Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Marie Le Franc. Les Voix du cœur et de l’âme1

Texte intégral

  • 1 « Les Voix du cœur et de l’âme de Marie Le Franc », La Revue moderne, vol. 2, n° 6, 15 avril 1921, (...)
  • 2 Marie Le Franc, Les Voix du cœur et de l’âme, Montréal, Compagnie d’imprimerie Perrault, 1920, 139 (...)
  • 3 Marie Le Franc (1879-1965) vint au Canada, en 1905, pour y épouser Arsène Bessette, l’auteur du Déb (...)

1Voici un de ces livres exceptionnels qu’on aime à saluer avant de prendre le droit de les juger ; une de ces œuvres marquées de tant de qualités précieuses, qu’on s’attarde à goûter et à sentir bien avant de songer à disséquer et à dissoudre. Je ne sais si ces Voix2 appartiennent ou non à notre littérature ; l’auteur3 est une fille de Bretagne qui a vécu longtemps parmi nous et qui s’est fait de notre sol une seconde patrie ; mais je sais bien qu’elles relèvent de la poésie universelle, celle de l’âme humaine, la même en tous temps et en tous lieux ; et je sais aussi qu’elles sonnent la poésie d’une âme distincte, intensément individuelle, qui s’enferme, jalouse, dans son propre cercle, qui vit ses émotions sans se ranger à celles d’autrui, et les exprime dans son propre langage. S’il vous plaît d’explorer les retraites intimes où se cache le mystère d’un cœur ; de suivre les ébats d’une imagination qui s’éploie sur le monde et danse, vêtue de robes légères, l’essor d’un esprit ferme et franc, dont la hardiesse même est une grâce, le jeu d’une sensibilité qui réagit aux moindres secousses et le geste d’une passion contenue, mais ardente ; de voir se raidir dans la lutte une volonté vaillante que ne subjuguent ni la souffrance ni l’effort, vous subirez le charme enveloppant de ces poèmes. Ils vous feront entrer dans une région de lumière métaphysique dont le prisme décompose des sensations, de paysages où les fleurs et les mousses sont des sentiments et des idées ; ils vous entraîneront sur des lacs dont chaque ride est un rêve. Ils n’auront rien des couleurs crues qui fardent les choses matérielles, de la précision lourde qui s’attache aux tableaux tangibles ; dans leur délicat clair-obscur ils ne retraceront que l’âme d’une femme, ou plutôt l’âme de cette femme, mais c’est assez. Après les avoir lus vous comprendrez mieux que jamais que tout être humain est un monde.

2C’est à dessein sans doute que le titre du livre distingue l’« âme » et le « cœur » comme deux sources différentes d’inspiration. Cette distinction peut sembler vague, mais elle repose sur une psychologie élémentaire et connue ; et elle atteint chez Marie Le Franc une dualité extrêmement définie qui persiste à travers tout le volume. L’âme, c’est tout ce qui en nous conçoit, réfléchit et raisonne, tout ce qui compare, juge et choisit ; c’est le siège de l’esprit qui pense et de la volonté, maîtresse et guide des actions. Le cœur, c’est toute la vie émotionnelle et instinctive, tous les élans qui nous emportent vers la beauté, vers le bonheur, vers l’amour, le foyer de l’enthousiasme et de la passion. Or ces deux éléments sont, dans notre poète, non seulement en vis-à-vis, mais en opposition rivale, et leur conflit met souvent dans ces pages une note tourmentée et poignante.

3Le cœur qui se révèle ici est un organe infiniment sensitif et prompt, d’une spontanéité rebelle aux entraves du dehors, d’une liberté farouche envers les tâches imposées, mais, dans l’enclos des affections élues, d’une tendresse ardente et d’une dévotion suprême. Vous entreverrez les nuances fugaces de ses sympathies dans cette confession où la franchise est si ouverte et l’analyse si pénétrante, où se décrit si bien le choc des appels qui sollicitent et l’indécision à choisir, de peur, dans les coupes refusées, de perdre quelques gouttes de la douce et grisante liqueur :

Pourquoi m’importuner, ô multiples visages
Qui pénétrez l’écran de mon logis obscur ?
Pourquoi vouloir fixer votre ombre sur le mur
Et que je me prononce entre vous, au passage ?

Je vous aime bien tous, je n’aime aucun de vous ;
Vous, je vous aime moins pendant votre présence,
Car alors vers l’absent s’en va ma préférence
Et ce n’est que pour lui qu’était le rendez-vous.

Je vous aime le moins lorsque je vous préfère,
Car soudain j’aperçois un visage en émoi
Que mon penchant pour vous vient d’écarter de moi
Et son regard qui fuit est déjà du mystère.

  • 4 « Pourquoi m’importuner ? » (op. cit., p. 46) : « Qui parcourez l’écran [...] obscur, / [...] prono (...)

Je vous aime le mieux quand je vous aime moins,
Quand mon indifférence en vous voyant m’alarme,
Et quand vous revêtez le redoutable charme
D’être encore si près, quoique déjà si loin4.

4Indépendance qu’on sent n’avoir que l’apparence du flirt, et cacher une secrète angoisse ! Car ce cœur s’en veut d’être passionné ; il cherche à déguiser le tourment de son désir et la piqûre de sa douleur. Est-il rien qui exprime plus en disant moins que cet autre morceau, où les sanglots se refoulent si bravement, mais se laissent deviner si pitoyables ?

Ce n’est pas une grande peine
Que vous m’avez faite, et pourtant
Lorsque je pense à vous, j’ai peine
À raffermir mon cœur tremblant.
Ce n’est pas une grande peine.

Ce n’est pas une grande flamme
Qui ravage tout en passant,
C’est une fumée en mon âme,
Ce n’est qu’un vague goût de sang.
Ce n’est pas une grande flamme.

Ce n’est pas l’orage à grands flots
Emportant la pierre et la vase,
Mais c’est, plutôt la goutte d’eau
Qui fera déborder le vase.
Ce n’est pas l’orage à grands flots.

Ce n’est qu’une ombre qui persiste
Sur mon cœur qui ne sait pourquoi.
Sans cause vraie il est si triste,
Sans mal réel il est si coi,
Ce n’est qu’une ombre qui persiste.

  • 5 « Ce n’est pas une grande peine » (ibid., p. 98) : « pourtant, / [...] tremblant... / [...] peine. (...)

Ce n’est pas une grande peine,
C’est bien loin d’être un grand chagrin,
C’est une ombre qui pèse à peine
Et c’est cette ombre que je crains.
Ce n’est pas une grande peine5.

5Mais ailleurs ce cœur se découvre et livre son secret de froideur assumée ; il avoue tout haut son besoin d’être aimé, sa soif de confidences et de caresses. « Les mots que vous n’avez pas dits », « Ah ! si vos mains m’aimaient » expriment la déception, le dégoût presque, de la bouche qui s’est tue, de l’étreinte restée flasque et molle. Dans d’autres pièces d’une tristesse intense, on sent l’épine et la blessure d’un grand amour trompé, la fidélité dans le souvenir qui torture, la supplication humble et l’attente obstinée.

La maison qui devait te revoir est en deuil,
Elle regrette une ombre et je pleure un visage :
Elle et moi t’attendons vainement sur le seuil.

Par la fenêtre ouverte elle guette au passage
Le rythme d’une voix, la cadence d’un pas ;
Sa vitre croit soudain refléter ton image.

  • 6 « La maison qui devait te revoir » (ibid., p. 94) : « deuil... / [...] ouverte, elle [...] pas... / (...)

Elle espère... et je sais que tu ne viendras pas6 !

6Et je n’ai pas besoin de vous faire remarquer qu’il y a là-dedans très peu de littérature ; que c’est la plainte cruellement simple d’un sentiment âpre et naïf. C’est d’ailleurs ce qui frappe dans cette poésie : sa sincérité, sa simplicité à tout dire, la subordination des mots à ce qu’ils expriment, l’impression qui se crée par le dedans sans fatras de parures factices. Le vers n’y est que la coquille négligeable de la perle, le flacon d’une essence subtile, qui s’efface à l’écart quand il a versé son parfum.

7Du trouble de ses joies insuffisantes ou brisées, ce cœur se réfugie dans la mélancolie apaisante : il s’y repose et s’y endort.

Attarde-toi, ce soir, dans le jardin en fleurs,
Quitte un moment le joug des tâches coutumières,
Adore l’heure brève aux mourantes lumières,
Passante au front baigné d’indécises pâleurs.

Puisque tu sens ta peine obscurément renaître,
Que tes yeux vont pleurer, ton cœur se souvenir,
Pourquoi vouloir cacher ta faiblesse, et venir
De tes tremblantes mains refermer la fenêtre ?

  • 7 « Attarde-toi, ce soir » (ibid., p. 106) : « faiblesse et venir, / [...] mains, refermer [...] jour (...)

Laisse s’appesantir sur toi la fin du jour
Et gémir doucement ton inlassable peine :
Ta blessure demeure, et ton âme ose à peine
Se souvenir d’avoir en vain aimé d’amour7.

8Il rêve de quelque asile lointain qui offrirait à sa fatigue une paix et une solitude inviolables :

J’évoque au crépuscule une église, au hameau,
Où, pour baisser la lampe et souffler les flambeaux,
Un sacristain blanchi vient traîner ses sandales ;

  • 8 « Que cette chambre est close » (ibid., p. 38) : « Où pour [...] flambeaux / Un ».

Où, quand je serai seule en la profonde nuit,
Tremblante, en m’enfuyant, je poserai sans bruit
Le fardeau de mon cœur orphelin sur les dalles8.

9Mais, malgré tout, le souvenir s’acharne et, dans les illusions qui veulent revivre, il insinue sournoisement la rancœur ancienne. C’est un cerceau qu’on avait repoussé, mais qui revient rouler parmi les plants du nouveau parterre. Et celle qui espérait se désole. « J’ignorais », gémit-elle,

  • 9 « Souvenir importun » (ibid., p. 57) : « d’ombre, et que ton cercle d’or, / [...] vite, / [...] jar (...)

... que ton cercle d’ombre et que ton cercle d’or
Du vieux mur du passé rebondirait si vite
Pour venir écraser, en son nouvel essor,
Dans mon jeune jardin le cœur des marguerites9.

10Nous avons parcouru des recoins choisis de ce jardin sentimental : n’est-ce pas que le cœur qu’il enclôt est sympathique et d’une très aimable fragilité ? Ne recèle-t-il pas toute la complexité gracieuse et toute la faiblesse de la femme ? Mais à côté du cœur, il y a « l’âme », et vous serez surpris de trouver, soutenant ce ressort timide, tant de force et de vigoureuse énergie. Voici que l’esprit entre en scène, l’esprit que rien n’alourdit ni ne captive.

Mon esprit a des pieds dansants
Et, sur le vert tapis des choses,
Il bondit sans rime et sans cause
Et danse son ivresse au vent.

Comme une écharpe il a sa joie
Enroulée autour de ses reins.
Sa folie est son tambourin,
Son rire le chausse de soie.

  • 10 « Mon esprit a des pieds dansants » (ibid., p. 26) : « dansants, / Et sur [...] cause, / [...] vent (...)

Un désir anime son sang ;
La vie est une pomme rouge
Qu’au bout de la branche qui bouge
Il veut cueillir, tout en dansant10.

11Ce que cet esprit préfère à tout, c’est la liberté d’aller à sa guise et de faire ce qui lui plaît. Il secoue sauvagement ce qui sent le joug ou la chaîne, et si devant le monde il se contraint à porter un masque, ce masque le blesse comme une profanation de sa beauté. Il s’ennuie de ce milieu trop solennel, trop digne, où tous les gestes sont mesurés, toutes les postures dictées par les lois strictes du maintien ; où la danse même, cette ébullition de la joie de vivre, s’emprisonne en des pas étroits et discrets ; où le sanctuaire de l’âme est violé à chaque instant par l’irruption d’idées et d’opinions toutes faites ; où il n’est permis de dire que ce que d’autres ont pensé. S’échapper de cette cage, de cette geôle ! Ne plus subir la servitude des mots imposés, des formules nécessaires, des attitudes convenables et des sentiments convenus ! Être soi-même, pleinement et en tout ! S’ébattre dans la forêt vierge du monde, légère et les cheveux au vent, comme les déesses antiques ! N’avoir rien sur l’épaule qui pèse, rien aux pieds qui entrave !... C’est la passion qui grise cette charmante anarchiste et qui bout dans plusieurs de ces poèmes. Dans l’un, elle se compare au malheureux qui, tout le jour, derrière sa mécanique stupide, moût des airs surannés et de faux sourires,

  • 11 « La rue au mois de mars » (ibid., p. 33) : « dos ? »

Et soudain, écœuré de sa propre grimace,
Réglemente son pas et compose sa face,
Et rentre en son logis, sa lourde boîte au dos11.

12Elle souffre d’avoir à étendre sur ses yeux, sur sa voix, le voile neutre des bonnes manières :

Les yeux ont mal de prendre un air indifférent,
De se durcir dans le visage ;
Les yeux ont mal de regarder tout droit devant,
De maintenir l’expression fermée et sage.

La bouche a mal, et saigne presque, à se figer
D’un sourire qui s’exagère,
Contre les dents, que sous la lèvre on sent ronger
La même chose, on ne sait quoi, d’odeur amère.

  • 12 « Les yeux ont mal » (ibid., p. 9) : « De recourir à l’expression [...] presque à [...] s’asservir, (...)

La voix a mal, forcée aussi de s’asservir
Posément, aux propos du monde,
Et pour ne pas se mettre à nu, de revêtir
Les falbalas des mots empruntés à la ronde12.

13Elle se sent étrangère aux âmes qui n’éprouvent pas comme elle la grande impulsion de la vie. À une compagne qui l’aime sans la comprendre, elle fait l’aveu candide de leurs divergences essentielles :

Oui, nous nous ressemblons d’existence, peut-être...

Nous allons toutes deux à la même fontaine,
Avec le même pas de matin et de fleurs,
La même âme qui boit d’avance la fraîcheur ;
Vous revenez contente et votre cruche pleine.

Mais moi, c’est l’air léger qui devient mon fardeau.
Je respire, et j’oublie sur le bord de la source,
Le sens de mon effort et le but de ma course,
Et mon âme s’étale à mes pieds comme l’eau...

  • 13 « Oui, nous nous ressemblons » (ibid., p. 134-135) : « d’existence peut-être / <7 vers> / Nous [...] fraîch</7> (...)

Et quand, après avoir placé, en les comptant,
Vos soigneuses actions en rang sur l’étagère,
Vous fermez vos volets, ô ma sœur étrangère,
Moi je les ouvre, et je ne sais ce que j’attends13...

14Voilà comment se peint lui-même cet esprit ailé, aux allures fantaisistes, et que tentent toutes les aventures. N’êtes-vous pas inquiets sur son sort, et n’est-ce pas un gardien peu sûr pour le cœur actif et ardent ? Seul un vouloir d’acier pourra les rompre tous deux à sa discipline ; et c’est ici que gronde la lutte intime dont j’ai parlé en commençant : la volonté qui s’impose, qui prend les guides et fouette sans pitié les coursiers sauvages. Je ne puis m’attarder à la stratégie de ce combat, mais il donne lieu à des inspirations hautes et fortes, qui semblent des leçons de morale stoïque. Dans certaines pièces, pour être plus précise, la psychologie se fait presque didactique : on sent dans le vers la gravité du thème. « La porte de bois de ma volonté », porte qu’il faut renforcer sans cesse de clous et de barres, rappelle les curieuses allégories des ascétiques chrétiens. « On souffre dans sa chair » traduit le rare spectacle d’une âme qui se dédouble pour observer sa propre douleur et en noter dédaigneusement toutes les crispations. « Quand le cœur a vieilli » montre la volonté cruelle replaçant sur son chemin rude et forçant à la marche l’être épuisé qui voulait fuir la source des larmes... Au travers de ces analyses passe un souffle énergique, presque violent ; pas de plaintes lâches et puériles, pas de lamentations veules, pas un cri pour supplier et demander grâce : seule la tension raidie et l’obstination dans l’effort. Puis, atteignant les lois générales, l’auteur écrit cette impitoyable étude, « Le premier compromis », qui va si loin au fond de l’âme, qui est bien près d’être un traité de la chute morale condensé en vingt lignes. Et cet esprit, que nous croyions léger, se révèle capable d’observation subtile et de sévère philosophie. Et cela fait de l’âme totale de Mlle Le Franc un troublant et délicieux problème !

15Il reste à dire un mot de la « voix » qui nous la transmet. Cette voix, comme on a pu le constater, ce n’est pas le soprano clair et souple, mais au filet un peu ténu, qui trille d’ordinaire les émotions de l’âme féminine ; c’est le contralto au timbre de bronze, presque mâle de sonorité et de puissance. Cet art est bien celui d’une femme, mais avec la hardiesse et la maîtrise d’une femme très moderne, à qui l’homme n’a plus guère à remontrer. D’ailleurs, je l’ai noté plus haut, le fond emporte ici la forme et l’embrasse si étroitement qu’on a peine à les séparer. Il ne faut chercher dans ces vers ni l’art pour l’art ni le mot pour le mot ; le style est un vêtement, non une toilette. Cette poésie fait mieux que faire admirer son expression : elle la fait oublier. J’avoue qu’il m’en coûte de creuser le secret de son charme et d’en démonter les rouages. À la juger pourtant au point de vue technique, on la trouve pénétrée d’un symbolisme ingénieux et neuf, qui abonde en images hardies, dans lequel tout le monde visible reflète la substance et la vie du monde spirituel. Ce symbolisme n’est pas mystique, il n’est pas obscur ; il n’aspire pas à ces profondeurs, vraies ou fausses, où il cesserait d’être intelligible ; il se déploie dans la clarté, tout en gardant le vague délicat de lampes veloutées et lointaines.

  • 14 « Jour qui finis » (ibid., p. 34-35) : « l’eau, / [...] hanche, / [...] manteau ; / / [...] couche, (...)

Jour qui finis, jour qui finis, ô jour qui penches
Comme une fleur au bord de l’eau ;
Jour qui glisses de mon épaule et de ma hanche
Au bord du lit, comme un manteau,
Laisse-moi te poser tendrement sur ta couche
Puis allumer ces deux flambeaux,
Et que pour rien du monde étranger ne te touche
Laisse-moi fermer les rideaux...
Jour nouveau, bel enfant dont j’attends la venue,
Blanche cigogne sur mon toit,
Je mets des langes neufs à mon âme ingénue
Et fais maison nette pour toi...
Et de celui qui meurt à celui qui va naître
Je vais et viens, et dans la nuit,
Le doigt muet du temps suspend à ma fenêtre
La chauve-souris de minuit14.

16Escortée de ces pénétrantes images, comme la procession banale des heures se profile et se solennise ! Ici et ailleurs on trouverait sans doute que telle de ces images n’est pas d’une cohérence parfaite ; un malin, par exemple, pourrait se demander pourquoi, si c’est le jour qui est l’enfant, c’est l’âme qu’on revêt de langes ; et je n’excuse pas ces accrocs occasionnels faits à la rigoureuse logique ; — mais vraiment ils ne choquent pas à première vue et ils sont comme noyés dans le symbole total, qui est expressif et juste. Et puis, ne pourrait-on pas dire que l’âme elle-même renaît à l’enfance avec le renouveau du jour ? Il serait moins facile de justifier cette autre strophe, où le désert, la mer et la forêt enchevêtrent un peu trop leurs métaphores :

  • 15 « Mon étroite fenêtre » (ibid., p. 61) : « sauvages, / [...] mirage, / [...] ».

Et la troupe d’oiseaux sauvages
Aux confins du désert attendant le mirage
A besoin de ce mot d’amour,
De ce navire ancré dans le port des nuages
Pour ne pas s’égarer dans la forêt du jour15.

17Il reste que la langue de Mlle Le Franc est en général correcte et sûre, et que l’imagination la pénètre sans en chasser la belle lucidité française. Son vers prend avec le mètre, avec la rime, quelques libertés que je ne trouve pas excessives. Dans une ode vagabonde, elle se déclare tentée souvent d’adopter le vers libre, et de s’en aller

Galoper au grand vent des plaines,
Et de boire tout d’une haleine
Ton vin étourdissant,
Ta coupe toute pleine,
Ô poésie au libre champ

18Mais ce chevauchement, avoue-t-elle,

  • 16 « Je me sens quelquefois tentée » (ibid., p. 47) : « peur, de [...] crinière. / [...] maison, / [.. (...)

M’effraie, et j’ai grand peur de traverser la voie,
Peur du train qui mugit et du garde-barrière,
Peur d’ébranler le doux paysage,
Les fleurs en procession saluant mon passage,
Du bruit de mon galop, du vent de ma crinière,
Et je rentre en ma petite maison
Assise sur la pierre, au bord de l’horizon,
Avec ses fenêtres égales
Recueillant dans le soir la chanson des cigales16.

19On peut dire que son vers, même classique, est libre, parce qu’il n’est jamais laborieux, qu’il ne trahit jamais l’application ni la contrainte.

20En dehors de ses « voix intérieures », elle a recueilli, ici et là, quelques autres échos : des souvenirs de sa Bretagne, des impressions de paysages lumineux et légers, des maximes de sagesse humaine, toujours déduites de quelque symbole, des répercussions attristées de la guerre où tant de ses frères ont péri. On retrouve là des qualités maîtresses, moins frappantes toutefois, à mon sens, que dans les toiles introspectives pour lesquelles l’âme et le cœur ont posé.

21Elle a aussi quelques notes sympathiques pour notre Canada :

  • 17 « Ô terreau cœur guerrier » (ibid., p. 29) : « marbre, / [...] monts, l’eau ».

Ô Canada, cœur chaud sous ta face de marbre
Où palpitent des yeux vivants, profonds et bleus,
Ainsi qu’au pied des monts l’eau de tes lacs frileux
Glisse un regard d’azur sous les cils blancs des arbres17.

  • 18 Le 10 avril 1921, Marie Le Franc écrit à Dantin pour lui dire combien elle a été touchée de sa « co (...)

22Décidément, puisqu’elle nous aime, nous la revendiquons pour nous. Elle a sa place toute prête dans le groupe à peine formé, mais ambitieux déjà, de nos femmes-poètes. Elle apportera dans l’ensemble de notre poésie une note bien distincte et neuve. Nous avions déjà des petits-fils de Musset, des neveux éloignés de Baudelaire et des filleuls d’Henri de Régnier : nous aurons désormais une cousine germaine de la comtesse de Noailles18.

Notes de fin

1 « Les Voix du cœur et de l’âme de Marie Le Franc », La Revue moderne, vol. 2, n° 6, 15 avril 1921, p. 12-15 ; Poètes de l’Amérique française, t. I, p. 104-121.

2 Marie Le Franc, Les Voix du cœur et de l’âme, Montréal, Compagnie d’imprimerie Perrault, 1920, 139 p.

3 Marie Le Franc (1879-1965) vint au Canada, en 1905, pour y épouser Arsène Bessette, l’auteur du Débutant. Le mariage n’eut pas lieu, mais elle se fixa à Montréal pour y exercer, jusqu’en 1927, le métier d’institutrice. Les Voix du cœur et de l’âme était son premier recueil. Trois ans plus tard, elle publiera, à Paris, Les Voix de misère et d’allégresse. En 192 7, elle obtiendra le prix Femina avec son roman Grand-Louis l’Innocent (voir supra, p. 347-358). Suivront de nombreux romans et récits qui évoquent presque toujours son pays d’adoption : La Porte sur la dune (1918), Hélier, fils des bois (1930), Grand-Louis le Revenant (1930), Ô Canada, terre de mes aïeux (1947).

4 « Pourquoi m’importuner ? » (op. cit., p. 46) : « Qui parcourez l’écran [...] obscur, / [...] prononce, entre [...] alors, vers l’absent, s’en va ma préférence, / [...] moi, / [...] indifférence, en ».

5 « Ce n’est pas une grande peine » (ibid., p. 98) : « pourtant, / [...] tremblant... / [...] peine. / / <une strophe> / / C e [...] sang, / [...] Mais c’est plutôt [...] vase, / [...] pourquoi, / [...] vraie, il [...] réel, il est si coi... / [...] persiste. / / <une strophe> / / C e [...] peine, / [...] crains, / [...] peine... »

6 « La maison qui devait te revoir » (ibid., p. 94) : « deuil... / [...] ouverte, elle [...] pas... / pas, / [...] ».

7 « Attarde-toi, ce soir » (ibid., p. 106) : « faiblesse et venir, / [...] mains, refermer [...] jour, / [...] ».

8 « Que cette chambre est close » (ibid., p. 38) : « Où pour [...] flambeaux / Un ».

9 « Souvenir importun » (ibid., p. 57) : « d’ombre, et que ton cercle d’or, / [...] vite, / [...] jardin, le ».

10 « Mon esprit a des pieds dansants » (ibid., p. 26) : « dansants, / Et sur [...] cause, / [...] vent ! / / [...] écharpe, il [...] reins ; / [...] sang : / [...] rouge, / [...] bouge, / [...] ».

11 « La rue au mois de mars » (ibid., p. 33) : « dos ? »

12 « Les yeux ont mal » (ibid., p. 9) : « De recourir à l’expression [...] presque à [...] s’asservir, / [...] nu de [...] ».

13 « Oui, nous nous ressemblons » (ibid., p. 134-135) : « d’existence peut-être / <7 vers> / Nous [...] fraîcheur, / [...] fardeau, / [...] source / [...] l’eau. / / <une strophe> / / Et [...] placé en [...] j’attends. »

14 « Jour qui finis » (ibid., p. 34-35) : « l’eau, / [...] hanche, / [...] manteau ; / / [...] couche, / [...] Et pour que rien [...] touche, / [...] rideaux. / / <une strophe> / /Jour [...] ingénue, / [...] toi. / / <une strophe> / / Et [...] naître, /’[...] ».

15 « Mon étroite fenêtre » (ibid., p. 61) : « sauvages, / [...] mirage, / [...] ».

16 « Je me sens quelquefois tentée » (ibid., p. 47) : « peur, de [...] crinière. / [...] maison, / [...] égales, / [...] ».

17 « Ô terreau cœur guerrier » (ibid., p. 29) : « marbre, / [...] monts, l’eau ».

18 Le 10 avril 1921, Marie Le Franc écrit à Dantin pour lui dire combien elle a été touchée de sa « compréhension du livre, au point de vue de sa substance ». « Mais, ajoute-t-elle, je suis un peu gênée d’une analyse trop bienveillante, non par fausse modestie — car, malgré les moments de doute, il y en a d’autres, évidemment, où on a l’instinct d’être sur la bonne route, et sans lesquels on n’accomplirait rien — mais par sens commun. Vous ajoutez au contenu du livre, il n’est pas tout ce qu’il devrait être. Le prochain vaudra mieux. » Quelques années plus tard, elle se verra encore « lisant [l’article de Dantin] au coin d’une rue, sous la pluie, avec une sorte d’enchantement et d’étonnement mêlés ». Elle lui rappellera alors, « avec mélancolie », qu’il fut « un des rares à comprendre » son ouvrage. « C’était vous, lui écrit-elle le 7 janvier 1924, qui le premier aviez dit du bien de moi, avec quelle délicatesse, peut-être quelque mal, car rien n’est plus irritant que les coups d’encensoir démesurés dont on est prodigue en ce pays — et il y avait dans votre article une sympathie, une sincérité et surtout une compréhension étonnantes. » Dans une lettre du 1er janvier 1926, Dantin confiait à Olivar Asselin avoir trouvé Marie Le Franc « prestigieuse » et être « aussi fier de l’avoir lancée (au moins chez nous), que d’avoir découvert Émile Nelligan et Beauregard ». Il ajoutait : « C’est Proust ou Giraudoux pour la finesse de l’analyse, mais avec combien plus de légèreté et de grâce ! Elle est en train, d’ailleurs, de se faire un renom en France, et place son écriture partout où elle veut... »

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540