Version classiqueVersion mobile

Publicités à la carte

 | 
Jacques Dorion
, 
Jean Dumas

Épilogue

Texte intégral

1Me voici de nouveau devant l’immeuble du Vieux-Montréal dont je franchissais pour la première fois le portail imposant, il y a quelques semaines, au début de mon stage en gestion média. En montant les trois marches en pierre usées qui conduisent à l’agence, en traversant le hall aux lambris d’acajou, en observant le fauteuil de cuir dans lequel j’ai attendu lors de mon premier rendez-vous, avec la raideur des bourgeoises d’une époque révolue, je mesure le chemin parcouru en si peu de temps.

2Tous ces visages qui me remontent à la mémoire : mon chaleureux responsable de stage aux idées visionnaires, la planificatrice média qui m’a appris les rudiments du métier, les directeurs des achats, aux styles si différents mais tous attentifs à mes besoins, les annonceurs qui m’ont fait confiance, les représentants des ventes des divers médias qui m’ont dévoilé une face différente de l’univers publicitaire. Et, s’inscrivant à l’avant-plan : la directrice générale. Oui, celle qui m’a dit mes quatre vérités.

3Elle s’était longtemps tenue à l’écart, mais ne manquait pas d’observer. Quand elle m’a fait prendre conscience qu’une formation ne servait pas à enrichir seulement le savoir et le savoir-faire, mais aussi le savoir-être, j’ai compris que, pour devenir une bonne planificatrice, il ne suffisait pas de connaître le vocabulaire du placement média et la dizaine d’équations utilisées pour calculer les cotes d’écoute ou la distribution de la fréquence. Il fallait aussi avoir atteint une maturité que seule enseigne l’expérience quotidienne. C’est justement parce que mon stage m’a fait plonger dans un milieu de vie réel, avec ses défis, ses succès, ses risques, qu’il m’aura été si utile.

4Je reviens aujourd’hui à l’agence, non plus comme stagiaire, mais comme employée... pour trop peu de temps. Tout au moins suis-je sûre que ces semaines seront tonifiantes. Déjà, la planificatrice, qui rentre, ce matin, de son congé maladie, m’a décrit le projet qui l’attend. « Je tiens à t’avoir avec moi », m’a-t-elle dit au téléphone. Des mots qu’on aime entendre quand on entreprend une carrière.

5Mais que ferai-je ensuite ? Vendeuse chez Sommital ? Serveuse dans un restaurant À votre bonne santé ? Pourquoi ne pas en profiter plutôt pour parfaire ma formation ? Plus j’enrichirai mon savoir et mon savoir-faire, plus je m’imposerai dans le monde de la publicité qui, en retour, raffermira mon savoir-être. Étudier encore, donc ? Un filon à suivre. Il faut que j’en parle à ma cousine.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search