Version classiqueVersion mobile

Publicités à la carte

 | 
Jacques Dorion
, 
Jean Dumas

Prologue

Texte intégral

1C’est aujourd’hui que j’entreprends enfin ce stage en agence média auquel je me suis inscrite il y a plus d’un an. J’ai tant attendu cette journée et maintenant je l’appréhende. Treize semaines, qui s’ouvriront sur un emploi... ou sur l’abandon d’un rêve. Comment ne pas ressentir un peu d’anxiété ?

2La façade du bâtiment de pierre qui loge l’agence est monumentale ; c’est un peu l’image de marque du Vieux-Montréal. À l’observer de la rue, on ne peut s’empêcher de remonter le temps jusqu’à cette époque lointaine où la prospérité d’un commerce se reflétait dans des murs à la fois robustes et finement ouvragés. Le portail impressionne, le hall d’entrée encore plus. Le plafond forme une voûte. Les lambris d’acajou dégagent chaleur, majesté et, dirais-je, autorité. Les lourds fauteuils de cuir semblent être là depuis des siècles. J’imagine quelque Écossais du Golden Square Mile, cigare dans une main, brandy dans l’autre, haut-de-forme posé sur un guéridon, discutant expansion maritime avec son vis-à-vis.

3C’est justement dans l’un de ces fauteuils trop grands pour moi que la réceptionniste m’a invitée à m’asseoir en attendant de rencontrer mon responsable de stage, mon tuteur, mon mentor. Seule la sonnerie répétée du téléphone rompt le silence de cette salle feutrée. Décidément, j’ai beau faire la fière, je dois reconnaître que je suis intimidée. Je n’ai pas le cœur à lire les magazines spécialisés qui, dans des encarts au graphisme audacieux, promettent le succès à quiconque utilisera la version améliorée de tel logiciel de sondage ou recourra à tel groupe international de recherche en marketing.

4Une adjointe vient me chercher pour l’entrevue d’accueil. Le paysage change alors radicalement quand je passe sans transition de l’immeuble ancestral à une sorte de rallonge sans personnalité qui occupe ce qui a dû être, autrefois, la vaste écurie de cette maison bourgeoise. Enfilade de cubicules tous semblables où des gens vêtus sans soin particulier s’affairent devant leur ordinateur, écouteur à l’oreille, la pile de leurs documents formant une haute colonne instable. Bienvenue dans les coulisses d’une agence média !

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search