Version classiqueVersion mobile

Pratiques innovantes auprès des jeunes en difficulté

 | 
Denis Lafortune
, 
Marie-Marthe Cousineau
, 
Claudia Tremblay

Troisième partie. Adolescence et passage à la vie adulte

26. Le Plan de cheminement vers l’autonomie : partenariat et continuité des services

Martin Goyette et Amélie Morin

Texte intégral

Les auteurs souhaitent remercier Mélanie Corneau, Édith Robert et El Hadji Sawali Bamba pour leur contribution entourant le processus de rédaction de cet article.

Le Plan de cheminement vers l’autonomie (PCA) est un projet pilote qui vise à offrir, de façon concertée, l’occasion aux jeunes de bénéficier, à l’approche de leurs 16 ans, de conditions facilitant leur passage à la vie adulte. Le PCA s’appuie sur la prémisse que devant la complexité du passage à la vie adulte des jeunes en difficulté, aucun organisme ou établissement ne peut parvenir seul à répondre à l’ensemble de leurs besoins dans ce processus. Considérant que les services aux jeunes en difficulté ont été développés dans une logique sectorielle et organisationnelle, il faut pouvoir contrer les discontinuités du suivi, notamment lorsque les jeunes atteignent la majorité légale. Le PCA est un moyen d’action proposé à cette fin par l’ACJQ dans le cadre de la Stratégie d’action jeunesse 2009-2014 du Gouvernement du Québec. Il est expérimenté pour une période de trois ans (2009-2012) dans neuf régions administratives du Québec : Abitibi-Témiscamingue, Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches, Estrie, Mauricie, Montérégie, Montréal, Outaouais et Québec. Dans le cadre du renouvellement de la Stratégie d’action jeunesse, ce projet vise l’ensemble des jeunes desservis par les différents services d’aide à la jeunesse concernés par les enjeux du passage à la vie autonome et de l’intégration sociale. En résumé, il s’agit de soutenir l’appropriation, par tous les intervenants de tous les secteurs d’intervention concernés, d’un processus et d’un outil communs d’évaluation de l’état de préparation à l’autonomie de tous les jeunes de 16 ans en besoin d’aide. À cette fin, trois objectifs sont visés : développer une vision partagée du développement de l’autonomie, du passage à la vie adulte et de la continuité des services ; mettre à la disposition des acteurs jeunesse un mécanisme et/ou un outil communs de revue de la situation de chaque jeune ; et planifier l’intervention avec chaque jeune, à partir d’une évaluation de sa situation, en identifiant les partenaires engagés.

1Raconter l’histoire du PCA, c’est d’abord évoquer les enjeux entourant l’implantation du programme Qualification des jeunes (PQJ) dans les centres jeunesse du Québec. En effet, devant le constat de la complexité des transitions à la vie adulte et des lacunes de l’intervention institutionnelle pour soutenir les jeunes traversant cette étape cruciale, une intervention multidimensionnelle intensive de longue durée a été graduellement implantée, afin que les jeunes soient mieux préparés aux défis qui se posent lorsque prend fin la prestation des services des centres jeunesse (voir la contribution de Goyette et Morin dans ce collectif). Dans le cadre du PQJ, un outil conçu aux États-Unis, le Ansell-Casey Life Skills Assessment (ACLSA), visant le développement de l’autonomie fonctionnelle des jeunes, a été utilisé pour soutenir l’intervention auprès du jeune.

2Si, au cœur du PQJ, cet outil a eu un fort succès auprès des intervenants de la région de Québec, il a aussi été présenté hors du PQJ afin de soutenir le travail d’autres intervenants des centres jeunesse de certaines régions ainsi que des organismes du milieu accompagnant également des jeunes en besoin de préparation à l’autonomie.

  • 1 Cet objectif d’adaptation et de validation de l’ACLSA a été intégré au projet Soutien à la vie aut (...)

3Cependant, l’ACLSA devait être traduit, adapté au contexte culturel québécois et complété de façon à y introduire, notamment, des éléments relatifs au réseau social du jeune et aux enjeux des transitions à la vie adulte. Cette version devait par la suite faire l’objet de tests de validation. Pour procéder à la traduction, à l’adaptation et à l’enrichissement de l’ACLSA, le réseau des centres jeunesse s’est tourné vers les chercheurs les plus familiers avec cet outil, ceux-là mêmes qui avaient documenté son utilisation dans le cadre du PQJ et procédé à l’évaluation des trajectoires de jeunes sur la base des données fournies par la passation cyclique de l’outil dans le cadre du PQJ. Ces chercheurs s’étaient déjà prononcés sur les limites structurelles de cet outil et avaient déjà identifié les pistes d’enrichissement souhaitables. Cette équipe de l’ENAP a accepté de se charger des travaux relatifs à la validation psychométrique d’une traduction adaptée et enrichie de l’ACLSA réalisée par une équipe d’intervenants du Centre jeunesse Chaudière-Appalaches1. L’ACLSA se révèle intéressant parce qu’il permet à l’intervenant et au jeune de bénéficier d’un outil qui fait le tour de la plupart des enjeux liés à l’autonomie fonctionnelle.

4Parallèlement à cette démarche, à l’automne 2006, les directeurs des services à la clientèle de quatre centres jeunesse fortement impliqués dans l’actualisation du PQJ prenaient connaissance du dispositif mis en place au Royaume-Uni au regard de la préparation au passage à la vie autonome des jeunes en difficulté de ce pays, et de l’outil d’évaluation utilisé pour cette préparation, le Pathway Plan. Ce dispositif a suscité chez eux un vif intérêt, assez pour qu’ils décident d’en pousser plus avant l’exploration et que, au printemps 2007, ils soumettent à leurs collègues des 11 autres centres jeunesse la proposition suivante : que le comité de direction de chaque centre jeunesse mette en place un dispositif ayant pour effet d’évaluer systématiquement la situation de tous les jeunes de 16 ans pris en charge, afin d’élaborer, pour chacun, un plan de service visant à le préparer le mieux possible à affronter le passage à la majorité et à la vie autonome.

5La problématique visée nécessitant l’effort conjugué des professionnels de tous les réseaux prestataires de services aux jeunes adultes, ainsi que de bon nombre de services communautaires, l’outil qui serait utilisé pour soutenir le plan de préparation du jeune devrait, à l’instar de ce qui s’était fait au Royaume-Uni, être développé et partagé par tous les intervenants, quel que soit leur réseau d’appartenance. Si elle était acceptée, la mise en œuvre de cette proposition allait supposer deux manœuvres :

  • Mettre en place, à l’intérieur de chaque centre jeunesse, un dispositif obligeant tous les professionnels affectés à la prise en charge à passer en revue la situation de tous les jeunes, quel que soit leur milieu de vie, à l’approche de leurs 16 ans, afin de statuer sur leur niveau de préparation à la vie autonome, et d’élaborer pour chacun un plan de préparation conséquent.
  • Réunir à une même table de travail régionale des représentants de tous les secteurs professionnels concernés par la problématique du passage à la vie autonome des jeunes en difficulté, afin qu’ils élaborent un processus et des outils communs d’évaluation, de planification et de prestation de services. Autrement dit, pour qu’ils adoptent une perspective d’intervention commune et un langage commun.

6L’ensemble des directeurs des services à la clientèle des centres jeunesse et ensuite la Conférence des directeurs généraux de l’Association des centres jeunesse du Québec (ACJQ) se sont prononcés unanimement en faveur de la mise en place d’un dispositif similaire à celui élaboré au Royaume-Uni. Immédiatement, les premières étapes de réalisation du projet ont été entreprises. D’abord, il s’est agi d’examiner les trois outils pressentis pour servir de base à la mise en place de dispositifs régionaux d’évaluation systématique des jeunes de 16 ans. Au terme d’un examen critique de ces trois outils, le groupe de travail mandaté pour prendre une décision à ce sujet a recommandé l’adoption de l’ACLSA, notamment pour ses aspects conviviaux et son orientation claire à l’égard de l’autonomie. Mais la visée globale de la démarche britannique demeure celle de doter l’ensemble des organismes œuvrant auprès de la jeunesse en difficulté à l’intérieur d’un territoire d’un dispositif, voire d’un outil commun visant à faciliter l’accompagnement des jeunes à travers les services, et veiller à ce qu’ils puissent bénéficier d’une opportunité pour définir leur propre cheminement vers l’autonomie.

7C’est en s’appuyant sur cette dynamique complexe que l’ACJQ a développé le projet PCA, et l’a soumis pour financement au Secrétariat de la jeunesse. Le PCA a été financé dans le cadre de la Stratégie d’action jeunesse 2009-2014 du Gouvernement du Québec. Il s’agit d’un processus par lequel les partenaires de neuf régions du Québec travaillent à élaborer une réflexion commune sur l’autonomie des jeunes et les services à mettre en place pour les soutenir, et sur un outil sur lequel il pourrait tous s’appuyer pour permettre aux jeunes d’identifier leurs besoins et les orienter vers les ressources appropriées.

caractère novateur du projet

8D’emblée, il faut mentionner qu’un des aspects novateurs du PCA est qu’il ne s’intéresse pas seulement, ou pas simplement, à une intervention auprès des jeunes. En effet, chercher à développer la continuité des services entre plusieurs organismes jeunesse qui n’ont pas toujours travaillé ensemble afin de créer les conditions optimales appuyant leur prise d’autonomie et leur intégration sociale témoigne du souci de ne pas mettre tout le poids de l’intégration sur l’adaptation individuelle des jeunes. Dans cette perspective, travailler en partenariat autour du soutien à l’autonomie est exigeant, même si ce type d’approche globale est au cœur des recommandations des travaux contemporains sur l’insertion des populations vulnérables (Goyette, Bellot et Panet-Raymond, 2006).

  • 2 Les tenants de la perspective des données probantes favorisent « une approche de la pratique qui s (...)

9Mais le PCA est original et novateur à un autre niveau. Force est de constater que la majorité des programmes sont conçus dans une logique « expert », où l’implantation se réalise uniformément dans tous les contextes locaux. Or, cette manière de développer et d’implanter les actions publiques soulève certaines critiques, notamment en ce qui a trait à la prise en compte de la complexité des enjeux contextuels2 (Goyette, Jetté et Corneau, 2009 ; Jetté et Goyette, 2010).

10Dans le cadre du PCA, nous privilégions une « approche bottom-up [qui] cherche de ce fait à inverser la perspective en partant des acteurs de la mise en œuvre » (Hassenteufel, 2008), en « partant des modes d’échange et d’agrégation entre acteurs individuels et collectifs » (Lascoumes et Le Galès, 2007). Résolument participative, l’approche est originale et se distingue épistémologiquement d’une implantation de programme axée sur les données probantes (evidence-based model) à partir d’un programme expert implanté verticalement (Potvin et McQueen, 2008 ; Jacob, 2009) où les outils standardisés et informatisés sont critiqués parce qu’ils technicisent le travail professionnel en « nouant positivisme scientifique et esprit gestionnaire » (Couturier, Gagnon et Carrier, 2009, p. 195). Forts de ces critiques, mais soucieux de favoriser une prise en compte des difficultés et des blocages individuels, mésostructurels et structurels que les jeunes éprouvent lors du passage à la vie adulte, nous proposons une démarche de coconstruction, avec les acteurs politiques, les gestionnaires et les professionnels d’actions publiques, qui renouvelle les pratiques sociales. Ces outils constituent ainsi un soutien pour nourrir les interventions et le travail en partenariat et non pas une grille de contrôle qui emprisonne.

11Par ailleurs, travailler à partir d’une démarche participative au développement d’un dispositif ou d’un outil commun permet de contourner les blocages à l’implantation d’outil expert « top down ». En effet, travailler ensemble permet aux acteurs de comprendre le point de vue de l’autre, de développer son adhésion et celle des partenaires. Ainsi, une démarche itérative à partir de la base permet, entre autres, de s’assurer que les travaux émergents reflètent réellement les préoccupations des partenaires impliqués. S’éloignant du paradigme positiviste duquel découle la perspective des données probantes, l’action du PCA est multisectorielle. La démarche de coconstruction, qui s’applique autant à la conceptualisation qu’à l’opérationnalisation, s’actualise dans tout le processus de validation.

12Finalement, un des aspects novateurs est que le PCA cherche à prendre en compte la complexité des enjeux du passage à la vie autonome des jeunes en difficulté par l’intégration de dimensions conceptuelles qui dépassent leur autonomie fonctionnelle.

perspectives théoriques

13Les assises conceptuelles sur lesquelles repose le projet PCA sont articulées autour de trois perspectives théoriques centrales qui sont liées : le passage à la vie adulte, l’autonomie et le partenariat qui favorise la continuité des services.

14Si, dans les années 1980, plusieurs interventions auprès des jeunes ont été implantées afin de favoriser leur insertion professionnelle, dans les années 1990, des critiques ont mis en évidence que ces politiques publiques ne prenaient pas en compte la complexité des enjeux des transitions à la vie adulte. Par exemple, dans le cadre des interventions mises de l’avant pour soutenir les jeunes vers la sortie d’une prise en charge des services sociaux, il a été montré que la plupart, regroupées sous le terme Independent living (Collins, 2001 ; Propp, Ortega et NewHeart, 2003), visaient surtout à développer, chez les jeunes, leur autosuffisance et leur indépendance financière dans une perspective où la dépendance à l’égard des services de l’État doit être évitée (Goyette et Turcotte, 2004 ; Goyette, 2006).

15Sortir de cette logique implique de tenir compte du contexte dans lequel les jeunes d’aujourd’hui accomplissent leur passage à la vie adulte. Il s’agit de montrer comment les transitions à la vie adulte sont plus longues pour la jeunesse en général. Par ailleurs, les différentes transitions (professionnelle, résidentielle et familiale) ne se réalisent plus en même temps comme le modèle dominant qui prévalait jusque dans les années 1970 (Goyette et al. 2006). Dans ce contexte général d’allongement de la jeunesse et de désynchronisation des différentes transitions, les interventions publiques exigent paradoxalement des jeunes en difficulté d’être indépendant au plus tôt. Or, travailler seulement sur la dimension professionnelle, surtout pour les jeunes en difficulté, c’est la plupart du temps confronter le jeune à des blocages dans les autres sphères de sa vie (Goyette et Royer, 2009). Bref, l’outil au cœur du PCA doit tenir compte des différentes transitions à la vie adulte qui mèneront vers l’autonomie.

  • 3 Par exemple, une recherche récente a montré comment la question de l’autonomie en milieu autochton (...)

16Cette question de l’autonomie est au cœur de ce processus de transition. Mais de quelle autonomie parle-t-on ? Déjà, le prisme des transitions à la vie adulte nous permet de sortir du cadre d’une « autonomie chimérique » où le jeune doit être responsabilisé en assumant financièrement sa destinée. En effet, l’autonomie ne se réalise pas seul, mais avec l’appui de son entourage. On est autonome dans une forme de dépendance avec les autres, l’interdépendance, et cette autonomie peut se réaliser différemment et à des vitesses variables selon les transitions et selon les contextes socioculturels3.

17Dans un projet comme celui du PCA, cette conception de l’autonomie implique de tenir compte des enjeux relationnels liés au passage à la vie adulte. Et, vu le contexte général d’allongement de la dépendance des jeunes à leur entourage, il n’est pas surprenant de constater que certains ont besoin d’être soutenus, parfois sur une longue période, si l’on veut qu’ils deviennent plus tard des adultes « autonomes ».

18En somme, on doit envisager les jeunes en tant que sujets interdépendants (et non indépendants) de leur communauté, en replaçant la question des relations sociales et des réseaux sociaux de soutien au cœur des préoccupations d’intervention visant à faciliter l’insertion socioprofessionnelle. Dans cette perspective, autonomie n’égale pas indépendance, mais plutôt interdépendance. Conceptualiser de cette manière la question de l’autonomie permet d’aider le jeune à établir et à maintenir les relations essentielles pour satisfaire ses besoins. Il découvre et construit ses valeurs, ses intérêts, ses projets, ses rêves à travers ses rapports avec autrui et l’exploration du monde dans lequel il vit, d’où l’importance du regard sur les contacts du jeune avec les institutions sociales de sa communauté, qui sont une ouverture à des « petits mondes » (Bidart, 2006). Par ailleurs, cette conception de l’autonomie permet de déplacer la responsabilité de l’intégration qui était mise sur le jeune vers la communauté, pour qu’elle soit partagée. Enfin, il s’agit également de restituer un certain pouvoir d’acteur au jeune, pour qu’il passe d’un statut d’objet d’intervention à un statut de sujet compétent et capable d’utiliser les opportunités et les ressources qui l’entourent. Dans cette perspective, l’autonomie renvoie à la capacité du jeune à réaliser et à assumer ses propres choix et actions (de Singly, 2000).

19Si l’entourage primaire des jeunes en difficulté peut, parfois momentanément, ne pas soutenir le passage à la vie adulte, force est de constater que l’organisation des services à la jeunesse a été développée en fonction soit des besoins des jeunes (le travail pour les uns, la famille pour les autres, etc.), soit de grandes missions sectorielles de l’État. Or, intervenir auprès des jeunes en difficulté pour faciliter les transitions à la vie adulte, c’est constater qu’il faut travailler sur la globalité de la situation du jeune.

20Si un intervenant ou un organisme peut travailler seul sur la globalité, il semble que, la plupart du temps, ce travail exige une forme de collaboration ou de partenariat afin que le jeune ne souffre pas des discontinuités des services sociaux. Dans cette perspective, la continuité de services doit compter sur « un processus qui consiste à créer et à maintenir au cours du temps, une gouverne commune entre des acteurs – et des organisations – autonomes dans le but de coordonner leurs interdépendances pour leur permettre de coopérer à la réalisation d’un projet collectif » (Contandriopoulos et al., 2001, p. 41). La notion de partenariat est au cœur de la continuité de services pour le PCA et constitue une forme particulière d’échange parmi bien d’autres pratiques de collaboration dans le monde des organisations et de l’intervention (maillage, arrimage, concertation, gestion de cas). Le partenariat désigne à la fois un processus et un résultat (par exemple, le produit de la collaboration, l’intervention auprès du jeune). Le partenariat se distingue des autres modes de collaboration. Il est plus exigeant que la concertation, plus formalisé, plus circonscrit. Il engage habituellement moins d’acteurs – de partenaires – et ceux-ci sont indépendants (Panet-Raymond, 1991 ; Lamoureux, 1994 ; Lebeau, Vermette et Viens, 1997, Bilodeau, 2000). Ces derniers visent des objectifs concrets et pratiques qui sont au cœur de leur mission et mandat. Ils mettent en commun des valeurs, des visions, des intérêts, mise en commun que Bilodeau (2000) nomme la « convergence ». Bref, le partenariat comporte des rapports de pouvoir, une reconnaissance et un respect de la contribution de chacun, des accords basés sur des concessions, ainsi qu’un apport mutuel de services (Billette, White et Mercier, 1995 ; Bilodeau, 2000). Le partenariat représente une opportunité de confrontation d’idées pour parvenir à une nouvelle vision commune axée sur le changement : changement de paradigmes d’intervention « fondé à la fois sur une critique de l’approche sectorielle et sur un processus de mutation sociale » (Dhume, 2001, p. 6) ouvert à la complexité des problèmes sociaux (White et al., 2002).

21Dans cette perspective, le développement d’un partenariat qui parvient à un décloisonnement des interventions et à une désectorisation des actions ne se réalise que lorsqu’il y a une mobilisation large des partenaires qui donne lieu à une recombinaison des logiques d’action (Goyette, Dallaire et Panet-Raymond, 2004). En effet, le choix de la problématique est une étape cruciale du processus de partenariat, exigeant l’implication de partenaires différents, la reconstruction des rapports sociaux inégalitaires entre eux et une contribution de tous à l’identification de la problématique et de ses solutions. Or, pour qu’il y ait confrontation de plusieurs paradigmes et la possibilité de recombinaison, il faut déjà, au départ, que la mobilisation ait été large et soit parvenue à intéresser plusieurs partenaires différents (Dallaire, Goyette et Panet-Raymond, 2003, Goyette et al., 2004).

Trois types de pratiques

22Au-delà d’une lecture en termes de conditions de structuration du partenariat (le processus), le PCA s’appuie sur une typologie des interventions produites lors du projet de partenariat (le produit du processus). Ainsi, les interventions partenariales peuvent être regroupées en trois types de pratiques idéaux : la pratique de référence personnalisée, la pratique en réseau (ou case management) et la pratique interdisciplinaire et intersectorielle (Goyette et al., 2006).

23La pratique de référence personnalisée s’inscrit dans un processus d’intervention individualisé et sectorisé, où les besoins sont lus au travers des prismes professionnels, disciplinaires ou organisationnels. Si un besoin considéré comme urgent ou important se présente, la personne est transférée dans une autre ressource qui pourra y répondre. Dans ce cadre, il n’y a pas de travail ensemble autour du jeune et de son problème, au-delà de la référence, et parfois il n’y a pas de suivi individualisé en commun.

24La pratique en réseau équivaut à une pratique multidisciplinaire réalisée à l’image d’une course de relais où chacun se transmet des informations ou un dossier, afin de mieux servir les clients dans une perspective de continuum ou de réseaux intégrés de services, tout en se cantonnant aux pratiques traditionnelles institutionnelles qui ciblent l’individu et son entourage. On travaille ainsi parallèlement. Le case management et le plan de services individualisés constituent des dimensions fréquentes de la mise en place d’une continuité de services intégrés. Si ces pratiques contribuent à assurer la continuité des soins et leur complémentarité, pour répondre aux besoins des sujets, elles ne permettent pas toujours de sortir de « la logique fragmentée de la sectorisation » (White et al., 2002, p. 26), même si elles font appel à des organismes communautaires. On parlera alors de coordination administrative et de rapprochement intrasectoriel.

25La pratique interdisciplinaire et intersectorielle exige que les intervenants d’une même équipe travaillent tous « vers » un même objectif. Dans cette perspective « transinstitutionnelle », les partenaires ont des interactions les uns avec les autres, de même que des interactions bilatérales interactives avec les sujets vus dans leur globalité, leur environnement et leur communauté. Cette conception des pratiques partenariales implique donc qu’il y ait, au sein d’un projet d’intervention, des collaborateurs en mesure d’intervenir sur plusieurs sous-systèmes de l’environnement. Elle implique également de tenir compte de la complexité des situations des jeunes. Les interventions, dans ce contexte, laisseront plus de place au travail ensemble auprès du client, mais aussi auprès des autres composantes de ses problèmes.

stratégies d’intervention et principaux éléments du processus clinique

26Le PCA repose sur la mise en lien de ressources jeunesse, tous secteurs d’intervention confondus, afin de créer des conditions qui faciliteront la transition à la vie adulte. Bien que l’ensemble des clientèles de ces organismes soit visé par le projet, ce sont les jeunes en difficulté qui bénéficieront davantage d’une culture partenariale intégrée. Dans l’esprit de concevoir et de développer un projet avec les partenaires de la communauté, il s’avérait plus pertinent et cohérent de proposer une démarche régionale plutôt que provinciale. Bien qu’un cadre d’implantation soit proposé aux neuf régions où le projet doit s’implanter, chacune adopte sa propre couleur qui favorise l’implication des acteurs terrain du milieu ainsi que la création, ou la solidification, d’un lien entre eux.

27Le PCA propose une expérimentation d’une durée de trois ans dans laquelle trois phases se succèdent : la composition des comités de travail, le travail en comité, l’expérimentation du processus et de l’outil.

  • 4 L’Engagement jeunesse est une mesure de la Stratégie d’action jeunesse. Sa mission est d’accroître (...)

28La manière de procéder à l’expérimentation du PCA est définie dans chacune des régions en tenant compte de la dynamique partenariale qui lui est propre. L’agent de liaison de l’Engagement jeunesse4 représente à cette étape une plus-value importante de la mise en œuvre régionale. Par sa connaissance des organismes et des structures de concertation, il est le mieux placé pour orienter la stratégie d’implantation. Les stratégies de mise en œuvre arboreront donc un caractère unique, néanmoins soutenues par un processus global.

29La composition des comités de travail dans les régions est généralement réalisée par l’entremise de tables de concertation jeunesse préalablement identifiées, à qui on présente la démarche globale du PCA. Ainsi, dans certains cas, les comités de travail sont composés de partenaires qui se sont portés volontaires à la suite d’une présentation portant sur le PCA, alors que d’autres ont été identifiés comme des joueurs-clés dans la concertation du milieu jeunesse pour un territoire donné. Peu importe la manière dont les membres des comités sont recrutés, le volontariat et la représentativité des secteurs d’intervention sont les critères incontournables de cet exercice.

30Dans la mesure du possible, la coordonnatrice à la mobilisation des partenaires et au soutien clinique accompagne chaque agent de liaison de l’Engagement jeunesse lors de la tournée des présentations du PCA. Par la suite, la coordonnatrice et les agents de liaison animent les comités de travail, afin d’en assurer la cohérence et de veiller à maintenir un fil conducteur entre les régions. C’est dans cette optique que les animations des comités comportent sensiblement le même contenu, du moins pour les rencontres initiales.

31En premier lieu, il s’agit de proposer aux membres des comités un exercice de remue-méninges afin d’explorer les grands thèmes du PCA : le passage à la vie adulte, l’autonomie et la continuité des services. Par la suite, une version générique d’un outil d’intervention portant sur le portrait de l’autonomie des jeunes est soumise aux membres. Le travail portant directement sur l’outil favorise l’intégration des concepts-clés du projet et crée une occasion pour les membres d’apprendre à mieux se connaître au travers de la discussion entourant le contenu clinique.

32Dans la perspective où le PCA s’intéresse à la mise en place de conditions visant à faciliter le passage à la vie adulte, il s’avère nécessaire de faire le point sur l’ensemble du processus d’accompagnement des jeunes bénéficiant des services des organismes impliqués. Les membres des comités sont conviés à dresser le portrait des facteurs qui facilitent et ceux qui nuisent à la réponse aux besoins des jeunes à chacune des étapes du processus, soit, de façon globale : l’accueil, l’évaluation, l’orientation, la planification, l’intervention, la référence et la révision.

33C’est à cette étape déterminante du projet que les membres des comités exposent les mécanismes et les outils utilisés dans leurs organismes, qu’il s’agisse de formulaires, de protocoles d’entente, d’outils d’évaluation et d’intervention, de modèles de plans d’intervention ou de plans de services individualisés. En présentant le répertoire du matériel existant pour l’accompagnement des jeunes, il devient plus facile de situer les travaux du PCA. Les membres des comités sont ainsi à même d’identifier le sens de la démarche du PCA, puisqu’il s’agit ici de déterminer quels sont les mécanismes et les outils qui pourraient optimiser l’accompagnement des jeunes.

34L’utilisation d’un outil permettant de dresser le portrait du degré de préparation à l’autonomie donne l’occasion au jeune – comme à l’intervenant – de se prononcer sur sa perception du niveau de connaissances et de compétences qu’il possède dans les différentes sphères de sa vie et d’identifier des projets de vie.

35Cette façon de procéder place le jeune au cœur de son propre processus d’autonomisation, puisqu’il doit être un agent actif de son développement.

36Dans cet esprit, celui-ci devient le porteur de son cheminement vers l’autonomie. En lui permettant de se prononcer sur ses besoins et de déterminer ses priorités personnelles, la gouvernance de la planification de l’intervention lui revient. L’intervenant adopte ainsi un rôle de soutien et participe à la construction des projets du jeune.

37En remplissant le portrait de l’autonomie, le jeune se donne les moyens de faire le point sur son passé pour construire ses projets au travers de son plan d’intervention. Dans ce processus dynamique d’aide au jeune, l’harmonisation des plans d’intervention et des plans de services requerra une coordination des interventions et des services. L’intervenant qui initie cette démarche pourrait alors adopter un rôle de coordination afin de s’assurer que l’ensemble des étapes du processus se réalise avec la participation des ressources nécessaires et selon les échéanciers prévus. Le plan de services individualisé et intersectoriel peut ainsi s’avérer une avenue facilitant la continuité et la complémentarité des services.

38Dans chacune des régions participant au PCA, les membres du comité doivent statuer sur l’adoption d’une perspective globale qui repose sur l’importance de considérer le jeune comme l’acteur central de son développement. Dans le but d’assurer la diffusion et la pérennisation du processus, un manuel sera produit afin d’expliciter le sens de l’accompagnement développé dans le cadre des travaux du PCA, ainsi que d’identifier les modalités et les pratiques à promouvoir entre les partenaires pour rendre optimal la démarche régionale du PCA et, par conséquent, l’utilisation de l’outil qui aura été validé.

39Si ce processus de construction est en cours en ce moment selon cette logique itérative régionale-provinciale/intervention-recherche, une des étapes importantes est l’expérimentation de l’outil. Cette étape tablera sur l’expertise des organismes dans la démarche afin de tester l’outil dans l’action et de valider concrètement son utilisation auprès des jeunes.

composition et fonctionnement de l’équipe

40L’ACJQ est gestionnaire de l’ensemble du projet et responsable de sa réalisation auprès du Secrétariat à la jeunesse (SAJ). Elle assure la coordination de la fonction « Mobilisation des partenaires sur une base régionale et soutien clinique ». Elle assure ainsi la coordination interrégionale du projet et maintient un niveau adéquat de cohérence entre les régions dans la mise en place de dispositifs de revue de la situation de tous les jeunes à l’approche de leurs 16 ans. Un même souci de cohérence provinciale s’exerce au regard des outils d’évaluation adoptés par les régions participantes.

41De son côté, une équipe de chercheurs de l’ENAP assure la coordination du développement, de l’expérimentation et de la validation d’une grille générique d’évaluation du degré de préparation au passage à la vie adulte de jeunes de 16 ans en difficulté. Cette équipe travaille de près avec celle de l’ACJQ, puisque cette dernière est au cœur des rapports partenariaux entre les neuf régions du Québec.

42De plus, dans le cadre de la Stratégie d’action jeunesse 2009-2014, afin de ne pas dédoubler les structures et les mécanismes en région, et de bénéficier d’un soutien optimal, les agents de liaison et les Comités directeurs régionaux (CDR) de l’Engagement jeunesse ont été identifiés comme partenaires de la mise en œuvre du PCA puisqu’ils représentent des leviers déterminants dans la création de partenariats tant locaux que régionaux. Sur le plan régional, l’appui des ministères signataires de l’Engagement jeunesse s’exprime à travers les CDR, qui veillent à la mise en œuvre et au suivi de ce moyen d’action. Rappelons que les ministères signataires et partenaires de l’Engagement jeunesse (ministères de l’Emploi et de la Solidarité sociale ; de l’Éducation, des Loisirs et des Sports ; de la Santé et des Services sociaux ; de l’Immigration et des Communautés culturelles ; des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire), membres du CDR, ne sont pas appelés à être les promoteurs ni les maîtres d’œuvre du projet PCA. Plus précisément, ils devront : appuyer l’agent de liaison, dans le cadre de sa participation au déploiement régional du PCA ; participer à l’élaboration de la stratégie de mise en œuvre du PCA sur le plan régional, notamment par l’entremise de l’agent de liaison ; et assurer le suivi des travaux de l’agent de liaison et du comité de travail PCA composé des organismes ayant décidé d’expérimenter le PCA. Les membres du CDR ne sont pas nécessairement appelés à être membres du comité de travail qui effectuera les travaux de réalisation du PCA.

43Enfin, dans chacune des neuf régions, plusieurs partenaires (en moyenne une douzaine par région) travaillent concrètement à mettre au point un langage commun, à identifier les mécanismes favorisant le travail en partenariat et à adopter un outil permettant de dresser le portrait de l’autonomie des jeunes. Formés en comité, ils sont bien souvent au cœur de la dynamique partenariale régionale et/ou locale. De façon générale, les comités de travail PCA sont composés de ressources en employabilité, de représentants du milieu de l’éducation, des centres jeunesse, des Centres de services sociaux et de santé (CSSS), des organismes communautaires, des carrefours jeunesse-emploi, etc.

stratégie de validation et processus d’expérimentation

  • 5 Dans cette approche, un outil est généralement considéré valide à partir du moment où l’on considè (...)

44Dans le cadre du PCA, les partenaires et organismes d’aide à la jeunesse des neuf régions qui participent au projet pilote ont été appelés à adopter et, éventuellement, à utiliser un outil d’intervention commun qui reflétera leur perspective d’intervention particulière et la vision qu’ils partagent du concept d’autonomie. Fruit de leur travail de concertation, et dans une perspective de continuité des services, cet outil doit ultimement permettre de planifier l’intervention afin d’accompagner les jeunes de 16 à 24 ans dans leur passage à la vie adulte. Dans la perspective de coconstruction itérative entre chercheurs et intervenants des neuf régions du Québec, c’est plus d’une centaine d’intervenants qui auront mis à profit leur savoir expérientiel dans la construction et la bonification de l’outil d’intervention. Peu à peu, en suivant cette dynamique d’aller-retour, une version générique avec un tronc commun a émergé. Selon nous, il s’agit en soi d’une démarche de validation qui consacre la pertinence de l’outil, dans divers contextes d’intervention5.

45En sus de cette validation, une stratégie visant à valider la construction de l’outil a été développée. Cette dernière comporte deux volets : la « pré-validation » et la validation proprement dite.

La pré-validation

  • 6 Inspiré des travaux de l’équipe de l’Institut national d’études démographiques (INED), un système (...)

46La stratégie de pré-validation interviendra lorsque plus de la moitié des comités PCA auront revu l’outil et que les pistes d’amélioration émises auront été intégrées. L’objectif est d’expérimenter l’outil et de vérifier si des modifications majeures sont à apporter, qui pourraient concerner la formulation des questions ou des énoncés, et le temps requis pour la passation de l’outil. La pré-validation se fait dans deux régions préalablement sélectionnées, l’une située dans un milieu urbain et l’autre dans un secteur principalement rural. Dans chacune de ces régions, trois intervenants appartenant à différents secteurs d’intervention (milieu scolaire, centre jeunesse, ressource d’aide en emploi, etc.) correspondant à des profils de jeunes différents seront sélectionnés afin d’analyser si l’outil est intelligible pour ces publics. Les intervenants sont ensuite amenés à suivre une formation offerte par la coordination du projet afin d’être sensibilisés aux modalités de passation de l’outil. Chacun d’eux complétera l’outil avec six jeunes (trois garçons, trois filles) recevant des services de l’organisme. Qui plus est, les intervenants seront amenés à compléter une évaluation des réponses et des réactions non verbales des jeunes6 lors de la passation de l’outil.

47Lorsque l’intervenant aura fini de compléter l’outil avec le jeune, il remplira une fiche d’évaluation et demandera au jeune quelle en est sa perception. À partir de l’analyse des points de vue des jeunes et des intervenants, des synthèses seront réalisées, soutenant l’animation de groupes de discussion avec les intervenants. Dans un rapport dialogique, ces derniers pourront partager leur expérience de passation de l’outil avec les jeunes et, de cette manière, des modifications seront apportées à l’outil, le cas échéant, ce qui donnera lieu à une stabilisation de l’outil et à une version qui passera à une validation finale.

La validation finale

48Le processus de validation finale se déroule selon deux étapes principales :

  • La première consiste en une validation de la construction de l’outil à l’aide d’un jury expert. Il s’agit, après une stabilisation de l’outil par le travail des comités régionaux PCA, de requérir les services d’un expert des aspects conceptuels centraux de l’outil, afin qu’il puisse reclasser les différentes « questions » et items dans les grandes dimensions de l’outil et examiner l’exhaustivité et le caractère distinctif des options de réponses.
  • La seconde étape porte sur la validation statistique, qui implique une importante collecte de données dans trois régions (urbaine, semi-urbaine, éloignée). Un échantillon de 150 jeunes sera sélectionné dans chacune des régions, stratifié en fonction du genre et du type d’organismes/clientèle. Des tests de validité de construit (aussi appelée validité conceptuelle ou validité théorique) seront effectués, avec comme objectif de déterminer jusqu’à quel point l’outil mesure bien le concept théorique qu’il prétend mesurer (Bouchard et Cyr, 2005). Ce type de validation repose sur différents tests statistiques, notamment les tests de consistance interne, l’analyse factorielle et les tests de fidélité.

49La consistance interne d’une échelle permet de mesurer si les items qui constituent une même échelle sont suffisamment apparentés pour tous atteindre avec constance la même cible, le même concept théorique (Bouchard et Cyr, 2005), c’est-à-dire si, mis ensemble, ils mesurent bien ce qu’ils prétendent mesurer. Pour mesurer la consistance interne d’un instrument, on utilise l’alpha de Cronbach. Cet indicateur servira à établir si tous les items mesurent le même concept (même s’ils mesurent différentes caractéristiques du concept, ils devraient en principe être reliés).

50L’analyse factorielle sert à organiser les données et à réduire l’information, donc à passer de plusieurs variables (les items ou les questions) à quelques métavariables (les facteurs ou les dimensions). Lorsque utilisée dans une perspective confirmatoire, l’analyse factorielle permet de tester un modèle théorique et ainsi d’établir la validité de construit de l’outil (Bouchard et Cyr, 2005). Dans le cas qui nous occupe, elle servira à confirmer ou à infirmer la construction théorique des dimensions de l’autonomie tel que conceptualisées au sein des comités et opérationnalisées dans l’outil.

51La fidélité d’un outil « reflète la constance avec laquelle il donne le même résultat » (Bouchard et Cyr, 2005), donc la capacité de l’outil à obtenir des résultats similaires et stables lorsqu’il est utilisé avec différents échantillons, indépendamment de certaines caractéristiques, comme le genre, l’origine culturelle, l’âge, le milieu, etc.

52Les résultats qui émergeront de ces analyses permettront de statuer sur le niveau de robustesse empirique de l’outil, et plus particulièrement, sur ses qualités psychométriques. En dépit du fait que certains auteurs affirment qu’un outil qui n’atteint pas les seuils établis pour être considéré comme valide sur le plan statistique peut tout de même être utilisé dans un contexte d’intervention (Charland et Côté, 1996), l’étude des qualités psychométriques permettra ultimement d’assurer que l’outil constitue une bonne représentation opérationnelle des conceptions théoriques adoptées au sein des comités de travail PCA. Enfin, dans l’optique d’une éventuelle généralisation de l’outil à l’ensemble des régions du Québec, une bonne construction factorielle permettra de le rendre utilisable par tous, c’est-à-dire d’obtenir une mesure fidèle qui peut s’appliquer à différents échantillons.

***

53Le PCA est un projet novateur qui s’inspire d’expériences d’ici et d’ailleurs qui ont déjà fait leurs preuves : au Québec, le programme Qualification des jeunes (PQJ) et l’outil d’évaluation de l’autonomie de l’adolescent du Centre jeunesse Chaudière-Appalaches ; au Royaume-Uni, le Pathway Plan ; et, aux États-Unis, le Ansell-Casey Life Skills Assessment. À l’échelle locale et régionale, une des cibles du PCA est l’amélioration de la continuité de services par le renforcement des partenariats dans l’intervention. Or, pour assurer la continuité des services, il est essentiel de développer un processus par lequel les visions de la problématique sont partagées, ce qui permet de bien arrimer les divers modes d’accompagnement des ressources du milieu. Le projet en est actuellement au stade de l’expérimentation. L’avenir dira si – et dans quelle mesure – sa réalisation comblera les besoins des jeunes en difficulté, voire des jeunes pris en charge par les centres jeunesse, en processus d’autonomisation dans leur parcours vers la vie adulte et leur intégration dans la société.

Bibliographie

références

Bidart, C. (2006), Devenir adulte aujourd’hui : perspectives internationales, Paris, INJEP – L’Harmattan.

Billette, I., D. White et C. Mercier (1995), « Les rapports dynamiques du processus partenarial. Un regard dans le domaine de la santé mentale », Université de Montréal, Groupe de recherche sur les aspects sociaux de la prévention.

Bilodeau, A. (2000), « Les conditions de qualité de la planification participative de l’action en partenariat en prévention/promotion de la santé et du bienêtre, une question d’innovation sociale », thèse de doctorat, Université de Montréal.

Bouchard, S. et C. Cyr, Recherche psychosociale : pour harmoniser recherche et pratique, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2005.

Caron, J. (2006), « Un guide de validation transculturelle des instruments de mesure en santé mentale » (www.instrumentspsychometriques.mcgill.ca).

Charland, H. et G. Côté (1996), « Fidélité et validité de la version française du Children of Alcoholics Screening Test », Revue québécoise de psychologie, vol. 17, no 1, p. 47-64.

Collins, M. E. (2001), « Transition to adulthood for vulnerable youths: A review of research and implications for policy », Social Service Review, vol. 75, no 2, p. 271-291.

Constandriopoulos, A.-P., J.-L. Denis, N. Touati et R. Rodriguez (2001), « Intégration des soins : concepts et mise en œuvre », Ruptures, vol. 8, p. 38-52.

Couturier, Y., D. Gagnon et S. Carrier (2009), « Management des conduites professionnelles par les résultats probants de la recherche. Une analyse critique », Criminologie, vol. 42, no 1, p. 185-199.

Dallaire, N., M. Goyette et J. Panet-Raymond (2003), « Le partenariat dans un centre jeunesse à l’aune des approches-milieu », Montréal, Institut de recherche pour le développement des jeunes.

Dhume, F. (2001), Du travail social au travail ensemble ? Le partenariat dans le champ des politiques sociales, Montréal, Éditions ASH.

Goyette, M. (2006), « L’insertion socioprofessionnelle et la préparation à la vie autonome des jeunes pris en charge par l’État au Québec : Vers quelles interventions ? », Sociétés et jeunesses en difficulté (revue électronique).

Goyette, M., C. Bellot et J. Panet-Raymond (2006), Le projet Solidarité Jeunesse. Dynamiques partenariales et insertion des jeunes en difficulté, Les Presses de l’Université du Québec.

Goyette, M., N. Dallaire et J. Panet-Raymond (2004), « Algunos retos del Partenariado en Quebec ; hacia la cualificación de prácticas de intervención social », Trabajo Social, vol. 6, p. 129-144.

Goyette, M., C. Jetté et M. Corneau, « La gestion de la qualité du point de vue des pratiques sociales », La revue de l’innovation, vol. 14, no 3, 2009.

Goyette, M., A. Pontbriand, M.-È. Turcotte et S. Grenier (2010), « Parcours d’entrée dans la vie adulte et stratégies d’autonomisation : une lecture dynamique des trajectoires de jeunes autochtones suivis ou placés en protection de la jeunesse », Montréal, Centre national de prévention du crime.

Goyette, M. et M.-N. Royer (2009), « Interdépendance des transitions vers l’autonomie de jeunes ayant connu un placement : le rôle des soutiens dans les trajectoires d’insertion », Sociétés et jeunesses en difficulté, vol. 8 (revue électronique).

Goyette, M. et D. Turcotte (2004), « La transition vers la vie adulte des jeunes qui ont vécu un placement : un défi pour les organismes de protection de la jeunesse », Service social, vol. 51, no 1, p. 30-44.

Hassenteufel, P. (2008), Sociologie politique : l’action publique, Paris, Armand Collin.

Jacob, S. (2009), « Opération chloroforme, ou la réinvention de l’État rationnel : l’évaluation et les données probantes », Criminologie, vol. 42, no 1, p. 201-223.

Jetté, C. et M. Goyette (2010), « Pratiques sociales et pratiques managériales : des convergences possibles ? », Nouvelles pratiques sociales, vol. 22, no 2.

Lafortune, D. (2009), introduction au numéro « L’intervention à l’aune des données probantes », Criminologie, vol. 42, no 1 p. 3-12.

Lamoureux, J. (1994), Le partenariat à l’épreuve, Montréal, Éditions Saint-Martin.

Lascoumes, P. et P. Le Galès (2007), Sociologie de l’action publique, Paris, Armand Collin.

Lebeau, A., G. Vermette et C. Viens (1997), Bilan de l’action intersectorielle et de ses pratiques en promotion de la santé et en prévention des toxicomanies au Québec, Québec, MSSS, Direction de la planification et de l’évaluation.

Panet-Raymond, J. (1991), « Le partenariat entre l’État et les organismes communautaires : un défi pour la formation en travail social », Service social, vol. 40, no 1, p. 54-77.

Potvin, L. et D. V. McQueen (2008), Health Promotion Evaluation Practices in the Americas, New York, Springner.

Propp, J., D. M. Ortega et F. Newheart (2003), « Independence or Interdependence: Rethinking the Transition From “Ward of the Court” to Adulthood », Families in Society, vol. 84, no 2, p. 259-266.

Pyett, P. M. (2003), « Validation of qualitative research in the ‘Real World’ », Qualitative health research, vol. 13, no 8, p. 1170-79.

De Singly, F. (2000), « Penser autrement la jeunesse », Lien social et politiques – Revue internationale d’actions communautaires (RIAC), vol. 43, p. 9-22.

Vivier, G., P. Issenhuth et L. Frechon, « Étude longitudinale sur l’autonomisation des jeunes après un placement : formation et livret des enquêteurs », Paris, INED, 2009.

White, D., L. Jobin, D. McCann et P. Morin (2002), Pour sortir des sentiers battus. L’action intersectorielle en santé mentale, Québec, Les publications du Québec.

Notes

1 Cet objectif d’adaptation et de validation de l’ACLSA a été intégré au projet Soutien à la vie autonome financé par la Stratégie nationale pour la prévention du crime du gouvernement du Canada, en collaboration avec le ministère de la Sécurité publique du Québec.

2 Les tenants de la perspective des données probantes favorisent « une approche de la pratique qui s’appuie davantage sur des données scientifiquement validées et moins sur l’expérience individuelle de l’intervenant » (Lafortune, 2009, p. 3). Généralement issus de modèles expérimentaux ou quasi expérimentaux qui présupposent une sélection aléatoire, les données probantes constituent pour plusieurs, « une manière éclairée par la recherche d’intervenir, de décider ou d’élaborer des politiques publiques » (p. 5). La transposition de cette perspective qui provient du monde médical aux sciences sociales a entraîné de nombreuses critiques (Goyette et al., 2009).

3 Par exemple, une recherche récente a montré comment la question de l’autonomie en milieu autochtone doit être traitée en fonction du contexte sociopolitique dans lequel les jeunes vivent. De cette manière, on peut en arriver à penser qu’être autonome dans une communauté autochtone en milieu éloigné témoigne de réalités différentes qu’être autonome à Montréal.

4 L’Engagement jeunesse est une mesure de la Stratégie d’action jeunesse. Sa mission est d’accroître l’efficacité, la cohérence et la complémentarité des services offerts aux jeunes de 16 à 35 ans en difficulté, afin qu’ils bénéficient d’un accompagnement adapté et continu vers leur intégration sociale et professionnelle.

5 Dans cette approche, un outil est généralement considéré valide à partir du moment où l’on considère que les questions qui le composent reflètent une bonne représentation du phénomène ou du concept que l’on tente de décrire ou d’expliquer (Pyett, 2003). Ce type de validation s’apparente à la validation de contenu. En regard de ceci, les membres des comités de travail PCA seront donc appelés, à titre de « juges-experts », à se pencher et à se prononcer sur la pertinence des questions qualitatives et sur la représentation des éléments-clés que l’on tente d’appréhender avec l’outil. L’objectif de cette démarche de consultation et de concertation vise l’adoption d’un outil où l’on retrouve uniquement les questions estimées les plus pertinentes.

6 Inspiré des travaux de l’équipe de l’Institut national d’études démographiques (INED), un système de codage par « émoticônes » a été mis au point et expérimenté, notamment dans le cadre de l’enquête de faisabilité ELAP (Vivier, Issenhuth et Frechon, 2009), pour évaluer, au fil de l’interview, et du point de vue de l’intervenant, la difficulté du jeune à comprendre ou à répondre aux questions posées. L’outil PCA incorporera dans son format ces « indices de cotation du non-verbal », qui permettront de noter, simultanément à la passation de l’outil, jusqu’à quel point les jeunes semblent bien comprendre les questions telles qu’elles sont formulées et, donc, jusqu’à quel point l’outil est bien adapté à eux. De ce fait, leur compréhension générale de l’outil et leur niveau d’aisance en regard de son contenu seront aussi évalués.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search