Version classiqueVersion mobile

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Deuxième partie. La criminologie comme profession

13. Peut-on aider davantage les victimes de crimes violents ?

Stéphane Guay

Résumé

Parmi les victimes d’actes criminels avec violence commis au Canada, le quart subit des blessures physiques, le tiers a de fortes réactions de stress post-traumatique et une plus forte proportion encore vit de la confusion, de la frustration ou de la colère. Or, seulement 9 % de l’ensemble de ces victimes ont recours à des organismes formels d’aide. Il y a donc lieu de se demander, comme société, si nous répondons bien aux besoins des victimes de crimes avec violence. Proches, intervenants psychosociaux, personnel médical et acteurs du système judiciaire peuvent tous à leur manière contribuer à atténuer la souffrance des victimes. Diminuer la stigmatisation, accélérer la recherche d’aide, favoriser le dévoilement, défendre les droits et encourager la dénonciation comptent parmi les moyens à employer afin de diminuer le fardeau émotionnel, social et économique associé à la gravité de cette victimisation.

Texte intégral

1Selon les résultats de la plus récente Enquête sociale générale (ESG, 2004), il y a plus de deux millions d’actes criminels avec violence commis par année au Canada. Il est plus difficile d’estimer avec précision le nombre de victimisations indirectes, mais il est probable qu’il soit nettement plus élevé puisque les membres de la famille, les amis et autres proches peuvent aussi être affectés par l’événement ou ses répercussions. Compte tenu du nombre important de personnes victimes d’un acte criminel violent, il y a lieu de se demander si nous venons suffisamment en aide à ces personnes. L’aide offerte à la suite d’incidents criminels peut provenir de différentes sources et répondre à des besoins distincts. Attardons-nous spécialement au cas des crimes avec violence, qui représentent près de 30 % des situations de victimisation criminelle au Canada. Les victimes d’un acte criminel avec violence regroupent les personnes qui ont été la cible d’une voie de fait, d’une agression sexuelle ou d’un vol qualifié, de même que les témoins de tels actes ou d’un meurtre. Le terme « victime » englobe les personnes directement et indirectement touchées par l’événement, ce qui inclut donc potentiellement les proches des victimes et les témoins de l’incident. Dans le présent chapitre, il est surtout question des victimes directes.

les répercussions psychologiques et sociales

2Il apparaît que plus de 75 % des victimes d’incidents avec violence vivent de la confusion, de la frustration ou de la colère en lien avec l’événement, que 33 % ont de fortes réactions de stress post-traumatiques et que 25 % subissent des blessures physiques (Aucoin et Beauchamp, 2007). Les victimes d’incidents violents peuvent présenter de plus hauts niveaux de détresse dans les mois qui suivent l’événement par comparaison avec les victimes de crimes contre les biens et d’autres événements traumatiques tels les accidents de la route. De plus, l’état de stress post-traumatique, la dépression, l’anxiété, les troubles du sommeil, le risque suicidaire et l’abus de substances sont également davantage présents chez ce type de victimes. Par conséquent, bon nombre de victimes sont souvent incapables de poursuivre leurs activités normales pendant un certain temps, sans compter que plus du tiers des incidents de crimes violents engendre une blessure physique nécessitant une consultation médicale ou du repos.

3De telles répercussions sont susceptibles de diminuer substantiellement la capacité de la victime à exercer un contrôle sur les événements, ce qui en retour engendre des besoins de soutien et de services pour y arriver. Les événements criminels violents impliquent souvent des pertes ou des blessures relatives à des dimensions valorisées chez l’être humain tels les besoins de sécurité, de justice, de reconnaissance et de maintien d’une qualité de vie équilibrée. Il est donc normal de s’attendre à ce que plusieurs types de soutien externes soient nécessaires pour combler les besoins sur le plan émotionnel (par exemple, exprimer sa peur), informationnel (faire une demande d’indemnisation) et pratique (se faire accompagner à l’hôpital). Mais qu’en est-il du recours des victimes aux diverses formes d’aide disponibles ?

4Des distinctions sont souvent faites dans la littérature sur l’aide entre les sources formelles et informelles de soutien. Les sources d’aide formelles comprennent les interventions des professionnels qualifiés, comme les représentants de la loi, les intervenants en santé mentale et les médecins. Les sources d’aide informelles comprennent les réseaux sociaux comme la famille et les amis. Les personnes qui ont besoin de services et de soutien pour pallier des difficultés importantes vont recourir à certains plutôt qu’à d’autres en raison de certaines prédispositions, de certains facteurs facilitant et des besoins perçus.

le recours aux formes d’aide formelles : précurseurs et barrières

5Les données de l’ESG 2004 révèlent qu’au Canada, globalement, seule une minorité de victimes d’incidents violents a recours à des formes d’aide formelles. Par exemple, seulement 34 % signalent leur incident de victimisation à la police (au Québec, ce pourcentage est de 40 %) et, dans le cas d’une agression sexuelle, le pourcentage de déclaration à la police est sous les 10 %. Moins de 10 % consultent un professionnel ou un service d’aide aux victimes tandis qu’un peu plus de 10 % des victimes racontent l’incident à un médecin ou une infirmière et que 5 % consultent un avocat.

6Ces faibles taux de recours à des formes d’aide formelles nous portent à nous demander ce qui augmente ou diminue les probabilités qu’une victime d’un crime violent fasse des démarches en ce sens. Pour les besoins du présent chapitre, nous porterons notre attention sur les formes d’aide formelles autres que la police. À ce sujet, les résultats de diverses recherches nous indiquent qu’il existe différents types d’éléments associés à la recherche d’aide, mais également des barrières. Quant aux précurseurs d’une plus forte probabilité de recourir à des formes d’aide formelles notons : a) le fait d’avoir plus de 25 ans et d’être une femme ; b) un degré plus élevé de gravité de l’incident et le fait qu’une arme ait été utilisée ; c) croire qu’une déclaration de l’incident à la police est un devoir ; d) souhaiter que le contrevenant soit appréhendé ou puni ; et e) souhaiter mettre fin à la violence ou se protéger contre le contrevenant.

7Les barrières émotionnelles communes limitant la recherche de services de santé mentale sont la honte, l’embarras et le stigmate associé au fait d’être identifié comme ayant un problème de santé mentale ou d’être vu comme étant « faible ». Les victimes appartenant à des minorités ethnoculturelles sont moins susceptibles de demander des services professionnels de santé mentale, possiblement à cause d’un fossé sur le plan de la langue et de la culture. La perception d’une moindre disponibilité de soutien de la part des proches est associée à un moindre recours aux services. En ce qui concerne les barrières instrumentales faisant le plus fréquemment obstacle, notons le manque de ressources financières et un degré de connaissance limité des services disponibles aux victimes. Même dans le cas d’un acte criminel violent de masse où les services sont rendus plus accessibles par les autorités soucieuses de rejoindre les victimes, il apparaît qu’un faible pourcentage des personnes pouvant bénéficier de services de santé mentale y a recours.

8Par exemple, au cours des 18 mois qui ont suivi la fusillade du Collège Dawson à Montréal en septembre 2006, près de 30 % des répondants ont présenté un trouble de santé mentale, mais seulement 13 % d’entre eux ont consulté un professionnel pour se faire aider. Dans cet échantillon, les deux raisons les plus souvent citées pour ne pas avoir eu recours à de l’aide étaient : trouver peu acceptable de consulter et croire que les problèmes allaient se régler avec le temps. Or, ce n’est visiblement pas le cas après 18 mois (Boyer et al., 2010). En fait, le manque de sensibilisation aux troubles problèmes de santé mentale pouvant découler d’un crime violent et à l’importance de recevoir des services appropriés est un problème courant chez les victimes et leurs familles. Une autre barrière instrumentale couramment citée est le coût élevé des services de santé mentale.

9Bien que des individus de tous les niveaux socioéconomiques sont victimes d’actes criminels violents, ceux qui ont peu de ressources financières ou ne bénéficient pas d’une assurance-maladie complémentaire peuvent avoir du mal à payer des services professionnels (par exemple, psychologue ou physiothérapeute). Enfin, comme les organismes de services aux victimes ne peuvent pas offrir tous les services dont leurs clients ont besoin, il n’est pas rare que des réseaux se forment entre les organismes. Or, il peut s’avérer complexe de s’y retrouver dans un réseau où les victimes doivent souvent chercher et trouver les ressources dont elles ont besoin au moment où elles en ont besoin. Les intervenants de l’appareil judiciaire et les instances d’aide aux victimes (par exemple, les centres d’aide et l’indemnisation pour victimes d’actes criminels) peuvent évidemment avoir un impact majeur sur le processus de recherche d’aide professionnelle des victimes en les orientant vers les ressources les plus appropriées.

le recours à l’aide informelle

10L’ESG 2004 nous indique qu’à l’inverse du recours à des ressources d’aide formelles, une grande majorité (90 %) des victimes d’incidents violents ont bénéficié d’un soutien informel pour surmonter l’expérience d’un crime avec violence (Gannon et Mihorean, 2005). Les sources les plus fréquemment rapportées sont les amis ou un voisin (74 %), la famille (60 %) et un collègue (47 %). Cependant, très peu d’études nous informent sur les précurseurs et les barrières au recours, et la plupart d’entre elles ont été réalisées auprès de femmes victimes d’agressions sexuelles. À cet effet, il apparaît que deux caractéristiques émergent comme facteurs prédictifs du recours à de l’aide informelle de la part des victimes : être plus scolarisé et plus jeune. Elles sont également plus susceptibles de déclarer l’incident et chercher de l’aide auprès de la famille et d’amis si elles ont déjà répondu aux critères d’un diagnostic de stress post-traumatique ou de dépression majeure, ou si elles ont vécu un viol ou une autre forme d’agression sexuelle dans le passé.

11Les réactions négatives des proches à la suite d’un incident criminel, notamment après une agression sexuelle, peuvent amener les victimes à faire moins appel à eux pour diverses formes de soutien. Il semble que les réactions les plus fréquemment perçues comme négatives sont des réponses qui stigmatisent la victime et perpétuent des mythes (attitudes et croyances fausses et stéréotypées) concernant l’agression sexuelle (par exemple, il ne s’agit pas d’une agression sexuelle si aucune arme n’est utilisée ; la violence et la force sont stimulantes pour une femme ; elle s’est mise dans une situation risquée en marchant seule la nuit, etc.). De plus, la plupart des femmes auraient souhaité recevoir davantage de soutien émotionnel (réassurance, écoute et empathie), de propos validant leur expérience (feedback et normalisation des émotions) et d’aide tangible (être conduite à l’hôpital, être hébergée, etc.). Il est important de mentionner que les réactions négatives et le manque de soutien prédisent davantage la sévérité des réactions de stress post-traumatique suite à une agression sexuelle que les comportements de soutien positif. Elles peuvent aussi constituer une barrière à demander de l’aide au fil du temps.

12En somme, même si les résultats de certaines études suggèrent que les victimes de crimes violents sont généralement bien soutenues par leur famille ou leurs amis, il n’en demeure pas moins que les interactions avec les proches ne sont pas que positives et que plusieurs besoins ne semblent pas être comblés. Au fil du temps, cela peut générer une baisse de la satisfaction globale face au soutien reçu et conséquemment avoir un effet d’érosion sur le recours des victimes aux ressources de soutien informelles.

synthèse et recommandations

13Les résultats d’une étude exhaustive réalisée aux États-Unis (Brickman et al., 2002) révèlent que le besoin le plus fréquemment rapporté par les victimes après un acte criminel est le soutien émotionnel et psychologique (rapporté par les trois quarts des victimes). De plus, environ 50 % des victimes rapportent avoir besoin d’information et d’un appui moral pour interagir adéquatement avec les forces de l’ordre et le système judiciaire. D’autre part, 25 % ont déclaré avoir des besoins d’aide tangible et des besoins matériels, tels que l’installation de systèmes de sécurité ou le remplacement des biens endommagés. Bien que presque toutes aient déclaré avoir eu recours à la famille et à des amis pour le soutien émotionnel et psychologique, il semble que les besoins d’information et de services tangibles demeurent souvent non comblés. Enfin, moins de la moitié des participants ont déclaré connaître les services dans la communauté auxquels ils ont droit pour répondre à leurs besoins.

14Proches, intervenants psychosociaux, personnel médical et acteurs du système judiciaire peuvent tous à leur manière contribuer à atténuer la souffrance des victimes. Diminuer la stigmatisation, favoriser le dévoilement et la déclaration, accélérer la recherche d’aide, défendre les droits et encourager, comptent parmi les moyens à employer afin de diminuer le fardeau émotionnel et psychologique associé à la gravité de la victimisation découlant d’un acte violent. Les défis pour mieux aider les victimes sont de taille, mais résident dans la coordination d’un certain nombre de stratégies. Selon nous, elles doivent viser à investir des efforts sur la valorisation des précurseurs du recours aux diverses formes d’aide et sur la diminution des barrières. Nous présentons ici trois suggestions à cet effet.

151. Sensibiliser davantage la population aux répercussions émotionnelles, psychologiques et sociales des crimes avec violence afin de diminuer la stigmatisation des victimes. Des campagnes télévisées d’incitation au dévoilement et à la dénonciation des agressions sexuelles et de la violence conjugale constituent des exemples probants d’efforts de sensibilisation.

162. Continuer à améliorer l’accès aux diverses formes d’aide formelles afin qu’il soit plus facile pour les victimes de savoir où et à qui s’adresser pour recevoir du soutien ou de l’information. Au Québec, le réseau des Centres d’aide aux victimes d’actes criminels offre des services de base adaptés au contexte des incidents criminels avec violence. Bon nombre de ressources pouvant répondre à des besoins spécifiques existent également (par exemple, les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale, les centres de crise ou le CALACS). Enfin, l’Association québécoise Plaidoyer-Victimes fait office de phare pour informer les victimes de leurs droits, notamment par un site Internet exhaustif. Elle forme également les intervenants du réseau à de meilleures pratiques grâce à des formations cliniques et à la publication d’ouvrages traitant des multiples facettes de l’aide aux victimes d’actes criminels (voir, entre autres, Boudreau et al., 2009).

173. Coordonner les efforts des aidants officiels et les arrimer autant que possible aux besoins des victimes et à leur réseau d’aide informel. En cela, il s’avère primordial d’améliorer le dépistage des victimes à plus haut risque de développer des problèmes de fonctionnement à la suite de l’incident violent. Pour y arriver, tous les acteurs et intervenants doivent y participer activement. Il importe également d’améliorer et de diversifier les approches d’intervention afin de rendre plus acceptable à un plus grand nombre de victimes le fait de recourir à des soins, notamment pour des problèmes de santé mentale.

18Un meilleur accès et un plus grand recours à de l’aide officielle et informelle de qualité peuvent contribuer à atténuer l’impact des crimes violents sur la santé des victimes, et ce, de trois façons différentes. Tout d’abord, ces deux formes d’aide peuvent interagir positivement sur les perceptions qu’a la victime de son environnement, notamment sur la croyance que les autres peuvent et vont fournir les ressources nécessaires pour l’aider et sur la perception de sa propre capacité à faire face aux conséquences de l’événement. Deuxièmement, elles peuvent agir au niveau de la réponse émotive liée à l’incident et sur l’évaluation de ses conséquences. Une aide adéquate peut également atténuer l’impact du stress vécu en offrant des solutions aux problèmes de la victime, en réduisant l’importance perçue de l’incident criminel, en facilitant l’adoption de cognitions rationnelles et en prévenant ou en diminuant les réponses comportementales inadaptées, comme l’évitement. Troisiè mement, elles peuvent agir directement sur la santé physique, rendant ainsi les individus moins réactifs au stress, par exemple, en contribuant à diminuer la pression artérielle et la fréquence des battements cardiaques.

***

19Nous pouvons aider davantage les victimes de crimes violents et l’amélioration continue de l’aide qui leur est apportée doit faire partie de nos préoccupations comme société. Il importe de mentionner que la situation des victimes mineures demande une analyse distincte compte tenu que leurs besoins, les lois qui les concernent (notamment la Loi de la protection de la jeunesse) et leurs droits peuvent différer de ceux des adultes.

Bibliographie

références

Aucoin, K. et D. Beauchamp, « Répercussions et conséquences de la victimisation, ESG 2004 », Juristat, vol. 27 no 1, 85-002-XIF, 2007.

Boudreau, J. et al., Introduction à l’intervention auprès des victimes d’actes criminels, Montréal, Association québécoise Plaidoyer-Victimes, 2009.

Boyer, R. et al., Rapport d’une enquête auprès des étudiants et du personnel du Collège Dawson sur l’impact psychologique et la recherche d’aide, rapport déposé au ministère de la Justice du Québec (document inédit), 2010.

Brickman, E. et al., Victim Needs and Victim Assistance. Report to the National Institute of Justice, New York, Safe Horizon, 2002.

Gannon, M. et K. Mihorean, « La victimisation criminelle au Canada, 2004 », Juristat, vol. 25 no 7, 85-002-XPF, 2005.

McCart, M. R., D. W., Smith et G. K. Sawyer, « Help seeking among victims of crime : A review of the empirical literature », Journal of Traumatic Stress, vol. 23, 2010, p. 198-206.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search