Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Chronologie

Texte intégral

1763

14 novembre

1Mesach Seers, sujet britannique, originaire de Buckingham, venu au Canada avec les troupes du général Wolfe, épouse, à Charlesbourg, Marie Ursule Berthiaume, trisaïeule d’Eugène Seers.

1832

2Naissance d’Henriette Héloïse Perrin, fille de Ferdinand Perrin et d’Émélie Del Vecchio.

1834

3Naissance de Louis Napoléon Alexandre, fils de Louis Misaac Seers et d’Émélie Blache.

1863

8 janvier

4Louis Seers épouse, à Montréal, Henriette Héloïse Perrin. De ce mariage naîtront huit enfants, dont trois seulement survivront : Eugène, Berthe et Eugénie.

1864

21 août

5Naissance de Louis Joseph Eugène Seers, qui mourra à l’âge de neuf mois.

1865

28 novembre

6Naissance, à Beauharnois, de Ferdinand Joseph Eugène Seers ; il portera le prénom d’Eugène.

1867

7Naissance de Berthe Seers, qui mourra en 1951.

1868

8Naissance d’Eugénie Seers, qui mourra en 1946.

1870

9Naissance d’Arthur Alexandre Seers, qui mourra en 1886.

1872

10Naissance de Camille Ariane Seers, qui mourra en 1880.

1874

2 février

11Première communion d’Eugène au Petit Séminaire de Montréal, suivie de sa confirmation, le 2 mai.

12Naissance de Léonidas Del Vecchio Seers, qui mourra en 1894.

1875

Décembre

13Eugène entre en syntaxe au Collège de Montréal dirigé par les Sulpiciens. Il fréquentera cet établissement jusqu’à sa première année de philosophie, en 1882. Il y remportera chaque année presque tous les premiers prix.

1878

6 avril

14Naissance, à Bruxelles, de Charlotte Beaufaux.

1879

24 décembre

15Naissance, à Montréal, d’Emile Nelligan.

1881

10 janvier

16Louis-Alexandre Seers est élu maire de Beauharnois. Il occupera ce poste jusqu’au 22 janvier 1883.

17En septembre, Eugène Seers ne figure pas sur la liste des élèves du Collège de Montréal.

1883

Juin

18S’embarque à New York à destination de l’Europe, avec l’intention de faire sa deuxième année de philosophie chez les Sulpiciens, à Issy, près de Paris. Passe quelques semaines à parcourir seul la France, l’Italie, la Suisse.

20 juillet

19À son retour à Paris, rencontre un ami montréalais, Arthur Letellier, avec qui il part pour Bruxelles rendre visite à des confrères de la maison des Pères du Saint-Sacrement.

24 juillet

20Commence une retraite.

1er août

21Entre au noviciat des Pères du Saint-Sacrement de Bruxelles.

29 septembre

22Prise d’habit, sous le n om de frère Pierre.

1884

29 septembre

23Prononce ses vœux triennaux.

6 octobre

24À Rome, pour faire un doctorat en philosophie à l’Université Grégorienne.

1886

25Mariage de Berthe Seers avec Georges Laurendeau (1859-1947), avocat, associé de Louis-Alexandre Seers.

1887

20 août

26Doctorat en philosophie.

29 septembre

27Prononce ses vœux perpétuels à l’église Saint- Claude de Rome.

17 décembre

28Ordonné sous-diacre à Saint-Jean-de-Latran. Devient secrétaire du père Tesnière, supérieur général, à Paris, de la congrégation des Pères du Saint-Sacrement, qui lui confie la direction de la revue Le Très Saint-Sacrement.

22 décembre

29Ordonné prêtre en l’église de Saint-Sulpice à Paris.

1889

Été

30Visite de ses parents à Bruxelles à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris.

Décembre

31Publication, dans la revue Le Très Saint-Sacrement, de son premier récit de Noël, « Le froment de Bethléem », signé « E. S. ».

1890

22 octobre

32Le père Seers est nommé maître des novices du couvent de Bruxelles.

Automne

33Reçoit une seconde visite de ses parents, accompagnés d’Eugénie et de son mari (en voyage de noces).

1891

1er janvier

34Nommé supérieur et maître des novices de la maison de Bruxelles.

Juin

35Désigné par le conseil général comme visiteur extraordinaire de la maison de Montréal, récemment fondée, pour y étudier le projet de construction de la grande chapelle.

1er juillet

36Départ pour Paris.

2 juillet

37Arrivée au Havre, en compagnie du R. P. Pitre.

8 septembre

38Retour à Bruxelles.

12-14 septembre

39Voyage à Paris, pour y faire rapport sur son voyage au Canada.

1892

31 juillet

40Voyage à Paris.

13 septembre-1er Novembre

41À Paris, à Marseille, puis à Rome, où il prêche la retraite à la maison des Pères du Saint- Sacrement.

1893

Fin janvier

42Mariage de Charles Beaufaux. Début de la relation amoureuse avec Charlotte Beaufaux.

7-10 mai

43À Paris.

20 juin

44À Paris, pour y préparer les travaux du chapitre général.

1er juillet

45Publication de son dernier article dans la revue du Très Saint-Sacrement.

8 juillet

46Nommé assistant général et supérieur de la maison de Paris.

26-31 juillet

47À Bruxelles avec le père Audibert, supérieur général.

28 novembre-9 décembre

48Bruxelles, à l’occasion de la retraite annuelle.

1894

20-26 février

49À Bruxelles avec le supérieur général.

28 mars

50Arrive à Montréal pour la visite canonique de la communauté.

21-29 avril

51Prêche la retraite annuelle de la communauté de Montréal.

29 avril

52Rapport du T.R.P. Seers sur la viabilité du projet de construction d’une chapelle à Montréal.

11 mai

53Quitte Montréal pour l’Europe.

27 mai

54Arrivée à Ostende, où Charlotte et sa mère sont venues l’accueillir ; il passe deux jours à Bruxelles dans la famille Beaufaux.

29 mai

55Retour à Paris.

20 juin

56Court passage à Bruxelles.

Juillet

57Charlotte, accompagnée de sa sœur Emilie, lui rend visite à Paris. Il les loge à l’Hôtel de Gand et d’Angleterre, rue de Rome, où il vient les chercher tous les jours pour les promener dans Paris et les accompagner le soir au théâtre.

9-16 août

58À Bruxelles pour y prêcher la retraite du mois. Début d’une profonde crise religieuse.

Mi-août

59De retour à Paris, donne sa démission en séance de conseil. Huit jours plus tard, il retire sa démission, mais revient finalement sur sa décision et quitte sa congrégation. En avise son supérieur par lettre.

16 septembre

60Lettre circulaire de la maison de Paris annonçant la sortie des ordres du T.R.P. Seers.

24 septembre

61Arrivée à Bruxelles du T.R.P. Jarlan, consulteur général, pour rencontrer Eugène Seers, qui a trouvé refuge dans la famille Beaufaux.

1er octobre

62Visite du père Estèvenon, supérieur de la maison de Montréal.

Début octobre

63Avant de s’embarquer pour New York avec le père Estèvenon, le père Seers rentre à Bruxelles, puis passe quelques jours à Paris en compagnie de Charlotte et de sa sœur Élise.

16 octobre

64Le père Estèvenon rentre seul à Montréal, mais il sera bientôt suivi du père Seers, rappelé au pays par une lettre de sa famille lui annonçant que son père est mourant.

31 octobre

65À Beauharnois, où il trouve ses parents en larmes et priant pour le salut de son âme. Devant son refus de reprendre la vie conventuelle, son père menace de le renier. Rentre à la maison des Pères du Saint-Sacrement, avenue du Mont-Royal, où il restera jusqu’au 25 février 1903.

1895

10 avril

66Début de la collaboration du poète-prosateur Silvio au Samedi de Montréal.

20 avril

67Début de la collaboration du chroniqueur Sylvio (parfois orthographié Silvio) au Passe-temps de Montréal.

26 octobre

68Eugène Fayolle publie, dans Le Samedi, « La chanson du rouet ».

7 novembre

69Fondation de l’École littéraire de Montréal.

1896

3-25 avril

70Eugène Seers prend part à l’organisation des activités artistiques d’un bazar au profit des œuvres des Pères du Saint-Sacrement et écrit pour la circonstance des articles et des récits dans Le Tout Petit sous le pseudonyme de Lucius. Le 5 avril, il prononce le sermon de Pâques.

13 juin-19 septembre

71Émile Kovar publie neuf poèmes d’inspiration verlainienne dans Le Samedi.

1897

Pâques

72Rencontre d’Eugène Seers et d’Emile Nelligan.

1898

Janvier

73Lancement du Petit Messager du Saint-Sacrement, dont Eugène Seers sera le directeur, le rédacteur et l’imprimeur : « Il lui fallait occuper son temps puisqu’il ne participait d’aucune façon à la vie de la communauté sauf pour les repas. »

1899

9 août

74Émile Nelligan est interné à l’asile Saint-Benoît-Joseph-Labre, à Longue-Pointe.

1900

10 juin

75Publication, dans Les Débats, d’un sonnet intitulé « Âme-Univers » et signé « Louis Dantin ». L’auteur est présenté par Gustave Comte comme « un ami de cœur » de Nelligan.

Août

76Publication de Franges d’autel.

Fin août ou début septembre

77Visite de Dantin à Nelligan, à Saint-Benoît.

30 septembre-7 octobre

78Sous la signature d’Edmond Dyonnet, publication d’un article en deux volets intitulé « Artistes », qui présente Louis Dantin.

Octobre

79Fondation de L’Avenir.

1901

80Louis-Alexandre Seers est élu maire de Beauharnois.

4 juin

81Le poème « Les étoiles », signé « Serge Usène », est repris dans Le Journal de Montréal.

24 juin

82Publication d’« Évocation - Légende de notre dessin frontispice », signé « Serge d’Antan », dans le numéro spécial du Journal à l’occasion des célébrations de la Saint-Jean-Baptiste.

1902

Juin

83Début de la collaboration d’Émile Escande aux Débats.

23 juillet

84Publication, dans Les Débats, d’un article intitulé « Le cléricalisme, voilà l’ennemi ! », signé « Pierre Vieuxtemps ».

27 juillet

85Publication, dans Les Débats, d’un conte paysan, « Le risque », signé « Louis Dantin ».

17 août-28 septembre

86Dans Les Débats, publication en sept tranches de l’étude de Louis Dantin, « Émile Nelligan et son Œuvre ».

Décembre

87Un entrefilet dans Les Débats annonce la publication prochaine d’un ouvrage de Louis Dantin sur Émile Nelligan.

1903

14 février

88La chronique « Dans le monde des lettres » du Passe-temps annonce pour la fin du mois la publication des « poésies de notre cher confrère Émile Nelligan ».

89Dans Le Petit Messager du Saint-Sacrement du mois de février, le père Seers fait paraître un poème, non signé, « La paix ».

25 février

90L’impression d’Émile Nelligan et son Œuvre est interrompue : Eugène Seers quitte les ordres.

Automne

91Muni d’une lettre de recommandation de sa communauté, Eugène Seers quitte Montréal en compagnie de Clotilde Lacroix et du bébé de celle-ci, Eugénie.

1904

4 février

92Naissance à Cambridge (Massachusetts), d’Adéodat Joseph Seers, qui ne sera inscrit au registre civil qu’un an plus tard, le 27 janvier 1905.

Février

93Publication d’Émile Nelligan et son Œuvre, aux Éditions Beauchemin.

1905

2 janvier

94Louis-Alexandre Seers est élu pour un deuxième mandat à la mairie de Beauharnois.

1906

13 mars

95Eugène Seers s’inscrit à la Boston Typographical Union et commence à travailler à l’imprimerie Caustic et Claffin ; il y demeurera jusqu’en 1919.

1907

96Achète une maison, rue Suffolk, qu’il paie « par bribes ». Fait l’acquisition d’une presse manuelle qu’il baptise « The Suffolk Press ».

1909

Janvier

97Premier numéro de la revue Le Terroir, fondée par Germain Beaulieu.

1er février

98Emménage au 7 de la rue Suffolk, à Cambridge.

99Début de la correspondance de Louis Dantin avec Germain Beaulieu.

Août

100Licencié pour quelques semaines, Dantin se rend à Montréal dans le but de se réconcilier avec ses parents. La tentative échoue.

22 août

101Reprend son travail de typographe.

Automne

102Clotilde Lacroix quitte le domicile conjugal pour aller vivre avec Jules Marie, un Français de Saint-Pierre-et-Miquelon, cuisinier au séminaire de Brighton (Mass.). Clotilde emmène avec elle Eugénie, âgée de cinq ans. Dantin exige la garde de son fils, âgé de quatre ans, dont il devient le tuteur légal.

11 décembre

103Déménage au 376 de la rue Washington, à Cambridge.

1910

26 janvier

104Mariage de Clotilde Lacroix avec Jules Marie.

24 mars

105Déménage au 27 de la rue Park (aujourd’hui rue Chalk), à Cambridge.

27 octobre

106Déménage au 19a de la rue Howard, à Cambridge.

1912

107Achète une maison au 97 de la rue Walden, à Cambridge. Il avait vendu, en 1910, celle achetée en 1907, rue Suffolk.

1916

108Voyage à Maranacook Lake (Maine). Joséphine Dagort, originaire de Saint-Pierre-et- Miquelon, entre au service de Dantin comme ménagère ; elle y demeurera jusqu’en 1921.

1918

109Germain Beaulieu sollicite un article de Dantin sur Les Forces d’Alphonse Beauregard pour une nouvelle « Revue critique » qu’il a l’intention de fonder. L’article paraîtra deux ans plus tard dans La Revue moderne.

1919

16 novembre

110Déménage au 97 de la rue Walden, à Cambridge. Dantin loue les premier et deuxième étages et occupe l’entresol.

111Compositeur-typographe aux presses de l’Université Harvard, à Cambridge ; il y travaillera jusqu’au 15 mars 1938.

112Début de sa collaboration à La Revue moderne.

1920

Printemps

113Début de la correspondance de Louis Dantin avec Olivar Asselin.

24 octobre

114Alphonse Beauregard lui rend visite.

1921

115Louis-Alexandre Seers fait son testament et déshérite son fils.

116Début de la correspondance de Louis Dantin avec Marie Le Franc.

Printemps

117Visite d’anciens confrères du couvent de New York, les pères Letellier, Boismenu et Pelletier.

118Florence Crawford entre à son service comme ménagère à la place de Joséphine Dagort, qui le quitte pour se marier.

9 juin

119Publication d’un article de Dantin sur les poètes d’Haïti, dans Le Matin de Port-au-Prince.

24 juin

120Dantin prête cinquante dollars à Stanley Johnston pour le lancement de sa revue, The Universal Bureau, à laquelle il collaborera.

Août

121Seconde visite d’Alphonse Beauregard.

Septembre

122Adéodat Seers, âgé de dix-sept ans, entre au Massachusetts Institute of Technology.

Octobre

123Dans le premier numéro de The Universal Bureau, « Eugène Dantin » offre ses services en tant que traducteur du français et de l’italien à l’anglais et de l’anglais au français et à l’italien.

124Il place une annonce dans The Universal Bureau sollicitant une correspondante de race noire.

1922

125Publication de son recueil de poèmes Le Coffret de Crusoé.

126Au cours de l’été, il demande Florence Crawford en mariage, mais elle refuse, puis le quitte pour se marier et vivre à la campagne.

1923

Janvier

127Dantin reçoit une lettre de son père lui donnant la bénédiction qu’il sollicitait et l’assurant du soutien de ses prières quotidiennes.

128Début de la correspondance de Louis Dantin avec Jules-Edouard Prévost, directeur de L’Avenir du Nord.

Février

129Début de sa collaboration à L’Avenir du Nord.

Été

130En vacances au bord de la mer avec Frances Fields-Johnston, dite Fanny.

131À la suite d’un accident de travail, il souffre d’une hernie.

Décembre

132Séjour probable à Montréal.

1924

Avril

133Mort de Fanny (des suites d’une opération).

Novembre

134Voyage à Washington, où demeure son fils.

1926

135Mariage de son fils.

136Début de la correspondance de Louis Dantin avec Jovette Bernier.

26 septembre

137Visite d’Olivar Asselin.

1927

8 février

138Début de la correspondance de Louis Dantin avec Robert Choquette.

15 mai

139Mort de Louis-Alexandre Seers, doyen des avocats de la province du Québec, à l’âge de quatre-vingt-douze ans.

Décembre

140Début de la collaboration de Louis Dantin au Canada.

141Visite de Louis Carrier.

1928

142Une autre ménagère entre à son service : « .The Polish Lady ».

18 mai

143Dantin fait son testament avant d’entrer à l’hôpital pour une opération. Il y reste deux semaines, puis passe deux autres semaines de convalescence chez son fils à Washington.

Septembre

144Publication de Poètes de l’Amérique française, tiré à trois mille exemplaires.

15 novembre

145Charlotte Beauxfaux renoue avec lui, à la demande de son frère Alphonse, gravement malade, qui mourra un mois plus tard. Début d’une correspondance qui s’achèvera à la déclaration de la guerre.

31 décembre

146Début de la correspondance de Louis Dantin avec Alfred DesRochers.

147Fait la connaissance de Rosaire Dion-Lévesque, qui habite à Nashua (New Hampshire).

1929

Août

148Visite de Robert Choquette.

Octobre

149Début de la correspondance de Louis Dantin avec Louvigny de Montigny.

150The Universal Bureau est remplacé par The Negro- African Review, revue littéraire qui ne durera que trois mois. Dantin s’y occupe de la correspondance et des traductions.

1930

151Commence à fréquenter la librairie Schoenhof de Boston, « vrai cénacle littéraire ».

Mai

152Visite de Jean Bruchési.

5 juin

153Contrat avec Albert Lévesque pour la publication de La Vie en rêve et de Gloses critiques.

Août

154Alfred DesRochers organise en l’honneur de Dantin une fête réunissant à Sherbrooke une vingtaine d’écrivains de la région. Dantin y fera la connaissance de Florian Fortin, propriétaire de La Tribune, qui lui proposera un emploi au journal.

155Rose Carfagno-Sullivan entre à son service comme ménagère.

156Publication hors commerce de Chanson citadine.

1931

Juillet

157Dantin donne à Sherbrooke une conférence intitulée « La langue française : notre instrument d’expression littéraire ».

25 septembre

158Publication de Gloses critiques (1re série).

Décembre

159Le Dr Georges-Alphonse Boucher lui rend visite.

1932

Septembre

160Visite d’Alfred DesRochers.

1933

161Voyage à Sandwich avec Eugénie Rossier, la fille de Clotilde Lacroix.

Automne

162Ébauche d’une correspondance avec Charlotte Michaud, journaliste franco-américaine au Press Herald-Evening Express de Lewiston, à qui il avait fait parvenir sa Chanson intellectuelle par l’intermédiaire de Rosaire Dion-Lévesque.

163Début de la correspondance de Louis Dantin avec le Dr Gabriel Nadeau, qui travaille au sanatorium de Rutland (Massachusetts).

1934

Janvier

164Visite d’Alfred DesRochers.

19 juillet

165Publication du deuxième volume de Poètes de l’Amérique française.

Juillet

166Visite de Robert Choquette, puis de Marie Retté, qui lui fait lire ses textes.

Novembre

167Songe à publier une seconde série de Gloses critiques ainsi qu’une édition augmentée de La Vie en rêve.

1935

Printemps

168Commence à rédiger Les Enfances de Fanny, « une sorte de roman où [il] étudie les âmes qu’[il] a observées ».

Juillet

169Publication de Gloses critiques (2e série).

1936

Octobre

170Quitte Roxbury pour s’installer à Boston, au 24 de la rue Montgomery, « dans un petit terrier au cœur de la ville de Boston, un sous-sol demi-enfoui dans la glèbe maternelle » qui lui donne « des avant-goûts de caveau et de cénotaphe ».

171Publication, aux Éditions Albert Lévesque, de son recueil de Contes de Noël.

172Commence à rédiger, en anglais, ses « Confessions » sous le titre « True Story », mais il s’arrête après dix pages.

1937

Mars

173Déménage au 24 de la rue Montgomery, à Boston.

Septembre

174Se procure une carte de membre à la bibliothèque publique de Boston : « C’est toute une éducation que je reprends et recommence. »

1938

15 mars

175Mis à pied par Harvard University Press ; il reçoit une pension de six dollars par semaine et autant de la Boston Typographical Union.

18 mars

176Décline à nouveau l’offre de Louvigny de Montigny de s’installer au pays : « Quel attrait (sauf celui d’amitiés précieuses) pourrait-on concevoir à un Québec voué aux plus tyranniques et aux plus sottes intolérances, occupé à barrer d’obstacles toutes les avenues d’un meilleur avenir ? Vous y êtes vous-même comme tous les esprits libres, exilé, étranger plus que je ne le suis à Boston ! »

16 avril

177Début de sa collaboration au Jour de Montréal, dirigé par Jean-Charles Harvey.

Avril

178Dans Les Pamphlets de Valdombre, Claude-Henri Grignon prétend que c’est un « typographe... poète aux heures des autres » qui est l’auteur des vers attribués à Nelligan.

1939

179Compose les paroles de la Cantate des Ursulines, sur une musique du fils du Dr Boucher.

28 juin

180Publication de Bibliographie de Louis Dantin par Marcel Mercier.

Août

181Visite de Louvigny de Montigny.

1940

182Visite de la sœur d’Emile Nelligan, à la recherche des manuscrits de son frère.

1941

18 novembre

183Mort d’Émile Nelligan.

1943

Septembre

184Visite de sa nièce Geneviève Brisset des Nos (Mme Bionjonetti, gouvernante des enfants de J. W. Frazer), qui tente de le ramener au Québec.

Décembre

185Visite de Harry Bernard.

1944

186Aveugle et atteint d’un cancer.

Avril

187Visite de Marine Leland, professeur à Smith College, à qui il offre ses livres sur la littérature canadienne-française.

Août

188Début des visites hebdomadaires de Mgr Cushing, évêque auxiliaire de Boston.

189Eugénie Rossier lui rend visite trois fois par semaine.

7 novembre

190Écrit sa dernière lettre à Rosaire-Dion Lévesque, puis entre dans une maison de convalescence (The Chester Park Convalescent and Rest Home, à Boston).

Décembre

191Charlotte Beaufaux lui écrit, mais ses lettres (datées du 1er, du 19 et du 26 décembre 1944, et du 3 et du 8 janvier 1945) resteront sans réponse.

1945

17 janvier

192Mort de Louis Dantin, à sept heures et demie du matin. Inhumation civile à l’Evergreen Cemetary de Brighton, sous une pierre tombale portant l’inscription « Eugène F. Seers, 1865- 1945 ».

24 décembre

193Mort de Charlotte Beaufaux. Elle avait soixante-sept ans.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540