Version classiqueVersion mobile

Publicités à la carte

 | 
Jacques Dorion
, 
Jean Dumas

Transition

Texte intégral

1Ma cousine est habituée à mes coups de téléphone impromptus. « Tu ne vas quand même pas t’en faire à ce point avec ton stage », insiste-t-elle à chaque fois. J’ai beau lui dire que j’en ai assez des petits emplois sans avenir dont je peuple mes fins de semaine, qu’un poste stable en placement média est important pour moi, elle réagit toujours de la même façon en me rappelant que je dois avant tout avoir confiance en moi.

2 « Tu ne sais même pas si ton plan média pour Sommital a été bien ou mal accueilli. Et puis, si tes idées n’ont pas été reçues comme tu le souhaitais, l’embauche dont tu rêves ne sera pas nécessairement compromise. On te donnera peut-être une seconde chance. Et, si ça ne marche pas, c’est sans doute que ton vrai talent se situe ailleurs. » Que puis-je opposer à cette argumentation ?

3Pourtant, quand la sonnerie du téléphone me secoue, ce matin, avant même que j’aie fini mon café, j’oublie tout ce que m’a dit ma cousine : ma respiration s’emballe. À l’autre bout du fil, c’est mon responsable de stage qui m’avise de me rendre à une adresse prestigieuse du centre-ville où il m’attendra. Je n’ai pas le temps de lui en demander plus ; il a déjà raccroché.

4Le gratte-ciel où il m’a donné rendez-vous s’est voulu accueillant en se parant d’une fontaine et d’un carré de gazon. Malgré l’heure matinale, les portes tournent sans arrêt, faisant miroiter les rayons d’un soleil tangentiel. Mon tuteur m’attend au trente-neuvième étage : « Vous voici chez l’homme le plus riche de la ville. »

5J’en prends clairement conscience quand un adjoint — qui a plutôt l’allure d’un valet — m’accueille et me conduit cérémonieusement à la bibliothèque dont il referme doucement la porte. Déjà assises autour de la table de teck, la directrice générale de notre agence et la directrice du compte de Sommital se racontent leur fin de semaine à voix étouffée. Toutes ces personnes ne se sont sûrement pas rassemblées dans un pareil endroit pour informer une simple stagiaire comme moi qu’elle a ou non réussi sa première épreuve. Il y a autre chose.

6Autre chose il y a, en effet, et je le constate quand la porte de la bibliothèque s’ouvre de nouveau pour laisser entrer un paraplégique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search