Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Deuxième partie. La criminologie comme profession

12. Le criminologue en action communautaire : une autre criminologie ?

André Archambault et Jennifer Letarte

Note de l’éditeur

Entrevue réalisée par Jennifer Letarte

Texte intégral

1À quel moment les criminologues ont-ils investi le monde du communautaire ?

2L’action communautaire date des années 1950 et 1960 aux États-Unis. Des gens du milieu, comme Saul Alinsky, se sont engagés dans des communautés qui vivaient dans des taudis à Chicago. Ils les ont aidées à s’organiser et ils ont dénoncé les propriétaires véreux. Ce mouvement est l’ancêtre du logement social et communautaire en Amérique du Nord. Au même moment, à New York, des animateurs sociaux s’improvisaient travailleurs de rue. Ils allaient vers ceux qui vivaient dans la clandestinité, vers les plus exclus de la ville, pour mieux comprendre leur situation et tenter de répondre à leurs besoins. Plus près de chez nous, le mouvement des prêtres ouvriers se laïcisait pour faire place aux travailleurs de rue que nous connaissons aujourd’hui. Des animateurs issus du travail social, mais aussi du droit et du domaine de la santé, ont amorcé des actions de changement social. Des comités de citoyens, des cliniques juridiques et de santé ont ainsi vu le jour. Toute cette mouvance démocratique, participative et volontaire s’est ensuite professionnalisée : l’aide juridique, les CLSC, des groupes communautaires de service ont émergé. Finalement, des criminologues ont rejoint cette mouvance très large de changement social qu’est l’action communautaire.

3La plupart des criminologues travaillent en milieu institutionnel, principalement en milieu carcéral, aux libérations conditionnelles ou en probation. Vous êtes donc loin de vos collègues ! Quels sont vos milieux de pratique ?

4Parmi les milieux d’intervention privilégiés par les criminologues qui ont développé une pensée communautaire, on retrouve les organismes de placement en emploi pour les ex-détenus (les Opex) et les Centres résidentiels communautaires, c’est-à-dire les milieux de transition qui se réclament d’une pensée communautaire, mais qui restent proches de la vision institutionnelle. Il y a aussi des organismes de justice alternative dont la clientèle provient exclusivement des structures de justice des mineurs et qui proposent une alternative aux processus judiciaires lourds des instances traditionnelles. Ils développent aussi des approches de médiation sociale. Puis il y a des programmes comme Tandem, dont la mission en est une de prévention et de sécurité urbaine. On nous trouve aussi dans les maisons d’hébergement et des maisons de jeunes.

5Par exemple, nous avons bâti en 1979 un projet de maison dans le quartier Saint-Henri, à Montréal. Nous voulions rejoindre des jeunes marginalisés, sans attaches ni affiliation avec les écoles, les centres de loisirs ou d’autres lieux de ce genre qui permettent de créer des réseaux de soutien et de vivre des expériences collectives structurantes. Ce type d’initiative est très positif parce que, dans ces projets, les intervenants sont des personnes très significatives dans la vie des jeunes. Boris Cyrulnik (un éthologue français qui est aussi psychiatre, neurologue et psychanalyste et dont les travaux sur la résilience sont bien connus en sociologie) parle justement du rôle des tuteurs de résilience, cette faculté qu’ont certaines personnes de « transformer la souffrance pour en faire une œuvre humaine malgré tout ». Plusieurs criminologues en pratique communautaire sont aussi à l’origine de maisons d’hébergement qui accueillent des jeunes en difficulté ou sans-abri, des jeunes qui vivent une exclusion extrême. Nous allons aussi dans les écoles, pour faire entre autres un travail de « corridor », en transformant les classes de retrait en expériences intégratives plutôt que punitives.

6C’est aussi le rôle du criminologue, de travailler en amont ?

7Tout est là. Je travaille non pas dans une perspective de dépistage ou de répression, mais dans une perspective d’intégration sociale. Parce que dans les milieux populaires, beaucoup de gens se retrouvent en situation d’irrégularité ou de clandestinité. On dit toujours que c’est l’affaire des travailleurs sociaux, des travailleurs communautaires, on dit que c’est l’affaire de tous sauf des criminologues ! Or, la pauvreté et la désaffiliation, c’est-à-dire la rupture ou la faiblesse des liens sociaux, sont des facteurs déterminants de criminalité et, à ce titre, ça nous concerne. Je dirais que tout ce qui permet de renforcer les liens dans la communauté devient un vecteur important de non-criminalisation, de non-institutionnalisation, de non-judiciarisation. Je pars donc de l’idée que plus on fait de choses dans et avec la communauté, à proximité des lieux de vie naturels des gens, et plus on travaille sur la tolérance et l’inclusion, plus on diminue les risques de devoir traiter des situations en aval qui seront advenues parce que des personnes auront eu à développer des moyens clandestins pour survivre. C’est ce travail en amont que je prétends être une « œuvre criminologique » et je pense que cette dimension devrait nous interpeller dans notre pratique. Je trouve d’ailleurs extrêmement intéressant le fait d’aborder les mêmes clientèles que mes collègues dans le milieu institutionnel, mais autrement qu’avec une approche de contrôle social.

8Quelle est cette autre approche ?

9D’abord, le criminologue qui travaille avec une approche communautaire utilise des paramètres différents de ceux qui servent en milieu institutionnel. Le criminologue en action communautaire se réclame d’abord d’une approche volontaire, participative et démocratique. Autrement dit, les gens ne sont pas des clients, des usagers ou des bénéficiaires. Ils sont des participants, des acteurs de leur propre développement et du développement collectif. C’est aussi une approche qui considère l’individu dans sa globalité. La personne est porteuse de ses réalités et de ses caractéristiques personnelles, mais aussi de celles de son environnement social : elle vit dans une famille, elle s’inscrit dans un voisinage, dans une culture, dans un milieu socioéconomique, etc. Il faut en tenir compte et agir aussi sur ces environnements. Et il ne faut pas oublier que cette personne a des potentiels, des rêves, des projets. On refuse donc l’idée de comprendre un individu uniquement en fonction des problématiques qu’on lui a diagnostiquées et sous le seul angle des caractéristiques personnelles et de la responsabilité individuelle. Et ça, c’est très important. Cette approche est donc très différente d’une approche clinique traditionnelle qui se décline en trois étapes : diagnostic, pronostic, traitement. Le criminologue communautaire sort de cette dynamique.

10Il s’agit donc de faire une lecture différente des dynamiques criminologiques ?

11Une tout autre lecture, en effet ! Plutôt que de penser en termes de « facteurs criminogènes », ou de personnalité criminelle, nous aurons tendance à regarder les dynamiques de la criminalité en termes de pauvreté, d’inégalités sociales, d’exclusion, d’isolement, d’intolérance, de désaffiliation et à tenter d’agir sur ces dynamiques plutôt que sur le caractère des individus. On aide les gens à retrouver un espace individuel, social et économique viable. Nous devons aussi travailler auprès de la communauté, c’est-à-dire sur la tolérance, le sens de l’inclusion, etc.

12Comment travaillez-vous sur ces dimensions, concrètement ?

13En amenant les communautés à réfléchir. Par exemple, avec les Auberges du cœur, nous avions mis sur pied « la nuit des sans-abri », pendant laquelle les gens du voisinage venaient rencontrer les jeunes. Devant l’Auberge, il y avait une résidence pour personnes âgées et ces gens ont saisi l’opportunité pour venir connaître nos jeunes. Cela a permis à deux générations qui occupent le même espace, la même rue, le même quartier, de se connaître et de créer des liens. Ainsi, quand les personnes âgées de la résidence savent que le jeune qui travaille au IGA du coin est aussi un jeune de l’Auberge, ça les rassure. Et, du coup, leur regard sur ces jeunes changent. Car, au fond, ce qui nous fait peur, c’est l’inconnu. En ce sens, tout ce qui permet aux communautés de se connaître, de reconnaître la place que chacun occupe dans l’espace social, tout ce qui permet de régler les conflits autrement qu’en exprimant de la violence ou du mépris, c’est une œuvre criminologique.

14Les Auberges du cœur sont aussi en elles-mêmes un outil de lutte contre l’exclusion. Un jeune qui vient de Rimouski pour venir chercher un emploi à Montréal et qui par malheur se retrouve dans la rue, qui va l’accueillir ? Parmi les jeunes filles qui quittent leur domicile parce que leur sécurité est à risque, certaines se retrouvent à la rue. Quelles sont leurs options ? La prostitution ? Il faut donc comprendre que certaines situations vont littéralement pousser des jeunes dans la rue, sans que ce soit nécessairement un choix volontaire. Bien sûr, lorsqu’on les interroge, ils affirment que la rue, c’est leur gang ! Mais c’est parce que c’est la seule qui les a accueillis, la seule qu’ils ont. C’est leur unique groupe d’appartenance ! Alors, quand on prend des jeunes qui vivent dans la rue et qu’on rebâtit avec eux une communauté – dans ce cas-ci, la communauté d’une Auberge du cœur – et qu’on crée des réseaux positifs dans lesquels ils peuvent s’intégrer, ils peuvent choisir de ne plus être dans la marge ou dans la clandestinité. On permet ainsi qu’il y ait davantage de bien-être collectif, de sécurité et de quiétude. Et ça aussi, c’est un travail criminologique ! Ça montre bien qu’on peut et qu’on doit aussi travailler « ailleurs et autrement » : ailleurs que dans les institutions et autrement qu’avec une approche clinique ou répressive.

15Le milieu communautaire aspire généralement au changement social. Appartient-il au criminologue de faire changer les mentalités, de combattre les injustices économiques, de développer plus de tolérance dans la société ?

16Trois fois oui ! Provoquer des changements, en particulier sociopolitiques, est un aspect très important de la criminologie engagée dans l’action communautaire. Car le système produit parfois des effets pervers. Il existe des règles, des lois et des politiques qui ont un impact absolument négatif sur la vie des gens et qui les acculent à vivre des situations qui ne les aident pas du tout à s’en sortir. Par exemple, aux Auberges du cœur, nous travaillons avec des jeunes âgés de 12 à 29 ans, qu’on accueille pour des séjours qui peuvent aller jusqu’à un an. Une de nos préoccupations est que ces gens puissent trouver une façon de réorganiser leur vie qui leur permettra un jour d’atteindre leurs objectifs. Or, nombre de ces jeunes n’avaient pas accès à l’aide sociale : en plus d’être seuls et sans-abri, ils se retrouvent victimes de règles absurdes comme celle de la contribution parentale. Au regard de la loi, les jeunes adultes sont dépendants de leurs parents, et ce, même s’ils ont quitté le foyer familial. Cette règle oblige donc les parents à contribuer financièrement et invite les enfants à réclamer cet argent à leurs parents. Mais ces jeunes sont en rupture de liens familiaux ! Allez donc sonner chez votre père pour lui demander s’il peut vous envoyer 140 dollars par mois parce que le Gouvernement croit que c’est ce qu’il devrait fournir – ça n’a pas de sens ! Ces règles aboutissent généralement à une coupure du revenu de subsistance. Elles ajoutent à l’exclusion et à la colère des jeunes.

17Il y a donc bien des dimensions sociales et politiques à l’itinérance, à la toxicomanie, à la criminalité. Il y a des dimensions politiques au vide, au manque de sens, à la perte de repères, à la pauvreté endémique. Et c’est aussi au criminologue de dénoncer ces abus et ces iniquités. Car, ce faisant, on améliore la justice et on diminue la criminalité. La justice n’est-elle pas d’ailleurs une dimension importante de la criminologie ?

18Tous les milieux de pratique sont confrontés à des défis et à des enjeux particuliers. Quels sont les vôtres ?

19Un des enjeux que l’on doit affronter actuellement, et dont on parle peu, c’est l’intolérance et l’exclusion des jeunes et des populations à qui la société accole le préfixe « ex » : les jeunes sans-abri ou itinérants, les ex-détenus, les ex-toxicomanes, les ex-psychiatrisés… tous des « ex » ! Ce sont des populations stigmatisées et qui effraient. Par exemple, en 2002, nous avons voulu développer un projet de 20 logements dans le quartier Ville-Émard, à Montréal. Cete initiative s’adressait à des jeunes qui terminaient un séjour dans notre maison d’hébergement. Malheureusement, le voisinage s’est fortement mobilisé contre ce projet, malgré plusieurs rencontres et réaménagements. Le 6 décembre 2004, trois mois avant l’ouverture des logements, tout fut rasé par un incendie criminel. On pense que ce geste émane d’une intolérance sociale. Lorsqu’on tente d’implanter ce genre de projet, on est souvent confronté à une vague de réactions. L’intolérance gagne donc du terrain. C’est pourquoi l’intégration sociale et l’inclusion de ces populations sont parmi les plus grands défis auxquels nous avons à faire face.

20Nous avons aussi quelque peu abandonné notre mission de changement social, celle de défense des droits et des services collectifs, pour aller vers des services de plus en plus individualisés, de sorte que le monde communautaire s’approche davantage du discours et de la vision institutionnels. Pourquoi ? Pour deux raisons. D’abord, parce que plusieurs groupes communautaires sont financés par l’État. En retour, ce dernier exige de plus en plus que les groupes qui signent des ententes de services avec lui adoptent des paramètres d’intervention identiques à ceux qui émanent des gouvernements et des institutions. Ensuite, parce que les travailleurs et travailleuses formés pour intervenir en milieu communautaire le sont dans des institutions où l’on valorise l’intervention individuelle. Autrement dit, nous sommes « invités » à ajuster nos pratiques à celles du réseau institutionnel et nos intervenants apprennent à penser l’intervention surtout en termes individuels. Résultat : notre vision collective de défense des droits des populations est de plus en plus oblitérée. On voit d’ailleurs le même phénomène se produire dans le champ de l’insertion en emploi et dans celui du logement social et communautaire. Sur le terrain, on perd donc un peu nos marques. Et c’est un des défis majeurs du mouvement communautaire que de retrouver cette volonté de changement social.

21Une logique d’intervention sociale basée sur le modèle biomédical semble en plein essor. On médicamente et on « traite ». Quel est l’impact sur votre travail ?

22Cette médicalisation du social évacue graduellement toute autre forme de compréhension des problématiques, sociale comme politique ! On prétend comprendre les phénomènes criminels à travers cet angle biomédical, qui évoque une vision génétique ou caractérielle du criminel qui me fait un peu peur ! Nous sommes entrés dans une époque où les gens ne sont ni responsables ni inclus dans une société, ils sont tout simplement « malades ». Prenez le DSM-IV : ce qu’autrefois nous aurions nommé « adolescence », aujourd’hui nous l’appelons « trouble d’opposition » ! On m’aurait traité, jadis ! Donc, aujourd’hui, on traite les gens, on les prend en charge, on les encadre, on les surveille, on les exclut et, à la limite, on les punit par le traitement, comme le disait le sociologue français Michel Foucault.

23Ce point m’amène à parler d’un autre défi auquel font face les criminologues communautaires : les jeunes et la médication. Denis Lafortune, qui est professeur à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, a fait un travail très important sur ces jeunes qui sortent des centres jeunesse le jour de leur dix-huitième anniversaire avec un, voire même plusieurs diagnostics et des sacs pleins de pilules. Nous les voyons arriver aux Auberges du cœur et ailleurs avec leurs prescriptions. Plus jeunes ils prenaient du Ritalin ; puis ils sont passés au Prozac. À 18 ans, ils sont carrément incapables de gérer leur vie sans médicaments. Certains sont réellement malades, mais y a-t-il autre chose à comprendre ? Sommes-nous en train de traiter les jeunes comme on a traité les femmes au début des années 1960, quand elles cherchaient à s’émanciper et que la société les percevait comme des hystériques ? Sommes-nous en train de créer une future génération d’itinérants de qui on pourra finalement dire qu’ils sont malades mentaux ? C’est de cette lecture différente qu’il est question ici. Sans prétendre avoir toutes les réponses, l’action communautaire permet certainement de soulever ces questions.

24La criminologie communautaire est donc une autre attitude, une pratique et une compréhension différentes de la criminologie. Cette réalité vous force-t-elle à vous situer autrement qu’en tant que criminologue ?

25Tout à fait ! Mes racines ont toujours été plongées dans l’action communautaire. C’est d’ailleurs d’abord comme ça que je me suis défini. Peut-être est-ce la raison pour laquelle j’ai longtemps eu de la difficulté à me considérer un criminologue ! Ma conclusion : la criminologie ne peut faire l’économie d’une perspective communautaire.

26Diriez-vous que cette forme de pratique criminologique est antiinstitutionnelle ?

27Il y a eu en effet tout un débat sur le fait que la criminologie communautaire s’inscrit dans une perspective anti-institutionnelle et, à certains égards, c’est vrai ! On se bat pour faire respecter les droits collectifs de certaines populations comme les jeunes en difficulté ou sans-abri ou encore les ex-détenus, et cette combativité est nécessaire pour dénoncer les effets pervers du système. Et quand on arrive à abolir ces effets pervers qui ont, redisons-le, des impacts très négatifs sur la vie de ces gens, on rend les communautés plus justes, plus intégratives et forcément plus sécuritaires ; on crée véritablement des facteurs de protection. C’est donc un travail criminologique qui a un mérite communautaire.

28Vous côtoyez quotidiennement des travailleurs sociaux, des psychoéducateurs, des travailleurs de rue, etc. L’interdisciplinarité est-elle un avantage ?

29C’est un avantage puisque ça nous sort de notre chapelle. Qui plus est, dans ce milieu, on doit mettre de côté notre chapeau professionnel. C’est d’ailleurs une difficulté à laquelle se butent plusieurs de nos stagiaires en criminologie. Et c’est normal ! Lorsqu’on est étudiant, on veut évidemment acquérir le statut de professionnel et on veut être reconnu comme tel par les autres. Or, un étudiant en criminologie formé à une approche institutionnelle, comme c’est généralement le cas, porte parfois un regard méprisant sur les travailleurs du milieu communautaire. On dit qu’ils ne font pas vraiment de l’intervention professionnelle, que c’est tout simplement du travail « communautaire ». Ce regard persiste, il est tenace ! Or, je pense qu’il faut au contraire enlever notre manteau de professionnel pour être capable de changer notre regard sur les populations avec lesquelles nous travaillons, changer notre point de vue et notre intervention pour nous rapprocher d’une approche préventive et intégrative au lieu des approches cliniques ou répressives plus valorisées. N’y a-t-il d’ailleurs que les professionnels qui peuvent agir pour changer les choses ? Quand Joé Juneau, après une carrière fructueuse au hockey, va vivre dans le Nord pour jouer au hockey avec de jeunes Inuits, il contribue selon moi autant que n’importe quel professionnel à sortir ces jeunes de l’exclusion et d’un vide de sens (un vide auquel les Blancs ont largement contribué en étouffant les cultures autochtones).

30Quand vous accompagnez des étudiants dans le monde du communautaire, quelle est votre intention ?

31De les confronter à un autre regard sur un même individu. Des jeunes qui sortent des centres jeunesse ou des personnes qui sortent de prison, ce sont aussi des gens qui cherchent un emploi, qui ont des rêves, qui veulent bâtir une vie. Je cherche donc activement à les confronter à une autre lecture de leurs réalités et des réalités criminologiques vues strictement sous l’angle du crime et de la délinquance – une vision qui peut être très réductrice. Je leur propose d’explorer d’autres voies que l’intervention sociale traditionnelle en les initiant à des approches de médiation en justice alternative, à l’approche globale et à l’approche d’affiliation dans le milieu communautaire, au travail de rue, etc.

32La pierre angulaire de la formation pratique que je cherche à donner à ces étudiants est précisément ce caractère alternatif de la façon de faire et d’aider. Le savoir, le savoir faire et le savoir être sont les trois éléments fondamentaux des apprentissages en milieu de stage. Je dirais que la plus belle évolution qui prend place pendant leur stage – et eux-mêmes le disent – touche leur savoir être. Souvenez-vous qu’on parle ici de jeunes étudiants qui ont souvent une vision très traditionnelle de ce qu’est un criminel : il y a les bons et les méchants, c’est noir ou c’est blanc ! À la fin de leur stage, après une année de cheminement ensemble, les zones deviennent plus grises. Ils en viennent à constater qu’eux-mêmes ne se situent pas à l’extérieur de cette zone grise, qu’ils en font au contraire partie. Ils ne voient plus les jeunes comme des bénéficiaires ou des clients, ou comme des personnes complètement différentes d’eux. L’opposition entre le « eux » et le « nous » peut être très rassurante ! Or, à la fin de leur stage, cette opposition s’estompe, la frontière s’efface. L’idée n’est pas d’accepter la criminalité, loin de là ! C’est plutôt de comprendre les dynamiques sociales qui l’engendrent et de voir comment on peut agir sur ces dernières.

33Que souhaitez-vous à la criminologie de demain ?

34Je rêve d’une criminologie qui serait davantage axée sur le social, qui travaillerait sur la tolérance et l’inclusion dans les communautés mêmes, sur la médiation et sur l’animation collective des groupes dans leur milieu pour recréer des liens dans les collectivités. Je rêve d’une criminologie qui dénoncerait les effets pervers engendrés par nos politiques et les systèmes sociopolitiques de contrôle social. Des travaux criminologiques comme ceux de Denis Lafortune sur la médicamentation des jeunes ou ceux de Céline Bellot sur les interventions répressives auprès des jeunes marginaux dans l’espace urbain m’intéressent beaucoup, justement parce qu’ils questionnent des réalités inquiétantes de la vie des jeunes et leur impact sur leur quotidien et sur leur futur. Je rêve d’une criminologie qui continuerait à faire descendre sur le terrain des réflexions, des analyses et des travaux scientifiques de cette nature, pour leur donner une valeur sociale et politique ajoutée. Une criminologie qui accepterait de prendre des risques et de s’engager dans les débats sociaux, aux côtés de celles et ceux qui ont moins de pouvoir et de droit de parole.

Auteurs

André Archambault a fondé l’Auberge communautaire du Sud-Ouest à Montréal. Il est aussi l’un des fondateurs des Auberges du cœur du Québec, qui accueillent et hébergent des jeunes en difficulté et sans-abri. Cet homme qui a passé sa vie à se battre pour une plus grande justice sociale est actuellement consultant dans des dossiers communautaires et chargé de cours à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. Depuis plus de quinze ans, il initie des étudiants au monde du communautaire ; un voyage qui bouscule leur vision de la criminalité.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre