Version classiqueVersion mobile

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Deuxième partie. La criminologie comme profession

11. La criminologie clinique à l’épreuve des politiques : une pratique en perte ou en quête d’identité ?

François Bérard et Laura Aubert

Note de l’éditeur

Entrevue réalisée par Laura Aubert

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, on assiste à un durcissement des discours et des politiques quant aux réponses à apporter aux personnes contrevenantes. Quelle en a été la portée en matière correctionnelle ?

2De la fin des années 1940 jusqu’au début des années 1990, nous avons été dans une phase importante de développement de solutions de rechange à l’incarcération. Cela s’est traduit par une diversification des mesures disponibles et par une augmentation de l’utilisation de ces différentes mesures. Ce que l’on observe aujourd’hui, c’est d’abord un arrêt du développement de nouvelles solutions de rechange. On peut aussi constater qu’on vise moins à traiter les personnes contrevenantes à l’extérieur des murs : on cherche plutôt à en incarcérer davantage et à prolonger leur détention le plus longtemps possible. De plus, on tend à les encadrer de façon beaucoup plus intensive qu’auparavant. Cela se traduit depuis un certain temps par une baisse du nombre de personnes suivies dans la communauté et par une augmentation de la population carcérale.

3Pour le moment, ce phénomène concerne surtout les solutions de rechange post-carcérales : semi-liberté, libération conditionnelle, libération d’office, etc. Pour donner un exemple, au début des années 1990, 50 % des détenus québécois sous juridiction fédérale étaient dans les pénitenciers et 50 %, à l’extérieur des murs. En 2006-2007, cette proportion est passée à 60 % dans les pénitenciers et à 40 % dans la communauté. La tendance n’est malheureusement pas près de s’inverser. En effet, la pression politique qui s’exerce actuellement sur les commissaires des libérations conditionnelles et sur les intervenants correctionnels a pour conséquence de les rendre beaucoup plus « frileux ». Bref, il y a eu en peu d’années une augmentation considérable du contrôle social exercé auprès des personnes contrevenantes sans que leur profil général ait beaucoup changé.

4Si la population contrevenante n’a pas beaucoup changé, comment expliquez-vous ce phénomène de régression des solutions de rechange à l’incarcération ?

5Dans l’univers correctionnel, différentes tendances s’affrontent depuis des années. Actuellement, la tendance qui prend le haut du pavé, parce qu’il y a des politiciens au pouvoir qui la reprennent à leur compte, c’est l’approche « tough on crime ». C’est une approche de la criminalité qui se veut plus dure, plus « musclée ». Pour arriver à leurs fins, les tenants de cette approche n’hésitent pas à provoquer et à entretenir une certaine inquiétude au sein de la population, en prétendant qu’il y a une augmentation terrible des crimes. Alors même qu’en matière de délinquance, on observe des baisses dans toutes les sociétés occidentales, y compris au Canada et au Québec… Ces gens-là affirment en outre que les moyens qu’on utilise ne sont pas les bons, qu’il faudrait être beaucoup plus dur pour endiguer cette hausse effarante de la criminalité. Alors que cela n’est pas vrai. Il reste que la tendance dure est celle qui domine en ce moment les prises de position sur la criminalité. C’est un discours qui a une influence certaine sur le processus législatif et sur les pratiques correctionnelles. Pour l’instant, ce courant régressif l’emporte donc sur d’autres courants, notamment sur celui du « smart on crime » qui approche le phénomène de la délinquance avec le souci d’être à la fois humain, pertinent, efficace et efficient.

6Quelles sont les incidences négatives que vous pouvez imputer à la tendance actuelle ?

7Le processus de régression en cours fait qu’il y a moins d’investissement de la part du public concerné, tant en milieu carcéral qu’en milieu ouvert. C’est beaucoup plus difficile de le motiver parce qu’on mise davantage sur le « contraindre » que sur le « convaincre ». On peut bien dire : « Tu vas faire ça ! », mais quand cela ne vient pas des justiciables eux-mêmes, quand on n’a pas cherché véritablement à les motiver autrement qu’en leur faisant peur, quand on n’a pas essayé de mettre en place des moyens pour qu’ils puissent vraiment trouver un bénéfice personnel à changer, cela ne rimera pas à grand-chose au terme de leur sentence. Au fond, l’ensemble de ce phénomène de régression fait qu’on répond de moins en moins bien aux besoins réels d’encadrement de la clientèle : cela pose le problème de la pertinence des mesures proposées. Cette situation a aussi pour effet de générer des problèmes d’efficacité et d’efficience au sein du système correctionnel. Ainsi, dans la mesure où les gens ne sont plus motivés à vouloir changer – l’objectif du système, c’était justement de les amener à vouloir changer ainsi que de les accompagner et de les encadrer dans une démarche de changement –, le système va devenir moins efficace. Par ailleurs, ce sur-contrôle social sera coûteux, très coûteux, car en concentrant davantage de gens en milieu carcéral et en les y maintenant encore plus longtemps, cela impliquera des sommes d’argent considérables. Il y a donc un rapport qualité/prix de plus en plus problématique : la pertinence et l’efficacité de l’intervention baissent, alors que les coûts augmentent. Comme société, il y a véritablement de quoi s’interroger.

8On parle aussi dans l’univers correctionnel de l’essor d’une gestion plus technobureaucratique des peines. Est-ce que ce phénomène recoupe la ques tion des solutions de rechange à l’incarcération ?

9Pour moi, c’est un développement qui se fait en parallèle. Ce sont deux enjeux différents, mais l’un vient nourrir l’autre. Pour l’essentiel, l’approche technobureaucratique mise sur la technique et sur la règle pour faire face aux diverses situations qu’elle a à traiter. D’une part, elle fait appel tant à des technologies d’intervention (par exemple, des outils actuariels et des programmes préformatés) qu’à des technologies informatiques (par exemple, un système de gestion des détenus) pour encadrer le travail d’évaluation et d’intervention auprès des personnes contrevenantes. D’autre part, elle s’appuie sur un ensemble de normes et de procédures afin d’assurer une uniformisation des processus de travail. Dans cette approche, on vise à gérer la sentence de façon rationnelle. Malheureusement, l’accent est mis davantage sur les moyens que sur les fins, ce qui tend à induire des comportements ritualistes chez les intervenants, ces derniers se retrouvant confrontés à une logique essentiellement managériale plutôt que clinique.

10Ce qui a un impact sur l’individualisation de l’intervention auprès des personnes contrevenantes ?

11Tout à fait. Je disais que l’accent était mis sur l’uniformisation des processus ; cela fait en sorte que, peu importe la personne avec laquelle on transige, celle-ci va être traitée de façon similaire à une autre plutôt que de bénéficier d’un traitement personnalisé. Donc, oui, cela va avoir une influence sur le degré d’individualisation de l’intervention. Par exemple, il y a plusieurs années lorsqu’on envisageait une libération conditionnelle, les gens disaient : « Pour telle personne, qu’est-ce qui va être le plus adapté ? L’envoyer en libération conditionnelle ou l’envoyer en maison de transition ? » Il y avait alors un choix professionnel qui était fait par l’intervenant, mais aussi par des commissaires des libérations conditionnelles. Avec une approche technobureaucratique, on dit plutôt : « Il y a un processus : tu es en détention et, ensuite, tu pourras aller en maison de transition. Si tout va bien, tu pourras alors bénéficier d’une libération conditionnelle. » C’est une approche par paliers, qui n’est pas nécessairement adaptée aux besoins d’aide et d’encadrement de la personne. En fait, dans la logique technobureaucratique, on essaie de faire en sorte, en standardisant les formules d’intervention pour qu’elles soient applicables à tous, que le système soit le moins attaquable possible grâce à une approche impersonnelle. Depuis plusieurs d’années, on est entré dans cette logique du côté fédéral. On peut aussi observer qu’on introduit progressivement ce type d’approche du côté québécois. Je ne dis pas que cela ira très loin, mais c’est ce modèle d’intervention qui semble avoir été adopté.

12Quel est l’impact de ces différentes évolutions sur la façon d’intervenir auprès des personnes contrevenantes ?

13J’observe quatre glissements qui, à mon avis, posent problème.

141. Il y a plusieurs années, les gens qui intervenaient en milieu correctionnel voulaient contribuer au changement, au progrès social. Pour eux, cela passait par le développement social. On considérait vraiment que le système correctionnel pouvait lui aussi contribuer au développement et à l’évolution de la société. Aujourd’hui, on n’est plus dans cette logique : on est dans une logique de protection de la société. Je trouve cela dommage parce que ce que l’on sous-entend avec cette notion de protection de la société, c’est que notre société n’a pas vraiment besoin de changer et qu’on devrait se contenter de maintenir le statu quo. C’est sûr qu’il faut des moyens pour se protéger, mais, quand on situe cela dans une logique de développement social, on reconnaît qu’on a encore du chemin à faire en tant que société pour qu’il y ait, par exemple, moins d’inégalités sociales. L’exemple le plus criant pour moi, c’est la situation des Autochtones au Canada, qui font face à un racisme systémique. Une telle situation n’est pas l’apanage d’une société quasi parfaite ! Je pense qu’on doit se questionner sur ce glissement pour revenir à une perspective de développement social.

152. Il y a aussi un glissement en ce qui concerne les finalités pénales. En la matière, j’estime qu’on est passé d’une approche axée sur la réhabilitation à une approche qui s’oriente davantage vers une forme de neutralisation sélective. Réhabiliter des personnes contrevenantes, cela veut dire activer chez elles le désir de changer et les accompagner dans leur démarche de réintégration sociocommunautaire, tout en les encadrant de façon appropriée. On contribue ainsi à l’évolution de la société et, par conséquent, à une meilleure protection de celle-ci. Neutraliser de façon sélective des personnes, cela veut dire qu’on met surtout l’accent sur leur encadrement. C’est une optique de garde, et ce, en fonction du niveau de risque estimé. De nos jours, une telle perspective fait qu’on remet en liberté de plus en plus de détenus au terme de leur sentence en se disant qu’« on a bien géré le risque pendant celle-ci ». Avec cette approche fondamentalement axée sur l’exclusion sociale, qu’en est-il alors de la qualité du processus de réintégration sociale qui surviendra inévitablement pour l’immense majorité des personnes détenues ?

163. Un autre glissement a trait à l’usage de l’aide et du contrôle. Pour moi, aider des personnes contrevenantes à repartir du bon pied, c’est les accompagner dans des démarches de réintégration sociocommunautaire, de développement personnel et de réconciliation avec elles-mêmes et la collectivité. Pour que cela soit possible, il faut doser judicieusement l’aide et le contrôle, car ces démarches supposent non seulement qu’on les « libère » d’un certain nombre de contraintes personnelles et sociales, mais aussi qu’on les « responsabilise » face à leurs choix de comportement. Malheureusement, on assiste de nos jours à un glissement d’une telle logique d’aide vers une logique de plus en plus axée sur le contrôle des comportements. En effet, les intervenants doivent passer de plus en plus de temps à exercer des activités de contrôle ayant un effet à court terme. En réduisant ainsi le temps qu’ils peuvent consacrer au développement psychosocial de la personne contrevenante, le système correctionnel diminue les facteurs de protection à moyen et long terme qui pourraient jouer après la fin de sa sentence.

174. Le dernier glissement significatif à mes yeux concerne le type de personne qu’on cherche à « façonner » au cours du processus correctionnel. Aujourd’hui, il ne s’agit plus de susciter le développement de personnes libres et responsables. Il s’agit plutôt de faire en sorte que ces individus soient simplement « respectueux des lois ». De la quête d’un épanouissement personnel respectueux de l’Autre, on est passé à la recherche du conformisme social.

18Certains des changements que vous décrivez sont allés de pair avec l’introduction et le perfectionnement des outils actuariels. Que pensez-vous de ces outils ?

19Les promoteurs de ces outils les présentent souvent comme ayant une « capacité prédictive » formidable. Puisque les mots ont un sens, j’estime qu’il y a là une forme d’escroquerie intellectuelle. Nul ne peut prédire le comportement humain. Au mieux, on peut parler de probabilités. Faut-il rappeler que même les météorologues parlent de prévisions et non de prédictions ?

20Dans un autre ordre d’idée, on a introduit avec ces outils une certaine confusion en matière d’évaluation. Certes, ils peuvent fournir des informations intéressantes sur la performance spécifique en matière de récidive du sous-groupe dont fait partie une personne contrevenante, mais ils ne peuvent pas procurer une estimation précise du risque de récidive particulier de l’individu. Ainsi, ce n’est pas parce qu’une personne fait partie d’un groupe dont 80 % des membres devraient récidiver à terme qu’il y a automatiquement 80 % de risque qu’elle récidive : elle peut très bien faire partie des 20 % restants. Une forêt en difficulté contient aussi des arbres sains, et vice-versa. Dans la mesure où beaucoup ont tendance à escamoter cette nuance fondamentale, on se retrouve alors avec un grand nombre de « faux-positifs » et de « faux-négatifs ». D’un point de vue clinique, une utilisation inadéquate de ces outils génère donc un traitement inéquitable des personnes contrevenantes, puisqu’on passe alors à côté de notions aussi fondamentales que l’individualisation de la peine et la personnalisation de l’intervention.

21Par ailleurs, il faut souligner l’efficacité limitée de ces outils pour l’appréciation de la dimension psychologique de la genèse d’un passage à l’acte délinquant. Cette dimension n’est abordée que de façon superficielle. Or, les travaux existants en montrent le caractère déterminant dans un grand nombre de cas. Sans exclure les autres dimensions en cause (entre autres, sociales), elle l’emporte sur elles. En abordant aussi peu cette dimension, les outils actuariels exposent leurs utilisateurs à des évaluations de moindre qualité.

22Pour moi, la première tâche des intervenants est de bien évaluer les personnes contrevenantes. Pour y arriver, ils doivent procéder à des évaluations cliniques de qualité. Dans ce cadre, les outils actuariels peuvent apporter des informations complémentaires intéressantes. En revanche, si on en fait l’élément névralgique de la prise de décision, comme c’est souvent le cas à l’heure actuelle, on en fait un mauvais usage.

23Les outils actuariels sont nimbés d’une aura « d’objectivité scientifique ». J’estime que cette réputation est surfaite. Un examen critique révèle qu’ils comportent un biais fondamental : la prédominance d’une vision essentiellement pessimiste de la personne contrevenante. En abordant l’individu d’abord sous l’angle de ses faiblesses, ils ne permettent pas d’en dégager une vision réellement objective, qui ferait la part des choses entre ses forces et ses faiblesses. L’effet d’une telle démarche n’est pas neutre : elle engendre de la méfiance. Dans ce contexte, on ne doit pas être surpris que les intervenants soient naturellement portés à exercer plus de contrôle que nécessaire. En retour, les usagers du système établissent des relations plus superficielles avec eux.

24En somme, les outils actuariels et le modèle de gestion des risques rejaillissent sur les relations que les intervenants nouent avec leurs clients.

25Tout à fait. Le modèle de la gestion du risque amène par ailleurs des pratiques qui sont beaucoup plus technicisées. On essaie de faire rentrer les gens dans des moules plutôt que de les accompagner vers un mieux-être personnel. De plus, l’intervention est beaucoup plus morcelée parce qu’elle se déroule dans un contexte technobureaucratique. Ainsi, un seul intervenant (par exemple, un agent de libération conditionnelle en établissement) aura une vision globale de la problématique de la personne contrevenante, tandis que les autres acteurs associés à la démarche n’en auront qu’une vision très partielle. Enfin, ce modèle amène aussi des déplacements de responsabilités. Par exemple, les intervenants sont portés à se fier davantage au caractère objectif des outils actuariels qu’à la subjectivité de leur jugement clinique. Entre un score statistique considéré comme infaillible et un jugement clinique qui pourrait être contesté, plusieurs feront le choix qui s’impose à eux « logiquement ».

26En fin de compte, qu’en est-il aujourd’hui de la place de l’intervention dite clinique ?

27Je dirais que l’intervention clinique est de plus en plus marginalisée parce qu’on ne poursuit pas en ce moment une finalité de réhabilitation. Avec l’objectif de la neutralisation sélective, ce qui prédomine, c’est l’exercice du contrôle. Dans ce contexte, l’aide devient quelque chose de secondaire, alors qu’elle devrait être au cœur de la proposition de changement faite aux usagers du système. Comme je l’ai indiqué, le contrôle fait partie de l’intervention clinique en criminologie. Il devient toutefois contreproductif lorsqu’on lui donne préséance sur l’aide.

28Face aux tendances que vous décrivez, quels sont les défis à relever dans votre milieu de pratique ?

29Un premier défi, c’est de pouvoir, contre vents et marées, continuer à prôner une approche clinique. D’avoir toujours le souci d’individualiser la peine et de personnaliser les moyens que l’on propose à une personne contrevenante pour que la solution soit la mieux adaptée à sa problématique. D’avoir toujours le souci d’accompagner et d’encadrer cette personne pour l’aider à se prendre en main, à se responsabiliser et à se libérer d’un certain nombre des problèmes biopsychosociaux qui l’ont amenée à faire le choix de commettre des délits. C’est un enjeu majeur pour lequel tous les intervenants devraient continuer à se battre.

30Un deuxième défi, c’est de continuer à situer notre travail dans une perspective de développement social et non de simple protection de la société. Le clinicien ne fait pas que gérer une sentence. Il contribue au développement de notre collectivité en faisant un travail axé sur la prévention à court, à moyen et à long terme de la délinquance. Il doit avoir foi en cela, afin de donner un sens véritablement positif à son travail.

31Enfin, il faut continuer à affirmer le caractère professionnel des gestes que l’on pose en tant qu’intervenant correctionnel. Malheureusement, plusieurs ont glissé vers une façon de travailler qui les amène à être davantage des bureaucrates que des professionnels. Il faut donc être prêts à assumer la responsabilité de nos décisions et non pas chercher refuge derrière des politiques ou des procédures préétablies. En ce sens, il faut pouvoir se dire : « J’ai pris une décision de nature professionnelle mûrement réfléchie, qui s’appuie sur une démarche rigoureuse. Voici les tenants et aboutissants de cette décision, que je suis prêt à assumer. » En ce moment, on voit partout des gens qui hésitent à prendre des décisions, de peur que leur nom ne se retrouve dans les journaux, que ce soit dans le secteur public ou dans le secteur communautaire. En somme, je pense qu’il faut avoir le courage d’exercer pleinement son métier.

32J’imagine que c’est un des aspects sur lesquels vous mettez l’accent à l’École de criminologie ?

33Absolument. L’enjeu est de former nos étudiants à devenir de véritables professionnels en criminologie et non des bureaucrates. Le second enjeu, c’est d’amener nos étudiants à se définir comme des cliniciens et non comme des technocrates ou des gardiens nouveau genre. Bref, à être des intervenants qui vont susciter un désir de changement, proposer des pistes de solution et être des accompagnateurs vigilants dans la réalisation des objectifs dont ils ont convenus avec leurs clients, plutôt que des individus qui sont là strictement pour surveiller, au sens le plus étroit du terme, les personnes contrevenantes qu’on leur a confiées.

Auteurs

François Bérard est le directeur de l’Agence sociale et de la Maison Saint-Laurent, un organisme communautaire qui œuvre à la prévention de la délinquance par de multiples activités. Il est également chargé de cours à l’École de criminologie. Fort d’une trentaine d’années d’expérience en milieu communautaire, il propose sa lecture des grands changements dans la pratique criminologique et des défis qui se posent aujourd’hui en matière correctionnelle.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search