Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Première partie. Un regard différent sur la « déviance »

3. Pourquoi certaines femmes restent-elles avec un conjoint violent ?

Dianne Casoni

Résumé

En dépit des progrès réalisés dans les sociétés occidentales quant à l’égalité entre les hommes et les femmes, il est toujours déconcertant de constater qu’en situation de violence conjugale, même gravissimes, nombreuses sont les femmes qui continuent de cohabiter avec un conjoint violent. Cela suscite d’autant plus de perplexité et d’incompréhension que, bien souvent, cette violence est un secret bien gardé par le couple. Pourquoi une femme persisterait-elle à passer l’éponge sur la violence dont elle est victime, que celle-ci soit physique, sexuelle ou encore faite de menaces et d’intimidation ? Les façons complexes de penser qui sont en jeu chez ces femmes et leurs effets sur leur relation de couple sont décrites ici dans le but de comprendre pourquoi elles semblent se mettre systématiquement à risque de revictimisation bien que, paradoxalement, ce soit justement ce qu’elles cherchent à éviter.

Texte intégral

1Même si les contextes culturel et social dans lesquels nous vivons ne soutiennent plus les relations de couple où la femme est en situation d’inégalité avec son conjoint et malgré le fait que la violence exercée au sein du couple ne soit plus acceptée dans les pays occidentaux depuis les années 1970, il existe encore des femmes, jeunes et moins jeunes, qui sont prises dans des relations de couple où elles sont victimisées. L’objectif de ce chapitre est de tenter de comprendre pourquoi certaines femmes ne parviennent pas à quitter un conjoint qui se montre violent envers elles de manière répétée, et ce, en dépit de leur souhait de rompre avec lui.

2Une expérience clinique et des recherches menées auprès d’hommes et de femmes aux prises avec cette problématique m’ont appuyée dans la conception d’un modèle interactionnel visant à expliquer le dilemme de ces femmes. Cinq dimensions caractéristiques de la façon dont ces femmes pensent seront ainsi présentées. Nous verrons comment ces façons de penser interagissent pour former un discours intérieur qui leur sert à expliquer leur situation, mais qui, plutôt que de leur être utile pour penser leur réalité, gêne leur réflexion sur elles-mêmes et sur leurs choix de vie. Je tenterai de montrer pourquoi ces façons de penser se mettent en place et se maintiennent ainsi que les conséquences qui en découlent, dont la principale est d’entretenir une réflexion qui semble tourner en rond. Chacune des cinq dimensions caractéristiques de ces façons de penser sera illustrée à l’aide d’extraits d’entretiens menés avec des femmes rencontrées dans un contexte de recherche. Tous les prénoms utilisés sont fictifs.

cinq façons de penser

31. La première dimension caractéristique de la façon de penser des femmes qui ne parviennent pas à quitter un conjoint violent est l’appréhension d’un prochain épisode de victimisation. Cette dimension se dégage avec intensité et constitue une angoisse importante chez toutes les femmes que nous avons connues. L’appréhension d’un prochain épisode de victimisation suffirait assurément à nombre de femmes pour prendre la décision de quitter leur partenaire. Cependant, dans les cas qui nous occupent, cette dimension de la pensée, qui s’impose à elles comme une présence psychologique, leur donne plutôt le sentiment d’être sous l’emprise de leur conjoint. La crainte d’être de nouveau victimisées crée ainsi un sentiment insidieux d’insécurité qui conduit ces femmes à être très attentives, voire hyper vigilantes, face à l’état émotif de leur conjoint, surveillant les moindres indices pouvant leur permettre de prévoir un prochain épisode de violence. Plusieurs décrivent même le développement d’une attitude quasi servile envers leur conjoint, faisant tout pour lui plaire ou encore agissant par anticipation pour tenter de contrôler leur environnement commun afin d’éviter la survenue du prochain épisode violent tant appréhendé. Parfois, dans un état de tension extrême, certaines agiront comme en témoigne Noémie : « Il y a des fois où je n’en peux plus et je lui dis, envoie, frappe-moi qu’on en finisse ! »

4L’appréhension d’une victimisation future constitue, en ce sens, un état d’angoisse intense qui détermine un grand nombre de conduites subséquentes. À tel point que, pour certaines femmes, cette appréhension est vécue de façon traumatique, ce qui les paralyse plutôt que ne les incite à l’action. Un phénomène semblable a été désigné comme constituant une « impuissance apprise » (Walker, 1979), ce concept ayant été emprunté à Seligman (1972), qui l’avait utilisé pour décrire le comportement paralysé de chiens soumis à des mauvais traitements répétés. Il arrive d’ailleurs que des femmes particulièrement maltraitées présentent un état psychopathologique diagnostiqué comme un état de stress post-traumatique. Ce ne sont cependant pas toutes les femmes qui vivent avec un conjoint violent qui présentent un tel état psychopathologique, il faut donc pousser plus loin notre réflexion pour élucider leur difficulté à se protéger.

52. Une autre dimension caractéristique de leur façon de penser peut nous aider à mieux comprendre le dilemme de ces femmes. Il s’agit de la qualité passionnelle de l’amour ressenti pour le conjoint, qui fait en sorte que la femme se considère privilégiée de vivre une telle relation de couple et qui la conduit même à prendre fait et cause pour son conjoint, fût-il violent. Les relations amoureuses passionnelles constituent un frein important à tout projet de rupture du couple, car elles constituent une puissante force d’attraction qui semble avoir le pouvoir de faire oublier les souffrances et les humiliations vécues, par ailleurs, par les femmes.

6La qualité passionnelle de l’amour ressenti n’est pas suffisante cependant pour expliquer à elle seule pourquoi ces femmes restent avec un conjoint violent. Par exemple, Roxanne parle certes d’un amour qu’elle juge exceptionnel, mais elle témoigne aussi avec angoisse de sa peur viscérale de revivre un prochain épisode de violence de la part de son partenaire. Bien qu’elle l’aime énormément, elle exprime aussi avec force détails comment il l’a frappée à grands coups de poing au visage et au ventre, lui a donné des coups de pied au dos, au ventre et sur la tête, sans compter la violence sexuelle dégradante à laquelle il l’a soumise et une strangulation qui l’a laissée à deux doigts de la mort lors du dernier épisode de violence. Toutefois, cette expérience semble modulée par l’intensité de ses émotions amoureuses, comme elle l’explique :

Il y a des fois où je le hais tellement…, je ne peux pas m’arrêter de penser à comment je le hais, je voudrais ne jamais l’avoir rencontré, et je maudis le jour où je suis retournée avec lui après notre séparation… Mais la plupart du temps, je l’aime tellement que je ne peux pas m’imaginer vivre sans lui !

7Ces deux premières dimensions semblent, dans bien des cas, voir leurs effets s’annuler. D’autres dimensions caractéristiques de la façon de penser de ces femmes doivent donc être prises en compte pour tenter de comprendre qu’elles restent avec un conjoint violent malgré leur souhait de le quitter. Ces trois dimensions remplissent une fonction défensive, comme la suite permettra d’expliquer.

83. La première dimension défensive consiste en une identification à un aspect infantile chez leur conjoint. Cette dimension renvoie à la manière dont ces femmes, dans un effort pour comprendre la violence de leur partenaire, s’identifient à ce qui, chez lui, le fait ressembler à un enfant. Cet aspect est invariablement associé par les femmes qui y sont sensibles à la vulnérabilité et à l’impuissance caractéristiques de l’enfance, comme si elles comprenaient la détresse et les états de panique colériques de leur conjoint comme étant de même nature que ceux exprimés par de jeunes enfants. Marie-Ève en parle ainsi :

Je me dis qu’il faut que je le comprenne. Il ne veut pas m’en parler, mais je sais ce qu’il a vécu dans sa famille quand il était petit, ç’a été terrible… Puis je me dis qu’il n’agirait pas comme ça s’il pouvait s’en empêcher.

9Par leur sensibilité et leur indulgence face à des angoisses et à des pertes de contrôle vues comme infantiles, ces femmes tentent en quelque sorte d’apprivoiser les excès de violence de leur conjoint. Ce faisant, toutefois, elles ne prennent pas en compte leurs propres angoisses et notamment leur appréhension d’une victimisation future. Cette dimension est conceptualisée comme jouant un rôle défensif puisqu’elle éloigne les femmes de leur propre réalité, subjective et objective. Pourquoi s’oublient-elles ainsi ? Il semble que, par un jeu de miroir, en s’identifiant aux angoisses infantiles de leur conjoint, elles apprivoisent leurs propres angoisses ainsi que leurs propres sentiments de vulnérabilité et d’impuissance. Comme s’il serait trop douloureux, ou peut-être trop humiliant, de regarder leur expérience en face, elles utilisent, sans le réaliser, une tactique de diversion ou de déplacement, portant leur attention sur ce qui se passe chez leur conjoint plutôt qu’en elles-mêmes. Cet élément défensif caractéristique de leur façon de penser interagit avec les deux dimensions suivantes, qui sont également de nature défensive.

104. L’élément défensif suivant consiste en une représentation d’elles-mêmes comme possédant une force de résistance qui les rend supérieures à leur partenaire. Cela peut s’exprimer de trois manières différentes : par la banalisation de la violence du conjoint, par l’expression d’un sentiment d’abnégation, ou encore par l’établissement d’un rapport de compétition avec lui. Dans le premier cas de figure, en minimisant la gravité, la fréquence ou les conséquences des actes de violence de son conjoint, la femme se convainc, comme le fait Victoria, de posséder une force de résistance supérieure à la sienne : « Ses crises ne m’impressionnent plus (…), je peux en prendre ! » Dans le second cas de figure, un sentiment d’abnégation ou de résignation est transmis très clairement par Julie quand elle dit : « Il se pense le plus fort, je le laisse se l’imaginer ! » Enfin, la compétition avec le conjoint se dégage clairement des propos de Johanna, qui parle d’un incident où elle a publiquement humilié son mari en réaction à sa tendance à lui à la rabaisser et à la dénigrer constamment : « Ça lui apprendra à m’humilier ! » Ce qui est paradoxal, c’est qu’en représailles à cet incident, Johanna a été battue violemment. Toutefois, elle conserve cette représentation d’elle-même d’être au moins aussi forte que lui en dépit des blessures graves qu’il lui a infligées.

11Tout se passe comme si le sentiment de remporter une victoire morale à travers la banalisation, l’abnégation ou la compétition, même si elle est éphémère, est activement recherché et utilisé pour restaurer un tant soit peu leur estime d’elles-mêmes. Cette dimension de la pensée agit en interaction avec la précédente. En effet, lorsque l’infantilisation du conjoint qui résulte de l’identification à des aspects infantiles chez lui se conjugue à une force de résistance qui se manifeste par une représentation de soi comme plus forte que le conjoint, malgré sa force physique et sa domination par la violence, la femme se trouve défensivement à adopter une position quelque peu parentale par rapport à son partenaire. Se pourrait-il qu’en conséquence l’idée de le quitter prenne pour elle un sens particulier, celui d’abandonner un enfant sans défense plutôt qu’un adulte capable de veiller sur lui-même en cas de rupture ? Cette représentation du partenaire est paradoxalement très présente.

125. La dernière des façons de penser des femmes qui restent avec un conjoint violent – qui vient clore aussi la série des dimensions dites défensives – est l’attitude de collusion avec le conjoint par rapport à sa violence. Cela s’observe soit lorsque les femmes s’attribuent la responsabilité de la survenue d’un épisode de violence, soit encore lorsqu’elles participent activement à en cacher les conséquences les plus manifestes. Plus les effets délétères de la violence sont importants, plus cette façon de penser apparaît déconcertante. Toutes les femmes que nous avons connues ont, à un moment ou un autre, manifesté une telle collusion, comme pour protéger leur conjoint, mais aussi comme si elles cherchaient à créer une alliance avec lui. Johanna en donne une illustration en s’attribuant la responsabilité d’un grave assaut de la part de son conjoint :

J’étais occupée à l’ordi, je n’avais rien prévu pour manger… Habituellement, je suis plus disponible, plus à l’écoute… Pour être tout à fait franche, je dois dire que ce qui est arrivé, c’est un peu ma faute [parce que] je n’avais aucune raison de perdre patience avec lui comme je l’ai fait.

13Une autre forme que prend la collusion avec le conjoint consiste à effacer activement les traces des assauts, soit en cachant les marques laissées sur le corps, en réparant les dégâts matériels causés ou encore en trompant ses enfants sur ce qui est arrivé. Le discours de Lucie l’illustre :

J’ai toujours trouvé une raison pour expliquer à mes enfants et à la famille [élargie] la cause de toutes les blessures que j’ai eues. Quand je devais aller à l’hôpital parce que c’était trop grave ou pour des points de suture, c’était la même chose, j’inventais toujours une histoire. Je ne sais pas pourquoi je prenais la peine de faire ça parce que je ne pense pas qu’on me croyait. Même pour mes enfants, je ne devais pas être très convaincante, [parce qu’] ils l’entendaient bien quand leur père perdait la carte, mais je ne voulais pas le dire que c’était leur père qui m’avait blessée. C’est un peu la même chose pour ma famille et la sienne, je ne voulais pas qu’ils le voient comme quelqu’un qui bat sa femme. Ça a tellement bien marché qu’encore aujourd’hui mes enfants (…) parlent de moi comme de quelqu’un qui était toujours blessée, comme ci c’était moi qui était… celle qui se faisait mal tout le temps pour rien ! (rire).

14Ces cinq dimensions témoignent à la fois d’un dilemme et d’un paradoxe. Le dilemme d’avoir peur de celui que l’on aime à la folie et le paradoxe de vouloir le quitter en raison de sa violence tout en défendant, dans son discours intérieur, son recours à ce même comportement violent. Pour tenter de l’expliquer, voyons comment ces cinq éléments caractéristiques de leur façon de penser interagissent.

interaction des cinq dimensions

15La qualité passionnelle de l’amour ressenti ne permet certes pas d’expliquer à elle seule le fait que certaines femmes restent avec un conjoint violent. Quand bien même certaines d’entre elles peuvent être agressives dans leur rapport à leur conjoint, voire violentes elles-mêmes, il n’en demeure pas moins que toutes les femmes que nous avons connues ont été blessées, certaines grièvement, et que plusieurs ont craint très légitimement pour leur vie. Par contre, aucun de leurs partenaires n’a eu peur de sa conjointe, ni n’a été sérieusement blessé par elle. Cette différence qualitative importante se dégage d’ailleurs clairement d’une des dimensions caractéristiques de la façon de penser que partagent toutes ces femmes, soit leur crainte d’être à nouveau victimes de mauvais traitements de la part de leur conjoint, dimension spécifique du discours intérieur des femmes, que nous n’avons jamais rencontrée chez des hommes violents dans leur relation de couple.

16Bien que l’appréhension d’une victimisation future constitue une angoisse suffisamment importante pour inciter la plupart des femmes à consulter un professionnel, à solliciter de l’aide extérieure ou encore à quitter celui qui les menace, chez les femmes qui restent avec un conjoint violent, cette appréhension semble plutôt déterminer un certain nombre de conduites réactives dont les effets apparaissent paradoxaux. Pour ces femmes, l’angoisse d’être à nouveau victimisées semble en effet avoir acquis un caractère à ce point traumatogène qu’il en est paralysant. Bien qu’elles présentent un état psychologique de type post-traumatique, elles se trouvent néanmoins dans un contexte relationnel où la qualité de l’amour ressenti est très souvent, selon nos recherches, partagée par un conjoint qui leur promet, le plus souvent tout à fait sincèrement, que les assauts ne se répèteront plus.

17Dans le modèle post-traumatique proposé, le caractère passionnel de l’amour constitue ainsi le fondement d’un discours intérieur justifiant la poursuite de la relation et qui donne naissance à un système de rationalisations à trois niveaux. À un premier niveau, la perception de la détresse du conjoint donne naissance à une identification aux aspects infantiles chez lui, et cette identification est transformée défensivement en une vision infantilisante du partenaire. Puisque cette dimension s’associe tout naturellement à une position parentale vis-à-vis du conjoint, l’infantilisation se développe secondairement en un sentiment de supériorité qui est vécu comme la possession d’une force de résistance face à la violence dont les femmes imaginent qu’elle serait inatteignable par leur conjoint. Cela permet aux femmes, en outre, de sauvegarder une certaine estime d’elles-mêmes, estime qui est mise à mal par le dénigrement et l’humiliation dont elles sont l’objet de la part de leur partenaire. Puis, à un troisième niveau, la collusion avec le conjoint constitue le troisième élément de ce discours à caractère défensif, dimension qui s’installe dans « l’après-crise de rage » ou « l’après-crise de colère » du conjoint et constitue le dénouement temporel logique de cette séquence de rationalisations.

18Ainsi, sous l’effet de l’appréhension d’une victimisation future, mais aussi profondément affectées par leur victimisation passée, ces femmes apparaissent psychologiquement paralysées et donc incapables de bien prendre en compte les faits qui leur permettraient de juger de leur situation relationnelle actuelle et, vraisemblablement, future. Plutôt, elles cherchent à comprendre ce qui leur arrive à elles en portant une attention presque exclusive à ce qui se passe chez leur conjoint. Cette tentative de comprendre l’autre – plutôt que ce qu’elles vivent elles-mêmes dans la relation de couple telle qu’elle est – paraît initier un cercle vicieux de justifications du comportement de leur conjoint qui les inhibent plutôt qu’elles ne les aident à réaliser les décisions qu’elles disent vouloir prendre. C’est ainsi que, dans leur tentative pour donner un sens à leur victimisation, elles se perdent dans le piège de la rationalisation. Bien que leur compréhension de ce qui se passe chez leur conjoint semble assez souvent juste, cette compréhension leur sert ultimement à justifier leur propre inaction. En expliquant le comportement aberrant de leur conjoint, elles s’oublient elles-mêmes, oublient leur victimisation et, par le fait même, s’exposent paradoxalement à leur future victimisation. Christina résume cette inertie traumatique de la pensée de façon éloquente :

19Un jour j’ai compris, à travers des menaces voilées qu’il me faisait, qu’il finirait par s’en prendre à notre fils, comme il s’en prenait à moi ; et c’est là que je me suis ressaisie. On dirait que j’ai vu à ce moment-là que c’était inacceptable de me laisser traiter comme ça, depuis deux ans déjà (…) et c’est là que j’ai pris mes choses et que je suis partie avec [mon fils]. Ça n’a pas été facile, mais j’ai bien fait, je l’ai vu après, une fois partie, tout le stress que je vivais à cause de ses menaces et de sa violence.

***

20Bien entendu, le modèle que nous vous avons présenté pour tenter d’expliquer ce qui se passe chez ces femmes ne cerne que ce qui est vécu phénoménologiquement par un des deux membres du couple. Pour une vision plus complète de l’expérience telle qu’elle est vécue et comprise par les deux partenaires de couples où la conjointe est répétitivement victimisée, le lecteur est invité à consulter d’autres écrits (Casoni et Brunet, 2003 ; Casoni et Campbell, 2004 ; LaRocque, 1994 ; McCue, 2008).

21Que doit faire une femme si elle se retrouve avec un partenaire qui lui déclare certes un amour d’une qualité exceptionnelle, qu’elle partage du reste avec lui, mais qui lui témoigne aussi de la jalousie, qui exerce un contrôle sur sa vie et fait preuve d’intimidation, voire d’une forme ou d’une autre de violence à son égard ? La principale recommandation consiste d’abord à éviter de porter sa réflexion sur son conjoint plutôt que sur soi-même et sur son avenir éventuel avec cet homme tel qu’il est. Il est important pour elle de se demander quelle décision elle prendrait dans le cas où la qualité exceptionnelle de l’amour qu’elle ressent pour lui s’atténuerait ou changerait de nature. En ce sens, elle doit prendre en compte le fait que la trajectoire amoureuse de ces couples témoigne le plus souvent de destinées malheureuses où, une fois que s’est estompée la qualité exceptionnelle de l’amour, ne reste plus en guise de témoignages d’attachement que le contrôle, l’intimidation et la violence des paroles et des actes. C’est un avenir que peu de femmes, le connaissant à l’avance, choisiraient librement.

Bibliographie

références

Casoni, D. et L. Brunet, La psychocriminologie. Apports psychanalytiques et applications cliniques, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2003.

Casoni, D. et K. Campbell, « Protocol analysis of men’s and women’s experience of wife assault », Journal of Phenomenological Psychology, vol. 35, no 1, 2004, p. 69-96,

LaRocque, E. D., « La violence au sein des collectivités autochtones », dans Sur le chemin de la guérison, Ottawa, Commission royale sur les peuples autochtones, 1994, p. 74-91.

McCue, M. L., Domestic Violence: A Handbook, 2e éd., Santa Barbara, ABC-Clio, 2008.

Seligman, M. E. P., « Learned helplessness », Annual Review of Medicine, vol. 23, 1972, p. 407-412.

Walker, L. E., The Battered Woman and Survivor Therapy, Washington, American Psychological Association, 1979.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre