Version classiqueVersion mobile

Introduction à la politique africaine

 | 
Mamoudou Gazibo

Troisième partie. Les politiques de reconstruction à l'époque des défis de la gouvernance

7. La dynamique de la démocratisation

Texte intégral

  • 1 Voir l’ouvrage classique de Guillermo O’Donnell et Philippe C. Schmitter, Transitions from Authorit (...)

1Ce chapitre traite de la phase de transition vers la démocratie, que l’on peut définir comme l’intervalle entre deux régimes. Dans le cas où la transition débouche sur l’instauration d’un régime démocratique, cette phase se définit alors comme la période qui s’écoule entre les premières mesures d’ouverture du régime autoritaire et la tenue des premières élections dites « fondatrices1 ». La durée de cette période varie selon les pays, mais analytiquement, elle peut être exposée selon trois aspects principaux, qui font consensus dans la littérature : la libéralisation, qui amène à s’interroger sur le contexte interne et externe dans lequel les processus de démocratisation ont émergé et sur les acteurs engagés dans ces processus, les modes de transition, et enfin les premières élections qui clôturent la transition et qui, si elles sont libres et transparentes, fondent la démocratie. Avant d’en arriver à ces aspects, nous procédons à une mise en contexte pour mieux situer les expériences africaines par rapport aux autres dynamiques de la « troisième vague de démocratisation ».

L’Afrique dans la troisième vague de démocratisation

  • 2 Renske Doorenspleet, « Reassessing the Three Waves of Democratization », World Politics, no 52, 200 (...)

2L’expression « troisième vague de démocratisation » a été proposée par Samuel Huntington pour caractériser et distinguer les tentatives de démocratisation actuelles des précédentes tentatives initiées historiquement à partir du XIXe siècle. Bien que certains aspects de la conceptualisation des vagues proposée par Huntington aient été parfois contestés, cette théorie est utile ici pour distinguer les différents processus survenus dans le temps et à travers le monde2.

Les vagues de démocratisation

  • 3 Samuel Huntington, The Third Wave: Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, Universit (...)
  • 4 Ibid., p. 15.

3L’idée de vague renvoie à certains traits spécifiques selon Huntington3. En premier lieu, on parle de vague de démocratisation lorsque, dans une période historique donnée, le nombre de pays autoritaires qui initient une transition vers la démocratie est supérieur à celui des pays qui font l’expérience inverse. En second lieu, la vague de démocratisation mène à une libéralisation politique, mais pas nécessairement à la démocratie4. Autrement dit, l’image de la vague implique que la démocratisation connaît des reflux en vertu desquels certains pays qui entrent dans la vague sont charriés loin du rivage démocratique lorsque la vague commence à s’essouffler et à se retirer. Les premiers reflux indiquent que la vague de démocratisation est terminée. Huntington distingue ainsi trois grandes vagues.

  • 5 Ibid., p. 16-18.
  • 6 Ibid., p. 18-21.

4La première vague de démocratisation est longue et se déroule sur un siècle, entre 1828 et 1926. Elle trouve ses origines dans les révolutions américaine et française. La fin de cette vague commence en 1922 avec la marche sur Rome et la prise du pouvoir par Mussolini5. La deuxième vague est beaucoup plus courte. Elle est liée à la Seconde Guerre mondiale et à la victoire des puissances alliées qui imposent leur modèle politique, notamment dans les pays vaincus. L’Amérique latine voit ainsi une éclosion d’élections dans les années 1940. Mais dans les années 1950 et 1960, une série de retours en arrière se produit au Pakistan, en Argentine, au Pérou, au Brésil et plus tard au Chili. Avec ces différents reflux, la deuxième vague prend fin et commence alors la troisième6.

La troisième vague de démocratisation et l’Afrique

  • 7 Cette appellation renvoie au fait que, pour manifester son appui aux militaires, la population intr (...)
  • 8 Guy Hermet, « La démocratisation à l’amiable : de l’Espagne à la Pologne », Commentaire, vol. 13, n(...)

5Au moment où le coup d’État d’Augusto Pinochet sonnait le glas de la deuxième vague de démocratisation, une troisième vague se préparait. Elle commence paradoxalement avec un autre coup d’État, celui-là perpétré en avril 1974 par de jeunes officiers portugais réunis au sein du Mouvement des forces armées (MFA). Fatigués d’être embourbés dans des guerres coloniales, en Afrique notamment, les officiers portugais ont profité de la décompression politique qui a suivi la mort de Salazar pour mettre fin à la dictature. Ce coup d’État, qui sera connu sous le nom de révolution des œillets, marque le point de départ d’une transformation démocratique de la société portugaise7. Cette expérience sera suivie d’une série d’ouvertures politiques en Europe du Sud, notamment en Espagne, en Grèce, en Turquie. L’ouverture se poursuit aussi en Amérique latine dès la fin des années 1970, de sorte qu’entre 1979 et 1985, le Pérou, la Bolivie, l’Équateur, le Salvador, le Honduras, l’Argentine, le Brésil, pour ne citer que ceux-là, tiennent des élections. Au même moment, des soubresauts apparaissent en Europe de l’Est, plus particulièrement en Pologne avec la création du mouvement Solidarité8. La transition polonaise prend dix ans à se concrétiser, mais son aboutissement a coïncidé avec la dislocation du bloc communiste et la fin de la Guerre froide.

  • 9 Certains auteurs préfèrent parler de quatrième vague. Voir Renske Doorenspleet, Democratic Transiti (...)
  • 10 Jean-Louis Thiébault (dir.), « Les transitions à l’Est », Revue internationale de politique comparé (...)

6Cette nouvelle conjoncture internationale des années 1990 donne au phénomène de vague toute son ampleur9. La vague, qui s’était concentrée jusque-là surtout dans les pays d’Europe du Sud et d’Amérique latine, s’est répandue en Europe de l’Est10, en Europe centrale et en Afrique.

  • 11 Guillermo O’Donnell et Philippe C. Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule : Tentative Concl (...)
  • 12 Nicolas Guilhot et Philippe C. Schmitter, « De la transition à la consolidation : une lecture rétro (...)

7Dès le milieu des années 1980, les expériences de démocratisation ont été suffisamment nombreuses pour amener les chercheurs à se poser de nouvelles questions et à initier des études visant à comprendre ce phénomène11. Ces travaux ont conduit à la constitution de véritables sous-disciplines en science politique, c’est-à-dire la transitologie et la consolidologie12, qui sont distinctes d’un point de vue analytique. La première étudie les tentatives de passage de régimes autoritaires à des régimes démocratiques et la seconde, les conditions de l’enracinement des démocraties nouvellement installées. Dans ce chapitre, notre intérêt se porte sur la transition dans les pays africains. Elle est abordée selon les trois angles mentionnés plus haut, à savoir la libéralisation, les modes de transition et les élections fondatrices.

Les facteurs explicatifs de la libéralisation en Afrique

  • 13 Adam Przeworski, Democracy and the Market: Political and Economic Reforms in Eastern Europe and Lat (...)
  • 14 Voir notamment Sydney Tarrow, Power in Movement, Social Movements and Contentious Politics, 2e édit (...)

8Il est possible de rendre compte de la dynamique de la démocratisation en Afrique en disséquant le processus en deux grands moments. Il faut d’abord comprendre comment la conjonction d’un certain nombre de facteurs rend le terreau africain favorable à la démocratisation. En d’autres termes, il s’agit de mettre au jour la structure des opportunités politiques. C’est après cela seulement que l’on peut comprendre comment des acteurs se saisissent de ces opportunités pour placer la revendication démocratique au cœur du programme politique de leur pays. En effet, comme on le sait, les individus et les groupes peuvent être frustrés sans s’engager dans des mouvements de contestation en vue de se soustraire à la domination13. Selon les spécialistes de l’analyse des mouvements sociaux, pour que la mobilisation se produise, il faut que surviennent certaines modifications contextuelles favorables qui encouragent les acteurs à se battre14.

La structure des opportunités politiques de la démocratisation

  • 15 Voir sur l’application de la thèse des fenêtres d’opportunité, plusieurs contributions dans l’ouvra (...)

9Une des questions récurrentes concernant la démocratisation en Afrique concerne le moment de son émergence. Pourquoi des revendications se font-elles entendre précisément à la fin des années 1980, mais pas avant ou beaucoup plus tard ? La réponse se trouve dans l’analyse de la structure des opportunités politiques et du jeu des acteurs qui prend place dans ce contexte. De ce point de vue, la fin des années 1980 se présente comme un moment caractérisé par de nombreuses fenêtres d’opportunité15 sans lesquelles les mobilisations politiques n’auraient pas eu lieu ou n’auraient pas ébranlé les régimes autoritaires. Deux types de facteurs se sont conjugués à la fin des années 1990 en Afrique pour ouvrir une fenêtre d’opportunité à la revendication démocratique : les bouleversements dans l’environnement international qui ont conduit à des pressions externes sur les régimes autoritaires africains ; le contexte interne caractérisé par des impasses économiques et l’épuisement du modèle de régulation néopatrimonial des régimes autoritaires.

Un environnement international favorable

  • 16 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa : Regime Transitions in C (...)
  • 17 Crawford Young, « The Third Wave of Democratization in Africa: Ambiguities and Contradictions », da (...)
  • 18 Francis Akindès, Les mirages de la démocratisation en Afrique subsaharienne francophone, Paris, Cod (...)

10L’impact de l’environnement externe sur la démocratisation en Afrique est sujet à débat, car les auteurs ne s’entendent pas sur sa contribution, ce qui correspond à l’état du débat chez les transitologues. Certains analystes importants considèrent que l’explication par des facteurs externes est insatisfaisante et que les facteurs internes, notamment les mobilisations analysées plus bas dans ce chapitre, sont généralement prépondérants16. D’autres optent pour une vision équilibrée entre les facteurs internes et externes, qui agissent en se nourrissant mutuellement17. Un dernier groupe, généralement sceptique à l’égard de la démocratisation en Afrique, voit plus simplement dans le déclenchement des transitions une réponse à un stimulus externe en raison de l’endettement et de la dépendance économique des pays africains qui les ont rendus vulnérables aux pressions des bailleurs de fonds18. Aucun auteur ne nie totalement l’influence de l’environnement externe sur la démocratisation cependant. Il est donc moins important de trancher ce débat que de montrer comment le facteur externe a affecté les processus politiques africains.

  • 19 Crawford Young, « The Third Wave of Democratization in Africa », p. 22-24.

11La fin de la Guerre froide constitue le premier moyen par lequel cet impact est observable. Crawford Young montre, par exemple, comment la chute du mur de Berlin et l’effondrement du bloc soviétique ont eu des répercussions en Afrique19 et pas seulement dans les pays auparavant adossés à ce bloc comme le Bénin, le Congo, l’Éthiopie. L’existence du bloc de l’Est profitait certes à ces États en leur donnant des ressources institutionnelles, des aides économiques et en alimentant leur appareil répressif, les rendant peu vulnérables aux pressions. Mais dans le cadre de la rivalité Est-Ouest, les pays ayant fait allégeance au bloc occidental, qui était démocratique, n’étaient pas astreints non plus à la démocratie. Ils retiraient le même type de ressources de leur alignement en tant que « remparts contre l’avancée du communisme » dans la région, à l’image du Zaïre de Mobutu. La disparition de la rivalité bipolaire implique la disparition des avantages géopolitiques des pays africains qui ne peuvent plus les invoquer. Mieux encore, tous les pays occidentaux commencent à être de plus en plus critiques à l’égard des gouvernements africains qu’ils appellent maintenant à adopter des institutions démocratiques. Le discours change donc, et on finit par en arriver aux politiques dites « de conditionnalité démocratique ».

  • 20 David Gordon, « On Promoting Democracy in Africa: the International Dimensions », dans Marina Ottaw (...)
  • 21 Banque mondiale, L’Afrique subsaharienne : de la crise à la croissance durable, Washington (DC), Ba (...)
  • 22 Crawford Young, « The Third Wave of Democratization in Africa », p. 24.

12Les politiques de conditionnalité démocratique font partie de ce que David Gordon appelle « les politiques du bâton », un des trois outils (les autres étant les politiques de la carotte et la diplomatie) dont disposaient les acteurs externes pour faire pression sur les pays africains20. Ces politiques ne se comprennent que si l’on fait référence au changement de paradigme survenu peu avant dans les politiques des institutions financières internationales, notamment la Banque mondiale, avec l’introduction du concept de « gouvernance ». Traditionnellement confinées dans un rôle technocratique et financier, les institutions financières commencent à s’ingérer dans la politique des États avec un rapport de la Banque mondiale de 198921. On y lit que les problèmes africains sont avant tout des problèmes de gouvernance. Ce concept ne renvoie pas seulement aux difficultés de gestion – au sens technique – que connaissaient les États, mais surtout à l’absence en leur sein d’institutions représentatives et responsables. Selon la Banque, la réussite des politiques économiques était conditionnée à l’introduction de réformes politiques et institutionnelles. Ce message à demi-mot sera traduit ensuite en langage clair par les pays occidentaux qui sont aussi les principaux pourvoyeurs d’aide aux États africains, notamment la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis. Au sommet franco-africain tenu à La Baule en France en 1990, le président François Mitterrand a fait savoir à ses pairs africains que, dorénavant, l’aide française serait conditionnée aux progrès qu’ils feraient en matière de démocratisation. Dans le cas américain, les ambassadeurs accrédités dans des pays tels que le Cameroun, la République centrafricaine, le Zaïre et le Kenya abandonnent leur devoir de réserve pour exprimer clairement cette nouvelle position22. Cependant, la conditionnalité est souvent assortie de la promesse d’octroi de primes aux pays faisant des progrès en matière de réformes, ce que D. Gordon appelle la politique de la carotte.

  • 23 Mamoudou Gazibo, Les paradoxes de la démocratisation en Afrique : analyse institutionnelle et strat (...)

13Les politiques de prime à la démocratie constituent en effet le troisième aspect de l’impact de l’environnement international. En principe, elles sont censées être la contrepartie financière versée à des pays modèles, qui font des efforts d’ouverture politique. Il s’agit donc d’incitatifs (d’où l’idée de la carotte). De nombreux observateurs ou hommes politiques ont tantôt fustigé, tantôt salué ces politiques de prime à la démocratie. Par exemple, plusieurs chefs d’États africains sont repartis de La Baule mécontents du discours du président Mitterrand. Mais comme l’observe Peter Gakunu, la situation de dépendance économique et financière de la plupart des États africains les rendait vulnérables ou les incitait à se conformer au nouveau paradigme édicté par les bailleurs de fonds. Les politiques de prime à la démocratie n’ont pas vraiment été appliquées en dehors de quelques cas, comme le Bénin qui en a profité. Dans la plupart des cas, la realpolitik a vite pris le dessus23. Il n’en demeure pas moins qu’elles ont affecté le comportement des gouvernants dans certains cas, le plus évident étant celui du Bénin.

14Le processus de contagion constitue un dernier facteur à travers lequel on peut analyser l’impact de l’environnement externe. Ce processus se situe à deux niveaux : d’une part, des expériences se déroulant en dehors du continent ont un effet de contagion sur les pays africains, et, d’autre part, la diffusion des modèles se transmet d’un pays africain à un autre. Comme le montrent Bratton et Van de Walle, la chute de Ceaucescu en Roumanie ou les émissions de la British Broadcasting Corporation constituent des facteurs de contagion d’un continent à un autre. À l’intérieur du continent africain, la libération de Nelson Mandela ou l’ouverture politique plus précoce au Bénin ont eu des impacts sur d’autres pays. Il est significatif de voir à ce propos à quel point le modèle béninois de la conférence nationale a été copié en Afrique francophone.

Un contexte interne de crise économique et de crise du modèle de régulation néopatrimonial

  • 24 Ted Gurr, Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press, 1970.
  • 25 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa, p. 36.
  • 26 Voir notamment Seymour Martin Lipest, « Some Social Requisites of Democracy: Economic Development a (...)

15Le second type de facteurs ayant contribué à ouvrir une fenêtre d’opportunité à la démocratisation est la crise économique prévalant dans la majorité des États africains à la fin des années 1980. Elle a culminé dans certains cas en une véritable banqueroute. Le rôle des facteurs économiques a servi par exemple à montrer comment la privation et l’écart entre les attentes des populations et les solutions qui leur sont proposées affectent la possibilité qu’elles se soulèvent24. Il ne fait cependant pas consensus chez les auteurs. Certains préfèrent voir dans les facteurs économiques des aspects de contexte qui ne sont pas explicatifs en tant que tels, puisque c’est la gestion politique des problèmes économiques qui prime25. Pour d’autres, l’impact des facteurs économiques varie selon les contextes puisque, si en Afrique on peut soutenir que ce sont la crise et l’austérité des mesures d’ajustement structurel qui ont poussé la population à la révolte, l’hypothèse inverse voulant que ce soit à un certain niveau de développement économique seulement que la démocratie soit possible a longtemps été dominante26.

  • 27 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa, p. 117.

16Néanmoins, il est indéniable que, dans les cas africains, des mobilisations préalables à la démocratisation ont eu lieu dans un nombre écrasant de pays. Dans leur analyse comparée, Bratton et Van de Walle ont remarqué que, sur 42 pays, 28 ont connu des mobilisations populaires alors que seulement 14 n’en ont pas connu27. De plus, ces mobilisations qui se sont transformées par la suite en revendications démocratiques ont été motivées au départ par la situation économique du pays. Depuis le début des années 1980 en effet, les pays africains faisaient face à une crise aiguë, qui a mené la plupart d’entre eux à s’engager dans des plans d’ajustement structurel sous la supervision de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. Comme on le sait, ces programmes impliquent une réduction de la taille de l’État. En retour, celle-ci s’accompagne généralement d’une compression importante des fonctions sociales de l’État dans l’éducation et la santé, de politiques de privatisation menant parfois à des réductions de personnel, de fermeture d’entreprises publiques. La revendication démocratique s’est greffée dans la plupart des pays africains sur la remise en cause de régimes autoritaires qui n’ont pas réussi à créer un environnement économique prospère ni à promouvoir le développement alors qu’ils ont justifié leur prise de pouvoir par la promesse de les réaliser.

  • 28 Mamoudou Gazibo, Les paradoxes de la démocratisation, p. 32.

17Au Bénin, pays considéré comme le laboratoire de la démocratisation en Afrique, la revendication politique ne se conçoit qu’en relation avec l’état des finances publiques à la fin des années 1980. Ainsi, la plupart des 120 entreprises publiques créées à la faveur de l’adoption du marxismeléninisme au milieu des années 1970 avaient fermé à la fin des années 1980. La situation économique du Bénin n’est certes pas représentative de celle de l’ensemble des pays africains, mais elle l’est d’un nombre significatif de pays qui partageaient alors quatre caractéristiques : grave déficit budgétaire, poids insupportable de la dette, faillite du secteur bancaire et accumulation importante d’arriérés de paiement des fournisseurs et salariés de l’État28.

L’émergence des mouvements de revendication démocratique

18Le contexte interne et externe des années 1990 offrait donc des « fenêtres d’opportunité » aux acteurs et groupes sociaux dans de nombreux pays africains. D’un point de vue analytique, trois séquences peuvent être distinguées même si elles sont entrelacées dans la réalité : l’émergence des protestations, leur politisation, et les transactions politiques.

  • 29 Guillermo O’Donnell et Philippe C. Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule, p. 19.

19C’est sur le plan de l’émergence des mouvements de protestation que la dynamique de la démocratisation en Afrique diffère le plus des expériences de la plupart des pays d’Europe du Sud et d’Amérique latine étudiés par les premiers transitologues. En effet, même si le contexte a créé la possibilité d’une ouverture démocratique au Portugal, au Brésil ou en Argentine, les processus de démocratisation de ces pays ont été très largement initiés par le haut, entre les principales élites politiques des pays. Selon l’une des principales conclusions d’un des livres fondateurs des études sur la démocratisation de ces pays pionniers, « il n’y a pas de transition dont le lancement n’ait été la conséquence, directe ou indirecte, de divisions importantes au sein du régime autoritaire en place, notamment selon un clivage fluctuant entre tenants de la ligne dure et modérés29 ».

  • 30 Guy Hermet, « La démocratisation à l’amiable ».

20Dans ces expériences, la transition est entamée lorsque les modérés au pouvoir (soft liners) et les modérés de l’opposition prennent le dessus sur leur aile dure respective (hard liners) et s’engagent dans des négociations qui mènent dans certains cas à des pactes fondateurs30.

tableau 7.1. La dynamique de la démocratisation en Europe du Sud et en Amérique latine

Élite au pouvoir

soft liners (modérés)

hard liners (durs)

Élite d’opposition

modérés

*

extrémistes

21Dans les cas africains par contre, la transition est engagée en général grâce aux mobilisations populaires, notamment dans les pays qui initient le mouvement. Michael Bratton et Nicolas Van de Walle expliquent cela par la nature néopatrimoniale des régimes africains. D’abord, montrentils, les transitions à partir de ce type de régime commencent par des manifestations populaires parce que le mode de gestion néopatrimonial provoque des crises économiques et l’exclusion de certains groupes des affaires publiques, ce qui crée ainsi les bases d’un mécontentement social. Comme tout repose sur la personne du chef et sur des relations de loyauté personnelle, le chef est souvent coupé des réalités et incapable d’anticiper les demandes sociales susceptibles de se transformer en manifestations. Ensuite, à l’inverse des régimes bureaucratiques autoritaires dans lesquels les élites se répartissent selon la ligne hard liners/soft liners, les régimes néopatrimoniaux sont caractérisés par un clivage entre insiders (profitant du régime) et outsiders (exclus) et une logique de jeu à somme nulle. Deux conséquences en découlent : d’une part, le principal facteur de clivage est l’accès à l’État et à ses ressources ; d’autre part, un pacte politique est difficile entre élites puisque chaque camp veut emporter toute la mise. Enfin, en raison de la forte personnalisation du pouvoir en régime néopatrimonial, la dynamique de la transition est liée à celle du chef en place. Celui-ci résiste généralement aussi longtemps que possible et, selon les mots des auteurs, peut même détruire son pays pour rester au pouvoir, comme on l’a vu dans l’ex-Zaïre par exemple. Les dynamiques africaines offrent un tableau tout à fait différent des expériences latino-américaines et sud-européennes.

tableau 7.2. La dynamique de la démocratisation en Afrique

Élite d’opposition sous-tendue
par des mobilisations populaires
(outsiders)

Élite néopatrimoniale au pouvoir (insiders)

compromis

lutte

compromis

lutte

*

  • 31 C’est pourquoi Crawford Young parle d’État intégral. Voir The African Colonial State in Comparative (...)

22Il n’y a cependant pas de lien automatique entre les protestations populaires et la démocratisation. Pour qu’il en soit ainsi, il faut que se mette en place un processus de politisation qui constitue la seconde séquence dans l’évolution des manifestations populaires. Au départ, au moins dans les cas pionniers comme le Bénin, le Niger, le Mali, c’est la dégradation de la situation économique qui jette les populations dans les rues, notamment les étudiants qui ont été très souvent les fers de lance de la contestation. Les protestations sont initialement peu organisées puisque les régimes néopatrimoniaux affaiblissent en général la société et les groupes organisés pour les empêcher de se constituer en concurrents31.

  • 32 Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, P (...)

23Mais à mesure que la revendication perdure, elle s’élargit aussi, et conduit à ce que Michel Dobry appelle des « transactions collusives32 », c’est-à-dire la formation de coalitions maintenant clairement politiques entre divers groupes, tels que les syndicats, les étudiants, les associations de femmes et ainsi de suite. Nous sommes dans la troisième séquence de l’évolution des protestations. Dans les premières expériences de démocratisation, comme au Bénin, la politisation des demandes vient souvent séquentiellement après les premières mobilisations et après la formation de coalitions entre groupes. À ce stade, tout dépend de la capacité de résistance du pouvoir. Dans la plupart des cas, le pouvoir lâche du lest, ce qui conduit aux premières mesures de libéralisation. En Afrique, sur 42 pays engagés dans la démocratisation, 40 ont procédé ainsi. Mais la poursuite du processus – ou les modes concrets de transition – dépend ensuite du rapport de force. En retour, ces modes auront leur propre impact sur l’avenir du processus de démocratisation.

Les différents modes de transition en Afrique

  • 33 Terry Lynn Karl, « Dilemmas of Democratization in Latin America », Comparative Politics, vol. 23, n(...)

24Un mode de transition renvoie au processus par lequel les interactions entre les principales forces politiques conduisent à adopter certains arrangements institutionnels et politiques encadrant la période de transition33. En ce sens, il est essentiellement dépendant des rapports de force entre les différents acteurs, notamment de la position des tenants du pouvoir qui est elle-même influencée par le contexte dans lequel la démocratisation a été initiée. C’est ce contexte qui détermine en effet les marges de manœuvre dont disposent les protagonistes du jeu politique. Il peut affaiblir les régimes ou les laisser en possession de leurs ressources, renforcer les groupes revendiquant la démocratie ou limiter leur influence. Les rapports de force ainsi créés déterminent en retour la formule par laquelle se fera l’ouverture politique.

  • 34 Terry Lynn Karl et Philippe Schmitter, « Les modes de transition en Amérique latine, en Europe du S (...)

25Terry Lynn Karl et Philippe Schmitter ont proposé de déterminer les principaux modes de transition sur la base de deux questions qui sont ensuite croisées : qui dirige la transition (l’élite ou la masse) ? et quelle stratégie est employée (décision multilatérale ou unilatérale) ? Sur cette base, ils distinguent quatre modes : le pacte, qui est un compromis multilatéral entre élites ; l’imposition, qui est une décision unilatérale des élites par la force ; la réforme, qui est une décision imposée par les masses sans recours à la force et enfin la révolution, qui est une issue par la force imposée par les masses. En adaptant ce modèle aux pays africains, on aboutirait au tableau suivant34.

  • 35 Francis Akindès, Les mirages de la démocratisation ; Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democ (...)

26On peut distinguer cinq modes de transition dans le cas de l’Afrique : la conférence nationale, la transition par pacte, la transition arrachée, la transition contrôlée ou la transition par réformes. Cette typologie recoupe celles proposées par de nombreux auteurs sur l’Afrique35. Sans être le seul déterminant, chacun de ces modes implique ensuite des chances plus ou moins grandes de réussite de la démocratisation.

tableau 7.3. Les modes de transition en Afrique

tableau 7.3. Les modes de transition en Afrique

La conférence nationale

  • 36 Pearl Robinson a avancé l’idée selon laquelle la conférence nationale a été un phénomène propre aux (...)
  • 37 Voir Afise Adamon, Le renouveau démocratique au Bénin, la conférence nationale des forces vives et (...)
  • 38 Ibid., p. 61.

27Cette forme a été initiée par le Bénin en 1990. La conférence nationale du Bénin a été un mode de transition original en Afrique en raison de son caractère novateur, mais aussi parce que cette formule de sortie de l’autoritarisme a fini par devenir une référence dans nombre de pays africains, notamment les pays francophones36. Beaucoup d’auteurs ont analysé le phénomène sous l’angle de l’importation des modèles en faisant le parallèle entre cette conférence nationale et les États généraux français de 1789 ou en y voyant une orchestration de la France37. On peut noter par ailleurs que l’expression « conférence nationale » ne date pas de 1990. Une conférence nationale s’est en effet tenue du 5 au 7 décembre 1989 à Sao Tomé-et-Principe. Comme celle du Bénin, elle a été convoquée par le pouvoir. Au Niger, l’ancien président Seyni Kountché (1974-1987) avait pris l’habitude d’organiser une conférence des cadres annuelle et il ne faut pas oublier que le président Kérékou du Bénin avait organisé lui-même une « conférence nationale des cadres » en 1979. Cependant, les conclusions de cette conférence n’ont jamais eu un caractère exécutoire38 et ni la conférence nationale de Sao Tomé ni les conférences des cadres du Niger n’ont eu la même dimension symbolique et le même effet « tache d’huile ».

  • 39 Comme le note Adamon, « c’est le modèle béninois que l’on a tenté de reproduire au Congo, au Togo, (...)

28La conférence nationale du Bénin a donc été une expérience sui generis car elle a une originalité qui la différencie de tout modèle préexistant. De ce fait, elle se distingue aussi des expériences qui ont suivi au Congo, au Gabon, au Togo, au Tchad ou au Niger. Dans ces pays, la conférence nationale a été une imitation du modèle béninois39 avec, bien entendu, des ajustements tenant compte des enseignements qui tenaient du fonctionnement du modèle ou des configurations spécifiques à chaque pays.

29Trois caractéristiques distinguent la conférence nationale. D’abord, comme l’ont remarqué Bratton et Van de Walle, elle a été en général mise sur pied dans des pays dirigés alors (ou ayant été dirigés) par un parti unique plébiscitaire. C’est un type de régime dans lequel il y avait peu ou pas de compétition, mais avec des rituels de participation qui ont, pour ainsi dire, pavé la voie au modèle « participatif » de la conférence.

30Ensuite, dans les pays engagés dans le mode de transition par conférence nationale, la crise économique a beaucoup délégitimé le pouvoir et conduit à des protestations, mais elle n’a pas suffisamment renforcé l’opposition pour lui permettre de faire table rase des institutions en place. Les parties qui s’affrontent s’engagent alors dans un forum qui regroupe des représentants issus des institutions officielles, des organisations politiques, des associations professionnelles et d’organisations de toutes sortes en vue de faire la critique de l’ordre autoritaire et de proposer un nouvel arrangement institutionnel.

  • 40 Richard Banégas, La démocratie à « pas de caméléon » : transition et imaginaires politiques au Béni (...)

31Enfin, Pearl Robinson a fait remarquer avec justesse que ce mode de transition a été observé essentiellement dans des pays francophones en raison de l’influence du modèle français. Une dizaine de pays ont suivi le chemin balisé par le Bénin sans adopter la même démarche universelle, à savoir le Niger, le Congo, l’ex-Zaïre, le Tchad, le Mali, le Togo, le Gabon, les Comores et le Mali. Ce dernier cas est particulier cependant, car la conférence n’a fait que formaliser les acquis du soulèvement populaire qui a arraché la transition, ce qui explique que ce cas figure ici dans une modalité à part, soit la transition arrachée. Par ailleurs, seul le Bénin a réussi à donner un caractère de pacte à la transition issue de la conférence40. Dans tous les autres cas, le processus s’est terminé par la victoire d’un camp politique sur son adversaire ; une configuration augurant mal des chances de consolidation.

La transition par pacte

  • 41 Guillermo O’Donnell et Philippe Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule ; Terry Lynn Karl et (...)
  • 42 Ibid.

32Ce mode de transition mené d’un commun accord entre le pouvoir et l’opposition est considéré généralement dans les travaux sur la démocratisation comme celui menant le plus sûrement à la consolidation41. Le pacte a été défini dans les premiers travaux des années 1986 d’O’Donnell et ses collègues comme un accord implicite ou explicite entre un certain nombre d’acteurs politiques qui tentent de définir ou de redéfinir les règles d’exercice du pouvoir en vue de préserver leurs intérêts respectifs42. C’est pour cela que la transition par pacte a souvent été qualifiée de modèle conservateur puisqu’elle implique une certaine continuité avec les tenants de l’ancien régime autoritaire qui, au lieu d’être écartés totalement, participent au processus de changement aux côtés des nouvelles élites.

  • 43 Elisabeth Jean Wood, Forging Democracy from Below: Insurgent Transitions in South Africa and El Sal (...)

33En raison des caractéristiques des transitions à partir d’un régime néopatrimonial décrites plus haut – personnalisation du pouvoir, jeu à somme nulle entre insiders et outsiders, transitions par le bas –, le mode de transition par pacte est rare en Afrique. Si l’on adopte une vision large du pacte, un pays comme le Bénin pourrait à la limite en relever en raison des garanties offertes à l’ancien régime Kérékou, comme l’amnistie personnelle qui lui a été accordée. Mais dans une perspective plus restreinte, le pacte ne s’applique vraiment qu’à deux pays : l’Afrique du Sud et la Namibie. Même ces cas diffèrent des cas classiques de pactes. En Afrique du Sud, il s’agissait de mettre fin au régime de discrimination raciale en vigueur depuis le début du XXe siècle par un arrangement explicite dans la mesure où la situation était impossible à contrôler unilatéralement par le pouvoir raciste du Parti national ou le Congrès national africain de Nelson Mandela. Dans le cas de la Namibie, colonisée par le régime d’apartheid sud-africain, il s’agissait de lier l’indépendance du pays à l’organisation d’élections libres. Ces processus étaient encadrés internationalement et impliquaient de nombreux acteurs, comme les États-Unis, l’Angola et Cuba. Néanmoins, au moins trois des caractéristiques du pacte se retrouvent dans ces deux processus. D’une part, comme le montrent Karl et Schmitter, ces processus sont inclusifs puisqu’ils impliquent l’ensemble des acteurs significatifs, notamment les élites noires et blanches. Ensuite, ils ont eu pour résultat la protection des intérêts vitaux des anciennes élites blanches. Enfin, ils ont porté essentiellement sur la redéfinition des règles du jeu politique43. C’est ce que montre Dominique Darbon, selon qui :

  • 44 Dominique Darbon, « Une sortie de crise transactionnelle : le cas sud-africain », dans J. Hannoyer (...)

la sortie de crise en Afrique du Sud se rattache directement à toutes ces expériences de transition par transaction fondées sur la formulation d’un pacte politique associant les principaux protagonistes du conflit armé existant jusqu’ici. Les élites n’apparaissent pas […] comme les causes premières de la transaction mais comme ses vecteurs, ceux qui vont traduire en pacte […] les revendications sociales et politiques des masses […]44.

34Les cas africains pouvant relever du pacte confirment assez bien, pour le moment, l’hypothèse selon laquelle les transitions par le haut, notamment celles fondées sur un compromis multilatéral, sont plus propices à la stabilité démocratique. L’Afrique du Sud et la Namibie font partie des rares démocraties consolidées d’Afrique.

La transition arrachée

35Toutes les transitions sont plus ou moins conquises, car les pouvoirs ne s’y sont engagés que sous la contrainte des mobilisations populaires comme nous l’avons vu plus haut. Même la conférence nationale censée être plutôt consensuelle a été souvent précédée d’incidents meurtriers comme au Niger ou au Togo (Nwajiaku, 1994). Mais la transition arrachée se distingue dans la mesure où elle survient après une quasirévolution qui renverse l’ordre ancien. Les rapports de force deviennent alors si asymétriques que les prodémocrates sont en mesure d’exclure les partisans de l’ancien régime du nouveau processus institutionnel. Le Mali est le seul cas qui rentre dans cette catégorie. Le processus était au départ révolutionnaire en raison des mouvements populaires qui ont été réprimés dans le sang et à la suite desquels les militaires, sous la conduite du lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré, ont renversé le général Moussa Traoré alors au pouvoir dans un élan qui rappelle la révolution des œillets au Portugal. Il a été formalisé ensuite au cours d’une conférence nationale. C’est ce qui rapproche alors le modèle malien du cas béninois en raison du consensus qui a entouré la transition, même si, au Mali, les partisans de l’ancien dictateur ont été écartés du processus. En principe, ce type de transition, qui correspond au modèle révolutionnaire chez Schmitter et Karl, est présenté comme le moins propice à la démocratie comme les cas de Cuba et de la Russie en témoignent. Dans le cas du Mali pourtant, ce qui a commencé comme une révolution s’est mué en une conférence nationale proche du modèle béninois dans la durée, la composition, les enjeux débattus et le résultat. Sur ce plan, il faut peut-être inclure la variable personnelle, notamment la résistance des militaires à la tentation de demeurer au pouvoir, qui les a mis en position de neutralité pour mener le processus à bon port. Le cas du Mali est cependant trop unique pour que l’on puisse extrapoler plus loin.

La transition contrôlée

  • 45 Augustin Marie-Gervais Loada, « Burkina Faso : les rentes de la légitimation démocratique », L’Afri (...)

36La transition contrôlée est à l’opposé du mode de transition précédent. Dans les pays qui l’expérimentent, tels le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Cameroun ou le Togo, la crise économique et politique interne ainsi que le changement du contexte international ont certes affaibli les régimes, les obligeant à se diriger vers le pluralisme, mais pas suffisamment pour que l’opposition pèse de manière significative dans la détermination du calendrier de la transition. Les tenants du pouvoir ont suffisamment de ressources matérielles et coercitives pour garder l’initiative de la transition. Ils sont ainsi en mesure de décider de l’ampleur des réformes à opérer, des (faibles) concessions à faire aux opposants, des dispositifs juridiques encadrant la transition, et même du timing des élections. Au Burkina Faso et au Cameroun, les pouvoirs en place ont systématiquement refusé la tenue d’une conférence nationale pourtant réclamée par l’opposition. Ils ont unilatéralement fixé le mode de scrutin (majoritaire à deux tours), et ensuite modifié les règles du jeu à leur avantage. Ils sont ainsi passés au scrutin à un tour au Cameroun pour éviter une union de l’opposition au second tour et ont supprimé la limite des deux mandats au Burkina pour que le président Blaise Compaoré puisse se représenter indéfiniment. En bref, pour reprendre la logique du schéma précédent, la transition contrôlée se caractérise par le fait que le processus est géré unilatéralement par les élites au pouvoir dans le but de demeurer en place. Dans nombre de pays comme le Burkina Faso et le Cameroun, l’opposition s’est en partie ou en totalité retirée de certains scrutins pour protester contre une procédure qui ne lui laissait aucune chance de créer l’alternance45. En raison de la domination du jeu politique par l’élite au pouvoir, qui n’hésite pas dans certains cas comme au Togo et au Burkina Faso à utiliser la violence contre les opposants, la transition contrôlée mène rarement à la démocratie. Il est significatif que, dans la plupart des pays classés par Bratton et Van de Walle dans ce mode, le processus ait connu, au mieux des avancées lentes comme au Nigeria, et au pire, la stagnation, les anciens régimes étant encore là quinze ans plus tard comme au Burkina Faso, en Guinée, au Togo ou encore en Ouganda.

La transition par réformes

  • 46 Michel Cahen, « L’instabilité comme gouvernance ? », Politique africaine, no 80, 2000.

37Cette configuration est commune à deux types de pays. Elle se présente d’abord dans des pays qui sortent d’une guerre civile souvent longue, ce qui donne à leur transition une dynamique forcément différente des autres transitions classiques. Dans ces cas, la transition passe par des accords de paix préalables qui prévoient des réformes en vue d’intégrer les anciens rebelles dans le jeu politique. La logique des rapports de force joue là également puisqu’il s’agit d’un processus multilatéral entre élites. Les pays relevant de cette première sous-catégorie sont notamment le Mozambique, l’Angola en 1992 et le Liberia en 1997, mais ces deux derniers pays échoueront quelques années plus tard. La complexité de ces situations explique les trajectoires difficiles des pays qui y sont engagés. Ainsi, si les élections mozambicaines de 1994 qui ont consacré la victoire du Front de libération du Mozambique (Frelimo) au pouvoir depuis l’indépendance ont été acceptées par l’ex-mouvement rebelle, la Résistance nationale du Mozambique (Renamo)46, il en a été autrement dans les deux autres cas. Au Liberia, les élections de 1998 qui ont installé au pouvoir Charles Taylor, le principal chef de guerre, ont vite été suivies d’une reprise de la guerre civile, laquelle n’a pris fin qu’avec la chute de ce dernier en 2004. Il en a été de même en Angola après le refus de l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) de reconnaître la victoire du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) lors des élections de 1992 issues des accords de paix. Pour ce pays également, il a fallu la mort de Jonas Savimbi, le leader de l’UNITA, pour que la paix revienne.

38La seconde modalité de transition par voie de réforme correspond à ce que Bratton et Van de Walle appellent la transition par la tenue d’élections rapides. Elle se présente dans des pays disposant d’un cadre institutionnel suffisamment ouvert pour permettre l’insertion de l’opposition dans le jeu politique au prix de réformes constitutionnelles et la tenue d’élections dans des délais généralement plus courts que dans les autres modes. Elle est souvent précédée, comme dans les autres modes, par des mobilisations populaires, mais implique surtout un compromis entre les deux parties pour tenir des élections sans passer par une conférence nationale et sans qu’une partie essaye d’éliminer l’autre. De nombreux pays tels que le Ghana, le Malawi, Sao Tomé-et-Principe, la Zambie, le Kenya, la Tanzanie, relèvent de cette catégorie qui est beaucoup plus courante dans les pays anglophones que francophones, ces derniers relevant plus fréquemment de la conférence nationale ou de la transition contrôlée.

39La catégorisation ainsi opérée permet de voir que, même si les pays africains sont entrés dans la démocratisation dans les années 1990, la dynamique concrète varie d’un pays à l’autre. Selon les rapports entre les forces en présence, les États peuvent relever d’un de ces modes. La répartition des pays entre modes peut varier d’un auteur à l’autre, mais tous reconnaissent que le mode de transition est crucial au moment où se tiennent les premières élections.

Les premières élections africaines

40Dans la littérature sur la démocratisation, la transition est considérée comme terminée après la tenue des premières élections libres. On entre alors dans la phase de consolidation. Lorsque les élections conduisent à l’installation d’un gouvernement démocratique, on parle, nous l’avons vu, d’« élections fondatrices ». Pour que des élections soient considérées comme fondatrices, il n’est pas nécessaire qu’elles conduisent à une alternance au sommet de l’État. Les deux critères les plus importants sont ceux de la participation populaire et de la compétitivité du scrutin. En d’autres termes, des élections fondatrices sont celles qui sont libres et transparentes et à l’occasion desquelles l’ensemble de la population ayant le droit de vote a pu se prononcer sur l’ensemble des candidats, aucun ne devant être exclu du scrutin s’il remplit les critères juridiques fixés dans la loi électorale.

  • 47 Voir par exemple Elke K. Zuern, « South Africa’s Civics in Transition: Agents of Change or Structur (...)
  • 48 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa, p. 117.

41Plusieurs facteurs contribuent à expliquer l’issue des premières élections, que ce soit les interventions militaires, la faiblesse de la société civile ou les conflits, tous des facteurs qui constituent également des contraintes limitant les perspectives de la démocratisation comme nous le verrons au chapitre suivant47. Contentons-nous ici de constater à la suite de Bratton et Van de Walle qu’entre 1988 et 1992, sur les 42 pays qui ont engagé une transition au début des années 1990, 40 ont passé le cap de la libéralisation, comme décrit ci-dessus. Cependant, seuls 18 de ces pays ont connu des élections considérées comme démocratiques alors que, dans 26 d’entre eux, les élections n’ont pas satisfait à la liberté et à la transparence qui sont les indicateurs d’une élection fondatrice48.

  • 49 E. Gyimah-Boadi, « A Peaceful Turnover in Ghana », Journal of Democracy, vol. 12, no 2, avril 2001, (...)

42On peut se demander s’il existe un lien entre les modes de transition et les premières élections libres. En raison peut-être de leur nombre et du consensus entourant les élections dans la transition par pacte, de même que de la neutralisation du pouvoir dans le cas de la transition arrachée, ces deux modes sont parfaitement corrélés avec la tenue d’élections fondatrices. De même, en raison de l’asymétrie de pouvoir qui prévaut en faveur des insiders dans la transition contrôlée, celle-ci débouche généralement, au moins dans l’immédiat, sur le maintien au pouvoir de ceux qui y sont déjà. Les cas les plus contrastés sont la transition par voie de réforme et la conférence nationale. Dans le premier cas, bien que les tenants du pouvoir bénéficient d’une sorte de « prime au sortant » lors des premières élections libres qu’ils ont souvent gagnées – le Ghana, le Kenya, la Tanzanie –, des alternances ont aussi eu lieu soit dès les premières élections – le Malawi, la Zambie –, soit plus tard – le Ghana ou le Kenya49. Cette situation suggère que la transition par réformes est relativement propice à un jeu politique transparent si on la compare à la transition contrôlée.

  • 50 Kathryn Nwajiaku, « The National Conference in Benin and Togo Revisited », Journal of Modern Africa (...)

43Le cas de la conférence nationale est intrigant. A priori, on pourrait penser qu’elle mène plus facilement à de vraies élections, voire à l’alternance puisqu’elle se rapproche du modèle du pacte. Mais comme indiqué plus haut, la seule conférence nationale qui se rapproche du pacte est celle du Bénin, les autres cas étant des transitions arrachées, mais dans lesquelles l’ancien régime est resté plus ou moins dans l’ombre, souvent tapi dans l’attente d’une occasion de revanche. C’est cette dynamique de rupture et de recherche de revanche qui explique les échecs patents du Zaïre et du Togo où les insiders ont repris le contrôle bien avant les élections50. C’est la même dynamique qui explique que peu après des élections pourtant fondatrices, les anciennes élites ont repris le pouvoir soit après une guerre civile comme au Congo, soit à la suite de déstabilisations politiques menant au coup d’État comme au Niger. Il n’y a donc pas de corrélation univoque entre la transition par voie de conférence nationale et les perspectives ultérieures de la démocratisation.

  • 51 Adam Przeworski, Democracy and the Market.
  • 52 Doug McAdam et al. (dir.), Comparative Perspectives on Social Movements, p. 265.
  • 53 Nicolas Van de Walle, « Africa’s Range of Regimes », Journal of Democracy, vol. 13, no 2, 2002, p.  (...)

44La démocratisation a été, en Afrique, un phénomène des années 1990 parce qu’y ont coïncidé la perte de crédibilité des régimes, la modification du contexte de Guerre froide qui leur garantissait un usage impuni de ressources coercitives et l’émergence d’une solution alternative, condition nécessaire au changement51. Mais comme le montrent Doug MacAdam dans une comparaison portant sur la Suisse et le Mexique52 et N. Van de Walle à propos de l’Afrique53, il n’y a pas d’explication unique de la démocratisation. Il faut aller souvent dans des études de cas pour voir de façon plus fine comment le déclin du régime précédent, l’émergence d’une alternative et l’issue finale du processus s’enchaînent. Il faut surtout se pencher sur les défis de la démocratisation, car il est plus difficile de maintenir et consolider la démocratie que de l’implanter dans des contextes où les contraintes sont sévères, comme en Afrique. Ce sera l’objet du chapitre suivant.

Notes

1 Voir l’ouvrage classique de Guillermo O’Donnell et Philippe C. Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule : Tentative Conclusions about Uncertain Democracies, Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press, 1986, p. 6.

2 Renske Doorenspleet, « Reassessing the Three Waves of Democratization », World Politics, no 52, 2000, p. 384-406.

3 Samuel Huntington, The Third Wave: Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, University of Oklahoma Press, 1991.

4 Ibid., p. 15.

5 Ibid., p. 16-18.

6 Ibid., p. 18-21.

7 Cette appellation renvoie au fait que, pour manifester son appui aux militaires, la population introduisait des œillets dans les canons de leurs fusils.

8 Guy Hermet, « La démocratisation à l’amiable : de l’Espagne à la Pologne », Commentaire, vol. 13, no 50, 1990, p. 279-286.

9 Certains auteurs préfèrent parler de quatrième vague. Voir Renske Doorenspleet, Democratic Transitions: Exploring the Structural Sources of the Fourth Wave, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2005.

10 Jean-Louis Thiébault (dir.), « Les transitions à l’Est », Revue internationale de politique comparée, vol. 3, no 1, 1996, p. 11-135.

11 Guillermo O’Donnell et Philippe C. Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule : Tentative Conclusions about Uncertain Democracies.

12 Nicolas Guilhot et Philippe C. Schmitter, « De la transition à la consolidation : une lecture rétrospective des democratization studies », Revue française de science politique, 50, 2000.

13 Adam Przeworski, Democracy and the Market: Political and Economic Reforms in Eastern Europe and Latin America, Cambridge, Cambridge University Press, 1991.

14 Voir notamment Sydney Tarrow, Power in Movement, Social Movements and Contentious Politics, 2e édition, Cambridge, Cambridge University Press, p. 19; Doug McAdam et al. (dir.), Comparative Perspectives on Social Movements: Political Opportunities, Mobilizating Structures, and Cultural Framings, Cambridge, Cambridge University Press, p. 17.

15 Voir sur l’application de la thèse des fenêtres d’opportunité, plusieurs contributions dans l’ouvrage de Doug McAdam et al. (dir.), Comparative Perspectives on Social Movements, notamment dans les transitions en Europe de l’Est et en Russie.

16 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa : Regime Transitions in Comparative Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 30-33.

17 Crawford Young, « The Third Wave of Democratization in Africa: Ambiguities and Contradictions », dans Richard Joseph (dir.), State, Conflict and Democracy in Africa, Boulder/Londres, Lynne Rienner, 1999, p. 23.

18 Francis Akindès, Les mirages de la démocratisation en Afrique subsaharienne francophone, Paris, Codesria/Karthala, 1996.

19 Crawford Young, « The Third Wave of Democratization in Africa », p. 22-24.

20 David Gordon, « On Promoting Democracy in Africa: the International Dimensions », dans Marina Ottaway (dir.), Democracy in Africa: The Hard Road Ahead, Boulder/Londres, Lynne Rienner Publishers, 1997, p. 159-162.

21 Banque mondiale, L’Afrique subsaharienne : de la crise à la croissance durable, Washington (DC), Banque mondiale, 1989.

22 Crawford Young, « The Third Wave of Democratization in Africa », p. 24.

23 Mamoudou Gazibo, Les paradoxes de la démocratisation en Afrique : analyse institutionnelle et stratégique, Montréal, PUM, 2005, p. 163.

24 Ted Gurr, Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press, 1970.

25 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa, p. 36.

26 Voir notamment Seymour Martin Lipest, « Some Social Requisites of Democracy: Economic Development and Political Legitimacy », American Political Science Review, vol. 53, no 1, 1959, p. 69-106. Pour une courte synthèse de ce débat et son application à l’Afrique, voir Mamoudou Gazibo, « Existe-il un lien entre démocratie et développement économique ? Positions théoriques et expériences empiriques », IAPÉTUS, Bulletin de liaison scientifique afro-québécois, no 5, automne 2000, p. 17-22.

27 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa, p. 117.

28 Mamoudou Gazibo, Les paradoxes de la démocratisation, p. 32.

29 Guillermo O’Donnell et Philippe C. Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule, p. 19.

30 Guy Hermet, « La démocratisation à l’amiable ».

31 C’est pourquoi Crawford Young parle d’État intégral. Voir The African Colonial State in Comparative Perspective, New Haven/Londres, Yale University Press, 1994, p. 288.

32 Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la FNSP, 1992.

33 Terry Lynn Karl, « Dilemmas of Democratization in Latin America », Comparative Politics, vol. 23, no 1, 1990, p. 8.

34 Terry Lynn Karl et Philippe Schmitter, « Les modes de transition en Amérique latine, en Europe du Sud et de l’Est », Revue internationale des sciences sociales, no 128, 1991, p. 274-276.

35 Francis Akindès, Les mirages de la démocratisation ; Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa.

36 Pearl Robinson a avancé l’idée selon laquelle la conférence nationale a été un phénomène propre aux pays francophones en raison de la permanence de l’influence politique et culturelle de la France sur ses anciennes colonies. Voir Wuyi Omitoogun, Kennet Onigu-Otite, The National Conference as a Model for Democratic Transition, Benin and Nigeria, Ibadan, IFRA, 1994, p. 2.

37 Voir Afise Adamon, Le renouveau démocratique au Bénin, la conférence nationale des forces vives et la période de transition, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 82 et sur les suggestions françaises pour des réformes constitutionnelles, p. 22-24.

38 Ibid., p. 61.

39 Comme le note Adamon, « c’est le modèle béninois que l’on a tenté de reproduire au Congo, au Togo, au Niger, avec souvent moins de bonheur qu’à Cotonou, malheureusement ! » (ibid., p. 142).

40 Richard Banégas, La démocratie à « pas de caméléon » : transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003.

41 Guillermo O’Donnell et Philippe Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule ; Terry Lynn Karl et Philippe Schmitter, « Les modes de transition ».

42 Ibid.

43 Elisabeth Jean Wood, Forging Democracy from Below: Insurgent Transitions in South Africa and El Salvador, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

44 Dominique Darbon, « Une sortie de crise transactionnelle : le cas sud-africain », dans J. Hannoyer (dir.), Guerres civiles : économies de la violence, dimensions de la civilité, Paris, Karthala, 1999, p. 272. Voir aussi Thimoty D. Sisk, Democratization in South Africa: The Elusive Social Contract, Princeton, Princeton University Press, 1995.

45 Augustin Marie-Gervais Loada, « Burkina Faso : les rentes de la légitimation démocratique », L’Afrique politique, 1995.

46 Michel Cahen, « L’instabilité comme gouvernance ? », Politique africaine, no 80, 2000.

47 Voir par exemple Elke K. Zuern, « South Africa’s Civics in Transition: Agents of Change or Structures of Constraint? », Politikon, vol. 28, no 1, 2001, p. 5-20; John N. Anene, « Military Elites and Democratization: Ghana and Nigeria », Journal of Military Sociology, vol. 28, no 2, 2000, p. 230-245.

48 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa, p. 117.

49 E. Gyimah-Boadi, « A Peaceful Turnover in Ghana », Journal of Democracy, vol. 12, no 2, avril 2001, p. 103-117; Hervé Maupeu et David Anderson, « Kenya: la succession de Moï », Politique africaine, no 90, juin 2003, p. 5-16.

50 Kathryn Nwajiaku, « The National Conference in Benin and Togo Revisited », Journal of Modern African Studies, vol. 32, no 3, 1994.

51 Adam Przeworski, Democracy and the Market.

52 Doug McAdam et al. (dir.), Comparative Perspectives on Social Movements, p. 265.

53 Nicolas Van de Walle, « Africa’s Range of Regimes », Journal of Democracy, vol. 13, no 2, 2002, p. 66-80.

Table des illustrations

Titre tableau 7.3. Les modes de transition en Afrique
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search