Version classiqueVersion mobile

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Deuxième partie. La criminologie comme profession

9. Quelle est l’efficacité des traitements des agresseurs sexuels pour prévenir la récidive ?

Franca Cortoni et Nicholas Longpré

Résumé

La délinquance sexuelle est un problème particulièrement troublant pour la société. Au Québec, on estime respectivement à 125 et 252 sur 100 000 la proportion des femmes et des enfants qui ont été victimes d’agression sexuelle (Sécurité publique Québec). Grâce à la recherche, on connaît maintenant mieux les facteurs associés à la délinquance sexuelle. De plus, on comprend que l’évaluation du risque est intimement liée à des pratiques efficaces dans le traitement et la prise en charge des agresseurs sexuels. Ce chapitre fait l’état des connaissances sur les facteurs de risque de la récidive des agressions sexuelles. L’accent est mis sur les aspects qui améliorent l’efficacité des thérapies mises en œuvre.

Texte intégral

1Depuis vingt ans, les connaissances sur les agresseurs sexuels, leur risque de récidive et les moyens de le réduire ont beaucoup progressé. Une avancée importante est la compréhension que la connaissance du risque de récidive sexuelle et l’efficacité des traitements mis en œuvre pour réduire ce risque sont indissociables. En d’autres termes, pour savoir si le traitement des agresseurs sexuels est efficace, il faut tout d’abord savoir déterminer leur risque de récidive.

risque de récidive et besoins en traitement

2L’évaluation et le traitement des délinquants sexuels sont basés sur la probabilité d’une agression sexuelle future. L’évaluation du risque tient compte des caractéristiques individuelles du délinquant qui augmentent ou diminuent les probabilités de récidive. Ces caractéristiques, appelées facteurs de risque, peuvent être divisées en deux dimensions principales : l’orientation antisociale et la déviance sexuelle (Hanson et Morton-Bourgon, 2005). Ces deux dimensions sont à leur tour composées de facteurs statiques et dynamiques.

3Les facteurs de risque statiques sont des aspects dans l’histoire du délinquant qui ne peuvent changer et qui sont liés à la récidive. Chez les délinquants sexuels, et chez les délinquants en général, les facteurs statiques de risque pour la récidive générale et violente (non sexuelle) incluent le jeune âge (moins de 25 ans), le fait d’être célibataire, d’avoir une histoire de style de vie instable ou de violations des règles, ainsi que les antécédents criminels (Andrews et Bonta, 2007). Les facteurs statiques de risque directement liés à la récidive sexuelle incluent un antécédent de délits sexuels ainsi que le fait d’avoir fait une victime de sexe masculin, inconnue ou sans lien de parenté (Hanson et Morton-Bourgon, 2005). Cependant, les facteurs statiques de risque ne fournissent pas d’information sur les éléments qui sont impliqués dans de nouveaux comportements criminels. Ils ne fournissent pas non plus d’information sur les éléments qui bénéficieraient d’une intervention. Étant donné que le risque de récidive n’est pas un état statique, les facteurs dynamiques ajoutent une dimension importante dans l’évaluation : ils améliorent l’efficacité dans la prédiction du risque et fournissent des pistes pour le traitement et la gestion des agresseurs sexuels (Andrews et Bonta, 2007).

4Les facteurs de risque dynamiques sont les aspects liés à la récidive sexuelle chez le délinquant qui sont, eux, changeables. Ces éléments peuvent aussi nous permettre d’identifier quand ce dernier est le plus à risque (Hanson, 2006). Il y a deux types de facteurs dynamiques de risque : stables et aigus. Les facteurs stables sont des caractéristiques relativement persistantes liées au risque potentiel de récidive (par exemple, la préoccupation sexuelle), tandis que les facteurs aigus peuvent être considérés comme des états à court terme qui favorisent l’agression sexuelle (par exemple, l’accès aux victimes). Les résultats de recherches canadiennes, américaines et britanniques ont montré que les facteurs dynamiques de risque augmentent l’exactitude de la prédiction de récidive sexuelle, indiquant non seulement l’importance d’évaluer ces facteurs, mais également de les modifier en traitement (Craig et al., 2007 ; Hanson et Harris, 2001 ; Hanson et Morton-Bourgon, 2005 ; Thornton, 2002). Les facteurs dynamiques liés à la récidive sexuelle sont les intérêts sexuels déviants, les distorsions cognitives favorisant l’agression sexuelle, un fonctionnement socio-affectif problématique et des problèmes d’autorégulation générale.

5La présence d’intérêts sexuels déviants, tels qu’une excitation sexuelle suscitée par les enfants ou par la violence, a été établie depuis longtemps comme un très fort prédicteur de la récidive sexuelle. Cela est particulièrement vrai quand la déviance est combinée à de forts traits psychopathiques. L’évaluation physiologique, par exemple la pléthysmographie pénienne, est la meilleure méthode pour établir la présence d’une déviance sexuelle. Toutefois, ces méthodes ont leurs limites (Leclerc et Proulx, 2006), car plusieurs délinquants ne démontrent pas d’excitation sexuelle lors de l’évaluation. Cette absence d’excitation ne veut pas nécessairement dire que l’individu n’a pas d’intérêts sexuels déviants. Plusieurs facteurs influencent la capacité à détecter la présence d’une déviance sexuelle lors d’une évaluation physiologique, comme la capacité du délinquant à contrôler son excitation. Quand l’évaluation physiologique n’est pas possible, la présence de déviance sexuelle peut être inférée en examinant l’historique des délits sexuels ou par l’utilisation d’instruments psychométriques.

6L’étendue des préoccupations sexuelles du délinquant est aussi liée à la récidive (Hanson et al., 2007). Les agresseurs sexuels ont tendance à donner une grande importance à la sexualité dans leur vie et à croire qu’ils ont plus de pulsions et de besoins sexuels que les autres. De plus, ils utilisent les activités sexuelles autant pour faire face aux difficultés de la vie que pour gérer leurs états émotionnels négatifs. Cette tendance est d’ailleurs fortement associée à la récidive sexuelle (Hanson et al., 2007). La détermination des processus d’autorégulation sexuelle des agresseurs sexuels est donc une partie importante de leurs évaluations. Les indicateurs de la présence de préoccupations sexuelles incluent la fréquence avec laquelle le délinquant s’engage dans tous les types d’activités sexuelles, comme la masturbation ou la consommation de pornographie, et la fréquence d’activités liées à la sexualité, comme la fréquentation d’un bar de danseuses ou de danseurs nus ou la sollicitation de prostitués. La présence de paraphilies, comme le fétichisme, particulièrement si elles sont liées au délit, fournit d’autres signes sur l’étendue des préoccupations sexuelles.

7Le terme « distorsions cognitives » renvoie à un ensemble de cognitions qui facilitent les comportements sexuels criminels (Thornton, 2002). Généralement, les agresseurs sexuels ont des attitudes et croyances qui, à leurs yeux, leur confèrent un droit inné au sexe et qui permettent ou excusent l’agression sexuelle. De plus, ces individus adhèrent à des croyances erronées à propos des relations entre hommes et femmes ou entre adultes et enfants. Ces croyances les amènent à avoir des visions stéréotypées et hostiles ainsi que des distorsions cognitives à propos des femmes, des enfants et du sexe (Hanson et Harris, 2001). Les agresseurs sexuels ont aussi des croyances à propos d’eux-mêmes et du monde qui les prédisposent à interpréter de façon hostile les informations ambiguës. Cette prédisposition interagit avec les autres facteurs, comme l’excitation sexuelle déviante ou l’impulsivité, et mène à l’agression sexuelle.

8Les difficultés socio-affectives incluent des difficultés interpersonnelles et, en particulier pour les agresseurs d’enfants, une identification émotionnelle avec les enfants. Le manque d’intimité dans les relations interpersonnelles est une des difficultés caractéristiques des agresseurs sexuels. Le manque de partenaire intime ainsi que les conflits dans la relation conjugale sont des prédicteurs de la récidive sexuelle. Pour les violeurs, les difficultés dans les relations intimes sont typiquement liées à leur manque d’égard pour les autres. Pour les agresseurs d’enfants, l’identification émotionnelle avec les enfants interfère généralement avec leur capacité à établir des relations saines avec les adultes. L’identification émotionnelle avec les enfants est un puissant prédicteur de la récidive sexuelle parmi les agresseurs d’enfants.

9L’autorégulation problématique, aussi appelée faible habileté d’autogestion, est marquée par la difficulté à se surveiller et à inhiber les comportements impulsifs et irresponsables (Thornton, 2002). Parmi les agresseurs sexuels, le style de vie instable et le faible contrôle de soi sont des indicateurs d’une difficulté à anticiper les conséquences de ses actes ainsi qu’à établir des buts à long terme. Dans le contexte de la supervision, la présence d’une faible autorégulation se manifeste par une tendance à briser les conditions de supervision en communauté (par exemple, s’abstenir de consommer de l’alcool dans certains cadres) ainsi que par une incapacité à respecter les autres engagements, comme travailler ou participer à des thérapies. Les délinquants qui font preuve d’une faible autorégulation tendent également à minimiser leur risque de récidive et à abandonner leurs efforts pour prévenir celle-ci, ce qui pourra notamment consister en l’abandon du traitement (Hanson et Morton-Bourgon, 2005).

facteurs de risque dynamiques et traitement

10On a établi que les facteurs de risque dynamiques sont liés à la probabilité de récidive sexuelle. La recherche a aussi montré que la réduction de ces facteurs mène à une réduction de la récidive. En conséquence, ils constituent les éléments ciblés par les traitements actuels.

11Le but du traitement des agresseurs sexuels est de les aider à établir et à maintenir un mode de vie sans récidive – c’est-à-dire, sans victime. Les cibles principales du traitement incluent la diminution de la déviance sexuelle, l’augmentation d’une excitation sexuelle appropriée, la modification des cognitions problématiques et des états émotionnels associés à ceux-ci, ainsi que le développement ou l’amélioration des habiletés d’autogestion. Lors du traitement, les délinquants doivent identifier les éléments qui les ont menés à l’agression sexuelle, comprendre la progression de leurs comportements menant au délit et développer un plan d’autogestion qui sera utilisé pour les aider à prévenir une récidive lorsqu’ils réintégreront la communauté. En somme, ces délinquants doivent apprendre à gérer leur vie de façon prosociale (Marshall et Ward, 2004). Mais en parallèle, ils doivent rester conscients des facteurs qui ont facilité leurs agressions sexuelles et s’engager dans des stratégies appropriées pour gérer leur risque de récidive.

12Les méthodes de traitement utilisées en Amérique du Nord et au Royaume-Uni sont des thérapies cognitivo-comportementales (TCC). En bref, la composante comportementale du traitement aborde les comportements évidents de l’individu à partir des principes des théories de l’apprentissage. Initialement, ce type de traitement était confiné à l’utilisation de procédures telles que la récompense et la punition. Depuis, ce traitement inclut le modelage (montrer le comportement désiré) et l’entraînement aux habiletés (enseigner une habileté spécifique à l’aide de la répétition comportementale). La composante cognitive des TCC aborde les pensées et les cognitions, et leurs interactions avec les émotions qui sont liées aux comportements sexuels criminels. La thérapie cognitive aide l’individu à restructurer ses cognitions, menant ainsi à de nouveaux comportements et émotions. Le développement d’une compréhension de l’impact des pensées sur les émotions et les comportements est une composante fondamentale de la thérapie cognitive. En combinant ces deux approches, la TCC est une démarche intégrative pour le traitement des agresseurs sexuels (Hanson et al., 2009).

13La TCC est habituellement menée en groupe plutôt qu’en séances individuelles. La thérapie de groupe est considérée adéquate pour tous les types d’agresseurs sexuels. Plusieurs bénéfices lui sont associés : elle fournit un environnement qui offre autant un soutien qu’un défi pour les agresseurs sexuels ; le travail en groupe donne l’opportunité de discuter avec des pairs et de partager ses problèmes. Il s’agit souvent d’une première pour les agresseurs sexuels, qui sont généralement des individus isolés, aux prises avec des déficits interpersonnels. Étant donné que ces déficits et le manque de relations saines sont des facteurs de risque pour plusieurs agresseurs sexuels, une amélioration dans ces domaines est un élément important dans la diminution de la récidive.

l’efficacité du traitement

14Plusieurs études empiriques ont montré qu’il existe trois principes clés dans le traitement correctionnel pour réduire le risque de récidive auprès des délinquants en général (Andrews et Bonta, 2007). Ceux-ci sont connus sous le nom des principes du risque, des besoins et de la réceptivité et ils permettent de déterminer le « qui, quoi et comment » du traitement avec les délinquants.

151. Le principe du risque détermine quel degré d’intervention le délinquant doit recevoir. Un délinquant à haut risque exige un traitement plus intense qu’un délinquant à faible risque. Les recherches ont montré qu’obliger un délinquant à faible risque à participer à un traitement intensif peut en fait augmenter son risque de récidive (Andrews et Bonta, 2007). De même, le taux de récidive d’un délinquant à haut risque ne sera pas diminué s’il ne reçoit pas un traitement suffisamment intensif. Les recherches effectuées suggèrent qu’un minimum de 300 heures de thérapie est exigé pour les délinquants à haut risque (Bourgon et Armstrong, 2005).

162. Le principe des besoins stipule que les « besoins criminogènes », comparativement aux troubles psychologiques généraux, sont des cibles de traitement appropriées. Les besoins criminogènes sont une autre façon de désigner les facteurs dynamiques de risque. Des études ont montré que le traitement qui cible les troubles psychologiques généraux ou d’autres facteurs qui ne sont pas liés aux comportements criminels, comme l’estime de soi, ne permet pas une diminution de la récidive. Le traitement doit plutôt viser les éléments qui sont directement liés aux comportements criminels. En d’autres termes, le traitement doit s’attaquer aux facteurs dynamiques de risque.

173. Finalement, c’est le principe de la réceptivité qui identifie quel type de traitement devrait être mené avec le délinquant. Des études montrent que les thérapies structurées de type cognitif et comportemental sont efficaces pour aider les délinquants à réduire leur risque de récidive. En revanche, on a montré que les thérapies non structurées, non directives, psychodynamiques et axées sur l’introspection sont inefficaces dans la réduction des comportements criminels (Andrews et Bonta, 2007). En fait, ces types de thérapie sont généralement contre-indiqués pour les délinquants, puisque ceux-ci affichent des caractéristiques qui les empêchent de s’engager activement dans des interventions non dirigées et axées sur l’introspection (par exemple, des problèmes d’impulsivité, de la difficulté à résoudre des problèmes, des attitudes antisociales, une faible motivation pour le traitement).

18Ces principes paraissent s’appliquer à tous les types de délinquants, incluant les agresseurs sexuels. Dans une méta-analyse sur l’efficacité des traitements avec les agresseurs sexuels, Hanson et ses collègues (2009) ont montré qu’un traitement approprié réduit le risque de récidive sexuelle de moitié. Pour les délinquants qui ont reçu des traitements en TCC basés sur leur risque de récidive et ciblant leurs facteurs de risque dynamiques, le taux de récidive est de 10 %, tandis qu’il atteint 19 % pour ceux n’ayant pas reçu ce type de traitement. De plus, les recherches ont fait la preuve que cette efficacité reste la même, que le délinquant soit traité en prison ou dans la communauté.

***

19L’exactitude de l’évaluation du risque de récidive des agresseurs sexuels est la pierre angulaire des pratiques efficaces dans le traitement et la gestion des agresseurs sexuels. Ce chapitre s’est efforcé de faire état des connaissances sur les facteurs de risque associés à la récidive sexuelle ainsi que sur les besoins en traitement des agresseurs sexuels. La littérature scientifique a identifié les facteurs dynamiques associés à la délinquance sexuelle les intérêts sexuels déviants, soit les distorsions cognitives supportant l’agression sexuelle, les problèmes d’intimité, les fonctionnements socio-affectifs problématiques et une faible autorégulation. Ces facteurs sont à la base des traitements et des gestions efficaces qui visent la réduction du risque de récidive sexuelle future.

20Il est important de noter que tout ce qui précède s’applique aux hommes adultes ayant commis des agressions sexuelles. Il y a présentement un intérêt pour les populations spéciales, comme les consommateurs de pornographie juvénile sur Internet, les agresseurs sexuels juvéniles, les femmes agresseurs sexuels ainsi que les agresseurs sexuels ayant des déficits intellectuels. Alors que le traitement de ces sous-groupes est généralement guidé par nos connaissances sur les hommes agresseurs sexuels, de plus en plus de scientifiques cherchent à savoir si les instruments permettant d’évaluer le risque de récidive et les besoins en traitement ainsi que les stratégies de gestion sont aussi valables pour ces sous-groupes, ou si des de nouvelles procédures d’évaluation et de gestion seront requises. Seuls le temps et la recherche nous le diront.

Bibliographie

références

Andrews, D. A. et J. Bonta, The psychology of criminal conduct (4th Ed.), Cincinnati, Anderson, 2007.

Bourgon, G. et B. A. Armstrong, « Transferring the principles of effective treatment into a “real world” prison setting », Criminal Justice and Behavior, vol. 32, 2005, p. 3-25.

Craig, L. A. et al., « The relationship of statistical and psychological risk markers to sexual reconviction in child molesters » Criminal Justice and Behavior, vol. 34, 2007, p. 314-329.

Hanson, R. K. et al., Méta-analyse de l’efficacité du traitement des délinquants sexuels : risque, besoin et réceptivité, rapport, Ottawa, Sécurité publique Canada, 2009.

Hanson, R. K. et J. R. Harris, « A structured approach to evaluating change among sexual offenders », Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment, vol. 13, 2001, p. 105-122.

Hanson, R. K. et al., Assessing the risk of sexual offenders on community supervision: The Dynamic Supervision Project, rapport, Ottawa, Public Safety Canada, 2007.

Leclerc, B. et J. Proulx, « La pléthysmographie pénienne chez les agresseurs sexuels », dans Pham, T. H. (dir.), L’évaluation diagnostique des agresseurs sexuels, Sprimont, Éditions Mardaga, 2006, p. 137-159.

Thornton, D., « Constructing and testing a framework for dynamic risk assessment », Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment, vol. 14, 2002, p. 137-151.

Ward, T. et W. L. Marshall, « Good lives, aetiology, and the rehabilitation of sex offenders: A bridging theory », Journal of Sexual Aggression, vol. 10, 2004, p. 153-169.

Auteurs

Professeur de l’École de criminologie de l’Université de Montréal

Professeur de l’École de criminologie de l’Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search