Version classiqueVersion mobile

Le leadership partagé

 | 
Édith Luc

Conclusion

Texte intégral

1Il y a un siècle à peine, les travailleurs des sociétés industrielles avaient peu de droits. Ils effectuaient leurs tâches dans des conditions inhumaines, parfois au péril de leur vie. S’objecter à leurs conditions de travail signifiait risquer de perdre leur gagne-pain. Peu instruits, les travailleurs dépendaient largement des compétences des dirigeants qui encadraient leurs actions. La gestion du personnel se fondait à l’époque sur une conception très claire de l’autorité et de l’obéissance. Les décisions étaient prises dans un contexte prévisible et selon un modèle très hiérarchisé.

2Ce modèle n’a plus cours aujourd’hui. Les travailleurs des sociétés développées ont de plus en plus de droits et les réseaux sociaux virtuels donnent une voix à tous, sans égard au statut. Dans nos sociétés et nos organisations contemporaines, les décisions doivent se prendre rapidement, dans un contexte hautement imprévisible, et qui plus est les gestionnaires souhaitent profiter de l’apport de leurs employés. Les équipes constituent désormais le cœur des organisations, au sein desquelles les travailleurs n’offrent plus leur force musculaire, mais plutôt leur savoir et leur créativité.

3En parallèle, l’individualisme a gagné du terrain. Fruit des droits humains, de l’accès à l’éducation et de la spécialisation des tâches, il contribue aussi à la vénération du profit personnel au détriment des collectivités et du développement durable. Or, ce mode égocentrique d’agir et de penser a atteint lui aussi son seuil d’absurdité. Il suffit de penser aux scandales financiers et aux désastres écologiques actuels pour mesurer le chaos qu’il engendre.

4C’est dans ce contexte qu’une nouvelle manière de concevoir les rapports dans les organisations et la société est en train de prendre forme. Praticiens et chercheurs mettent de plus en plus de côté la conception limitative du leadership comme mode d’influence verticale d’une personne ou d’une élite sur d’autres personnes. Le leadership vertical, qui fait du leader une personne aux vertus supérieures, a perdu sa prépondérance. L’autorité aura toujours sa place, mais elle s’exercera dorénavant de concert avec les autres interlocuteurs dans la poursuite d’un but commun. Le leadership de tous – le leadership partagé – est maintenant requis à tous les niveaux de l’organisation et de la société pour éviter les abus de toutes sortes et améliorer le sort de chacun.

5Chaque individu peut jouer un rôle dans l’exercice du leadership en se permettant d’influencer vers le haut (ou vers le bas), en mobilisant ses collègues, en remettant en question les façons de faire. C’est seulement de cette manière que nous saurons nous rendre utiles au sein de nos com munautés respectives. Ce sens donné à notre leadership individuel et collectif génère une énergie qui transcende tous les conforts matériels possibles. La collaboration avec nos semblables est garante d’un plaisir à œuvrer ensemble que l’individualisme avait relégué aux oubliettes et dont les technologies neurologiques confirment l’existence.

6Pour exercer ce leadership, source d’une énergie inépuisable, il nous faut dialoguer autrement avec nos semblables afin de mieux nous comprendre et de trouver ensemble des solutions à nos défis communs. Ce dialogue supérieur est fondé sur la coopération et non la compétition. Il se fonde sur la capacité d’intégrer des perspectives diverses et non sur l’imposition d’une vision unique du monde.

7Il nous faut aussi puiser dans notre propre capital de leadership. Fondé sur l’observation de leaders de divers horizons et sur des entretiens avec eux, cet ouvrage vise à montrer comment développer le capital de leadership unique en chacun de nous. Car le leadership se cultive jour après jour, un geste à la fois. Les stratégies décrites dans ce livre ont pour objectif d’actualiser cette force latente afin qu’elle soit mise au service de notre propre bien-être et de celui de nos semblables.

8Le leadership partagé est une puissance collective issue du leadership de chacun, mue par un désir commun d’améliorer la vie d’autrui, centré autour d’un but commun et dans le respect des responsabilités. C’est dans cette optique que, de tout temps, des individus se sont ralliés, ont fait fi du conformisme ambiant et se sont levés pour devenir des êtres libres au service de leur communauté.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search