Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Troisième partie. Criminologie et régulation sociale

22. Violence au hockey : une règle du jeu ?

Jean Poupart

Abstract

Depuis près de quarante ans, la question de la « violence au hockey » ne cesse de ressurgir selon un scénario toujours à peu près identique. Un joueur en assaille un autre de façon jugée particulièrement « vicieuse et dangereuse », l’événement est très médiatisé et suscite une forte réprobation sociale. Et voilà ranimé le débat sur les « causes » de la violence et sur la nécessité de réguler ce sport, que ce soit sous la forme d’une intervention politique auprès des ligues ou d’une judiciarisation de ces comportements.

Testo integrale

1Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la question de la violence dans le hockey ainsi que celle de la pertinence d’y apporter une réponse de type judiciaire, qu’elle soit civile ou criminelle, ne sont pas nouvelles. Dans « Smitting to Spitting : 80 Years on Ice-Hockey in Canadian Courts », Watson et MacLellan (1986) rapportent que les premières poursuites judiciaires à l’égard de joueurs de hockey remontent au début du XXe siècle. À première vue cependant, il semble que l’attention portée à ces questions soit devenue plus marquée dans les années 1970, comme en témoignent l’augmentation du nombre de poursuites devant les tribunaux et, parallèlement, la mise sur pied de trois comités d’étude sur « la violence dans le hockey », le premier en Alberta (Rapport Downey, 1973), le second en Ontario (Rapport McMurtry, 1974) et le troisième au Québec (Rapport Néron, 1977). Deux autres comités seront également mis en place dans les années 2000, l’un en Colombie-Britannique (Rapport Pascall, 2000) et l’autre au Québec (Rapport de la commission de l’Aménagement du territoire, 2001). Les années 2000 seront aussi marquées par une série d’événements impliquant notamment des joueurs de hockey professionnels et de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Tous ces cas on fait l’objet d’une large couverture médiatique et entraîné des poursuites judiciaires au criminel.

2La question de la violence dans le sport de même que celle de la nécessité ou non d’intervenir pour en interdire, voire en prévenir ses manifestations, proposent une fenêtre intéressante pour aborder plusieurs interrogations qui touchent au cœur de la criminologie. Que faut-il entendre par violence ? À quel moment la limite du tolérable est-elle franchie ? En quoi les sensibilités contemporaines à l’égard de la violence influencent-elles les controverses liées à la violence dans le sport ? Comment les différents systèmes normatifs interviennent-ils dans la lecture de ce qui est ou non violent ? Comment comprendre que certains acteurs, en l’occurrence des sportifs, participent à des activités qui, en d’autres lieux, seraient qualifiées de violentes ? Comment rendre compte qu’à certaines périodes ces activités sont perçues comme un problème social ? Quels sont les différents mécanismes de régulation auxquels on a fait appel, incluant l’usage des tribunaux ?

3Telles sont quelques-unes des interrogations abordées ici en prenant l’exemple du hockey, sport autour duquel se sont cristallisées au Québec les controverses sur la question de la violence sportive. Pour commencer, je reviendrai sur une étude conduite, au milieu des années 1970, à partir d’entrevues en profondeur auprès de joueurs et d’entraîneurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), ligue dans laquelle se faisait – et se fait toujours – le recrutement de joueurs de hockey professionnels (Poupart, 1979). J’aborderai ensuite les controverses qui ont accompagné la mise en place des différents comités d’étude portant sur la violence dans le hockey au Canada ainsi que celles qu’ont engendrées divers incidents impliquant des joueurs de hockey semi-professionnels et professionnels trouvés coupables de voies de fait, en particulier dans les années 2000. Enfin, j’analyserai le genre de traitement judiciaire réservé à ces cas.

les composantes organisationnelles et professionnelles de la « violence au hockey »

4Cette étude, inspirée de la sociologie interactionniste, visait à comprendre les conditions et les processus amenant des jeunes à chercher à faire carrière dans le hockey professionnel et à faire d’une pratique sportive, exercée sur un mode de loisir, un métier. Elle m’a mené rapidement à m’intéresser aux relations entre la construction d’une carrière de joueur de hockey, le sens que donnent les joueurs à celle-ci et le fonctionnement des ligues amateurs et professionnelles. D’emblée, la violence s’est avérée une composante importante de la pratique du hockey.

5À cet égard, il faut rappeler que, dans les années 1970, la LHJMQ cherchait à devenir, à l’image du modèle du hockey professionnel, une entreprise du spectacle, adoptant le mode d’organisation et de pratique du hockey mis de l’avant par les équipes professionnelles et mettant l’accent sur des considérations de performance et de rentabilité. Selon les entraîneurs, pour « faire des profits » ou, à tout le moins, pour « boucler son budget » et assurer la survie d’une équipe, il était impératif pour les organisations de réussir à présenter une « équipe gagnante ». Pour produire une telle équipe, les organisations étaient convaincues de l’importance d’être capable de faire face sur la patinoire à « l’intimidation », voire d’en faire usage. D’où le recours à des tactiques consistant par exemple à frapper ou à menacer l’adversaire, ou encore à envoyer un joueur se battre pour freiner l’élan de l’équipe adverse, voire « changer une défaite en victoire ». L’accent était mis sur le recrutement de joueurs capables « d’intimider », de « jeter les gants » ou de « défendre les coéquipiers ». Les organisations étaient persuadées que l’intimidation et les batailles attiraient les spectateurs et que le « style de jeu rude » était recherché par les équipes professionnelles. Or, le repêchage de l’un de leurs joueurs par une équipe professionnelle leur permettait de recevoir en retour un certain montant d’argent en même temps qu’il leur offrait un exemple à faire valoir auprès des joueurs pour les inciter à mieux performer.

6Largement en désaccord, comme la majorité des entraîneurs, avec un style de jeu faisant appel à l’intimidation et encourageant les mauvais coups, les joueurs considéraient néanmoins que la « violence » faisait partie intégrante de la pratique du hockey dans la LHJMQ et dans les ligues professionnelles. Ils devaient s’en accommoder s’ils désiraient évoluer dans ces ligues et faire carrière dans le hockey. De là l’importance qu’ils accordaient à « savoir se battre », à « réagir aux provocations des autres » et à « se faire respecter », c’est-à-dire à convaincre autrui qu’on ne saurait les attaquer sans qu’il y ait une riposte. Selon les joueurs, savoir se faire respecter leur permettait d’éviter les « coups salauds » et l’intimidation, de conforter leur réputation et de préserver l’image qu’ils se faisaient d’eux-mêmes. À l’inverse, en ne se faisant pas respecter, les joueurs couraient le risque de passer pour des « peureux » et d’être amenés à « perdre leurs moyens », à « jouer nerveusement » et à « manquer d’assurance », mettant ainsi en péril leur performance et leurs chances de devenir joueur professionnel.

7Les joueurs ont également décrit les stratégies leur permettant de composer avec les situations impliquant des batailles ou de l’intimidation, stratégies qui variaient selon les contextes et le statut des joueurs. Ces façons de faire sont apprises collectivement au contact des entraîneurs et d’autres joueurs et donnent lieu à un certain nombre de règles plus ou moins implicites négociées en cours d’action, règles à mettre en rapport avec les conditions de la pratique et les exigences des organisations.

8La question est de savoir si la situation qui avait cours dans les années 1970 demeure inchangée. Un point de vue souvent débattu est que la pratique du hockey semi-professionnel et professionnel serait aujourd’hui moins brutale que par le passé. Pour les uns, il y aurait eu un réel assainissement de cette pratique, malgré la survenue d’événements avec coups et blessures. Pour les autres toutefois, ces événements refléteraient bien la persistance de la violence au sein du hockey et la perpétuation d’une conception et d’une pratique du jeu qui en encourage les manifestations.

entre rudesse et violence : quarante ans de controverses

9Comme plusieurs autres chercheurs, Spector et Kitsuse (1977) se penchent sur la création d’un problème social, c’est-à-dire sur la façon dont une question est graduellement définie comme problématique et sur les luttes entre les différents groupes impliqués pour imposer leur vision de la réalité. Différentes conceptions de la normativité et des intérêts divergents se trouvent engagées dans ces controverses. C’est précisément ce qui se passe depuis environ quarante ans dans le hockey avec la question de la violence. En simplifiant, on peut dire que deux groupes aux frontières fluides s’affrontent, l’un réunissant des représentants du sport amateur et du gouvernement, certains journalistes et une partie de « l’opinion publique » qui jugent la rudesse et la violence dans le hockey inacceptables et l’autre rassemblant des représentants des ligues semi-professionnelles ou professionnelles auxquelles s’ajoutent les journalistes et partisans qui avancent que la rudesse fait partie du jeu et considèrent la véritable violence comme relativement exceptionnelle. Notons que les médias contribuent assurément d’une manière significative à ce débat, non seulement parce qu’ils jouent un rôle central dans la visibilité des événements, mais également parce que les journalistes alimentent les controverses.

10Les comités d’étude mis sur pied depuis les années 1970, de même que les discussions auxquelles ont donné lieu un certain nombre d’incidents impliquant des joueurs de hockey permettent d’illustrer la nature des arguments invoqués de part et d’autre.

111. Les controverses portent en premier lieu sur la définition de ce qui constitue ou non de la violence au hockey de même que sur son étendue. Les comités soutiendront que les batailles et les coups vicieux doivent être considérés comme de la violence, qu’ils soient ou non permis par la réglementation. Cette violence serait inhérente au fonctionnement des ligues semi-professionnelles et professionnelles. Les événements tragiques qui surviennent à intervalles réguliers n’en seraient qu’une manifestation particulièrement flagrante.

12En se basant sur les témoignages recueillis lors d’audiences publiques, en se fondant aussi sur l’expertise scientifique et sur celle de spécialistes de l’activité physique, ces comités accuseront les ligues professionnelles de protéger leurs intérêts en camouflant et en minimisant la situation. Dans les années 2000, on leur reprochera leur laxisme et leur immobilisme à l’égard d’une situation qui perdure. Pour les comités, cette violence est intolérable. Elle va à l’encontre de ce qui est admis socialement, voire dans certains cas, de ce qui est permis par le Code criminel. Elle est inacceptable en particulier dans les ligues amateurs parce qu’elle est contraire à l’esprit sportif et aux valeurs qui devraient être préconisées par le sport. Elle affecte la sécurité des jeunes en raison des risques de blessures et serait l’un des facteurs responsables d’un déclin chez les jeunes de la pratique de ce sport.

13Pour les dirigeants des ligues semi-professionnelles et professionnelles, il est exagéré de parler de violence au hockey dans la mesure où la rudesse et les bagarres font partie du jeu. Les bagarres sont de l’ordre de la responsabilité individuelle, c’est-à-dire imputables d’abord et avant tout aux joueurs. Cette thèse de la responsabilité individuelle est continuellement invoquée par la suite. Les ligues soutiendront que si certains comportements dépassent les bornes, ceux-ci sont relativement rares et relèvent de « quelques joueurs qui perdent la tête dans le feu de l’action ».

142. Les controverses touchent aussi les causes de la violence et les différents niveaux de responsabilité. Pour les comités, ces causes sont multiples et ne se limitent pas au rôle des ligues professionnelles. De nombreux acteurs y participent : les joueurs, par leur manque d’esprit sportif ; les entraîneurs, parce qu’ils incitent les joueurs à faire usage de la violence et sont trop axés sur la performance ; les arbitres, parce qu’ils n’arrivent pas à bien faire respecter les règlements ; les parents trop exigeants, dont certains ont des ambitions de carrière pour leurs enfants ; les spectateurs, trop friands de violence et de sensations fortes ; les médias et les journalistes, souvent complices des Ligues et peu enclins à dénoncer la violence ; les autorités gouvernementales et judiciaires, pour leur laisser-faire.

153. Enfin, les controverses ont pour objet les types de mesures à adopter pour enrayer la violence ainsi que les modes de régulations à instaurer. Pour ce qui est des ligues amateurs, les mesures préconisées seront surtout de type éducatif et préventif : hausse du financement du gouvernement pour la formation des entraîneurs et des arbitres ; mise en place d’un code et de contrats d’éthique impliquant joueurs, parents et entraîneurs ; encouragement de pratiques alternatives axées davantage sur le « fair play » et le plaisir ; réglementation plus sévère et mieux appliquée ; constitution d’organismes indépendants comme une Régie des sports au Québec (Rapport Néron, 1977) et d’organismes chargés de réguler le fonctionnement notamment des ligues ; plus grande indépendance des ligues et des associations amateurs par rapport à l’emprise des ligues professionnelles et du style de jeu qui y est pratiqué, par exemple en supprimant la mise en échec pour les joueurs plus jeunes et en favorisant le développement du hockey scolaire vu comme offrant de meilleures garanties d’avenir professionnel.

16En pratique, les fédérations de hockey amateur s’avèreront impuissantes à intervenir auprès de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. La Ligue nationale de hockey essuiera de nombreuses critiques au fil des ans, mais ne fera pas l’objet d’une intervention directe. C’est en partie par le biais de pressions sociales, et surtout par la judiciarisation d’un certain nombre d’incidents que l’on tentera une forme de régulation.

17Dans les années 2000, deux joueurs de hockey professionnel, Martin McSorley, en 2000, et Todd Bertuzzi, en 2004, sont accusés de voies de fait, le premier pour avoir asséné un coup de bâton à la tête d’un autre joueur entraînant des blessures importantes, le second pour avoir frappé d’un coup de coude la tête d’un adversaire, mettant fin à la carrière de ce dernier. Les deux joueurs sont condamnés à des sentences de probation. Ces condamnations sont assorties d’une absolution inconditionnelle les exemptant d’un casier judiciaire. Devant la forte réprobation sociale, la LNH suspend les deux joueurs pour le reste de la saison et les séries éliminatoires, et les joueurs assumeront des pertes de salaire importantes.

18Trois autres incidents impliquant des joueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec surviennent au Québec en 2008, 2009 et 2010. Ces cas, eux aussi fortement médiatisés, font aussi l’objet de poursuites d’ordre criminel. Celui survenu en 2008 impliquait un gardien de but de la LHJMQ qui avait asséné de nombreux coups de poing à un joueur sans que ce dernier l’ait provoqué et réplique. L’entraîneur et le joueur sont suspendus pour cinq et sept matchs respectivement, sanction jugée insuffisante.

19Adoptant une approche conciliatoire, la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport intervient directement auprès de la LHJMQ. Un comité est mis sur pied par la Ligue, lequel en arrive à recommander une réglementation plus sévère, mais n’abolit pas les batailles. Les dirigeants de la Ligue prétendent faire montre désormais d’une « tolérance zéro » pour des gestes semblables à l’incident de 2008 et affirment posséder une structure disciplinaire suffisamment efficace pour décourager les comportements inacceptables. Comme preuve, la Ligue dira que les batailles ont diminué de moitié.

20Les cas évoqués illustrent bien la difficulté, voire l’incapacité des organisations à s’autoréguler.

le traitement judiciaire des cas de violence au hockey

21Watson et MacLellan (1986) notent qu’entre 1905 et 1982, il y a eu au Canada 66 poursuites judiciaires impliquant des joueurs de hockey, dont une dizaine dans les trois premières décades du XXe siècle. Seulement six d’entre elles sont des poursuites intentées au civil, ce qui s’expliquerait, selon les auteurs, par la réticence des victimes à porter plainte. Après une absence de poursuites entre les années 1930 et 1963, le nombre de cas amenés devant les tribunaux a augmenté de façon substantielle dans les années 1970 et notamment en 1976. Les auteurs expliquent cette soudaine hausse par une directive émise en 1975 par le procureur général de l’Ontario, Roy McMurtry, incitant la police et les avocats de la couronne « à porter plus d’accusations contre les joueurs de hockey professionnels présumés d’avoir commis des actes criminels sur la glace » (p. 13, notre traduction). Ces instructions devaient être suivies d’une autre directive, cette fois du ministre de la Justice fédéral, incitant les procureurs généraux des provinces à appliquer la loi en cas de violence au hockey. Au Québec, c’est également ce que préconisait le Rapport Néron en 1977.

22Quel genre de traitement les tribunaux ont-ils réservé aux cas des années 2000 que nous avons évoqués ? Certains éléments semblent ressortir du discours tenu par les juges.

231. Premièrement, selon eux, on ne devrait pas tolérer des comportements qui sont considérés ailleurs comme des délits justifiant l’intervention de la police et des tribunaux. Cet argument est central pour justifier l’intervention des tribunaux.

242. Les juges et les avocats de la couronne comme de la défense imputent une bonne partie du « problème » au fonctionnement des ligues, comme l’ont fait les différents comités d’étude. Cet argument est d’ailleurs utilisé par les avocats de la défense pour réclamer la clémence de la justice : en se battant, les joueurs ne font qu’obéir au code en vigueur dans le hockey.

253. Les juges arguent qu’indépendamment de l’existence ou non d’un code inhérent au hockey, aucun joueur ne doit se permettre de causer volontairement des blessures graves à un autre joueur en lui assénant, par exemple, un coup de bâton de hockey sur la tête ou en l’attaquant sournoisement par derrière. Si les joueurs acceptent un certain degré de risque en s’inscrivant dans des sports de contact, ils n’acceptent sûrement pas d’être délibérément blessés par les adversaires. Le code explicite ou implicite du hockey ne doit pas se substituer au Code criminel.

264. Dans leurs jugements, les juges veulent envoyer un message clair aux ligues et aux joueurs. De tels gestes ne peuvent être ni socialement, ni juridiquement tolérés. Ils insistent sur l’importance du caractère exemplaire du jugement rendu. Le verdict de culpabilité doit en lui-même témoigner de la gravité et de la nature criminelle des gestes reprochés. 5. Les juges font preuve de clémence dans les sentences infligées. Les joueurs de hockey professionnel reconnus coupables de voies de fait dans les années 2000 reçoivent une sentence de probation assortie d’une absolution inconditionnelle (sans casier judiciaire). Les joueurs de la LHJMQ impliqués dans des incidents en 2008 et 2009 se voient décerner quant à eux une absolution inconditionnelle, sans probation. De façon générale, les juges ont tenu compte du fait que les accusés ont reconnu leur culpabilité et les torts causés, ont vu leur réputation entachée et n’ont pas une nature véritablement « délinquante ». Est également considéré le fait que les joueurs évoluent dans un sport où la violence est malheureusement tolérée, voire encouragée.

***

27Watson et MacLellan (1986) ont fait remarquer à juste titre que la judiciarisation des cas de violence au hockey tout au long du siècle dernier n’a pas réussi à enrayer le phénomène, et pour cause. Cela équivaut à individualiser une question qui est d’abord et avant tout du ressort des ligues. Il apparaît douteux que la seule judiciarisation puisse diminuer les pratiques en cours et le nombre d’incidents susceptibles d’éclater. En réalité, bien que déplorées, les batailles dans le hockey sont relativement tolérées au jour le jour, voire banalisées. Ce n’est que lorsque survient un événement entraînant des blessures importantes que la violence est fortement dénoncée. Autrement dit, ce qui fait scandale à intervalles réguliers n’est pas en soi les conduites dites violentes, mais celles qui sont vues comme témoignant d’un excès de violence.

28En ce qui a trait aux mécanismes de régulation, ce n’est que tout récemment qu’une forte réprobation sociale et la crainte d’une intervention gouvernementale ont réussi un tant soit peu à faire modifier de façon plus tangible la réglementation concernant les batailles au sein de la LHJMQ. Du côté de la LNH, on peut penser que ce sont surtout des considérations économiques qui l’ont amenée à modifier partiellement certains règlements comme l’accrochage et les coups portés à la tête. En général toutefois, les ligues considèrent qu’il est de leur ressort de réguler les conduites dites violentes. Et de fait, elles en ont la possibilité, comme en témoigne la réglementation dans d’autres sports. Puisqu’elles en ont le pouvoir, la question reste de savoir pourquoi elles ne le font pas de façon plus substantielle.

Bibliografia

références

Commission de laménagement du territoire, La problématique de la violence dans le hockey mineur, Québec, Gouvernement du Québec, 2001.

Downey, L. W., Report of an Inquiry into the Rights of Individuals in Amateur Sports (Hockey), Edmonton, 1973.

McMurtry, W., Investigation and Inquiry into Violence in Amateur Hockey, rapport au ministre des Services sociaux et communautaires de l’Ontario, 1974.

Néron, G. E., Rapport final du comité d’étude sur la violence au hockey amateur au Québec, Québec, Haut-Commissariat à la jeunesse, aux loisirs et aux sports, 1977.

Pascall, B., Eliminating Violence in Hockey, Vancouver, Gouvernement de la Colombie-Britannique, 2000

Poupart, J., « La violence au hockey : une contingence de carrière, des impératifs organisationnels », Déviance et société, vol. 3, no 1, 1979, p. 47-67.

Spector, M. et J. I. Kitsuse, Constructing Social Problems, Menlo Park, Benjamin/Commings, 1977.

Watson, R. C. et J. C. MacLellan, « Smitting to spitting : 80 years on ice-hockey in Canadian courts », Canadian Journal of History of Sport, vol. 17, no 2, 1986, p. 10-27.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Versione a stampa

Decitre