Version classiqueVersion mobile

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Première partie. Un regard différent sur la « déviance »

1. Drogues et crimes : l’œuf ou la poule ?

Serge Brochu

Résumé

Ce chapitre examine les différentes relations possibles entre drogues illicites et crimes. Les liens causaux traditionnels selon lesquels les drogues mènent aux crimes sont abordés. Toute fois, une place est aussi accordée à une discussion sur l’absence possible de liens directs. Dans cette perspective, la consommation de drogues pourrait être considérée comme un capital déviant inscrit dans un style de vie que le contrevenant acquiert graduellement selon la trajectoire qu’il emprunte.

Texte intégral

1Moins de 15 % de la population canadienne avait consommé une drogue dans les 12 mois précédant la dernière enquête nationale menée sur le sujet, le plus souvent du cannabis (Adlaf, Begin et Sawska, 2005). La situation des personnes judiciarisées est tout à fait différente. En effet, c’est plus de la moitié (certaines études indiquent 80 %) d’entre elles qui rapportent une expérience de consommation de drogue illicite (Brochu, Beauregard et Ally, 2009). De plus, les contrevenants ne se limitent généralement pas à l’usage de cannabis, mais vont fréquemment intégrer la cocaïne au menu de leur consommation. Comme l’usage de drogues de nombreux détenus se fait sur une base régulière, nul ne sera surpris d’apprendre que plus du tiers de ces derniers affirment avoir consommé une substance psychoactive illicite dans la journée où ils ont commis le crime pour lequel ils ont été incarcérés. Le tiers d’entre eux affirment encore que cette consommation les aurait rendus plus agressifs (Pernanen et al., 2002). Enfin, notons qu’entre le tiers et la moitié des détenus auraient développé une dépendance à une substance psychoactive illicite au cours de leur vie (Brochu, 2006).

2L’usage de drogues illicites est un comportement qui prévaut davantage chez les jeunes. Ainsi, parmi les élèves fréquentant le système scolaire, un adolescent sur trois affirme avoir consommé une drogue illicite sur une période de 12 mois (Dubé et Fournier, 2007). Il s’agit généralement du cannabis, et ce, de manière plutôt expérimentale. Encore ici, la situation des jeunes contrevenants est tout à fait différente alors que près de 90 % d’entre eux révèlent un usage de cannabis, près des deux tiers un usage d’hallucinogènes et plus du tiers un usage d’amphétamines (Brochu et al., 2007). Fait important, pour les trois quarts de ces jeunes utilisateurs, l’usage de cannabis est quotidien. Nous retrouvons une situation similaire pour un peu plus du quart des usagers d’hallucinogènes et pour un consommateur d’amphétamines sur cinq.

3L’analyse comparative des âges d’initiation à la délinquance et à l’usage de substances psychoactives illicites indique que les jeunes contrevenants s’initient le plus souvent à la petite criminalité avant même d’expérimenter leur première consommation de drogues et certainement bien avant d’avoir développé un problème d’addiction (Brochu, 2006). En effet, alors que leurs premières activités délinquantes se manifesteraient vers l’âge de 10 ans, ce n’est généralement que deux années plus tard que se fait l’initiation à une drogue illicite. Toutefois, il faut être bien conscient que l’âge moyen d’initiation varie selon les époques, les cultures et l’accessibilité des drogues. Ce type d’analyse ne peut en aucun cas nous fournir des éléments de conclusion sur les possibles liens causaux entre ces deux comportements. D’ailleurs, un portrait plus nuancé se dessine à certains égards lorsqu’on examine de plus près la criminalité des jeunes usagers de drogues ou des personnes ayant développé un problème d’addiction à une drogue illicite.

4D’entrée de jeu, mentionnons que la grande majorité des jeunes usagers de cannabis ne s’impliqueront jamais dans la criminalité, si ce n’est en commettant l’acte illégal que constitue la possession d’un joint. Toutefois, plusieurs études établissent un rapport entre la précocité de l’usage de drogues illicites ou l’importance de la consommation de substances psychoactives illicites et la manifestation de conduites délinquantes. En effet, ces deux facteurs augmenteraient la probabilité qu’un adolescent manifeste des comportements délinquants (Brochu, 2006).

5Dans ce chapitre, nous nous questionnons à savoir si certaines drogues ont des propriétés criminogènes. Nous abordons la question des liens entre les drogues et les crimes. Enfin, nous proposons une vision selon laquelle ces liens s’établissent au fil d’une trajectoire de vie dans laquelle se construit un capital délinquant de mieux en mieux constitué qui donne naissance à un style de vie déviant dans lequel drogues et crimes font bon ménage.

des drogues aux « propriétés criminogènes » ?

6Aucune drogue n’a en soi de propriétés criminogènes. Toutefois, certaines propriétés d’une drogue peuvent parfois faciliter le passage à l’acte. Il en est ainsi des stimulants (cocaïne, amphétamines, etc.), qui peuvent permettre de trouver le courage nécessaire à la commission d’un délit, ou du cannabis, qui peut calmer une nervosité un peu trop importante à l’approche de la scène du crime envisagé. Parfois, les propriétés du produit consommé agissent à l’insu de l’usager en provoquant de l’irritation face aux stimuli de son environnement, en favorisant la déshinhibition, en mobilisant des pensées paranoïdes, voire en provoquant une décompensation psychotique. Toutefois, ces effets non désirés n’apparaissent que très rarement.

7En fait, un passage à l’acte lié à l’intoxication à une substance psychoactive doit être compris comme une interaction dynamique entre une personne, un contexte et une drogue. En effet, certaines personnes ne manifesteront jamais de comportements délinquants sous l’effet d’une drogue alors que d’autres pourront devenir agressives. La personnalité du consommateur et ses problèmes de santé mentale jouent un rôle déterminant dans le passage à l’acte. Par ailleurs, certains contextes s’y prêtent mieux que d’autres. Le contexte peut comprendre l’endroit où se déroule la consommation, mais est également constitué des personnes de l’entourage. Il a fréquemment été observé que les pairs, les copains ou les collègues jouent un rôle très important dans les comportements de consommation, tant au niveau de la quantité consommée que pour les actes qui y sont associés. Ainsi, certains groupes vont favoriser certains types de passage à l’acte. C’est à l’adolescence que le groupe de pairs exerce sa plus grande influence par les défis qu’ils lancent et l’apprentissage vicariant dont ils sont la source. Toutefois, on remarque également l’importance du contexte chez les adultes, et ce, particulièrement chez les jeunes hommes.

8Plusieurs substances psychoactives partagent une propriété associée parfois à la délinquance : le potentiel d’addiction. Pour une personne qui se limite à une consommation ludique occasionnelle, les investissements financiers sont modestes. Toutefois, certaines personnes n’arrivent plus à contrôler leur usage de drogues et s’endettent. La criminalité ne constitue habituellement pas le premier moyen envisagé par une personne pour satisfaire ses besoins en drogues. Un emploi régulier ou du travail au noir sont des sources de revenus bien plus fréquentes chez ceux qui ne sont pas en rupture sociale. Pour les autres, la réduction des dépenses, le soutien public et l’implication dans des activités périphériques à la vente de drogues constitueront autant de sentiers exploités que cela s’avère nécessaire pour soutenir sa dépendance. Lorsque ces sources ne suffisent plus, les personnes qui se trouvent dans le milieu de la drogue pourront proposer des moyens « efficaces » pour rembourser les dettes accumulées. La criminalité peut apparaître chez ceux qui n’abandonnent pas leur circuit addictif. Il s’agit généralement d’une criminalité lucrative qui ne place pas l’infracteur en présence d’une victime non consentante (Brochu, 2006). La revente de drogues ou les petits vols initient souvent la trajectoire délinquante des personnes dépendantes. Ces activités sont à la portée du consommateur et lui permettent, en quelque sorte, de respecter son mode de vie. D’autres usagers progresseront à l’intérieur des réseaux criminels, mais ce ne sera qu’une minorité puisque la personne dépendante n’est pas reconnue pour sa fiabilité dans les milieux interlopes et peut être facilement repérée par les forces policières. Ainsi, il est inhabituel de retrouver des personnes dépendantes parmi les trafiquants de haut calibre.

9Un certain nombre de facteurs peuvent entraver ou retarder le passage vers la délinquance : les revenus disponibles, le prix du ou des produits consommés, le niveau de dépendance, l’aide de l’entourage ou de la communauté, les mesures d’aide sociale et les valeurs de l’usager.

un lien contrefait ?

10Si les drogues n’ont pas en soi de propriétés criminogènes et si la dépendance ne comporte qu’un lien indirect avec la criminalité, ne sommes-nous pas en présence d’un lien contrefait ? En fait, certaines études laissent croire que les liens qui unissent drogues et crimes tiennent davantage de la corrélation que de liens causaux. Parmi les tenants des modèles corrélationnels, certains croient que ces deux comportements auraient des origines totalement indépendantes (modèle de compréhension ne faisant pas appel à des causes communes) alors que les autres tentent d’identifier un ensemble de facteurs responsables à la fois de l’abus de drogues et des passages à l’acte délinquants (modèle de compréhension faisant appel à des causes communes).

11Pour les tenants du modèle corrélationnel sans cause commune, l’abus de substances psychoactives et le passage à l’acte délinquants ne seraient liés entre eux que par la coïncidence de leur apparition pendant la période tumultueuse de l’adolescence. En effet, ce stade de vie est caractérisé par l’expérimentation d’une diversité d’activités nouvelles et parfois contestataires. Toutefois, peu de jeunes expérimentateurs de drogues ou essayeurs de petits comportements criminels à l’adolescence poursuivront un parcours déviant. L’argument le plus souvent invoqué pour soutenir la thèse d’un lien corrélationnel sans cause commune consiste à mentionner que les deux comportements ne suivent pas un itinéraire de développement identique. Ainsi, le processus de mûrissement semble plus long chez les usagers de drogues que chez les jeunes contrevenants puisqu’il n’est atteint que vers la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte plutôt qu’au milieu de l’adolescence. Les jeunes délaisseraient donc les activités délinquantes bien avant de mettre fin à leur consommation de drogues illicites.

12D’autres vont plutôt tenter d’identifier des facteurs qui pourraient constituer des causes extérieures à ces deux comportements. Ainsi, drogues et crimes ne seraient pas directement liés l’un à l’autre, mais seraient causés par un troisième ensemble de facteurs. On le nomme facteurs de risque. La grande majorité de ceux-ci ne sont pas propres à l’abus de drogues ou à la criminalité, mais constitueraient plutôt des éléments de fertilisation du développement de comportements déviants. Ces facteurs peuvent être regroupés en quatre catégories : les facteurs biologiques (comme l’hérédité ou l’exposition du fœtus à des éléments tératogènes), les facteurs psychologiques (recherche de sensations fortes, faible estime de soi, impulsivité mal contrôlée, rébellion, antisocialité), les facteurs contextuels (famille dysfonctionnelle, école mal adaptée aux besoins de l’élève, groupes de pairs déviants) et les facteurs sociaux (mauvaise intégration scolaire, chômage, pauvreté). Ces facteurs de risque expliqueraient pourquoi certaines personnes, lorsque intoxiquées, ont plus tendance à présenter un passage à l’acte délinquant. Ils expliqueraient également les raisons pour lesquelles certaines personnes dépendantes d’une drogue trouvent dans la criminalité une façon de soutenir leur dépendance. En somme, ils expliqueraient l’adoption d’un style de vie déviant.

trajectoire de vie et capital déviant

13On ne naît pas toxicomane ou contrevenant. Il s’agit plutôt de l’aboutissement d’un cheminement à travers les épreuves de l’existence, d’une trajectoire de vie. Chacun est le maître d’œuvre de sa trajectoire. Ainsi, chaque personne effectue constamment des choix plus ou moins conscients et éclairés qui affectent son devenir. Ces choix s’imbriquent alors dans un ensemble alambiqué fait de dispositions et d’aptitudes, de valeurs et d’interprétations, d’antécédents et de décisions antérieures, de volonté et d’objectifs ainsi que d’habitudes et de quotidien. La trajectoire empruntée par plusieurs usagers réguliers de substances psychoactives est donc le résultat de l’interaction entre les contingences individuelles, contextuelles et temporelles ; des facteurs de risque pourrait-on dire. Elle s’ouvre sur un système de vie alternatif, une position de défi devant l’interdit, une valorisation de la marginalité, un milieu d’identification déviant, tout en permettant l’accession à des formes de satisfaction et de sensation souhaitées. Au fil de cette trajectoire se tisse un ensemble de liens complexes qui s’influencent mutuellement. Des conduites ouvrent la voie à des possibilités ou des occasions autrement murées. Des portes s’ouvrent, d’autres se referment et continuent ainsi d’influencer la trajectoire.

14Un capital déviant se développe alors graduellement par de nouveaux apprentissages et surtout par la formation d’un réseau marginal. Ce capital constitue un ensemble de ressources sur lequel l’usager de drogues peut compter. Un contact procurera de la marchandise volée à bas prix. L’« ami d’un ami » fournira la possibilité de faire de l’argent rapidement en participant à un vol. Une « bonne réputation » dans le milieu fera en sorte que les drogues se transigeront à des prix inférieurs, souvent pour un produit de meilleure qualité. Le capital déviant se mesure donc par l’étendue des contacts marginaux et constitue, pour le consommateur, un avantage certain puisqu’il crée plusieurs opportunités. En somme, le capital déviant permet de saisir les bonnes occasions qui se présentent.

15La trajectoire individuelle et le capital déviant qui s’y développe graduellement contribuent à l’adoption d’un style de vie. En effet, c’est dans une interaction dynamique individu/société que le style de vie se prépare et se construit. Ce style de vie tient compte à la fois des facteurs prédisposant à l’amorce d’une trajectoire déviante et de ses facteurs d’activation et de désistement. Le style de vie déviant est défini par une tendance à adopter des agissements, des manières de vivre plus ou moins adaptées pour donner un sens à son existence et se définir. Il organise l’identité autour de comportements, il fournit des réponses aux événements de vie, il permet l’ajustement de l’acteur social à son environnement déviant, il est le propulseur principal des activités déviantes.

16La trajectoire, le capital déviant et le style de vie qui s’ensuit favorisent en quelque sorte une prise de risques accentuée, voire violente, lors des moments d’intoxication et encouragent l’adoption de conduites criminelles lors des phases de dépendance. C’est donc bien le style de vie qui permet d’expliquer pourquoi toutes les personnes intoxiquées ne manifestent pas de passages à l’acte violents et que toutes les personnes dépendantes n’ont pas recours à une criminalité lucrative afin de soutenir leur consommation.

***

17La majorité des contrevenants consomment des drogues illicites et un grand nombre en sont dépendants. Il serait alors facile d’attribuer leur criminalité à leur consommation de drogues. Toutefois, la majorité des contrevenants se sont initiés à la délinquance bien avant qu’apparaissent les premiers symptômes de toxicomanie. Sans nier le rôle contributif de l’addiction dans leur trajectoire criminelle, on ne peut donc pas conclure à une relation causale exclusive.

18Plusieurs toxicomanes en arrivent à la criminalité afin de soutenir leur consommation. Certains diraient qu’il s’agit ici d’une délinquance secondaire à leur addiction. Toutefois, plusieurs toxicomanes ne font pas ce choix et préférent utiliser des produits techniques moins dispendieux ou arrêter leur consommation plutôt que de s’impliquer dans une forme de criminalité qui dépasse la possession de drogues pour usage personnel.

19La compréhension des liens entre drogues et crimes doit dépasser l’observation des liens proximaux (intoxication ou dépendance de l’infracteur) pour s’intéresser davantage à la trajectoire de vie de la personne contrevenante. Ainsi, en s’inscrivant dans le courant d’études qui s’attache aux facteurs de risque de la déviance, il est plus facile de comprendre les parcours de vie qui favorisent l’adoption graduelle d’un style déviant.

20Pour les personnes qui adoptent un style de vie déviant, la consommation de substances psychoactives illicites et le parcours délinquant empruntent fréquemment des voies entrelacées. Ces deux comportements, comme nous l’avons vu, ont des facteurs de risque communs. Lors des périodes d’expérimentation avec des drogues illicites et la délinquance, ces deux conduites ne sont pas nécessairement liées de façon causale entre elles. Toutefois, plus elles perdurent, plus elles risquent de se renforcer mutuellement jusqu’à ce que la dépendance aux drogues s’installe. Ce n’est qu’à ce moment que le rapport causal entre la toxicomanie et la criminalité pourra prendre véritablement naissance.

Bibliographie

références

Adlaf, E. M., P. Begin et E. Sawska (dir.), Enquête sur les toxicomanies au Canada (ETC). Rapport détaillé, Ottawa, Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT), 2005.

Brochu, S., Drogue et criminalité. Une relation complexe, 2e éd., Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2006.

Brochu, S., V. Beauregard et M. A. Ally, « Compréhension du phénomène de consommation de drogues illicites au Québec », dans Guyon, L. et al. (dir.) Tabac, alcool, drogues, jeux de hasard et d’argent. À l’heure de l’intégration des pratiques, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2005, p. 65-100.

Brochu, S., M.-M. Cousineau, F. Sun et M. Tétreault, « Jeunes, drogues et violence. Points saillants », communication présentée dans le cadre de la Tournée des partenaires du RISQ, Montréal, Québec, 2007.

Dubé, G. et C. Fournier, « Consommation d’alcool et de drogues » dans Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire 2006, Montréal, Direction Santé Québec, 2007, p. 82-113.

Pernanen, K., S. Brochu, M.-M. Cousineau et F. Sun, Proportion des crimes associés à l’alcool et aux autres drogues au Canada, Ottawa, Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT), 2002.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search