Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Anthologie des poètes canadiens de MM. Jules Fournier et Olivar Asselin1

Texte intégral

  • 1 « Un siècle d’histoire poétique — À propos de l’Anthologie des poètes canadiens », La Revue trimest (...)

Au printemps de 1920, Olivar Asselin, qui n’avait pas revu Dantin depuis son départ de Montréal, en 1903, entrait en communication avec lui par l’intermédiaire de Germain Beaulieu, pour lui faire part de son projet de publier l’Anthologie. Dantin lui répondait aussitôt : « C’est un très beau dessein que celui de refaire l’Anthologie canadienne, sur des bases, je présume, un peu plus larges que celles choisies par vos prédécesseurs. Vous désirez, dites-vous, me faire une place dans ce recueil et me demandez le recueil complet de mes « écritures », plus une notice autobiographique. Très sincèrement, je vous remercie d’avoir ainsi songé à moi, et ne demande pas mieux qu’à vous obéir ; mais je ne puis pourtant pas le faire « perinde ac cadaver ». Ainsi, il me serait bien difficile d’entreprendre la copie de toutes les compositions que j’ai commises à diverses dates. Le temps me manquerait pour cela, et de plus, comme il s’agit de faire un choix restreint de ce que j’aurais de meilleur, j’ai moi-même une idée assez juste, je vous assure, de mes « forts et faibles », et croirais inutile de vous soumettre une bonne partie de mon œuvre que je considère et que je sais inférieure. Le mieux est donc, je pense, de vous envoyer de temps en temps quelques-uns de mes vers parmi les moins mal venus, à mon propre jugement, quitte à courir le risque de reléguer dans l’obscurité quelque chef-d’œuvre dont je serais l’auteur inconscient et ingrat. Je ne me rappelle guère quelles sont les pièces que je vous ai déjà montrées. Ayez donc la bonté de m’en rappeler les titres. Cela m’évitera des écritures superflues. La demande que vous me faites d’éléments biographiques me met dans un grand embarras. Je suis sûrement très flatté qu’on me fasse une place dans cet œuvre et je vous suis très reconnaissant d’avoir songé à écrire cette notice, mais je redoute toute publicité faite autour de ma personne. Je suis, par la faute des conventions d’un autre âge, un exilé et un mort ; j’étais, avant cela même, totalement inconnu de tous. Quel intérêt peut bien s’attacher à des bribes de « ma vie » ? Si les quelques vers que j’ai semés ici et là méritent d’être recueillis, à la bonne heure ; mais il vaut mieux que Louis Dantin reste ce qu’il est : un être indéterminé et flottant. S’il faut absolument une notice quelconque, vous pourriez la rédiger en termes généraux, vous contenter d’indications très vagues sur ma personne, et insister un peu plus sur l’auteur, qui est, en l’espèce, tout ce qui importe » (cité dans Louis Dantin, p. 70-71).

La notice que Dantin devait finalement rédiger se lit ainsi : « Louis Dantin est le nom imaginaire d’une personnalité qui veut rester mystérieuse. Celui qui le porte est un Canadien authentique, né à vingt milles de Montréal en 1865. Quoique trois races diverses aient mêlé en lui leurs empreintes et leurs influences, comme chacun de nous il est surtout Français, et finalement il n’est que cela. Il a vécu un peu chez nous, davantage en France, en Belgique, en Italie, au cours d’une existence à la fois renfermée et nomade. Il est maintenant aux États-Unis : peut-être demain nous le renverra-t-il. Ses aventures ont été surtout intellectuelles, et n’ont guère eu pour témoins que son âme et sa conscience. Il avait pour les lettres une vocation bien déterminée qu’il n’a pas suivie, mais qui s’est fait jour malgré tout à de rares époques » (Anthologie des poètes canadiens, p. 108).

Pour l’anthologie, Dantin avait retenu « Optimisme », « Petit nuage », « Noël intime » et « Sagesse ». À propos des deux dernières pièces, Asselin lui écrira, en juin 1921 .« Combien auront compris le drame intérieur qu’expriment vos vers ? Ils m’ont serré le cœur. J’ai juste assez souffert par le cœur pour comprendre une grande détresse morale. »

Une lettre de Dantin à Germain Beaulieu, du 2 mai 1920, signale qu’il a reçu d’Olivar Asselin un exemplaire de l’Anthologie. Celui-ci avait réclamé son aide au sujet de certaines révisions qu’il souhaitait apporter à l’ouvrage, mais qui ne verront le jour que lors de l’édition de 1933. Dans une lettre à Asselin, du 13 mai 1920, Dantin écrivait : « Ce n’est pas seulement avec plaisir, mais avec une vraie joie intime que j’ai reçu votre volume, — et j’ai failli passer la nuit à le parcourir une première fois. Je me suis tellement tenu à l’écart de la vie littéraire canadienne depuis des années, que ces pages, signées par un bon nombre de noms qui m’étaient même inconnus, avaient pour moi le charme d’une révélation. Quoi ! nous avions des poètes comme Benjamin Michaud, comme Englebert Gallèze, comme Cinq-Mars, Chopin, Morin et d’autres, et je n’en avais rien su !... et c’était presque une extase de trouver dans les vers de ces derniers venus, avec l’originalité la plus nette et la plus « locale », la touche absolument française qui avait manqué à la plupart de leurs devanciers. Et, à comparer leurs œuvres avec les naïfs essais de nos « primitifs », c’était non seulement le chemin parcouru, mais la perfection atteinte, qui s’imposait à mon esprit comme une merveille. Je ne suis donc pas tout à fait de l’avis de Fournier soutenant que « le Canada n’a pas de littérature », et je crois que par son volume il a réfuté sa propre thèse. Il y a dans cette Anthologie, en fait, les données d’une histoire littéraire complète, depuis ses balbutiements jusqu’à son expression pleine et virile. Toutes les littératures ont commencé ainsi par des essais informes : la Cantilène de Ste-Eulalie du xe siècle et les « mystères » du xiiie ne sont pas plus des chefs-d’œuvre que « Le retour » d’Édouard Turcotte. Ce sont pourtant des jalons qui ont leur intérêt historique et que la critique ne doit pas dédaigner absolument. Et quand, de ces « enfances », on passe par les phases d’un progrès si continu et si varié, aboutissant à un tel épanouissement final, je ne vois pas pourquoi cette évolution ne serait pas celle d’une « littérature ». Et sans doute il restera que chez nous tout s’est fait en petit, s’est rétréci dans l’espace d’un siècle et dans le cycle de trois ou quatre écoles poétiques ; mais nous ne sommes qu’une province et nous sommes nés d’hier. Je me laisse aller à vous exprimer ces idées pour vous convaincre que votre livre a plus de valeur encore que peut-être vous ne l’aviez cru... Quant au choix des pièces reproduites, comme vous le dites fort bien, on eût pu être plus sévère ; mais c’est une tentation si naturelle de vouloir faire d’une Anthologie une collection de musée, où tous les spécimens sont admis ! Ce que l’art peut y perdre, l’érudition y gagne. Sur ce point toutefois, j’inclinerais comme vous à la sobriété. Si un auteur n’a pas même une pièce présentable à son actif, c’est une espèce de contrebande que de vouloir le faire passer à la postérité quand même...

  • 2 Ce poème figurait dans l’anthologie qu’à l’âge de quinze ans Dantin avait composée (voir supra, p. (...)

« J’aurais une seule querelle à faire à l’œuvre de Fournier : c’est que peut-être elle n’a pas toujours mesuré le nombre des poèmes reproduits à la valeur relative des poètes. Il m’a fait peine, par exemple, de voir Nérée Beauchemin représenté par deux petites pièces seulement. Je ne sais si vous voyez comme moi en Nérée Beauchemin le père de tous nos rimeurs de l’ancienne école. Je le crois très supérieur, non seulement à Fréchette, mais à bon nombre de nos jeunes. J’aurais voulu qu’on lui fît part un peu plus large. Mais je conçois aussi que vous étiez très restreint par les limites mêmes du volume et avez dû sacrifier souvent aux nécessités matérielles. Il y a quelques autres auteurs qui ne me paraissent pas représentés de la meilleure façon possible ; ici, naturellement, on se heurte à des préférences personnelles aussi difficiles à combattre qu’à justifier. Si j’avais fait l’Anthologie, j’aurais franchement omis le “Drapeau de Carillon”, que Crémazie lui-même, dans ses lettres, déclare ne rien valoir (et je l’ai toujours admiré pour cela). J’aurais conservé au vieux Chapleau son hymne à la neige : “Oh ! que j’aime la neige, Oh ! que j’aime à la voir2”, bien qu’elle ait déjà traîné dans toutes les anthologies. Peut-être aurais-je donné à Fréchette quelque chose de moins long et de moins diffus que “Le Mississipi”. J’aurais tâché de trouver un coin pour “La libellule” de Germain Beaulieu. J’aurais certainement reproduit “L’arbre mort” d’Alphonse Beauregard, qui est un petit chef-d’œuvre. Mais, je le sais très bien, avec ces changements et d’autres le livre eût été mon anthologie au lieu d’être celle de Fournier. Ce que, peut-être, on pourrait poser en principe au sujet de ces compilations, c’est qu’elles devraient résulter d’un choix collectif du travail d’un comité littéraire composé de gens du métier et décidant à la majorité des voix. On aurait ainsi plus de garanties de la valeur objective des œuvres. Mais même alors, n’aurait-on pas souvent autant de choix divers que de juges ? Ce que je veux dire c’est que l’Anthologie, telle quelle, est extrêmement intéressante et bien faite. Le public a dû en juger ainsi puisque vous préparez déjà une seconde édition. Je veux vous remercier bien cordialement de la place que vous m’avez faite dans le volume, et des paroles sympathiques de votre préface. Vous m’avez presque donné l’illusion d’être encore de ce monde. Après m’avoir admis dans ce gentil cénacle, j’aurais mauvaise grâce de vous en vouloir pour une petite erreur qui s’est glissée dans mon sonnet “Sagesse”. S’il est encore temps de la corriger dans la seconde édition, voudriez-vous faire que le troisième vers se lise ainsi :

« Passe pour l’amitié, moins sujette aux accès.

Autrement on pourrait croire que j’ai vraiment trop le culte de la rime riche !... » (Écrits du Canada français, p. 119-123).

Après une telle lettre, Olivar Asselin s’attendait manifestement à une recension favorable, mais tout lui déplut dans l’article de Dantin, à qui il écrit : « Je suis heureux que madame Fournier vous ait remercié de votre article sur l’« Anthologie des poètes canadiens », mais, sans l’avoir vue, — car notre dernière rencontre remonte à quelque six mois, — je doute que ses remerciements soient forcément un témoignage de satisfaction. Montpetit, malmené par de Montigny, se dit satisfait ; le F. Marie-Victorin, généreusement traité par vous, fait le mort : simple affaire de tempérament, d’éducation, de savoir-vivre. Ou si Mme Fournier est contente, c’est peut-être qu’à tout prendre, votre critique était de celles qui font acheter les livres à un public comme le nôtre. Moi, je ne vous ai pas remercié parce que je persistais à croire qu’il n’y avait pas de quoi. Se voir reconnaître « un goût réel », c’est comme de se voir loué d’avoir écrit un livre « estimable ». Dans la question de savoir s’il y a une littérature canadienne, vous n’avez pas tenu compte de ma définition d’une littérature nationale, et vous avez ainsi servi les intérêts de l’école — chaque jour plus nombreuse et plus arrogante — qui prétend que nous pouvons maintenant, en matière intellectuelle, nous suffire à nous-mêmes. D’autre part, en donnant à entendre que nous avions choisi les citations au petit bonheur, vous avez comblé de joie ces ratés de la poésie que nous fûmes trop heureux d’écarter parce qu’ils n’avaient pas fait un livre ou que l’imbécillité populaire ne les avait pas encore sacrés poètes. J’ai eu la sensation que le plan de l’ouvrage et son objet vous avaient échappé. Il est impossible que des malentendus — mettons des désaccords — comme celui-là ne se produisent pas de temps à autre entre esprits cultivés ; mais je puis bien vous l’avouer maintenant que l’article est paru, celui-là, contrairement à cent autres dont j’avais également été victime, m’a fait souffrir. En intervenant moi-même pour faire publier l’article à la Revue trimestrielle, je voulais surtout éprouver ma maîtrise sur un sentiment que je tiens à vaincre en moi : l’amour-propre. J’estime bien avec vous que le moyen d’encourager nos auteurs n’est pas de les éreinter. Vous me semblez cependant dépasser parfois dans la bienveillance la mesure permise : quelque « application », quelque « métier », qui s’y manifeste, le werthérisme d’Albert Dreux me fait dormir, et si l’on doit y voir un sentiment poétique supérieur, ou tout au moins original, quels éloges sentirons-nous quand il nous naîtra un Charles Guérin ? Je ne consacrerais pas vingt lignes à la fumisterie où Loranger a la prétention de nous donner du Charles-Louis-Philippe. Les Brins d’herbe de Monique sont véritablement un livre « estimable ». N’entrez pas trop, cher ami, dans les vues d’une directrice (Madeleine Huguenin) pour qui le succès est tout : à vouloir réformer l’intelligence par le massage et les cataplasmes, on finit par lui servir du Georges Ohnet, comme fait ce mois-ci la Revue moderne » (cité dans Louis Dantin, p. 62-63).

De son côté, Dantin écrivait à Germain Beaulieu : « Je ne partage pas tout à fait votre indignation au sujet du livre ; mais je crois comme vous qu’il cloche en plus d’un point, et j’ai franchement signalé à M. Asselin, tout en louant l’œuvre dans son ensemble, les réserves qu’elle me semblait appeler : ce sont sans doute celles que vous feriez vous-même. D’abord, je n’admets pas que nous “n’ayons pas de littérature”, et “l’Anthologie” elle-même me paraît une réfutation complète de cette thèse. Notre littérature peut être modeste, elle peut n’avoir pas produit d’œuvres de génie ; mais enfin elle existe, et, dans ses derniers développements surtout, elle commande une certaine somme d’attention et de respect. Quant à la composition de l’Anthologie, on pourrait chicaner beaucoup sur le choix de certains morceaux, et j’en ai indiqué à M. Asselin quelques-uns qui ne me semblaient pas “représentatifs” des auteurs dans leur meilleure veine. Il faut avouer, pourtant, qu’en cette matière le goût individuel a certains droits, et qu’il serait bien difficile de contenter à la fois toutes les préférences. Jugez-en par ce qui vous touche de près.

« Ainsi, sur ce point, on peut user de tolérance, quand le choix des pièces reproduites n’outrage pas grossièrement le “sens commun” de l’art. Et l’on ne peut nier que l’Anthologie, telle qu’elle est, ne renferme un grand nombre de très beaux poèmes, et ne soit, en elle-même, lecture variée et intéressante. La grande querelle que je lui ferais, c’est qu’elle ne mesure pas l’espace accordé à chaque auteur à l’importance, absolue et relative, de son œuvre, et qu’ainsi elle fausse plus ou moins la perspective de notre histoire littéraire. Donner trois pages à Nérée Beauchemin, quand on en donne quatre à Rémi Tremblay et huit à Blanche Lamontagne, c’est manquer assurément du sens des proportions, et presque de justice. À en juger par le nombre des pages qu’ils remplissent, Charles Gill et Émile Nelligan occuperaient l’extrême pinacle de notre poésie, et cela n’est pas. Et sans doute il peut tenir plus de beauté dans un quatrain que dans un poème épique ; mais on voudrait pourtant qu’une Anthologie fût, même par ses proportions matérielles, en rapport avec l’éclat relatif et l’influence des divers poètes, surtout avec leur valeur absolue. M. Asselin dit avoir été très gêné par les limites restreintes dans lesquelles devait se renfermer son livre, et cela peut expliquer en partie ce grave et évident défaut. À propos, dites-moi donc si Alphonse Beauregard a choisi, lui aussi, les spécimens de son “écriture”. J’ai peine à le croire, car ne saurait-il pas que son “Arbre mort” est un petit chef-d’œuvre, fait exprès pour les anthologies présentes et futures ? Et jugerait-il vraiment ses “Réflexions” supérieures à “Rien n’est vain” ou à “Ego” ? Pas moi » (cité dans Louis Dantin, p. 74-75).

Au moment de la publication de Poètes de l’Amérique française, Dantin confiera à Asselin avoir mis comme premier chapitre l’étude de son Anthologie et, ajoutera-t-il, « il faut que je m’en excuse, puisque sa première publication avait été pour vous un exercice de “mortification” chrétienne. J’y ai modifié une expression (voir infra, p. 875, n. 43) qui vous avait déplu. Quant à l’ensemble, je suis très sûr qu’il donne du livre une idée favorable, et par suite j’ai l’espoir qu’il vous apparaîtra cette fois sous un meilleur jour... » (lettre du 16 mai 1928).

***

  • 3 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « Est-il trop tard pour parler de l’Anthologie ? Je (...)
  • 4 Jules Fournier (1884-1918), journaliste à La Presse (1903-1904), au Canada (1904-1908) et au Nation (...)
  • 5 Frédéric Godefroy, auteur d’un Dictionnaire de l’ancienne langue française (Paris, 1880).
  • 6 Gustave Lanson (1857-1934), professeur à la Sorbonne et historien de la littérature française, a la (...)
  • 7 Olivar Asselin (1874-1937), né à Saint-Hilaire dans le comté de Charlevoix, fit ses études classiqu (...)

1L’anthologie3 nouvelle et longtemps attendue a été conçue comme un document historique destiné à éclairer l’histoire de notre poésie durant ces cent dernières années. L’auteur, M. Fournier4, avait cru qu’un recueil énumérant les écrivains qui, dans cette période, ont cultivé la poésie, avec ou sans succès notable, fournirait des données utiles à l’inventaire de notre production littéraire, qui attend encore son Godefroy5 ou son Lanson6 pour l’élaborer. Il s’était dit que de courtes notices sur ces auteurs, morts ou vivants, les fixant à leur date précise, notant les traits principaux de leur vie, dressant la liste de leurs œuvres avec une brève critique de leur talent, ou de leur manque de talent, formeraient des jalons précieux pour nos futurs érudits ; et que des extraits de leurs vers, caractéristiques de leur style, intéresseraient à la fois nos curieux et nos artistes. Au prix d’un très sérieux travail et avec un soin scrupuleux d’exactitude, il avait réuni et classé ces matériaux ; son ami, M. Olivar Asselin7, les a complétés et publiés après sa mort : et c’est l’Anthologie des poètes canadiens.

  • 8 Antonin Nantel (1839-1929), essayiste et journaliste, a publié une anthologie intitulée Les Fleurs (...)

2Le titre, on le voit, prête quelque peu à l’équivoque. C’eût pu être aussi bien, mieux peut-être : Les Poètes canadiens : notes et extraits. Le mot « Anthologie » semble indiquer un choix dicté par le mérite des œuvres, la fleur ou le bouquet d’une littérature. Mais enfin le nom ne fait rien à la chose, et l’on vous explique clairement qu’il ne s’agit pas d’un florilège de morceaux choisis, sur le plan, par exemple, de celui de l’abbé Nantel8, mais d’une statistique détaillée et raisonnée de ce qui s’est produit de poésie chez nous depuis cent vingt ans.

  • 9 Joseph Quesnel (1746-1809), originaire de Saint-Malo, arriva au Canada en 1779. Il s’adonna à la tr (...)
  • 10 Jean Nolin, né en 1898, avait publié un recueil de poèmes intitulé Les Cailloux (1919). Olivar Asse (...)

3Dans ces limites et avec cet objet en vue, j’ai trouvé l’Anthologie intéressante et bien faite. C’est, condensée en des pages compactes, bourrée de faits et d’exemples, une synthèse de nos origines littéraires et de leurs développements successifs comme il n’en existait pas jusqu’ici. Songez qu’elle s’ouvre avec ce bon vieux Quesnel9, né en 1746, et se clôt sur la plus récente trouvaille de ce tout jeune homme, Jean Nolin10 ! Songez qu’elle fait défiler dans l’intervalle cinq ou six générations très diverses d’allures, mais, grâce à Dieu, se ressemblant toutes en ceci, qu’elles marchent en gradation ascendante et que chacune est en progrès sur celle qui précède ! Ce qu’elle évoque, en somme, et trace en raccourci, c’est tout l’effort de notre âme nationale, malgré les entraves qui l’ont alourdie, vers l’expression intellectuelle, vers l’idéal artistique et vers la beauté. Et cet effort est touchant et admirable, même lorsqu’il reste au-dessous du but. C’est quelque chose comme la lutte que firent nos pères contre les forces conjurées de la nature et des hommes, et qui fut grande jusqu’en ses défaites. Mais ici, la guerre nous a été plus clémente : pas un seul jour l’ennemi n’a occupé la place, quoiqu’il l’ait souvent investie. Nous avons défendu notre langage avec une fermeté tenace et l’avons sauvé de la ruine. Bien plus, nous réparons graduellement les brèches qu’il avait subies ; et l’Anthologie présente ce vivant spectacle, de l’épurement, de l’enrichissement progressif de notre langue littéraire, jusqu’à ce qu’avec nos derniers venus, les meilleurs du moins, même l’accent poitevin semble disparaître, et le parler de France résonne enfin dans toute son intégrité reconquise. N’est-ce rien que d’avoir mis en lumière et imposé à nos scepticismes un tel motif d’encouragement et d’espoir ?

4Le livre abrite quatre-vingt-trois poètes, et, tout en relisant leurs noms, je cédais à l’instinct mental de les classifier et de les grouper. Même dans une ère aussi restreinte, je concevais des périodes encadrant les diverses phases de l’évolution qu’ils résument. J’en imaginais surtout quatre, d’importance inégale, mais ayant pourtant leurs caractères et leurs traits assez définis.

  • 11 Marie de Vichy Lamond, marquise du Deffand (1687-1780), fut l’une des femmes de lettres les plus cé (...)
  • 12 Joseph Mermet (1775-1828), militaire français venu au Canada (1813-1816) avec le régiment de Wattev (...)
  • 13 Poème de Joseph Quesnel, dont Asselin dit, dans la préface à l’Anthologie : « [...] si lamentables (...)
  • 14 Charles Collé (1709-1783) et Charles-François Panard (1694-1765), auteurs de chansons et de vaudevi (...)
  • 15 Stanislas Jean, marquis de Boufflers (1738-1815), poète mondain, auteur d’un conte érotique, Aline, (...)

5Dans une première époque se concentrent les origines. C’est la collection de nos « primitifs », de ceux qui tentèrent sur une lyre assez fruste, et au prix de sueurs visibles, les modulations d’essai de notre langue rythmée. Rien avant la conquête anglaise, pas une strophe, pas un distique : ceci confirme la théorie que les âges où la poésie se fait ne sont pas ceux où elle s’écrit. L’ode et l’épopée fleurissaient alors dans les actes, et nos poètes s’appelaient Champlain et Dollard des Ormeaux. Le peuple berçait son rêve aux chansons de l’Anjou ou de la Champagne, et le souci de l’Iroquois parlait plus haut que l’inspiration lyrique. Quand cette lutte intense eut cessé, il nous eût fallu un Homère ; nous eûmes deux ou trois soldats d’aventure formés au genre de lettres que cultivaient les petits marquis à la cour de Louis XV ou à celle de Mme du Deffand11. Ce sont eux qui ouvrent le défilé de nos bardes ; et ils sont XVIIIe siècle jusqu’au bout des ongles, ces premières figures de l’Anthologie, Quesnel et Mermet12. « Petit bonhomme vit encor13 », c’est tout à fait la chanson de Collé, de Panard14 ou du chevalier de Boufflers15 ; et quand j’entends ronfler les périphrases du récit épique,

  • 16 Deux premiers vers de « La victoire de Châteauguay » (1813) de Joseph Mermet.

La trompette a sonné : l’éclair luit, l’airain gronde,
Salaberry paraît, la valeur le seconde16,

  • 17 Épopée de Voltaire publiée en 1728 et qui s’intitula d’abord La Ligue (1723).

6je me crois transporté corps et âme dans un chant de la Henriade17.

  • 18 Denis-Benjamin Viger (1774-1861), avocat, homme politique, journaliste, fondateur du Spectateur et (...)
  • 19 Michel Bibaud (1782-1857), historien, poète et journaliste, auteur d’une Histoire du Canada et du p (...)
  • 20 Augustin-Norbert Morin (1803-1865), homme politique et juriste, fondateur de La Minerve, a publié d (...)
  • 21 Louis-Philippe Turcotte (1842-1878), historien, auteur de l’ouvrage Le Canada sous l’Union en deux (...)
  • 22 Antoine Poinsinet (1735-1769), auteur de quelques comédies et de nombreux livrets d’opéra-comique, (...)
  • 23 Antoine Lemierre (1723), écrivain français qui s’est illustré dans la poésie descriptive, avec La P (...)
  • 24 François-Xavier Garneau (1809-1866), célèbre par son Histoire du Canada (en quatre tomes, 1845-1852 (...)

7Mais ceux-ci sont français de naissance, ils nous appartiennent à peine, et notre histoire commence vraiment avec Viger18, Bibaud19, Morin20, Turcotte21, et la pléiade d’ombres pâles qui les suivirent pendant trente ans. Ces derniers n’avaient eu, dans nos collèges, qu’une culture littéraire rudimentaire et étroite ; les intérêts et les luttes du jour captaient le meilleur de leur vie : on ne pouvait leur demander d’être des Apollons. Ces fils de pionniers firent des vers comme on laboure et comme on défriche. Ils sont pénibles à lire, pas plus d’ailleurs que la Cantilène de sainte Eulalie qui, au dixième siècle, inaugura la poésie française. Bibaud seul m’embarrasse un peu dans cette assemblée qu’il domine : Bibaud, qui versifie presque aussi bien que Poinsinet22 ou que Lemierre23 ; mais ce diable d’homme, qui s’attaqua à tout, était un esprit très vigoureux et d’une étendue peu commune. Il semble placé là pour faire transition entre le dix-huitième siècle, qui le réclame encore, et l’âge amorphe qui allait s’ouvrir. Il y a aussi chez Garneau l’Ancien24 de fugitives lueurs. Hors de là, tout est neutre et inerte, d’une insignifiance sans relief, sans essor : de la prose morte parquée dans des murailles de rimes.

  • 25 Pierre-Joseph-Olivier Chauveau (1820-1890), avocat et homme politique, fut en 1867 premier ministre (...)
  • 26 Pamphile Lemay (1837-1918) fut tour à tour romancier, dramaturge, conteur (Contes vrais, 1899) et p (...)
  • 27 Louis Fréchette (1839-1908), avocat, journaliste, poète (Mes loisirs, 18 63 ; Les Fleurs boréales. (...)
  • 28 Octave Crémazie (1827-1879), poète, libraire, mémorialiste, auteur notamment de quelques poèmes qui (...)
  • 29 Sur Gonzalve Desaulniers, voir supra, p. 480-485.
  • 30 Adolphe Poisson (1849-1922) fut receveur de l’enregistrement dans le comté d’Arthabaska, sa terre n (...)
  • 31 Né à Québec, Eudore Évanturel (1854-1919) vécut la majeure partie de sa vie au Massachusetts. Après (...)
  • 32 Apollinaire Gingras (1847-1935) est l’auteur de deux recueils de vers publiés en 1881 : Au Foyer de (...)
  • 33 William Chapman (1850-1917), auteur de recueils de poésies d’inspiration patriotique et religieuse  (...)
  • 34 Sur Nérée Beauchemin, voir supra, p. 407-414.

8Vers 1860, et alors seulement, le Canada apprit l’existence de Hugo et de Lamartine. Nos écoles leur étaient encore strictement fermées, mais enfin, je ne sais comment, on avait découvert « Le lac » et « La tristesse d’Olympio ». C’est le début d’une seconde époque où notre poésie se ravive, prend de l’ampleur et du souffle, et s’engage, à la suite du romantisme, dans des voies plus ambitieuses. L’inspiration se diversifie et s’élève : elle accentue son caractère national et c’est, pour l’heure, un bienfait qui la sauve de l’imitation servile. La forme, sans être toujours brillante, est ordinairement saine et correcte. Des œuvres de dimensions plus larges attestent plus de labeur et de puissance. C’est ce que nous appellerions notre « grand siècle », si nous étions gens du Midi. Il est dominé par les noms de Chauveau25, Lemay26 et Fréchette27 ; et c’est une trilogie qu’il serait injuste, autant qu’ingrat, d’amoindrir. Hors le génie, auquel on ne doit jamais s’attendre, ils ont tout ce qui fait les poètes de race. Je ne place Crémazie28 qu’après eux, et c’est le seul, à mon sens, dont la gloire ait été un peu surfaite. À leurs côtés se groupent d’autres talents dignes de respect : Desaulniers29, Poisson30, Évanturel31, l’abbé Gingras32 ; Chapman33 encore, moins grand que Fréchette qu’il jalousa, mais qui eut pourtant l’âme artiste, sinon la plume. Puis Nérée Beauchemin34, que je nomme le dernier parce que lui aussi forme transition, et que sa manière serrée et subtile annonce les raffinements des nouvelles écoles.

  • 35 Sur l’École littéraire de Montréal, voir supra, p. 383-398 et 697-702.
  • 36 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « formée vers 1890, sur ».
  • 37 Sur Émile Nelligan (1879-1941), voir Émile Nelligan et son Œuvre, édition critique par Réjean Robid (...)
  • 38 Germain Beaulieu (1870-1944), poète, dramaturge, essayiste, a collaboré à divers journaux — La Sema (...)

9Une troisième période s’ouvre, il me semble, avec le mouvement créé par l’École Littéraire35. On ne saurait exagérer l’influence de cette phalange de jeunes, formée36 vers 1895, sur l’orientation que prit alors notre poésie. D’elle sont sortis, en fait, presque tous ceux qui, vers ce temps, s’acquirent un nom dans les sphères du rythme nouveau. Ce fut (et c’est encore, d’ailleurs) une réunion d’esprits actifs, sincèrement épris de l’art, à la recherche de voies inexplorées, d’impressions rares et de formules splendides. Ils fraternisèrent librement aux tendances nouvelles de la poésie d’outre-mer, et quelques-uns peut-être les côtoyèrent de trop près. Ils furent parnassiens, mallarmistes, verlainistes ; mais les meilleurs surent s’isoler, et leurs vers, d’une écriture bien personnelle, ont la marque de l’inspiration spontanée et franche. Quand on nomme Nelligan, Gill, Lozeau, Beauregard, Gallèze, Ferland, Dreux, Charbonneau, Doucet, Vézina et Cinq-Mars37, on dresse à peu près le catalogue de cette période poétique, et c’est presque celui de l’École elle-même. Germain Beaulieu38 en est, naturellement, et à double titre, puisque à son effort obstiné et à son zèle d’apôtre remontent en grande partie la création, et la durée à travers mille vicissitudes, de cette académie du gai savoir.

10Enfin, quoique ces aèdes soient pour la plupart bien vivants, je crois, à certains signes, voir poindre une dernière période échappant plus ou moins à leur influence, et qui les continue avec des traits un peu différents ; une ère qui, comme la vision de Verlaine, n’est

... ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre,

  • 39 Sur René Chopin, voir supra, p. 660-668 ; sur Benjamin Michaud, voir supra, p. 862, n. 6 ; sur Édou (...)
  • 40 Guy Delahaye (pseudonyme de Guillaume Lahaise, 1888-1969), médecin aliéniste à l’hôpital Saint-Jean (...)

11et dont on ne sait encore au juste quel sera le trait dominant. Dans ce groupe nouveau-né je classerais, entre autres, René Chopin, Paul Morin, Benjamin Michaud, Édouard Chauvin, Jean Nolin, Roger Maillet, Émile Venne, et Mlle Blanche Lamontagne39. Et ces noms représentent un élan vigoureux vers une poésie puisée aux sources absolument intimes, vers une expression pleinement affranchie et libre. En quoi diffèrent-ils de leurs prédécesseurs immédiats ? Serait-ce en ce que leur langue a toutes les inflexions de la Revue de Paris ou du Mercure, en sorte qu’on oublie à les lire qu’ils sont canadiens, qu’on les prendrait tout à fait pour des poètes de France ? Cela irait, sans doute, à quelques-uns d’entre eux, à Paul Morin, par exemple, ou à René Chopin ; mais moins bien à Alphonse Désilets, et pas du tout à Mlle Lamontagne. Serait-ce qu’ils semblent se dégager totalement des soucis d’école pour se confier à leur propre souffle ? Et cela conviendrait à Benjamin Michaud, à Jean Nolin, mais serait-ce caractéristique de Guy Delahaye40 ou d’Émile Venne ? Quoi alors ? Mettons que c’est la somme, ou la moyenne, de ces différences, et qu’il s’agit de nuances plutôt que de tendances contraires. D’ailleurs, ces poètes sont trop près de nous pour qu’on les place déjà dans l’histoire ; donnons-leur plutôt le temps de mieux s’affirmer, de mieux se définir eux-mêmes.

12L’Anthologie, dans ses linéaments précis et sobres, est comme l’arbre généalogique où ces branches apparaissent nettement tracées. Elle nous permet sur notre histoire poétique une vue d’ensemble coordonnée et logique. On peut se demander si, malgré la multiplicité de ses « spécimens », elle n’a pas encore des lacunes qui l’empêchent d’être un tableau complet. Certains poètes manqueraient-ils à la mense commune ? Il est fort possible que dans un premier recensement quelques oublis se soient glissés ; les auteurs eux-mêmes admettent des omissions qu’ils justifient par les limites matérielles du livre et par le peu d’importance des auteurs exclus. On peut prétendre que, pour autant, l’œuvre manque à son caractère statistique et à l’intégrité de son dessein. Si l’on répond que des rimeurs « qui n’étaient pas poètes » ont seuls été laissés dans les ténèbres extérieures, c’est un verdict ex cathedra que ceux-ci n’accepteraient guère et qui manque de sanction définitive. D’un autre côté, fallait-il faire place à quiconque, une fois dans sa vie, a rimé une gazette ou une pochade, à des exercices d’écoliers que la gouttière n’a pas happés assez vite, à d’effrayantes nullités où la profondeur du néant lutte avec la hauteur du vide ? Admettons qu’il y avait là un embarrassant problème. Pour les premières décades, où la matière était rare et les miettes même précieuses, je conçois qu’on ait élargi la bienvenue ; j’aurais même voulu que la liste fut absolument complète ; — mais plus tard il fallait vraiment élaguer, et en s’y résignant, les auteurs ont fait preuve de bon sens, au risque d’écorner la théorie. Il est inévitable que leur choix prête à des discussions de détail, et qu’à des critiques purement rageuses se mêlent des suggestions méritant d’être étudiées. M. Asselin, sans nul doute, ferait son profit de celles-ci dans une édition nouvelle.

  • 41 Félix-Gabriel Marchand (1832-1900), journaliste, dramaturge et homme politique, a publié des poèmes (...)

13On pourrait éplucher aussi à perte de vue les pièces assignées à chaque auteur, dans le but de montrer que la sélection en fut falote ; mais où est l’ouvrage de ce genre qui ne se prête pas à ce jeu ? Moi-même, si j’avais compilé l’Anthologie, j’y aurais introduit sans doute un autre triage ; et si vous l’eussiez faite, elle n’eût ressemblé à aucune des deux. Mais alors, ne l’oublions pas, c’eût été votre anthologie ou la mienne, et non pas celle de Jules Fournier. Dans toute préférence littéraire, l’« équation personnelle », comme disent les savants, joue le plus grand rôle, et le tempérament intime détermine le choix autant que les éléments de l’œuvre. À la réserve de ce qui, de toute évidence, blesserait le sens esthétique, il faut savoir tolérer et comprendre. M. Fournier a choisi pour lui-même avant de songer à nous ; s’il l’a fait, comme je crois, avec une discrétion moyenne, nous n’avons pas lieu de nous plaindre. Et songeons qu’après tout sa matière l’enchaînait et le limitait, qu’il n’avait rien à créer de toutes pièces, et qu’il ne pouvait faire des chefs-d’œuvre de « La Charité » de Marchand41 ou du « Retour » d’Édouard Turcotte. Je suis d’avis qu’un recueil semblable, pour offrir des garanties d’art objectives et faire vraiment autorité devrait être l’ouvrage d’une assemblée de gens de lettres, d’écoles, de sympathies, et même de digestions diverses, qui éliraient chaque pièce, après enquête sévère, à la majorité des voix. L’Académie française devrait glaner un spicilège au lieu de ruminer un dictionnaire. À défaut de cela, contentons-nous du goût personnel et d’ailleurs très réel qui a présidé à l’Anthologie ; — ou bien, prenons une plume, dépouillons des milliers de vieux journaux, de brochures introuvables, d’éditions épuisées et épuisantes, cherchons des étincelles dans des monceaux de poussière grise, — et fabriquons-en une autre.

  • 42 En novembre 1930, le docteur Duval fera parvenir à Dantin un exemplaire de son recueil Aspects ; Da (...)
  • 43 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « distribution abandonnée presque au hasard. / / J’a (...)

14Le reproche que je ferais à M. Fournier serait de n’avoir pas toujours eu le sens des proportions dans l’espace réparti aux divers poètes. L’ouvrage laisse un peu l’impression qu’ils ont tous la même importance ; ou alors ceux qui font saillie ne semblent pas le mériter particulièrement. On s’attendrait à voir Nérée Beauchemin, par exemple, à qui l’on accorde trois pages, traité pour le moins aussi bien que Charles Gill qui en a dix. Pourquoi deux pages à Eudore Évanturel et quatre à Rémi Tremblay ? Pourquoi une à Roger Maillet et trois à Clovis Duval42 ? Et je sais bien qu’il peut tenir dans un sonnet autant de beauté que dans un poème épique ; mais enfin on voudrait que chaque auteur gardât, dans le volume, une place relative à son influence et à sa valeur réelle. Tous ceux de la première époque ont une ou deux pièces, et c’est bien ; ils se valent presque tous ; ensuite, j’aurais voulu qu’on leur graduât soigneusement les lignes, et que les œuvres brillantes, ou simplement meilleures, fussent ainsi distinguées des autres. Le goût individuel eût encore mis là son empreinte, mais c’eût mieux valu tout de même qu’une distribution43 sans raison d’être bien définie.

  • 44 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « plus haute. Il ».
  • 45 Dans une lettre à Olivar Asselin, du 16 mai 1920, Dantin lui signalait que, dans la version de Poèt (...)
  • 46 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « boutade. Et puis, il dit lui-même que nous commenç (...)

15J’arrive à la question scabreuse : avons-nous une littérature canadienne ? M. Asselin soutient que non dans sa préface, et il en donne des raisons spécieuses qui ne m’ont pas bien convaincu. Pour moi, comme pour Larousse d’ailleurs, une littérature est tout bonnement l’ensemble des productions littéraires d’un pays, d’un peuple, abstraction faite de leur originalité et de leur mérite. Il n’est donc pas compromettant d’admettre que nous ayons une littérature : il restera toujours à déterminer ce qu’elle vaut. Le problème est d’un intérêt tout philologique, et d’une assez mince importance. Sa solution ne changera pas d’une ligne la stature de nos écrivains. Si M. Asselin préfère tenir la dragée haute et nous laisser encore au stage d’aspirants, c’est, je le soupçonne, qu’il voudrait nous empêcher d’être sottement contents de nous-mêmes et de confondre le siècle embrassé par l’Anthologie avec le siècle de Périclès ; c’est qu’il se fait une haute idée de la parole française et qu’il la voudrait poursuivie et atteinte dans une perfection plus44 complète. Il est un des derniers, d’ailleurs, qu’on pourrait accuser d’hostilité envers les lettres nationales : elles n’ont pas, au contraire, d’ami plus actif et plus courageux. C’est un bon paladin45 de notre langue, qui s’escrime d’estoc et de taille chaque fois qu’il la sent menacée, et qui travaille à la restaurer chez nous avec une ardeur de patriote et un acharnement de puriste. Avec ses états de service, on peut lui passer plus d’une boutade46.

16Pour l’amener à une conversion complète, il faudrait le condamner à relire son Anthologie ; elle fait mieux que prouver la littérature canadienne : elle la montre en chair et en os. Et c’est précisément pourquoi j’aime ce livre, et suis persuadé que ses auteurs ont rendu un vrai service en le publiant.

Notes de fin

1 « Un siècle d’histoire poétique — À propos de l’Anthologie des poètes canadiens », La Revue trimestrielle canadienne, vol. 6, décembre 1920, p. 369-376 ; Poètes de l’Amérique française, t. I, p. 9-25.

2 Ce poème figurait dans l’anthologie qu’à l’âge de quinze ans Dantin avait composée (voir supra, p. 855, n. 24).

3 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « Est-il trop tard pour parler de l’Anthologie ? Je ne le crois pas. Après tout ce qu’on en a dit, il reste une chose peut-être à laquelle on n’a guère songé : c’est de lui rendre un peu de justice. J’ai surtout lu à son sujet des éreintements féroces et des condamnations sans mesure. En vérité, est-ce bien tout ce que méritait l’œuvre ? Il est au moins intéressant de le rechercher avec un calme rendu plus facile par le recul du temps. Pour être très sûr d’en dire ce que j’en pense, je vais m’abstraire de tout ce que mes distingués confrères en ont opiné avant moi, me faire une « âme neuve », et y aller de mon mot comme un sourd, sans acception de personnes et sans le moindre respect humain. L’Anthologie [Anthologie des poètes canadiens, par Jules Fournier, mise à jour par Olivar Asselin, Montréal, Granger, 1920, 309 p.] a été conçue ».

4 Jules Fournier (1884-1918), journaliste à La Presse (1903-1904), au Canada (1904-1908) et au Nationaliste (1906-1910), dont il devint le directeur après le départ d’Olivar Asselin, en 1908. En 1909, un article intitulé « La prostitution de la justice », dans Le Nationaliste, lui valut d’être traduit en justice et condamné à trois mois de prison. Dans la préface à son roman Le Crime de Lachine (paru dans la Revue canadienne en juillet 1906), Fournier traitait les poètes canadiens-français « d’indigents rimailleurs » et de « ressasseurs d’antiques lieux communs ». Dans une série de « lettres ouvertes », de juin 1906 à mars 1907, dans lesquelles il soutenait que la littérature canadienne-française n’existait pas, il attaqua le critique français Charles ab der Halden, qui venait de faire paraître un essai sur la littérature canadienne-française (voir « Textes de la querelle », dans Marie-Andrée Beaudet, Charles ab der Halden — Portrait d’un inconnu, Montréal, L’Hexagone, 1992, p. 119-158). Après la mort de Jules Fournier, Olivar Asselin, avec l’aide de Mme Fournier, avait réuni ses écrits sous le titre Mon encrier. À deux reprises, Asselin tenta sans succès de convaincre Dantin de parler, dans La Revue moderne, de l’œuvre de cet « esprit vraiment distingué, sinon de tout premier ordre que fut Fournier ».

5 Frédéric Godefroy, auteur d’un Dictionnaire de l’ancienne langue française (Paris, 1880).

6 Gustave Lanson (1857-1934), professeur à la Sorbonne et historien de la littérature française, a laissé de nombreux ouvrages qui ont longtemps fait autorité, notamment une Histoire de la littérature française (1894), dont Dantin avait dans sa bibliothèque une édition révisée, de 1909, ainsi qu’un Choix de lettres (1916) du xviie siècle avec une introduction et des notes par Gustave Lanson.

7 Olivar Asselin (1874-1937), né à Saint-Hilaire dans le comté de Charlevoix, fit ses études classiques au Séminaire de Rimouski, puis émigra avec ses parents au Massachusetts. Après sa participation à la guerre contre l’Espagne dans les rangs de l’armée américaine, il s’installa à Montréal et commença par collaborer aux Débats, hebdomadaire dirigé par Louvigny de Montigny, puis il devint le secrétaire de sir Lomer Gouin et l’un des dirigeants du Parti nationaliste. À la déclaration de la Première Guerre mondiale, il s’enrôla dans l’armée canadienne. À son retour, il devint rédacteur en chef du Canada, puis, en 1934, il fonda un journal de combat, L’Ordre. Ce journal ayant été condamné par l’archevêque de Québec, en 1935, Asselin le remplaça par La Renaissance, dont le destin fut tout aussi éphémère. Dans une lettre à Louvigny de Montigny, du 27 décembre 1935, Dantin prévoyait la fin prochaine de La Renaissance : « J’en serais chagrin pour son directeur, mais ne pourrais m’en lamenter sous le rapport du bien public ; car, à côté d’idées justes et bien défendues, les organes d’Asselin ont toujours un amas de théories réactionnaires, fascistes, militantistes, etc. qui me paraissent en opposition directe aux besoins de la société présente et aux poussées du progrès humain. Nous n’avons pas besoin, il me semble, ni de Camelots du Roy, ni de Croix de Feu, ni de répliques de Léon Daudet, et les extrémistes, survivants d’un autre âge, peuvent faire chez nous beaucoup de mal. »

8 Antonin Nantel (1839-1929), essayiste et journaliste, a publié une anthologie intitulée Les Fleurs de la poésie canadienne (1869) ; il a aussi laissé un Précis de géographie élémentaire, des manuels d’enseignement de la langue anglaise, un essai sur La Parole humaine (1908) et un choix de Pages historiques et littéraires (1928).

9 Joseph Quesnel (1746-1809), originaire de Saint-Malo, arriva au Canada en 1779. Il s’adonna à la traite des fourrures, puis se retira à Boucherville, où il tint une boutique tout en écrivant des poèmes de circonstance, des épigrammes et des chansons, ainsi que des pièces qu’il mettait en scène et interprétait, notamment l’opéra-comique Colas et Colinette ou le Bailli dupé (1789) et L’Anglomanie (1802).

10 Jean Nolin, né en 1898, avait publié un recueil de poèmes intitulé Les Cailloux (1919). Olivar Asselin avait dit de sa poésie qu’elle était « honnête sans être bête » (« Quelques livres canadiens », La Revue moderne, vol. 1, n° 2, 15 décembre 1919, p. 12).

11 Marie de Vichy Lamond, marquise du Deffand (1687-1780), fut l’une des femmes de lettres les plus célèbres du xviiie siècle. Elle reçut dans son salon Marivaux, Fontenelle, Montesquieu, Voltaire. Devenue aveugle, elle se retira au couvent de Saint-Joseph, mais continua d’y recevoir les plus grands esprits de son temps. Elle a entretenu une vaste correspondance avec Voltaire, d’Alembert et l’écrivain britannique Walpole.

12 Joseph Mermet (1775-1828), militaire français venu au Canada (1813-1816) avec le régiment de Watteville pour combattre les Américains. Il se lia d’amitié avec Jacques Viger, alors capitaine d’une compagnie de voltigeurs, qui lui fit connaître le milieu intellectuel de Montréal et l’incita à publier ses poèmes dans Le Spectateur.

13 Poème de Joseph Quesnel, dont Asselin dit, dans la préface à l’Anthologie : « [...] si lamentables que soient les exercices d’écolier qui ont fait entrer Mermet, Viger, Norbert Morin, Michel Bibaud, Bédard, Petitclair au panthéon poétique [...], on ne relit pas sans intérêt, voire avec plaisir “Le petit bonhomme” de Joseph Quesnel » (op. cit., p. 21).

14 Charles Collé (1709-1783) et Charles-François Panard (1694-1765), auteurs de chansons et de vaudevilles, fondèrent, avec Piron et Crébillon Fils, la « Société du Caveau », groupe de chansonniers et d’écrivains qui se réunissaient à Paris de 1729 à 1739 dans l’arrière-boutique de l’épicier Galler, puis dans le cabaret de Landel, dit « le Caveau ». Un Recueil de poésies (Paris, Chez Mme Veuve Dabo, 1823, 512 p.) de Quinault, Boursault, Pélisson, La Fontaine, Moncrif, Piron, Panard, Voisenon, Pezai, Rhulières, J.-J. Rousseau, Bonnard, Lebrun, Chénier et Mercier figurait dans la bibliothèque de Dantin.

15 Stanislas Jean, marquis de Boufflers (1738-1815), poète mondain, auteur d’un conte érotique, Aline, reine de Golconde, collabora à L’Almanach des Muses. Après avoir été gouverneur du Sénégal, de 1785à 178 8, il termina sa vie comme bibliothécaire à la Bibliothèque Mazarine.

16 Deux premiers vers de « La victoire de Châteauguay » (1813) de Joseph Mermet.

17 Épopée de Voltaire publiée en 1728 et qui s’intitula d’abord La Ligue (1723).

18 Denis-Benjamin Viger (1774-1861), avocat, homme politique, journaliste, fondateur du Spectateur et agent diplomatique du Canada auprès du gouvernement anglais, auteur de discours politiques et d’un opuscule intitulé Considérations sur les effets qu’ont produits au Canada la conservation des établissements, les mœurs, l’éducation de ses habitants (1809).

19 Michel Bibaud (1782-1857), historien, poète et journaliste, auteur d’une Histoire du Canada et du premier recueil de poésie publié au Canada : Épîtres, satires, chansons, épigrammes et autres pièces diverses.

20 Augustin-Norbert Morin (1803-1865), homme politique et juriste, fondateur de La Minerve, a publié des brochures pour la défense des Canadiens français et quelques poèmes patriotiques.

21 Louis-Philippe Turcotte (1842-1878), historien, auteur de l’ouvrage Le Canada sous l’Union en deux volumes (1871 et 1872) et d’une Histoire de l’île d’Orléans.

22 Antoine Poinsinet (1735-1769), auteur de quelques comédies et de nombreux livrets d’opéra-comique, dont une comédie de mœurs, Le Cercle d’or ou la Soirée à la mode (1764), qui avait connu un vif succès.

23 Antoine Lemierre (1723), écrivain français qui s’est illustré dans la poésie descriptive, avec La Peinture (1769), Les Fastes (1779), et au théâtre, notamment avec Guillaume Tell (1766). Il est également l’auteur de Plaidoyers déclamatoires contre le despotisme et les prêtres. Élu à l’Académie française en 1780.

24 François-Xavier Garneau (1809-1866), célèbre par son Histoire du Canada (en quatre tomes, 1845-1852, avec de nombreuses rééditions), publia des vers. C’est pour le distinguer de son fils Alfred (1836-1904), auteur d’un recueil de Poésies (posthume, 1906), que Dantin le nomme « Garneau l’Ancien ».

25 Pierre-Joseph-Olivier Chauveau (1820-1890), avocat et homme politique, fut en 1867 premier ministre de la province de Québec. Il est l’auteur de nombreux articles et essais sur la littérature, l’histoire et la politique, de poèmes d’inspiration patriotique, de récits légendaires et d’un roman de mœurs, Charles Guérin. Son Discours à la mémoire des braves tombés sur les plaines d’Abraham (1855) est resté célèbre.

26 Pamphile Lemay (1837-1918) fut tour à tour romancier, dramaturge, conteur (Contes vrais, 1899) et poète du terroir (Les Gouttelettes, 1904).

27 Louis Fréchette (1839-1908), avocat, journaliste, poète (Mes loisirs, 18 63 ; Les Fleurs boréales. Les Oiseaux de neige, 1879 ; La Légende d’un peuple, 1887), conteur, dramaturge, mémorialiste.

28 Octave Crémazie (1827-1879), poète, libraire, mémorialiste, auteur notamment de quelques poèmes qui eurent une grande vogue au xixe siècle et au début du xxe siècle, notamment « Le vieux soldat canadien », « Les morts », « Le drapeau de Carillon » et « La promenade des trois morts ».

29 Sur Gonzalve Desaulniers, voir supra, p. 480-485.

30 Adolphe Poisson (1849-1922) fut receveur de l’enregistrement dans le comté d’Arthabaska, sa terre natale, qu’il a chantée dans tous ses recueils de poésie : Chants canadiens (1880), Heures perdues (1894), Sous les pins (1902), Chants du soir (1912).

31 Né à Québec, Eudore Évanturel (1854-1919) vécut la majeure partie de sa vie au Massachusetts. Après ses Premières Poésies (1878), préfacées par Joseph Marmette, il ne publia que quelques poèmes dans les journaux.

32 Apollinaire Gingras (1847-1935) est l’auteur de deux recueils de vers publiés en 1881 : Au Foyer de mon presbytère et Poèmes et chansons, et d’un essai intitulé Le Bas-Canada entre le Moyen-Âge et l’Âge moderne (1880).

33 William Chapman (1850-1917), auteur de recueils de poésies d’inspiration patriotique et religieuse : Les Québecquoises (1876), Les Feuilles d’érable (1890), Les Aspirations (1904), Les Rayons du Nord (1910), Les Fleurs de Givre (1912). Il est surtout connu pour sa polémique contre Fréchette : Le Lauréat (1892) et Deux copains, réplique à MM. Fréchette et Sauvalle (1894). Dans une lettre d’avril 1909 à Germain Beaulieu, Dantin avoue approuver « l’éreintement de Chapman » par Charles ab der Halden (Nouvelles Études de littérature canadienne-française, Paris, F. R. de Rudeval, 1907, p. 225-265) : « J’ai souvent protesté intérieurement contre les éloges outrés qu’on lui donnait ou dont il s’accablait lui-même. J’ai trouvé que sa polémique avec Fréchette était un scandale et une mauvaise action. L’exécution est cruelle, mais juste. Et je trouve en général que Ab der Halden, quoiqu’un peu turc de nom, nous juge en Français assez avisé et sage. [...] C’est de la critique, à mon avis, vraiment intelligente et impartiale. Nos Canadiens sont bien naïfs s’ils s’imaginent qu’on leur doit de les traiter tous comme des génies [...]. Ab der Halden continue l’éducation critique de nos gens de lettres. »

34 Sur Nérée Beauchemin, voir supra, p. 407-414.

35 Sur l’École littéraire de Montréal, voir supra, p. 383-398 et 697-702.

36 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « formée vers 1890, sur ».

37 Sur Émile Nelligan (1879-1941), voir Émile Nelligan et son Œuvre, édition critique par Réjean Robidoux. Charles Gill (1871-1918), peintre et poète, fut l’un des fondateurs de l’École littéraire de Montréal et se lia d’amitié avec Nelligan. Ses premiers textes en vers et en prose parurent dans Les Débats, puis dans Le Nationaliste. Il a laissé une œuvre inachevée publiée après sa mort, Le Cap Éternité, épopée dans laquelle il chante la beauté du Saint-Laurent. Si Dantin n’a pas nié le talent d’expression indiscutable de ce jeune poète, il lui reprochait cependant, à la suite du critique Ab der Halden, son « peu d’idées » (lettre à G. Beaulieu du 8 mai 1909). Sur Albert Lozeau, voir supra, p. 862, n. 3 ; sur Alphonse Beauregard, voir supra, p. 97-114, 244-251, 275-277 ; sur Lionel Léveillé, voir supra, p. 294-299 ; sur Albert Dreux, voir supra, p. 179-184 ; sur Jean Charbonneau, voir supra, p. 233-243 et 697-702 ; sur Louis-Joseph Doucet, voir supra, p. 862. n. 4 ; sur Medjé Vézina, voir supra, p. 680-687. Alonzo Cinq-Mars (1881-1969), poète, journaliste (La Gazette de Québec, La Presse, La Patrie, Le Moniteur), collaborateur de la revue Le Terroir.

38 Germain Beaulieu (1870-1944), poète, dramaturge, essayiste, a collaboré à divers journaux — La Semaine, Les Débats, Le Théâtre, Le Soleil — sous différents pseudonymes. Fondateur de l’École littéraire de Montréal, en 1895, il en devient le premier président. En 1909, il fonde la revue Le Terroir. L’amitié entre Beaulieu et Dantin fut surtout épistolaire, mais elle dura jusqu’à la mort de Beaulieu. À propos de celui-ci, Dantin confiait à son biographe : « Je l’avais aperçu quelquefois aux séances de l’École littéraire ; mais il devint mon ami intime seulement après mon départ. Il fut pendant longtemps le seul lien qui me rattachait au Canada. Germain Beaulieu ! Cet homme a tenté une chose impossible : vivre dans l’idéal. Ce fut un grand rêveur. [...] Beaulieu fut un homme divisé contre lui-même. Il oscilla d’abord entre la pensée et l’action et, plus tard, entre la science et la littérature. Il faut choisir, n’est-ce pas ? On ne peut être en même temps un homme d’action et un homme de pensée, un artiste et un savant. La tutelle de l’intelligence lui était insupportable, chez lui comme chez les autres. Il avait des idées largement libérales et ne put s’empêcher de protester, de prêcher des réformes. Il perdit son emploi chez les Artisans et se trouva sur la liste des suspects. Il devint fonctionnaire par la suite. Cela lui permit de vivre, d’élever une famille, mais le força à se taire. Il s’intéressa aux sciences naturelles, et ces recherches continuèrent à l’éloigner de la poésie. Littérateur, la littérature fut pour lui un violon d’Ingres. Il se récrierait contre ce paradoxe, car il s’est toujours flatté de son attachement aux lettres. Mais avant tout il a été un rêveur, comme moi. Comme moi, il n’aurait été satisfait nulle part ; il aurait cherché partout à accorder ses aspirations avec les exigences de la vie » (cité dans Louis Dantin, p. 238).

39 Sur René Chopin, voir supra, p. 660-668 ; sur Benjamin Michaud, voir supra, p. 862, n. 6 ; sur Édouard Chauvin, voir supra, p. 193-196 ; sur Jean Nolin, voir supra, p. 870, n. 10. Roger Maillet, né en 1896, était alors directeur de l’hebdomadaire Le Mâtin. L’Anthologie de Fournier ne cite de lui qu’une « Chanson », datée de 1916. Émile Venne, professeur d’architecture à l’École des Beaux-Arts de Montréal, avait publié un recueil de poèmes, Les Symphonies (1920), qu’il avait lui-même illustré. Sur Blanche Lamontagne, voir supra, p. 115-126.

40 Guy Delahaye (pseudonyme de Guillaume Lahaise, 1888-1969), médecin aliéniste à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu, auteur de deux recueils de poèmes, Les Phases (1910) et Mignonne allons voir si la rosé... est sans épines (1912). Asselin, qui admirait son style provocateur et « funambulesque à la troisième puissance », ne cite aucun extrait de ses recueils dans l’Anthologie.

41 Félix-Gabriel Marchand (1832-1900), journaliste, dramaturge et homme politique, a publié des poèmes qui ont été recueillis dans ses Mélanges poétiques et littéraires (1899).

42 En novembre 1930, le docteur Duval fera parvenir à Dantin un exemplaire de son recueil Aspects ; Dantin lui dédiera en retour (« À Clovis Duval — auteur hermétique et abscons ») un sonnet de Poèmes d’outre-tombe.

43 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « distribution abandonnée presque au hasard. / / J’arrive ».

44 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « plus haute. Il ».

45 Dans une lettre à Olivar Asselin, du 16 mai 1920, Dantin lui signalait que, dans la version de Poètes de l’Amérique française, il ne l’appelait plus un « paladin », mais un « mousquetaire » ; « Pardonnez-moi d’insister toujours sur votre côté combatif mais enfin est-ce que je me trompe en y voyant un trait distinctif de votre caractère ? Et comme il me fallait peindre les gens d’un mot !... Dites-moi si vous voulez qu’à l’avenir je fasse de vous un apôtre de la paix. » Il dut se raviser, puisque le texte publié porte bien « paladin ».

46 Variante (La Revue trimestrielle canadienne) : « boutade. Et puis, il dit lui-même que nous commençons à avoir une littérature : et ainsi nous en aurons une bientôt, et tout le monde sera d’accord. Pour ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter