Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Troisième partie. Criminologie et régulation sociale

21. Les opérations internationales de paix : vers une « police sans frontières » ?

Samuel Tanner

Résumé

Depuis la fin de la guerre froide, la fréquence et la variété des missions extérieures des services de police a fortement augmenté. Elles se caractérisent par la mise en place de réseaux de liaisons policiers internationaux, d’échanges de personnel, de programmes d’assistance technique ou encore de formation de policiers à l’étranger. Ces missions posent de réels défis, tant en matière de pratiques policières que pour la réflexion sur l’objet « police ». Ce chapitre se concentre sur la participation des polices canadiennes à des opérations internationales de paix sous l’égide des Nations unies, et spécifiquement sur le défi que constitue l’extension d’un éthos policier développé dans un contexte domestique, à l’espace « hors les frontières » de la consolidation de la paix dans des environnements post-conflit.

Texte intégral

1Les mesures de prévention et de lutte contre le terrorisme, le crime organisé, le trafic d’êtres humains ou encore la cybercriminalité nécessitent l’adoption de stratégies qui se déploient au-delà de la sphère domestique pour s’opérer dans l’espace transnational (Casey, 2010). De fait, depuis la fin de la guerre froide, une grande partie du travail policier se déterritorialise et s’exerce hors de l’espace souverain. On parle alors de police sans frontières. Ce chapitre aborde la participation de policiers dans le cadre d’opérations internationales de paix, généralement déployées sous l’égide des Nations unies dans des zones de sortie de guerre, ou dans les États faibles, c’est-à-dire où l’État est incapable de pourvoir aux services essentiels à la population, dont la sécurité. Ces contingents sont regroupés au sein de la Police des Nations unies (UNPOL).

2Ces déploiements remontent aux années 1960, avec la participation de petits effectifs policiers au Congo et à Chypre. Si les premières missions se limitaient au soutien, à la surveillance, au conseil, ou encore à la formation des polices locales, à partir des années 1990, elles se complexifient et intègrent des responsabilités exécutives. Parmi celles-ci, on relève notamment la responsabilité de la stabilisation d’une région, ou encore la restauration de la règle de droit à la suite d’un conflit armé. En mai 2010, plus de 13 000 policiers sont déployés dans 13 opérations internationales de paix. Cela représente une augmentation de 810 % par rapport aux 1600 policiers déployés à travers le monde en 1995.

3Ces missions s’accompagnent de défis et de bouleversements majeurs pour les services de police contributeurs. En particulier, comment les policiers négocient-ils l’exercice – dans un espace peu, voire pas familier – d’un éthos policier acquis et développé dans leur contexte domestique ? Cette réflexion ouvre des pistes intéressantes pour l’avancement des connaissances sur la police, mais aussi, et plus largement, pour l’amélioration des pratiques de gouvernance de la sécurité dans le contexte d’opérations de paix de l’ONU.

l’éthos policier à l’épreuve des opérations internationales de paix

4L’éthos policier se définit comme l’ensemble des valeurs, croyances et principes qui guident l’action et les pratiques de la police (Brodeur, 1998). Selon Janet Chan (1997) – qui utilise plutôt le concept d’habitus –, il comporte quatre dimensions :

  • une connaissance axiomatique, ou le mandat de la police, admis et par tous ;
  • une connaissance lexicale, ou ensemble de catégories mentales générées par les policiers dans la représentation qu’ils se font de leur métier, de leur mandat ;
  • une connaissance de mode d’emploi, qui exprime les valeurs au sein de la police – et leur nature normative –, autrement dit les « règles » à suivre pour évoluer sans problème au sein de l’organisation ; et
  • une connaissance de répertoire, qui renvoie aux méthodes opérationnelles routinières par lesquelles les policiers poursuivent leur mandat. La connaissance de répertoire est en grande partie informée par la connaissance lexicale.

5Selon une perspective comparative, envisageons chacune de ces dimensions à l’épreuve de la sphère domestique et de la sphère « hors les frontières ». Pour cela, nous nous baserons sur une série d’entrevues menées entre 2004 et 2006 auprès d’une vingtaine de policiers ayant participé à des opérations internationales de paix sous l’égide des Nations unies. Les participants proviennent des trois niveaux de la structure policière canadienne : fédérale, provinciale et municipale. Il est essentiellement question ici de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), principal théâtre de la contribution canadienne aux opérations internationales de paix.

la connaissance axiomatique : le mandat de la police

6Dans le contexte domestique, le mandat de la police est la lutte contre le crime. Il est admis et accepté par tous, y compris par les policiers eux-mêmes, que le rôle de la police est avant tout de préserver l’ordre social – par l’usage de la force si nécessaire – et ainsi de constituer un rempart contre toute menace de désorganisation sociale, ou chaos. Dans les faits, c’est une vision caricaturale et fort éloignée de la réalité policière. Si les attentes du public nourrissent ce mythe, il faut noter qu’une écrasante proportion du travail de la police ne consiste pas tant à arrêter des voleurs et à secourir la veuve et l’orphelin, qu’en des tâches administratives rébarbatives – la paperasse – et en patrouilles ennuyeuses. On peut donc distinguer un mandat normatif – la guerre contre le crime et la mythologie qui accompagne cette appréhension naïve du travail policier – et un mandat opérationnel, c’est-à-dire le « pain noir » administratif, qui occupe une grande partie du quotidien du policier. Ce déséquilibre, tel qu’il ressort des entrevues, est souvent source de frustrations pour les agents.

7Cette distinction – et la frustration qu’elle engendre – apparaît tout autant dans la sphère « hors les frontières » des opérations de paix. Dans le cas de la MINUSTAH, les UNPOL ont pour mandat de mettre sur pied une police locale répondant aux normes démocratiques. Cet objectif s’insère dans la tâche plus large du rétablissement et du maintien de l’ordre et de l’État de droit. Or, d’un point de vue opérationnel, les témoignages policiers soulignent le caractère irréaliste de ce mandat. Deux exemples illustrent cette affirmation. Le premier provient du témoignage d’un policier du service municipal. Fraîchement débarqué en Haïti, il a été affecté à la formation des policiers de Fort Liberté, dans le nord-est du pays. Une fois arrivé dans le petit village, il s’est rapidement rendu compte qu’il n’y avait pas de commissariat et, de fait, aucun policier. Après moult tentatives d’éclaircissement auprès de la hiérarchie de l’ONU – et autant de confirmations qu’il ne s’agissait pas d’une erreur –, le policier a rapidement compris que son mandat normatif ne pouvait réalistement pas s’opérationnaliser.

8Une seconde illustration du déséquilibre entre mandats normatif et opérationnel ressort de plusieurs témoignages policiers issus des trois niveaux d’organisations policières. Ils indiquent une carence de procédures d’opération standard relative au « recours ultime à la force ». Si, en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations unies, le mandat de la MINUSTAH autorise bien l’emploi de la force pour atteindre ses objectifs – incluant le droit pour le personnel de l’ONU de se défendre en cas d’attaque –, les policiers vivent une confusion manifeste quant aux règles opérationnelles définissant l’idée de « recours ultime », tout comme le type de force à employer et son intensité. Ce flou dissuade légitimement les policiers de faire usage de la force, y compris dans des situations critiques la justifiant, et où elle serait susceptible de contribuer à la restauration de l’ordre. Outre la frustration que ces situations provoquent chez les policiers, elles tendent également à répandre dans la population la perplexité, voire la méfiance, à l’égard des UNPOL.

la connaissance lexicale : les catégories de la police

9Un grand nombre d’interventions policières relèvent de situations imbriquées qui nécessitent une intervention rapide de la part des agents. Pour gérer cette complexité et cette urgence, les policiers sont dans l’obligation de faire des simplifications et d’agir en vertu d’unités signifiantes partagées par leur corps de métier. C’est le principe de la connaissance lexicale. Au fur et à mesure qu’ils accumulent de l’expérience, à la fois de leur métier et de l’environnement géographique et démographique au sein duquel ils évoluent, les policiers élaborent progressivement, et de façon routinière, des catégories qui leur permettent de cartographier ce qui les entoure et de le comprendre rapidement et aisément. Ce lexique établit le « normal » et l’« anormal », départage ce qui est habituel de ce qui est suspicieux, celui qui est à sa place de celui qui ne l’est pas et, ainsi, l’individu facilement gouvernable de celui qu’il faut « policer ».

10La connaissance lexicale et les catégories opérationnelles qui permettent à la police de tendre vers sa mission efficacement sont donc tributaires de la sphère, ou du champ, dans lequel le policier a été formé et socialisé à son métier. Corollairement, ces catégories ne valent que dans ce même champ et sont difficilement transposables. C’est du moins ce qui ressort de nombreux témoignages de policiers ayant participé à des opérations de paix. Si l’opérationnalisation du mandat de soutien ou de formation des polices locales n’est pas perçu comme problématique – dès lors que les ressources permettent de la mener à bien –, tel n’est pas le cas des responsabilités effectives de maintien de l’ordre, de lutte contre la criminalité et de la conduite d’enquêtes. En ce qui a trait à ces trois dimensions, dans l’environnement dans lequel agissent les UNPOL, l’attitude de la population locale est généralement suspicieuse à l’égard de la police, et ce, de façon bien plus marquée que dans la sphère domestique. Il arrive que les « peacekeepers » soient pris à partie par les populations qui, si elles ne sont pas systématiquement hostiles, affichent souvent une réelle méfiance. Dans ce contexte, et pour répondre aux situations d’urgence, il est non seulement vain, voire impossible, d’activer ou d’opérationnaliser la connaissance lexicale développée dans le champ domestique, mais il est aussi difficile de générer une cartographie de l’environnement – du moins dans les premiers mois de mission – et d’établir des repères et des constances permettant de guider et de mener l’action efficacement. Comment intervenir rapidement quand on ne sait pas se rendre sur les lieux d’une intervention ?

la connaissance de mode d’emploi : les valeurs de la police

11La connaissance de mode d’emploi des policiers se compose des valeurs – avec leur caractère normatif et contraignant – à suivre pour quiconque souhaite évoluer sans problème au sein de son organisation. Ces valeurs s’expriment par la volonté d’éviter les problèmes, une méfiance à l’égard de la hiérarchie, la solidarité, l’attachement à son corps de police. Elles permettent d’orienter et de guider l’action des policiers dans leur tâche et leurs pratiques. Il s’agit donc d’un code. Elles peuvent aussi s’entendre comme une orientation plus générale, notamment une philosophie ou un modèle privilégié de police qui imprègne l’ensemble de l’organisation. Dans le cas des policiers rencontrés, et dans la sphère domestique, cette philosophie est celle de la police communautaire. En particulier, les interviewés étaient mus par l’idée d’une police de service, proche du citoyen, et sensible aux préoccupations et aux besoins de la population.

12La solidarité, l’évitement des ennuis (notamment ceux qui accompagneraient le recours à la force mal réglementé dans la sphère opérationnelle) ou encore la valorisation de l’appartenance à un corps civil de police (par opposition à un éthos militaire, tel que celui des forces de gendarmerie) sont des valeurs qui ressortent particulièrement dans le cas de la participation des policiers à la MINUSTAH. Certains aspects des valeurs policières sont encore accentués, dont une très grande méfiance et un regard critique envers la hiérarchie onusienne. Bien que des témoignages recueillis plus récemment soient nettement plus nuancés, les policiers rencontrés ont en effet exprimé un manque de confiance patent envers l’organisation internationale, qualifiée parfois de « désorganisation des Nations unies ». Notamment dans le contexte de la MINUSTAH, les policiers ont confié ne pas s’être sentis systématiquement épaulés par cette hiérarchie et avoir rapidement compris que leur salut viendrait de leurs collègues, compatriotes ou étrangers.

13L’opérationnalisation des valeurs policières dans un cadre transnational ou multinational s’avère problématique à certains égards. Les contingents mêlent plusieurs éthos d’intervention, dont l’éthos militaire, incarné par les gendarmeries, et l’éthos policier. Outre les répercussions de cette cohabitation en matière de recours à la force – la police étant moins axée sur l’usage de la force –, cette coprésence s’avère parfois contreproductive dans la formation de la police locale. Si la police civile revendique plus généralement une philosophie « communautaire », la gendarmerie, elle, a davantage tendance à promouvoir un modèle « professionnel », ou celui d’une police de réaction. Celle-ci est régie selon des règles militaires strictes, qui tendent à voir émerger une police locale isolée d’une population dont elle doit pourtant gagner la confiance. Quant à la transposition dans le champ des opérations internationales de paix du modèle de la police communautaire – a priori le plus légitime quand il s’agit de rétablir une police démocratique – son opérationnalisation s’avère particulièrement problématique. En effet, les régions en sortie de guerre ou les États faibles ne présentent pas les conditions minimales pour en permettre l’application. Les témoignages policiers indiquent notamment la nature problématique de la notion de communauté. Par exemple, toutes les populations locales, au demeurant fragmentées, ne partagent pas les mêmes intérêts, ni les mêmes aspirations à accorder la responsabilité de leur sécurité aux UNPOL, dont la légitimité est parfois chancelante à leurs yeux. Le risque est alors grand pour les UNPOL d’être instrumentalisés par toutes sortes de lobbys, y compris par des groupes criminels qui, paradoxalement, assurent parfois une meilleure protection des communautés locales, bien qu’elle soit mise en œuvre au prix d’un racket systématique.

la connaissance de répertoire : les méthodes de la police

14La connaissance de répertoire guide le policier dans ses pratiques quotidiennes. Elle est tributaire d’une connaissance lexicale. Autrement dit, si le lexique cartographie l’environnement du policier en établissant le normal et l’anormal, l’habituel et l’exceptionnel, ce qui est à sa place et ce qui ne l’est pas, les méthodes policières consistent à cibler et à agir contre l’anormal, l’exceptionnel, ce qui n’est pas à sa place. Pour ce faire, le policier dispose pour les cas les plus récalcitrants d’un outil particulier, le recours à la force – ou la menace d’y avoir recours (Chan, 1997). L’appel à cette méthode ultime est fonction des catégories, ou grilles de lecture, que le policer élabore de la situation, ainsi que du pouvoir discrétionnaire dont il dispose et dont il se sert (Monjardet, 1996). Toute catégorisation d’une situation qualifiée d’anormale ne mène pas systématiquement à l’intervention du policier. Autrement dit, et comme l’affirme Manning (1978), la décision d’agir n’est pas tant basée sur une théorie abstraite de la police, ou en fonction de l’application by the book d’un règlement, mais plutôt sur l’expérience et le sens commun du policier, et elle se justifie par le contexte situationnel.

15Sans surprise, la négociation des méthodes de police dans le champ des opérations de paix rappelle le constat dressé relatif à la connaissance lexicale. La difficulté à cartographier ce nouvel environnement entraîne de facto une difficulté à établir des schèmes d’action et à cibler de manière décisive – dans le cadre de cet environnement déjà volatile – l’anormal, l’inhabituel ou l’exceptionnel (Goldsmith, 2009). Également, et abstraction faite du mandat d’instruction des policiers locaux – formés aux techniques domestiques des participants UNPOL –, les Casques bleus rapportent systématiquement un sentiment d’impuissance et la vanité, voire l’inutilité, d’une transposition des méthodes opérationnelles domestiques dans le champ opérationnel transnational. Ce dernier s’avère souvent trop risqué pour qu’on y mène des patrouilles ou des interventions policières classiques.

16Cela dit, il ne faudrait pas retenir pour autant de l’ensemble de cette démonstration que les UNPOL n’apportent qu’une contribution minime, ou que le déploiement d’un aussi grand nombre de policiers dans ces opérations ne soit qu’un artifice cosmétique de solidarité internationale. Si, en matière de maintien de l’ordre et de restauration d’un climat sécuritaire, la contribution des UNPOL est difficile à évaluer, le rôle qu’ils jouent dans la formation et dans la création de polices nationales démocratiques est fondamental et les résultats, tout à fait tangibles. Malgré tout, en matière de maintien de l’ordre, un fait inédit ressort des entrevues menées auprès des policiers. Bien que confrontés à un environnement déroutant qu’il leur est parfois difficile de comprendre, il apparaît cependant qu’un grand nombre de policiers posent des gestes et développent des pratiques innovantes qui tendent à prévenir les tensions et, dans certains cas, à participer à la désescalade de la violence. Ces pratiques sont d’autant plus remarquables qu’elles ne consistent pas, comme on l’a vu, en la simple – et inutile – transposition d’un registre domestique de pratiques dans la sphère transnationale, mais bien en la prise en compte, par les « peacekeepers », du nouveau champ et de la nouvelle situation dans lesquels ils évoluent.

17Par exemple, le participant mentionné plus haut, qui s’est trouvé assigné à former des policiers à Fort Liberté alors qu’il n’y avait pas même de poste de police, a malgré tout trouvé le moyen de participer, à sa manière, à la gouvernance de la sécurité locale. Il a convaincu peu à peu la population de défricher une zone et de la transformer en terrain de soccer et, progressivement, de constituer des équipes et des tournois. Une telle initiative a permis de recréer un tissu social et des liens interpersonnels, condition sine qua non d’un contrôle social informel. Un autre policier, cette fois du service provincial, a pris l’initiative de lever des fonds et d’organiser une journée portes ouvertes à l’académie de police de Port-au-Prince, durant laquelle la population locale, la Police nationale haïtienne ainsi que les UNPOL ont eu l’occasion de se présenter et d’échanger de manière formelle et informelle. Cette initiative a permis de tisser des liens et de jeter les bases pour reconstruire la confiance entre les différents partenaires locaux de la gouvernance de la sécurité.

18Si ces pratiques relèvent initialement du tâtonnement, elles tendent à se développer et à s’arrimer plus systématiquement à une analyse de la situation et de la réalité du champ dans lequel évoluent les policiers. C’est ainsi qu’ils parviennent à développer des stratégies qui, aussi modestes soient-elles, contribuent au maintien de l’ordre et aident à prévenir la violence.

***

19La négociation de l’espace hors les frontières de la participation policière aux opérations internationales de paix s’avère complexe et pose des défis qui ne peuvent s’appréhender par la simple transposition, pour les policiers, d’un éthos développé dans les confins de l’espace domestique. Cela ressort particulièrement dans la tentative d’application du modèle de police communautaire à un nouvel environnement qui ne présente pas les conditions nécessaires à son fonctionnement et à sa pérennité. Aussi, si l’on en juge par une simple (voire simpliste) application ou transcription des paradigmes classiques d’appréhension du travail de la police à la sphère transnationale, il apparaît que la participation policière dans les opérations de paix est un échec.

20Cela dit, rappelons que la majeure partie des connaissances dont nous disposons sur la police ont précisément été élaborées à partir du contexte domestique et que, de fait, l’espace transnational, ou hors les frontières, demeure largement impensé. Ce constat vaut autant pour le milieu policier que pour celui de la recherche, qui doivent désormais cartographier cet espace et développer une épistémologie qui leur soit propre. Une telle réflexion est nécessaire, au risque de demeurer cyniquement obnubilé par les problèmes auxquels sont confrontés les UNPOL sur le terrain des opérations, et d’en conclure illégitimement à une inefficacité patente des acteurs policiers. Cela aurait des conséquences catastrophiques en matière de politique de maintien de la paix et de mobilisation policière, pourtant essentielles à la gouvernance de la sécurité dans les zones de sortie de guerre ou d’États faibles.

21Au contraire, il semble beaucoup plus constructif d’insister sur l’innovation en matière de pratiques policières. On le voit, ces innovations, qui sont le plus souvent des stratégies élaborées à la pièce, concourent à la prévention de la violence et au maintien de l’ordre. Ce constat modeste permet de jeter les bases d’une réflexion quant à l’élaboration d’un paradigme nouveau pour penser la police sans frontières, et spécifiquement la participation policière aux opérations de paix. À partir d’une collecte et d’un effort de documentation de ces stratégies au cas par cas, un modèle de « police par le bas » ou d’« inversion hiérarchique » (Monjardet, 1996) pourrait être élaboré, basé sur l’expérience de terrain des policiers, et systématisé de manière à dégager des axes plus généraux qui caractérisent leur travail sur le terrain. Il s’agirait d’actualiser des connaissances établies, puisque ce modèle « par le bas » s’inspirerait, dans la perspective d’Herman Goldstein (1990), de la police de résolution de problème.

22D’un point de vue pratique, cette démarche créerait progressivement une connaissance lexicale, et donc de répertoire, de ces missions sans frontières, où les candidats se familiariseraient avec les situations vécues par d’autres, jetant les bases d’un éthos policier hors les frontières. Cette « mobilisation des connaissances » (Clark et Kelly, 2005) serait intégrée à la formation que reçoivent les UNPOL sur les théâtres d’opération. Incontestablement, des policiers mieux formés et plus au fait des particularités de ce nouveau métier participeraient largement à l’amélioration locale de la gouvernance de la sécurité.

Bibliographie

références

Brodeur, J. P., « Maintien et imposition de la paix en Somalie, partie 3 », Cultures & Conflits, vol. 28, 1998, p. 211-228.

Casey, J., Policing the World: The Practice of International and Transnational Policing, Durham, Carolina Academic Press, 2010.

Chan, J. B. L., Changing Police Culture. Policing in a Multicultural Society, Cambridge University Press, 1997.

Clark, G. et L. Kelly, New Directions for Knowledge Transfer and Knowledge Brokerage in Scotland, Édimbourg, Scottish Executive Social Research, 2005.

Goldmsith, A., « Its wasn’t like Normal Policing: Voices of Australian Police Peacekeepers in Operation Serene, Timor-Leste, 2006 », Policing and Society, vol. 19, no 2, 2009, p. 119-133.

Goldstein, H., Problem-Oriented Policing, New York, McGraw Hill, 1990.

Manning, P. K., « Rules, colleagues and situationally justified actions », dans Manning, P. K. et J. Van Maanen (dir.), Policing: A View From the Street, Santa Monica, Goodyear, 1978.

Monjardet, D., Ce que fait la police : sociologie de la force publique, Paris, Éditions de la Découverte, 1996.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre