Version classiqueVersion mobile

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Deuxième partie. La criminologie comme profession

6. Peut-on prédire la récidive ?

Jean-Pierre Guay et Geneviève Parent

Résumé

La prise en charge des personnes contrevenantes est une tâche complexe qui requiert quotidiennement un nombre important de décisions cruciales. Afin de mieux protéger la population et de favoriser leur réinsertion, plusieurs systèmes correctionnels, ceux du Canada en tête, ont désormais recours à une gestion basée sur le niveau de risque de récidive.

Texte intégral

1Les travaux sur la gestion du risque des délinquants sexuels sont en plein essor. Un nombre important d’instruments ont été mis en place au cours des dernières années et font désormais partie du quotidien des praticiens. Bien que ces instruments permettent de prédire la récidive significativement mieux que le jugement clinique, leurs performances semblent avoir plafonné au fil des ans. Le présent chapitre offre un survol des travaux sur la prédiction de la récidive, se penche sur les limites inhérentes à un tel exercice et propose des avenues pouvant éventuellement permettre de la bonifier.

principes d’intervention pour la prévention de la récidive

2Une des conceptions les plus influentes de la gestion du risque est sans doute celle qui est proposée par Andrews et Bonta (2007). Pour eux, l’intervention correctionnelle efficace, c’est-à-dire celle qui est susceptible de réduire la récidive, passe par le respect de cinq principes intimement liés : le risque, les besoins, la réceptivité, le jugement professionnel discrétionnaire et l’intégrité de la stratégie d’intervention.

31. Le principe du risque stipule que le niveau de service ou l’intensité de l’intervention doit être proportionnel aux risques que posent les délinquants. En d’autres termes, les interventions doivent cibler prioritairement les délinquants à haut risque, lesquels doivent faire l’objet d’interventions d’intensité élevée.

42. Le principe des besoins indique que les stratégies d’intervention ciblant en priorité les facteurs de risque associés aux comportements délinquants sont susceptibles d’être efficaces.

53. Le principe de réceptivité générale stipule que les approches comportementales structurées, celles ayant pour bases les principes d’apprentissage social ou les modèles cognitivo-comportementaux, sont les plus susceptibles de réduire la récidive, alors que le principe de réceptivité spécifique suggère que les interventions doivent se moduler aux particularités des délinquants.

64. Le principe du jugement professionnel discrétionnaire rappelle que les spécialistes à qui incombent l’évaluation et la gestion du risque doivent se réserver le droit de moduler l’évaluation du risque, et avoir recours à une dérogation clinique lorsqu’elle s’impose (par exemple, un délinquant ayant d’importants problèmes de santé pourrait voir son niveau de risque modifié).

75. Le principe de l’intégrité de la stratégie d’intervention renforce l’idée selon laquelle l’intervention doit être dosée de façon appropriée, en tenant compte des principes et des lignes directrices du modèle d’intervention, et confiée à des intervenants qualifiés. Le risque de récidive demeure central à l’identification des délinquants les plus susceptibles de tirer profit de l’intervention correctionnelle.

la récidive comme mesure imparfaite

8Les systèmes correctionnels visent, outre la simple rétribution, la réduction de la délinquance et la protection de la société. Le fait qu’un délinquant commette ou pas un nouveau délit peut donc sembler un critère valide pour évaluer dans quelle mesure le système pénal a atteint ses objectifs. Bien que l’utilisation de la récidive ait fait l’objet de nombreuses critiques, la plupart assez justes, elle demeure à l’heure actuelle la mesure la plus accessible et la moins imparfaite des succès correctionnels (Minor, 1999). Parmi les raisons pour lesquelles la notion de récidive est devenue si centrale, on mentionnera qu’elle peut être utilisée par plusieurs acteurs du système de prise en charge pénale, qu’elle se mesure facilement, qu’elle est accessible, et qu’elle ne pose pas de problème d’accords interjuges.

9On mesure généralement la récidive, au sens général du terme, à l’aide de quatre types d’information : 1) la commission d’un nouveau délit sans que le délinquant n’ait été arrêté (généralement à l’aide de sondages de délinquance autorévélée ou rapportée par des informateurs clés, comme les amis), 2) la réarrestation pour un nouveau délit sans qu’il n’y ait pour autant eu de nouvelle condamnation (généralement à l’aide des données policières), 3) la reprise pour une nouvelle condamnation ou un nouveau délit, et 4) la révocation en raison de bris aux conditions de surveillance. Il va sans dire que plus les données sont issues de sources officielles, plus elles sous-estiment l’ampleur de la délinquance réelle. Les sources non officielles sont quant à elles plus susceptibles d’être influencées par la désirabilité sociale ou la peur de la rétribution. La pertinence de la mesure de la récidive est toutefois fonction de la place occupée par l’utilisateur dans le système de prise en charge pénale, c’est pourquoi tous n’utilisent pas la même.

la récidive comme marqueur de pression

10Bien qu’elle soit des plus pertinentes dans l’étude des trajectoires délinquantes, la commission d’un nouveau délit, lorsqu’il n’est pas déclaré, ne touche que très peu les organisations de prise en charge correctionnelle. De même, les manquements aux conditions de libération ne touchent pas tellement les organisations policières. Bien que certains utilisent, à tort ou à raison, la récidive comme mesure de l’atteinte de la finalité de réinsertion, elle n’est en fait qu’une variable indicatrice, un marqueur. Une variable indicatrice est une variable de remplacement, lorsqu’une mesure plus fine du concept à l’étude n’est pas accessible. Au fil du temps, la récidive est devenue un marqueur de l’intégration sociale (ou de son absence), de l’effet dissuasif des peines, de l’efficacité des programmes de traitement et du succès correctionnel. Dans cette perspective, la récidive souffre d’un certain nombre de problèmes de validité, principalement de problèmes de validité de construit. Elle se substitue par dépit à une mesure plus fine, mais aussi plus difficilement accessible de l’un et l’autre de ces aspects.

11Elle peut aussi être étudiée dans une perspective plus utilitaire, comme un indicateur de la pression imposée aux différents ensembles d’intervenants touchés par le crime. La récidive non officielle, ou la commission d’un nouveau délit sans qu’il y ait pour autant de prise en charge pénale, est un marqueur de la pression et des torts imposés à la société. La réarrestation indique quant à elle le niveau de pression imposé à la première ligne de la prise en charge pénale – les organisations policières –, alors que la nouvelle accusation mesure la pression imposée aux tribunaux. Enfin, la nouvelle condamnation (et la reprise) renseigne sur le niveau de pression imposé au système correctionnel. À chacune de ces étapes de prise en charge, la récidive, selon qu’elle est d’un type ou d’un autre, met en marche et sollicite la réaction d’une partie ou de l’entièreté du système. Elle demande des énergies, nécessite une réaction de l’appareil pénal, et sollicite des ressources humaines et matérielles. Ce déploiement explique que la récidive, malgré ses limites si importantes, soit d’un intérêt certain pour l’ensemble des acteurs du système.

les méthodes d’évaluation du risque de récidive et leur validité prédictive

12La prédiction du comportement criminel et l’évaluation du risque sont devenues centrales dans la gestion du système de justice actuel au Canada. Elles guident désormais les praticiens quant au niveau de supervision requis pour chaque délinquant, orientent l’intervention, permettent de déterminer le niveau de sécurité requis, et guident les décisions en matière de remise en liberté. La valeur de telles décisions est toutefois tributaire de la qualité de l’évaluation du risque des délinquants (Bonta et Wormith, 2008). Afin de bonifier les méthodes d’évaluation, les travaux se sont multipliés depuis les vingt dernières années. Fort de ces travaux de recherche, l’évaluation du risque permet désormais une identification plus adéquate des besoins criminogènes et non criminogènes, laquelle permet à son tour d’éclairer les intervenants en ce qui concerne les interventions à préconiser, ainsi que les meilleurs choix pour favoriser l’adaptation institutionnelle et l’élargissement des mesures.

13Les pratiques en matière d’évaluation du risque ont beaucoup évolué au fil du temps. Nombreux sont les travaux qui ont porté sur la fidélité et la validité (principalement prédictive) des méthodes d’évaluation du risque posé par les délinquants. On organise habituellement les méthodes d’évaluation du risque selon qu’elles appartiennent à l’une ou l’autre de quatre générations (Andrews et Bonta, 2007).

141. L’évaluation clinique non structurée. La première génération d’évaluation du risque fut celle de l’évaluation clinique traditionnelle, aussi appelée jugement clinique ou professionnel non structuré. Ce type d’évaluation repose sur la compréhension dynamique du délinquant par le clinicien, et se fonde généralement sur une étude minutieuse des données obtenues à l’aide de l’entrevue et contenues au dossier du délinquant. Une lecture personnelle des facteurs susceptibles d’influencer le risque ainsi qu’une pondération variable du poids relatif des facteurs font en sorte que cette méthode offre des performances modestes, à peine supérieures au hasard, lorsque vient le temps de prédire la récidive. De plus, elle laisse place à une grande variété dans l’évaluation, autrement dit à des problèmes importants de fidélité, ce qui mène sans surprise à des problèmes importants de clarté dans les processus de décision. Nombreux sont les travaux qui ont montré au cours des cinquante dernières années que les évaluations dites mécaniques (évaluation actuarielle) avaient une validité prédictive supérieure par rapport au jugement clinique (Ægisdóttir et al., 2006 ; Meehl, 1954).

15La validité prédictive moindre de ce type d’évaluation ne l’a néanmoins pas fait totalement disparaître. Elle demeure d’une grande utilité afin de saisir les enjeux dynamiques et les structures psychologiques chez les délinquants afin de mettre en œuvre des stratégies d’intervention adaptées et de tenir compte des considérations de réceptivité spécifique (Andrews & Bonta, 2007). Elle a pratiquement disparu des pratiques correctionnelles formalisées, mais les prédictions basées sur l’évaluation clinique du risque de récidive demeurent, étrangement, omniprésentes dans le système de justice. En effet, lors de témoignage d’experts à la cour, le jugement clinique non structuré est encore largement utilisé.

162. L’évaluation actuarielle à l’aide des facteurs statiques. Les prestations modestes de la prédiction basée sur le jugement clinique non structuré, jumelées au développement de la recherche sur les facteurs associés à la récidive et aux méta-analyses, ont permis le développement d’instruments actuariels. Dans l’évaluation actuarielle, l’emphase est mise sur l’utilisation d’un nombre restreint de critères statistiquement liés à la récidive qui sont organisés en une série de règles de prédiction. En somme, la nature et le poids relatif des critères sont déterminés par l’instrument. Les outils actuariels fournissent également une estimation probabiliste du risque de récidive pour un groupe de délinquants, c’est-à-dire une estimation du pourcentage de gens qui, dans l’étude initiale et compte tenu de leur score, ont récidivé dans un même laps de temps une fois réinsérés dans la société.

17Bien que l’évaluation actuarielle offre des performances supérieures au jugement clinique non structuré, elle comporte certaines limites. Une limite importante est que ces instruments sont majoritairement composés de facteurs statiques, et qu’ils ne permettent donc pas d’estimer la fluctuation du risque dans le temps. Le niveau de risque évalué ne peut pas être ajusté, malgré les interventions dont le délinquant bénéficie et les changements observés dans sa vie. Finalement, l’évaluation à l’aide d’un instrument basé sur des facteurs statiques ne fournit que peu ou pas de pistes d’intervention pour les cliniciens, pas plus qu’elle n’offre une compréhension de la dynamique délictuelle du délinquant.

183. L’évaluation à l’aide des facteurs dynamiques. Les instruments de 3e géné ration ont permis de combler une partie des limites des instruments de la génération précédente en intégrant les facteurs dynamiques liés au comportement délinquant, aussi appelés besoins criminogènes. L’utilisation des facteurs dynamiques, en plus d’offrir une validité prédictive accrue par rapport à la simple utilisation des facteurs statiques, permet de cibler et d’individualiser l’intervention. Toutefois, cette plus-value a un prix : l’évaluation des facteurs statiques et des besoins criminogènes nécessite une compétence et une formation spécialisée et requiert de la part du clinicien la capacité de conjuguer nuance et respect des normes dans la cotation des dimensions liées au comportement délinquant.

194. L’évaluation intégrée. La 4e génération d’évaluation du risque est celle qui s’insère dans le processus plus large de prise en charge du délinquant. Dans une telle démarche, les besoins criminogènes et non criminogènes sont évalués, au même titre que les aspects liés à la réceptivité afin de dresser un plan d’intervention correctionnel. Ledit plan d’intervention s’inspire alors des cinq principes de l’intervention correctionnelle efficace. Au-delà de la précision de la prédiction, l’évaluation de 4e génération fournit un cadre d’intervention efficace visant la réduction de la récidive et l’intégration sociale des délinquants.

l’achoppement d’une approche centrée sur le risque

20Quatre générations de méthodes ont permis de structurer les pratiques en matière d’évaluation du risque de récidive. Dans les années 1990, on a pu voir l’apparition d’une quantité importante d’instruments visant l’ensemble des délinquants ou des sous-groupes particuliers (par exemple, les délinquants sexuels, les délinquants avec des problèmes de santé mentale ou les hommes aux prises avec des problèmes de violence conjugale). Il semble toutefois que la qualité de la prédiction ait atteint un seuil de plus en plus difficile à dépasser. Des efforts importants ont été déployés afin de bonifier la prédiction, mais sans percées majeures. Par exemple, combiner les instruments n’a pas permis de bonifier la prédiction de manière significative, alors que combiner les items des instruments a permis une augmentation significative mais modeste de la qualité de la prédiction. Bien que la qualité des prédictions faites par les plus récentes générations surpasse les précédentes, elles comportent un certain nombre de limites. Cette section propose quatre pistes visant à bonifier les pratiques d’évaluation des délinquants et à augmenter la qualité des prédictions.

211. Bonifier l’évaluation grâce aux facteurs de protection. La logique de gestion du risque se formule à l’heure actuelle presque exclusivement à la négative. L’évaluation du délinquant est en quelque sorte la somme des éléments négatifs qui jalonnent sa vie, tandis que ses forces ainsi que le support offert par son milieu ne sont pas pris en compte. Si les pratiques relatives à la gestion du risque se soucient de retirer de la vie du délinquant des éléments statistiquement associés à sa récidive, elles ne se préoccupent que peu ou pas des éléments positifs, susceptibles de limiter les effets des facteurs de risque. Les efforts visant à identifier les facteurs de protection et les facteurs de modération chez les délinquants sont demeurés pour le moins modestes jusqu’à maintenant.

22On décrit généralement le facteur de protection comme un facteur qui affaiblit la relation entre un facteur de risque et une conséquence néfaste, et un facteur de compensation comme une force positive qui augmente le bien-être des individus, indépendamment de la présence ou non d’un facteur de risque (voir Vitaro et al., 2004, pour une description éclairante). Probablement parce que se concentrer sur l’identification des choses à éviter a porté ses fruits, on a négligé les aspects positifs qui jalonnent la vie des délinquants. Un modèle basé uniquement sur le risque offre néanmoins une vision incomplète des délinquants, laquelle ne correspond pas à la pratique clinique auprès de ceux-ci. En effet, les cliniciens ont habituellement pour réflexe de peser le pour et le contre dans leur évaluation des délinquants et des moyens à prendre pour les engager dans la voie de la réinsertion. Avec un modèle ne mettant l’accent que sur les déficits des délinquants, ils n’ont que peu de place pour y intégrer les éléments positifs.

23On note depuis quelques années une augmentation importante de l’intérêt pour les facteurs de protection. Même si certains instruments prennent en compte les facteurs de protection (comme SAVRY ou START), on doit à l’équipe néerlandaise de De Vogel (2009) le premier instrument spécifiquement dédié à l’étude des facteurs de protection. L’évaluation structurée des facteurs de protection (Structured Assessment of Protective Factors, ou SAPROF) est un instrument de jugement clinique structuré qui évalue trois grands domaines, soit les facteurs internes (intelligence, attachement sécurisant dans l’enfance, empathie, habiletés d’adaptation et maîtrise de soi), les facteurs liés à la motivation (travail, activités de loisirs, gestion des finances, motivation à l’égard du traitement, attitude envers les personnes en position d’autorité, objectifs de vie et médication) et les facteurs externes (réseau social, relation intime, soins professionnels, conditions de vie et contrôle externe). Le SAPROF a déjà montré sa validité incrémentielle par rapport au HCR-20 chez des patients psychiatriques judiciarisés. Il constitue désormais une avenue prometteuse dans l’étude des facteurs de protection. Ces facteurs devraient donner un souffle nouveau au champ de la gestion du risque, car au-delà de la diminution du risque se trouve probablement l’augmentation de la protection. Elle aura sans doute tôt fait de rallier les praticiens pour qui l’analyse des forces et des faiblesses des délinquants est naturelle.

242. Encadrer la quête d’exceptions et la dérogation clinique. Les travaux sur la prédiction clinique l’ont clairement et systématiquement montré, au fil des années : il est très difficile d’identifier qui récidivera et qui ne récidivera pas. Les instruments structurés permettent d’identifier les délinquants les plus à même de récidiver. Dans de rares circonstances, l’estimation du niveau de risque proposé par l’instrument entre en conflit avec les convictions du clinicien. Le clinicien est alors en mesure d’exercer son jugement professionnel discrétionnaire et de procéder à une dérogation clinique. L’étude approfondie des dérogations cliniques n’est guère encourageante : lorsque le clinicien souhaite bonifier l’instrument, ses décisions ont pour effet, dans une large mesure, de dégrader la validité de l’instrument (Gore et Epperson, 2007). Ce processus d’identification des exceptions mérite toutefois qu’on s’y attarde de manière plus systématique. Des travaux s’intéressant aux bonnes et aux moins bonnes décisions devraient permettre de guider les praticiens vers l’identification des exceptions les plus pertinentes.

253. Délaisser les combinaisons additives. À l’heure actuelle, les instruments permettant de prédire la récidive tablent sur un modèle commun, dans lequel on retrouve les facteurs les plus statistiquement associés à la récidive, c’est-à-dire les facteurs porteurs d’une variance explicative unique. Jusqu’à tout récemment, les efforts d’individualisation du risque n’avaient servi qu’à dégrader la validité prédictive. Or, l’individualisation du risque relève de la détection des effets d’interaction entre les facteurs : tel facteur de risque n’est utile que pour les personnes ayant telle ou telle caractéristique.

26D’un point de vue clinique, un tel exercice demande des énergies cognitives et un niveau de systématisation difficile à atteindre. Sans surprise, organiser l’évaluation du risque en gardant à l’esprit toutes les interactions possibles et les appliquer aux cas particuliers relèvent de l’exploit. D’un point de vue empirique, la détection des effets d’interactions n’est pas une mince tâche. Les techniques statistiques actuellement préconisées dans les modélisations de la récidive sont dans une large mesure basées sur les modèles d’effets principaux (main effects models), lesquels ne traitent qu’accessoirement les effets d’interactions complexes. Or, les développements empruntant aux techniques de forage de données (par exemple, les nombreuses stratégies d’arbres de classification ou les réseaux neuronaux artificiels) laissent entrevoir le jour où l’évaluation du risque de récidive pourra être modulé en fonction de l’interaction entre les facteurs de risque, les facteurs de protection, les lacunes et les forces du milieu d’accueil du délinquant, et le niveau de contrainte pénale.

27On doit à Monahan et à ses collègues (2005) les premiers efforts de développement de méthodes d’individualisation du risque. Le COVR (Classification of Violence Risk) intègre les facteurs personnels, historiques, contextuels et cliniques en un système décisionnel informatisé, basé sur une série d’algorithmes statistiques dérivés d’arbres de classification. De tels modèles pourraient permettre de délaisser les logiques additives de combinaison des prédicteurs qui prévalent depuis Burgess (1928), et de formaliser ou à tout le moins calquer le processus fin et complexe du jugement clinique.

284. Temporaliser les événements criminels et délaisser (lorsque possible) la notion de récidive. Depuis les tout premiers travaux sur la prédiction, la récidive a été conçue comme un événement terminal. Il n’est en cela pas surprenant que les méthodes statistiques d’analyse de survie, importées de la médecine des maladies graves, aient trouvé un écho si important dans le domaine. Or, la récidive n’est tout simplement pas un événement terminal : elle s’insère dans une longue séquence temporelle, jalonnée de tentatives d’intégration sociale, de faux pas, de mauvais choix prosociaux, de bonnes décisions criminelles et de délits non judiciarisés. Or, plusieurs chercheurs ont développé des schèmes permettant d’étudier la séquence longitudinale des événements criminels.

29Le champ de l’étude de la carrière criminelle permet de se concentrer sur le développement et l’évolution des comportements délinquants d’une personne à travers le temps, et de voir la relation de ces changements avec les taux de récidive (Blumstein et al., 1986). Il offre donc un cadre utile pour organiser les cheminements criminels, et rappelle que la compréhension de ceux-ci passe par une lecture temporelle des événements qui jalonnent la vie des délinquants. Ultimement, une approche tirant profit de la temporalité des événements mettra en perspective les récidives et les reprises, permettra d’en mieux comprendre les séquences et nous poussera à cibler des marqueurs plus utiles du progrès des délinquants dans le processus de réinsertion sociale.

***

30L’évaluation du risque que posent les délinquants est donc passée au fil des décennies d’une interprétation personnelle de la dynamique à un cadre relativement structuré visant l’évaluation des besoins criminogènes et non criminogènes des délinquants et la mise en place d’une intervention ayant pour but la réduction de la récidive. Bien que les mesures de l’efficacité de chacune de ces générations d’instruments n’aient cessé de montrer une amélioration par rapport aux précédentes, ce passage a laissé des traces. L’expertise individuelle a lentement laissé place à une expertise partagée et la lecture idiographique a été remplacée par une conception nomothétique du risque.

31C’est probablement lorsque l’on envisage les façons d’améliorer les pratiques que les influences de ces changements se font le plus sentir. L’évaluation du risque est désormais enchâssée dans un processus à vocation scientifique, et ne repose plus sur les seules compétences personnelles et professionnelles du clinicien. À cet égard, la bonification des pratiques n’a plus pour unique voie l’expérience clinique, laquelle s’acquiert au prix de nombreuses années de pratique (et ne se transmet qu’imparfaitement par le mentorat). L’expertise clinique s’institutionnalise, est dotée d’une mémoire et survit désormais à ses cliniciens.

Bibliographie

références

Ægisdóttir, S. et al., « The meta-analysis of clinical judgment project: Fifty-six years of accumulated research on clinical versus statistical prediction », The Counseling Psychologist, vol. 34, no 3, 2006, p. 341-382.

Andrews, D. A. et J. A. Bonta, The psychology of criminal conduct, 4e éd., Cincinnati, Anderson, 2007.

Blumstein, A. et al., Criminal Careers and « Career Criminals », vol. 1, Washington, National Academy Press, 1986.

Bonta, J. et S. J. Wormith, « Risk and need assessment », dans McIvor, G. et P. Raynor (dir.), Developments in Social Work with Offenders, Philadelphie, Jessica Kingsley Publishers, 2008, p. 131-152.

Burgess, E. W., « Factors determining success or failure on parole », dans Bruce, A., A. J. Harno et E. W. Burgess (dir.), The Working of the Indeterminate Sentence Law and the Parole System in Illinois, Springfield, Illinois State Board of Parole, 1928, p. 205-249.

De Vogel, V. et al., SAPROF: Guidelines for the Assessment of Protective Factors for Violence Risk. Utrecht, Forum Educatief, 2009.

Gore, K. S. et D. L. Epperson, Clinical Overrides of the MnSOST-R and their Impact on Predictive Accuracy, article présenté à l’Association for Treatment of Sexual Abusers (ATSA), San Diego, nov. 2007.

Meehl, P. E., Clinical versus Statistical Prediction, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1954.

Minor, K. I., « Is Recidivism a valid measure of correctional success? », dans Fields, C. B. (dir.), Controversial issues in corrections, Boston, Allyn & Bacon, 1999, p. 1-9.

Monahan, J. et al., The classification of violence risk, Lutz, Psychological Assessment Resources, 2005.

Vitaro, F., J. M. Assaad et R. Carbonneau, Les enfants résilients de parents affectés d’une dépendance, Montréal, Comité permanent de lutte à la toxicomanie du Québec, 2004.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search