Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Troisième partie. Criminologie et régulation sociale

19. Privatisation de la police ou « publicisation » de l’industrie de la sécurité privée ?

Massimiliano Mulone

Résumé

Les études sur la sécurité privée ont maintes fois souligné la visibilité grandissante de cette industrie dans l’espace public. Ce phénomène s’inscrit dans un mouvement plus large de privatisation de la sécurité, constatable notamment dans l’accroissement conséquent de l’industrie au cours des dernières décennies. Or, ce processus de privatisation n’est pas seulement imputable à l’action du secteur privé. En effet, par ses activités de commercialisation, la police participe elle aussi du phénomène, mais ce fait intéresse plus rarement les chercheurs. Dans ce contexte, il y a lieu de se demander si c’est la sécurité privée qui ressemblerait de plus en plus à la police ou si c’est la police qui occuperait plus régulièrement le territoire traditionnellement dévolu à l’industrie. Il apparaît ainsi que la privatisation de la sécurité soit constituée de deux dynamiques convergentes qui brouillent encore les frontières entre secteurs privé et public, tout en exacerbant la compétition entre les deux.

Texte intégral

1L’intérêt que les criminologues portent à la sécurité s’est largement ravivé à la suite de ce que l’on a souvent désigné comme « l’avènement » de l’industrie de la sécurité privée, et qu’il faudrait plutôt appeler son nouvel essor. Car, si elle ne constitue pas un phénomène récent – que l’on songe aux traqueurs de voleurs britanniques dans le Londres du XVIIIe siècle ou aux rocambolesques aventures de la compagnie Pinkerton en Amérique du Nord dans la deuxième moitié du XIXe –, sa considérable amplification ces trois dernières décennies constitue bien une singularité sur laquelle il est nécessaire de se pencher, ce que de nombreux chercheurs se sont empressés de faire.

2Dans le foisonnement de la recherche, plusieurs interrogations persistantes sont apparues, dont celles entourant la question de la gouvernance, de la définition de l’objet ou encore des relations entre les secteurs public et privé. Ces réflexions s’arriment toutes à l’idée consensuelle que la sécurité s’est fortement privatisée. Toutefois, si cette privatisation sert aujourd’hui de point de départ à un véritable courant de recherche, elle est, de manière souvent implicite, réduite au seul accroissement de l’industrie de la sécurité privée, alors que ce phénomène recouvre une réalité plus complexe.

3Dans ce chapitre, nous nous proposons de déconstruire cette notion de privatisation de la sécurité, en montrant qu’elle n’est pas qu’une simple conséquence de l’accroissement du volume de l’industrie, mais qu’elle provient plutôt de la manière dont celle-ci se déploie tant sur le plan des territoires qu’elle occupe que dans sa façon de produire de la sécurité. Nous mettrons en évidence le fait que la privatisation de la sécurité est une résultante des activités du secteur privé autant que de celles du secteur public. Par ce travail, nous voudrions montrer la complexité qu’une simple appellation telle que « privatisation de la sécurité » recouvre. En effet, il paraît nécessaire de réfléchir à la forme et au sens de cette privatisation où entrent en jeu des phénomènes multiples – et parfois contradictoires.

du privé à la privatisation

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de s’interroger sur ce que l’on entend par privatisation de la sécurité. Travail qui implique de répondre à au moins deux questions : tout d’abord, qu’est-ce qui distingue le privé du public ? et ensuite, comment justifier l’usage du terme « privatisation » en lieu et place de « privé » ?

5Le terme « privé » s’entend traditionnellement de deux façons. Il peut signifier ce qui est personnel, propre à l’individu – que l’on nomme traditionnellement la sphère privée –, telle que la propriété privée ; il peut également être compris en tant que logique de profit – le secteur privé –, usage qui concorde avec celui généralement fait de la notion de sécurité privée. Celle-ci est donc comprise ici comme l’ensemble des acteurs qui produisent de la sécurité dans une perspective marchande.

6Cela étant dit, il reste à préciser que la traditionnelle dichotomie entre privé et public est aujourd’hui considérée comme largement caduque. En effet, la multiplication des acteurs de la sécurité dans nos sociétés contemporaines rend l’exercice de catégorisation excessivement difficile. Bon nombre d’acteurs producteurs de sécurité se situent à cheval entre les secteurs public et privé, ainsi qu’entre les sphères publique et privée. Ces acteurs hybrides, pour reprendre la terminologie de Johnston (1992), se définissent mal dans la distinction public-privé, en ce qu’ils sont plus ou moins privés, et plus ou moins publics. Jean-Paul Brodeur (2003), dans Les visages de la police, proposait ainsi de mettre de côté cette terminologie au profit des notions de « privatisation » et de « publicisation », qui possèdent l’avantage d’être des processus dynamiques et non de simples catégories, et permettent en cela de mieux comprendre un champ en perpétuel mouvement. Les divers acteurs qui constituent ce champ ne sont donc plus soit publics, soit privés, mais plus ou moins privatisés et plus ou moins « publicisés ». (L’usage particulier, proche du néologisme, qui est fait dans ce texte du terme publiciser doit être compris bien évidemment comme « se situer dans le secteur public » et non pas dans son sens usuel, soit le fait d’en faire la publicité.)

la « publicisation » de la sécurité privée

7Cette précision permet de reposer la question de la privatisation de la sécurité selon un double axe, la privatisation de la sécurité pouvant découler autant d’une publicisation de la sécurité privée – dans le sens d’une plus grande visibilité, d’une plus grande présence dans l’espace public – que d’une privatisation de la sécurité publique – c’est-à-dire une institution publique qui produit de la sécurité selon une logique de profit –, deux phénomènes qui n’ont pas reçu le même intérêt de la part des chercheurs et qui pourtant participent, du moins sur le plan qualitatif, autant l’un que l’autre à la privatisation de la sécurité.

8Commençons par nous intéresser à la manière dont l’industrie de la sécurité privée participe à cette privatisation. On l’a dit, l’industrie a connu un essor particulièrement important ces trente dernières années, ce qui lui a permis d’acquérir une visibilité toute neuve. Si cet accroissement est, bien sûr, en grande partie à l’origine du phénomène plus large de sa privatisation, la manière dont la sécurité s’est développée permet de mieux en comprendre la dynamique.

9La publicisation de la sécurité privée, ou, disons, la manière dont la sécurité privée tend à se rapprocher du domaine public, se fait essentiellement par le biais de deux phénomènes, soit l’imitation de la gestuelle policière et l’envahissement progressif de l’espace public.

10Le premier de ces mouvements consiste dans le fait que la sécurité privée emprunte largement au langage policier pour fonctionner. Hiérarchie de type militaire, uniformes, voitures balisées, utilisation de technologies semblables, les agences de sécurité privée imitent clairement, du moins sur le plan de l’apparence, la police. Rigakos (2002), dans une étude sur la firme torontoise Intelligarde, donne l’exemple d’une forme extrême – et somme toute encore assez rare – de mimétisme. La compagnie construit l’intégralité de son identité sur l’idée qu’elle constitue une véritable « parapolice » au service des individus désireux de protection. Elle utilise à des fins promotionnelles des photographies et des vidéos montrant ses employés effectuer des arrestations, patrouiller des quartiers « difficiles », participer à des interventions policières, etc. Ces emprunts, qui servent entre autres à gagner en légitimité, renforcent la crainte classique de l’émergence d’une police privée au service des plus nantis. Ils donnent l’impression – voire l’illusion dans certains cas – que la sécurité privée se rapproche des forces policières publiques. Et ce, d’autant plus que plusieurs études insistent sur le fait que le nombre d’agents de sécurité a dépassé les effectifs policiers dans plusieurs pays occidentaux, ce qui tend à renforcer l’idée que les « parapoliciers » pullulent. Cet effet de mimétisme est alors vu comme central dans les dynamiques de privatisation de la sécurité. Cette dernière se privatise parce qu’il existe de plus en plus d’individus vêtus comme des policiers, qui semblent se comporter comme tels, mais qui sont au service d’intérêts privés dans nos sociétés.

11Second élément de convergence, la présence grandissante de la sécurité privée dans l’espace public joue elle aussi un rôle primordial dans cette privatisation. Ce développement est dû à deux dynamiques. D’une part, il y a eu émergence des propriétés privées de masse – des propriétés privées ouvertes au public, et qui dépendent même du public pour leur survie. La multiplication des centres commerciaux, des parcs de loisirs, des centres culturels, est même vue par des chercheurs comme Clifford Shearing et Philip Stenning (1985) comme la raison principale de l’accroissement de l’industrie de la sécurité privée, puisque les propriétés privées de masse sont sécurisées par le secteur privé et non par la police. Parce que notre espace est de plus en plus constitué de ce type de propriétés, nous sommes plus régulièrement en contact avec la sécurité privée, ce qui donne à cette dernière une visibilité accrue.

12Parallèlement, de plus en plus d’espaces traditionnellement publics sont gérés par des entreprises privées, le plus souvent en sous-traitance. La sécurité des aéroports, des transports publics, des parcs publics, voire de certaines portions de rues, peut être gérée par des compagnies de sécurité, bien que ces lieux appartiennent au secteur public (autorités municipales, provinciales ou fédérales), ce qui donne aux compagnies privées une présence accrue dans l’espace public. Notre vie quotidienne est ainsi plus souvent qu’auparavant parsemée de rencontres avec la sécurité privée (Kempa et al., 2004).

13Ces éléments participent à la publicisation de la sécurité privée, car ils la rendent plus présente dans notre espace quotidien. À cela s’ajoute un mimétisme de sa part, qui contribue à affirmer la perception de l’émergence d’une police privée dans nos sociétés contemporaines. Mais cette publicisation n’est pas le seul élément constitutif de la privatisation de la sécurité.

la privatisation de la sécurité : le secteur public

14Dans les études sur la privatisation de la sécurité, force est de constater que l’emphase est mise sur l’industrie de la sécurité privée, alors que la police est le plus souvent laissée de côté. C’est le phénoménal essor de l’industrie de la sécurité privée qui a été perçu comme une innovation et qui a, par conséquent, attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, l’industrie de la sécurité privée a été souvent étudiée en vase clos, en tant qu’entité à part entière qui engloberait l’entièreté du marché de la sécurité. En d’autres termes, la recherche a largement occulté le rôle du secteur public dans cette privatisation.

15À l’instar de nombreux autres services publics, les organisations policières ont été affectées par le fort courant néolibéral qui a animé les politiques publiques des trente dernières années. La pression à l’efficacité et au rendement s’est intensifiée sur les services publics – police comprise –, rendant le fonctionnement de ces derniers plus proche de celui des entreprises, notamment du point de vue de la reddition des comptes : l’argent public se doit d’être « mieux » géré. Ce changement de rationalité politique, qui s’exprime notamment au sein du courant du Nouveau Management Public, loin de se limiter aux discours, a par ailleurs des conséquences concrètes sur les pratiques policières.

16Peut-être que l’une des formes les plus spectaculaires de cette logique de gestionnaire s’incarne dans le développement des commercialisations policières, c’est-à-dire la vente de services à des particuliers ou à des organisations par la police elle-même. Les activités d’emploi secondaire des officiers de police ne datent pas d’hier et elles ont eu tendance avec le temps à se centraliser pour être entièrement gérées par les organisations policières. Les commercialisations policières constituent toutefois une étape supplémentaire de raffinement des logiques de marchandisation telles qu’entreprises par la sécurité publique. Elles s’inscrivent dans le cadre d’une véritable offre de service où l’objectif n’est plus simplement de contrôler les emplois secondaires de son personnel, mais de penser la marchandisation des services policiers dans son ensemble, de la piloter par des stratégies de conquêtes de marché qui mettent parfois la police en concurrence directe avec certaines agences de sécurité privée. Je précise « certaines », car la police ne commercialise pas tout et, de fait, ne vend nullement son expertise en matière d’enquêtes, par exemple (la formation et la location de personnel pour patrouiller et faire de la gestion de foules constituent la majorité des ententes contractuelles existantes).

17Une courte étude de cas sur le département des affaires du Service de police de la Ville de Montréal – un département entièrement voué à ce type de services –, a permis de circonscrire l’offre à quelques éléments : services de formation, services de consultants, ou, tout simplement, location des services d’officiers de police et de cadets (Mulone, 2008). Ces activités de commercialisation s’inscrivent à l’intérieur du plan d’action de la police dans un objectif d’accroissement des capacités opérationnelles : d’une part, les revenus ainsi engendrés doivent être réinjectés dans l’organisation pour améliorer leur service ; d’autre part, certaines tâches commerciales – particulièrement celles qui peuvent se déployer dans une perspective relativement pérenne – permettent de créer de nouveaux postes, accroissant par la même occasion la taille du service de police sans que cela dépende directement du budget alloué par les autorités municipales. L’unité Métro, constituée de plus de 100 officiers de police dont les salaires sont payés par l’entremise d’un contrat avec la Société de Transports de Montréal, est à ce titre exemplaire.

18Sans nous attarder trop longuement, dans ce chapitre, sur une description et une analyse de ces services commercialisés, il convient de souligner qu’ils impliquent que la police participe activement au marché de la sécurité en y offrant ses propres produits et services. Dès lors, elle contribue elle aussi à la privatisation de la sécurité, et la convergence qui s’opère entre les secteurs privé et public n’est pas sans conséquence. C’est cette convergence qui qualifie la nature de la privatisation de la sécurité et non pas le simple accroissement de l’industrie de la sécurité privée.

un isomorphisme réciproque

19La privatisation de la sécurité prend donc une forme bicéphale, dans une dynamique d’interaction constante. D’une part, il existe une présence grandissante de l’industrie de la sécurité privée dans l’espace public et, d’autre part, la police publique a investi le marché de la sécurité, une partie de sa production de sécurité se faisant dès lors sous forme d’un bien de consommation. La mise à nu de cette convergence permet de mieux comprendre la force de la privatisation de la sécurité. Plus encore, elle permet d’en saisir quelques répercussions, notamment celles qui pèsent sur la police elle-même et celles qui jouent sur les relations entre les secteurs privé et public.

20En premier lieu, les activités de marchandisation des polices ne sont pas, comme nous l’avons vu plus haut, sans effet sur les organisations policières elles-mêmes. Ainsi, les ressources humaines qu’elles nécessitent pour leur fonctionnement peuvent se constituer au détriment de la sécurité publique de la population. Une tâche commerciale qui requiert la présence de 10 officiers de police empêche ces mêmes officiers d’effectuer les missions qui leur seraient normalement dévolues. Pour contrer cet effet pervers de la commercialisation, la police use de deux stratégies. Tout d’abord, elle s’efforcera de n’utiliser que du personnel volontaire, en heures supplémentaires. Ensuite, quand cette première option n’est pas praticable, parce qu’il manque de volontaires ou que l’assignation commerciale est trop importante pour ne s’appuyer que sur cette méthode, la police cherchera à créer de nouveaux postes. Cette seconde stratégie est particulièrement adéquate lorsque le contrat s’étend sur une certaine durée et que des possibilités de pérennisation existent, comme c’est le cas pour l’unité Métro. Elle se heurte toutefois à un écueil important en ce que la formation d’un officier de police est longue, ce qui signifie que les capacités de mobilisation rapide de personnel supplémentaire restent, somme toute, fort limitées.

21Mais, là encore, la police a trouvé une parade : la création de nouveaux agents publics de sécurité. Que ce soit les Community Support Officers en Grande-Bretagne ou les cadets de sécurité publique à Montréal, l’idée est d’instaurer une nouvelle catégorie d’employés au sein des forces de police qui se situent, en termes de pouvoirs et de déploiement, entre l’officier de police et l’agent de sécurité privée. Formés en quelques semaines, membres à part entière des forces de police quoique dotés de pouvoirs limités (celui d’émettre des amendes, de contrôler la circulation ou encore de confisquer de l’alcool à des personnes mineures), ces nouveaux acteurs répondent parfaitement à des assignations commerciales qui, la plupart du temps, ne requièrent pas l’ensemble des pouvoirs spéciaux de la police.

22Les commercialisations policières tendent donc à transformer la constitution de l’organisation, soit en redistribuant une partie de ses effectifs, soit en augmentant ceux-ci, transformation qui peut être source d’au moins trois problèmes.

231. Les commercialisations permettent à des quartiers, à des associations de résidents, à des arrondissements ou encore à des regroupements commerciaux d’augmenter la présence policière dans des zones géographiques précises. Même si certains diront que cela ne se fait pas au détriment du reste de la population – dans la mesure où ce sont de nouvelles ressources policières qui y sont affectées, ressources qui n’existeraient pas sans l’entente contractuelle –, cela tend indéniablement à amplifier les inégalités en matière de distribution de la sécurité.

242. Les commercialisations policières renforcent la dépendance de la police envers le marché. Bien qu’à nouveau il soit possible d’arguer que les personnes déployées sur des assignations commerciales le sont « en plus » du service policier normal et que leur disparition ne ferait que ramener ce service à sa dimension habituelle, la réalité est un peu plus complexe. Il est en effet difficile d’imaginer que la police ne profitera pas de ce supplément d’agents pour mener à bien sa mission de sécurité publique. Et si un contrat ne devait pas être renouvelé, le travail de la police souffrirait de cette perte, d’où une dépendance accrue à la santé du marché.

25Précisons immédiatement que ces deux premières difficultés ne sont pas encore effectives, car les activités commerciales restent, à l’heure actuelle, encore marginales au sein des forces de police, et ce, malgré leur accroissement.

263. Le troisième problème, en revanche, se pose immédiatement. Dupont (2007) a souligné que l’une des difficultés majeures dans l’établissement de partenariats entre sécurité privée et police se situe dans les divergences en matière de logique de production de la sécurité. Alors que la police poursuit une mission de sécurité publique, l’industrie suit une logique instrumentale qui ne vise en rien la sécurité de tous. Cette « collision de rationalités », pour reprendre les termes de l’auteur, se transpose au sein de l’organisation policière dès lors qu’il est question de commercialisation des services. En d’autres termes, les besoins et intérêts du client ne correspondent pas forcément aux besoins et intérêts de tous. Et la police va inévitablement devoir gérer chaque inéquation qui surgira entre ces deux besoins. La manière dont la police va réussir à résoudre cette tension entre ses rôles de service public et de fournisseur de services déterminera la réussite ou l’échec des activités de commercialisation.

27La seconde conséquence du développement des commercialisations policières se situe sur le terrain des relations entre police et sécurité privée. Brodeur (2003) a constaté que trois thèses ont été développées pour décrire les relations entre les deux secteurs : le parallélisme, la complémentarité et la compétition. Le parallélisme stipule que police et sécurité privée remplissent des fonctions similaires, mais, le champ de la sécurité étant suffisamment vaste, restent à distance l’une de l’autre ; le paradigme de la complémentarité argue que les deux secteurs possèdent des fonctions différentes qui se complètent, permettant la mise sur pied de partenariats fructueux ; enfin, la compétition considère non seulement que sécurité privée et police ont des rôles identiques, mais que ces derniers s’effectuent sur les mêmes lieux, ce qui exacerbe la compétition entre les deux.

28Brodeur souligne que les deux premières thèses ont été largement privilégiées par les chercheurs jusqu’à présent. Pourtant, au vu de ce qui vient d’être présenté, c’est bien le troisième paradigme, celui de la compétition, qui pourrait se renforcer. En effet, la police, en entrant dans le marché de la sécurité, se transforme en concurrent aux yeux de l’industrie. Cela est d’autant plus vrai que les nouveaux agents publics de la sécurité, nettement moins chers que les officiers de police, sont un argument de vente qui tend à rapprocher l’offre policière de celle du secteur privé, cette homogénéisation des produits étant bien évidemment un moteur de la compétition (Mulone, 2008).

29Il est ainsi intéressant de souligner que la crainte de l’émergence d’une police privée a non seulement occulté l’essor des commercialisations policières, mais que cette même émergence pourrait en partie être générée par le secteur public. De fait, il y a ici une convergence qui est à la source de la compétition. La privatisation de la sécurité se dessine sous la forme d’un isomorphisme réciproque : sécurité privée et police tendent chacune de plus en plus à se ressembler (du moins en ce qui concerne le travail de patrouille), ce qui risque indéniablement de jouer sur les rapports de force et la qualité des relations entre chacun.

***

30En réponse à notre question initiale, il convient dès lors d’affirmer que la privatisation de la sécurité se fait tant sous l’impulsion d’une présence accrue de la sécurité privée dans l’espace public – associée à un effort d’imitation patent – que par l’accroissement des commercialisations policières. Si ces phénomènes sont en interaction, le second a été nettement occulté dans la recherche. C’est pourtant en tenant compte de cette double dynamique que le champ de la sécurité peut et doit être compris.

Bibliographie

références

Brodeur, J.-P., Les visages de la police. Pratiques et perceptions, Les Presses de l’Université de Montréal, 2003.

Dupont, B., « La gouvernance de la sécurité », dans Cusson, M., B. Dupont et F. Lemieux (dir.), Traité de sécurité intérieure, Montréal, Hurtubise, 2007, p. 67-80.

Johnston, L., The Rebirth of Private Policing, New York, Routledge, 1992.

Kempa, M., P. Stenning et J. Wood, « Policing communal spaces: A reconfiguration of the ’mass private property’ hypothesis », British Journal of Criminology, vol. 44, no 4, 2004, p. 562-581.

Mulone, M., « Sécurité privée et gouvernance de la sécurité : Mais que fait la police ? », Revue Internationale de Criminologie et de Police Scientifique et Technique, vol. 61, no 4, 2008, p. 445-462.

Rigakos, G. S., The New Parapolice: Risk Markets and Commodified Social Control, University of Toronto Press, 2002.

Shearing, C. et P. Stenning, « From the Panopticon to Disneyworld: The Development of Discipline », dans Doob, A. N. et E. L. Greenspan (dir.), Perspectives in Criminal Law: Essays in Honour of John LL. J. Edwards, Aurora, Canadian Law Books, 1985, p. 335-348.

Auteur

Professeur de l’École de criminologie de l’Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre