Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Première partie. Un regard différent sur la « déviance »

4. Pourquoi notre société est-elle de moins en moins violente ?

Marc Ouimet

Résumé

L’histoire de l’humanité montre que l’incidence de la violence a suivi une lente régression au fil des siècles. Plus récemment, au Canada, le nombre d’homicides a diminué entre 1900 et 1950 avant de connaître une explosion durant les années 1960 et 1970 et de chuter à nouveau par la suite. Depuis son sommet historique de 1993, la criminalité a chuté au Québec. Comment comprendre et expliquer ces tendances ?

Texte intégral

1Les grands philosophes tels Rousseau, Hobbes ou Locke discouraient sur l’état de nature, soit la condition des hommes avant l’apparition de la civilisation. Les travaux récents des archéologues montrent que la violence était omniprésente dans les sociétés préhistoriques. Comme le disait Hobbes en 1651, la vie à l’état de nature était « misérable, brutale et brève » (nasty, brutish and short). Ember (1978) a étudié 31 sociétés ne vivant ni d’agriculture ni d’élevage et montre que seulement trois d’entre elles peuvent être qualifiées de paisibles, les autres vivant fréquemment des épisodes de guerre, de raids, de querelles avec les clans ennemis. Les estimations sur la prévalence de l’homicide varient, mais un estimé conservateur serait qu’une personne sur huit, à l’époque préhistorique, mourait des conséquences de violence. Supposons que l’espérance de vie était alors de 35 ans, cela revient à dire que chaque année une personne sur 280 était victime d’homicide, ce qui se traduit en un taux d’homicides de 357 pour 100 000 habitants.

2Lorsque l’agriculture et l’élevage s’imposèrent, il s’ensuivit des changements profonds dans l’organisation sociale. D’abord, les nouvelles capacités de production permirent aux populations de croître et apparurent alors des hameaux, des villages et des villes. S’imposa alors une spécialisation des tâches et, par conséquent, une certaine stratification sociale. Il est évident que ces nouvelles façons de vivre ne pouvaient exister dans un chaos et une anarchie totale. Des chefs de tribu, roitelets et rois prirent graduellement le contrôle, édictèrent lois et règles de vie et assurèrent le maintien de l’ordre. Pour plusieurs, c’est la monopolisation de la violence par l’État qui a d’abord contribué à une baisse importante du taux d’homicides. Le sociologue Manuel Eisner (2001) a colligé les données disponibles sur l’homicide au Moyen Âge dans plusieurs pays européens. Aux XIIIe, XIVe et XVe siècles, les taux d’homicides dans les villes pour lesquelles des statistiques sont disponibles varient entre 30/100 000 et 90/100 000. La figure 1 présente les résultats de différentes estimations du taux d’homicides pour l’Angleterre.

figure 1. Estimation du taux d’homicides en Angleterre de 1200 à aujourd’hui

figure 1. Estimation du taux d’homicides en Angleterre de 1200 à aujourd’hui

Source : Eisner, 2001.

3Globalement, au fur et à mesure que les sociétés se sont développées, le niveau de violence a diminué. Pour Cusson (2000), l’explication la plus plausible de la baisse de la violence serait qu’au fil des siècles les pouvoirs publics se soient appropriés la gestion et le contrôle des conflits privés entre individus. La victime d’un vol n’a plus à se faire justice elle-même : elle mandate les autorités pour obtenir réparation ou pour voir punir le coupable. Pour certains, le déclin du nombre d’homicides aux États-Unis vers 1900 coïncide avec le développement de la société industrielle, où les hommes ont des emplois dans des usines, travaillent de nombreuses heures et sont en quelque sorte enrégimentés dans un cadre de vie strict.

4Pour expliquer la tendance séculaire de la baisse graduelle des niveaux de violence, Norbert Elias (1939) a cherché à vérifier si « il existe des transformations à long terme des structures affectives et des structures de contrôle des hommes appartenant à des sociétés déterminées, lesquelles vont, à travers toute une succession de générations, dans une seule et même direction ». Dans cette perspective, on peut concevoir la chute de la violence comme le fruit du processus de civilisation : la bourgeoisie d’abord, puis le peuple ensuite développent un dédain marqué pour les démonstrations de violence. Pour Elias, la maîtrise graduelle de l’affectivité est l’élément clé du processus, maîtrise que l’on peut d’ailleurs associer au self-control de Gottfredson et Hirschi (Eisner, 2001).

5Pour Eisner, les périodes de déclin de l’homicide coïncident souvent avec des périodes de stabilité politique et d’expansion des structures sociales, notamment avec le triomphe du monarchisme, l’arrivée de l’État central et la création de la bureaucratie. C’est ainsi que certains auteurs intègrent la notion de social disciplining à leur réflexion. Avec la croissance de l’État, une intrusion plus grande de celui-ci dans la vie des gens est nécessaire, notamment avec la création des armées, des milices et des polices. L’État veut consolider son pouvoir et, pour ce faire, il a besoin d’une population plus travaillante, disciplinée et soumise. La religion vient renforcer le contrôle social formel et informel imposé à la population.

le siècle dernier

6Supposons que le taux d’homicides moyen au cours du XXe siècle dans le monde entier ait été de 10/100 000 habitants (c’est ce qu’il a été selon les données les plus fiables en 2004) et que la population moyenne du XXe siècle ait été de 3 milliards d’habitants, cela revient à dire qu’il y eut 30 millions de meurtres sur la terre pendant cette période. C’est peu par rapport aux 36 millions de combattants et de civils qui sont morts lors des guerres et aux 120 millions de gens tués par leur propre gouvernement, ce que Rummel (1997) appelle les démocides (dont 43 millions attribuables à Joseph Staline, 48 millions à Mao Tsé-toung et 21 millions à Adolf Hitler). Aujourd’hui, environ 600 000 personnes sont victimes d’un homicide dans le monde chaque année (Ouimet, en préparation).

7Au Canada, on retrouve des données sur la criminalité déclarée depuis environ 140 ans, mais celles-ci sont difficiles à traiter puisque les définitions des infractions, leurs classifications et les règles de décompte changent avec le temps. Toutefois, en ce qui concerne le crime d’homicide, il est possible d’utiliser trois sources distinctes, soit les données policières, les accusations devant les tribunaux ainsi que les données sanitaires sur les causes de décès. Ce crime a aussi l’avantage d’être largement rapporté aux autorités et généralement pris très au sérieux par les policiers. Le chiffre noir de l’homicide est donc petit. Finalement, le taux d’homicides est un bon indicateur du niveau de violence d’une société – plus il y a de vols qualifiés, de viols ou de coups et blessures, plus il y aura d’homicides. La figure 2 illustre les tendances du taux d’homicides au Canada de 1901 à 2008.

figure 2. Taux d’homicides au Canada de 1901 à 2008 (taux par 100 000 habitants)

figure 2. Taux d’homicides au Canada de 1901 à 2008 (taux par 100 000 habitants)

8La courbe de la figure 2 montre que le taux d’homicides au Canada a beaucoup fluctué au cours du XXe siècle. Si le taux était bas au tout début, il a doublé au cours des deux premières décennies. L’urbanisation, une intense migration vers les villes et une forte immigration pourraient expliquer cette hausse. On retrouve les deux premiers pics lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et lors des années suivant le krach boursier de 1929. Il est intéressant de noter que le taux d’homicides a décliné durant la Grande Dépression qui a marqué les années 1930. Malgré un soubresaut lors de la Seconde Guerre mondiale, le taux d’homicides était très bas au milieu du siècle, période de croissance économique et de forte natalité. Au Québec, cette période a été qualifiée de rétrograde et conservatrice (la grande noirceur), mais le fait que la vie quotidienne des gens était fortement encadrée par la famille, l’État et l’Église assurait un faible taux de criminalité (Ouimet, 2005).

9Arrivèrent alors les années 1960 et 1970. Ce fut la grande libération, d’abord face à l’Église, puis face aux valeurs traditionnelles et aux institutions. La Révolution tranquille fut une époque d’affirmation de l’individu, de recherche des plaisirs et de refus d’engagement. Il faut dire que cette période se caractérise par l’arrivée du plus grand contingent d’adolescents et de jeunes adultes de l’histoire du Québec, ce qui entraîna inévitablement une hausse de la criminalité. Si l’homicide a atteint son sommet en 1975, plusieurs autres formes de crimes ont continué leur progression par la suite.

10Comment expliquer cette brusque croissance ? Dans la perspective du processus de civilisation, ce serait comme si tout d’un coup les bonnes manières, la politesse, l’étiquette et les valeurs comme la maîtrise de soi avaient disparu. Pour expliquer la montée de la violence aux États-Unis, Wacquant (2001) parle de dépacification de la vie quotidienne, de dédifférenciation sociale et d’informalisation économique. Bref, si la baisse de la violence est une tendance multiséculaire, il survient de temps en temps des soubresauts d’origine conjoncturelle.

les quinze dernières années

11Au Québec, comme dans le reste du Canada et aux États-Unis, la criminalité a diminué depuis le sommet de 1993. Le tableau 1 montre le taux de criminalité par 100 000 habitants au Québec en 1993 et en 2008 pour les principales formes de crimes. Il apparaît clairement que la plupart des formes de crimes ont connu des baisses importantes : 46 % pour les homicides (les 92 cas de 2008 font pâle figure face aux 225 homicides de 1975 et aux 215 de 1989), 63 % pour les tentatives de meurtre, 38 % pour les vols qualifiés. Deux formes de crimes montrent plutôt des hausses, soit les voies de fait et les agressions sexuelles. Dans ces deux cas, la tendance s’expliquerait davantage par une hausse de la dénonciation et du taux de déclaration (Ouimet, 2005).

tableau 1. Taux de criminalité pour les principales formes de crimes au Québec, 1993 et 2008 (taux par 100 000 habitants)

tableau 1. Taux de criminalité pour les principales formes de crimes au Québec, 1993 et 2008 (taux par 100 000 habitants)

12Il est intéressant de constater que ce n’est pas que la criminalité qui a diminué au cours des deux dernières décennies. Au Québec, le nombre de décès sur les routes a chuté depuis les années 1970 : il est passé de plus de 2000 en 1973 à 515 en 2009. Bien que la sécurité des véhicules et des routes se soit grandement améliorée, que les soins d’urgence se soient modernisés, il faut surtout voir dans une telle baisse l’effet des changements des habitudes de conduite et une décroissance du nombre de jeunes.

les explications de la baisse récente de la criminalité

13Plusieurs chercheurs tentent d’expliquer les causes de la diminution de la criminalité aux États-Unis et au Canada. Un grand nombre de théories, de modèles et de facteurs sont maintenant proposés. Voyons les principales explications invoquées pour expliquer la baisse de la criminalité au cours des 15 dernières années.

141. La structure démographique. La relation entre l’âge et le crime est la plus forte et la mieux établie en criminologie. Sur le plan individuel, la courbe du crime augmente en flèche vers les 13-14 ans, atteint son sommet vers 17 ans et diminue par la suite. Ainsi, une société avec de moins en moins d’adolescents et de jeunes adultes devrait aussi connaître une baisse de la criminalité. Au Québec, un premier pic de la criminalité a été observé vers la fin des années 1970 quand les baby-boomers (surtout ceux nés au début des années 1960) étaient des adolescents. Depuis 1993, le pourcentage des 15-35 ans dans la population diminue. Bien que l’importance de l’effet démographique soit un sujet de débat parmi les chercheurs, au Québec l’effet ne peut être plus clair.

152. La situation économique. Les criminologues qui se sont intéressés à la relation entre le taux de chômage et le taux de criminalité savent bien que les données sont loin d’être concluantes. Il faut savoir que la criminalité a chuté lors de la grande récession des années 1930 et a explosé pendant des périodes de croissance économique, comme ce fut le cas durant les années 1970. Ce qui lie la situation économique et la criminalité, c’est la possibilité qu’ont les jeunes de travailler et de s’intégrer au marché du travail lorsqu’ils atteignent l’âge adulte. Depuis 1990, les jeunes ont envahi le secteur des services (restaurants, épiceries, dépanneurs, etc.) et se trouvent aisément un emploi. L’intégration massive des adolescents et des jeunes adultes dans le monde du travail leur procure deux grands bienfaits : il ont de l’argent et ils sont occupés. De manière générale, grâce à une conjoncture démographique qui les avantage, les jeunes d’aujourd’hui sont optimistes face à leur avenir, ce qui constitue un rempart contre l’engagement dans la délinquance.

163. L’appareil répressif. La troisième explication serait celle liant une hausse des risques pour les auteurs de délits et la baisse de la criminalité. D’une part, les victimes rapportent davantage leur victimisation à la police et cette dernière, grâce aux développements technologiques, est de plus en plus efficace dans l’identification des suspects et dans la constitution des dossiers d’enquête.

17Pour Cusson (2009), la baisse de la criminalité s’explique par une croissance de la sécurité privée et par l’amélioration continue des technologies de la sécurité. On pense ici à l’amélioration de la qualité des systèmes d’alarme, aux contrôle d’accès et surtout à la prolifération de la télésurveillance (avec des capteurs HD et l’enregistrement en continu). Un autre facteur lié aux technologies de la surveillance est la prolifération des téléphones cellulaires, qui permettent d’appeler rapidement à l’aide lors d’incidents et de prendre des photos ou des vidéos des événements. D’ailleurs, il semble que pour les policiers les téléphones intelligents constituent une vraie mine d’or ; les textos envoyés et reçus par les suspects s’avèrent souvent incriminants.

18Pour certains observateurs, du moins aux États-Unis (Levitt, 2004), la baisse de la criminalité s’explique en partie par la croissance fulgurante de l’incarcération pendant les années 1980 et 1990. Si cela peut être plausible dans ce pays, au Canada et dans d’autres pays où la criminalité diminue, il n’y a pas eu de hausse notable de l’incarcération. Toutefois, avec une baisse de la criminalité depuis 15 ans et une population carcérale stable, cela veut donc dire que les risques pour les délinquants se sont quand même légèrement accrus au Canada.

194. Les activités routinières. Sur le plan des activités routinières, deux innovations peuvent être en lien avec la baisse de la criminalité. Ouimet (2006) précise que l’arrivée des consoles de jeux vidéo et surtout la popularisation d’Internet expliquent en partie la baisse de la criminalité enregistrée depuis le milieu des années 1990. C’est l’envers de la thèse de la dispersion des activités de Cohen et Felson : les jeunes passent de plus en plus de temps chez eux, interagissant virtuellement avec leurs amis, ce qui les protège contre eux-mêmes et contre les autres. Aussi, la popularisation des téléphones mobiles chez les jeunes a complètement modifié leur routine. En particulier, ils n’ont plus besoin de se rencontrer dans des endroits précis (parcs, coins de rue, etc.), évitant ainsi une délinquance spontanée explicable par des effets de groupe (bravades, défis, conflits, etc.).

20Il y a d’autres changements marquants dans les habitudes de vie des jeunes qui pourraient expliquer en partie la baisse de la criminalité : l’abandon progressif de l’usage de l’argent liquide (le taxage et les vols à la tire deviennent moins intéressants), l’accès grandissant à des véhicules automobiles (plus besoin d’en voler), le piratage sur Internet (le vol pour la revente de CD était un motif de cambriolage dans les années 1980 et 1990), la baisse du coût d’achat et l’obsolescence rapide des biens de consommation électroniques (un ordinateur pouvait coûter 2500 $ en 1990 ; il s’en vend maintenant pour 400 $).

215. Autres facteurs. De nombreux facteurs, certains convaincants et d’autres moins, ont encore été invoqués pour expliquer la baisse de la criminalité. Levitt (2004) pense que la légalisation de l’avortement aux États-Unis durant les années 1980 explique la baisse de la délinquance juvénile et de la violence durant les années 1990. Wadsworth (2010) montre que la hausse de l’immigration dans les grands centres urbains américains durant les années 1990 aide à expliquer la baisse de la criminalité. Marcotte et Markowitz (2009) montrent dans leurs analyses de séries chronologiques que l’usage grandissant des antidépresseurs de nouvelle génération (Paxil, par exemple) rend compte de la baisse de la criminalité. Il est aussi possible de penser que la réduction de la consommation d’alcool dans les bars, due à des règles plus sévères en matière de conduite automobile, puisse expliquer une baisse de certaines formes de violence. Si certains croient que la baisse du taux d’homicides s’explique, du moins en partie, par un contrôle plus strict de la circulation des armes à feu, cette raison ne pourrait expliquer pourquoi les vols de véhicules ou les cambriolages diminuent. Aussi, malgré les nouvelles lois et les contrôles, il n’est pas certain qu’il y ait moins d’armes en circulation dans la rue et dans les milieux criminels ; ce serait même peut-être le contraire. Un économiste américain pense que la baisse des années 1990 s’explique par le retrait du plomb dans l’essence durant les années 1970 ; moins d’enfants sont exposés aux effets dommageables des métaux lourds nuisibles pour leur développement physique et intellectuel.

***

22Les facteurs les plus influents pour expliquer la baisse de la criminalité au cours des dernières décennies sont selon nous le vieillissement de la population, l’amélioration des perspectives économiques pour les jeunes, un appareil répressif plus efficace et une dé-dispersion des activités routinières des jeunes. Ajoutons à ces facteurs un retour en force de valeurs conservatrices qui prônent la modération, le contrôle de soi et le respect de l’autre. Les campagnes de sensibilisation à l’encontre de la violence sexuelle, de la violence familiale ou de la conduite avec facultés affaiblies ainsi qu’une série de restrictions concernant l’usage de tabac ou d’alcool ont produit des effets diffus qui se sont traduits par le déclin de plusieurs formes de crimes, des suicides, des accidents de la route et même des mauvais traitements infligés aux enfants (Mishra et Lalumière, 2009).

23Le nouveau conservatisme a fait en sorte que des comportements acceptés ou tolérés dans une période libérale sont maintenant stigmatisés et condamnés. Comme quoi le processus de civilisation décrit par Elias (1939) et utilisé pour expliquer la diminution de la violence au Moyen Âge est d’actualité : on voit toujours une progression de la sensibilité et de la compassion face aux autres et les jeunes ont un meilleur contrôle de leurs pulsions. Selon les tendances actuelles, tout semble indiquer que, dans le futur, le taux de criminalité continuera sa décroissance. Suivant une modélisation statistique de l’évolution du nombre d’homicides de 1975 à aujourd’hui, nous pouvons affirmer que, si la tendance se maintient, le nombre d’homicides au Québec sera inférieur à 50 en 2022. Qui vivra verra.

Bibliographie

références

Cusson, M., « Les homicides d’hier et d’aujourd’hui », dans Baechler, J., F. Chazel et R. Kamrane (dir.), L’auteur et ses raisons. Mélanges en l’honneur de Raymond Boudon, Paris, PUF, 2000, p. 43-58.

Cusson, M., « Le recul de la criminalité au Canada et aux États-Unis : Le rôle de la sécurité privée », dans Bauer, A. (dir.), La criminalité en France, Observatoire national de la délinquance, INHES, 2009

Elias, N. La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 [1939].

Ember, C., « Myths about hunter-gatherers », Ethnology, vol. 17, 1978, p. 439-448.

Levitt, S., « Understanding why crime fell in the 1990s : Four factors that explain the decline and six that do not », Journal of Economic Perspectives, vol. 18, no 1, 2004, p. 163-190.

Marcotte, D. E. et S. Markowitz, « A cure for crime ? Psycho-pharmaceuticals and crime trends », NBER Working Papers, no 15354, 2009.

Mishra, S. et M. Lalumière, « Is the crime drop of the 1990s in Canada and the USA associated with a general decline in risky and health-related behaviors ? », Social Science and Medicine, vol. 68. no 1, 2009, p. 39-48.

Ouimet, M., La criminalité au Québec durant le vingtième siècle, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005.

Ouimet, M., « Réflexions sur Internet et les tendances de la criminalité », Criminologie, vol. 39, no 1, 2006, p. 7-21.

Ouimet, M., « Six cent mille macchabées : Configurations et explications des variations du taux d’homicide à travers le monde en 2004 », article en préparation.

Rummel, R. J., Death by Government, New Brunswick, Transaction Publishers, 1997.

Wacquant, L. « Elias dans le ghetto noir » Politix, vol. 14, no 56, 2001, p. 209-217.

Wadsworth, T., « Is immigration responsible for the crime drop ? An aAssessment of the influence of immigration on changes in violent crime between 1990 and 2000 », Social Science Quarterly, vol. 91, no 2, 2010, p. 531-553.

Table des illustrations

Titre figure 1. Estimation du taux d’homicides en Angleterre de 1200 à aujourd’hui
Légende Source : Eisner, 2001.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre figure 2. Taux d’homicides au Canada de 1901 à 2008 (taux par 100 000 habitants)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre tableau 1. Taux de criminalité pour les principales formes de crimes au Québec, 1993 et 2008 (taux par 100 000 habitants)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre