Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Troisième partie. Criminologie et régulation sociale

20. Une criminologie au-delà de nos frontières ?

Mario Leclerc e Jennifer Letarte

Nota dell’editore

Entrevue réalisée par Jennifer Letarte

Testo integrale

1Vous avez un rôle bien particulier au SPVM. Quel est-il ?

2Depuis quelques années, plusieurs pays sollicitent notre expertise pour améliorer leurs services de police. Mon mandat est de les aider à analyser les dynamiques de la criminalité auxquelles ils font face et à mettre en place des stratégies de sécurité publique. De fait, nous sommes peu nombreux à faire ce travail au SPVM : moins de 10 personnes sur 7000 !

3Pouvez-vous donner quelques exemples de pays qui sollicitent votre aide, et de ce qu’ils en attendent ?

4Le Bénin a demandé notre soutien en matière de gestion des enquêtes, de l’évaluation du contrôle des foules et de l’identité judicaire ; le Rwanda nous a demandé d’élaborer des plans d’action pour leur police communautaire ; la Mongolie souhaitait qu’on lui prête main-forte pour trouver une meilleure organisation du maintien de l’ordre ; l’Irak a sollicité notre aide en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et tout ce qui tombe sous la coupe du crime organisé. L’Algérie, la Tunisie et le Maroc veulent ajuster leurs standards en matière policière avec ceux de l’Union européenne et ils ont demandé notre aide pour l’ensemble de leurs services de police. Il y a aussi Haïti, un pays avec lequel nous travaillons beaucoup depuis quelques années. En 2005-2006, nous avons collaboré à six grands projets de réforme de la Police nationale d’Haïti (la PNH). Nous avons donné 600 heures de cours à des cadres intermédiaires de la PNH. Nous avions pour mandat d’articuler ces projets de réforme, en même temps que nous assurions l’opération « Bonjour », une opération de répression, de prévention et de communication qui devait garantir le bon déroulement d’une des premières élections libres et démocratiques au pays. Ce fut un succès : il y a eu un taux de participation de 80 %, ce qui n’est pas banal dans ce pays où la dictature a longtemps eu le dessus sur la démocratie.

5Vous avez travaillé avec plusieurs pays dans le cadre de missions de paix, vous aviez donc créé des liens avec eux. Mais y a-t-il plus ? Pourquoi se tourne-t-on vers le Canada, et plus particulièrement vers le SPVM ?

6Pour plusieurs raisons. Premièrement, les corps de police canadiens ont une nette avance sur les autres pays en matière de formation. Le SPVM, par exemple, a un haut taux de diplômés, que ce soit au baccalauréat, à la maîtrise ou au doctorat. Plusieurs agents ont aussi suivi des cours à la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal ou encore ont obtenu un baccalauréat en criminologie. D’ailleurs, nous avons eu plusieurs demandes de pays francophones pour une formation à l’École de criminologie. L’équivalent du baccalauréat en sécurité et études policières offert par l’École de criminologie n’existe qu’aux États-Unis (à l’Université du Michigan) et en Angleterre. La France n’a pas, elle, développé cette culture d’éducation universitaire dans le milieu policier.

7Un autre élément important qui peut expliquer pourquoi nous sommes si prisés pour ce type de collaboration est notre réputation : les Canadiens sont reconnus pour être ouverts sur le monde et sensibles aux différences culturelles. Nous allons davantage les aider et les soutenir quant au développement de leurs forces policières ou de leur sécurité publique, plutôt que leur imposer une vision et une manière de faire. Nous partageons notre expérience et nos réussites avec eux, sans leur imposer notre façon de faire.

8Le Service de police de la Ville de Montréal a aussi un avantage sur les autres corps policiers canadiens : la langue. Beaucoup de pays qui demandent notre aide font partie de la francophonie. C’est donc une autre raison pour laquelle nous sommes très prisés.

9Finalement, parce que notre service de police a développé des champs de compétences particuliers comme les renseignements criminels, les enquêtes, ou encore le maintien de l’ordre avec une approche contemporaine en matière de police communautaire. Cette approche mise sur des liens constants entre les forces de l’ordre et les citoyens, les organismes communautaires et les partenaires extérieurs. Ces liens nous permettent d’être alertes vigilants aux besoins et aux préoccupations de la population à propos de la criminalité actuelle ou émergente.

10Des criminologues font partie de votre équipe. En quoi leur collaboration et leurs connaissances vous sont-elles utiles ?

11Leur travail est très important. Dans ce type de projets internationaux, on doit être capable de faire de bonnes analyses de terrain et d’excellents diagnostics de sécurité intérieure. C’est primordial. Et la meilleure façon d’y arriver est de solliciter l’expertise des criminologues, de voir quelle est leur analyse de la situation.

12Prenons le cas de la victimisation des femmes et des enfants, un problème important dans beaucoup d’endroits du monde. En Haïti, par exemple, on a construit des camps temporaires pour loger les sinistrés du séisme qui a eu lieu en janvier 2010. Malheureusement, la sécurité y fait défaut et le viol des femmes est fréquent. Quelle est la meilleure approche pour agir sur cette situation ? Les études criminologiques nous montrent que, dans ce cas précis, la meilleure façon d’intervenir est de développer des approches axées sur la communauté. En effet, en Haïti, l’aspect communautaire de l’intervention policière est extrêmement important. Donc, si on agit dans ces camps comme des policiers traditionnels, c’est-à-dire en adoptant des mesures répressives sans consulter les citoyens, nous allons tout droit vers l’échec : soit la population de ces camps nous fuira, soit elle nous affrontera, ce qui génèrerait davantage de problèmes que de solutions ! Ce savoir criminologique nous a donc permis de proposer à la Police nationale d’Haïti la mise en place de comités communautaires de sécurité composés de citoyens. Cette approche communautaire a une valeur ajoutée incontournable pour ces camps temporaires. C’est donc en partie grâce au travail d’analyse des criminologues que nous pouvons adopter de telles approches.

13Les recherches criminologiques sont également importantes dans notre travail à un autre niveau : elles mettent en lumière des types de criminalité qui ont un impact très négatif sur les communautés et le sentiment de sécurité collectif, ici et ailleurs. Prenez les gangs de rue, par exemple. Suite à une analyse criminologique, nous avons opté pour une approche d’intervention en quatre axes : répression, prévention, communication et recherche. Cette approche découle directement des conclusions des criminologues, qui ont souligné l’importance d’agir de cette façon.

14Les travaux des criminologues nous renseignent finalement sur ce qui a été fait ailleurs, particulièrement sur les « success stories ». On voit ensuite comment on peut les importer ou les adapter à notre contexte. Là encore, ils font du bon boulot ! À preuve, au niveau stratégique, Montréal a une nette avance sur les villes canadiennes et américaines. Nous sommes toujours à l’affût des nouvelles stratégies les plus efficaces, celles qui sont proactives et novatrices. Ce qui, d’ailleurs, ne manque pas d’être remarqué : le Salvador souhaite que l’on participe à l’analyse d’une situation particulièrement chaude : le pays est aux prises avec un gang de rue, le MS13, une organisation extrêmement violente qui s’implante actuellement au Mexique, aux États-Unis et même à Vancouver.

15La gestion de crise fait également partie de votre travail.

16C’est une de mes spécialités ! Depuis les années 2000, le Québec a vécu plusieurs manifestations de grande ampleur. Il y a eu, entre autres, les manifestations contre les sommets économiques comme le G20 et le G8. Ce type de manifestations était nouveau sur le territoire québécois. C’est à ce moment que le SPVM a décidé de mettre sur pied une équipe de commandement qui a pour mandat de gérer ce genre de crises. J’ai été l’un des cinq commandants des opérations.

17Être « spécialiste en gestion de crise », qu’est-ce que cela implique exactement ?

18Il s’agit de voir comment on peut prévenir une crise potentielle ou gérer celle qui est en cours, toujours en fonction des réalités organisationnelles et des contraintes du terrain. On met en place des plans d’intervention et de simulation spécifiques qui permettent de prévoir la façon dont on gérera la crise. Comment, par exemple, réagirez-vous dans telle ou telle situation ? Comment votre collègue réagira-t-il ? De quelle façon une autre personne qui a des compétences particulières pourra-t-elle se joindre à l’équipe pour solutionner des problématiques spécifiques de la crise ? Et ainsi de suite.

19On met également en place des mesures de mitigation qui ont pour but d’amoindrir la crise, réelle ou potentielle. Qu’y a-t-il en place pour diminuer son impact ? Dans notre jargon, on parle d’une équation : les menaces multipliées par la vulnérabilité du lieu ou des gens divisées par la capacité d’agir égalent le risque résiduel. Prenez une menace qui est de 5 sur 5 (on sait, par exemple, qu’un groupe « x » se joindra à une manifestation) et multipliez-la par la vulnérabilité (liée, par exemple, à la conjoncture politique : si une manifestation est prévue devant le consulat américain, à Montréal, et que les États-Unis viennent d’envahir le Pakistan, alors la vulnérabilité est considérable). Que fait-on alors ? On peut augmenter notre capacité d’agir en déplaçant l’événement vers un autre endroit tout en préservant toujours le droit des citoyens à manifester. On agira donc constamment sur ces trois variables que sont la menace, la vulnérabilité et notre capacité d’agir, pour avoir au final un risque résiduel que nous considérons acceptable.

20Donc gérer une crise, c’est d’abord tenter de la prévenir (on dit d’ailleurs que la meilleure gestion de crise est celle qu’on aura évitée !), puis instaurer des mesures de mitigation et faire des simulations afin d’être capable de la gérer si elle survient. Or, la réussite repose sur trois éléments cruciaux : une bonne analyse de terrain, être capable de solliciter les gens et leur demander leur input en matière d’intervention, et mettre en place des mesures simples et réalistes dans l’environnement dans lequel on se trouve.

21Qu’est-ce qu’une crise, en somme ?

22Un séisme comme celui qui a frappé Haïti en est une, évidemment. Mais une crise, ce n’est pas seulement une catastrophe naturelle ou un écrasement d’avion ; il y a différentes crises et différents niveaux de crise. La crise du logement de 2003 à Montréal, par exemple, en était bien une : des gens étaient sans toit, littéralement. C’était « chaud », comme on dit. La crise locale pouvait se transformer en une crise sociale et politique, qui pouvait devenir violente. On doit être capable d’identifier les risques qui émergent de ces situations et les mesures de prévention à mettre en place pour éviter que la crise s’amplifie.

23Il faut donc toujours mettre une crise en perspective. Celle-ci doit être vue de façon beaucoup plus large que l’événement en tant que tel. Sans quoi, on risque de passer à côté d’indicateurs importants. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé en Haïti. Après le tremblement de terre, on a installé des camps pour loger les gens. Il y a actuellement 200 000 tentes dans ces camps. Or traditionnellement pour les Haïtiens, demeurer sur leur terre est très important, car s’ils l’abandonnent, ils risquent de la perdre. Plusieurs sinistrés refusent donc d’aller vivre dans ces camps. Mais on les déplace malgré tout, contre leur gré. Comment évitera-t-on qu’une crise importante émane de cette situation ? Comment éviter la confrontation entre la population et le gouvernement haïtien, qu’on sent déjà se préparer ? Une crise, c’est donc aussi une crise potentielle.

24En quoi la gestion de crise est-elle différente à l’étranger ?

25C’est différent, particulièrement dans les pays en voie de développement où il y a une nette prépondérance de la corruption, des dysfonctionnements sociaux et très peu de structures institutionnelles fonctionnelles. Là-bas, les crises potentielles se vivent au quotidien. C’est donc mon travail de les prévoir et de faire des plans d’action, en collaboration avec les gens du lieu et de comprendre les dynamiques sociopolitiques locales, qui peuvent être complètement différentes de chez nous. Par exemple, le 25 avril 2008, il y a eu une hausse du prix du riz en Haïti, qui a eu des conséquences majeures dans la vie des gens. Beaucoup d’Haïtiens n’allaient plus pouvoir se nourrir convenablement. Or, cette augmentation de prix était liée à la corruption, elle n’avait rien à voir avec le marché. La grogne qui a commencé dans les villes a eu l’effet d’une traînée de poudre sur toute l’île : en quelques heures seulement la tension sociale avait significativement augmenté, elle était palpable. Dans ce cas-ci, au lieu de mettre des gardes armés devant le site des Nations unies – ce qui n’aurait qu’empiré les choses –, nous avons rassemblé les différents acteurs sociaux et échangé ensemble pour trouver une solution, de concert avec la communauté internationale.

26En gestion de crise, on dit souvent qu’il ne faut pas « partir en peur », mais qu’il ne faut pas avoir peur de partir ! Il faut pouvoir capter les indicateurs qui laissent présager une crise et adresser adéquatement les problématiques. Et une des façons d’y parvenir est d’aller chercher les partenaires, que ce soit en criminologie ou dans d’autres domaines, qui nous permettront d’y voir plus clair. Ce partenariat est essentiel. Seuls, on n’arrive pas à grand-chose.

27Les étudiants à qui vous donnez une formation pratique ont-ils cette capacité de « sentir » une crise potentielle ou imminente ?

28Les étudiants à qui j’enseigne ont énormément de compétences en matière théorique. Ils sont très doués à ce niveau. Leur plus gros défi est d’arrimer la théorie à la pratique. Ils doivent absolument être capables de saisir les indicateurs de crise. Et ça, c’est le terrain qui le leur apprend le mieux. Je favorise les immersions en milieu de travail. Certains vont au Centre de coordination et de traitement de l’information (CCTI), d’autres vont à l’Oratoire Saint-Joseph, d’autres encore dans des compagnies privées, des écoles, etc. Ils ont comme mandat de faire une planification de gestion de crise dans l’environnement qu’ils ont choisi.

29Qu’il s’agisse d’une bâtisse, d’un périmètre, ou même d’un quartier au complet, ils doivent identifier les risques et les menaces, soit à partir d’éléments trouvés sur place comme des documents ou des plans, ou encore auprès de personnes-ressources. Ils vont observer la réalité des lieux, le profil démographique du quartier, etc.

30On interviendra différemment si on se trouve dans un endroit où il y a beaucoup de personnes âgées à mobilité réduite ou si on est à Blainville, dans un quartier résidentiel peuplé de jeunes familles. Plus on connaît le milieu dans lequel on évolue, mieux on saura mettre en place des outils et des façons de faire efficaces pour intervenir si une crise se prépare ou a lieu.

31À l’international, le plus grand défi de mon propre travail est aussi de bien saisir les réalités tangibles de l’endroit et d’être capable de travailler en fonction de celles-ci. C’est essentiel si on veut contribuer à quoi que ce soit. Je vous donne le contre-exemple parfait : au lendemain du séisme, les Américains sont arrivés à Port-au-Prince avec une proposition pour un système de 3,4 millions de dollars qu’ils voulaient installer à l’aéroport. Ce système devait avertir les pompiers et la police lorsqu’une catastrophe naturelle de ce genre se prépare. Théoriquement, c’était une bonne idée. Mais pratiquement, ça ne l’était pas du tout, et ce, pour une raison bien simple : la Police nationale d’Haïti n’a presque plus de voitures et il n’y a aucun camion de pompiers à Port-au-Prince ! Le défi, au niveau international, c’est donc de rester collé aux besoins du pays et de la population, en fonction de leurs structures à eux.

32J’imagine que vous êtes aussi confronté à une autre façon de définir un crime et à d’autres manières d’intervenir ?

33Oui, et c’est un autre défi très important ! Prenez le cas de l’Égypte, par exemple, où les choses se règlent en famille, comme le veut la tradition. N’allez pas mettre votre nez là-dedans de façon impromptue ! Si un crime est commis, on doit plutôt mettre des choses en place discrètement et localement, sans créer plus de problèmes au sein de la famille. Les acteurs sociaux et religieux des communautés joueront un rôle primordial, ils sont incontournables dans le cas de l’Égypte. Un autre exemple : en Algérie, le terrorisme est un fait qui date de plusieurs décennies, c’est une réalité avec laquelle ils vivent depuis très longtemps. Même chose pour l’Irak, l’Afghanistan et d’autres pays du Moyen-Orient. Ce sont des pays qui ont vu 1000, parfois 2000 ans de combats sur leur sol ! Nous n’avons pas leur expérience en la matière, et il faut le reconnaître et s’ajuster. Qui sommes-nous pour leur dire quoi faire ? Il faut adapter notre approche, sinon, nous ne leur serons d’aucune aide.

34On parle maintenant de crimes technologiques, dont certains peuvent avoir un réel impact sur la sécurité publique. Les avancées technologiques entraînent-elles des changements dans votre travail ?

35Notre travail a changé de nature. Tous les services de police et même l’armée mènent maintenant couramment des « enquêtes virtuelles », par exemple. Et, disons-le, nous sommes plutôt forts dans ce domaine ! Nous enquêtons virtuellement sur tous les groupes à risque de générer une crise ou qui font des pressions en ce sens. Nous avons mis en place des techniques particulières pour connaître le « degré de chaleur » ou l’imminence d’une crise.

36Les changements technologiques ont eu un profond impact au niveau international. Selon plusieurs experts, les Russes et les Chinois attaqueraient maintenant les systèmes informatiques de gouvernements étrangers. Comme beaucoup de choses fonctionnent de façon électronique, dont certains systèmes d’armements, il nous faut donc des mesures de protection informatiques qui soient sans faille. Et nous les avons. Les banques de données du SPVM subissent régulièrement des attaques, mais jusqu’à maintenant, nous avons toujours été capables de les bloquer. D’ailleurs, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie nous ont consulté dans ce domaine. Ils veulent savoir ce qu’on fait en matière de crime technologique.

37On en est rendu là, ce sont les nouvelles réalités des conflits internationaux. Et selon moi, nous aurons dans l’avenir moins besoin de « bottes » policières en sol étranger pour assurer la paix que de professionnels pour les aider en matière de sécurité publique avec tout ce que cela implique, technologie comprise. Les générations de jeunes qui sortent aujourd’hui du baccalauréat ou de la maîtrise en criminologie sont d’excellents candidats pour ce nouveau travail à l’international : ils ont grandi entourés de communautés culturelles différentes, particulièrement à Montréal. Ces jeunes sont ouverts sur le monde, ils aiment voyager et l’informatique ne leur fait pas peur.

38Le développement international des corps de police et de la sécurité publique est un nouveau créneau très intéressant pour le Canada, pour le Québec, et pour Montréal. La nouvelle génération en profitera. C’est pour cette raison que je suis content que l’École de criminologie ait développé un volet international. Deux nouveaux cours seront dispensés à l’hiver 2011 : le premier sur les formes transnationales de crime et le second sur la police et la sécurité transnationales. Ces cours sont une valeur ajoutée considérable pour les étudiants.

39Vous avez souligné le fait que vous êtes peu nombreux à faire votre travail. Est-ce une invitation à la relève et aux étudiants en criminologie ? Et surtout, ont-ils ce qu’il faut pour faire ce travail ?

40Certainement. Dans les cours que je donne, j’ai déjà identifié une bonne dizaine d’étudiants qui seraient excellents dans les pays où les droits humains sont bafoués et, entre autres, où les enfants et les femmes sont plus souvent victimisés. Il ne leur manquerait encore qu’une petite formation en gestion et en développement international. Pour le reste, ils ont déjà tout ce qu’il faut !

Autori

Inspecteur et cadre conseil au Bureau du directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Mario Leclerc est spécialiste de la gestion de crise et du partage d’expertise en matière de développement des forces policières et de stratégies de sécurité publique à l’étranger. Dans un cas comme dans l’autre, il affirme qu’il ne pourrait faire son travail sans l’apport crucial de l’analyse criminologique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Versione a stampa

Decitre