Version classiqueVersion mobile

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Deuxième partie. La criminologie comme profession

10. Comment concilier la gestion du risque et la prise en compte du contrevenant ?

Guy Berlinguette et Laura Aubert

Note de l’éditeur

Entrevue réalisée par Laura Aubert

Texte intégral

1En quoi consiste votre travail ?

2Le travail d’un agent de libération conditionnelle consiste principalement à exercer la surveillance des personnes contrevenantes en libération conditionnelle totale, en semi-liberté ou en libération d’office. Pour simplifier – parce que c’est un peu plus complexe et qu’il y a des cas pour lesquels la loi prévoit des mesures plus restrictives –, les personnes incarcérées sont éligibles à une libération conditionnelle au tiers de la sentence si elles répondent à certains critères. Si elles ne répondent pas à ces critères, elles sortiront en libération d’office aux deux tiers de la sentence. Dès l’admission du détenu au centre régional de réception, un processus d’évaluation continue se met en place. Nous évaluons les besoins, les facteurs criminogènes, et nous identifions les programmes auxquels l’individu pourrait participer afin de diminuer le risque qu’il pourrait représenter à l’extérieur. Nous élaborons avec lui ce qu’on appelle un plan correctionnel, soit le travail qui devra être fait sur ses problématiques. Il va suivre un processus et son cheminement va faire l’objet d’évaluations ponctuelles. Au tiers du temps, une évaluation du dossier sera effectuée par les intervenants en place, les agents de libération conditionnelle de l’institution et/ou les agents dans la communauté. L’évaluation se base sur le risque que représente la personne, le premier critère étant toujours la protection de la société.

3Comment procède-t-on à l’évaluation du risque de la personne contrevenante ?

4Le processus d’évaluation s’appuie sur des outils actuariels que le Service correctionnel a mis en place au cours des années. Des outils complémentaires tiennent compte de l’évolution dynamique de la personne. C’est sur ces outils-là que nous fondons notre évaluation. Il y a aussi des échanges avec la personne concernée. Nous étudions l’ensemble du dossier, pour aller chercher un maximum d’information pour pouvoir faire l’évaluation la plus précise possible des faits, de l’historique, des facteurs criminogènes qui font partie de la dynamique de la personne et voir si, avec le temps, il y a eu des changements ou pas.

5Nous travaillons de concert, cela va de soi, avec la Commission nationale des libérations conditionnelles à qui nous soumettons tous nos rapports. Les commissaires des libérations conditionnelles étudient le contenu du rapport. Au cours d’une audience, ils interrogent le détenu sur son évolution et ils décident à partir des rapports qui ont été faits s’ils le libèrent ou pas. Ils déterminent aussi le cadre d’une éventuelle libération, envisagent les conditions qu’il serait nécessaire d’ajouter aux conditions habituelles pour gérer le risque que représente la personne. La loi mentionne qu’on doit toujours utiliser la mesure la moins restrictive, mais, en même temps, on doit utiliser les mesures nécessaires pour la gestion du risque. Nous devons donc naviguer entre ces deux pôles. Le rôle du criminologue, c’est vraiment d’évaluer dans quelles circonstances le risque pourrait être plus élevé, dans quelles circonstances il pourrait être plus bas, et de voir quel cadre il faudrait mettre en place pour assurer une saine gestion du risque.

6Vous mettez l’accent sur la gestion du risque. Qu’en est-il des autres dimensions attachées à l’intervention de l’agent de libération conditionnelle, comme l’aide à la réinsertion sociale des détenus ?

7La gestion du risque, ce n’est pas seulement surveiller. Ou alors, la notion de surveillance doit être entendue dans un sens beaucoup plus large : elle ne se réduit pas au contrôle. Il y a cet aspect-là bien évidemment, on ne peut pas passer à côté. Mais l’aspect « relation d’aide » est tout aussi présent. Je dirais, pour simplifier, que c’est de la relation d’aide dans un contexte d’autorité. L’individu est en libération conditionnelle : des conditions lui sont imposées. Ce n’est pas négociable. C’est le cadre « contrôle », le cadre des « outils pour la gestion du risque ». Mais nous ne faisons pas que cela. Il y a également l’accompagnement clinique. La gestion du risque, c’est être en contact avec les émotions de l’individu, avec sa dynamique intérieure, personnelle, avec ce qu’il vit. C’est aussi lui laisser l’espace d’exprimer ce qu’il vit.

8Et c’est là qu’on passe au volet « intervention ». L’intervention est essentielle : comment intervenir ? Comment aborder l’autre ? Comment l’amener à s’ouvrir sur des aspects de sa personne ou lui faire prendre conscience des comportements qui le desservent ? Comment parvenir à établir un lien suffisamment présent, suffisamment vrai pour qu’il se sente à l’aise de nommer ce qui se passe sans se dire : « Si je dis telle ou telle chose, je vais retourner au pénitencier, il va me suspendre. » Parce que les libérés ont souvent l’impression que l’agent n’est là que pour les « remonter » (les renvoyer au pénitencier), pour émettre un mandat. On parlait du volet « contrôle », il est vrai que si l’on estime que l’individu ne fonctionne plus ou fonctionne moins bien, on a le pouvoir d’émettre un mandat de suspension qui, comme son nom l’indique, va suspendre temporairement la libération, le temps de réévaluer le risque.

9Mais comment, professionnellement parlant, gère-t-on à la fois ce volet « contrôle », qui est associé au pouvoir de réincarcération, et la dimension d’aide, qui suppose une relation de confiance ?

10Ce qui est important, ce sont les premières rencontres avec le libéré. J’explique clairement mon rôle, mon mandat légal. Je lui rappelle qu’il est assujetti à un encadrement légal. Je dois m’assurer qu’il a bien compris qu’il ne peut, à aucun moment, déroger aux conditions qui lui ont été imposées. Comme je le disais, ce n’est pas négociable. Donc, dans un premier temps, je mets cela au clair avec lui. Ensuite, je lui dis : « Regarde, tu en as pour trois ans. Tu n’as pas le choix et je n’ai pas le choix. On a ce point-là en commun. Maintenant, qu’est-ce qu’on peut faire pour que ta libération se déroule bien ? Comment est-ce que je peux t’aider pour que tu restes dehors ? Il va falloir que tu me donnes des pistes. C’est sûr, j’ai mon idée, j’ai lu ton dossier, mais ce que je voudrais connaître, c’est ce qui te préoccupe en ce moment. Afin que je puisse voir comment je peux t’aider à ce sujet. »

11Il faut donc laisser beaucoup de place à l’autre pour qu’il puisse exprimer ses préoccupations. Les premières rencontres sont d’ailleurs très axées sur ce qu’il vit : où il se situe, quels moyens il se donne, s’il se sent dépassé, s’il a besoin d’aide. On est toujours en train d’évaluer ce qui se passe. De l’extérieur, les étudiants stagiaires ont quelquefois l’impression qu’il s’agit d’une conversation. Non. Les questions et les échanges valident à la fois les préoccupations du libéré et celles de l’agent. Par exemple, dans le cas d’une personne qui a des problèmes d’alcoolisme, je lui pose des questions sur sa consommation d’alcool : « As-tu le goût de consommer ? Tu dis qu’il y a un baptême qui s’en vient, qu’il va y avoir un toast. Tu sais que quand tu prends un verre, tu n’en prends jamais qu’un seul. » Mon rôle, c’est de le raisonner, de lui ouvrir les yeux : « Tu es au bord de la rechute ! Attention ! » Les agents de libération conditionnelle sont un peu des garde-fous. L’alcool est un exemple, mais c’est valable pour tous les autres éléments qui renvoient à la dynamique de la personne. Il faut que le criminologue ait des connaissances dans plusieurs domaines. Il doit connaître le cycle de la rechute. Les troubles de la personnalité aussi. Nous ne sommes pas des psychologues, nous ne sommes pas des psychiatres, mais nous devons avoir des notions solides des différents troubles de la personnalité. On n’intervient pas de la même façon avec une personne qui a des traits de personnalité limite (borderline) et avec une autre qui a une personnalité narcissique. On ne peut pas utiliser la même approche. Bref, la relation d’aide, l’accompagnement clinique, la réintégration sociale sont une partie de notre travail tout aussi importante que la gestion du risque.

12Dans le contexte social actuel, est-ce que l’on n’induit pas des pratiques où le principe de précaution l’emporte sur toute autre considération ?

13C’est ce que met de l’avant Guy Lemire, dans un texte qu’il a coécrit avec Marion Vacheret et Jean Dozois (1998). Ces trois auteurs montrent qu’effectivement, dans le doute, on peut avoir tendance, en utilisant des outils actuariels, à coter toujours un petit peu plus haut pour ne pas prendre de risque. Je pense qu’ils n’ont pas tort. Mais, en même temps, il ne faut pas perdre de vue que la loi demande d’avoir recours à la « mesure la moins restrictive ». Je pense que cette notion peut pondérer la sur-cotation qu’on pourrait faire pour éviter de prendre un risque. Donc c’est l’évaluation subjective des éléments présents qui amène à déterminer ce qui est admissible en termes de risque. Dans le cas d’une suspension, il existe des motifs légaux pour la faire, et cette décision est prise de concert avec la personne responsable des agents de libération, ce qui constitue un rempart au libre arbitre.

14La notion de « risque admissible » peut apparaître subjective. À quel moment un agent de libération conditionnelle en vient-il à se dire : ce risque n’est plus acceptable ?

15Qu’est-ce qu’un risque inacceptable ? Pour moi, tout ce qui augmente la probabilité d’un délit violent entre dans cette catégorie. Prenons le cas d’un individu dont on sait, d’après l’étude de son dossier, qu’il commet des délits violents lorsqu’il consomme de la drogue, particulièrement de la cocaïne. C’est son pattern. Alors, si un test d’urine révèle des traces de cocaïne, on émet immédiatement un mandat de suspension. Là, le risque n’est pas admissible.

16Maintenant, prenons le cas d’un individu condamné pour des délits d’introduction par effraction, qui a de gros problèmes de consommation de drogue et dont le test d’urine est positif au cannabis. Il n’a jamais commis de délits violents. Il n’y a pas non plus d’automatisme, c’est-à-dire que quand il consomme, il ne commet pas nécessairement des délits. Les délits, cependant, lui servent à acheter sa consommation. Il y a une différence entre un délinquant toxicomane et un toxicomane délinquant. Donc, dans son cas, on n’émet pas forcément un mandat. On le convoque au bureau et on lui dit : « Regarde, on a un test d’urine positif. Qu’est-ce qui se passe ? Explique-nous ce qui arrive. » On va voir avec lui quelles mesures on peut prendre pour une saine gestion du risque. Pour éviter la rechute. Car on sait que, s’il y a rechute, il y a possibilité de récidive. Et là, il faudra émettre un mandat.

17Quand on s’interroge sur ce qu’est un risque acceptable, c’est toujours en fonction de la dynamique de la personne et du degré de violence qu’elle pourrait manifester. Il n’y a pas une définition applicable à tous. D’où l’importance de bien connaître les dossiers, de bien connaître les facteurs criminogènes. On est toujours en train de les réévaluer. Les facteurs criminogènes changent avec le temps, changent en fonction des événements que vit l’individu.

18Si vous deviez évoquer les grands changements qui ont affecté votre milieu de pratique ces trente dernières années, lesquels mettriez-vous en avant ?

19Je dirais que, souvent, quand la loi a changé, cela a été pour mettre en place des mesures plus restrictives. Il y a eu des étapes clés. En 1986, le maintien en incarcération a été adopté. Cette mesure permet de garder un individu incarcéré jusqu’à la fin de son mandat. En 1995, une autre mesure est arrivée, qui est l’assignation à résidence au moment de la libération d’office. Pour les gens qui sortent aux deux tiers du temps de peine, il y a aujourd’hui la possibilité de mettre la condition spéciale qu’ils restent en maison de transition jusqu’à la fin. Une réévaluation est faite tous les six mois, mais cette assignation peut rester en vigueur jusqu’à la fin du mandat. En vingt ans, plusieurs mesures de contrôle et de resserrement de la surveillance ont vu le jour. Dernièrement s’est ajoutée l’ordonnance de surveillance longue durée.

20Comment expliquez-vous ces nouvelles mesures de contrôle et de resserrement de la surveillance ?

21Je pense que cela va de pair avec la tendance en faveur de la protection de la société. La préoccupation du législateur va dans ce sens, ce qui n’est pas mauvais en soi ; mais ce sont des mesures élaborées pour garder en prison les individus qui représentent un risque, pour exercer sur eux un contrôle encore plus serré. Ce sont des moyens que la société s’est donnés pour s’assurer une protection plus grande.

22Cette préoccupation a-t-elle une incidence sur la responsabilité professionnelle des intervenants ?

23En discutant avec des confrères d’ici et d’ailleurs, en regardant d’autres organisations, ce que je constate, c’est l’importance attachée au fait d’être le plus transparent possible, au fait de rendre des comptes, de démontrer que le travail se fait correctement. Tout cela génère une structure de normes, de contrôle. Cela n’est pas mauvais en soi, là encore, mais cela prend beaucoup de place dans le travail.

24Je pense que les organisations qui ont la responsabilité de gérer cette population délinquante veulent démontrer qu’elles font bien les choses.. Nécessairement, cela déteint sur l’intervenant. Il ne peut pas ne pas en tenir compte : c’est une tendance sociétale. Il y a beaucoup d’autres domaines où l’on doit démontrer qu’on fait bien son travail, qu’on utilise les outils qu’il faut, qu’on fait du mieux que l’on peut. Et les intervenants n’y échappent pas.

25Quelle incidence cela a-t-il sur la pratique des intervenants ?

26La rédaction tend à prendre beaucoup de place, à empiéter sur l’intervention. Au début des années 1980, on passait beaucoup de temps avec le contrevenant. On l’accompagnait, on l’aidait dans ses différentes démarches. On était très, très présent auprès de lui. On devait faire certains rapports qui confirmaient et expliquaient les interventions qu’on avait faites. Aujourd’hui, on passe beaucoup plus de temps à justifier nos interventions, à dire pourquoi on a pris une orientation plutôt qu’une autre. Le temps passé à justifier nos actions, c’est du temps qui n’est pas disponible pour l’intervention.

27À la lumière de tout cela, quels sont pour vous les grands défis à relever dans votre domaine de pratique ?

28Pour moi, il s’agit d’abord de garder une saine réflexion critique sur ce qui se passe socialement. Depuis les attentats du 11 septembre, l’emphase est mise sur la sécurité. Partout. Il faut se méfier du piège de la sécurité à tout prix. Benjamin Franklin disait : « Une société prête à sacrifier un peu de liberté contre un peu de sécurité ne mérite ni l’une, ni l’autre, et finit par perdre les deux. » Je trouve que c’est une très belle phrase. On est dans une ère de prise en charge. On veut que le gouvernement s’occupe de tout.

29Je pense que beaucoup ont tendance à se déresponsabiliser. Oui, on a des droits, mais on a certains devoirs aussi ! Les deux vont de pair. Et puis, tout ce contrôle fait parfois penser à 1984, de George Orwell. Il y a trente ans, on aurait souri si des gens avaient dit : « Lorsque tu vas aller à la banque, dans les commerces, tu seras filmé. Tu seras filmé dans la rue. » C’était impensable. Et pourtant, c’est ce qui est arrivé, on est filmé à peu près partout. Est-ce que c’est nécessaire ? On ne peut pas ne pas tenir compte du terrorisme, mais cela peut aussi servir à justifier beaucoup d’autres choses. Il y a peut-être d’autres intérêts en jeu que ceux dont on parle officiellement. Et le défi pour un criminologue – pour n’importe qui, d’ailleurs – c’est de prendre du recul, d’avoir un regard critique. On doit se demander jusqu’où on peut s’immiscer dans la vie des gens. Le regard que je porte va dans ce sens : être attentif, être prudent, avoir une attitude de doute tout en étant conscient de la situation.

30À l’École de criminologie, sur quoi mettez-vous l’accent pour préparer les étudiants à leur futur rôle d’intervenant, de criminologue ?

31Souvent, les étudiants n’ont aucune expérience. Je me plais à dire que j’ai plus d’années d’expérience que leur âge. Je suis sur le terrain depuis 31 ans : je rencontre des contrevenants quotidiennement et je suis toujours agent de libération conditionnelle. J’aime toujours le contact avec ce public-là. C’est d’ailleurs pour mon expérience de terrain que l’École m’a choisi comme chargé de cours. Avec les étudiants, je mets beaucoup l’accent sur l’intervention, sur la manière d’intervenir et sur l’évaluation. Souvent, ils pensent qu’il y a une façon magique d’intervenir, de faire une entrevue. Il n’y en a pas. Je leur dis : « Vous avez appris les techniques. Maintenant, partez de ce qui se passe. Partez de vous. »

32Il n’y a pas de recette miracle. Il faut chercher à amener l’autre à prendre conscience de sa dynamique. Plus on est conscient de ce qui nous anime, plus on a du pouvoir sur ce qui nous arrive et plus on peut faire des interventions pointues. La criminologie permet de faire une lecture tout en nuances du comportement humain. Plus j’en apprends sur l’autre, plus j’en apprends sur moi et mes nouveaux acquis vont profiter à l’autre… et à moi.

Bibliographie

références

Vacheret, M., J. Dozois et G. Lemire, « Le système correctionnel canadien et la nouvelle pénologie : la notion de risque », Déviance et Société, vol. 22 no 1, 1998, p. 37-50.

Auteurs

Agent de libération conditionnelle en communauté, Guy Berlinguette est criminologue auprès du Service correctionnel du Canada depuis près de 31 ans. Également chargé de cours à l’École de criminologie, il partage sa longue expérience avec les futurs criminologues. Réflexions sur un métier et ses changements.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search