Version classiqueVersion mobile

Traité de criminologie empirique

 | 
Marc Le Blanc
, 
Maurice Cusson

Première partie. Le phénomème criminel

1. Analyse de l’évolution des données sur la criminalité, les tribunaux criminels et les services correctionnels au Québec de 1962 à 2008

Marc Ouimet

Texte intégral

1La criminalité, définie comme l’ensemble des infractions constatées au Code criminel ainsi qu’à des lois fédérales connexes, est un objet de recherche sociologique important. Bien que l’analyse des tendances de la criminalité ait une longue histoire en criminologie, il y a eu très peu de travaux réalisés au Canada avant les années 1970. On trouve quelques études sur des phénomènes criminels particuliers (sur les jeunes délinquants, les tribunaux, les populations correctionnelles). La seule étude plus générale est sans doute celle que Raymond Boyer a publiée en 1966 sous le titre Les crimes et châtiments au Canada français du XVIIe au XXe siècle. Elle traite, entre autres, de formes de crimes telles que le duel, la sorcellerie, le sacrilège, le mariage à la gaumine et le charivari.

2Le sujet le plus répandu dans les travaux de recherche au Canada et aux États-Unis sur les tendances de la criminalité durant les années 1970 et 1980 était la montée du vol et de la violence. Au Québec, les premiers travaux plus substantiels d’analyse de la criminalité ont été menés dans le cadre de la Commission Prévost sur l’administration de la justice. Durant cette période, plusieurs chercheurs mettaient en doute la validité des statistiques sur la criminalité et les considéraient comme des indicateurs du niveau d’activité des policiers plutôt que de la criminalité comme telle. Malgré tout, il fallait expliquer les hausses évidentes de certaines catégories d’infractions. Le lecteur désireux d’avoir un aperçu de la manière dont on traitait le problème se reportera à l’essai sur les tendances de la criminalité au Canada et aux États-Unis entre 1964 et 1978 rédigé par Waller (1981), à l’article d’Élie (1981) sur le vol qualifié et l’homicide au Québec, ou au chapitre du livre de Normandeau et Rico (1985) sur la criminalité au Québec. C’est dans Croissance et décroissance du crime de Cusson (1990) que l’on trouve le meilleur examen de l’ensemble des explications des tendances de la criminalité pour cette période.

3Les travaux des 10 dernières années sur les tendances de la criminalité s’attachent plutôt à expliquer la baisse qui est survenue. En effet, le volume de crimes enregistré par les organismes officiels a diminué de manière marquée durant les années 1990 pratiquement partout en Amérique du Nord. Peut-on expliquer cette baisse ? Est-ce que les dernières années laissent entrevoir une stabilisation ? Que peut-on prévoir pour la prochaine décennie ? Est-ce que cette baisse globale de volume s’est traduite par une diminution du nombre de causes devant les tribunaux et par un fléchissement du taux d’incarcération ?

L’ÉVOLUTION DE LA CRIMINALITÉ SELON LES DONNÉES PROVENANT DES SONDAGES DE VICTIMISATION

4Il est bien connu en criminologie que les statistiques policières ne rendent pas fidèlement compte de l’ensemble de la criminalité. Les sondages de victimisation (on dit aussi victimation) sont conçus pour mesurer l’étendue réelle de la criminalité. Tous les cinq ans, Statistique Canada mène un sondage de victimisation national. C’est un sondage téléphonique qui est mené avec un échantillon représentatif de la population et dans lequel les répondants doivent dire s’ils ont été victimes de certains comportements au cours des 12 derniers mois : avoir été frappé, s’être fait voler un bien, avoir été l’objet de menaces, etc. Les résultats de ces enquêtes démontrent qu’il existe beaucoup plus de crimes que ne l’indiquent les statistiques policières.

5Selon une étude récente portant sur les données du dernier sondage canadien de victimisation, Ouimet et Tessier-Jasmin (2009) estiment que ne sont officiellement enregistrées comme infractions que 27 % de toutes les victimisations criminelles. Les données du tableau 1 montrent que la reportabilité (est-ce que les policiers ont été informés de l’affaire), l’enregistrement (est-ce que les policiers ont rédigé un rapport) et le taux de déclaration (la reportabilité multipliée par l’enregistrement) varient énormément d’une catégorie d’infraction à l’autre.

TABLEAU 1. Reportabilité, enregistrement et déclaration des victimisations dans le sondage national de victimisation, Canada, 2004

Infraction

Taux de reportabilité

Taux d’enregistrement

Taux de déclaration

Agression sexuelle

0,09

0,85

0,06

Vol qualifié

0,59

0,75

0,43

Tentative de vol qualifié

0,38

0,78

0,26

Voies de fait

0,41

0,77

0,29

Vol par effraction

0,62

0,88

0,51

Tentative de vol par effraction

0,42

0,83

0,51

Vol d’un véhicule

0,55

0,86

0,44

Tentative de vol d’un véhicule à moteur

0,45

0,84

0,35

Vol d’un bien personnel

0,33

0,81

0,24

Tentative de vol d’un bien personnel

0,30

0,82

0,22

Vol d’un bien du ménage

0,30

0,81

0,22

Tentative de vol d’un bien du ménage

0,41

0,59

0,24

Vandalisme

0,32

0,74

0,21

Total

0,37

0,81

0,27

6Ces chiffres pourraient être revus à la baisse si on tenait compte de tous les incidents qui passent inaperçus de la victime, ce qui est souvent le cas dans les fraudes ou les petits vols. Mis à part le biais de connaissance, il apparaît que beaucoup de victimes n’informent pas les policiers de leur expérience de victimisation, parce qu’elles considèrent que cela n’en vaut pas la peine, que les policiers ne pourront rien y faire, qu’il s’agit d’une affaire privée ou parce qu’elles ont peur des représailles.

7Il est incontestable qu’il existe un important chiffre noir, mais cela n’invalide nullement l’utilisation des statistiques criminelles, car le nombre observé de crimes d’un type donné représente une estimation du total, et une hausse du nombre de cas enregistrés peut être considérée comme une hausse du phénomène s’il n’y a pas de raison de croire que le taux de déclaration ait changé. Cette logique vaut aussi dans les comparaisons entre pays, provinces, régions, villes ou quartiers.

8Les travaux de recherche sur la validité des sondages de victimisation ont rapidement mis en évidence leurs limites. Mentionnons les plus importantes. D’abord, la victimisation, surtout pour les crimes plus graves, reste un événement rare et demeure donc difficile à estimer même avec un échantillon de 25 000 personnes. Ensuite, il est apparu que beaucoup de répondants aux sondages incluent des événements survenus en dehors de la période fenêtre de 12 mois (télescopage), ce qui fait augmenter les chiffres. Depuis son remodelage en 1992, le sondage national américain utilise une entrevue au début et une seconde six mois plus tard (on s’intéresse aux victimisations survenues entre les deux contacts), ce qui a fait baisser les cas recensés du tiers. Une autre difficulté tient au fait que les répondants ont souvent une connaissance minimale de la loi et ne peuvent pas toujours décrire la nature de leurs victimisations (ce qui est particulièrement vrai pour les actes de violence conjugale). Mentionnons également le fait qu’une partie importante des populations à haut risque de victimisation (itinérants, personnes institutionnalisées, vendeurs de drogue) sont plus difficiles à rejoindre dans ce genre de sondage. Enfin, les nombreux actes criminels dirigés contre des établissements ou des biens publics ne sont pas pris en compte dans les sondages de victimisation, lesquels sont centrés sur l’individu et sur le ménage.

9Au Canada, le premier sondage national a été réalisé en 1988 dans le cadre de l’Enquête sociale générale conduite par Statistique Canada. Depuis, trois autres sondages de victimisation ont été menés, soit en 1993, 1999 et 2004. Le tableau 2 présente les principaux résultats concernant la prévalence de la victimisation au Canada et au Québec pour ces quatre sondages nationaux (les données proviennent des publications sur la victimisation du Centre canadien de la statistique juridique).

TABLEAU 2. L’incidence de la victimisation selon l’Enquête sociale générale

TABLEAU 2. L’incidence de la victimisation selon l’Enquête sociale générale

10Les données du tableau 2 montrent que la prévalence de la victimisation pour l’ensemble du Canada demeure relativement stable au fil du temps. Par exemple, le taux des crimes de violence (agression sexuelle, voies de fait et vol qualifié) varie peu d’une année à l’autre, compte tenu des limites de l’instrument de mesure. Pour le Québec, les données semblent beaucoup plus fluctuantes, avec notamment un taux anormalement bas des crimes de violence en 1988 ainsi qu’une hausse surprenante en 1999. Pour les crimes contre la propriété, un sommet aurait été atteint en 1999 au Québec et en 2004 au Canada, ce qui ne correspond pas du tout aux tendances qui ressortent des données officielles. Il est à remarquer qu’au Québec, on observe une baisse de toutes les formes de crimes entre 1999 et 2004. De manière générale, il est difficile, en raison des nombreuses limites des sondages de victimisation, de bien cerner l’évolution de la criminalité.

11Les données des sondages de victimisation sont peu éclairantes sur les tendances de la criminalité, mais elles sont très utiles pour évaluer le nombre total de crimes dans notre société. Par exemple si, en 2004, 59 personnes sur 1 000 ont été victimes d’un crime violent, cela veut dire qu’un total de 442 000 victimisations violentes sont commises annuellement au Québec. Ce chiffre est huit fois supérieur au chiffre de 54 689 crimes violents enregistrés par les policiers en 2008. Les données provenant des sondages de victimisation sont utiles aussi pour dégager les caractéristiques des personnes ayant été l’objet d’une victimisation (Gannon et Mihorean, 2005). De manière générale, les hommes et les femmes ont des risques de victimisation équivalents, même si les formes de victimisations diffèrent selon le sexe. La variable le plus fortement liée à la victimisation est très certainement l’âge : les adolescents et les jeunes adultes sont exposés à des risques beaucoup plus grands que les gens d’âge moyen, lesquels encourent des risques plus grands que les personnes âgées. Parmi les autres facteurs de victimisation, on trouve différentes variables liées au statut socioéconomique (revenu, éducation, emploi) et aux habitudes de vie (sorties nocturnes, consommation d’alcool).

L’ÉVOLUTION DE LA CRIMINALITÉ SELON LES DONNÉES OFFICIELLES

Le long terme

12Des données sur la justice existent depuis longtemps. Au Québec comme au Canada, des annuaires statistiques contenant des données sur les crimes, les causes devant les tribunaux et les services correctionnels ont été publiés pendant plus de 100 ans jusqu’aux années 1970. Ces données sont, de manière générale, difficiles à traiter, car les définitions des infractions, leur classification et les règles de décompte ont varié au cours du temps. Toutefois, en ce qui concerne le crime d’homicide, il est possible d’utiliser trois sources distinctes : les données policières, les accusations devant le tribunal pour homicide ainsi que les données des services de santé (c’est-à-dire les causes des décès). Ce crime a aussi l’avantage d’être largement rapporté aux autorités et toujours pris très au sérieux par les policiers. Le chiffre noir de l’homicide est bas. La figure 1 montre les tendances de l’homicide au Canada de 1901 à 2008.

13La courbe de la figure 1 montre que le taux d’homicides au Canada a beaucoup fluctué au cours de cette période de cent ans. Le taux était bas au début du XXe siècle et il a doublé au cours des deux premières décennies. L’urbanisation, une intense migration vers les villes et une forte immigration pourraient expliquer la hausse. On observe deux premiers sommets, le premier au moment de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et le second peu après le krach boursier de 1929. Il est à noter que le taux d’homicides a décliné durant la Grande Dépression, qui a marqué les années 1930. Malgré un soubresaut au cours de la Seconde Guerre mondiale, le taux d’homicide a été très bas au milieu du siècle, période de croissance économique et de forte natalité. Au Québec, cette période a été qualifiée de rétrograde et de conservatrice (la « Grande Noirceur »), mais le fait que la vie quotidienne des gens était fortement encadrée par l’Église assurait un faible taux de criminalité.

FIGURE 1. Taux d’homicides au Canada de 1901 à 2008 (taux par 100 000 habitants)

FIGURE 1. Taux d’homicides au Canada de 1901 à 2008 (taux par 100 000 habitants)

14Arriva alors la Révolution tranquille durant les années 1960, une période de contestation et de rejet des valeurs traditionnelles. Les jeunes s’affranchirent des parents, les adultes des curés, les femmes des hommes. Ces mouvements de libération ont eu beaucoup de bon, mais ils se sont accompagnés d’une hausse fulgurante du taux d’homicides. Le milieu des années 1970 a été marqué par un sommet historique du nombre d’homicides. À partir des années 1980, le taux d’homicides a subi un déclin, qui s’est accentué durant les années 1990. La courbe de la figure 1 montre bien que le taux d’homicides s’est stabilisé au cours des 10 dernières années et varie maintenant entre 1,8 et 2,0 par 100 000 habitants. Un tel taux est beaucoup plus bas que celui de la plupart des pays en voie de développement ou même que celui des États-Unis (qui ont un taux oscillant autour de 5,0), mais reste légèrement plus élevé que celui de la majorité des pays développés.

La Déclaration uniforme de la criminalité

15Les données sur les crimes sont colligées de manière systématique au Canada depuis l’introduction du programme de la Déclaration uniforme de la criminalité (DUC) en 1962. Ce programme demande aux services de police de compiler et de transmettre à un organisme public déterminé les informations suivantes : nombre de crimes signalés sur leur territoire, nombre d’affaires résolues et nombre de personnes accusées d’avoir commis une infraction criminelle. La mise en place du programme de la DUC a été graduelle, et ce n’est qu’au début des années 1970 que la presque totalité des services de police du Québec y participait. Ainsi, une partie de la hausse de la criminalité observée durant les années 1960 est simplement due à la mise en place d’un système de collecte d’information plus efficace.

16Les données de la DUC sont sujettes à caution. Au fil du temps, les lois, les catégories d’infractions et les règles de calcul ont changé. La principale difficulté à affronter dans l’analyse et l’interprétation des tendances tient à l’évolution du taux de déclaration. En fait, dans la mesure où le taux de déclaration pour une infraction donnée demeure stable au cours du temps, une hausse du nombre de crimes déclarés indique une hausse du phénomène. Mais, dans bien des cas, une hausse du nombre de cas enregistrés peut être due à une hausse du taux de déclaration. Celle-ci peut résulter du fait que les compagnies d’assurance ont ajouté dans leurs contrats une clause exigeant un rapport de police (ce qui entraîne une hausse du taux de déclaration, et donc une hausse du nombre de crimes enregistrés), que les gouvernements ont mené une campagne de sensibilisation en matière de violence conjugale ou que les crimes à caractère sexuel ont fait l’objet d’une plus grande couverture médiatique.

Les crimes d’agression

17Parmi les crimes d’agression, on trouve les homicides, les tentatives de meurtre, les agressions sexuelles et les voies de fait. Ces crimes sont des atteintes à l’intégrité physique de la personne et peuvent entraîner la mort. Il y a d’autres catégories de crimes violents, comme l’enlèvement ou la séquestration, qui ne sont pas discutées dans notre analyse. La figure 2 montre l’évolution des quatre principaux types de crimes d’agression entre 1962 et 2008.

FIGURE 2. Évolution de quatre formes de crimes d’agression, Québec : 1962-2006 (taux par 100 000 habitants)

FIGURE 2. Évolution de quatre formes de crimes d’agression, Québec : 1962-2006 (taux par 100 000 habitants)

18Les homicides comprennent les meurtres (au premier et au second degrés), l’homicide involontaire et l’infanticide. Le taux d’homicide se situait à 1,0 par 100 000 habitants au début des années 1960 et il a monté en flèche à partir de 1966 pour atteindre 3,7 en 1975. Après un plateau autour de trois homicides par 100 000 habitants au début des années 1980, le taux a diminué par la suite pour se stabiliser autour de 2,0 par 100 000 entre cours des deux dernières décennies. Cependant, les années 1960 et 1970 ont aussi vu les soins d’urgence s’améliorer considérablement et pourtant le nombre de meurtres a augmenté. L’autre point faible de cette hypothèse est que le taux des tentatives de meurtre diminue dans une même proportion que celui des homicides.

19Les statistiques policières révèlent que la prévalence de l’agression sexuelle était relativement stable entre 1962 et 1983. En 1983, les infractions de viol et d’attentat à la pudeur ont été abrogées et les agressions sexuelles (grave, armée et simple) ont été érigées en infraction. Le taux d’agressions sexuelles a alors grimpé en flèche durant les années 1980 ainsi que vers la fin des années 1990 et le début des années 2000. La figure 2 montre aussi que la courbe représentant l’évolution des voies de fait est en hausse constante pendant pratiquement toute la période. Il faut toutefois savoir que les crimes de voies de fait sont surtout des voies de fait simples, qui bien souvent sont des actes de violence conjugale.

20Il est assez difficile d’interpréter les tendances en matière d’agressions sexuelles et de voies de fait, puisque seulement une faible proportion des incidents est déclarée à la police et qu’il est fort probable que le taux de déclaration ait connu une forte augmentation au cours des dernières décennies. Il se peut que les hausses du taux d’agressions sexuelles et de voies de fait des années 1980 soient dues à une augmentation de la reportabilité de la part des victimes. Durant cette période, il y a eu en effet une prise de conscience du phénomène de la violence, en particulier chez les femmes, et un meilleur traitement des cas de violence conjugale et de violence sexuelle de la part des policiers. Dans son mémoire de maîtrise, Boudreau (2008) montre que la couverture médiatique des crimes d’agression sexuelle s’est élargie durant les années 1980 et qu’elle a entraîné une hausse du nombre de cas déclarés à la police.

Les crimes d’appropriation

21Les crimes d’appropriation désignent ici les infractions de vol. Bien que généralement rangés dans la catégorie des crimes de violence, les vols qualifiés sont ici traités comme des crimes d’appropriation, puisque ces crimes sont motivés par l’appât du gain et que les braqueurs s’apparentent plus à des voleurs qu’à des agresseurs. Le vol qualifié apparaît sans doute comme un crime de violence aux yeux de la victime, mais il reste un crime contre la propriété du point de vue de son auteur. La figure 3 montre l’évolution des taux de vols qualifiés, d’introductions avec effraction, de vols de véhicules à moteur et de vols simples.

FIGURE 3. Évolution de quatre formes de crimes d’appropriation, Québec : 1962-2006 (taux par 100 000 habitants)

FIGURE 3. Évolution de quatre formes de crimes d’appropriation, Québec : 1962-2006 (taux par 100 000 habitants)

22La courbe représentant l’évolution du taux de vols qualifiés montre une explosion entre 1972 et 1981. Cette période a connu une vague de vols de banque et de vols de petits commerces qui a fait l’objet de plusieurs études. Le taux a ensuite diminué durant les années 1980, puis il a remonté légèrement vers 1991 et a baissé rapidement par la suite. Des données plus détaillées révèlent que les vols qualifiés commis avec une arme à feu ont régressé encore plus fortement : 6 680 en 1981, 4 340 en 1991 et 1 203 en 2008.

23La courbe pour les introductions avec effraction, ou cambriolages, montre que le taux global a été en hausse constante de 1962 à 1981, qu’il a diminué durant les années 1980, qu’il s’est élevé de nouveau pour atteindre un second sommet en 1993 et diminuer par la suite jusqu’en 2008. Ce taux ne tient pas compte de l’évolution du nombre de cibles potentielles, c’est-à-dire du nombre de résidences, de commerces ou d’entrepôts. La baisse des introductions par effraction est encore plus marquée lorsque les cibles potentielles sont considérées comme le dénominateur des taux plutôt que le nombre d’habitants (Ouimet, 2005).

24La figure 3 montre aussi l’évolution du taux de vols de véhicules à moteur par 100 000 habitants. Le taux augmente sans cesse de 1962 à 1992 et baisse par la suite. Mais l’augmentation du parc automobile explique en partie la tendance. Selon Tremblay, Cusson et Clermont (1992), le taux de vols par 100 000 véhicules accuse plutôt une légère baisse de 1962 à 1988. Toutefois, la période 1988-1992 montre une hausse subite (de 27 754 vols à 49 374), attribuable à l’implantation de réseaux organisés qui volaient des véhicules pour les exporter, les maquiller et les revendre ou les découper en pièces. Ces statistiques globales concernant les vols de véhicules ne tiennent pas compte du nombre de véhicules volés qui sont retrouvés et remis à leur propriétaire. Si auparavant les vols étaient souvent des vols d’utilisation (joyrides) et la plupart des véhicules retrouvés, la situation serait différente aujourd’hui, puisqu’on perd toute trace d’un nombre important de véhicules volés.

25L’évolution des vols simples suit celle des autres crimes contre la propriété : une hausse constante du taux durant les années 1960 et 1970, un premier sommet autour de 1982, un second autour de 1991 et une baisse constante depuis. Il est toutefois évident que les 109 250 vols simples rapportés aux autorités en 2008 ne représentent pas la totalité, car le vol simple est un comportement assez répandu dans la population.

26En résumé, les crimes d’appropriation suivent tous les mêmes tendances, c’est-à-dire une hausse durant les années 1960 et 1970, un premier sommet autour de 1982, un second autour de 1992 et une baisse marquée par la suite. Il convient de noter que les deux sommets correspondent à des périodes de récession économique. Cependant, les récessions de 2002 et de 2008 ne semblent pas avoir entraîné un surcroît de criminalité. Le lien entre crise économique et criminalité est loin de faire l’unanimité chez les spécialistes.

27Les tendances globales des crimes contre la propriété montrent que leur prévalence a diminué presque de moitié depuis 15 ans. Parmi les causes possibles de cette diminution, mentionnons des facteurs généraux comme la démographie (moins de jeunes) et l’économie (moins de chômage chez les jeunes), et des facteurs plus particuliers comme l’amélioration des dispositifs de sécurité (caméras, systèmes antidémarrage). Selon nous, l’arrivée sur le marché de produits de consommation peu coûteux expliquerait aussi en partie la baisse du nombre des vols (les téléviseurs, les chaînes stéréo et les ordinateurs sont maintenant d’usage courant et d’un prix très abordable). Une partie de la baisse observée s’expliquerait toutefois par une diminution du taux de déclaration des crimes contre la propriété (Ouimet et Tessier-Jasmin, 2008).

Les autres crimes

28Nous avons groupé dans la catégorie « autres crimes » des infractions intéressantes, mais sans grand rapport les unes avec les autres. Ainsi, les fraudes, les méfaits, les infractions relatives aux drogues et les infractions au statut judiciaire sont des infractions importantes dans le contingent pénal et figurent fréquemment dans la liste des antécédents judiciaires des individus criminalisés. La figure 4 montre l’évolution de ces quatre formes de crimes de 1962 à 2008.

29La courbe des fraudes montre une augmentation continue de 1962 à 1990. Depuis, le taux de fraudes diminue. Ce ne sont pas tous les types de fraude qui baissent durant les années 1990. La baisse des infractions de fraude est principalement due à l’effondrement des infractions consistant dans l’utilisation de chèques frauduleux. Les crimes de fraude dénoncés ne représentent toutefois qu’une petite proportion de toutes les fraudes commises ; beaucoup de fraudes ne sont pas détectées par la victime, d’autres sont absorbées directement par les banques ou les compagnies de cartes de crédit. Des phénomènes comme la surfacturation des compagnies sont devenus de véritables fléaux, mais rares sont ceux qui sont consignés sur un formulaire d’événement criminel.

30Les méfaits sont essentiellement représentés par les crimes de vandalisme, c’est-à-dire des dommages matériels à des biens privés et à des équipements publics. Le taux de méfaits a augmenté de 1974 à 1981, est resté relativement stable jusqu’en 1991 et a diminué par la suite jusqu’en 2008. Bien que peu étudiés, les méfaits contribuent largement au contingent pénal avec un total de 48 026 infractions en 2008. Les infractions au statut judiciaire ont aussi un volume considérable : 18 386 infractions en 2008, consistant soit en infractions à la loi sur le cautionnement, soit en évasions de garde légale ou dans le fait d’être en liberté sans excuse. Le taux de ces infractions au statut judiciaire a augmenté constamment entre 1974 et 1995, a diminué ensuite jusqu’en 2000 et a augmenté de nouveau par la suite. L’augmentation importante des infractions au statut judiciaire semble être attribuable à un changement de politique des services correctionnels qui gardent en communauté une bonne proportion des accusés et condamnés. En remettant en communauté un grand nombre de prévenus ou de détenus avec des conditions à respecter, il est en effet normal qu’un grand nombre d’infractions de non-conformité se produisent.

FIGURE 4. Évolution de quatre formes d’autres crimes, Québec : 1962-2006 (taux par 100 000 personnes)

FIGURE 4. Évolution de quatre formes d’autres crimes, Québec : 1962-2006 (taux par 100 000 personnes)

31Les infractions liées aux drogues sont en augmentation constante sur presque toute la période étudiée. Cependant, depuis quelques années, le taux d’infractions est relativement stable (il tourne autour de 265, ce qui correspond à 20 500 infractions constatées). Pour la période 1990-1999, ce sont les infractions de possession de cannabis (+ 4 578), de culture de cannabis (+ 2 231) et de trafic de cannabis (+ 1 821) qui ont le plus augmenté, alors que les infractions de possession d’héroïne et de cocaïne ont diminué. La hausse des années 1990 peut difficilement être imputée à une épidémie de consommation qui aurait justifié une augmentation de la répression policière en ce domaine. Il se peut cependant que certains milieux, notamment le milieu scolaire, soient de plus en plus intolérants. Il est également possible qu’avec la baisse généralisée de la criminalité, les policiers aient pu s’occuper davantage des consommateurs et revendeurs de drogue. Il y a lieu en outre de considérer l’hypothèse suivant laquelle les policiers utilisent davantage la lutte contre la drogue comme moyen dans leur lutte contre le crime organisé.

L’indice de gravité de la criminalité

32Depuis longtemps, la criminalité est évaluée sur la base du nombre de crimes par tranche de 100 000 habitants (c’est-à-dire le total des infractions divisé par la population et le quotient obtenu multiplié par 100 000). Les grands organismes qui diffusent l’information sur la criminalisation se limitent souvent à présenter le taux de criminalité global ainsi que le taux de crimes violents et le taux de crimes contre la propriété. Ces données font l’objet de comparaisons, soit d’une année à l’autre, soit d’un territoire à l’autre. Or, par sa nature même, cet indice donne un poids équivalent à chaque crime, quelle qu’en soit la gravité (un homicide et un méfait comptent chacun pour un incident). Le Centre canadien de la statistique juridique (2009) a récemment entrepris de constituer un indice de la criminalité qui vise à fournir une estimation qui tient compte de la gravité des crimes. L’indice de la gravité de la criminalité permettrait d’obtenir un tableau plus juste de l’état de la criminalité et de ses variations dans l’espace et le temps.

33Pour établir l’indice, il faut d’abord attribuer un poids à chaque type d’infraction. Pour ce faire, l’enquête sur les tribunaux criminels a été mise à profit. Les bases de données analysées ont permis de déterminer, pour chacun des types d’infraction, la proportion des personnes condamnées qui ont subi une peine d’incarcération ainsi que la durée moyenne de cette dernière. Par exemple, sur les 188 types d’infractions, le meurtre vaut 7 042 unités, l’homicide involontaire 1 822, la tentative de meurtre 1 411, l’agression sexuelle armée 1 047, le vol qualifié 583, le cambriolage 187, la possession de cannabis 7, et le fait de se trouver dans une maison de jeu vaut 1. Pour constituer l’indice, on multiplie chaque infraction par son poids, on fait le total et on divise le tout par la population.

34La figure 5 est constituée par un graphique que Goupil (2010) a inséré dans son mémoire de maîtrise. La première courbe montre l’évolution du taux traditionnel de violence au Québec entre 1977 et 2008, et la seconde, celle de l’indice de gravité des crimes violents pour la même période. Nous ne présentons pas les tendances pour les crimes contre la propriété puisque la courbe traditionnelle est identique à celle de l’indice de gravité des crimes contre la propriété.

FIGURE 5. Tendances de la criminalité de violence au Québec entre 1977 et 2008

FIGURE 5. Tendances de la criminalité de violence au Québec entre 1977 et 2008

Sources : Statistique Canada et Goupil (2010).

35Alors que le taux de violence est en hausse constante de 1977 à 1992, l’indice de gravité pour les crimes de violence est stable pendant cette période, malgré un soubresaut en 1981 et en 1991. En fait, comme nous l’avons vu dans l’analyse détaillée, durant cette période les homicides et les vols qualifiés ont décliné alors que les voies de fait, en majorité des voies de fait simples, ont augmenté rapidement. Ainsi, l’indice de gravité est stable de 1977 à 1993. Depuis le début des années 1990, l’indice de gravité est à la baisse tandis que le taux traditionnel est à la hausse. Encore une fois, ce sont surtout les voies de fait simples qui ont augmenté durant cette période. Bref, la violence, telle qu’elle est mesurée par l’indice de gravité, a baissé légèrement de 1992 à 2001 et s’est stabilisée par la suite. Nous ne saurions trop insister sur l’importance de ce résultat. En effet, si on se fonde sur le taux traditionnel de crimes violents, on dira que notre société est de plus en plus violente alors que si on s’appuie sur l’indice de gravité de la criminalité, on dira que notre société se pacifie. Nous pensons que la seconde manière de voir est la bonne, puisque les taux des crimes graves les moins influencés par la hausse du taux de déclaration, comme l’homicide et le vol qualifié, affichent des baisses importantes depuis une vingtaine d’années.

36L’indice de gravité permet aussi de savoir si la criminalité constitue un problème plus grand dans une province que dans une autre. La figure 6 montre le taux de criminalité global et l’indice de gravité (multiplié par 80, pour avoir des unités comparables) des 10 provinces et des 3 territoires. Comme on peut le constater aisément, les différences entre les deux mesures sont modestes. En fait, la corrélation entre les deux mesures est de 0,97. On note toutefois que la criminalité du Québec paraît légèrement plus grave avec l’indice de gravité qu’avec le taux de criminalité. À l’inverse, la situation des territoires paraît moins dramatique avec l’indice de gravité.

FIGURE 6. Taux de criminalité et indice de gravité, Canada : 2007

FIGURE 6. Taux de criminalité et indice de gravité, Canada : 2007

L’ÉVOLUTION DES DONNÉES GLOBALES PROVENANT DES TRIBUNAUX CRIMINELS

37À la différence de celles qui concernent la criminalité, les données sur les tribunaux criminels sont récentes et peu détaillées. On dispose de données fiables pour les adultes depuis 1995 et pour les jeunes depuis 1992. Cette période est suffisante pour déterminer si la baisse de la criminalité observée a été suivie d’une diminution des indicateurs de volume des tribunaux criminels. Nous avons vu que la criminalité a atteint un sommet dans la première moitié des années 1990. Au cours des quinze dernières années, la plupart des formes de crime ont connu une baisse substantielle. La figure 7 présente des données globales sur les tribunaux criminels du Québec.

FIGURE 7. Données sur les tribunaux de juridiction criminelle, Québec : 1992-2006

FIGURE 7. Données sur les tribunaux de juridiction criminelle, Québec : 1992-2006

38Comme on peut le constater à la figure 7, le nombre de causes entendues devant les tribunaux de juridiction criminelle pour adultes au Québec a atteint un sommet en 1996 avec 83 292. Le nombre de causes a ensuite diminué jusqu’en 2000 et tourne autour de 65 000 depuis. Il est intéressant de noter que le nombre de causes qui aboutissent à une peine d’incarcération pour l’auteur du crime a diminué entre 1996 et 2004, mais qu’il augmente depuis. La figure 7 fournit également de l’information sur les tribunaux pour jeunes. Le nombre de dossiers ouverts a augmenté entre 1992 et 1997, mais depuis on observe une baisse relativement importante.

39De manière globale, on pourrait dire que les tendances en matière judiciaire suivent celles déjà observées pour la criminalité. Chez les adultes, on observe une baisse substantielle du nombre de causes, de déclarations de culpabilité et de sentences d’emprisonnement entre le milieu des années 1990 et le début des années 2000. Depuis, on constate une très légère hausse des indicateurs judiciaires, qui ne semble pas s’expliquer par des tendances correspondantes de la criminalité. Le nombre de déclarations de culpabilité chez les jeunes a diminué presque de moitié entre 1998 et 2007. Il est impossible ici de mettre cette donnée en rapport avec la criminalité observée chez les jeunes, car ces données n’existent tout simplement pas.

L’ÉVOLUTION DES INDICATEURS CORRECTIONNELS

40Est-ce que les tendances en matière d’incarcération devraient suivre celles de la criminalité et des tribunaux ? Pas nécessairement. Les données relatives au nombre de prisonniers dépendent des décisions prises par les responsables des services correctionnels concernant le nombre de places disponibles pour accueillir les prévenus et les détenus. Si on ferme une prison ou une aile d’un centre de détention, il y aura moins de places disponibles, et donc le taux d’incarcération sera plus faible. Dans un système où le nombre de places disponibles est fixe, comme le nôtre, l’arrivée soudaine d’un grand nombre de prisonniers entraînerait la libération hâtive de nombreux autres. Cela ne peut être plus simple. Toutefois, en période moyenne, les deux séries devraient se suivre : une hausse de la criminalité devrait entraîner une hausse du niveau de préoccupation pour la sécurité de la population, et il en résultera une politisation du débat et, par la suite, une construction de nouvelles prisons ou l’agrandissement de celles qui existent. De même, à moyen terme, une baisse de la criminalité devrait amener une baisse du taux d’incarcération. Il pourrait y avoir un intervalle de 10 ans entre ces deux baisses. Bien que nous ne considérions ici que l’incarcération, il va sans dire qu’il existe une panoplie de mesures pénales (probation, amende, incarcération à domicile, travaux communautaires) qui pourraient être prises en compte dans l’étude de l’évolution des pratiques pénales.

41Dans l’analyse des tendances en matière d’incarcération, il faut tout d’abord distinguer les peines d’emprisonnement égales ou supérieures à deux ans, qui doivent être purgées dans un pénitencier de juridiction fédérale, d’avec les peines privatives de liberté inférieures à deux ans, qui doivent être purgées dans une prison provinciale. On trouve dans les prisons provinciales des prévenus (en attente de procès) et des détenus (condamnés). Les indicateurs généralement retenus dans l’étude de l’évolution de la situation correctionnelle sont ceux de stock et de flux. Le stock réfère au nombre annuel moyen d’individus incarcérés pour une journée donnée dans une année alors que le flux désigne le total d’individus écroués dans une année donnée (c’est-à-dire les admissions). La figure 8 présente les tendances en matière d’incarcération au Québec.

FIGURE 8. Tendance des principaux indicateurs de recours à l’incarcération, Québec : 1971-2008

FIGURE 8. Tendance des principaux indicateurs de recours à l’incarcération, Québec : 1971-2008

42Si on considère le stock, on voit d’abord qu’il y a eu au début des années 1970 une baisse du recours à l’incarcération. Celle-ci est attribuable, selon Landreville, Gagnon et Desrosiers (1976), à la promulgation de lois qui limitaient le pouvoir d’emprisonner des juges (notamment en restreignant la détention provisoire aux individus représentant un danger). Cette baisse du recours à l’incarcération a probablement contribué à l’extraordinaire croissance de la criminalité durant les années 1970. Le taux de détention, tant fédéral que provincial, s’est ensuite lentement accru entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1990. On observe au niveau provincial une baisse de 1992 à 1999 et une nouvelle hausse par la suite. Au niveau fédéral, on enregistre une baisse du taux d’incarcération au Québec depuis 1997.

43En ce qui concerne les statistiques de flux (la valeur du taux d’admission par 100 000 habitants a été divisée par 10 pour pouvoir être représentée sur le graphique), on constate une hausse importante tant au niveau provincial que fédéral durant les années 1990. Ainsi, même si plusieurs catégories de crimes sont en déclin, de plus en plus de personnes ont été écrouées. Au niveau provincial, comme le nombre d’admissions a baissé fortement depuis 1995 et que le taux d’incarcération est en hausse, cela signifie que la durée moyenne des peines purgées par les détenus augmente depuis 15 ans.

44Les courbes relatives au provincial de 1993 à 1996 témoignent du malaise suscité par l’augmentation du nombre de personnes admises en détention et la diminution concomitante du nombre moyen de personnes détenues. Les gestionnaires des centres de détention devaient trouver moyen de remettre en liberté le plus d’incarcérés possible et ce, le plus rapidement possible. Il n’y avait simplement pas assez de place pour tout le monde à l’intérieur des murs. Le sordide meurtre du jeune Alexandre Livernoche, 13 ans, par le délinquant récidiviste Mario Bastien à l’été 2000 semble avoir marqué la fin de la décroissance carcérale. Le taux d’incarcération s’est remis à croître après l’an 2000, et on peut même observer un soubresaut après la publication en 2005 du pamphlet du journaliste Yves Thériault intitulé Tout le monde dehors. Enquête sur les libérations conditionnelles, qui est une critique en règle du fonctionnement du service correctionnel québécois.

45De manière plus générale, il y a lieu de se demander si la hausse du taux d’incarcération provincial pourrait expliquer la baisse de la criminalité observée depuis le milieu des années 1990. Aux États-Unis, Spelman (2000) a examiné les effets des politiques et des pratiques d’incarcération sur la baisse de la criminalité. Se fondant sur des calculs complexes, il conclut que la relation entre l’incarcération et la criminalité correspond à une mesure d’élasticité de – 0,4 ; c’est-à-dire qu’une hausse de 10 % de l’incarcération est associée à une baisse de 4 % de la criminalité. Pour Spelman, environ le quart de la baisse de la criminalité des années 1990 aux États-Unis s’expliquerait par la hausse de l’incarcération. Mais les chercheurs ne partagent pas tous ce point de vue. Plusieurs contestent que la hausse de l’incarcération puisse avoir amené une baisse de la criminalité (Tonry, 2005). D’ailleurs, au Canada, il y a eu une baisse importante de la criminalité et elle ne s’est pas accompagnée d’un changement notable dans le taux d’incarcération.

DISCUSSION

46Comme nous avons décrit l’évolution de la criminalité et examiné les résultats des statistiques judiciaires et correctionnelles, nous sommes maintenant en mesure de porter un diagnostic. D’abord, la criminalité a connu une période de croissance importante durant les années 1960 et 1970. Les années 1980 ont vu une stabilisation de la plupart des formes de crimes. Depuis le début des années 1990, la plupart des formes de crimes ont diminué de manière importante, la baisse se situant entre 30 % et 50 %. On observe par ailleurs que le volume de plusieurs formes de crimes s’est stabilisé depuis le début des années 2000. En ce qui concerne les causes portées devant les tribunaux criminels et les condamnations, elles ont été en baisse depuis le milieu des années 1990 jusqu’au début des années 2000 ; depuis on assiste à une très légère hausse. Enfin, les données fédérales montrent que le nombre d’incarcérations baisse depuis une décennie, tant sur le plan du stock que du flux. Sur le plan provincial, le nombre d’admissions a diminué depuis 1995, mais le taux d’incarcération augmente sans cesse depuis le début des années 2000.

47Plusieurs chercheurs s’attachent maintenant à déterminer les causes de la diminution de la criminalité aux États-Unis et au Canada. Dans un ouvrage collectif, Alfred Blumstein et Joel Wallman (2005) ont demandé à des experts d’examiner les différentes hypothèses qui ont été émises pour expliquer la baisse. En gros, quatre grands facteurs ont été mis en évidence : la démographie, l’incarcération, la police nouveau genre et l’économie. Les études démographiques montrent que le vieillissement de la population contribue à faire baisser la criminalité. Le deuxième grand facteur est l’incarcération. Le troisième grand facteur est constitué par les transformations survenues dans plusieurs services de police qui ont adopté un style plus proactif, axé sur la lutte au crime et faisant une utilisation systématique des technologies de l’information (comme Compstat à New York). Enfin, les années 1990 ont été une période de relative croissance économique, de baisse du taux de chômage et d’un niveau d’inflation relativement bas. De nombreux autres facteurs ont été invoqués pour expliquer la baisse de la criminalité, comme la hausse des avortements autour de 1980 (Donohue et Levitt, 2001) et la fin de l’épidémie de crack des années 1988-1992 (Blumstein et Rosenfeld, 1998). On a aussi émis l’hypothèse que la popularisation de l’Internet dans la seconde moitié des années 1990 avait eu un effet bénéfique (Ouimet, 2006).

48On peut se demander si les facteurs invoqués pour expliquer le déclin aux États-Unis s’appliquent aussi au Canada. D’abord, l’explication démographique a certainement joué au Canada et surtout au Québec, car le baby-boom y a été plus fort qu’aux États-Unis (Foote, 2000). Il en va de même de l’économie, puisque le taux de chômage est en baisse chez les jeunes depuis 15 ans. L’incarcération et les transformations survenues dans la police plus agressive ne jouent aucun rôle au Canada. Durant les années 1990, le taux d’incarcération a diminué de 3 % au Canada (Ouimet, 2002). Le taux d’encadrement policier a diminué durant cette période, et aucun changement majeur n’est survenu dans les services de police. Zimring (2008) montre que l’expérience canadienne complique l’analyse et l’interprétation de la baisse de la criminalité aux États-Unis puisque le résultat est le même (baisse), mais les interprétations sont différentes.

49Récapitulons. Cinq grands facteurs expliquent la baisse de la criminalité au cours des 15 dernières années. D’abord, l’importance démographique du groupe d’âge de 15 à 35 ans, qui est le plus criminalisé, a fortement diminué au cours des années 1990 (Ouimet et Blais, 2002). Moins de jeunes adultes, donc moins de crimes. Ensuite, depuis quelques années, les perspectives d’emploi pour les jeunes se sont améliorées et les études se sont allongées. L’occupation massive d’emplois à temps partiel procure de l’argent aux jeunes, occupe leur temps, et surtout les fait entrer plus rapidement dans la vie adulte. La troisième explication serait le fait que les personnes ayant commis un délit risquent plus d’être accusées. D’une part, les victimes rapportent plus souvent leur mauvaise expérience à la police, et cette dernière, grâce aux innovations technologiques, est de plus en plus efficace dans l’identification des criminels et la constitution de dossiers d’enquête. La quatrième explication est la diminution de la criminalité. Comme une partie importante de la criminalité, en particulier celle qui fait appel à la violence, est liée à des infractions plus ou moins graves, une baisse des petits crimes entraîne une baisse des crimes violents. D’autre part, une baisse de la criminalité amène une baisse de la criminalité dans l’année qui suit puisque les risques d’arrestation, de condamnation et d’incarcération sont susceptibles d’augmenter. Enfin, la baisse de la criminalité peut s’expliquer aussi par les changements survenus dans les valeurs ou dans le processus de civilisation (Rosenfeld, 2000). L’éthos dominant des années 1960 et 1970 a consisté dans la libre expression, la suppression des contraintes et l’affirmation de soi, alors que l’éthos des années 1990 et 2000 est lié au respect de l’autre et à la modération. On note aussi une obsession constante face aux dangers de la vie (maladies, accidents…), qui est de nature à favoriser une baisse de la criminalité. Les campagnes de sensibilisation à la violence sexuelle, à la violence familiale ou à la conduite avec facultés affaiblies, ainsi qu’une panoplie de restrictions concernant l’usage du tabac ou de l’alcool, ont contribué d’une certaine manière à faire régresser plusieurs formes de crimes (Mishra et Lalumière, 2009) et à faire baisser le nombre des suicides, des accidents de la route et même des mauvais traitements infligés aux enfants (Finkelhor et Jones, 2006). Des comportements qui étaient acceptés ou tolérés dans une période libérale sont maintenant stigmatisés et condamnés. La Révolution tranquille a eu pour effet d’entraîner une hausse considérable de la criminalité, qui s’est maintenue pendant 20 ans. La récréation est maintenant terminée.

La récession de 2008

50En septembre 2008, le système bancaire et financier américain s’est effondré, et une crise des marchés à l’échelle mondiale s’en est suivie. Le choc s’est d’abord fait ressentir à Wall Street et à Bay Street, et l’ensemble de la population n’a subi les répercussions que plus tard. À l’été 2009, le taux de chômage a été près d’atteindre un sommet historique aux États-Unis. Au Canada, des spécialistes ont observé que la crise était moins subite – les systèmes bancaire et financier étant plus solides – et qu’elle devrait être de plus courte durée (Dubuc, 2009). Il n’en reste pas moins que des milliers de travailleurs québécois se sont trouvés ou se trouveront sans emploi, ce qui pourrait avoir des effets sur la criminalité.

51L’idée que la pauvreté produit la criminalité est solidement ancrée dans les mentalités. Le vol que Jean Valjean a commis pour nourrir sa famille, et qui lui a valu cinq ans de bagne, correspond à ce que l’on appellerait aujourd’hui un vol de subsistance et il aurait peu de chances d’aboutir à une condamnation. L’histoire contient de nombreux exemples où la hausse subite du coût des aliments de base (farine et pain) a entraîné des soulèvements populaires et des violences collectives. Mais tout ça avait lieu dans des sociétés où l’État était encore peu développé, le crédit inaccessible et la production des denrées de base tout juste suffisante. Une mauvaise récolte, et c’était la famine.

52La croyance que la pauvreté est liée à la criminalité subsiste pour d’autres raisons. Comme le font remarquer Wilson et Herrnstein (1985), une proportion importante de personnes détenues dans des prisons ou des pénitenciers sont des chômeurs chroniques ou vivent de l’aide sociale. De plus, dans certains quartiers des grandes villes, on retrouve à la fois beaucoup de délinquants et beaucoup de chômeurs. Si les délinquants juvéniles et les criminels adultes proviennent en grande partie des secteurs les plus défavorisés de la société, une hausse du nombre de désœuvrés entraînera-t-elle une hausse de la criminalité ? Pas nécessairement.

53Les criminologues et les économistes qui ont étudié la question refusent d’affirmer que le taux de criminalité varie en fonction du taux de chômage. Les analyses de la production scientifique portant sur les liens entre conditions économiques et criminalité arrivent à des résultats mitigés. Les nombreuses études en criminologie, en sociologie et en économie sur la relation entre le chômage et le crime sont peu concluantes. Pratiquement tous les chercheurs qui ont étudié la question dans son ensemble affirment que la relation n’est pas simple, qu’elle n’est pas très forte et que d’autres facteurs entrent en ligne de compte.

54Plus il y a de chômeurs, plus il y a de stress économique, d’oisiveté, de frustration, tous des facteurs qui favorisent le vol et la violence. Cependant, plus il y a de chômeurs, plus il y a de surveillance naturelle et d’autoprotection, moins fortes sont les aspirations économiques des gens et moins d’argent est consacré à des loisirs criminogènes. La déflation qui accompagne le ralentissement économique aide ceux qui ne sont pas touchés par le chômage. Bref, la hausse du chômage est liée à des forces criminogènes et à des forces anticrime. Une étude des tendances de la criminalité durant les années 1930, marquées par la Grande Dépression, montre que le taux d’homicides a diminué pendant cette période (Ouimet, 2009). De manière générale, pour l’ensemble du dernier siècle, les tendances du taux de chômage ne sont pas liées aux tendances des différentes formes de crimes de violence.

55Au Québec, la crise économique actuelle ne semble pas avoir provoqué une hausse importante du taux de chômage, tant chez les plus vieux que chez les plus jeunes. Puisqu’il y a peu de jeunes et que la population est vieillissante, la crise devrait épargner le segment de la population qui est plus à risque d’avoir des comportements criminels. En somme, nous sommes d’avis que la crise actuelle n’amènera pas une hausse notable de la criminalité, même si elle devait se prolonger quelque peu. Cependant, si une récession devait se traduire par une hausse importante du chômage dans certains segments de la population, notamment dans des groupes ethniques vulnérables, on pourrait voir chez les jeunes privés de travail une augmentation du nombre des incidents de violence gratuite.

Peut-on prévoir les tendances de la criminalité ?

56En criminologie, la prédiction est l’action d’annoncer à l’avance un événement. En sociologie, la prévision (le forecasting) est l’estimation des valeurs que prendra à une échéance plus ou moins lointaine l’indicateur d’un phénomène économique ou social. Il existe trois méthodes de prévision. La plus simple est celle du raisonnement prédictif, qui fait appel à l’usage ordinaire de la raison. La seconde consiste à étudier et à modéliser la variable d’intérêt (trouver la formule mathématique qui résume les tendances passées) et ensuite, simplement, à appliquer celle-ci pour prédire les valeurs futures. La troisième consiste à mettre les valeurs passées de la variable d’intérêt en relation avec les valeurs de variables explicatives (taux de chômage, taux d’incarcération, pourcentage des 15-24 ans dans la population, nombre d’immigrants, etc.), à modéliser le tout et à calculer les valeurs futures.

57Un certain nombre d’études arrivent à bien modéliser les tendances passées, mais la prévision est toujours une opération difficile. Comme l’a dit le physicien danois Niels Bohr: « Prediction is very difficult, especially about the future. » La littérature criminologique contient de nombreux exemples de prévisions qui se sont révélées fausses. Par exemple, à l’aide d’une modélisation Box-Jenkins, Marc Le Blanc a écrit en 1975 : « On note que l’ensemble de la délinquance juvénile sera à la baisse, le taux de délinquance passera de 17,66 % en 1973 à 14,64 % en 1980. » Ouimet (1994), au terme d’une analyse de la criminalité au cours de la période 1962-1991, écrit : « Nous terminons en formulant l’hypothèse que le nouveau plateau de criminalité au Québec durera plusieurs années. » Au début des années 1990, même de réputés chercheurs américains comme James Allan Fox, James Q. Herrnstein et John Dilulio avaient prédit qu’une vague de violence déferlerait sur l’Amérique (Levitt, 2004). En fait, étonnamment, personne n’avait prédit l’ampleur de la baisse de la criminalité qui est survenue durant les années 1990. La criminologie n’est évidemment pas seule à errer dans ses prévisions. Chez les politologues, personne n’avait prédit la chute du mur de Berlin ou l’effondrement soudain du bloc communiste. Chez les économistes, la crise financière mondiale de 2008 est venue comme une surprise.

58On peut considérer les tendances de la criminalité comme la somme des tendances d’un ensemble de phénomènes relativement indépendants les uns des autres. Les variations dans le volume des voies de fait ont leur propre logique, comme celles des vols qualifiés ou des vols de véhicules, etc. Chaque type de crime est influencé par une variété de facteurs. Par exemple, le nombre de vols de véhicules à moteur varie en fonction du prix des voitures neuves et des pièces de rechange, des clauses des contrats d’assurance (valeur à neuf), du bon ou mauvais fonctionnement des systèmes d’alarme ou des antidémarreurs, de la facilité à exporter des véhicules volés, des règles administratives de la SAAQ, du pourcentage d’adolescents et de jeunes adultes qui ont un véhicule, etc. Bref, le taux de vols de véhicules dépend d’un certain nombre de facteurs qui diffèrent de ceux qui interviennent dans les méfaits ou les voies de fait. En un sens, il faudrait parler non pas de la criminalité, mais des criminalités.

59Certains auteurs croient qu’il existe des cycles de la criminalité. Dans le domaine économique, les cycles se conçoivent très bien. Si une baisse marquée des ventes de véhicules neufs survient une année, on devrait ultérieurement observer une hausse notable des ventes de voitures neuves. Bien que les cycles caractérisent le marché des actions en bourse (une action dont la valeur a diminué devient alléchante) et même les indicateurs macroéconomiques (on dit que les récessions durent entre 18 et 24 mois), les économistes ont la réputation d’être incapables de prédire l’avenir. On sait qu’il y aura une récession ou une reprise, mais personne ne peut dire au juste quand. Dans le domaine de la criminologie, Cusson (1990) indique que, si la criminalité augmente, les précautions et les mesures de protection seront plus nombreuses, ce qui endiguera la hausse et aboutira par la suite à une baisse. Lorsque la criminalité baisse, il se produit un relâchement, ce qui fait augmenter le nombre d’occasions favorables, donc de crimes. Le problème avec la notion de cycle appliquée par Cusson est qu’il n’a pas démontré son existence et qu’on a beau examiner sous tous les points de vue les courbes de la criminalité entre 1962 et 2008, il est impossible de déceler des cycles. On pourrait toutefois croire que les 40 dernières années forment un cycle complet, avec une hausse de la criminalité durant les deux premières décennies et une baisse au cours des deux dernières.

60Somme toute, la prévision des tendances de la criminalité nous paraît un exercice futile. Plusieurs formes de crimes montrent une certaine stabilité depuis le début des années 2000, mais celle-ci n’est sans doute que provisoire. Il est possible que la criminalité se remette à chuter, car les niveaux actuels sont encore élevés, mais il est possible aussi qu’on observe de nouvelles hausses, quoique des hausses importantes soient improbables étant donné que le nombre d’adolescents et de jeunes adultes demeure stable.

Bibliographie

RÉFÉRENCES1

Blumstein, A., Wallman, J. (2005). The Crime Drop in America. New York: Cambridge University Press.

Cusson, M. (1990). Croissance et décroissance du crime. Paris : Presses Universitaires de France.

Levitt, S. (2004). Understanding why crime fell in the 1990s: Four factors that explain the decline and six that do not. Journal of Economic Perspectives, 18 (1), 163-190.

Ouimet, M. (2005). La criminalité au Québec durant le vingtième siècle. Québec : Presses de l’Université Laval.

Ouimet, M., Tessier-Jasmin, J.-M. (2009). Policer la violence : analyse du taux de déclaration et du taux d’enregistrement des victimisations criminelles au Canada en 1999 et 2004. Revue canadienne de criminologie et de justice, 51 (2), 227-253.

Zimring, F. (2008). The Great American Crime Decline. New York: Oxford University Press.

Notes de fin

1 La bibliographie complète se trouve sur le site Internet des Presses de l’Université de Montréal : www.pum.umontreal.ca

Table des illustrations

Titre TABLEAU 2. L’incidence de la victimisation selon l’Enquête sociale générale
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6645/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre FIGURE 1. Taux d’homicides au Canada de 1901 à 2008 (taux par 100 000 habitants)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6645/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre FIGURE 2. Évolution de quatre formes de crimes d’agression, Québec : 1962-2006 (taux par 100 000 habitants)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6645/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre FIGURE 3. Évolution de quatre formes de crimes d’appropriation, Québec : 1962-2006 (taux par 100 000 habitants)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6645/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre FIGURE 4. Évolution de quatre formes d’autres crimes, Québec : 1962-2006 (taux par 100 000 personnes)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6645/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre FIGURE 5. Tendances de la criminalité de violence au Québec entre 1977 et 2008
Légende Sources : Statistique Canada et Goupil (2010).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6645/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre FIGURE 6. Taux de criminalité et indice de gravité, Canada : 2007
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6645/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIGURE 7. Données sur les tribunaux de juridiction criminelle, Québec : 1992-2006
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6645/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIGURE 8. Tendance des principaux indicateurs de recours à l’incarcération, Québec : 1971-2008
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6645/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search