Version classiqueVersion mobile

Introduction à la politique africaine

 | 
Mamoudou Gazibo

Troisième partie. Les politiques de reconstruction à l'époque des défis de la gouvernance

11. L’intégration économique

Texte intégral

  • 1 Daniel C. Bach, « Revisiting a Paradigm », dans Daniel C. Bach (dir.), Regionalism in Africa: Inte (...)

1L’idée que les pays africains doivent aller vers une intégration économique s’est développée en quatre moments, en plus de s’inspirer également des idées précoces d’intégration politique évoquées au chapitre précédent. Le premier moment de l’intégration est antérieur à l’indépendance des États puisqu’il commence à l’époque coloniale, notamment dans les colonies françaises regroupées, comme nous l’avons rapidement mentionné au chapitre 2, en deux grands ensembles politico-économiques : l’Afrique occidentale française (AOF) et l’Afrique équatoriale française (AEF). Ces ensembles ont été dissous à la veille des indépendances des années 19601. Mais non seulement sur le plan politique les indépendances ont-elles vu la naissance de l’organisation de l’Unité africaine présentée au chapitre précédent, mais sur le plan économique d’importants héritages ont subsisté, symbolisés notamment par le franc CFA (communauté financière africaine), la monnaie commune à la quinzaine de pays qui constituent cette zone et qui sont majoritairement d’anciennes colonies françaises ayant gardé la monnaie instituée avant les indépendances en AOF et en AEF.

  • 2 Walter Kennes, « African Regional Economic Integration & the European Union », dans Daniel C. Bach (...)

2Trois autres moments peuvent être déterminés dans le processus d’intégration en Afrique : les initiatives de création d’organisations régionales dans les années 1970 et 1980 ; la réorientation de ces organisations et les débuts de la dynamique d’intégration continentale dans les années 19902 ; l’émergence du NEPAD liée à celle de l’UA en 2000. Nous passons brièvement en revue les deuxième et troisième moments pour nous arrêter plus longuement sur le NEPAD et nous interroger sur sa capacité à répondre aux défis de la gouvernance en Afrique.

L’intégration économique des indépendances aux années 2000

3Cette période correspond aux deuxième et troisième moments de l’intégration économique, à savoir les années d’indépendances caractérisées par la création tous azimuts d’organisations dans une logique généralement régionale ; et les années 1990 caractérisées d’une part, pas la réorientation de la philosophie de l’intégation et d’autre part, par les débuts de sa continentalisation.

Les initiatives d’intégration économique de l’indépendance aux années 1980

4L’émergence tous azimuts d’institutions régionales après les indépendances constitue le deuxième moment dans la dynamique de l’intégration économique sur le continent. Les États, étant conscients de leur faiblesse, tentent d’y remédier en s’associant pour former des ensembles plus larges et plus efficaces. On assiste alors à une véritable prolifération des organisations régionales.

  • 3 Peter J. Schaeder, African Politics and Society: A Mosaic in Transformation, Boston/New York, Bedf (...)

5À la fin des années 1980, qui correspond à la fin de cette deuxième vague, le continent comptait pas moins de 160 organisations consacrées à cette intégration régionale3, qu’il est donc impossible d’étudier de manière exhaustive ici. On se contentera de recenser les principaux ensembles régionaux.

carte 11.1. Quelques organisations d’intégration régionale

carte 11.1. Quelques organisations d’intégration régionale

à titre d’exemple, la communauté économique et monétaire de l’afrique centrale (cemac)
À titre d’exemple, la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC)
Elle regroupe l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) et l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC) et a pour mission :
– d’établir une union de plus en plus étroite entre les peuples des États membres pour raffermir leurs solidarités géographique et humaine ;
– de promouvoir les marchés nationaux par l’élimination des entraves au commerce intercommunautaire, la coordination des programmes de développement, l’harmonisation des projets industriels ;
– de développer la solidarité des pays membres au profit des pays et régions défavorisés ;
– de créer un véritable marché commun africain.
Les institutions du CEMAC sont :
– la Conférence des chefs d’État chargés de définir la politique de la Communauté et d’orienter l’action de l’UEAC et de l’ UMAC ;
– le Conseil des ministres qui assure la direction de l’ UEAC ;
– le Secrétariat exécutif, siégeant à Bangui (République centrafricaine) ;
– la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), siégeant à Yaoundé (Cameroun) qui définit et conduit la politique monétaire ;
– la Cour de Justice communautaire installée à N’djamena (Tchad).

  • 4 Walter Kennes, « African Regional Economic Integration », p. 28.

6Ce schéma propre à la CEMAC est relativement commun aux différentes organisations régionales, nonobstant les différences liées aux missions sectorielles qui leur sont assignées. Comme le relève W. Kennes, bien que des succès aient été enregistrés dans certains domaines, les résultats en termes de réalisation de marchés plus larges et plus efficaces n’ont pas été atteints4 alors même qu’il s’agit là de l’objectif ultime commun à la plupart de ces institutions.

  • 5 Olatunde B. J. Ojo, « Integration in ECOWAS: Successes and Difficulties », dans Daniel C. Bach (di (...)

7En matière de bilan, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)5 est l’institution qui est allée le plus loin dans l’intégration avec l’introduction d’un passeport commun, la libre circulation des personnes et, à l’exception des pays anglophones et de la Guinée-Conakry, une monnaie et des politiques douanières et économiques communes assurées par le biais de l’introduction de critères de convergence que chaque État s’engage à remplir. La CEDEAO est aussi l’une des rares organisations à avoir mis sur pied une force (la Force ouest-africaine d’intervention [ECOMOG]) intervenant directement dans des pays membres, au Liberia et en Sierra Leone, et contribuant au retour à la paix.

  • 6 Richard Ilorah, « NEPAD: The Need and Obstacles », African Development Bank, 2004, p. 233-234.

8On a pu affirmer que la coexistence entre des géants et des nains, les rivalités internes et les réticences à renoncer à des domaines de souveraineté sont autant d’éléments qui nuisent fortement aux possibilités de succès de ces ensembles6. Daniel Bach note ainsi qu’

  • 7 Daniel Bach, « Régionalismes, régionalisation et globalisation », dans Mamoudou Gazibo et Céline T (...)

[E] n Afrique, les seuls cas de régionalisme associé à des transferts de souveraineté formalisés et effectifs sont ceux de la zone CFA et de la SACU. Dans chaque cas, l’intégration procède du contrôle hégémonique exercé par un État, l’Afrique du Sud dans le cas de la SACU, la France pour ce qui est de la zone CFA. En Afrique australe comme pour la zone CFA, c’est un core state, et non une institution supranationale qui garantit et régule l’intégration7.

9On insiste de même sur la sempiternelle question des moyens de fonctionnement qui font défaut à ces organisations, leur démultiplication et les chevauchements de leurs missions. Cette phase du processus d’intégration a donc eu des résultats mitigés.

carte 11.2. La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC)

carte 11.2. La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC)

La réorientation de l’intégration et la dynamique continentale des années 1990

  • 8 Walter Kennes, « African Regional Economic Integration », p. 30.

10Le troisième moment de l’intégration économique est à cheval sur les années 1980 et 1990. Il s’explique d’abord par la faiblesse des résultats des initiatives précédentes. En réponse à ces faiblesses, on a soit créé de nouvelles organisations, comme la Communauté des États sahélo-sahariens regroupant 23 pays et créée à l’initiative de la Libye qui abrite son siège, soit réformé certaines des organisations existantes mentionnées ci-dessus pour les adapter à ce qu’on a appelé « le nouveau régionalisme ». Tel que le montre Kennes, ce nouveau régionalisme induit un changement des caractéristiques des politiques d’intégration et se traduit, entre autres, par l’harmonisation des politiques macroéconomiques (monétaire et fiscale) ; la standardisation des normes et procédures techniques ; ou encore la libéralisation des échanges dans le domaine financier8.

11À titre d’exemple, l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA) s’est transformée en Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), ce qui implique notamment une politique de surveillance multilatérale des politiques macroéconomiques au sein des États membres, qui ont signé un pacte afin d’harmoniser leurs économies. L’UEMOA a créé un mécanisme communautaire de définition et de suivi de la mise en œuvre des politiques économiques dans les États membres en établissant des critères de convergence auxquels chaque pays devait s’efforcer de satisfaire sous peine de sanctions.

les critères du pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité entre les états membres de l’uemoa en 2005
Le Pacte de convergence définit huit critères que les États doivent satisfaire pour créer la convergence de leurs économies respectives. Ils sont présentés et chiffrés comme suit.
Article 18
Les critères de premier rang sont au nombre de quatre (4). Ils se présentent comme suit :
– Ratio du solde budgétaire de base rapporté au PIB nominal (critère clé) : il devrait être supérieur ou égal à 0 % en l’an 2005 ;
– Taux d’inflation annuel moyen : il devrait être maintenu à 3 % au maximum par an ;
– Ratio de l’encours de la dette intérieure et extérieure rapporté au PIB nominal : il ne devrait pas excéder 70 % en l’an 2005 ;
– Arriérés de paiement :
• arrières de paiement intérieurs : non-accumulation d’arrières sur la gestion de la période courante ;
• arriérés de paiement extérieurs : non-accumulation d’arrières sur gestion de la période courante.
Article 19
Les critères de second rang, au nombre de quatre (4), sont les suivants :
– Ratio de la masse salariale sur les recettes fiscales : il ne devrait pas excéder 35 % ;
– Ratio des investissements publics financés par les ressources internes rapportés aux recettes fiscales : il devrait atteindre au moins 20 % ;
– Ratio du solde extérieur courant hors transferts publics par rapport au PIB nominal : il devrait être supérieur ou égal à-5 % ;
– Taux de pression fiscale : il devrait être supérieur ou égal à 17 %.

Source : Acte additionnel no 03/2003 modifiant l’acte additionnel no 04/99 du 8 décembre 1999 portant Pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité entre les États membres de l’UEMOA.

tableau 11.1. Aperçu de la transformation de quelques institutions régionales dans le sens du nouveau régionalisme

Institution

Année de la réforme

SAADC

Devient la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) en 1993

Zone d’échanges préférentiels (ZEP)

Devient le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) en 1993

CEDEAO

Traité révisé en 1993

Union monétaire ouest-africaine (UMOA)

Devient l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) en 1995

UDEAC

Devient la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) en 1994

Communauté des États sahélosahariens (CEN-SAD)

Créée en 1998, devient une communauté économique régionale en 2000

Source : Tableau construit en partie à partir de Walter Kennes, « African Regional Economic Integration », p. 31.

12Sous l’impulsion du nouveau régionalisme, ce processus de transformation a affecté la plupart des organisations régionales, comme l’illustre bien le Tableau 11.1.

  • 9 Capitale économique du Nigeria.

13Ce troisième moment de l’intégration s’explique ensuite par l’émergence de dynamiques d’intégration à l’échelle mondiale qui ont eu un effet de contagion sur la dynamique de l’intégration en Afrique en provoquant l’émergence de programmes d’envergure non plus régionale, mais continentale. On pense notamment aux leçons de l’intégration européenne avec l’accélération des politiques extérieures communes, des politiques de défense et monétaire, ou encore à la création de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Ces idées ont été diffusées très tôt en Afrique, parfois dès le début des années 1980, et ont entraîné non pas la création d’institutions, mais des initiatives et des plans. On peut retenir trois d’entre eux. Le premier est le Plan d’action de Lagos9 pour le développement de l’Afrique : 1980-2000, le plus connu, né du sommet économique de l’OUA tenu au Nigeria en 1980. Le deuxième est le Programme prioritaire de redressement économique en Afrique (PPREA), adopté en 1985 par l’OUA. Et le troisième est le traité d’Abuja sur la Communauté économique africaine (CEA) datant de 1991. Ces trois projets étaient à la fois différents et interdépendants. Partant du constat que la crise africaine venait de l’extraversion du continent et d’un ordre économique international défavorable, le plan d’action de Lagos avait pour but de favoriser le développement, de lutter contre le sous-emploi, et surtout de favoriser une croissance endogène par la création d’un marché commun de l’Afrique et d’une communauté économique africaine. Quant au PPREA, il visait, entre autres priorités, à s’attaquer à la sécheresse et à la désertification en vue de diminuer la pénurie alimentaire grâce à l’aide de la communauté internationale. Enfin, l’AEC, qui concrétise en quelque sorte un des objectifs tracés lors de l’adoption du plan d’action de Lagos 10 ans plus tôt, donnait ainsi forme à ces objectifs économiques (avec un horizon fixé à 2025), en prônant la mobilisation des ressources sur le plan continental et la coordination et l’harmonisation des politiques économiques entre pays africains.

carte 11.3. Trois des plus grands ensembles d’intégration économique en Afrique : la CEN-SAD, l’UEMOA et la COMESA

carte 11.3. Trois des plus grands ensembles d’intégration économique en Afrique : la CEN-SAD, l’UEMOA et la COMESA
  • 10 Richard Ilorah, « NEPAD : The Need and Obstacles », African Development Bank, 2004, p. 237.
  • 11 Daniel Bach, « Régionalismes, régionalisation et globalisation », p. 349.
  • 12 Crawford Young, The African Colonial State in Comparative Perspective, New Haven, Yale University (...)

14L’échec de ces projets qui, en réalité, n’ont jamais été mis en œuvre, s’explique principalement par un manque de fonds. Toutefois, deux autres raisons sont fréquemment avancées. La première est institutionnelle, car, comme le dit Richard Ilorah, l’OUA, qui était le maître d’œuvre de ces initiatives, n’était pas armée (ni même conçue) pour mettre en place des politiques économiques concertées à l’échelle continentale10. Daniel Bach estime ainsi à propos des objectifs assignés à cette institution en matière d’intégration que « [P] rès de deux décennies après l’adoption du plan d’Abuja (1991), rien ne permet de conclure que la mise en œuvre d’un marché commun continental soit en passe de se concrétiser à l’horizon 202511. » Ensuite, les initiatives internationales concurrentes, notamment le rapport Berg de la Banque mondiale, qui date de la même époque que le Plan d’action de Lagos, ont considérablement contribué à rendre les plans africains caducs. En effet, comme le montre C. Young, alors que le Plan d’action de Lagos voyait la crise africaine comme le produit de dynamiques exogènes, en particulier l’échange inégal produit par l’ordre économique international, le rapport Berg voyait la crise africaine comme une crise interne due à la mauvaise gestion des économies qui crée des déséquilibres macroéconomiques. Finalement, c’est la vision de la Banque qui a prévalu et ouvert l’ère des politiques d’ajustement structurel (PAS)12 qui vont balayer presque l’ensemble du continent entre 1983 et 1999, date à laquelle elles deviennent les « Documents stratégiques de réduction de la pauvreté » (DRSP). Cette date est aussi le point de départ de la quatrième phase de l’intégration économique en Afrique avec l’émergence du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique dans les politiques d’intégration économique

  • 13 NEPAD, « Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique », dans New Partnership for Africa (...)
  • 14 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2002, Washington (DC), 2002, p. 10.

15L’idée d’adopter un plan de l’envergure du NEPAD découle du constat établi par ses concepteurs de l’ampleur de la crise africaine : avec 800 000 000 d’habitants et 30 % des ressources minérales, l’Afrique représente moins de 1 % du commerce mondial et la moitié de sa population vit avec moins d’un dollar par jour13. La moitié des conflits dans le monde se déroulent sur le continent et le sida fait des ravages dans de nombreux pays. En termes économiques, l’Afrique s’est appauvrie selon le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) : en 2002, 20 pays étaient plus pauvres qu’en 1990 et 23 l’étaient plus qu’en 197514. Par ailleurs, le continent compte 34 des 48 pays les moins riches de la planète selon les classements du PNUD.

  • 15 NEPAD, « Nouveau partenariat », p. 10.

16C’est face à ces constats qu’a émergé l’idée du NEPAD. Pour les gouvernements africains, le NEPAD constitue un cadre inédit d’interaction politique et économique entre, d’une part, les pays africains engagés dans une dynamique de développement commune et, d’autre part, le reste du monde, notamment les pays occidentaux qui sont appelés à s’engager dans un partenariat avec l’Afrique15.

17L’émergence du NEPAD s’explique aussi par le contexte africain de la fin des années 1990. Il est étroitement lié aux avancées démocratiques sur le continent et à deux initiatives sud-africaine et sénégalaise : le Millennium Partnership for the African Recovery Program du président sud-africain Thabo Mbeki et le Plan Oméga pour l’Afrique du président sénégalais Abdoulaye Wade. Ces deux initiatives, qui visaient à poser les bases d’un nouveau départ pour l’Afrique, ont fusionné pour donner naissance à la Nouvelle initiative africaine (NIA) adoptée par le sommet des chefs d’État africains de Lusaka (Zambie) des 6 et 7 juillet 2001, qui décida d’élargir le comité de mise en œuvre à quinze membres en y ajoutant deux chefs d’État par région. En octobre 2001, le comité changea l’appellation NIA pour celle de NEPAD. Ce processus s’opérant parallèlement à la création de l’UA, le NEPAD a alors été endossé par l’Union comme nouveau cadre continental devant définir les priorités africaines et régir ses rapports avec l’extérieur en matière de développement.

Les axes principaux du NEPAD

18On peut regrouper les objectifs du NEPAD en deux grandes catégories du point de vue de l’intégration africaine : les objectifs d’ordre économique et les objectifs d’ordre politique.

L’axe économique

19Sur le plan économique, on peut lire dans le document de base que le NEPAD vise à « éradiquer la pauvreté sur le continent et à placer les pays africains, individuellement et collectivement, sur la voie d’une croissance et d’un développement durables pour mettre ainsi un terme à la marginalisation de l’Afrique dans le contexte de la mondialisation ». Cet objectif global a deux orientations. D’une part, il s’agit de « restaurer et maintenir la stabilité macro-économique, en particulier en mettant au point des normes et cibles appropriées en matière de politiques monétaires et budgétaires et en instaurant des cadres institutionnels adéquats pour en assurer la réalisation ». Dans cette optique, les concepteurs du NEPAD veulent « une croissance annuelle moyenne du produit intérieur brut (PIB) de plus de 7 pour cent […] pendant les 15 prochaines années ». D’autre part, sur le plan microéconomique, ils visent plusieurs objectifs dont, entre autres, « réduire de moitié, [à l’horizon] 2015, le pourcentage de gens vivant dans des conditions d’extrême pauvreté » ou encore « assurer la scolarisation de tous les enfants en âge de fréquenter les écoles primaires d’ici 2015 ».

20Des objectifs plus spécifiques ont été énoncés sur la base des thèmes prioritaires établis par les promoteurs du NEPAD : bonne gouvernance publique ; bonne gouvernance de l’économie privée ; infrastructure ; éducation ; santé ; nouvelles technologies de l’information et de la communication ; agriculture ; environnement ; énergie ; accès aux marchés des pays développés et flux des capitaux. Concernant le financement de ces secteurs prioritaires, deux visions existent : l’idée (à la suite de A. Wade) que la solution viendra par une insertion « gagnante » de l’Afrique dans la mondialisation et l’économie de marché et par l’appel à l’investissement privé ; et celle (inspirée de T. Mbeki) insistant sur l’appui des pays riches en matière de réduction de la dette et d’augmentation de l’aide publique au développement (APD) pour s’approcher de l’objectif de 0,7 % du PNB des pays riches consacré à l’APD, qui est loin d’être atteint puisque peu de pays dépassent le seuil de 0,3 %.

21En ce qui a trait à la mise en œuvre du plan, ses promoteurs ont décidé de se doter d’un comité de pilotage auquel participe un délégué de chaque pays membre. Il a été dirigé à ses débuts par le professeur sud-africain Wiseman Nkuhlu. Les projets ont été organisés en cinq zones géographiques (nord, sud, est, ouest et centre) chargées chacune de coordonner la mise en œuvre de certaines priorités.

supervision des projets dans les différents domaines prioritaires par régions
Nigeria : programmes de bonne gouvernance politique
Afrique du Sud : bonne gouvernance économique et flux de capitaux
Égypte : accès aux marchés et diversification de la production
Sénégal : infrastructures, NTIC, environnement, énergie
Algérie : développement humain

22Certains de ces projets connaissent un début d’exécution. Ainsi, les 15, 16 et 17 avril 2002 avait lieu, au Sénégal, la conférence de Dakar sur la participation du secteur privé au financement du NEPAD. Au cours de ce sommet consacré aux priorités dévolues à ce pays, des projets tels que l’autoroute côtière transnationale longue de 4560 km, reliant Nouakchott à Lagos, et le chemin de fer d’interconnexion, reliant le Bénin, le Burkina, le Niger et le Togo, ont fait l’objet d’évaluations chiffrées oscillant entre deux et dix milliards de dollars. Ils sont en phase de réalisation ou de préparation.

L’axe politique du NEPAD

23Le programme comprend aussi un axe politique qui comporte des dimensions symboliques et des mesures pratiques. L’aspect symbolique provient notamment du plan Mbeki. Il s’agit de créer une prise de conscience chez les Africains de leur capacité à promouvoir la renaissance de leur continent. Le plan insiste sur leur identité et leur destin communs, sur leur responsabilité aussi bien en ce qui a trait aux causes de la crise qui frappe le continent qu’à ses solutions. Certes l’esclavage, la colonisation, le néocolonialisme et le rôle des multinationales sont considérés comme des contraintes structurelles aux sources des problèmes de l’Afrique. Mais la responsabilité des élites africaines est également reconnue. On exhorte les Africains à produire un nouveau discours sur eux-mêmes et à repenser leur place dans le monde, comme on le voit dans le discours du président sud-africain Thabo Mbeki à propos de la renaissance africaine. Cette insistance sur les symboles est accompagnée de mesures pratiques dans deux domaines considérés comme particulièrement importants pour la réussite des objectifs économiques de l’intégration.

  • 16 Voir Secrétariat du NEPAD, « Objectifs, normes, critères et indicateurs du mécanisme africain d’év (...)

24D’une part, le NEPAD prévoit la mise en place d’un « mécanisme d’évaluation par les pairs » (MAEP). Il s’agit d’un système de contrôle en vertu duquel un pays se soumet volontairement à une évaluation par les autres pays pour vérifier s’il respecte les bonnes pratiques en matière politique et économique. Ce mécanisme s’appuie sur les institutions suivantes : le comité des chefs d’État et de gouvernement participants, la plus haute instance de prise de décision du MAEP ; le panel de personnalités éminentes qui supervise le processus d’évaluation pour assurer son intégrité, examiner les rapports d’évaluation et faire des recommandations au comité des chefs d’État ; le secrétariat qui fournit un appui technique, administratif, ses services de secrétariat et coordonne les activités du MAEP ; l’équipe d’évaluation, chargée de la visite des pays, de la préparation du bilan du progrès accompli par rapport au programme d’action de chaque pays et de la rédaction des rapports du MAEP par pays16. L’adhésion au mécanisme est volontaire et c’est le Ghana qui, le premier, a accepté de se soumettre à cette évaluation qui devrait montrer aux investisseurs dont on veut attirer les fonds que le pays est transparent et offre un cadre propice aux affaires. En mai 2006, 25 pays africains avaient adhéré à ce mécanisme.

25D’autre part, et ce point est lié au précédent, le NEPAD fait de la promotion de la démocratie et de la stabilité sur le continent un de ses objectifs principaux. On peut lire dans le texte qu’

  • 17 NEPAD, « Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique », p. 16.

il est maintenant généralement accepté que le développement ne peut se réaliser en l’absence d’une démocratie véritable, du respect des droits de l’homme, de la paix et de la bonne gouvernance. Avec le NEPAD, le continent prend l’engagement de respecter les normes mondiales en matière de démocratie, dont les principales composantes sont le pluralisme politique, l’existence de plusieurs partis politiques et de plusieurs syndicats, l’organisation périodique d’élections démocratiques libres, justes et transparentes afin de permettre aux populations de choisir librement leurs dirigeants17.

26Cet engagement est l’une des raisons de la mise en place du mécanisme d’évaluation par les pairs pour satisfaire la composante « démocratie » et se trouve au fondement de la création du conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine mentionné au chapitre 11.

Le NEPAD à l’épreuve des défis de la gouvernance africaine

  • 18 Pieter Fourie et Brendan Vickers, « African Economic Pragmatism, NEPAD and Policy Prostitution », (...)
  • 19 Patrick Chabal, « The Quest for Good Government and Development in Africa: is NEPAD the answer? »,(...)

27Le NEPAD suscite pourtant des réactions contradictoires. Pieter Fourie et Brendan Vickers reprochent au NEPAD d’être trop vague, de supposer un consensus idéologique panafricain sur les solutions au sous-développement, ou d’être un cheval de Troie de la puissance économique sud-africaine. Ils regrettent aussi que le NEPAD ressemble dangereusement aux plans d’ajustement structurels (PAS), dans la mesure où l’accord entre l’Afrique et l’Occident s’effectue sur le principe d’un échange entre des politiques favorables à l’investissement étranger, donc néolibérales, et une aide accrue ainsi que l’accroissement supposé de ces mêmes investissements18. Pour Patrick Chabal, la démocratie en Afrique n’est pas gage de diminution des tensions et des conflits puisqu’elle est, entre autres, instrumentalisée par les dirigeants soucieux de conserver le pouvoir. Selon lui, le néopatrimonialisme et la sécurité juridique n’allant pas de pair, les investissements directs étrangers attendus ne peuvent être générés. Il conclut que le NEPAD n’est qu’un moyen pour les élites africaines de se rallier à l’orthodoxie démocratique en vue d’assurer de nouveaux transferts de ressources à l’Afrique19.

  • 20 Ahmedou Ould Abdallah, « Une nouvelle initiative pour le développement en Afrique », La Revue inte (...)
  • 21 G8, « Plan d’action pour l’Afrique du G8 », dans Sommet de Kananaskis, Ressources. Documents [en l (...)

28Le pessimisme n’est pas partagé par tous cependant. Ainsi, tout en avertissant que le programme comporte « nombre d’ambiguïtés relatives au financement et à [sa] réappropriation par les populations », Ahmedou Ould Abdallah le présente comme « un programme novateur […] qui, par son approche et par son champ d’application, se distingue sérieusement des initiatives d’antan20 ». Il est vrai que le NEPAD a reçu un écho inhabituellement favorable de la part des pays occidentaux qui sont censés être les principaux partenaires. Sur le plan bilatéral, T. Blair, J. Chrétien et J. Chirac ont salué en leur temps cette initiative qualifiée de « progressiste et locale ». Sur le plan multilatéral, le NEPAD (alors intitulé NIA) a été présenté pour la première fois au G8 lors du sommet de Gênes en 2001. Le sommet de Kananaskis au Canada en juin 2002 a produit un plan d’action en réponse au NEPAD, dont les propositions non chiffrées ont été mitigées. Dans le plan du G8 pour l’Afrique, deux types d’action sont envisagés : l’action humanitaire faite « indépendamment des régimes en place » et le partenariat renforcé soumis à des conditions en vertu desquelles les « partenaires seront choisis en fonction de résultats mesurables […]. Chacun de nous procédera à ses propres évaluations pour prendre ses décisions relatives à ces partenaires21. »

29C’est cependant la capacité du NEPAD à répondre aux défis de la stabilité et de l’autoritarisme qu’on doit véritablement questionner ici. En effet, la faisabilité du NEPAD est minée par un dilemme : ses promoteurs le conçoivent comme un cadre de promotion de la paix et de la démocratie alors que certains des obstacles les plus sérieux à sa faisabilité sont précisément l’autoritarisme et l’insécurité qui prévalent dans nombre de pays ainsi que nous l’avons vu dans les chapitres précédents.

30En premier lieu, la fragilité de la démocratisation affaiblit à l’évidence le NEPAD. Nous avons vu au chapitre 10 que la carte de la démocratie a évolué en Afrique. Mais nous avons vu également que les pratiques néopatrimoniales n’ont pas disparu et que de nombreuses défectuosités caractérisent les régimes africains. Cette situation ne favorise ni l’harmonisation des politiques économiques ni la stabilisation du continent.

  • 22 Jean-Pierre Dozon, « La Côte d’Ivoire entre démocratie, nationalisme et ethnonationalisme », Polit (...)
  • 23 Daniel Compagnon, « Terrorisme électoral au Zimbabwe », Politique africaine, no 78, 2000, p. 180-1 (...)

31Le cycle sans fin de conflits complique encore plus la situation. Comment concevoir des politiques de reconstruction intégrées dans un continent en proie à la guerre et en manque de leadership capable d’impulser une dynamique de paix ? Comme nous l’avons vu au chapitre 6, des avancées ont été réalisées en matière de sécurité en Afrique. Mais certaines situations telles qu’on peut les constater en Côte d’Ivoire22 et au Zimbabwe23, pour ne citer que ces deux cas qui donnent un exemple des mauvaises pratiques décriées dans le NEPAD sans susciter d’initiatives africaines fortes, font douter de la crédibilité des engagements en faveur de la bonne gestion politique et économique.

32Conçus sur le modèle de l’intégration économique européenne dans l’espoir qu’il entraînera le continent dans une dynamique vertueuse, le NEPAD (comme l’UA dont il est un des instruments économiques) rencontre des limites importantes en ce qui a trait à la cohérence et à la faisabilité des politiques qui les sous-tendent. Comme pour l’UA, plusieurs conditions devraient être remplies si l’on veut que l’intégration économique fonctionne. En plus du principe de base du transfert de souveraineté et de ressources, l’intégration économique ne fonctionne que si les États font des progrès en matière de bonne gestion, de transparence et de stabilité politique. Ils devraient en outre soit adopter des idées nouvelles, soit aller au bout de la logique d’importation du modèle européen en appliquant par exemple des critères clairs d’entrée dans les programmes communautaires. Sans un nouvel esprit, les initiatives récentes risquent le même essoufflement que les initiatives qui les ont précédées.

Notes

1 Daniel C. Bach, « Revisiting a Paradigm », dans Daniel C. Bach (dir.), Regionalism in Africa: Integration and Disintegration, Oxford/Boomington, James Currey/Indiana University Press, 1999, p. 2-3.

2 Walter Kennes, « African Regional Economic Integration & the European Union », dans Daniel C. Bach (dir.), Regionalism in Africa, p. 27.

3 Peter J. Schaeder, African Politics and Society: A Mosaic in Transformation, Boston/New York, Bedford/St. Martin’s, 2000, p. 307.

4 Walter Kennes, « African Regional Economic Integration », p. 28.

5 Olatunde B. J. Ojo, « Integration in ECOWAS: Successes and Difficulties », dans Daniel C. Bach (dir.), Regionalism in Africa, p. 118.

6 Richard Ilorah, « NEPAD: The Need and Obstacles », African Development Bank, 2004, p. 233-234.

7 Daniel Bach, « Régionalismes, régionalisation et globalisation », dans Mamoudou Gazibo et Céline Thiriot (dir.), Le politique en Afrique : État des débats et pistes de recherche, Paris, Karthala, 2009, p. 351.

8 Walter Kennes, « African Regional Economic Integration », p. 30.

9 Capitale économique du Nigeria.

10 Richard Ilorah, « NEPAD : The Need and Obstacles », African Development Bank, 2004, p. 237.

11 Daniel Bach, « Régionalismes, régionalisation et globalisation », p. 349.

12 Crawford Young, The African Colonial State in Comparative Perspective, New Haven, Yale University Press, 1994, p. 4.

13 NEPAD, « Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique », dans New Partnership for Africa’s Development, Core Documents, 2002, p. 1.

14 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2002, Washington (DC), 2002, p. 10.

15 NEPAD, « Nouveau partenariat », p. 10.

16 Voir Secrétariat du NEPAD, « Objectifs, normes, critères et indicateurs du mécanisme africain d’évaluation par les pairs », www.parlaNEPAD.org/fr/book5.pdf, page consultée le 21 mai 2006.

17 NEPAD, « Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique », p. 16.

18 Pieter Fourie et Brendan Vickers, « African Economic Pragmatism, NEPAD and Policy Prostitution », Africa Insight, vol. 33, no 3, septembre 2003, p. 13-15.

19 Patrick Chabal, « The Quest for Good Government and Development in Africa: is NEPAD the answer? », International Affairs, vol. 78, no 3, 2002, p. 447-462.

20 Ahmedou Ould Abdallah, « Une nouvelle initiative pour le développement en Afrique », La Revue internationale et stratégique, no 46, 2002, p. 97-102.

21 G8, « Plan d’action pour l’Afrique du G8 », dans Sommet de Kananaskis, Ressources. Documents [en ligne], 2002, sur www.g8.gc.ca/kananaskis/afraction-fr.asp, page consultée le 10 octobre 2002.

22 Jean-Pierre Dozon, « La Côte d’Ivoire entre démocratie, nationalisme et ethnonationalisme », Politique africaine, no 78, 2000, p. 45-62.

23 Daniel Compagnon, « Terrorisme électoral au Zimbabwe », Politique africaine, no 78, 2000, p. 180-190.

Table des illustrations

Titre carte 11.1. Quelques organisations d’intégration régionale
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre carte 11.2. La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre carte 11.3. Trois des plus grands ensembles d’intégration économique en Afrique : la CEN-SAD, l’UEMOA et la COMESA
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search