Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques innovantes auprès des jeunes en difficulté

 | 
Denis Lafortune
, 
Marie-Marthe Cousineau
, 
Claudia Tremblay

Première partie. Périnatalité, petite enfance et enfance

6. Haut les voiles ! : un programme d’éducation à la sexualité

Isabelle Beaulieu

Texte intégral

Dans une étude réalisée en 2002, Tremblay, Gagnon et Bossé mettaient en lumière le besoin des éducateurs et des psychoéducateurs d’être mieux outillés pour intervenir en matière de sexualité auprès des enfants âgés de 6 à 12 ans vivant dans leur ressource d’hébergement. Les éducateurs disaient être confrontés aux caractéristiques particulières de la sexualité de ces jeunes. Parmi celles-ci, notons la manifestation des conséquences d’un passé de maltraitance ou de négligence dans différentes sphères de la vie, entre autres affective et sexuelle. Les interventions en matière d’éducation à la sexualité se devaient d’être adaptées à ces caractéristiques spécifiques. C’est pour combler l’absence d’un programme à même de répondre aux besoins des enfants et des intervenants que le programme Haut les voiles ! a été développé. Le premier volet est conçu pour une intervention individuelle dans un milieu d’accueil de type familial. Le second, conçu pour une intervention de groupe, s’adresse davantage aux jeunes vivant en centre de réadaptation, en résidence de groupe ou en maison d’accueil. Les objectifs du programme sont de permettre à l’enfant de concilier l’acquisition de savoir et de savoir-être relatifs à la sexualité, et de se situer par rapport à ses apprentissages antérieurs et nouveaux. La formation qui a été développée s’adresse aux éducateurs et aux parents d’accueil. Elle vise à les outiller pour animer le programme auprès des jeunes, en travaillant sur leur savoir, leur savoir-faire et leur savoir-être. Ce chapitre présente sommairement le programme et la formation, ainsi que les résultats de l’évaluation d’implantation qui en a été faite.

  • 1 La conception et l’évaluation de ce programme a été rendue possible grâce à une subvention de la S (...)

1Le programme Haut les voiles ! et la formation associée viennent combler une demande des éducateurs et des parents d’accueil des Centres jeunesse de Lanaudière (CJL) et du Centre jeunesse de Québec-Institut universitaire (CJQ-IU)1. Travaillant au quotidien auprès d’enfants en difficulté âgés de 6 à 12 ans, ils souhaitaient en connaître davantage sur l’accompagnement de ces enfants dans leur apprentissage des diverses facettes de la sexualité. Des groupes de discussion (focus groups) leur ont permis de s’exprimer sur leurs conceptions de l’éducation à la sexualité, de la sexualité des enfants, des comportements sexuels des enfants, ainsi que sur leurs propres besoins de formation. De cette étude, réalisée par Tremblay, Gagnon et Bossé (2002), plusieurs éléments sont ressortis et ont servi d’assises au développement du programme et de la formation, notamment la nécessité de concevoir un volet distinct pour les parents d’accueil.

2Après cette évaluation des besoins, une première version des deux volets du programme et de la formation a été conçue en 2003. L’implantation de la formation auprès des éducateurs et des familles d’accueil ainsi qu’une cueillette de données quantitatives et qualitatives pour l’évaluation se sont échelonnées sur les trois années suivantes. La quatrième année du projet a essentiellement été consacrée à la production et à la publication des versions finales des deux volets du programme et de la formation, ainsi qu’à l’analyse des données. Les résultats de l’évaluation d’implantation se retrouvent dans un rapport publié au printemps 2009. À l’heure actuelle, Haut les voiles ! continue d’être offert dans les CJL. Des éducateurs provenant de sept centres jeunesse ont aussi été formés et implantent le programme dans leur milieu de pratique.

3Afin que ce programme d’éducation à la sexualité soit adapté aux jeunes en difficulté âgés de 6 à 12 ans, il a été conçu en fonction des caractéristiques de leur développement, tout en tenant compte des impacts des diverses formes de maltraitance sur les plans affectif, cognitif, comportemental et psychosexuel.

caractéristiques des enfants

4Chez les enfants de 6 à 12 ans pris en charge par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), les motifs de signalement les plus fréquents sont la négligence, l’abus physique et les troubles de comportement de l’enfant. Les motifs d’abandon ou d’agression sexuelle sont également présents, mais dans une moindre mesure.

5Parmi les impacts de la maltraitance des enfants sur leur développement psychosexuel, notons, entre autres, la sexualisation des relations avec autrui et une préoccupation excessive pour la sexualité. Les enfants en besoin de protection et ceux qui sont extraits de leur milieu de vie naturel constituent également un groupe plus enclin à démontrer des comportements sexuels problématiques, entre autres en raison de la convergence de facteurs de risque multiples, comme la présence d’un traumatisme antérieur (la victimisation sexuelle est présente chez environ un enfant sur quatre suivi par la DPJ). Sans que cela soit nécessairement un facteur de causalité, les enfants ayant subi une ou plusieurs agressions sexuelles sont plus sujets à avoir des connaissances sexuelles précoces pour leur âge, ainsi que des pensées et des comportements sexuels provenant du répertoire adulte. Les enfants victimes d’agression sexuelle et les jeunes présentant des comportements sexuels à problème ont des représentations mentales explicites des pratiques sexuelles pour lesquelles ils ne trouvent pas toujours un sens personnel ou sexuel. Leurs perceptions de la sexualité sont parfois erronées et ils comprennent mal les valeurs qui y sont reliées. Ces jeunes ont donc besoin d’une éducation sexuelle appropriée, afin de recevoir des informations adéquates et d’acquérir des valeurs pour les orienter dans leur développement.

6En matière de sexualité, les expériences des enfants en difficulté se situent fréquemment bien au-delà de leur âge développemental, et elles sont teintées de leur vécu personnel au sein de leur milieu familial (exposition ou implication dans une activité sexuelle volontaire ou involontaire, visionnement de scènes de films ou d’images à caractère pornographique, etc.). Ce facteur peut également être associé à l’absence de frontières personnelles et sexuelles, à des comportements sexuels inappropriés (langage vulgaire, attouchements sexuels entre enfants, etc.) et à des comportements de séduction.

7D’autres facteurs de risque associés au développement de comportements sexualisés chez ces enfants sont :

  • la présence de problématiques coexistantes (troubles de conduite, troubles oppositionnels avec provocation, déficit d’attention avec hyperactivité et état de stress post-traumatique) ;
  • un déficit au plan des habiletés sociales (relations positives peu nombreuses, faible tolérance à la frustration, difficultés à gérer des conflits ou des situations nouvelles) ; et
  • une structure familiale dysfonctionnelle (milieu familial se caractérisant par d’importants conflits, de la désorganisation et un encadrement éducatif dysfonctionnel).

8Devenus adolescents, les enfants en difficulté constituent un groupe vulnérable pour l’adoption de pratiques sexuelles à risque. Ces jeunes débutent plus précocement leur vie sexuelle (l’âge moyen de la première relation sexuelle chez les jeunes des centres jeunesse est de 13 ans), ils sont plus actifs sexuellement, ont plus de partenaires sexuels et utilisent peu le condom. L’impact de ces comportements se reflète dans une plus grande vulnérabilité aux infections transmissibles sexuellement (ITS) et au VIH, la fréquence des expériences de prostitution et l’incidence élevée de grossesses précoces et de naissances. Un passé de victimisation sexuelle constitue également un facteur de risque associé à l’adoption de comportements sexuels à risque.

9Tous les enfants en difficulté ont reçu une éducation à la sexualité implicite. Ils présentent cependant de multiples facteurs de risque et ils sont peu nombreux à avoir reçu de façon formelle une éducation à la sexualité ou à avoir entendu parler de sexualité d’une autre façon que sous l’angle des agressions sexuelles. Un programme comme Haut les voiles ! prend ici tout son sens.

approche pédagogique

10C’est l’approche de la pédagogie interactive qui a été privilégiée lors de la conception du programme. Cette approche s’intéresse à l’interaction entre l’animateur (parent ou éducateur), l’enfant et l’environnement de chacun, permettant ainsi l’établissement d’une relation significative entre l’animateur et l’enfant.

11Dans le cadre de cette approche, l’enfant occupe la place centrale de l’activité pédagogique. Il en est l’agent principal, celui qui cherche à apprendre, à comprendre et à s’approprier le savoir. Dans le cadre de l’activité pédagogique, il a recours à son potentiel, à sa créativité, à son initiative et à son autonomie. Il engage ses ressources personnelles dans un processus visant à acquérir de nouvelles connaissances, de nouveaux savoir-faire et savoir-être.

12Les animateurs du groupe guident l’enfant en utilisant leurs connaissances et leur expérience. Ils agissent en tant que soutien et en tant que motivateurs. Ce sont eux qui indiquent à l’enfant les buts à atteindre et qui l’aident à apprendre et à comprendre. Ils agissent et réagissent sous l’influence de l’enfant et de l’environnement.

13Dans le cadre de cette approche, l’environnement est composé de facteurs tant externes (milieux physique, familial, social, scolaire, etc.) qu’internes (valeurs, potentiel intellectuel, émotions, vécu, personnalité, style d’apprentissage et d’animation, etc.) qui influencent l’enfant et les animateurs.

14La pédagogie interactive favorise l’utilisation de diverses stratégies pédagogiques (activités individuelles ou interactives, lectures, mises en situation, quiz, etc.) qui permettent de maintenir l’intérêt des enfants. Cet aspect est particulièrement important puisque de nombreux enfants en difficulté présentent aussi des troubles d’apprentissage et de comportement, ainsi que des déficits d’attention et de l’hyperactivité. Enfin, comme aborder la sexualité peut provoquer diverses émotions et réactions, tant chez les éducateurs et parents d’accueil que chez les enfants, il a semblé important de prendre en considération le monde émotif de chacun des acteurs dans le cadre de l’approche pédagogique.

La formation

15La formation au programme a été conçue à partir des besoins et des savoirs antérieurs des éducateurs et des parents d’accueil, puisqu’ils constituent un cadre de référence comportant des éléments indispensables à l’amélioration de leur façon d’être et de leur façon d’agir dans le quotidien avec les enfants en difficulté. En tenant compte de leurs antécédents (cognitifs, affectifs, relationnels, etc.), on leur a présenté du matériel leur permettant de cheminer sur le plan personnel tout en favorisant un questionnement sur leurs propres comportements, valeurs, croyances et préjugés, et ce, dans le but d’intégrer de nouveaux apprentissages utiles à la réalisation de leurs tâches d’éducation à la sexualité.

16Ainsi, il était indiqué que, pour cette formation, l’approche par compétences soit privilégiée. La compétence est définie comme un savoir-agir complexe qui fait suite à l’intégration, à la mobilisation et à l’agencement d’un ensemble de capacités et d’habiletés (pouvant être d’ordre cognitif, affectif, psychomoteur et social) et de connaissances utilisées efficacement, dans des situations ayant un caractère commun (Lasnier, 2000).

17Cette approche est centrée sur des apprentissages pertinents et significatifs pour les individus formés, plutôt que sur la transmission même de connaissances. De ce fait, les objectifs d’enseignement ont été élaborés de manière à ce que les parents d’accueil et les éducateurs apprennent dans l’action plutôt que dans la passivité. Les compétences acquises se révèlent dans le savoir, le savoir-faire et le savoir-être. L’approche par compétences comprend trois étapes qui incluent d’autres principes de base liés à l’apprentissage.

  • La cohérence : faire des liens entre les activités d’enseignement, les activités d’apprentissage, les activités d’évaluation et la compétence.
  • La signifiance : utilisation de situations significatives et motivantes pour l’apprenant.
  • L’intégration : l’apprenant développe la compétence en appliquant ses différentes composantes.

18Si l’on tient compte de ces principes, la formation par compétences s’avère un outil efficace pour amener les éducateurs et les parents d’accueil à négocier avec les diverses situations de la vie quotidienne des enfants à travers les différentes dimensions de la sexualité et les nombreuses problématiques qu’ils peuvent rencontrer. Cette approche mène à l’adoption de pédagogies actives et novatrices, centrées sur l’acquisition de connaissances, sur le développement d’habiletés et sur l’adoption de nouvelles attitudes et de nouveaux comportements. Il s’agit d’intégrer des connaissances et des habiletés facilement transposables dans des situations qui ont du sens à leurs yeux et qui répondent aux besoins ressentis.

19Afin de répondre aux besoins particuliers de chaque type de ressources (familiale et de réadaptation), la formation comporte deux volets : le premier est conçu pour une intervention individuelle ou en petit groupe dans un milieu d’accueil de type familial, et le second est conçu pour une intervention de groupe et s’adresse davantage aux éducateurs issus de centres de réadaptation, de résidences de groupe ou de maisons d’accueil. Ces deux volets de la formation se distinguent par leur mise en œuvre auprès des parents et des intervenants, mais également par certaines activités. La plupart des éléments explorés demeurent les mêmes : le développement psychosexuel chez l’enfant, les comportements sexuels sains et problématiques, l’agression sexuelle, la communication sur la sexualité et les activités d’animation du programme, mais ils sont présentés de façon différente. Le volet conçu pour les éducateurs aborde également les principes d’animation de groupe.

20La durée de formation varie selon le volet. Pour les éducateurs, 18 heures de formation sont dispensées (trois journées), alors que les familles d’accueil bénéficient de 21 heures de formation (demi-journées).

21Durant l’implantation du programme, les éducateurs ont une rencontre toutes les deux semaines, qui vise à les soutenir dans la préparation des rencontres à venir, à faire un retour sur le déroulement des rencontres avec les jeunes et à leur donner des outils pour améliorer l’animation auprès des jeunes. Ces rencontres permettent également à l’équipe de mieux connaître ce qui fonctionne bien auprès des jeunes, et ce qui ne fonctionne pas.

stratégies d’intervention et principaux éléments du processus clinique

22Le programme Haut les voiles ! se compare, comme son nom l’indique, à un voyage qui permet à l’enfant en difficulté d’explorer, à chaque rencontre, les différentes facettes de la sexualité. Bien qu’il ne constitue qu’une partie de l’éducation sexuelle formelle que l’enfant recevra tout au long de sa vie, Haut les voiles ! est un point de départ en matière d’éducation à la sexualité. Le programme vise à accompagner l’enfant dans son développement, à le situer par rapport à ses apprentissages antérieurs, actuels et futurs concernant la sexualité, ainsi qu’à développer son savoir et son savoir-être en matière de sexualité.

Un programme adapté aux différents groupes d’âge

23Les activités relatives à chaque thème abordé par le programme ont été conçues en fonction de trois groupes d’âge afin de répondre au niveau de développement des jeunes. Le programme comporte ainsi huit rencontres pour les enfants âgés de 6 à 8 ans, onze rencontres pour les enfants âgés de 9 à 10 ans, et treize rencontres pour les enfants âgés de 11 à 12 ans. Des rencontres d’introduction et de conclusion sont prévues pour chacun des groupes d’âge. Le tableau 1 présente l’ensemble des thèmes abordés.

tableau 1. Thèmes abordés pour chaque groupe d’âge

Thèmes

6-8 ans

9-10 ans

11-12 ans

Les organes sexuels

x

x

x

La puberté

x

x

La conception, la grossesse et la naissance

x

x

x

L’image corporelle

x

x

x

L’éveil amoureux et sexuel

x

x

L’orientation sexuelle

x

x

Les relations égalitaires

x

x

x

Les frontières personnelles et sexuelles

x

x

x

Les relations sexuelles

x

La sexualité responsable

x

La prévention des agressions sexuelles

x

x

x

24Ainsi, les thèmes, le contenu des rencontres et les activités sont différents selon l’âge. Le thème portant sur les frontières personnelles et sexuelles en est un bon exemple, car il revêt une importance particulière pour les enfants en difficulté. Nombreux sont ceux qui ont grandi dans un milieu familial sans frontières personnelles ou dans un environnement où les frontières ont été outrepassées. Ils arrivent trop fréquemment dans leur milieu substitut sans aucune notion de frontières personnelles et avec des comportements pouvant être intrusifs pour leur entourage.

25La notion de frontières personnelles envahies et respectées est expliquée aux enfants âgés de 6 à 8 ans à l’aide de l’image d’un porc-épic qui peut utiliser ses épines pour se protéger s’il sent que ses frontières personnelles sont envahies. Les enfants apprennent ensuite les moyens à leur disposition pour faire respecter leurs frontières et sont sensibilisés à l’importance de respecter celles des autres. Les mêmes principes sont abordés avec les enfants âgés de 9-10 ans, mais cette fois, sans l’image du porc-épic. L’activité de la période d’intégration est constituée pour eux de mises en situation et d’un jeu du type « serpents et échelles », à travers lesquels ils effectuent leurs apprentissages.

Un programme adapté à la réalité des milieux

26Le programme se compose de deux volets qui ont été élaborés selon le type d’intervention privilégié : en individuel (milieu familial) ou en groupe (milieu de réadaptation). Le volet destiné à l’animation de groupe est conçu pour être mené par deux éducateurs, idéalement un homme et une femme, avec lesquels l’enfant est familier. Il est à noter en ce qui concerne les maisons d’accueil qu’il leur revient de choisir la version du programme qu’ils jugent la plus appropriée, selon le nombre d’enfants présents et la formation reçue. Dans les deux cas, il est préférable que l’animateur soit une personne avec qui l’enfant se sent à l’aise et en confiance, puisque le thème de la sexualité peut susciter des questionnements, voire éveiller certains sentiments.

27Dans leur implantation, les volets individuel et de groupe se ressemblent sur plusieurs points, mais comportent néanmoins quelques nuances et adaptations, principalement en ce qui concerne le déroulement des activités. Par exemple, dans la version individuelle, les enfants doivent encercler dans leur cahier d’activités les sentiments qu’ils éprouvent avant le début de la rencontre, et les parents en font autant dans une couleur différente. Dans la version de groupe, les enfants choisissent un sentiment figurant sur des cartes qui leur sont offertes et le présentent au groupe. Dans les deux cas, le programme est prévu pour avoir lieu une fois par semaine, et un cahier d’activités est remis à chaque enfant afin qu’il puisse réaliser les activités et conserver l’information qu’il recevra à chaque rencontre.

Un modèle pédagogique intégré aux rencontres

28Chacune des rencontres est divisée de façon à intégrer des éléments de la pédagogie interactive. Le déroulement comprend quatre phases : la période d’accueil, la période d’éveil, la période d’intégration et la conclusion.

29La période d’accueil, intitulée « Aujourd’hui, je me sens… », permet aux enfants et aux animateurs de prendre connaissance des éléments pouvant influencer la rencontre. Les enfants sont ainsi appelés à choisir une carte « sentiment » pour aborder comment ils se sentent avant de commencer. Les animateurs introduisent ensuite brièvement le thème de la rencontre.

30La période d’éveil sert d’élément déclencheur au thème abordé et permet également de motiver les enfants pour les apprentissages qu’ils auront à effectuer. Par exemple, pour le thème portant sur l’image corporelle, les animateurs demandent aux enfants d’imaginer la vie dans un pays où tous les habitants sont identiques. Ils suscitent la discussion à l’aide de questions telles que : Comment les enfants feraient-ils pour se reconnaître les uns les autres ? Est-ce que ça vous arrive de vouloir être identique aux autres ? Pourquoi ? Quels sont les avantages d’être unique ? Il s’agit ici d’en arriver à ce que les enfants comprennent que chaque être humain est unique, a des goûts, des qualités, des habiletés et un corps différents. Les animateurs introduisent alors l’objectif de la rencontre qu’ils s’apprêtent à vivre.

31La phase d’éveil du thème portant sur la puberté vise à motiver le jeune à mieux connaître les changements du cœur, du corps et de la tête associés à la puberté, qui seront vus dans la période d’intégration de la rencontre. On demande aux enfants de décrire ce qu’ils aperçoivent sur une carte maritime spécialement conçue. Les animateurs utilisent l’information donnée par les jeunes et font le parallèle avec la puberté et ses changements qui, comme un voyage, sont remplis d’inconnu, de nouveautés et de découvertes. Cela peut être à la fois insécurisant et excitant. Le rythme personnel auquel chaque enfant se développe est représenté sur la carte par différentes voies navigables. On retrouve également des phares, sur chaque rive, représentant les adultes de confiance autour de l’enfant qui peuvent le guider et le soutenir face aux nombreux changements qu’il vivra. Les animateurs introduisent ainsi chaque message-clé portant sur la puberté à l’aide d’éléments se retrouvant sur la carte maritime.

32La période d’intégration est le cœur de la rencontre. C’est la période pendant laquelle les animateurs partagent les différents contenus à l’aide d’une variété d’activités telles des quiz, des jeux, des dessins, des jeux de rôle, des casse-tête, des questions vrai ou faux, etc. Par exemple, la période d’intégration de la rencontre portant sur l’éveil amoureux et sexuel est faite sous forme d’un courrier du cœur portant sur différents thèmes, dont le sentiment amoureux. Les enfants doivent répondre aux lettres du mieux qu’ils peuvent afin d’aider l’enfant qui pose la question. L’animateur complète l’information à l’aide du contenu du programme.

33La période d’intégration portant sur les relations égalitaires consistera, elle, en une prise de position des enfants, sous forme de jeu, à propos de mises en situation abordant des idées préconçues au sujet des rôles attribués aux filles et aux garçons.

34Les méthodes pédagogiques utilisées pour la période d’intégration varient d’un thème à l’autre, afin de conserver l’attention des enfants au fil du programme.

35La conclusion, intitulée « Ce que je retiens », permet aux enfants d’effectuer une auto-évaluation. Les enfants écrivent une carte postale, reprenant, dans leurs mots, les objectifs de la rencontre. Ils résument ensuite ce qu’ils ont compris et retenu, et les animateurs complètent les informations à l’aide de messages-clés. La rencontre se termine lorsqu’un enfant colle, sur l’affiche de la rose des vents, une étiquette indiquant le thème à venir. Cette étape permet aux enfants de réaliser le chemin parcouru jusqu’à présent à travers ce voyage, puisque, au fil des rencontres, chacune des pointes de la rose des vents oriente les jeunes vers un thème abordé par le programme.

Les conditions de participation

36Toutes les questions de logistique, telles que la durée des rencontres, le nombre de participants et la mixité des groupes, sont laissées à la discrétion des animateurs du programme, qui sont plus à même d’identifier l’organisation optimale. La durée moyenne des rencontres a été estimée à une heure, bien qu’elle puisse varier en fonction de divers facteurs, comme le thème de la rencontre, le nombre d’enfants présents et la dynamique de chaque groupe. Afin d’assurer le bon déroulement des activités et de permettre aux enfants d’échanger, le nombre idéal de participants se situe entre 4 et 6. Au-delà de ce nombre, il est recommandé de scinder le groupe en deux.

37Bien que Haut les voiles ! s’adresse à tous les enfants en difficulté âgés de 6 à 12 ans qui bénéficient des services des centres jeunesse, et ce, quelle que soit la raison pour laquelle ils reçoivent ces services, une attention particulière doit être portée au choix des enfants qui participeront au programme. Plusieurs d’entre eux peuvent avoir été victimes d’agressions sexuelles ou présenter des comportements sexuels problématiques. Il est alors essentiel de s’assurer de ne pas faire se chevaucher le programme et les démarches de traitements entamées. Certains enfants peuvent être très marqués par les conséquences d’agressions sexuelles. On doit alors évaluer la pertinence et le moment idéal pour la participation de l’enfant au programme, en collaboration étroite avec son praticien social.

38Il est possible d’animer ce programme avec des enfants présentant une déficience intellectuelle légère, des retards de développement ou des problèmes de santé mentale en abordant chaque thème plus lentement. Si un seul enfant du groupe de jeunes présente une de ces problématiques, on peut parcourir avec lui la version individuelle du programme, destinée aux enfants vivant en familles d’accueil.

39Il est recommandé que les groupes aient une structure fermée, c’est-à-dire que les mêmes enfants suivent les activités d’une rencontre à l’autre. Cela permet de créer entre eux un climat de confiance qui n’est pas brisé par l’arrivée de nouveaux participants. D’ailleurs, les thèmes sont abordés de façon à ce que les différents savoirs se consolident et se complètent d’une rencontre à l’autre.. Il est possible d’inclure un enfant après avoir repris avec lui, individuellement, les thèmes précédents. Toutefois, les animateurs devront demeurer attentifs à la dynamique de groupe qui peut se modifier après l’arrivée d’un nouveau participant.

40Il est suggéré d’utiliser une salle chaleureuse qui permette de faire des jeux de rôles, des cercles de discussion et où il sera possible de créer une atmosphère dans laquelle tous se sentiront à l’aise. L’endroit doit être calme et intime, afin de favoriser la discussion. La décoration de la salle peut être une activité préparatoire au groupe.

Les valeurs du programme

41Un programme d’éducation à la sexualité ne peut se donner sans transmettre des valeurs : sinon, il s’agirait alors d’une simple transmission de connaissances sur la sexualité ou d’information sexuelle. Or, la sexualité est empreinte de valeurs qui influencent les individus dans leur compréhension et leurs comportements en la matière. Tout en respectant celles des enfants, l’éducateur et le parent d’accueil, par leur rôle de guide et de soutien, doivent aussi tenir compte de leurs propres valeurs afin de bien cibler leurs interventions. Le programme Haut les voiles ! est basé sur les valeurs suivantes : le respect de soi et des autres, une sexualité responsable, l’épanouissement personnel et l’amour.

42Le respect de soi renvoie à l’affirmation et au respect de ses besoins et de ses sentiments. L’appréciation de son corps et l’estime personnelle en font partie. Le respect des autres renvoie aux relations égalitaires et au respect des frontières personnelles et sexuelles d’autrui, peu importe son sexe, sa religion, son orientation sexuelle ou ses caractéristiques physiques.

43Cette valeur est au cœur de la prévention des agressions sexuelles, car elle implique l’enfant dans sa propre sécurité. Il est essentiel de la développer chez les enfants en difficulté, en raison des problèmes reliés à l’établissement des frontières personnelles et du manque d’estime de soi, conséquences de l’abandon et de la maltraitance dont ils ont pu être victimes.

44Pour les enfants âgés de 6 à 12 ans, une sexualité responsable implique principalement la compréhension des conséquences de leurs actes : par exemple, être puni pour ne pas avoir respecté les frontières d’un autre enfant. Cette valeur suggère l’adoption d’un comportement sexuel responsable par rapport à soi, aux autres, à la société et à sa santé (comme utiliser un condom lors d’une relation sexuelle). Elle est essentielle à développer chez les enfants en difficulté, car, à long terme, ces jeunes sont une clientèle plus à risque de contracter une ITS ou de vivre une grossesse précoce.

45L’épanouissement personnel comprend le bien-être de l’enfant, la confiance en soi, l’affirmation de soi et le sens du plaisir. Ce dernier est tributaire de l’épanouissement personnel et n’a de sens qu’à travers le respect de soi-même et d’autrui. Cette valeur est essentielle à transmettre aux enfants en difficulté, car l’éducation à la sexualité vise le développement de leurs qualités et de leurs possibilités, en tenant compte des implications de leur environnement carencé.

46L’amour englobe l’amour de soi, l’appréciation de son corps, l’attachement, la tendresse et l’affectivité. Cette valeur est essentielle chez les enfants en difficulté puisque leur passé fait malheureusement en sorte qu’ils éprouvent fréquemment de la difficulté à s’attacher, à comprendre la signification et l’importance de l’amour et des marques d’affection. Certains enfants en difficulté restent indifférents aux marques d’affection, tandis que d’autres sautent dans les bras des inconnus pour aller chercher attention et affection.

Les principes d’animation du programme

47Bien qu’un des principaux rôles des animateurs dans le cadre du programme Haut les voiles ! soit de guider les enfants et de les motiver, l’animation va plus loin. Les animateurs doivent aussi se préoccuper des comportements de chaque enfant à l’intérieur du groupe. Ce type d’animation s’inspire des trois principes découlant de la pédagogie interactive : la congruence, l’acceptation inconditionnelle de l’autre et l’empathie. Ces trois principes d’animation sont abordés tout au long de la formation.

48La congruence caractérise une personne qui est vraie avec elle-même et avec les autres. Cela suppose une prise de conscience de ses émotions, de ses sentiments, de ses réactions et de ses limites psychologiques, physiques et sociales. En ce qui concerne la sexualité, cette prise de conscience peut se traduire par des questions comme : « Quels sont les comportements sexualisés des enfants qui me rendent inconfortable ? Quelle est l’influence de mon expérience personnelle sur mon intervention en matière de sexualité ? ou Quelles sont mes limites personnelles ? » Par conséquent, devant un thème du programme qui provoque une vive émotion, il faut reconnaître cette émotion et expliquer ce qui suscite la réaction. La congruence implique de s’accepter comme personne avec ses forces et ses limites. Elle nécessite une bonne connaissance de soi et exige que l’on soit vrai et franc avec soi, mais aussi avec les enfants.

49L’acceptation inconditionnelle de l’autre, c’est l’acceptation de l’enfant tel qu’il est, avec ses forces, ses limites et ses expériences antérieures. Des questionnements comme « Ai-je une vision négative ou positive des enfants ? » ou « Est-ce que je crois que ces enfants pourront vivre une sexualité saine ? » peuvent orienter une réflexion sur l’acceptation inconditionnelle. Cette acceptation exige de respecter l’enfant et, en retour, lui donne le sentiment d’être accueilli, ce qui favorise le développement de la confiance et de l’estime de soi. Les animateurs doivent veiller à ce que cette acceptation de l’autre se développe chez les autres enfants du groupe.

50L’empathie est l’aptitude à recueillir ce que l’autre cherche à exprimer, à percevoir son monde intérieur, à le rejoindre dans ses valeurs et à se sensibiliser à ses expériences de vie. Des interrogations comme « Suis-je disponible et ouvert à écouter l’enfant ? » ou « Est-ce que j’ai la capacité d’interroger l’enfant de façon à mieux saisir sa perception et sa compréhension des choses ? » peuvent orienter une réflexion sur l’empathie. Elle demande de la part des animateurs une disponibilité, une ouverture et une capacité d’écoute du langage verbal et non verbal de l’enfant. Cette écoute suppose qu’on laisse à l’enfant le temps d’exprimer ses sentiments, ses opinions et ses idées, et qu’on ne le juge pas.

évaluation de l’implantation du programme

51Les informations contenues dans cette section sont une synthèse des résultats présentés dans le rapport de recherche de Tremblay et al. (2009). L’étude a été réalisée aux Centres jeunesse de Lanaudière auprès d’enfants âgés de 6 à 12 ans ayant suivi le programme. Tous ces enfants vivant en milieu substitut étaient admissibles, mais ils devaient tout d’abord obtenir le consentement écrit de leur parent ou de la personne en autorité. Parmi l’échantillon de 71 enfants (29 filles et 42 garçons), un peu plus de la moitié vivaient dans un milieu d’accueil de type familial (6 en maison d’accueil et 32 en famille d’accueil), alors que les autres restaient soit dans une résidence de groupe (19) ou dans un centre de réadaptation (14).

52Les groupes d’âge étaient répartis comme suit : 16 étaient âgés de 6 à 8 ans, 23 avaient entre 9 et 10 ans et 32 se situaient dans le groupe d’âge des 11 ans et plus. L’âge moyen de ces enfants se situe à 10 ans. Lors de l’implantation du programme, la répartition des enfants s’est effectuée selon le niveau de maturité perçu par les animateurs. Ainsi, 23 enfants ont suivi le programme adapté pour les 6-8 ans, 16 ont suivi le programme pour les 9-10 ans et 32 ont suivi le programme conçu pour les 11-12 ans.

53Lors des trois années d’implantation du programme Haut les voiles !, un total de 37 parents d’accueil (35 femmes et 2 hommes) ont suivi la formation préalable à l’animation, répondant à l’invitation faite par leur intervenant ressource des Centres jeunesse de Lanaudière. Ceux-ci décidaient ensuite auprès de quel (s) enfant (s) ils souhaitaient implanter le programme. Différents facteurs de sélection étaient utilisés par les familles d’accueil : la durée du placement, la qualité de la relation avec l’enfant, l’âge de l’enfant, son intérêt vis-à-vis de la sexualité, ses capacités cognitives, son passé, etc. La plupart des parents d’accueil étaient âgés de plus de 40 ans (27), alors qu’une dizaine était âgée entre 26 et 40 ans. Une forte proportion parmi eux (25) cumulait entre 3 et 10 années d’expérience auprès des jeunes en difficulté.

54Au total, 29 éducateurs (22 femmes et 7 hommes) ont suivi la formation. La majorité travaillaient en centre de réadaptation (13) ou en résidence de groupe (10) et ils étaient généralement âgés entre 26 et 40 ans (17). Une forte proportion des éducateurs ont étudié en éducation spécialisée (13) ou en psychoéducation (7). Le nombre d’années d’expérience auprès des enfants est assez homogène, bien qu’une forte majorité de ceux ayant suivi la formation (18) cumulent plus de six années d’expérience auprès des jeunes en difficulté.

55L’évaluation de l’implantation du programme Haut les voiles ! et de sa formation s’est effectuée à l’aide d’une méthodologie quantitative et qualitative. Des questionnaires de connaissances et de renseignements généraux ont été utilisés auprès des enfants, des parents d’accueil et des éducateurs. Les familles d’accueil et les éducateurs ont dû remplir un questionnaire de satisfaction et des grilles d’évaluation du processus. Les enfants, les parents d’accueil et les éducateurs ont également été invités à participer à un groupe de discussion.

Évaluation de la formation

56La formation reçue par les parents d’accueil et les éducateurs leur a permis d’augmenter leurs connaissances sur la sexualité en général, et sur celle des enfants en particulier. Plusieurs items du questionnaire de connaissances ont paru nettement mieux assimilés à la seconde distribution du questionnaire, à la fin de la formation, ce qui démontrait une acquisition de connaissances de la part des participants. Parmi ceux-ci, il est intéressant de noter que 14 présentent une amélioration des réponses de plus de 30 %. Ces questions traitent notamment des techniques d’animation ou de communication avec un enfant, des valeurs quant à la sexualité, des comportements sexuels problématiques, des différents facteurs de risque relatifs aux comportements sexuels chez les jeunes en difficulté, de la masturbation chez l’enfant, de l’abus sexuel, de l’éveil amoureux, de la puberté et des frontières personnelles.

57Dans l’ensemble, le niveau de satisfaction quant à la formation est très élevé (70 % des familles d’accueil et 77 % des éducateurs), notamment en ce qui concerne son utilité pour les aider à accompagner les enfants (88 % des familles d’accueil et 91 % des éducateurs) ainsi que sa durée. De plus, les participants considèrent que cette formation a répondu à leurs besoins (82 % des familles d’accueil et 74 % des éducateurs).

58La formation a également contribué à une augmentation statistiquement significative (supérieure au seuil alpha de 0,05) du niveau d’aisance à parler de sexualité des éducateurs et des familles d’accueil. Il est cependant important de préciser qu’avant d’entreprendre la formation, les participants (tant les parents d’accueil que les éducateurs) se considéraient déjà assez à l’aise pour discuter de la plupart des thèmes abordés.

59Sur le plan qualitatif, les témoignages recueillis auprès des parents d’accueil et des éducateurs au sujet de la formation peuvent être résumés de la façon suivante : la formation a été considérée comme pertinente et instructive quant à ses contenus. Le point fort de la formation semble se trouver dans la possibilité qu’elle offre aux participants d’échanger entre eux, de se questionner mutuellement et de réfléchir ensemble. L’ambiance d’échange, de partage, de confiance et de respect qui règne lors des rencontres permet la consolidation des acquis, mais également une forme d’entraide au sein du groupe.

Évaluation de l’implantation du programme

60L’implantation du programme Haut les voiles ! auprès d’enfants vivant en famille d’accueil s’avère une expérience positive et grandement appréciée pour la plupart des parents d’accueil (81 %) et des éducateurs (53 %), tant en ce qui a trait aux apprentissages qu’ils ont pu faire, qu’en ce qui concerne les rapprochements au sein de la famille. Un énoncé dans le questionnaire d’évaluation du processus destiné aux éducateurs révèle que 85 % de ceux-ci auraient implanté les activités dans leur totalité. La majorité des parents d’accueil considèrent que les activités (71 %) et le matériel du programme (73 % des familles d’accueil et 51 % des éducateurs) étaient très adaptés aux groupes d’âge des enfants auprès de qui ils ont implanté le programme. Selon eux, les enfants participaient beaucoup lors des rencontres (74 % des familles d’accueil et 47 % des éducateurs) et les notions transmises semblent avoir été très bien comprises (68 % des familles d’accueil et 43 % des éducateurs). Finalement, en ce qui a trait à la durée moyenne des rencontres avec les jeunes, les parents d’accueil ont répondu qu’environ 30 minutes étaient nécessaires pour animer chacune d’elles, mais que certains thèmes étaient plus longs à traiter. La majorité des éducateurs évaluent que le temps à allouer était en moyenne d’une heure.

Évaluation de la coordination

61Tout au long du processus de formation et d’implantation du programme, les parents d’accueil et les éducateurs étaient invités à contacter la coordonnatrice lorsqu’ils avaient des questions ou faisaient face à un obstacle ou une situation particulière. Le soutien offert par la coordonnatrice a été apprécié et est ressorti comme étant un élément positif, autant pour les parents d’accueil que pour les éducateurs. Il a nourri la motivation des parents et des éducateurs, leur a donné un sentiment de sécurité et a amélioré la qualité des interventions.

Perception du programme

62De manière générale, le programme semble avoir été apprécié tant par les parents d’accueil que par les éducateurs, et ce, tant pour les thèmes abordés que le contenu présenté lors de la formation, dans le guide de l’animateur et dans le cahier d’activités des enfants. Tous les parents d’accueil et les éducateurs s’entendent pour dire que le matériel est sans contredit le point fort du programme. Ils l’ont trouvé utile lors de l’animation des rencontres, et ils ont souligné que les enfants appréciaient le fait d’avoir un cahier bien à eux, auquel ils pouvaient se référer à tout moment.

63En ce qui a trait à l’appréciation du programme par les enfants, ceux-ci ont mentionné en focus group avoir particulièrement apprécié le fait que ce programme soit donné par des personnes connues (parents d’accueil ou éducateurs). Cela confirme la pertinence du choix des intervenants et de la décision de mettre l’accent sur le savoir-être lors de la formation. En plus d’avoir apprécié les rencontres, les parents d’accueil et les éducateurs disent avoir acquis beaucoup de nouvelles connaissances et habiletés. Bien que la plupart des enfants rapportent avoir aimé la totalité du programme, les thèmes préférés par la plupart d’entre eux sont les frontières personnelles et sexuelles, la prévention de l’agression sexuelle et l’éveil amoureux et sexuel.

Impacts du programme

64Lors des focus groups, les parents d’accueil et les éducateurs ont indiqué que les enfants avaient réagi positivement à l’implantation du programme et qu’ils s’étaient investis tout au long de la démarche. Quelques parents d’accueil rapportent également avoir remarqué certains changements de comportements chez les enfants hébergés, qu’ils attribuent à l’implantation du programme dans leur milieu. Parmi ces changements, ils ont observé, entre autres, une diminution de la gêne à discuter de sexualité, l’utilisation des mots appropriés pour parler des organes sexuels ainsi que certains changements dans la perception de leur image corporelle.

65L’impact perçu chez les enfants le plus fréquemment mentionné est l’adoption de comportements visant à faire respecter ses frontières personnelles et celles des autres. La plupart des parents d’accueil ont également souligné leur appréciation du programme en lien avec l’impact positif observé sur la dynamique familiale, et ce, tant pour ce qui est de leur propre relation avec l’enfant qu’en ce qui a trait aux relations entre les enfants, maintenant agrémentées d’une complicité qui n’était pas là avant. Pour plusieurs parents d’accueil et également de nombreux enfants, ces rencontres étaient des moments privilégiés où ils pouvaient discuter de sexualité et poser des questions dans un contexte d’intimité et d’apprentissage.

***

66Au Québec, peu de programmes d’éducation à la sexualité sont destinés aux enfants âgés de 6 à 12 ans et, parmi ceux-ci, rares sont ceux qui sont adaptés aux enfants en difficulté, notamment à ceux qui vivent hors de leur milieu familial naturel. Les évaluations de ces programmes se font encore plus rares. Haut les voiles ! s’adresse ainsi à une clientèle qui, jusqu’à maintenant, a peu bénéficié de programmes d’éducation à la sexualité, et l’évaluation d’implantation qui a été menée ajoute encore à son caractère unique.

67Les enfants en difficulté présentent des caractéristiques particulières liées à des expériences passées difficiles. Ces particularités font en sorte qu’ils ont des besoins d’éducation à la sexualité spécifiques, tant pour ce qui est de la forme, du contenu que de l’approche à privilégier. Ces particularités ont été prises en considération dans l’élaboration de Haut les voiles !. Les nombreuses demandes faites par les parents d’accueil et les éducateurs désireux d’être aidés et mieux outillés pour répondre à certaines situations liées à la sexualité des jeunes auxquels ils se consacrent constituent la base de la conception de la formation. Chaque volet du programme et la formation afférente sont ainsi au plus près de la réalité des clientèles à laquelle ils s’adressent. C’est là, sans contredit, l’un des aspects qui a favorisé la réussite du projet.

Bibliographie

références

Agence de santé publique du Canada (2006), Infections transmises sexuellement chez les jeunes de la rue au Canada : Constatation découlant de la surveillance accrue des jeunes de la rue au Canada entre 1999 et 2003, Ottawa, ASPC.

Arriola, K. R. et al. (2005), « A meta-analysis of the relationship of child sexual abuse to HIV risk behaviour among women », Child Abuse and Neglect, vol. 29, p. 725-746.

Centres jeunesse de Montréal (2001), Grandir : Programme d’éducation sexuelle à l’enfance, Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire.

Denommé, J. M. et M. Roy (1998), Pour une pédagogie interactive : la triade étudiant-enseignant-environnement, Montréal, Gaëtan Morin.

Durocher, L., S. Young et F. Duquet (2001), « Guide de réflexion et d’intégration de la dimension de la sexualité dans l’intervention », Montréal, Les Centres jeunesse de Montréal et Direction de la Santé publique, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre.

Friedrich, W. N. et al. (1992), « Child sexual inventory: Normative and clinical comparaisons », Psychological Assessment, vol. 4, p. 303-311.

Friedrich, W. N. (1990), Psychotherapy with sexually abused children and their families, New York, W. W. Norton.

Friedrich, W. N. (1993), « Sexual behavior in sexually abused children », Violence Update, vol. 3, p. 7-11.

Friedrich, W. N. (1995), « The clinical use of the child sexual behavior inventory: Commonly asked questions », The APSAC Advisor, vol. 8, p. 17-20.

Gagnon, M. M., C. Tremblay et H. Bégin (2006), « Intervention de groupe auprès d’enfants présentant des comportements sexuels problématiques : un programme novateur au Québec », Revue québécoise de psychologie, vol. 27, p. 203-220.

Gagnon, M. M., H. Bégin et C. Tremblay (2006), « Émergence des comportements sexuels problématiques chez les enfants : éléments de compréhension », Revue de psychoéducation, vol. 35, no 1, p. 95-120.

Gil, E. et T. C. Johnson (1993), Sexualized Children – Assessment and Treatment of Sexualized Children and Children Who Molest, Rockville, Launch Press.

Goulet, J.-P. (1994), « À la recherche des fondements éducatifs d’une approche par compétences », Pédagogie collégiale, vol. 8, no 2, p. 18-25.

Hornor, G. (2004), « Sexual behavior in children: normal or not? », Journal of Pediatric Health Care, vol. 18, no 2, p. 57-64.

Hoyle, S. G. (2000), The sexualized child in foster care: A guide for parents and other professionals, Washington, CWLA Press.

Johnson, T. (1988), « Child perpetrators - Children who molest other children. Preliminary findings », Child Abuse and Neglect, vol. 12, p. 219-229.

Johnson, T. (1989), « Female child perpetrators-children who molest other children: Preliminary findings », Child Abuse and Neglect, vol. 13, p. 371-585.

Johnson, T. (1999), Understanding your child’s sexual behavior – What’s natural and healthy, Oakland, New Harbinger.

Lasnier, F. (2000), Réussir la formation par compétences, Montréal, Guérin.

Otis, J., E. Roy, R. Burelle et C. Thabet (1997), « Le sida et ses répercussions chez les adolescents », dans Lévy, J.-J. et H. Cohen (dir.), Le sida, aspects psychosociaux, culturels et éthiques, Montréal, Éditions du Méridien.

Otis, J., D. Médico et J.-J. Lévy (2000), « La prévention des maladies transmissibles sexuellement et de l’infection par le VIH chez les adolescents », dans Vitaro, F. et C. Gagnon, Prévention des problèmes d’adaptation chez les enfants et les adolescents. Tome II : Les problèmes externalisés, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université du Québec, p. 494-555.

Pauzé, R., J. Toupin, M. Déry et H. Mercier (2000), « Portrait des jeunes inscrits à la prise en charge des centres jeunesse du Québec et description des services reçus au cours des premiers mois. Volet 1 – Les soins aux jeunes en difficulté », rapport de recherche QC-411, Montréal, ACJQ.

Pauzé, R., J. Toupin, M. Déry, H. Mercier et J. Joly (2004), « Portrait des jeunes âgés entre 0 et 17 ans référés à la prise en charge des centres jeunesse du Québec, leur parcours dans les services et l’évolution dans le temps », rapport de recherche, Montréal, ACJQ.

Pithers, W. D. et A. Gray (1998), « The other half of the story: Children with sexual behavior problems », Psychology, Public Policy, and Law, vol. 4, p. 200-217.

Programme national de formation (2005), Tronc commun réseau – compétences génériques pour intervenir auprès des familles en difficulté (Partie I), Cahier du participant, Québec, PNF.

Steel, J. L. et C. A. Herlitz (2004), « The association between childhood and adolescent sexual abuse and proxies for sexual risk behaviour: A random sample of the general population of Sweden », Child Abuse and Neglect, vol. 29, no 10, p. 1141-1153.

Tremblay, C. et al. (2007), Haut les voiles ! Programme d’éducation à la sexualité destiné aux enfants en difficulté âgés entre 6 et 12 ans, Les Centres jeunesse de Lanaudière.

Tremblay, C. et al. (2007), Formation sur Haut les voiles ! Programme d’éducation à la sexualité destiné aux enfants en difficulté âgés de 6 à 12 ans, Les Centres jeunesse de Lanaudière.

Tremblay, C., M. M. Gagnon et M.-A. Bossé (2002), « Analyse des besoins de formation des intervenants et des enfants en difficulté de 6 à 12 ans concernant l’éducation à la sexualité », rapport de recherche, Direction de la santé publique de Lanaudière, RRSS de Lanaudière et Centres jeunesse de Québec-Institut Universitaire.

Tremblay, C. et al. (2009), Développement et évaluation de l’implantation du programme d’éducation à la sexualité Haut les voiles ! et de sa formation, Les Centres jeunesse de Lanaudière.

Van Goozen, S. H. M. et al. (2002), « Preference for aggressive and sexual stimuli in children with disruptive behavior disorder and normal controls », Archives of Sexual Behavior, vol. 31, no 3, 247-253.

Notes

1 La conception et l’évaluation de ce programme a été rendue possible grâce à une subvention de la Stratégie nationale pour la prévention du crime.

Auteur

Sexologue. Agente de planification, de programmation et de recherche, CJ Lanaudière

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter