Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Note sur l’établissement du texte

Texte intégral

1Nous donnons ici, dans l’ordre chronologique de leur première publication, les essais critiques de Louis Dantin portant sur la littérature canadienne-française, de 1920 à 1942. La plupart des essais critiques de 1920 à 1935 ont été repris dans Poètes de l’Amérique française (1928 et 1934) et dans Gloses critiques (1931 et 1935) : ce sont ces recueils qui en constituent le texte de base. Pour tous les essais critiques qui ne figurent pas dans les recueils, nous adoptons pour texte de base la dernière version publiée.

2Les manuscrits de ces textes n’ont pas été conservés, sauf ceux de l’article sur L’Offrande aux vierges folles et « Le mouvement littéraire dans les Cantons de l’Est », que Dantin avait communiqués à Alfred DesRochers, celui de la préface à Walt Whitman — Ses meilleures pages traduites de l’anglais, qu’il avait communiqué à Rosaire Dion-Lévesque, et celui de l’article sur Grand-Louis l’Innocent, que l’on a retrouvé dans le fonds Déom (Archives nationales du Québec).

3Dantin a repris ses articles tels quels dans les recueils, en se contentant de corriger quelques coquilles et en supprimant de rares passages. Nous avons corrigé les coquilles subsistantes et les quelques fautes d’orthographe que commet Dantin : « bohême », « tout-à-fait », « réfléter », « futil », « Sully-Prud’homme », « chûte ». Nous avons aussi uniformisé les titres de poèmes (souvent en italique, chez Dantin) et les titres d’ouvrages (que Dantin place presque toujours entre guillemets, avec majuscules à la plupart des mots).

4Dans une lettre du 13 avril 1929, Dantin signale à Simone Routier qu’il lui arrive de modifier les poèmes en les citant :

Je vous ai peut-être maltraitée moi-même en me permettant deux ou trois légers changements dans les vers que je citais de vous. C’est un tour que je joue parfois à mes poètes, voulant que les spécimens que j’en montre me satisfassent pleinement moi-même, puisque je veux les faire admirer aux autres. Et j’avoue qu’ils pourraient s’en plaindre ; mais puisqu’ils ne l’ont pas encore fait ! D’ailleurs je tâche d’être discret, et si une pièce me paraît demander une vraie correction, eh bien alors je ne la cite pas du tout.

5Nous avons donc relevé les modifications qu’il apporte aux textes qu’il cite : c’est un autre aspect de sa conception de la critique.

***

6Des travaux, qui font autorité aujourd’hui, ont guidé ma démarche vers une meilleure connaissance de l’oeuvre et de l’homme. Je veux adresser ici toute ma gratitude aux chercheurs qui, avant moi, se sont penchés sur le cas si particulier de Louis Dantin : Gabriel Nadeau, Yves Garon, Placide Gaboury, Réjean Robidoux.

7Je remercie également tous ceux qui m’ont apporté une aide, parfois ponctuelle, souvent décisive : M. Gilles Durand et les Archives nationales du Québec — Centre de l’Estrie ; Mme Louise Marceau et la bibliothèque du Collège de Sherbrooke ; le père Jean-Pierre Lussier et la bibliothèque du Grand Séminaire de Montréal ; la bibliothèque du Séminaire de Sherbrooke ; la bibliothèque de l’Université Bishop à Lennoxville ; les archivistes des Pères du Très-Saint-Sacrement du couvent de Lommel (Belgique) et de Montréal ; mon assistante, Madeleine Strafford, qui a été associée à mes recherches et qui a transcrit à l’ordinateur les volumineux essais et les nombreuses notes et variantes.

8Je dois enfin des remerciements à Mme Marie Matton, à Mme Anne- Marie Henrion et à M. Jean-Pierre Henrion, fille et petit-fils de Charlotte Beaufaux, la « Fraîche fille de Wallonie », pour leur aide concernant la reconstitution de l’épisode bruxellois de Louis Dantin et pour m’avoir offert, avec une générosité spontanée dont je leur garde une vive reconnaissance, les livres que celui-ci avait dédicacés à leur famille.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter