années 1950, la délinquance est d’un niveau faible, de 11 ‰ en moyenne. La phase qui va du milieu des années 1950 à 1970 est marquée par une croissance quasi ininterrompue, avec une moyenne annuelle de 26 ‰, passant de 13 ‰ à 40 ‰. Dans la dernière phase, qui commence en 1985 et se termine en 2007, le taux moyen de délinquance, après une hausse artificielle entre 1979 et 1983, atteint 45 ‰. Durant cette période, la courbe s’infléchit et, au cours des dernières années, les taux de délinquance sont revenus à ce qu’ils étaient à la fin des années 1970, entre 30 et 35 ‰. Aux États-Unis, la baisse de la dernière période serait en grande partie due à l’augmentation de la population des prisons (Blumstein et Wallman, 2006). Cela n’est pas le cas au Québec puisque les taux d’incarcération d’adolescents sont en légère décroissance depuis 1997 et les plus bas au Canada (Bala, Carrington et Roberts, 2009).

17L’évolution des taux de la délinquance au Québec pendant les 6 phases qui ont été délimitées s’explique non pas tant par les changements de politiques ou de pratiques policières que par la prépondérance, selon les époques, de facteurs démographiques, économiques, législatifs, sociaux, etc., et, surtout, par les transformations survenues dans la structure de la délinquance. Au Québec, la population en général et les spécialistes n’ont donc pas à s’inquiéter outre mesure du niveau actuel de la délinquance des mineurs. Le Québec se situe entre les États-Unis, qui ont le taux de délinquance le plus élevé de tous les pays industrialisés, et la Suisse et le Japon, qui ont les taux les plus bas. Le niveau est comparable à celui de la plupart des pays scandinaves et des pays d’Europe de l’Ouest. De plus, il est inférieur à celui du Canada et de la plupart des provinces (Carrington, 1999 ; Le Blanc, 2003).

18Selon Bélanger et Ouimet (2010), le taux d’accusation des adolescentes a augmenté de façon constante entre 1974 et 2003 au Canada pour une variété de types de crimes. Par ailleurs, les taux d’accusation des filles et des garçons évoluent de manière semblable, mais leur niveau est très différent : il est neuf fois plus élevé chez les garçons (Le Blanc, 2003). En revanche, les filles occupent de plus en plus de place dans l’ensemble de la délinquance (Le Blanc, 2003). Elles représentaient en moyenne 7 % des personnes accusées entre 1974 et 1983, 11 % en moyenne au cours des 10 années suivantes, et en moyenne 13 % entre 1996 et 2000. La moyenne descend à 11,5 % entre 2001 et 2007 (Ministère de la Sécurité publique, 2001-2007). Ces chiffres indiquent une augmentation de la délinquance des filles, mais le niveau reste très inférieur à celui des garçons. L’écart entre les deux sexes peut s’expliquer par la réaction sociale. On sait que les filles sont depuis toujours dirigées vers le système de justice en application de la Loi sur la protection de la jeunesse plutôt que de la loi sur la délinquance, contrairement aux garçons (Bertrand, 1979 ; Lanctôt et Le Blanc, 1996). Cependant, une autre explication doit être envisagée : l’évolution du rôle de la femme au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Le mouvement pour la libération des femmes serait, en partie, responsable de cette évolution (Lanctôt et Le Blanc, 2002). Steffensmeier et autres (2005) concluent pour leur part que l’augmentation de la délinquance chez les filles est due à la diminution du contrôle social sur les adolescents. Les filles sont devenues plus libres de leurs mouvements.

La délinquance avec violence

19La délinquance avec violence mérite de retenir l’attention parce qu’elle connaît une hausse importante depuis le milieu des années 1980. Elle englobe les infractions et les tentatives d’infraction suivantes : homicides, enlèvements, agressions et autres délits sexuels, voies de fait, vols qualifiés, possession d’armes offensives et autres atteintes à la personne. La figure 2 présente les taux d’accusations pour 1000 adolescents pour ces infractions portées par les services de police du Québec.

FIGURE 2. Délinquance juvénile avec violence au Québec : les accusations, taux pour 1000 adolescents de 1974 à 2007

FIGURE 2. Délinquance juvénile avec violence au Québec : les accusations, taux pour 1000 adolescents de 1974 à 2007

Source : Statistique Canada.

20Une comparaison des figures 1 et 2 amène à constater que les taux de la délinquance avec violence varient de 1,7 à 8 ‰ entre 1974 et 2007. Ils sont nettement moins élevés que ceux de la délinquance dans son ensemble. Ces taux sont en général inférieurs de 2 à 3 ‰ à ceux que Cook et Laub (1998) ont établis pour les États-Unis. Les taux de la délinquance avec violence évoluent de la même façon que ceux de la délinquance en général depuis le début des années 1970 jusqu’à la fin des années 1980. Par la suite, les deux taux prennent des directions différentes. La délinquance dans son ensemble connaît une certaine stabilité puis une baisse à la fin des années 1990. De son côté, la délinquance avec violence affiche une lente et presque constante augmentation jusqu’à la fin des années 1990, passant de 3 ‰ à 6 ‰. Dans les années 2000, il y a changement d’échelle avec des taux de 7 ‰ à 8 ‰. Par ailleurs, au cours des années 1980 et 1990, la trajectoire de la délinquance avec violence au Québec est semblable à celle des États-Unis : stabilité jusqu’en 1987, augmentation à partir de 1988 et jusqu’en 1995 (Snyder, Sickmund et Poe-Yamagata, 1996 ; Cook et Laub, 1998). La même trajectoire s’observe en Europe (Rutter, Giller et Hagell, 1998). Butts et Snyder (2007) montrent qu’aux États-Unis, la délinquance avec violence a diminué entre la fin des années 1990 et 2003, contrairement au Québec, et qu’elle augmente depuis. En somme, la délinquance avec violence augmente, mais l’augmentation est-elle réelle ? Si oui, comment s’explique-t-elle ?

21Il est possible d’affirmer que l’augmentation de la délinquance avec violence est due à une transformation de la structure de la délinquance. Elle devient de moins en moins acquisitive. C’est ce que soutient Le Blanc (1990). Déterminant la proportion des accusations pour infraction avec violence par rapport à l’ensemble des accusations, il a été amené à conclure qu’entre 1962 et 1987 elles comptaient toujours pour moins de 10 %, avec une moyenne de 8 %. Par la suite, il a noté une hausse qui a atteint 20 % en 1995 (Le Blanc, 1999). Selon les données actuellement disponibles du ministère de la Sécurité publique (2008), cette hausse a atteint 30 % par la suite. La délinquance est de moins en moins dirigée vers les biens et de plus en plus vers les personnes. Au Québec, les voies de fait tendent à occuper plus de place que les homicides et les tentatives d’homicide, les vols qualifiés, les agressions sexuelles et la possession d’une arme offensive. Les voies de fait représentaient moins de 60 % de l’ensemble des crimes contre la personne au début des années 1980, alors qu’elles comptaient pour 80 % de ces derniers en 1995. Aux États-Unis, ce sont les homicides qui affichent la progression la plus marquée (Snyder, Sickmund et Poe-Yamagata, 1996 ; Cook et Laub, 1998).

22Ce changement dans la structure de la délinquance ne peut s’expliquer par le mauvais état de l’économie, car les années 1990 et 2000 ont été relativement prospères. Il ne peut pas non plus être dû à des facteurs démographiques, étant donné que la population des adolescents n’a pas augmenté de façon notable durant cette période. L’augmentation des taux des accusations peut être en partie attribuée à l’établissement de nouvelles lois en 1984 et, surtout, en 2003. Ces nouvelles lois sur la délinquance sont plus sévères et punitives à l’égard des crimes contre la personne commis par des adolescents. L’augmentation ne peut pas s’expliquer non plus par des changements survenus dans les politiques sociales du Québec, car les services éducatifs, sociaux et de santé sont demeurés ce qu’ils étaient. Des chercheurs américains attribuent l’augmentation de la violence à deux facteurs : la facilité d’accès aux armes à feu et à certaines drogues, principalement le crack (Blumstein, 1995 ; Snyder, Sickmund et Poe-Yamagata, 1996). Ces explications ne semblent pas valoir pour le Québec. Le Blanc (1990, 1999) a établi que le port d’une arme offensive représentait un pourcentage minime et relativement stable des délits avec violence au Québec. De plus, les données dont on dispose ne permettent pas de conclure que le marché de la drogue chez les adolescents au Québec a évolué de la même façon qu’aux États-Unis.

23L’hypothèse qu’a fournie Marc Ouimet au chapitre précédent peut expliquer, du moins en partie, l’augmentation de la délinquance avec violence chez les adolescents. Celle-ci serait due à un changement de valeurs. Les années 1990 ont été une période de rectitude morale. De différentes manières, la population a été sensibilisée à des comportements violents tels que les abus sexuels et physiques et la violence conjugale, et à divers actes dangereux tels que la conduite d’un véhicule en état d’ébriété. Wilson et Herrnstein (1985) ont attribué l’augmentation de la délinquance au cours des années 1960 au remplacement de l’éthos de contrôle personnel par celui de la libération des mœurs et des valeurs. La stabilisation de la délinquance en général au cours des années 1980 et sa diminution depuis la fin des années 1990 s’expliqueraient par un retour à un certain conservatisme. La délinquance avec violence augmenterait dans les mêmes proportions que l’intolérance. Les attitudes répressives à l’égard du taxage, de la drogue, du bullying, des gangs, etc., encouragées dans les programmes de tolérance zéro conçus pour les écoles et les communautés, peuvent contribuer à faire augmenter le nombre d’infractions qui sont rapportées aux services de police et inciter les milieux policiers à instaurer de nouveaux modes d’application de la loi. Au Québec, Le Blanc (2003) rapporte que le nombre des in fractions avec violence qui sont connues des services de police a augmenté de 178 % en l’espace de 10 ans. Par contre, le nombre de ces mêmes infractions qui conduisent à une accusation ne s’est accru que de 120 %. Par ailleurs, le nombre des infractions avec violence qui sont jugées hors cour a fait un bond prodigieux de 357 %. Ces chiffres amènent à conclure que la nouvelle rectitude morale face à la violence incite les témoins, les victimes, les autorités scolaires, etc., à rapporter davantage de comportements violents aux policiers, mais que ces derniers les jugent insuffisamment graves pour déposer des accusations. Donc, l’augmentation de la délinquance avec violence serait due en partie à une intolérance plus grande à la violence interpersonnelle, étant donné que ce sont les voies de fait qui progressent davantage.

Un modèle d’organisation des facteurs explicatifs

24La délinquance des adolescents québécois s’accroît considérablement durant les années 1960, se stabilise au cours des années 1970, augmente un peu dans les années 1980 et régresse depuis la fin des années 1990. Les changements démographiques, économiques, sociaux ou politiques expliquent mieux que d’autres facteurs l’accroissement des taux de la délinquance, à la fin des années 1960 et au début des années 1980, ainsi que la baisse depuis la fin des années 1990, et ils sont dus en grande partie aux transformations survenues dans la structure de la délinquance. Toutes choses étant égales par ailleurs, la hausse des années 1960 semble être surtout attribuable aux nouvelles formes de la déviance, tandis que celle des années 1980 semble devoir être mise sur le compte de la recrudescence des vols avec effraction et d’une confusion dans l’application de la nouvelle loi. Par contre, la décroissance depuis la fin des années 1990 est accompagnée d’une augmentation des infractions contre les personnes.

25Depuis Sutherland (1934), on utilise volontiers le concept d’organisation sociale différentielle pour expliquer les variations des taux de délinquance.

26L’évolution de ces derniers dépend de la désorganisation sociale, de l’individualisme politique et économique, de la mobilité sociale et des conflits de cultures. Aujourd’hui, il faut ajouter l’abondance économique, le boom démographique, le globalisme dans les communications et l’économie, le socialisme dans les domaines social, économique et éducatif, et la rectitude morale. Aucune recherche n’a pu établir de modèle macro-criminologique compréhensif permettant d’expliquer l’évolution de la délinquance. Les chercheurs se limitent à l’étude d’un petit nombre de facteurs explicatifs.

27Le Blanc (1997) a conçu une théorie de la régulation de la délinquance comme phénomène de masse susceptible de s’intégrer dans une théorie générale du phénomène criminel. Elle est le complément de la théorie présentée au chapitre 8. Elle considère six types de facteurs. Ils sont classés en fonction de l’influence croissante qu’ils exercent sur la délinquance dans la société : premièrement, le milieu physique et écologique ainsi que les conditions économiques, politiques et démographiques ; deuxièmement, les éléments de structure sociale (famille, école, etc.) et les caractéristiques de la culture ; troisièmement, les occasions de commettre des crimes et les politiques et pratiques de contrôle social. Ces mécanismes de régulation sociale de la délinquance sont actuellement opérationnalisables à l’aide de statistiques diverses. Ainsi, lorsque le milieu physique se détériore et que l’environnement social se désorganise, le taux de délinquance augmente. Il s’accroît dans la mesure où les occasions de commettre des crimes sont favorables, et les pratiques de contrôle social répressives.

LA DÉLINQUANCE AUTORAPPORTÉE1

  • 1 Les données de cette section proviennent de recherches subventionnées par le Conseil de la recherch (...)

28Deux phénomènes caractérisent l’évolution de la délinquance officielle des adolescents québécois au cours des 40 dernières années. Premièrement, après une hausse jusqu’au milieu des années 1980, la courbe de la délinquance est plutôt stable jusqu’au milieu des années 1990 et elle décroît par la suite. Deuxièmement, à partir de la fin des années 1980, les infractions avec violence occupent une place croissante dans l’ensemble des actes criminels des adolescents. Les enquêtes sur la délinquance cachée au Québec confirment-elles ces tendances lourdes ? Le Blanc a conduit cinq enquêtes sur la délinquance cachée des adolescents montréalais entre le milieu des années 1960 et la fin des années 2000.

La participation à l’activité criminelle

29La participation à l’activité criminelle réfère à la proportion de la population des adolescents qui commettent au moins un délit au cours d’une année. Fréchette et Le Blanc (1987) estiment que 2,5 % des adolescents québécois ont eu affaire aux services de police pour une infraction criminelle au cours d’une même année. Par ailleurs, les données des cinq enquêtes menées entre 1967 et 2007 indiquent qu’en moyenne 72 % des adolescents montréalais rapportent avoir commis au moins une infraction de nature criminelle au cours de la dernière année. Le Blanc précise que, dans les enquêtes conduites en 1967, 1976, 1985, 1999 et 2007, ce pourcentage varie entre 68 % et 76 %. Ces chiffres sont tout à fait comparables à ceux qui sont fournis dans des enquêtes du même genre conduites dans d’autres pays occidentaux (Fréchette et Le Blanc, 1987 ; Junger-Tas et Terlow, 1994).

30Il existe des écarts notables entre les données officielles et les données autorapportées relativement à l’évaluation de la participation à la délinquance. Certains seront amenés à conclure que les premières ne rendent pas complètement compte du phénomène, d’autres que la mesure de la délinquance cachée amplifie ce dernier. Certains penseront que les données officielles dédramatisent le phénomène en le limitant à quelques adolescents et que la délinquance cachée l’exagère en l’étendant à la presque totalité des adolescents. Certains feront valoir que les écarts de mesures montrent que la société est trop tolérante et qu’il faut augmenter la répression, tandis que d’autres diront que cet écart est normal parce que la délinquance est un phénomène inhérent à l’adolescence. Avant d’adopter une de ces deux positions extrêmes, il convient de se rappeler que ces mesures mettent en évidence deux types de délinquance qui sont gigognes l’un dans l’autre : la délinquance commune et la délinquance spécifique et sanctionnée (Fréchette et Le Blanc, 1987).

31Ces deux délinquances diffèrent par le degré de visibilité sociale des actes délinquants. Ainsi, une bonne partie de la délinquance cachée est une délinquance sciemment ignorée par les témoins et les victimes pour deux raisons distinctes. Premièrement, les actes commis sont le plus souvent considérés comme des actes bénins et, même s’ils sont visibles et connus, ils sont consciemment tolérés par la majeure partie de la population. D’autre part, certains actes, même graves, demeurent tout à fait secrets et ils sont ainsi commis en toute impunité. Par ailleurs, la délinquance commune se traduit par des infractions légères comme du vandalisme à petite échelle et des vols mineurs. La principale caractéristique de la délinquance commune chez les adolescents est sa normalité du point de vue statistique. De toute évidence, cette délinquance n’est pas judiciarisée et ne pourrait ni ne devrait l’être, bien que les actes commis soient loin d’être toujours bénins. Même si elle n’est pas toujours consciente, la tolérance sociale est nécessaire, d’autant plus que les conduites répréhensibles ont très peu de chances de persister et qu’elles deviennent plus rares à la fin de l’adolescence (Fréchette et Le Blanc, 1987). Le Blanc (1977b) fait valoir que cette délinquance accompagne le processus de socialisation, qu’elle fait partie d’un apprentissage au cours duquel les erreurs sont quasi inévitables.

32Il est possible de dire que la délinquance commune englobe la délinquance sanctionnée officiellement par les autorités policières et judiciaires. Les enquêtes sur la délinquance cachée montrent en effet qu’environ les trois quarts des adolescents commettent des actes délinquants, mais que 10 % seulement d’entre eux commettent des actes délinquants plus sérieux (par exemple, un vol de plus de 100 $, un vol avec effraction, un vol de voiture ou une agression contre une personne), le pourcentage oscillant entre 7 % et 13 % en 1967, 1976, 1985, 1999 et 2007. La moyenne de 10 % est supérieure au pourcentage d’adolescents québécois qui sont connus officiellement des services de police, qui est de 2,5 % en moyenne, bien qu’on observe des différences importantes entre les infractions sur lesquelles porte chacune de ces mesures de l’activité délinquante.

33En somme, les enquêtes menées auprès des adolescents et les statistiques officielles sont loin de se contredire sur la prévalence de la délinquance. Les premières enregistrent une délinquance commune qui est présente chez la très grande majorité des adolescents québécois, tandis que les secondes mettent en évidence des manifestations plus graves qui touchent une minorité d’adolescents. Ces derniers sont considérés comme des « délinquants » par d’autres membres de la société ou par des entités sociales (témoins, victimes, autorités scolaires, services de police, tribunaux).

L’évolution de la délinquance autorapportée entre 1976 et 2007

34Deux études permettent de conclure que la délinquance autorapportée des adolescents montréalais est stable entre 1976 et 1993. Le Blanc et Tremblay (1988) comparent deux échantillons représentatifs de la population des adolescents recrutés respectivement en 1974 et 1985 : ces échantillons sont équivalents quant à la répartition des adolescents selon l’âge, le sexe et le statut socioéconomique de leurs parents. Quant à eux, Le Blanc et Girard (1997) comparent deux échantillons de garçons judiciarisés et recrutés en 1974 et 1993 à Montréal : ces deux échantillons répartissent les âges de la même manière.

35À Montréal, en 1985, 81 % des adolescents ont admis avoir commis une des 28 infractions au Code criminel canadien, comparativement à 84 % en 1974. Les activités criminelles sont stables chez les garçons (prévalence de 93 % en 1974 et de 90 % en 1985) et les filles (prévalences de 77 % en 1974 et de 73 % en 1985). Gold et Reimer (1975) arrivent à la même conclusion avec des échantillons d’adolescents américains des décennies antérieures. Une analyse plus poussée des activités délinquantes (Le Blanc et Côté, 1986) n’a pas révélé de modifications notables de la structure de la délinquance entre les années 1970 et 1980. Cependant, les conduites d’agression des personnes et de vandalisme s’accroissent chez les filles. Les données sur la délinquance cachée aux États-Unis fournies par Osgood et autres (1989), pour la période 1975-1985, corroborent les observations faites à Montréal. Par ailleurs, ces auteurs notent une légère augmentation des atteintes à la personne, contrebalancée par une diminution des délits contre la propriété.

36Dans une seconde étude, Le Blanc et Girard (1997) ont comparé des garçons judiciarisés pour des troubles de comportement ou à cause d’un acte délinquant et placés durant les années 1980 et 1990. Ils ont noté que le nombre de garçons impliqués dans toutes les formes de délinquance était le même qu’avant. Donc, la participation est stable comme dans la comparaison des adolescents représentatifs de la population des années 1970 et 1980. Par contre, ces auteurs notent une augmentation significative de la fréquence des actes délinquants dans toutes les formes de délinquance, y compris les agressions.

37Entre 1999 et 2007, la prévalence de la délinquance est demeurée stable, tandis que la délinquance grave a augmenté. Ces tendances diffèrent de celles qui ont été observées dans la délinquance officielle. Cette dernière diminue durant cette période, tandis que les infractions avec violence augmentent.

38En somme, les données autorapportées sur une quarantaine d’années au Québec indiquent que la délinquance semble stable, mais qu’il y a une légère augmentation des actes violents et une diminution des actes contre la propriété. Salmi (2009) montre qu’en Finlande, entre 1995 et 2008, la délinquance avec violence est demeurée stable et que la délinquance acquisitive a diminué. Howell (2008) fait un bilan des études portant sur les tendances de la délinquance cachée. Il note une tendance générale à la stabilité, avec une diminution des actes contre la propriété et une augmentation des gestes violents.

39Enfin, il convient de signaler les travaux de Bélanger qui comparent l’activité délinquante autorapportée des filles et celle des garçons aux États-Unis entre 1976 et 2006. Les changements sont modestes et se traduisent par une légère augmentation jusqu’en 1990 et une légère diminution jusqu’en 2006. La première partie de la courbe indique une évolution parallèle des activités violentes et acquisitives des garçons et des filles, tandis que la seconde partie montre que l’écart entre les sexes se rétrécit. Ce ne sont pas les filles qui ont plus d’activités délinquantes, mais les garçons qui ont moins d’activités délinquantes qui touchent la propriété.

40Disons pour conclure que les oscillations de la trajectoire de la délinquance cachée sont beaucoup moins importantes que celles de la délinquance officielle. Ce fait va dans le sens de l’affirmation de Fréchette et Le Blanc (1987) selon laquelle la première mesure la délinquance commune, et la seconde la délinquance significative.

L’homéostasie

41La délinquance des adolescents semble étonnamment stable depuis plusieurs décennies, selon les données des enquêtes sur la délinquance cachée. Comment expliquer ce phénomène ? Nous avons proposé l’explication suivante. La délinquance des adolescents serait dans un état d’homéostasie (Le Blanc et Tremblay, 1988 ; Le Blanc, 1993a) parce qu’elle est le reflet d’une transformation de la société de masse (Le Blanc, 1993b).

42Une comparaison des conditions de vie et des modes de socialisation des adolescents en 1974 et en 1985 conduit à relever des transformations dans cinq domaines (Le Blanc et Côté, 1986 ; Le Blanc et Tremblay, 1988). Celles-ci ne peuvent être qualifiées de généralisées, parce que seulement le quart des comparaisons est statistiquement significatif. Par contre, la combinaison de ces conditions est suffisamment puissante pour modifier la situation de vie des adolescents. Premièrement, sur le plan socioéconomique, les adolescents des années 1980, dans leur ensemble, ont eu des conditions matérielles d’existence plus difficiles. D’abord, leurs parents ont connu davantage de périodes de chômage et de dépendance à l’égard de l’aide sociale ; ensuite, ils ont été moins à l’aise pécuniairement en raison de la multiplication des familles monoparentales. Deuxièmement, sur le plan de la structure de la famille, au milieu des années 1980, la famille est le plus souvent monoparentale et comporte moins d’enfants. Troisièmement, sur le plan du contrôle social, non seulement la cellule familiale s’est rétrécie, mais, également, les parents encadrent les enfants plus étroitement. Ainsi, dans la famille, les règles de vie sont plus rigoureuses et elles entraînent un contrôle plus strict de la conduite des adolescents. À l’école, les adolescents participent davantage aux activités parascolaires. Ils sont poussés en outre vers les loisirs organisés. En somme, il faut noter, sur le plan quantitatif, que la famille est plus petite et, sur le plan qualitatif, que l’encadrement est plus serré, que les adolescents des années 1980 sont l’objet de plus fortes pressions socialisatrices dans la famille, à l’école et dans les autres milieux de vie. Quatrièmement, sur le plan de la convivialité, l’encadrement plus rigoureux du milieu des années 1980 s’accompagne de l’élargissement du réseau d’amis. Les amis sont plus nombreux et les contacts avec eux sont plus fréquents. Sebald (1989) a observé que, au cours des années 1980, les adolescents ont demandé plus souvent qu’auparavant l’avis de leurs amis sur différentes questions. Cinquièmement, la comparaison des données relatives à l’expérience scolaire de l’adolescent montre que les adolescents des années 1980 sont plus enclins à croire que les études sont un bon moyen de s’élever dans l’échelle sociale. Malgré cette croyance, ils ne sont pas plus assidus dans leurs études, car le succès scolaire n’a pas une importance plus significative pour eux. Entre les années 1970 et 1990, des tendances semblables ont été observées chez les pupilles du Tribunal de la jeunesse de Montréal (Le Blanc et autres, 1995).

43Malgré l’ampleur des transformations survenues dans la vie sociale des adolescents, le niveau des activités criminelles est demeuré relativement stable entre le milieu des années 1970 et 1990. Le Blanc et ses collègues attribuent cette stabilité aux changements qui se sont produits dans la personnalité de base des adolescents (Le Blanc et Côté, 1986 ; Le Blanc et Tremblay, 1988 ; Le Blanc, 1993a). Ces changements les protègent contre les effets potentiellement néfastes des transformations sociales. Le Blanc et ses collègues ont observé des changements significatifs dans la moitié des 13 échelles des inventaires de personnalité de Jesness et de Eysenck. Les différences les plus marquantes concernent l’accroissement de la méfiance, la découverte en soi-même de sentiments plus agressifs et la conscience plus aiguë de ses sentiments. On observe des variations importantes en ce qui a trait à l’augmentation de la capacité de discerner les éléments déplaisants de la réalité, à l’émotivité, à l’insécurité et à la tendance à l’isolement. Quelques échelles montrent des fluctuations assez significatives ; elles indiquent une progression de l’anxiété, de l’adhésion aux valeurs des classes inférieures et de la centration sur soi. Ces auteurs notent qu’il n’y a pas plus d’adolescents psychologiquement inadaptés au cours des années 1990 qu’auparavant. Environ 20 % des adolescents seulement tendent à montrer des signes de déficience profonde du fonctionnement psychologique. Il ne s’agit pas de changements dans la structure de la personnalité de base des adolescents, puisque les profils sont tout à fait parallèles : seules les moyennes ont augmenté ou diminué. Ces différences notées dans la personnalité de base des adolescents semblent provenir de la période historique au cours de laquelle une génération vit son adolescence. En effet, des analyses de variance faisant intervenir trois variables, la période historique, le sexe et l’âge, montrent que les variations proviennent presque toutes de la première variable (Le Blanc et Côté, 1986). Ces résultats sont identiques à ceux qui ont été rapportés par Nesselroade et Baltes (1974). Ainsi, même si les adolescents des années 1980 apparaissent comme relativement décentrés, confiants en eux-mêmes en société, plutôt réalistes face aux difficultés auxquelles ils se heurtent dans leurs relations interpersonnelles, même si leur socialisation est satisfaisante, ils paraissent néanmoins plus anxieux que les adolescents des années 1970. Cette insécurité se traduit par une plus grande émotivité ; elle s’accompagne également d’agressivité. Il serait possible de dire que leur crise d’identité présente des caractères quelque peu différents au milieu des années 1980. Deux études renforcent cette idée : celle de Pancoast et Archer (1988), qui applique les échelles de personnalité du MMPI sur quatre décennies, et celle de Bovasso, Jacobs et Rettig (1991), qui concerne les valeurs morales mesurées selon l’échelle de Crissman.

44Par ailleurs, Le Blanc et autres (1995) ont noté qu’il y a eu, entre 1970 et 1990, moins de différences significatives chez les pupilles du tribunal que chez les adolescents. Les pupilles du tribunal des années 1990 témoignent davantage d’une propension à déformer la réalité en fonction de leurs désirs et de leurs besoins ; ils sont plus méfiants, en particulier à l’égard des personnes en position d’autorité ; ils s’imposent une morale inflexible et ils ont hâte d’être adultes ; ils sont volontiers satisfaits d’eux-mêmes ; pourtant, ils ne sont pas moins passifs et déprimés que dans le passé. Ainsi, chez les adolescents en général, on constate un renforcement de la maîtrise de soi, alors que, chez les pupilles du tribunal, il s’agit plutôt d’acquérir la maîtrise de soi.

45En somme, malgré les transformations structurelles qui ont touché le vécu social des adolescents et par suite des modifications qu’a subies leur personnalité de base, le nombre des adolescents qui se livrent à des activités délinquantes n’a pas été beaucoup plus important d’une décennie à l’autre au cours des 40 dernières années. Cette homéostasie résulterait-elle des transformations de la société de masse ?

46La société de masse qui prend forme au cours de la deuxième moitié du XXe siècle est marquée par le nivellement socioéconomique et socioculturel. L’abondance générale est la principale caractéristique de la société occidentale dans les années 1960, et celle-ci comporte une culture de masse qui exerce une énorme contrainte psychoculturelle, en particulier à travers les moyens de communication de masse. Ainsi, l’augmentation phénoménale de la délinquance au cours des années 1960 s’expliquerait par le fait que la délinquance procédant des déterminismes socioéconomiques cède la place à une délinquance suscitée par les exigences contradictoires de la liberté (Szabo, 1965). Wilson et Herrnstein (1985), quant à eux, attribuent cette augmentation au passage d’un éthos du contrôle personnel à un éthos qui met l’accent sur la libération des mœurs et des valeurs. La culture de masse délaisse les institutions comportant des obligations morales, telles que la religion et la famille, au profit de la libre détermination des règles morales. La relativisation des valeurs morales devient le principal facteur de la transformation de la délinquance. La consommation de drogues et la liberté sexuelle chez les adolescents sont des exemples particulièrement évidents des conséquences de la libération des mœurs. Les données fournies par Langlois (1990) montrent comment s’est construite pendant trois décennies une société québécoise qui offre des services de santé, d’éducation et sociaux à tous ses membres et qui assure une certaine redistribution des revenus. Cette société diminue les écarts entre les classes sociales et favorise l’expansion de la classe moyenne. Au Québec, comme dans la plupart des sociétés occidentales, ces tendances se sont consolidées par la suite. Elles ont été renforcées par la révolution culturelle de la fin des années 1960, qui a amené une révision des idées concernant la sexualité, le couple, le rôle de la femme, le bien-être individuel, la qualité de la vie.

47Par la suite, la stabilité de la délinquance est due à une contraction de l’ossature socioéconomique et socioculturelle de la société de masse. Cette contraction se traduit d’abord par le passage, après les années 1970, d’une société d’abondance à une société de rareté relative. La révolution démographique que nous avons connue au Québec, et qui a consisté dans un changement complet d’attitude face à la natalité et dans le vieillissement de la population, a débouché sur une société de rareté engendrant des crises économiques et budgétaires majeures et une remise en question de certaines attitudes liées à la société d’abondance. La société de rareté dans laquelle le Québec est entré favorise le travail à temps partiel, tolère des taux records de chômeurs, facilite peu l’accès des jeunes diplômés au marché du travail, même s’ils sont moins nombreux et plus scolarisés (Langlois, 1990). Les discussions sur les avantages et les inconvénients de la mondialisation témoignent de ces changements socioéconomiques. La contraction n’est pas seulement économique, elle est également culturelle. Les moyens de communication de masse défendent un seul modèle culturel et non plusieurs. Au plan moral, la contraction de la société de masse se traduit par la rectitude morale, un nouveau conservatisme qui se caractérise par une tolérance moins grande à l’égard des comportements qui, tels le tabagisme et la violence conjugale, mettent en danger la sécurité et la santé des personnes. Ce conservatisme exige que les délinquants, les hommes violents, les fumeurs, etc., soient punis. Il réclame un encadrement plus étroit des adolescents. Au plan psychoculturel, les transformations de la personnalité modale des adolescents viennent renforcer la stabilité de la délinquance. Il y a un renforcement de l’allocentrisme chez les adolescents et une accentuation du sentiment de l’obligation morale : malgré leur instabilité émotionnelle et leur impulsivité croissantes, ils demeurent réalistes et conscients des sentiments qu’ils provoquent chez les autres.

48Ces considérations nous aident assurément à mieux comprendre la stabilité de la délinquance, mais peuvent-elles être utiles pour expliquer la progression de la violence qui s’exerce dans la délinquance officielle ? À première vue, les transformations de la société de masse ne paraissent pas pouvoir expliquer l’augmentation des infractions avec violence du point de vue de la délinquance acquisitive. Les caractéristiques socioéconomiques et socioculturelles de la société de masse ne favorisent en rien les comportements violents. Elles aident cependant à comprendre la nature de la réaction sociale à ces comportements. Par contre, les données sur la socialisation et la personnalité modale des adolescents nous amènent à penser qu’il faut rechercher l’origine de cette tendance dans le mésosystème plutôt que dans le macrosystème, pour reprendre la distinction de Bronfenbrenner (1979). Le macrosystème réfère à l’ensemble des caractéristiques de la société de masse, tandis que le mésosystème désigne l’ensemble des milieux dans lesquels évolue l’adolescent (la famille, l’école, le groupe d’amis, etc.). Les conditions de vie des familles des adolescents se sont détériorées : les familles sont disloquées et restreintes, les familles monoparentales sont plus nombreuses, et les fratries plus petites. Les adolescents sont étroitement encadrés dans la famille, à l’école et dans les loisirs. Ils subissent davantage l’influence de leurs amis. La combinaison de ces facteurs peut donner à penser que l’intimité et l’encadrement peuvent être étouffants et conduire à l’agression, d’autant que les adolescents sont plus instables émotivement et plus anxieux. Ainsi, les forces macrosystémiques peuvent régulariser la délinquance dans son ensemble, alors que les forces mésosystémiques sont à l’origine de la progression récente de la délinquance avec violence.

49En résumé, nos observations nous conduisent à conclure que la délinquance des adolescents est régularisée de manière homéostatique. L’homéostasie, selon Walliser (1977), est la tendance d’un système à maintenir un état interne constant. L’état interne constant, dans le cas qui nous occupe, est le niveau de délinquance des adolescents. La tendance renvoie à l’ensemble des variables contrôlées par le macrosystème qu’est la société de masse. Ces variables socioéconomiques, socioculturelles et psychoculturelles s’équilibrent pour maintenir l’équilibre interne du système, c’est-à-dire pour maintenir la délinquance des adolescents à un niveau donné. Nous pouvons donc affirmer qu’à chaque génération, ces forces s’équilibrent de façon à maintenir la délinquance à un niveau constant, lequel peut être différent de celui de l’époque précédente.

CONCLUSION

50L’analyse de l’évolution de la délinquance des adolescents québécois nous a conduits à un certain nombre de constatations. Premièrement, nous avons observé, après avoir exclu les effets des méthodes de compilation, des changements législatifs et des modes d’application des lois, que, à moyen terme, cette évolution a été marquée par la stabilité au cours des 30 dernières années. Deuxièmement, à court terme, elle manifeste une tendance à la baisse. Troisièmement, la délinquance avec violence occupe de plus en plus de place dans l’ensemble des infractions criminelles. Quatrièmement, il n’y a pas de discordances majeures entre les faits qui sont présentés dans les statistiques officielles et ceux qui sont enregistrés dans les enquêtes sur la délinquance cachée. Cinquièmement, la délinquance des adolescents québécois obéit aux mêmes tendances que celle des adolescents des autres pays occidentaux.

51Il est possible de relever, à long terme, des variations pour certains facteurs démographiques, économiques, sociaux et culturels qui correspondent à des courbes de l’évolution de la délinquance, mais aucun de ces facteurs ne représente une cause. D’une part, les études déjà menées n’ont mis en évidence aucun changement social qui puisse expliquer les variations des taux de la délinquance. D’autre part, les recherches sont insuffisamment poussées ; il reste à déterminer les effets conjoints d’un certain nombre de facteurs sur l’évolution du niveau de la délinquance. Cependant, nous disposons d’un modèle d’organisation de ces facteurs et aussi de plusieurs hypothèses explicatives. La détermination des causes de l’évolution de la délinquance des adolescents demeure un objet de recherche.

Bibliographie

RÉFÉRENCES1

Cusson, M. (1990). Croissance et décroissance du crime. Paris : Presses Universitaires de France.

Le Blanc, M. (1999). L’évolution de la violence chez les adolescents québécois. Phénomène et prévention. Criminologie, 32 (1), 161-194.

Le Blanc, M. (2003). Évolution de la délinquance cachée et officielle des adolescents québécois entre 1930 et 2000. In : M. Le Blanc, M. Ouimet, D. Szabo.

Traité de criminologie empirique. Troisième édition. Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

Ouimet, M. (2005). La criminalité au Québec durant le vingtième siècle. Québec : Presses de l’Université Laval.

Notes

1 Les données de cette section proviennent de recherches subventionnées par le Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada, le Fond québécois pour la recherche sociale et le Fond des instituts de santé du Canada.

Notes de fin

1 La bibliographie complète se trouve sur le site Internet des Presses de l’Université de Montréal : www.pum.umontreal.ca

Table des illustrations

Titre FIGURE 1. La délinquance juvénile au Québec entre 1974 et 2007 : taux des infractions criminelles rapportées aux services de la police pour 1000 adolescents de 12 à 17 ans
Légende Source : Adapté de Le Blanc et Fréchette (1988).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIGURE 2. Délinquance juvénile avec violence au Québec : les accusations, taux pour 1000 adolescents de 1974 à 2007
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6646/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search