Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Frère Marie-Victorin. Croquis Laurentiens1

Texte intégral

  • 1 « Croquis laurentiens par le Frère Marie-Victorin des Écoles Chrétiennes », La Revue moderne, vol. (...)
  • 2 Frère Marie-Victorin, Croquis laurentiens, Montréal, s. é., 1920, 304 p.

1Excursions de vacances en la ville historique de Longueuil et la ville neuve de Saint-Jérôme ; explorations sur de beaux lacs couronnant des sommets ombreux ou baignant de mélancoliques vallées : Belœil, les Trois-Saumons, Témiscamingue ; profils instantanés de la Baie Saint-Paul et de l’Île-aux-Coudres ; une poussée plus lointaine à travers les îles de la Madeleine et jusqu’aux côtes d’Anticosti : — c’est la substance de ce volume2, qu’on pourrait autrement définir : les impressions d’un religieux touriste en quête de délassement, de plantes rares, d’émotions élevées et de belles images.

  • 3 Le frère Marie-Victorin (Conrad Kirouac, 1855-1944), chercheur scientifique, professeur de botaniqu (...)

2La matière en est certes intéressante et sympathique : notre belle nature canadienne dans des recoins choisis et curieux ; nos bois, nos champs, nos montagnes, saisis sous des aspects typiques ; le golfe avec ses spectacles, aussi séparés et ignorés de nous que le serait un monde étranger. Puis, de bonnes et braves gens, répandues dans ces paysages, les animant de leur vie humble et de leur labeur, y reflétant les traits distincts de notre race avec des variantes localisées et personnelles. Il y avait là de quoi tenter un botaniste, un géologue, un moraliste et un poète, et le Frère Marie-Victorin3 est tout cela.

  • 4 Variante (La Revue moderne) : « infuse. “Le prè lisérant la forêt toute proche est, ce matin, d’un (...)

3La description, naturellement, domine dans ce carnet et y surabonde. Et l’auteur a des choses la vision nette et prompte qui les prend sur le vif, l’observation précise qui les détache et les détaille, le sens artiste qui les place dans leur plus saillant relief. Il a de plus une imagination très chaude qui, s’emparant des objets, les recrée presque, tant elle les colore et les illumine. Cela fait un mélange de réalisme et de broderie d’une grâce tout à fait à part. Il peut, dans une même phrase, nommer une fleur de son vilain nom scientifique et se livrer pour elle à des accès d’un lyrisme étourdissant ; il sait faire voltiger le détail exact et menu, le chiffre même, avec des ailes de colibri, découper avec des lames d’or ciselé des tranches de vie vulgaire. Par là il met un mouvement intense (j’allais dire endiablé !) dans la description, cette chose morte et froide. Il y met toute la vie bouillonnante des êtres et, de plus, une vie un peu artificielle, mais éclatante, qu’il leur infuse4.

  • 5 Lors de son premier voyage (1534), mais il prit probablement les îles de la Madeleine pour de la te (...)
  • 6 Note de l’auteur : « On a contesté l’exactitude de ce détail. Peut-être l’auteur a-t-il donné à un (...)
  • 7 De « vernousser » : tâtonner, fureter, mais aussi errer, aller de côté et d’autre sans but — dans l (...)
  • 8 Du bas-latin « torta » (xiiie s.), qui désigne une pâtisserie ronde fourr de poisson ou de viande, (...)

4Cette méthode, appliquée à chaque page, nous donne un Longueuil bien vivant, mais un peu magique à la façon des Mille et Une Nuits, un Saint-Bruno débordant d’une lumière paradisiaque, un Saint-Colomban dont les galets même frémissent et se dramatisent. N’en retenons pour le moment que le côté graphique, et disons que l’auteur rend à souhait la physionomie des lieux, le cachet distinct des scènes qu’il traduit, l’âme des populations qu’il traverse. C’est surtout dans son tableau des Îles-de-la-Madeleine que ces belles qualités se rencontrent. Nous avons ici une peinture exacte et vraiment évocatrice où revit la grande solitude de ces plages, leur décor de sable et de varech, leur paix monotone et profonde, leur immobilité depuis le jour où Jacques Cartier en décrivait la flore primitive5. Et avec quelle noblesse se dresse sur ces fonds gris la figure sympathique et grave des « Madelinots » ! Descendants des Acadiens que le « Grand Dérangement » dispersa, leur laissant pour toujours une empreinte résignée et triste ! Pêcheurs qui tirent tout de la mer, et vivent dans sa sujétion, presque son culte ! Âmes naïves ayant conservé toutes les traditions, toutes les croyances, dont la langue archaïque est celle de leurs aïeux bordelais ou malouins, dont les mœurs sont tranquilles, hospitalières, comme en des siècles très reculés ! L’auteur les a vraiment bien vus, et il les a aimés, ce qui explique comme il les fait vivre. Il les suit dans leurs barques et dans leurs masures, posant ici et là des portraits bien cambrés de paysans ou de marins, des crayons de sages et douces ménagères, même des silhouettes de jeunes filles qu’il estompe gentiment avec une sympathie discrète. L’une après l’autre les Îles passent sous nos yeux : le Hâvre-au-Ber, l’Étang-du-Nord, le Hâvre-aux-Maisons, la Grande et la Petite-Entrée, la Grosse-Île ; puis Brion, sentinelle avancée faisant face aux flots sans limites ; chacune exposant ses falaises, ses dunes, son barrage de filets et de doris, ses salines où sèche le poisson, ses quais où il s’entasse, son hameau aux pignons pointus et son église toujours ouverte et vierge de serrures, où les vases du culte « sont laissés à la garde solide du septième commandement de Dieu ». Et chacune dessine d’un trait nouveau, marque d’une touche significative, le caractère et les habitudes de ce peuple, ses rudes travaux coupés de longues bombances, la manière dont il s’habille, se nourrit, prie et s’amuse, dont il fait la pêche et l’amour. Saviez-vous que là-bas les piétons laissent au bord de la route, étalés sur une pierre ou suspendus à un rameau, les vêtements qui les gênent ou les paniers trop lourds, sûrs de les retrouver intacts le soir ou le lendemain ? Saviez-vous que chaque nouveau couple hérite du « tambour » de la maison paternelle, qu’ils détachent du logis-en-chef, roulent à l’autre bout de la prairie, et qui leur sert de nid nuptial jusqu’à ce que les années prospères leur aient permis le luxe d’une maison à eux ? « Les blessures des deux habitations sont vites pansées avec de la planche... et voilà comment s’opère la multiplication des logis, par fissiparité, comme chez les microbes6 ! » Et les pantagruéliques réjouissances de l’hiver, où le Madelinot, coupé de tout rapport avec la grand’terre, s’enferme chez lui comme dans un iglô, flâne et vornusse7 avec délices, et transmute en tortasseries8 toute sa pêche de l’année !

5Cette partie du livre est très attachante, parce qu’elle est vécue et vraie. Toujours d’ailleurs, il faut le dire, l’auteur vise à tracer des objets un contour exact et à saisir « l’esprit » des êtres en même temps que la physionomie du sol. Il nous suscite ainsi le panorama nuancé de la plaine montérégienne vue des hauteurs du Pain-de-Sucre ; il nous embourbe avec lui dans la glaise du Témiscamingue ; et que ce soient le vieillard têtu gardant son « magasin » parmi la ruine d’un village mort, le bon pionnier Maiakisis ou l’Anticostien Jean Déry, ses personnages sont toujours faits de chair et d’os.

  • 9 Variante (La Revue moderne) : « invisible !” Son enthousiasme en éveil s’échauffe à tout rayon, s’a (...)

6Une autre vie intime, fort captivante aussi, se manifeste dans ces pages : celle du Frère Marie-Victorin. Elles sont avant tout, en effet, le reflet de ses impressions ; l’écho des entretiens qu’il a eus avec la nature, le journal des « retraites » qu’elle lui a prêchées au cours de ces semaines errantes ; et l’auteur, à travers les paysages et les spectacles, y dessine continuellement la flore et la géographie de son âme. Âme jeune, vibrante de sympathie, étincelante d’enthousiasme, partie à la découverte du monde pour son compte personnel, portant ses idéals comme des pavois fourbis de neuf ; y rencontrant de fraîches surprises et des extases pareilles à celles de l’homme primitif ; s’y imprégnant de lumière et de beauté sous toutes ses formes ; s’efforçant d’ailleurs de n’y voir que ce qui s’harmonise avec un autre monde mystique dans lequel il vit. Fraternel à toute créature, ce voyageur s’agglutine aisément aux existences qu’il croise en route, et leur laisse en les quittant un peu de lui-même. Souvent il se fait des amis de ses compagnons de passage ; il s’unifie avec ses hôtes d’un jour, et, pour avoir partagé le pain rassis d’une pauvre femme, il s’éloigne « le cœur serré et les yeux dans l’eau ». Il a tout un chapitre, presque maternel, sur le petit Laurent, de l’Île-aux-Coudres, dont le pied s’est enflé d’une piqûre d’aiguille. Il s’intéresse au cheval Bob qui le mène. Mais il est tendre surtout aux plantes, et pour elles c’est de la passion qu’il éprouve, une double passion de savant et d’artiste. « Oh ! les merveilles de la flore littorale ! Les profanes ignoreront toujours le frisson de joie qu’éprouve un botaniste à s’agenouiller sur le sable gonflé d’eau, dans l’orbite des infimes constellations des limoselles blanches, à surprendre les gentianes, en tenue du matin, offrant dans leur petit hanap mauve des libations de rosée au soleil de neuf heures ! Et les oseilles marines amoureuses du sel ! Et les arroches avinées paresseusement étendues sur les galets ! Et les mandibules rouges des salicornes qui étreignent toujours dans l’air froid quelque insecte invisible9 ! »

7Tel se dépeint le Frère Marie-Victorin dans ces Croquis, qui sont ceux de sa chaude et brillante nature au moins autant que des régions laurentiennes. Et, en s’incarnant dans son œuvre, il n’a fait que suivre l’exemple des grands descriptifs modernes, surtout de ces deux maîtres du « voyage » subjectif et impressionniste : Chateaubriand et Pierre Loti.

8Comme eux il écrit bien, très bien. Sa langue est d’une plantureuse variété, d’une richesse princière et prodigue. Sa phrase roule, comme autant de pépites, le mot vif, le mot distingué, le mot pittoresque, le mot rare. Son invention verbale n’a de limites, semble-t-il, que celles de plusieurs dictionnaires et d’une douzaine de manuels techniques. L’argot savant lui est aussi familier que le serait, à nous, la prose de M. Jourdain, et c’est avec une nonchalance aisée qu’il signale sa rencontre avec des « énothères, ces hiboux des fleurs », qu’il a vu « monter du feutrage des camarines les torsades blanches des spiranthes », qu’il a marché « entre les corolles violettes des gesses maritimes et les grands épis de l’élyme des sables », ou contemplé « un peuple immense de zizanies et de scirpes ». Il ne lui en coûte rien d’expliquer un phénomène par la « disparition des inclusions dolomitiques ». Le jargon littéraire n’a pas pour lui plus de secrets. Il sait toutes les catégories de noms, d’adjectifs et d’adverbes destinées à produire certain effet à un certain point donné : ceux qui burinent, ceux qui bossent en relief, ceux qui dessinent au trait ou au pastel ; ceux qui éclatent comme des fusées et ceux qui luisent comme des bulbes dépolis ; ceux qui scintillent comme des pennes tropicales et ceux qui ont les teintes mates de l’aile des pluviers ; ceux qui sonnent comme des trompes, et ceux qui murmurent comme des flûtes assourdies ; les vocables précis, subtils, profonds, naïfs, vigoureux, tendres, expressifs ou suggestifs, il les sait tous, et il les enchâsse là où ils obtiendront leur maximum de valeur et de portée.

9Expert au métier littéraire, il n’en dédaigne même pas les trucs ; les plus fashionables, les plus « dernier cri » : la phrase sans verbe, qu’ouvre un « oh ! » claironnant, que clôt un point d’exclamation chargé d’effluves hypnotiques ; la fin de chapitre en finale de symphonie, où tous les cuivres donnent ensemble dans un fortissimo d’orage, ou agonisent, languides, en un dernier susurrement ; celle qui vous laisse sur une sensation aiguë, sur un mirage solennel ou tragique, — comme ceci, vous savez : « J’ai vu, en fermant les yeux, dans la nuit qui montait, un grand voilier désemparé, roulé par la tempête, qui se fouettait les flancs de ses voiles en loques... et sur le pont, dans les bras d’une femme terrifiée et frissonnante, un angelot aux cheveux d’or qui serrait sur son cœur un tout petit bateau d’enfant, et dormait ! » Ou comme ceci encore : « Ce sera la dernière image que j’emporterai de l’Étang-du-Nord : une vision de caravane, marchant dans un désert de sable sous la pâleur d’un ciel boréal, le long d’une mer déserte et bleue, criblée d’étincelles ! » D’autres trucs, ceux-ci beaucoup plus anciens ; la vénérable apostrophe des rhétoriques : « Courez en paix, écureuils roux, sur les gazons et sur les branches ! Libres perdrix, gavez-vous du pollen emmiellé des aulnes ! Abeilles besogneuses, frottez-vous les yeux pour chasser les derniers vestiges du sommeil de l’hiver ! » Quant aux « figures de mots », elles y sont toutes, elles se pressent, conduites par leur reine Métaphore ; elles font assaut de joliesse, de bravura, de virtuosité.

  • 10 Variante (La Revue moderne) : « ressemble fort peu ».
  • 11 Mémoires d’un fou et Novembre, que Flaubert écrivit entre dix-sept et vingt ans ; ces récits ne fur (...)

10Bref, il y a chez le F. Marie-Victorin beaucoup de style, et aussi pas mal de « littérature ». Il y a un art accompli, sous lequel le procédé ne se masque pas entièrement. C’est de la beauté, mais non la beauté simple et ingénue qui, comme la vérité, s’impose par elle-même. Et, à cette forme, ce n’est pas, certes, sa correction ou sa chaleur qu’on songerait à reprocher, mais peut-être son dessin trop habituellement orné, sa couleur trop uniformément éclatante, son romantisme à haute pression et à jet continu, la coquetterie de tenue et de toilette qui ne la quitte pas. M. de Buffon, paraît-il, ne touchait une plume qu’en jabot de dentelle et en manchettes : cela aidait à ses épithètes nobles et à ses périodes pompeuses. Le F. Marie-Victorin ressemble10 peu à M. de Buffon : je parie pourtant que, comme lui, il n’écrit jamais en manches de chemise. De là, dans son style très soigné, un certain manque de souplesse, de bonhomie, d’effacement personnel, de ce qu’en termes ascétiques on appellerait l’oubli de soi-même. J’ai nommé Pierre Loti à son sujet ; mais Loti, lui, n’use des mots que comme des signes directs créant des impressions et des images, jamais comme de parures ou de joujoux. Sa phrase est tout entière ramassée vers son but : elle ne nous arrête pas en route. On ne dit jamais : « Il est éloquent, il est fleuri », on voit tout de suite ce qu’il peint, on est saisi de ce qu’il exprime. Loti d’ailleurs a une âme populaire et enfantine, qui s’amuse du monde ou qui s’en afflige à la façon des marins naïfs de ses livres, sans y chercher de théories ou de leçons. Il ne choisit pas parmi les spectacles ; tous l’arrêtent, les vulgaires comme les sublimes ; même le chien préludant devant la borne aux rites traditionnels de sa race. Le trait grandiose, dans sa page, côtoie le détail baroque et burlesque. En somme, Loti est simple, ou il arrive à le paraître par un suprême raffinement d’art, et c’est la moitié de sa magie. Loti n’est solennel que lorsqu’il est infiniment triste, d’un genre de tristesse que le F. Marie-Victorin a le devoir d’ignorer. Pour trouver un pendant au style des Croquis, on songe plutôt à certaines œuvres de jeunesse de Flaubert11, publiées récemment par une revue française. Elles ont la même ardeur bouillonnante, le même sentiment débordé, la même diction exubérante et fastueuse. Flaubert suivait alors, en cherchant à les dépasser, les traces des derniers romantiques. S’il eût continué dans cette voie, nous n’eussions pas eu Salammbô.

  • 12 Variante (La Revue moderne) : « aussi mièvre, un ».

11Mais, plus même que le juvénile Flaubert, notre auteur s’abandonne parfois à des excès imposants, énormes. « Si j’avais, dit-il quelque part, vingt ans de plus ou vingt ans de moins, je ne reculerais pas devant l’homérique métaphore, et, une main sur la balustrade et l’autre tendue vers l’occident, je m’écrierais tout ému : “L’aurore aux doigts de rose” ! » Plût au ciel qu’il eût reculé devant d’autres images et d’autres gestes ! Mais il écrit : « Les petites vagues léchaient alertement les derniers croûtons de glace poussés sur le rivage, et qui, sur l’autel du printemps, sacrifiaient au soleil leurs âmes fugaces de cristal »... « Les sept ou huit maisonnettes groupées autour du phare rient à la lumière renaissante, d’un rire plein de chaux »... « Maintenant qu’ils sont à table, le bruit des fourchettes et des cuillers, venant à travers la porte grande ouverte, forme une symphonie naïve qui fait coucher le soleil »... « Un garçonnet en blanc, coiffé d’une de ces petites cloches de toile bleue que les enfants portent maintenant, comme la cocarde du ciel d’où ils descendent... » « Ne peut-il y avoir, à l’usage des êtres qui ne sont pas nous, un évangile inconnu et charmant, écrit avec une plume de rossignol sur des pétales de lis ? » Et il y a un chapitre entier où s’enguirlande une visite qu’il a faite à « sa mie Printemps » — « D’avoir vu ma mie Printemps, conclut-il, suis revenu du bois des fleurs plein les mains et de la jeunesse plein le cœur. » Eh bien, non ! rien ne me fera saluer « ma mie Printemps », pas même la jeunesse, à qui l’on passe presque tout. Comment un homme de la taille littéraire du F. Marie-Victorin peut laisser filtrer dans son œuvre un marivaudage aussi puéril, un sentimentalisme aussi12 fade, un tel mélange de miel et de soupe au lait, c’est pour moi la cruelle énigme.

12Ai-je donné l’impression que l’auteur des Croquis n’a pas un très grand talent, que son livre est ennuyeux ou médiocre ? J’espère bien que non, et c’est très loin de ma pensée. Je le crois au contraire un de nos scribes les mieux doués, un de nos plus raffinés stylistes. En le comparant à Flaubert, au début, j’ai dit assez la richesse et la variété de ses ressources. Mais il est bon de le soustraire au chœur d’admirations béates qui semble avoir accueilli son œuvre, et de dire franchement en quoi celle-ci reste au-dessous de l’art complet. Il a la faculté créatrice, le don et la science du langage : son seul tort est d’en abuser un peu. Il a besoin d’une conversion, celle même qui fit de Flaubert un maître : le renoncement aux vanités et aux pompes de la phrase ; un vœu sévère fait à la simplicité, à la vérité directe, à la pureté sobre, qui sont l’évangile même du beau. C’est lui vouloir du bien que lui prêcher cette perfection.

  • 13 Dans une lettre à Robert Choquette, du 26 juin 1920, Dantin évoque le « beau talent d’écrivain » de (...)

13Quand il l’aura atteinte, peut-être, au lieu de s’attarder dans la description, genre inférieur après tout, tenant en littérature le rang, ou à peu près, qu’occupe la vie végétale dans l’échelle des êtres, se tournera-t-il vers l’étude de l’humanité et des âmes13. Je me représente un roman sorti de sa plume, où il resterait moraliste et poète, où il porterait ses qualités d’intuition fine, d’observation exacte et de chaude sympathie, mais où les dilemmes sociaux et les problèmes intimes, le choc des appétits, les luttes tragiques de la conscience, remplaceraient la marine et le paysage. Nous avons vu le F. Marie-Victorin s’attaquant à la nature et lui arrachant ses calmes secrets : nous voudrions maintenant le voir aux prises avec la vie humaine.

Notes de fin

1 « Croquis laurentiens par le Frère Marie-Victorin des Écoles Chrétiennes », La Revue moderne, vol. 2, n° 4, 15 février 1921, p. 8-10 ; Gloses critiques, t. I, p. 7-20.

2 Frère Marie-Victorin, Croquis laurentiens, Montréal, s. é., 1920, 304 p.

3 Le frère Marie-Victorin (Conrad Kirouac, 1855-1944), chercheur scientifique, professeur de botanique à l’Université de Montréal et fondateur du Jardin botanique de Montréal, est l’auteur de traités de botanique, notamment Flore laurentienne (1935). Outre ses Croquis laurentiens, il a publié des Récits laurentiens (1919) et Chez les Madelinots (1921).

4 Variante (La Revue moderne) : « infuse. “Le prè lisérant la forêt toute proche est, ce matin, d’un vert glauque, retouché du rosé mat des grands trègles. L’on dirait un ciel renversé dans l’eau d’un étang et peuplé de constellations de marguerites ! Çà et là jaillissent en couronne les frondes plumeuses des fougères. Le pied dans l’eau, de petits saules agitent au souffle d’une brise perceptible pour eux seuls leurs feuilles encore teintées de la pourpre vernale du bergeron. Au fond du champ, les petites pyramides sombres des sapins, étagement de noirs et de verts sourds, s’épandent en tirailleurs devant les épinettes effilées comme des clochers. Tels des arbres de Noël portant à chaque branche une petite chandelle de cire pâle, les jeunes pins ont des pousses nouvelles et prolongent en vert gai la tristesse immobile de leurs bras gommeux. Avec les palmes rigides des cèdres et la fine chenille des mélèzes, tout cela s’ajoute, se superpose sur un fond frissonnant de haute futaie claire, merveilleusement.” Et si l’objet de la description est de peindre, ces lignes sont par elles-mêmes un paysage, mais combien transposé et féérisé, comme dans une toile de Claude Monet ! Pourvoir tant de choses dans cette pinière, il a fallu, d’abord, la regarder attentivement, ensuite, la transformer et lu refaire dans l’atelier intime du rêve. / / Cette ».

5 Lors de son premier voyage (1534), mais il prit probablement les îles de la Madeleine pour de la terre ferme. C’est au retour du deuxième voyage (1535-1536) qu’il en établit l’insularité. Voir Jacques Cartier, Relations, édition critique par Michel Bideaux, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1986, p. 106-109 et 183.

6 Note de l’auteur : « On a contesté l’exactitude de ce détail. Peut-être l’auteur a-t-il donné à un fait isolé l’apparence d’une coutume. »

7 De « vernousser » : tâtonner, fureter, mais aussi errer, aller de côté et d’autre sans but — dans le sens de « perdre son temps ».

8 Du bas-latin « torta » (xiiie s.), qui désigne une pâtisserie ronde fourr de poisson ou de viande, recouverte d’une croûte et cuite au four à pain dans une « tourtière ». Se dit aujourd’hui « tourte » (« tourtière », au Canada français).

9 Variante (La Revue moderne) : « invisible !” Son enthousiasme en éveil s’échauffe à tout rayon, s’accorde à toute résonnante. Les horizons que le soir empourpre, les brises douces, les rochers moussus, les vagues molles ou inquiètes, la mélancolie des phares lointains, le charme ancien des traditions et des coutumes, les voix dupasse murmurées par les vivants ou par les morts, l’exaltent tour à tour et le transportent. Et, à propos de tout, par un penchant mystique, il médite, il philosophise, trouvant dans la nature des symboles de la. vie supérieure de l’âme, des appuis aux croyances : bien différent, on le voit, du poète à qui l’aspect de la Grande-Ourse faisait éplucher ses prières du soir. “Pourquoi ne pas avouer que cette nappe limpide et nue, en me rappelant les lacs fangeux et fleuris où j’ai rêvé ailleurs, méfait songer aux bourbes morales et aux maux physiques qui, dans le monde, engendrent la divine fleur du dévouement ?” Et sans doute ces déductions sont souvent lointaines et ne s’imposent pas avec une clarté ; mais, explique-t-il, “chacun regarde la nature avec les yeux qu’il a, vibre devant les paysages avec l’âme qu’il s’est faite ou que lui ont faite ses atavismes et son éducation.” L’esprit scientifique, parfois, regimbe à cet ultra-mysticisme et le contraint de lui céder les légendes par trop épaisses, comme celle des sabots du diable imprimés sur le quartz du Rocher Panet : mais ce n’est pas sans regret ni même sans “honte” ; et on s’en tire par cette boutade : “Après tout, n’est-ce pas la science qui radote ? La poésie, comme la jeunesse, n’a-t-elle pas toujours raison ?” Toutes ces tendances se baignent dans un optimisme d’instinct, qui n’est que la circulation normale d’un sang vigoureux, la joie de vivre d’un tempérament sain et actif. L’auteur aime le monde tel qu’il est ; il lui semble juste, symétrique, harmonieux : les tares et les laideurs y servent à quelque sage dessein qu’il est oiseux d’approfondir : il les voit en passant sans interrompre son cantique. / / Tel ».

10 Variante (La Revue moderne) : « ressemble fort peu ».

11 Mémoires d’un fou et Novembre, que Flaubert écrivit entre dix-sept et vingt ans ; ces récits ne furent connus qu’entre 1909 et 1912, lors de la publication des Œuvres complètes (édition Conard).

12 Variante (La Revue moderne) : « aussi mièvre, un ».

13 Dans une lettre à Robert Choquette, du 26 juin 1920, Dantin évoque le « beau talent d’écrivain » de Marie-Victorin qui, malheureusement, dit-il, « ne se développera jamais, encabané qu’il sera toujours dans les limites mentales et morales où s’est enfermé l’auteur. C’est déjà difficile, presque impossible, à un prêtre de se faire une mentalité d’artiste, — qu’est-ce que ce doit être, hélas ! pour un Frère des Écoles Chrétiennes ?... En attendant, vous voyez que sa seule ressource est la description, ce compromis qui est à la littérature ce que la vie végétale est à la vie humaine, — et il s’y met avec une ferveur qui ressemble à du désespoir... J’ai toujours pitié, je vous assure, de ces pauvres âmes tiraillées par deux mysticismes contraires : — Ç’a tellement été mon propre cas !... »

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540