Version classiqueVersion mobile

Questions de criminologie

 | 
Jean Poupart
, 
Denis Lafortune
, 
Samuel Tanner

Présentation

Jean Poupart, Denis Lafortune et Samuel Tanner

Texte intégral

1Au moment où elle s’installe à l’Université de Montréal, en 1960, la criminologie est relativement peu développée dans le monde universitaire. Elle existe surtout comme spécialité au sein d’autres disciplines comme le droit, la sociologie et la psychologie. C’est d’ailleurs toujours le cas dans de nombreux pays. Grâce à l’initiative de son premier directeur, Denis Szabo, et au travail des premières générations de professeurs, mais également en raison de conditions favorables telles que l’expansion de la demande universitaire, la croissance des sciences sociales, le développement des appareils de l’État et la professionnalisation du champ sociopénal, la criminologie présente au Québec, dès les années 1970, tous les signes d’une discipline universitaire établie.

2Entre autres jalons, on peut mentionner l’instauration d’un programme de maîtrise en 1960 (au sein du Département de sociologie), la mise sur pied d’un département autonome en 1962, la création d’un programme de doctorat en 1965 puis d’un baccalauréat en 1967, la fondation d’une revue scientifique en 1968 (Acta Criminologica qui deviendrait Criminologie), l’ouverture du Centre international de criminologie comparée en 1969 et d’une association professionnelle (Association professionnelle des criminologues du Québec), la même année. S’ajoutent à cela la croissance rapide du nombre d’étudiants et de professeurs, l’expansion de la recherche, l’ouverture de nombreux débouchés pour les diplômés, et l’acquisition d’une visibilité sociale du corps professoral dans les médias, les commissions d’enquête et les milieux universitaires internationaux.

3En 1972, le Département de criminologie se transforme en école professionnelle, consacrant ainsi sa mission de former des intervenants et donnant lieu à l’émergence d’une nouvelle catégorie de professionnels : les criminologues. Au moment où paraît cet ouvrage, ceux-ci sont d’ailleurs sur le point d’être reconnus en tant que membres d’un ordre professionnel. Avec l’ajout récent d’un baccalauréat en sécurité et études policières, le nombre de diplômés issus de l’École de criminologie avoisine aujourd’hui les cinq mille. Si plusieurs diplômés travaillent dans la recherche et l’enseignement, la majorité d’entre eux sont des professionnels de l’intervention. Pour traduire au mieux cette réalité, nous avons décidé d’inclure dans ces pages des entretiens réalisés auprès de chargés de cours qui sont également des praticiens.

4Depuis sa création, l’École de criminologie a dû relever de nombreux défis. Comment concilier recherche, enseignement et formation professionnelle ? Dans la mesure où la criminologie se définit comme interdisciplinaire, comment intégrer les apports des différentes disciplines que sont la sociologie, la psychologie, le droit, la philosophie et l’histoire, pour n’en nommer que quelques-unes ? Comment conjuguer les différents courants théoriques et idéologiques, les criminologues n’ayant pas tous, par exemple, la même conception du crime, de l’intervention ou du système pénal ? Comment penser et actualiser une pratique professionnelle qui à la fois se démarque et complète celle des autres spécialistes de l’intervention ? Sans prétendre résoudre ces grandes questions, ce livre les aborde toutes. Il est structuré autour de trois grandes thématiques qui ont été et sont toujours au cœur de la criminologie :

  1. Comment comprendre et expliquer les expériences et les trajectoires des personnes impliquées dans ce qui est socialement considéré comme de la déviance, de la marginalité, de la délinquance ou de la criminalité ?
  2. De quelle façon les criminologues interviennent-ils dans les différents milieux où ils sont appelés à agir, et quels sont les enjeux entourant leur pratique professionnelle ? Quelques exemples de contextes d’intervention : milieu communautaire ou psychiatrique, centres jeunesse, tribunaux, probation, institutions carcérales, maisons de transition, organismes d’aide aux victimes.
  3. Comment opèrent les différents modes de régulation sociale ? Sont abordés l’établissement des normes sociales, la criminalisation ou non de certains comportements sociaux, le fonctionnement les institutions de contrôle social (comme la sécurité privée, la police, les tribunaux et les institutions carcérales), les formes alternatives d’intervention (comme la justice réparatrice).

5En terminant, nous désirons remercier nos collègues pour l’enthousiasme dont ils ont fait preuve dans la réalisation de ce projet, l’École de criminologie et la Faculté des arts et des sciences pour leur soutien financier ainsi que les Presses de l’Université de Montréal pour leur intense collaboration. Nous exprimons également notre reconnaissance à nos collègues du Département de science politique, qui ont inspiré l’idée de cet ouvrage anniversaire.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search