Version classiqueVersion mobile

Pratiques innovantes auprès des jeunes en difficulté

 | 
Denis Lafortune
, 
Marie-Marthe Cousineau
, 
Claudia Tremblay

Deuxième partie. Tous âges

14. Le Programme de soutien aux familles d’accueil du CJCA

Michel K. Laflamme, Madeleine Dionne et Suzanne Tardif

Texte intégral

Le Programme de soutien aux familles d’accueil (PSFA) de la région Chaudière-Appalaches regroupe l’ensemble des interventions qui y sont effectuées par le service des ressources de type familial (RTF). Dans une perspective de soutien à leurs responsabilités et à leurs activités, toutes les familles d’accueil de la région reçoivent des services psychosociaux par le biais de ce programme. Un élément majeur a cependant été ajouté : un soutien éducatif spécialisé dans certaines situations plus difficiles. Une bonne partie des familles d’accueil actives, avec moins de deux ans d’expérience, bénéficient de tels services complémentaires de réadaptation. Il en est de même pour celles qui présentent des besoins importants, ciblés, qui justifient le recours à l’expertise spécifique d’un éducateur spécialisé. On estime à environ 40 % le pourcentage de familles d’accueil susceptibles de bénéficier de services complémentaires en réadaptation. Pour toutes les autres, la situation doit au préalable faire l’objet d’une analyse de besoins. La demande est alors évaluée par l’intervenant affecté à la famille d’accueil, en fonction des besoins constatés, de leur intensité, et de la capacité du milieu à composer avec les problèmes en question.

1La ressource de type familial occupe une place importante dans le continuum des services de protection de la jeunesse offerts au Centre jeunesse Chaudière-Appalaches (CJCA). En effet, le CJCA compte sur une banque d’environ 300 familles substituts, dont la plupart sont actives, et qui offrent une disponibilité d’environ 700 places. En moyenne, sur une base annuelle, c’est près de 800 enfants qui bénéficient d’un placement dans ce type de ressource. Ce n’est cependant pas tant le nombre de ressources qui établit leur importance, mais bien le rôle qu’elles jouent dans la protection de l’enfant accueilli.

2Depuis quelques années, notre établissement était préoccupé par deux phénomènes qui, sans être alarmants, questionnaient la pertinence du niveau de soutien apporté aux familles d’accueil. On avait noté, tout d’abord, qu’une fraction des déplacements d’enfant d’une ressource à une autre provenait de demandes formulées par des parents d’accueil qui ne pouvaient plus composer quotidiennement avec des enfants dont les comportements perturbateurs étaient épuisants et risquaient de les mener à un échec. Par ailleurs, on avait aussi observé qu’une certaine proportion de familles d’accueil mettaient fin à leur offre de service parce qu’elles ne se sentaient plus en mesure de faire face au défi grandissant des connaissances et des habiletés qu’il fallait développer afin d’aider efficacement ces enfants.

3En analysant la situation avec les gestionnaires et les intervenants, il est apparu que les jeunes hébergés en famille d’accueil présentaient une grande diversité de besoins. Ils étaient aux prises avec des difficultés pouvant prendre diverses formes, se produire dans différents secteurs et à différents niveaux, avec une intensité variable. Un même trouble pouvait d’ailleurs se manifester dans plusieurs sphères de la vie du jeune accueilli.

4Les familles d’accueil présentaient elles aussi une gamme de besoins qu’il était important de remplir. Certaines familles manifestaient un besoin de soutien, car elles ressentaient des signes d’essoufflement devant un jeune aux prises avec des besoins ou des problèmes particulièrement difficiles. D’autres constataient qu’elles avaient atteint la limite de leurs moyens et envisageaient, en fin de course, une demande de déplacement. D’autres encore, lorsqu’elles travaillaient avec des jeunes difficiles et peu motivés, éprouvaient un sentiment de démobilisation devant l’écart constaté entre les efforts déployés et les résultats obtenus. Certaines autres, enfin, hésitaient à reprendre un jeune après un hébergement en réadaptation. Autant de situations avec lesquelles il fallait composer dans la poursuite d’objectifs de soutien aux familles d’accueil.

5Ces familles étaient perçues comme ayant un besoin manifeste de reprendre confiance en leurs moyens. Elles devaient développer de nouvelles compétences parentales pour mieux jouer leur rôle, expérimenter de nouvelles méthodes éducatives, et assurer ainsi un suivi et un encadrement plus adéquat des besoins des jeunes. Elles avaient en outre besoin d’être soutenues dans leur investissement auprès des jeunes accueillis, valorisées et qualifiées dans leurs interventions, tout en étant guidées dans leurs apprentissages.

6Par ailleurs, certaines familles d’accueil faisaient état de besoins plus spécifiques, tels que mieux comprendre les difficultés présentées par le jeune ou bénéficier d’un soutien éducatif spécialisé pour trouver des moyens concrets d’intervention individualisée permettant de mieux l’aider. Certains parents d’accueil disaient éprouver le besoin de sentir la présence des intervenants dans leur vécu quotidien, et ce, de façon plus intensive dans les situations difficiles. De plus, les responsables de ces ressources témoignaient régulièrement du besoin des familles de s’entraider et de se soutenir (par exemple, par les arrangements de répit entre familles d’accueil).

7En résumé, pour apporter une réponse aux manques et aux problèmes qui exigeaient une attention spéciale et prioritaire, il fallait :

  • apporter rapidement des réponses concrètes et efficaces aux demandes de soutien des familles d’accueil ;
  • offrir aux familles d’accueil l’accès à des connaissances cliniques spécifiques en lien avec les problématiques que présentent les jeunes qui leur sont confiés, ainsi que leurs parents ; et,
  • permettre aux familles d’accueil de se rencontrer, de se soutenir, de s’entraider et de transmettre leurs compétences.

8Cela rejoignait une constatation faite antérieurement (CJQ-IU, 2000), selon laquelle le suivi professionnel des familles d’accueil « requiert une expertise spécifique relativement complexe dont dépend la qualité du placement ».

9Une expérimentation initiée à Montmagny, en 2005, avait permis à un éducateur externe d’être dégagé de ses tâches d’intervention auprès des usagers pour se consacrer au soutien à apporter à des familles d’accueil confrontées à des impasses dans leurs interactions avec des enfants difficiles. Fort de la réussite du projet, le CJCA a élargi l’assiette d’application de cette stratégie nouvelle où des éducateurs spécialisés (en lien avec l’intervenant social responsable de l’enfant et l’intervenant social affecté au suivi de la famille d’accueil) interviennent dans la stratégie générale de soutien aux familles d’accueil.

10Après quelques mois, l’implantation de certains éléments du projet et l’appréciation sommaire de ses retombées ont bénéficié d’un exercice de monitorage et d’évaluation. À la suite de la présentation aux membres du comité de direction d’un aperçu de ces retombées, il fut décidé de poursuivre le projet et de l’implanter dans l’ensemble des six points de service territoriaux de l’établissement. Cette implantation élargie fut l’objet d’un nouveau monitorage réalisé par la direction des services professionnels. Elle a conduit, au début de l’année 2009, à une révision du programme afin de clarifier le partage et la continuité des fonctions entre les intervenants sociaux du service des RTF et les éducateurs externes appelés à soutenir les familles d’accueil dans leur rôle éducatif.

11Le programme est sous la responsabilité d’un chef de service des RTF, qui voit à son application avec le concours des deux chefs de service de réadaptation externe. Parmi ceux qui ont à appliquer le programme, on retrouve des intervenants du secteur des RTF pour l’ensemble du territoire, ainsi que des éducateurs affectés à l’une ou l’autre des parties du territoire. Le ratio actuel est d’environ un éducateur pour 100 familles d’accueil accréditées et actives. Il faut toutefois se rappeler que les éducateurs n’interviennent pas auprès de l’ensemble de ces familles d’accueil, mais auprès d’un pourcentage estimé à 40 %.

caractère novateur du programme

12Les consultations effectuées auprès des autres établissements et la recherche d’expériences similaires au Québec n’ont pas permis de trouver d’autres programmes ou services de soutien à l’intention des familles d’accueil. Le PSFA, avec son volet de soutien intensif spécialisé, semble une alternative originale susceptible de diminuer les déplacements d’enfants et le nombre de familles d’accueil qui mettent fin prématurément à leur offre de service. Le CJCA avait déjà expérimenté la transformation de nombreuses unités internes d’hébergement en services externes de réadaptation. Cette fois, il a répété l’expérience en réaffectant au soutien des familles d’accueil des ressources qui avaient d’autres fonctions cliniques dans l’établissement. Cette façon de faire permet également de contribuer à l’actualisation des orientations 2007-2012 du ministère de la Santé et des Services sociaux en matière de continuité, de qualité, d’efficacité et d’efficience des services aux jeunes en difficulté (MSSS, 2007). En effet, la mise en place du PSFA est un atout dans la recherche du développement optimal des jeunes et permet d’avoir l’assurance que les jeunes qui doivent être placés le sont dans un milieu à même de répondre à leurs besoins en termes de sécurité et de développement.

références théoriques

13Différents auteurs ont documenté le fait que les enfants placés vivent plus de problèmes de santé physique et mentale, de difficultés de comportement et de retards scolaires que ceux de la population générale (Halfon et al., 1995 ; Marcus, 1991). Par exemple, Barber et Delfabbro (2002) ont montré que ces difficultés vécues par les enfants placés avaient un impact significatif sur la qualité de leurs relations avec les parents d’accueil, sur leur adaptation à la situation de placement et sur leur devenir. Comme le souligne Poirier (2002), Michael Rutter avait déjà indiqué que les enfants accueillis en milieu substitut constituent une population extrêmement vulnérable en raison des conditions présentes avant le placement, mais aussi des risques associés à la situation de placement.

  • 1 Les autres centres jeunesse choisis sont ceux du Bas-du-Fleuve, de Batshaw et de l’Outaouais.

14Pour répondre à cette préoccupation et afin d’améliorer la qualité des soins dispensés aux enfants placés, l’Association des centres jeunesse du Québec (ACJQ) a décidé d’implanter à partir de 2003 l’approche S’occuper des enfants (SOCEN), de façon expérimentale, dans quatre centres jeunesse, dont le CJCA1. Il s’agit d’une refonte de Looking after Children, une approche, conçue en Grande-Bretagne et axée sur le développement et le bien-être de l’enfant placé (Ward, 1996). Le but ultime est d’améliorer la vie présente et future des enfants placés en milieu substitut, en veillant à évaluer de façon continue le niveau de réponse à sept catégories de besoins que ces enfants peuvent avoir.

15D’autres considérations militent en faveur du rehaussement du soutien à accorder aux parents d’accueil, notamment en vue de maintenir leur offre de service et d’éviter le déplacement des enfants. Des auteurs comme Redding et son équipe (2000) ont déjà relevé le fait que plusieurs des difficultés vécues par les parents d’accueil face aux problèmes de comportement des enfants sont associées à la difficulté, voire à l’incapacité des enfants concernés de répondre aux attentes de leurs parents substituts. Ces auteurs montrent que de telles attentes sont souvent irréalistes et proviennent d’un manque de transmission d’informations de la part des services sociaux sur les difficultés ou le vécu des jeunes accueillis dans les RTF.

16Par ailleurs, Wells et d’Angelo (1994) ont montré par leurs recherches qu’un soutien élevé à la famille d’accueil constitue un facteur de réussite du placement de l’enfant. Ils ont mis en évidence le fait que les parents d’accueil perçoivent très positivement l’appui d’un intervenant social durant les situations de crise, la mise en place d’un suivi à l’arrivée de l’enfant chez eux, ainsi que l’accès à des services spécialisés pour les aider à comprendre les problèmes des jeunes et s’y ajuster. Il est donc clair que le soutien aux parents d’accueil peut optimiser le placement de l’enfant. Il n’est pas surprenant de constater, comme le font Gilbertson et Garber (2003), qu’une grande proportion des parents d’accueil qui mettent fin à leur offre de service indiquent que leur décision est souvent imputable au fait qu’ils n’ont pas reçu l’aide qu’ils avaient pourtant demandée aux services sociaux.

17Il est aussi pertinent de considérer les conclusions de Smith (1994), selon qui un parent démocratique se révèle plus efficace qu’un parent autocratique ou permissif. Il avance que le développement optimal de l’enfant est favorisé par la capacité des parents d’accueil à établir des règles claires, des limites et une structure d’encadrement. Ces derniers ont souvent à se situer entre un pôle de tolérance et un autre d’encadrement et d’exigences. Wells et d’Angelo ont montré que les parents plus tolérants aux différences de l’enfant et à l’expression de comportements sociaux inappropriés ont plus de succès. Mais que, comme on leur demande de jouer aussi un rôle éducatif auprès des enfants qu’ils accueillent, ils se sentent parfois démunis et ne savent pas toujours comment intervenir de façon appropriée. Cela renforce encore la pertinence d’améliorer le soutien qui leur est offert.

18Pour les instances du CJCA, les parents d’accueil jouent un rôle fort important dans la mise en place quotidienne de réponses aux besoins de sécurité et de développement des enfants accueillis. Ils le font en complémentarité avec les parents naturels et les autres membres du réseau familial et social de l’enfant. C’est pourquoi il est important de déterminer, au-delà du soutien habituel offert par les intervenants sociaux, des stratégies spécifiques de renforcement des parents substituts dans l’actualisation de leur rôle éducatif, et ce, dans le contexte des interactions parfois houleuses qu’ils ont avec les enfants qui leur sont confiés.

stratégies d’intervention

  • 2 Le plan de soutien à l’intention de la ressource de type familial comporte un ensemble de mesures (...)
  • 3 Ce plan d’intervention constitue l’outil principal de la famille d’accueil ; il renferme les carac (...)

19Le soutien apporté aux parents d’accueil prend diverses formes et provient de différentes sources. Au départ, les intervenants sociaux relevant du service des RTF constituent la principale source de soutien. Ils assurent un suivi régulier, chacun étant la personne de référence pour une trentaine de familles d’accueil. Dans le cadre d’un partenariat, ce suivi professionnel est centré sur la dynamique familiale, sur les réalités de la famille d’accueil sur le plan des personnes et du couple, sur la qualité des réponses aux besoins de l’usager, ainsi que sur le respect des obligations et des engagements à l’égard de l’établissement. L’intervenant social est responsable d’actualiser le Plan de soutien de la famille d’accueil2 (PSFA). Il doit aussi s’assurer que la famille d’accueil met en place tous les moyens inscrits au Plan d’intervention à l’intention de la famille d’accueil3 (PIFA).

20Par la suite, les parents d’accueil sont fortement incités à s’inscrire, surtout en début d’expérience, à des cours qui sont offerts par les collèges d’enseignement général et professionnel (ou cégeps) ou par le centre jeunesse. Ils recevront aussi une invitation à participer aux formations sur l’approche SOCEN ou ils auront la possibilité de bénéficier de consultations auprès des psychologues du CJCA afin de mieux comprendre certains comportements ou réactions hostiles des jeunes qu’ils accueillent. Mais il manque un élément important à cet ensemble de mécanismes. En effet, rien ne remplace des conseils ponctuels et rapides qui proviennent d’éducateurs spécialisés. Ces conseils peuvent permettre aux parents de faire face à la situation lorsqu’ils n’arrivent plus à la comprendre ou qu’ils se sentent démunis. Dans des situations familiales hautement stressantes, ce type de soutien doit être offert rapidement aux parents d’accueil, sans remettre en question leur expérience et tout en préservant leur état de santé physique ou mentale.

21Voilà pourquoi un programme de soutien aux familles d’accueil a été mis de l’avant et que quatre postes d’éducateurs y ont été affectés. Dans la perspective d’offrir un soutien éducatif spécialisé, il a été décidé que l’intervention des éducateurs aurait une portée spécifique et une durée limitée. Le soutien spécialisé vise l’apprentissage de meilleures réponses aux besoins du jeune, notamment à l’égard des méthodes éducatives. Cette intervention suppose que le plan d’intervention du jeune soit complété et que le PIFA soit précisé. L’intervention de réadaptation destinée à la famille d’accueil est complémentaire à l’intervention psychosociale et elle cible des besoins précis identifiés avec la famille d’accueil. Il ne s’agit ni d’une prise en charge globale de la famille d’accueil, ni de services directs aux usagers.

22Trois objectifs sont alors poursuivis : élargir les modalités d’encadrement et de soutien offertes aux familles d’accueil, permettre à ces familles d’obtenir de meilleurs résultats, et favoriser un accroissement de leur compétence et de leur autonomie lorsqu’elles interviennent auprès des jeunes. Pour y arriver, il s’agit de répondre d’une façon concrète et efficace aux demandes de soutien ponctuel et continu des familles d’accueil, de leur apporter des connaissances cliniques spécifiques en lien avec les différentes problématiques que présentent les jeunes ou leurs parents, et de leur fournir des occasions pour se rencontrer, se soutenir, s’entraider et se transmettre leurs compétences.

23De tels services complémentaires de réadaptation sont dispensés à la famille d’accueil s’ils constituent une réponse spécifique à des besoins clairement identifiés. Une grille de critères a d’ailleurs été élaborée afin de s’assurer d’une cohérence dans le recours à ces services sur l’ensemble du territoire de l’établissement. Les familles d’accueil qui utilisent ces services de réadaptation peuvent le faire de façon très variée. Certaines y ont recours une seule fois, d’autres les utilisent de temps en temps, plusieurs en bénéficient sur une longue période. Toutefois, cette période reste balisée par les objectifs du plan de développement, qui seront révisés au moins tous les trois mois.

24On comprend donc que la clientèle spécifique du programme est principalement constituée des parents d’accueil eux-mêmes. De façon exceptionnelle, une intervention ponctuelle peut néanmoins être faite directement auprès des jeunes hébergés. Il peut en être ainsi, par exemple, lorsque l’intervention est explicitement demandée par l’intervenant de l’usager ou par son chef de service, et qu’elle est en lien avec le mandat légal. On parlera alors d’une action limitée dans le temps. Il pourra s’agir, par exemple, d’une intervention visant le renforcement de la capacité de la famille d’accueil à accompagner le jeune dans son processus d’autonomisation.

25Dans la trajectoire de service, dont il sera question un peu plus loin, on notera que l’intervenant social doit prévoir pour la famille d’accueil un plan de soutien personnalisé qui tienne compte de la situation. Il répond lui-même à certains besoins des parents d’accueil en cette matière. Il peut aussi requérir l’attention de l’intervenant assigné à la situation du jeune qui est placé.

26Or, si la réponse à certains besoins des parents d’accueil nécessite un soutien éducatif spécialisé, alors l’intervenant social demande l’implication d’un éducateur affecté au PSFA. Celui-ci peut parfois apporter une réponse rapide dans le cadre d’une consultation ponctuelle, puis en faire rapport à l’intervenant social. Si la situation l’exige, il peut aussi élaborer un plan de développement à l’intention de la famille d’accueil et en faire la révision tous les trois mois. Si, lors de la révision du plan de développement, la situation paraît s’être corrigée, l’éducateur met fin à l’intervention ; sinon, il continue d’agir auprès des parents d’accueil. À la révision suivante, si les besoins sont toujours présents ou que de nouveaux sont apparus, l’éducateur ajuste le plan de développement en conséquence et en fait rapport à l’intervenant social. Ces éléments de révision seront pris en compte lors de la réévaluation suivante de la famille d’accueil.

Trajectoire des services de soutien aux familles d’accueil

27Au départ, l’intervenant du service des RTF recueille les informations pertinentes, identifie le besoin de soutien particulier de la famille d’accueil et détermine avec elle un plan de soutien. Il peut décider de l’actualiser lui-même, après avoir analysé, avec l’intervenant social de l’enfant, les situations où les interventions de la famille d’accueil sont inappropriées ou inefficaces. Par contre, si la situation nécessite un soutien éducatif spécialisé, l’intervenant convoque l’éducateur à une discussion clinique dont rendra compte, pour leur bénéfice commun, le dossier électronique de la ressource de type familial.

28À la suite de cet échange, une consultation ponctuelle est offerte aux parents d’accueil. Si cette consultation a été suffisante, l’intervention de l’éducateur prend fin et le dossier électronique de la famille d’accueil cesse d’être partagé avec lui.

29Si un soutien plus élaboré apparaît nécessaire, un plan de développement d’une durée de trois mois est élaboré, de concert avec les parents d’accueil. Il est mis en œuvre par l’éducateur, qui informe régulièrement l’intervenant du service des RTF sur le suivi des mesures contenues dans ce plan. Au terme des trois mois, si la situation est rétablie, l’intervention de l’éducateur prend fin et le dossier électronique de la famille d’accueil cesse d’être partagé avec lui. Par contre, si la réponse au besoin nécessite le maintien ou le retour d’un soutien éducatif spécialisé, un nouveau plan de développement sera convenu avec la famille d’accueil. L’évaluation qui en sera faite ultérieurement par l’éducateur sera communiquée à l’intervenant du service des RTF, qui pourra utiliser cette information dans le cadre de la réévaluation annuelle de la famille d’accueil.

Fonctions et responsabilités de la famille d’accueil

30Dans le cadre de l’élaboration du programme de soutien, les intervenants se sont d’abord attachés à documenter le champ général des activités de nature psychosociale ou réadaptative qui étaient en lien avec les différentes fonctions et responsabilités de la famille d’accueil. Il en est ressorti le modèle suivant, qui repose sur 10 activités principales.

  1. La supervision de la qualité du milieu de vie inclut la propreté et l’entretien de la maison, l’ameublement ou les accessoires, l’espace intérieur, la sécurité du milieu, ainsi que l’accessibilité des jeux et des loisirs.
  2. La surveillance de la fonction de protection regroupe les soins de santé et de prévention, l’alimentation, l’hygiène corporelle et vestimentaire, l’entretien des vêtements, la surveillance et la supervision adaptée selon l’âge, le confort et l’hébergement.
  3. Les observations et conseils en rapport avec la fonction d’éducation comprennent les attentes et exigences envers l’enfant, les stimulations et encouragements de l’enfant, les pratiques éducatives, la capacité à entendre l’opinion de l’enfant et l’utilisation de l’allocation financière.
  4. La supervision de l’exercice de la fonction d’autorité regroupe la discipline selon l’âge et le développement de l’enfant, la discipline causant de la douleur physique, la discipline entraînant des privations physiques pour l’enfant, la discipline impliquant des restrictions physiques, de même que la discipline ayant des impacts d’ordre psychologique.
  5. La vérification de l’actualisation de la fonction d’affection inclut la manifestation d’affection et la démonstration d’intérêt envers l’enfant, l’attention portée à ses besoins émotifs, le développement de son estime de soi et l’intérêt porté à ses réalisations.
  6. Le suivi de la fonction d’identification regroupe l’intégration de l’enfant à la famille, le mode de vie, le respect de l’intimité et des frontières, la définition des rôles et la qualité des modèles d’identification.
  7. Le monitorage de la collaboration avec la famille naturelle inclut le respect des sentiments de l’enfant pour sa famille naturelle, les attitudes de la famille d’accueil face à la famille naturelle, le respect des contacts de l’enfant avec sa famille naturelle, le travail avec la famille naturelle ainsi que le maintien des frontières avec la famille naturelle.
  8. Le monitorage de la collaboration avec l’environnement de l’enfant regroupe la collaboration avec le milieu scolaire ou de garde, la collaboration avec d’autres professionnels, les loisirs pratiqués à l’extérieur de la famille, les contacts avec des amis et le fonctionnement social.
  9. La vérification de la collaboration avec l’intervenant de l’enfant inclut le partage des observations sur l’enfant, la lecture de la problématique de l’enfant, la motivation à collaborer pour résoudre les problèmes, la coopération avec les services et la demande de soutien pour répondre aux besoins de l’enfant.
  10. Les autres responsabilités de surveillance ou de soutien regroupent l’accueil de l’enfant, le départ de l’enfant, la satisfaction des besoins personnels, conjugaux et familiaux des parents d’accueil, leur connaissance des lois, politiques et procédures, le développement de leurs compétences et leur ressourcement, l’administration et l’organisation de la ressource, ainsi que l’entraide entre familles d’accueil pour l’amélioration du soutien et du transfert de connaissances.

31On le constate, le suivi professionnel offert aux RTF touche à plusieurs dimensions, notamment leur rôle comme famille d’accueil, les moyens mis à leurs dispositions pour bien exercer l’ensemble de leurs fonctions, leur aisance dans l’actualisation de leur rôle, le transfert de connaissances quant aux besoins et réalités des enfants accueillis et les ententes contractuelles régissant leur statut.

32Selon un guide de pratique élaboré conjointement en 2009 par les Centres jeunesse de Québec et de Chaudière-Appalaches, les enjeux du suivi professionnel des familles d’accueil se situent à quatre niveaux. Il faut d’abord fournir à la famille d’accueil un soutien qui réponde à ses besoins spécifiques et aux normes établies par le centre jeunesse en matière de retrait et de placement. Il s’agit ensuite de s’assurer de la qualité de la réponse aux besoins des enfants. Il faut également offrir de manière continue à la famille d’accueil l’encadrement nécessaire pour s’assurer qu’elle réponde adéquatement à ses propres besoins sur le plan personnel, familial et conjugal, ainsi qu’aux besoins des enfants placés. Enfin, il importe d’établir une étroite collaboration avec l’intervenant de l’usager et les autres dispensateurs de services inscrits au plan d’intervention/plan de services individualisés du jeune.

Soutien éducatif intensif : quelques exemples

33Dans l’orientation d’une famille d’accueil vers un soutien éducatif intensif, de nombreuses et diverses fonctions sont imparties à l’éducateur. Ainsi, celui-ci peut d’abord encadrer la famille d’accueil dans la supervision des jeunes placés, et ce, en fonction de leur âge, de leurs besoins spécifiques et de leurs capacités. Il s’agit alors pour lui de tabler sur de l’information, des enseignements et du modeling, de faire référence à des formations données sur le plan local et régional, d’évaluer et de fournir un feed-back régulier sur cet aspect. L’éducateur peut aussi offrir de la formation spécifique portant sur des thèmes précis (en groupe et en individuel) ou distribuer de la documentation pertinente (lue ensemble ou seul, avec retour et échanges).

34Conjointement avec la famille d’accueil, l’éducateur peut également veiller au développement de nouveaux moyens d’intervention en regard des méthodes éducatives, puis suivre le développement des nouvelles compétences dans l’accompagnement des enfants. Avec la famille d’accueil, toujours, il a la possibilité de déterminer diverses démonstrations d’affection ajustées selon l’âge, le sexe et la problématique de l’enfant. Au besoin, il peut aussi réviser et ajuster le système des conséquences à l’acte appliqué par la famille d’accueil.

35D’autres avenues peuvent être empruntées : identifier différents moments de vie importants à la maison et évaluer leur déroulement avec la famille d’accueil afin de voir si des changements sont souhaitables ; vérifier et analyser les compétences de la famille d’accueil par rapport à l’encadrement d’une problématique spécifique ; ou identifier avec la famille d’accueil des stratégies de stimulation de changement chez le jeune (par exemple, un tableau d’émulation).

36Parfois, l’éducateur est appelé à identifier les limites de certains enfants (par exemple, un déficit de l’attention) afin d’ajuster les attentes de ses parents d’accueil au quotidien. Il tâche également d’identifier les interventions avec lesquelles la famille d’accueil est plus à l’aise, de vérifier la cohérence de ces interventions et de faire, au besoin, des comparaisons avec d’autres familles d’accueil qui font face aux mêmes problèmes.

37Il peut également recueillir auprès de la famille d’accueil des faits d’observations, sur des moments identifiés ensemble, afin de mieux comprendre un comportement. Il lui arrive de proposer un « objectif de semaine » à la famille d’accueil afin de développer une nouvelle compétence ou de la soutenir dans l’élaboration d’un « cahier de bons coups » pour le jeune. Enfin, il a parfois à offrir du soutien et un accompagnement visant l’autonomie d’un jeune (par exemple, la recherche d’un emploi ou la préparation de son CV) ou l’intégration progressive d’un jeune qui provient d’une unité d’hébergement en internat et dont il faut faciliter la transition vers la famille d’accueil.

38Le pari associé à la mise en œuvre du programme est que l’actualisation du soutien éducatif spécialisé permet aux parents d’accueil de reprendre confiance en leurs moyens, de développer de nouvelles compétences parentales, d’expérimenter de nouvelles méthodes éducatives et d’assurer un suivi et un encadrement approprié aux besoins des jeunes qui leur sont confiés. On escompte ainsi répondre à leurs besoins d’être soutenus dans leur investissement auprès de ces jeunes, d’être valorisés et qualifiés dans leurs interventions, tout en étant guidés dans leurs apprentissages.

évaluation de l’implantation et de l’efficacité

39Après quelques mois d’application, l’implantation de certains éléments de ce projet et l’appréciation sommaire de ses retombées avaient bénéficié d’un exercice de monitorage et d’évaluation (Laplante, 2006). Cet exercice avait surtout pour objectif de procéder aux ajustements requis. Par exemple, il a fallu revoir les pratiques d’accès au dossier afin qu’elles soient en accord avec les règles de l’établissement, qui interdisent l’accès d’un éducateur au dossier d’une famille d’accueil s’il n’a pas un mandat formel d’aide à l’égard de cette ressource. Il a fallu également revoir le rôle des éducateurs du programme dans des situations exceptionnelles où il pouvait devenir avantageux pour eux d’intervenir directement auprès des enfants placés (ce qui ne fait pas partie de leur mandat habituel dans ce programme). D’autres interventions ont été nécessaires afin de s’assurer que les paramètres du programme soient compris de la même façon par l’ensemble des intervenants concernés sur le territoire de l’établissement.

40Après ce premier exercice de monitorage et la révision du programme qui en a découlé, un plan d’évaluation sommaire a été élaboré en vue d’une évaluation future. Cette évaluation d’effets n’a pas encore été mise en œuvre, mais les indicateurs en ont été précisés.

41Le premier objectif du programme est de permettre aux familles d’accueil d’élargir avec succès leur compétence parentale par l’acquisition et l’application de connaissances spécifiques en lien avec les différentes problématiques que présentent les jeunes qui leur sont confiés et leurs parents. Les critères, pour cet objectif, sont l’acquisition par les familles d’accueil de connaissances en lien avec les problématiques des jeunes accueillis dans ces ressources, l’application de ces connaissances dans des situations concrètes, et un constat de succès de l’intervention basée sur l’application de ces connaissances nouvelles. Le plan d’évaluation du programme identifiera les mesures permettant de se prononcer sur ces critères.

42Le deuxième objectif consiste à apporter rapidement et de façon satisfaisante des réponses concrètes et efficaces aux demandes de soutien ponctuel et continu des familles d’accueil dans l’actualisation de leurs responsabilités. Pour cet objectif, on doit pouvoir observer, à partir de l’exercice par les parents d’accueil de leurs responsabilités parentales (par exemple, de protection, de surveillance ou d’éducation), les demandes formelles de soutien effectuées, les réponses ou suggestions apportées par les intervenants, le délai de réponse aux demandes, ainsi que la perception de pertinence de ces réponses par les familles d’accueil. Ici aussi, le plan d’évaluation du programme prévoit des mesures rendant possible l’acquisition des données nécessaires pour porter un jugement éclairé sur l’atteinte de l’objectif.

43De plus, comme on parle de réponse satisfaisante aux demandes de soutien, on pourrait s’attendre à ce que le nombre de déplacements demandés par les familles d’accueil diminue sensiblement, à moyen terme. Et, de la même façon, que le nombre de familles d’accueil mettant fin à leur offre de service en raison de la trop grande lourdeur du rôle de parents d’accueil diminue également.

44Plusieurs familles d’accueil ont exprimé ouvertement à la direction de l’établissement que le PSFA était un programme gagnant qui leur apportait beaucoup de satisfaction et qu’il fallait continuer à l’offrir. L’Association des familles d’accueil de la région a émis le même message à quelques reprises. Ces rétroactions, quoique intéressantes pour l’établissement, n’écartent toutefois pas la nécessité d’examiner de façon attentive et formelle la contribution du programme aux deux effets escomptés : la diminution du nombre de déplacements associés à un refus de la famille d’accueil de continuer son expérience d’accueil ou à ses difficultés majeures devant les réactions hostiles d’un enfant ET la diminution du nombre de familles mettant fin à leur offre de service.

Bibliographie

références

Barber, J. G. et P. H. Delfabbro (2002), « The Plight of Disruptive Children in Out-of-Home Care », Children’s Services Social: Social Policy, Research and Practice, vol. 5, no 3, p. 201-212.

CJQ-IU (2000), « Familles d’accueil et intervention jeunesse. Analyse de la politique de placement en ressource de type familial », Québec, CJQ-IU, Groupe de travail sur la politique de placement en famille d’accueil.

Gilbertson, R. et J. B. Garber (2003), « Breakdown of foster care placement: carer perspectives and system factors », Australian Social Work, vol. 56, no 4, p. 329-339.

Laplante, R. (2006), « Bilan du suivi de l’expérimentation du projet de support aux familles d’accueil de Montmagny », Lévis, CJCA.

Poirier, M.-A. (2002), « Devis de recherche du projet s’occuper des enfants placés (SOCEN) », Montréal, ACJQ et Université de Montréal.

MSSS (2007), « Orientations relatives aux standards d’accès, de continuité, d’efficacité et d’efficience. Programme-services jeunes en difficulté », Québec, MSSS.

Redding, R. E., C. Fried et P. A. Britner (2000) « Predictions of placement outcomes in treatment foster care: Implications for foster parent selection and service delivery », Journal of Child and family studies, vol. 9, no 4, p. 425-447.

Rutter, M. (2000), « Children in Substitute Care. Some Conceptual Considerations and Research Implications », Children and Youth Services Review, vol. 22, no 9-10, p. 685-703.

Smith, C. (1994), « Child rearing practices associated with better developmental outcomes preschool age foster children », Child Study Journal, vol. 24, no 4, p. 299-327.

Ward, H. (1996), « Constructing and implementing measures to assess the outcomes of looking after children away from home », dans Aldgate, J. et M. Hill (dir.), Child Welfare Services: Developments in Law, Policy, Practice and Research, Londres, Jessica Kingsley.

Wells, K. et L. d’Angelo (1994), « Specialized foster care: voice from the field », Social Service Review, vol. 68, no 1, p. 127-144.

Notes

1 Les autres centres jeunesse choisis sont ceux du Bas-du-Fleuve, de Batshaw et de l’Outaouais.

2 Le plan de soutien à l’intention de la ressource de type familial comporte un ensemble de mesures visant à appuyer celle-ci dans l’exercice de son rôle. Les principales formes d’aide qui pourraient être apportées sont : l’encadrement professionnel, l’accessibilité à des programmes de formation, la mise sur pied de groupes de discussion et d’échange, l’association de jeunes ressources de type familial à des ressources plus expérimentées, l’organisation, la coordination et la mise en place de mesures de répit à partir des ressources disponibles.

3 Ce plan d’intervention constitue l’outil principal de la famille d’accueil ; il renferme les caractéristiques et les particularités de l’usager, ainsi que des moyens d’intervention auprès du jeune. Lors de la réévaluation de la situation du jeune, il devient l’outil de référence.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search