Version classiqueVersion mobile

Introduction à la politique africaine

 | 
Mamoudou Gazibo

Deuxième partie. L'historicité de l'État et les enjeux de la gouvernance

5. L’instabilité en Afrique et ses déterminants

Texte intégral

1Au sortir du système colonial, la paix et la stabilité constituaient deux des principaux enjeux auxquels les pays africains devaient faire face en raison de leur histoire politique et institutionnelle. Comme le montre C. Young, bien qu’elle n’ait duré qu’une période relativement courte de moins d’un siècle dans l’histoire africaine, la colonisation a complètement remodelé ce continent. Elle a créé de nouveaux États, redéfini les enjeux de pouvoir, réorienté les formes économiques, cristallisé de nouveaux intérêts… Le risque, dans ces conditions, était de voir le continent sombrer dans d’interminables guerres de frontière après la fin de la régulation coloniale.

  • 1 Anatole Ayissi, « Le défi de la sécurité régionale en Afrique après la guerre froide, vers la dipl (...)

2A posteriori, l’Afrique apparaît effectivement comme la « région du monde la plus affectée par les luttes armées ou les crises politiques porteuses de germes de guerre1 ». Tel que l’on peut le voir dans la carte et le tableau suivants, qui sont loin d’être exhaustifs, un nombre impressionnant de pays africains ont été touchés par une forme ou une autre de conflit entre les premières indépendances et le début des années 1990.

  • 2 Human Security Centre, Human Security Report 2005, New York/Oxford, Oxford University Press, p. 24

3Par rapport à l’Europe et aux Amériques, l’Afrique a connu un nombre plus important de conflits2. Leur nombre est par ailleurs demeuré important jusqu’en 2002, période à partir de laquelle ils semblent diminuer.

carte 5.1. Cartographie des principaux types de conflits en Afrique

carte 5.1. Cartographie des principaux types de conflits en Afrique

tableau 5.1. Chronologie des principaux conflits d’Afrique subsaharienne

Année

Pays

Nom du conflit

Type de conflit

1948-1994

Afrique du Sud

Lutte anti-apartheid

interne

1954-1962

Algérie

Guerre d’indépendance

indépendance

1955-1972

Soudan

Première guerre civile

interne

1960-1965

RDC

Guerre post-indépendance

interne

1960-1964

Rwanda

Troubles ethniques

interne/ethnique

1961-1974

Angola

Guerre d’indépendance

indépendance

1962-1974

Guinée-Bissau

Guerre d’indépendance

indépendance

1964-1975

Mozambique

Guerre d’indépendance

indépendance

1965-1980

Zimbabwe

Guerre anti-pouvoir racial

indépendance

1966-1990

Namibie

Guerre d’indépendance

indépendance

1966-1969

Nigeria

Guerre civile du Biafra

interne

1966-2006

Tchad

Guerre civile

interne

1966

Namibie

Tentative de sécession

interne/régional

1970-1974

Burundi

Troubles ethniques

interne/ethnique

1974-1978

Éthiopie

Révolution

interne

1974-1991

Érythrée

Guerre d’indépendance

interne

1975-1991

Mozambique

Guerre civile

interne

1976-1977

Éthiopie/Somalie

Guerre de l’Ogaden

interétatique

1979

Tanzanie/Ouganda

Invasion tanzanienne

interétatique

1978-1991

Éthiopie

Guerre civile

interétatique

1980-1986

Ouganda

Guerre civile

interne

1982-

Sénégal

Tentative de sécession

interne

1983-1985

Zimbabwe

Troubles au Matabeleland

interne

1983-2005

Soudan

Seconde guerre civile

interne

1984-1989

Somalie

Guerre de sécession

interne

1989-1997

Liberia

Guerre civile

interne/régional

1990-1994

Rwanda

Guerre civile/génocide

interne/ethnique

1990-

Sierra Leone

Guerre civile

interne/ethnique

1991

Somalie

Guerre civile

interne

1992-2002

Angola

Guerre civile

interne

1993-

Burundi

Guerre civile

interne/ethnique

1996-2003

Centrafrique

Mutineries/guerre civile

interne

1997-2000

Congo

Guerre civile

interne

1997

Comores

Guerre d’Anjouan

interne

1996-1997

RDC

Guerre civile

régional

1998-2001

RDC

Guerre civile

régional

1998-1999

Lesotho

Affrontements armés

interne

1998-1999

Guinée-Bissau

Guerre civile

interne

1998

Éthiopie/Érythrée

Guerre de frontière

interétatique

2000

Guinée

Attaques externes

régional

2002

Côte d’Ivoire

Guerre civile

interne/régional

Source : Traduit et adapté de DFID, FCOL, MOD, The Causes of Conflict in Sub-Saharan Africa, document de travail, octobre 2001, p. 25.

4Dans ce chapitre, il s’agit de revenir sur cette période pour tenter de comprendre les déterminants des conflits africains. Dans cette perspective, nous passons d’abord en revue les diverses causes établies par les chercheurs d’un point de vue générique. Nous tentons dans un second temps d’interpréter ces causes en les rapportant à la dynamique particulière de la politique africaine.

Aux sources apparentes des conflits africains

  • 3 Pour une approche générale des causes des conflits, non spécifiquement africains, voir les études (...)
  • 4 Voir l’adresse daccessdds.un. org/doc/UNDOC/GEN/N98/102/18/PDF/N9810218.pdf? OpenElement.
  • 5 Department for International Development, The Causes of Conflict in Sub-Saharan Africa, document d (...)

5Il n’y a pas de consensus en ce qui a trait à la classification des conflits3. Le rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur les causes des conflits et la promotion d’une paix et d’un développement durables en Afrique, publié en 1998, établit comme causes principales : le legs du passé (colonialisme, Guerre froide) ; les facteurs internes (nature du pouvoir politique, néopatrimonialisme, multiethnicité) ; les facteurs externes (Guerre froide) ; les motivations économiques ; et les cas particuliers (comme celui de l’Afrique centrale avec la démographie galopante et les problèmes fonciers)4. Pour sa part, le Department for International Development (DFID, britannique) établit une distinction entre trois niveaux de déterminants aux conflits armés et les classe en causes profondes, causes secondaires et causes tertiaires5.

6Les causes profondes sont notamment à rechercher dans l’effondrement de l’État, le déclin économique, la culture de violence héritée de l’État colonial et la rareté ou l’abondance des ressources. Les causes secondaires seraient le chômage, le manque d’éducation, la pression démographique, l’instrumentalisation de l’ethnicité, la disponibilité des armes, la faiblesse de la société civile. Les causes tertiaires proviendraient de débordements régionaux des conflits, de la faible consolidation de la paix qui entraîne une reprise des hostilités, de l’absence de garants de la paix, de la médiation inappropriée qui permet aux combattants de se réarmer, de l’instrumentalisation de l’aide humanitaire pour assurer la survie des groupes armés.

7Cependant, une tentative de généralisation des causes de conflits en Afrique est problématique en raison de la pluralité des déterminants, de leur interaction et de la combinaison particulière des causes selon les pays analysés. Néanmoins, l’intérêt de la démarche proposée ci-dessus réside dans le fait qu’elle incite à ne pas loger les causes des conflits africains à la même enseigne, mais à les classer par niveau de causalité puisque certaines interviennent directement alors que d’autres servent de catalyseur ou constituent plus simplement un contexte favorable.

Un contexte favorable aux conflits hérité du phénomène colonial ?

  • 6 Anne Stamm, L’Afrique de la colonisation à l’indépendance, Paris, Presses universitaires de France (...)

8Le lien entre les conflits en Afrique et l’histoire du contact avec l’Occident est évident puisque les dynamiques de décolonisation et la période postcoloniale6 ont fourni un terreau particulièrement fertile au développement de plusieurs types de conflits. Il faut donc éviter les clichés (voir chapitre 1).

9Les guerres d’indépendance ont constitué un premier groupe de conflits. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en même temps qu’émerge la littérature engagée évoquée au chapitre 2, les Africains commencent à envisager la lutte armée comme voie d’accès à l’indépendance. Dans les pays colonisés par les grandes puissances européennes comme la France et la Grande-Bretagne, les guerres d’indépendance ont été rares et n’ont eu lieu que dans les anciennes colonies de peuplement. La guerre de libération menée par Ho Chi Minh en Indochine et la victoire du général Giap sur les troupes françaises à Dien Bien Phu ont servi d’inspiration à de nombreux peuples colonisés, mais seuls quelques-uns sont passés à l’acte. La guerre d’Algérie déclenchée le 1er novembre 1954 illustre l’impact du précédent indochinois. Alain Ruscio rapporte ainsi les propos du président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) Benyoucef Ben Khedda :

  • 7 Alain Ruscio, « Dien Bien Phu vu du tiers-monde : le Valmy des décolonisés », Le Monde diplomatiqu (...)

Le 7 mai 1954, l’armée d’Ho Chi Minh inflige au corps expéditionnaire français au Vietnam l’humiliant désastre de Dien Bien Phu. Cette défaite de la France agit en puissant détonateur sur tous ceux qui pensent que l’option de l’insurrection à court terme est désormais l’unique remède, la seule stratégie possible […]. L’action directe prend le pas sur toutes les autres considérations et devient la priorité des priorités7.

  • 8 André Salifou et al., Histoire, décolonisation et problèmes de l’Afrique indépendante, Paris, Edic (...)

10Après la défaite française de 1940 et surtout celle de 1954 face à une armée du tiers-monde, les Africains brisent le mythe de l’invincibilité des Européens. Il n’est pas étonnant, face au refus des puissances moyennes européennes de décoloniser, que des mouvements de libération se soient développés dans la plupart des anciennes colonies portugaises (comme l’Angola, le Mozambique, le Cap-Vert et Sao Tomé-et-Principe)8.

11Certaines guerres interétatiques sont aussi le fruit direct du legs colonial. Ce type de conflits était le plus redouté dans les années 1960, quand la plupart des pays africains ont accédé à l’indépendance. C’est cette crainte qui explique les efforts visant à les éviter à travers le principe de l’intangibilité des frontières issues de la colonisation inscrit dans la charte de l’OUA. A posteriori, on remarque qu’ils ont été moins nombreux que les guerres civiles et qu’ils ont presque disparu depuis les années 1990. Les cas les plus connus ont opposé le Mali et le Burkina Faso à deux reprises, la Somalie et l’Éthiopie, le Tchad et la Libye et, pour la période post-1990, l’Éthiopie et l’Érythrée. Ces conflits sont des séquelles du processus colonial en ce sens qu’ils résultent du tracé arbitraire de frontières peu reconnues et se structurent généralement autour de revendications territoriales.

  • 9 Mwayila Tshiyembe, État multinational et démocratie africaine : sociologie de la renaissance polit (...)

12Enfin, et sans que la liste soit forcément exhaustive, certains auteurs mentionnent les formes institutionnelles léguées par les anciennes puissances coloniales dans leurs anciennes colonies comme les sources, pas seulement des conflits armés, mais des dysfonctionnements des États africains. Dans cette optique, M. Tshiyembe pense que c’est l’État africain postcolonial lui-même et ses institutions d’inspiration occidentale qu’il faut reconsidérer9.

Une influence systémique : la rivalité bipolaire ?

  • 10 Didier Bigo, « De l’espoir à la crainte ? Les lectures de la conflictualité », www. conflits. org/ (...)
  • 11 Voir Taisier Ali et Robert O. Matthews, « Conclusion: Conflict Resolution and Building Peace », da (...)

13Dans la pensée stratégique des années 1960, chaque conflit était ramené à la rivalité bipolaire puisque « l’intervention des grandes puissances déterminait le niveau d’intensité du conflit et son importance stratégique. Le raisonnement stratégique se fondait sur la division du monde en deux zones : celle de l’affrontement direct, improbable, et celle des stratégies indirectes de contournement10. » Compte tenu du contexte de Guerre froide, les analyses mettaient l’accent sur les forces extérieures pour expliquer les conflits plutôt que sur les conditions domestiques. Les conflits étaient alors présentés comme une « machination » des protagonistes de la Guerre froide. L’Occident était accusé d’exporter les crises dans les zones périphériques11, explication bien en phase avec les approches dépendantistes analysées au chapitre 2.

  • 12 Department for International Development, The Causes of Conflict, p. 7.

14Il est clair que, pendant la Guerre froide, certains conflits ont été alimentés par la rivalité Est-Ouest. Comme le montre le DFID, à cette époque, les questions de principe, comme la bonne gouvernance, l’État de droit et la transparence dans la gestion, étaient reléguées au second plan, loin derrière les intérêts politiques et les gains commerciaux12. Ainsi, la Corne de l’Afrique et l’Afrique australe, reconnues comme des centres d’intérêts stratégiques d’importance, ont été investies par les superpuissances qui y ont alimenté les conflits qui s’y déroulaient. L’Angola et le Mozambique sont deux exemples frappants de la guerre par procuration qui a opposé les deux grandes puissances rivales américaine et soviétique pendant la Guerre froide, les États-Unis soutenant les mouvements rebelles alors que l’URSS soutenait les gouvernements marxistes en place. L’Afrique du Sud, sous-traitant pour les États-Unis, s’est également beaucoup impliquée dans les deux conflits pour déstabiliser ces pays dits « de la ligne de front ». Elle est intervenue en Angola en 1975 pour tenter d’empêcher le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) – qui avait le soutien de troupes cubaines – de prendre le pouvoir et a continué d’aider l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA), le mouvement rebelle de Jonas Savimbi. De même, la rivalité entre superpuissances s’est exprimée en Éthiopie, en Somalie, en Égypte, en Namibie, dans l’ex-Zaïre et dans de nombreux autres pays. Pendant la guerre qui a opposé l’Éthiopie et la Somalie en 1977 pour le contrôle du territoire de l’Ogaden, les pays occidentaux ont soutenu la Somalie du dictateur Siyad Baré alors que les Soviétiques et les Cubains ont donné leur appui à l’Éthiopie de Menguistu Hailé Mariam, le « Négus rouge ».

  • 13 Ibid.

15Cet interventionnisme des puissances occidentales s’est soldé par un accroissement de la taille des armées nationales et une hausse des dépenses militaires et d’armement. Là où il y eut conflit pendant la Guerre froide, des régimes autoritaires entretenant de larges armées ont généralement émergé. Il y eut peu de démobilisation après la Guerre froide malgré une baisse des transferts d’armes (de 4 milliards de dollars en 1988 à 270 millions de dollars en 1995)13. Or, avec la fin de la Guerre froide et le tarissement des ressources militaires occidentales, les charges récurrentes sont devenues trop lourdes, ce qui a encouragé, comme en ex-URSS, le factionnalisme et l’affairisme dans les armées. En retour, cette situation a favorisé un marché illégal et alimenté de nouveaux conflits comme au Liberia, en Côte d’Ivoire, en Guinée ou au Tchad.

  • 14 Voir par exemple Global Witness, Les affaires sous la guerre : armes, pétrole et argent sale en An (...)

16L’implication des superpuissances n’a pas cessé avec la chute de l’Empire soviétique. Aujourd’hui, on constate un nouvel interventionnisme des grandes puissances autour d’enjeux stratégiques ou économiques qui s’inscrivent dans une logique non pas de bloc, mais d’intérêt national. L’Afrique reste ainsi le lieu de rivalités entre grandes puissances, notamment la France et les États-Unis, qui agissent soit directement, soit par firmes et pays tiers interposés14.

  • 15 Ce point est souligné par Zaki Laïdi, Les contraintes d’une rivalité : les superpuissances et l’Af (...)
  • 16 Christian Geffray, La cause des armes au Mozambique. Anthropologie d’une guerre civile, Paris, Kar (...)

17Cependant, les explications fondées exclusivement sur des facteurs exogènes – notamment la théorie dépendantiste qui voit dans les conflits la simple expression des affrontements bipolaires – doivent être relativisées. Même pendant la Guerre froide, des dynamiques internes se développaient indépendamment des tensions bipolaires15. C. Geffray, par exemple, replace le conflit mozambicain dans ses dynamiques locales16. Par ailleurs, les acteurs africains avaient une marge de manœuvre en jouant des rivalités Est-Ouest. Ainsi, Jonas Savimbi utilisa longtemps cette rivalité pour maintenir l’UNITA en Angola avec le soutien américain et Laurent Kabila a joué de la modification de l’ordre mondial pour profiter de la perte de légitimité de Mobutu, lâché par les Américains, pour prendre le pouvoir.

Les clivages identitaires internes comme causes directes ?

  • 17 Voir Clifford Geertz, Old Societies and New States, New York, Basic Books, 1963; Anthony Smith, Th (...)

18Dans l’analyse des conflits en Afrique, la variable explicative la plus couramment mise en avant est l’ethnicité. Cette prépondérance du facteur identitaire n’est pas sans rapport avec une tendance des africanistes à privilégier des approches culturelles au détriment d’autres approches, volontaristes, historiques ou institutionnelles. Elle s’explique également parce que cette analyse est celle qui s’impose intuitivement en raison de la particularité de la dynamique de la formation de l’État en Afrique, que nous avons opposée à celle de l’Europe au chapitre 2, et qui conduit parfois à mettre l’accent sur des facteurs identitaires17.

  • 18 Luc Sindjoun, Sociologie des relations internationales africaines, Paris, Karthala, 2002, p. 57-58
  • 19 Ibid., p. 61.
  • 20 Ibid., p. 63-66.

19Compte tenu du caractère généralement arbitraire des frontières africaines, l’écrasante majorité des États africains réunissent en leur sein des groupes ethniques différents. Luc Sindjoun montre qu’avant la colonisation, il n’y avait pas nécessairement de correspondance entre le pouvoir et l’espace en Afrique. De même, certains groupes ethniques aujourd’hui répartis entre plusieurs pays n’ont jamais été unifiés par le passé sous une même entité territoriale18, ce qui relativise le thème de la balkanisation du continent. Il considère néanmoins que l’on peut parler d’une crise de la territorialité en Afrique en raison de deux types de phénomènes. D’une part, « la territorialité étatique est subvertie par des logiques ethniques de type communautaire […] lorsque l’allégeance personnelle ou communautaire vide de sens l’allégeance citoyenne à l’État19 ». D’autre part, « la crise du principe de territorialité est aussi expliquée à partir de l’existence des populations nomades20 » et surtout à partir du caractère transnational de la plupart des groupes ethniques en Afrique. Le premier type de phénomènes débouche sur des conflits tels ceux de la Casamance au Sénégal, du Biafra au Nigeria, du Katanga dans l’ex-Zaïre alors que le second, impliquant des phénomènes transnationaux, explique les rébellions touarègues au Niger et au Mali ou la crise affectant l’est du Tchad et le Darfour.

  • 21 Voir Donald L. Horowitz, Ethnic Groups in Conflict, Berkeley, University of California Press, 1985 (...)
  • 22 Voir Jean-Pierre Chrétien, Le défi de l’ethnisme : Rwanda et Burundi, 1990-1996, Paris, Karthala, (...)
  • 23 Donald Horowitz, Ethnic Groups in Conflict.

20Les conflits ethniques sont devenus ainsi un champ d’études à part entière21. Loin de s’en tenir à une explication primordialiste, et sans tomber dans la thèse de la fabrication coloniale de l’ethnicité22, Donald Horowitz montre comment la colonisation a renforcé les identités ethniques. Certains groupes ont été plus favorisés que d’autres, comme les Kikuyu au Kenya, les Djerma au Niger, les Baoulé en Côte d’Ivoire ou les Hawiye en Somalie. Selon Donald Horowitz, c’est en partie parce que les groupes favorisés, comme les Kikuyu au Kenya23, ont souhaité conserver leurs privilèges et leurs positions de pouvoir après l’indépendance que des conflits ont éclaté.

  • 24 Ted Robert Gurr et Barbra Harff, Ethnic Conflict in World Politics, Boulder, Westview Press, 1994.
  • 25 Voir, pour cette affirmation, R. Kaplan, « The Coming Anarchy »; H. M. Enzensberger, Civil Wars: f (...)
  • 26 Samuel P. Huntington, « Why International Primacy Matters », International Security, vol. 17, no 4 (...)
  • 27 David A. Hamburg, Preventing Contemporary Intergroup Violence, New York, Carnegie Corporation of N (...)

21Il faut aussi reconnaître que l’ethnicité reste un vecteur efficace de mobilisation autant que la religion dans les phénomènes de violence. Comme le montrent Ted Gurr et Barbara Harff, les conflits ethniques ont augmenté de manière régulière depuis les années 195024. Kaplan estime que l’anarchie va s’installer, que le monde va se diviser autour de fractures ethniques et identitaires de plus en plus réduites et donc de plus en plus nombreuses25. Samuel Huntington affirme que le nombre des conflits interethniques s’accroissait26 et David Hamburg parle d’épidémies de conflits civils ou intraétatiques27, et il est vrai qu’en Afrique, les exemples d’opposition entre groupes sont légion, en Éthiopie, à Djibouti, au Cameroun, au Kenya ou ailleurs.

  • 28 Pour une déconstruction du discours sur l’ethnicité, voir Jean-Loup Amselle et Elikia M’Bokolo, Au (...)
  • 29 J. Fearon et D. Laitin, « Explaining Interethnic Cooperation », American Political Science Review, (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Yahya Sadowski, The Myth of Global Chaos, Washington (DC), Brookings, 1998; Steven R. David, « Int (...)

22Cependant, il faut rester attentif à la nécessité de questionner le facteur ethnique en mettant aussi l’accent sur les phénomènes de construction et de gel d’identités autrefois floues et fluides28. Il faut aussi interroger son caractère conflictuel en prenant en compte les fondements politiques, économiques ou sociaux des conflits, mais aussi la tendance à l’apaisement des conflits identitaires. James D. Fearon et David U. Laitin soulignent par exemple que, paradoxalement, peu de violences ethniques ont éclaté si l’on tient compte des multiples situations de diversité ou de rivalités ethniques existantes29. Malgré la perception selon laquelle il existe actuellement une propagation des conflits ethniques, la question qui se pose est de savoir pourquoi il n’y a pas plus de conflits interethniques30 puisque nombre d’auteurs contestent l’idée que le nombre des conflits et leur intensité aient augmenté31.

  • 32 Ted Gurr, « Ethnic Warfar on the Wane », Foreign Affairs, vol. 79, mai-juin 2000, p. 52-64.
  • 33 Voir Kaplan, « The Coming Anarchy ».

23Comment expliquer cette baisse ? Selon Tedd Gurr, le nombre de conflits ethniques diminue à la suite de trois dynamiques32 : la démocratisation et la reconnaissance du droit des minorités ; l’autonomisation de groupes minoritaires (dévolution de pouvoir) ; et la volonté de négocier plutôt que d’entrer en conflit. Le retour à l’âge des ténèbres et au chaos annoncé à la suite du déploiement de violences33 lors du conflit yougoslave et du génocide rwandais doit donc être nuancé.

L’échec du développement à la source des conflits ?

  • 34 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2005, p. 162.

24Une autre explication couramment avancée pour expliquer les conflits en Afrique est d’ordre économique. Tout comme l’explication identitaire, elle s’impose intuitivement compte tenu de la situation économique difficile de la majorité des États africains. On peut ainsi lire dans le rapport sur le développement humain 2006 du PNUD que « L’insécurité liée aux conflits armés demeure un des plus grands obstacles au développement humain. Il s’agit tant de la cause que de la conséquence de la pauvreté de masse. » Comme l’a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies : « Il n’y a pas de sécurité sans développement, il n’y a pas de développement sans sécurité et il ne peut y avoir ni sécurité ni développement si les droits de l’homme ne sont pas respectés. » Le rapport remarque en outre que « neuf pays sur dix figurant au bas du classement de l’indice de développement humain (IDH) ont connu un conflit violent à un moment donné depuis les années 9034 ».

  • 35 Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde 2006, siteresources. worldbank.org/INT (...)
  • 36 Voir Murshed S. Mansoob, « Conflict, Civil War and Underdevelopment: An Introduction », Journal of (...)
  • 37 Paul Richards, Controversy Over Recent West African Wars: an Agrarian Question?, Copenhague, Centr (...)
  • 38 Julius Nyang’oro, « The Economic Context of Conflict in Africa », dans Carolyn Pumphrey et Rye Sch (...)

25D’autres considèrent la pauvreté ou les inégalités comme sources de privations, de troubles sociaux latents, ouverts ou diffus35. Or, comme le montrent les classements des différents rapports sur le développement dans le monde, les pays africains constituent l’essentiel des pays à revenu faible. Dans cette perspective, certains auteurs font le lien entre la dette et les conflits36. D’autres lient changements économiques et conflits, les situations de ressource ou de développement pouvant également engendrer des conflits entre acteurs tentant de défendre leurs intérêts dans ces situations de changement37. D’autres encore ont une vision économique plus tournée vers l’externe. Julius Nyang’oro, par exemple, pense que l’absence d’une classe moyenne crée des structures sociétales polarisées38, reprenant là une explication déjà utilisée dans les années 1960 par Seymour M. Lipset dans L’Homme et la politique. Le fait que les institutions financières internationales aillent dans le sens d’une plus grande privatisation des services de l’État et d’un affaiblissement étatique laisse le champ libre aux entrepreneurs pour exploiter les anxiétés et l’absence de choix légitime pour répondre à leurs besoins. D’autres, enfin, mettent l’accent sur les pressions démographiques et les tensions sociales qu’elles engendrent, comme au Rwanda, un des pays les plus densément peuplés et aussi celui qui a connu un génocide en 1994.

Vers une synthèse des déterminants latents des conflits africains

  • 39 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa: Regime Transitions in C (...)
  • 40 F. Deng et W. Zartman, « Introduction », dans F. Deng et W. Zartman (dir.), Conflict Resolution in (...)
  • 41 Raymond W. Copson, Africa’s Wars and Prospects for Peace, Armonk (NY), M. E. Sharpe, 1994, p. 74.
  • 42 Stedman développe la même conclusion dans « Conflict and Conciliation », dans F. Deng et W. Zartma (...)
  • 43 Paul Collier et Anke Hoeffler, « Greed and Grievance in Civil War », Oxford Economic Papers, vol.  (...)

26Compte tenu du passé colonial de l’Afrique et de sa position dans le système international, on peut difficilement échapper à la tentation de ramener les conflits à des déterminants économiques et culturels ou d’accorder une prépondérance aux facteurs externes. Mais s’en tenir à cette explication reviendrait à simplifier le problème et à ignorer les dynamiques politiques de proximité et le rôle des acteurs politiques africains eux-mêmes. En effet, le recours à des facteurs trop lointains obscurcit souvent l’analyse plus qu’il ne l’éclaire, car il est difficile dans ces conditions d’établir des relations de causalité39. Dans cette perspective, Deng et Zartman estiment que les causes des conflits sont presque toujours internes ou régionales, mais que d’autres aspects, comme les moyens utilisés, sont externes40. De même, certains auteurs fournissent une piste intéressante en estimant que la guerre est liée à l’échec de l’État à répondre à l’hétérogénéité sociale de l’Afrique41 ou qu’elle est le signe de l’échec de la gouvernance42, elle-même liée en grande partie aux pratiques néopatrimoniales. Ces auteurs ont donc en commun de mettre l’accent sur des facteurs politiques, car c’est le comportement des dirigeants en place qui, le plus souvent, produit les griefs (grievances), lesquels, en présence de conditions particulières (greed), se transforment en conflits43. Si nous entendons par ce terme controversé de gouvernance l’institutionnalisation de normes de comportement, de mécanismes et procédures démocratiques de gestion des affaires publiques, il peut servir de grille à partir de laquelle l’on peut fournir une interprétation de proximité des déterminants des conflits en Afrique. Ceux-ci apparaissent comme les produits d’une crise de gouvernance politique et économique, de stratégies de politiciens ou d’interférence d’acteurs externes.

Les conflits africains, produits d’une crise de gouvernance politique

  • 44 Jean-François Médard, « L’État néopatrimonial en Afrique noire », dans J. -F. Médard, États d’Afri (...)
  • 45 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa, p. 83-89.
  • 46 Taisier Ali et Robert O. Matthews, « Conclusion », p. 290.

27Tel que nous l’avons montré au chapitre 2, la vie politique en Afrique se lit généralement sous l’angle du néopatrimonialisme. Cette pratique constitue, selon J. -F. Médard, l’envers de l’institutionnalisation du pouvoir44. Elle implique aussi l’arbitraire et d’âpres luttes autour du pouvoir, du patronage et des ressources45. Ali et Matthews indiquent dans ce sens que les conflits sont liés à la nature du pouvoir en Afrique. Cependant, en proposant l’idée selon laquelle en Éthiopie, en Somalie, au Soudan, les conflits ont été initiés à cause du régime militaire alors que la Tanzanie et le Zimbabwe auraient échappé aux conflits civils en raison de leurs gouvernements civils46, ils ignorent les dynamiques néopatrimoniales structurantes qui touchent aussi bien les régimes « civils » que « militaires ».

  • 47 Sandrine Perrot, Y a-t-il une vie après le pouvoir ? : le devenir des anciens chefs d’État africai (...)
  • 48 Arthur Goldsmith, « Rule, Risk and Reason: Leadership in Africa », Public Administration and Devel (...)

28Puisque dans un régime néopatrimonial il n’y a pas d’institutionnalisation de règles de prise et d’exercice du pouvoir, les dirigeants ont tendance à s’agripper au pouvoir aussi longtemps qu’ils le peuvent et ne partent que contraints et forcés par des mobilisations populaires ou des révoltes. Quand ils exercent le pouvoir, les chefs néopatrimoniaux personnalisent le pouvoir et pratiquent la politique du winner takes all qui mène à l’exclusion des outsiders et crée des tensions dans la société. Ils ne mettent en place aucun mécanisme de lutte pacifique pour le pouvoir. Cette difficulté à séparer la personne de la fonction de chef d’État a amené Sandrine Perrot à se demander s’il y a une vie après le pouvoir en Afrique47. L’étude de Perrot montre que, dans un grand nombre d’États africains, la succession au pouvoir se fait de manière violente, le leader partant après un putsch, un assassinat ou une rébellion. Dans le même ordre d’idées, Arthur Goldsmith propose dans le tableau ci-dessous une typologie des modes de succession au pouvoir en Afrique48.

tableau 5.2. Modes de succession au pouvoir en Afrique : 1960-1999

tableau 5.2. Modes de succession au pouvoir en Afrique : 1960-1999

Source: Arthur Goldsmith, « Rule, Risk and Reason », p. 80.

29Le Tableau 5.2 montre qu’entre 1960 et 1999, le mode de succession au pouvoir en Afrique est essentiellement violent puisque sur 180 cas, 101 successions l’ont été à la suite d’un putsch, une guerre ou une invasion, et 6 l’ont été à la suite d’un assassinat. Seuls 13 cas de succession l’ont été à la suite d’élections, donc suivant des mécanismes pacifiques de prise du pouvoir. En l’absence de mécanismes de succession acceptés par tous les acteurs et du respect des règles du jeu politique, la violence reste bien souvent la seule manière de créer l’alternance.

Les conflits africains, produits d’une crise de gouvernance économique

  • 49 Voir sur ce sujet T. Vircoulon, « Au cœur du conflit : l’État », L’Afrique face aux conflits, Afri (...)
  • 50 John Clark, « The Extractive State in Zaire », dans Leonardo Villalon (dir.), Critical Juncture, t (...)
  • 51 Tom Porteus, « Evolution of conflicts in Sub-Saharan Africa », www.ifri.org/files/politique_etrang (...)
  • 52 Jean-François Bayart, Stephen Ellis et Béatrice Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, Br (...)

30L’angle du néopatrimonialisme permet aussi de montrer que les conflits africains sont, par ailleurs, les produits d’une crise de gouvernance économique. Celle-ci est naturellement liée à la crise de gouvernance politique. En effet, puisqu’il n’y a pas de vraie séparation entre la fonction et la personne qui l’occupe (arrivée au pouvoir en général par la force), il n’y a pas non plus de mécanismes d’imputabilité. Ce déficit de mécanismes de limitation du pouvoir laisse la porte ouverte à la corruption et aux abus49. Pour toutes ces raisons, le mode de gestion du pouvoir d’État apparaît comme une composante centrale dans le déclenchement des conflits sur le continent, comme l’exemple du Zaïre de Mobutu le démontre de façon éclatante50. Durant les trois décennies qu’il a passées à la tête du pays, Mobutu a mis en place l’archétype même du régime néopatrimonial en détournant l’essentiel des richesses du pays pour se constituer une fortune personnelle supérieure au budget de son pays. En effet, en régime néopatrimonial, il n’y a pas véritablement de politique économique à long terme. En vertu de la logique de confusion des secteurs publics et privés, de la personnalisation du pouvoir et de la redistribution clientéliste, deux phénomènes sont corrélatifs à ce régime. D’une part, l’État devient le lieu principal d’enrichissement et de promotion sociale et, d’autre part, les élites tendent à se cliver entre des insiders profitant du système et des outsiders qui en sont exclus. Cette situation a pour conséquence une exacerbation des luttes pour l’accès à l’État et une extrême intensité de ces luttes qui deviennent un jeu à somme nulle. L’élimination d’un camp par l’autre est souvent la seule issue possible à la crise. C’est pourquoi, selon Tom Porteus, les conflits sont l’extension logique des faiblesses et de la faillite économique et politique des États africains, à laquelle s’ajoutent des transformations économiques sur le plan international51. Certains auteurs vont encore plus loin en montrant que les conflits et les crises en Afrique traduisent une criminalisation de l’État et de la politique par des réseaux incluant des gouvernants en place, qui tentent de tirer un parti économique et financier de ces troubles52. Cette idée nous amène au rôle des acteurs et de leurs stratégies dans le déclenchement des conflits.

Les conflits africains, produits de stratégies de politiciens investisseurs

  • 53 Donald Horowitz, Ethnic Groups in Conflict; Donald Rothchild, « Interethnic Conflict and Policy An (...)
  • 54 Taisier Ali et Robert O. Matthews, « Conclusion », p. 292.

31Aborder les conflits en termes de dysfonctionnements politiques et économiques générés par le néopatrimonialisme permet de comprendre les fondements structurels des conflits africains. Mais une telle approche ne dit ni qui active ces conflits ni pourquoi ces acteurs provoquent des crises logiquement irrationnelles. La perspective stratégique53 revient à montrer comment la prise en compte des phénomènes d’instrumentalisation politique par des acteurs engagés dans des luttes rationnelles pour le pouvoir permet une explication plus exhaustive que la simple existence de clivages économiques, ethnorégionaux ou la faiblesse des institutions étatiques. Ceux-ci ne sont pas suffisants54, car ils ne permettent pas de voir comment les acteurs jouent effectivement et comment leurs actions, souvent bien calculées, font éclater les conflits.

  • 55 Jean-Patrice Lacam, « Le politicien investisseur : un modèle d’interprétation de la gestion des re (...)
  • 56 Ibid., p. 27.

32Dans cette optique, le modèle du politicien investisseur est un complément fort utile au néopatrimonialisme55. Comme on le sait, tous les politiciens agissent en quelque sorte comme des investisseurs puisqu’ils font des placements politiquement rentables tout comme le gestionnaire fait des placements économiquement rentables. Jean-Patrice Lacam montre qu’à l’instar de l’entrepreneur, l’homme politique dispose d’une matrice de ressources selon la nature et les fonctions de celles-ci. Puisque les ressources, définies comme « tout moyen à la disposition d’un entrepreneur politique, dont l’activation […] facilite le développement de ses stratégies56 », peuvent être plus ou moins appropriées selon le contexte et le moment de sa carrière, le politicien doit veiller constamment à les recycler, à empêcher qu’elles deviennent obsolètes et à les renouveler. Le phénomène à partir duquel on peut appliquer le mieux ce modèle du politicien investisseur pour comprendre les conflits en Afrique concerne les crises internes de type identitaire.

  • 57 Crawford Young, The Politics of Cultural Pluralism, Madison, University of Wisconsin Press, 1976 e (...)
  • 58 Ce commentaire sur l’ouvrage de Brown est de Steven David, « Explaining Third World Alignment », W (...)

33C. Young, un des auteurs pionniers sur l’ethnicité, a montré que même s’ils prétendent lutter contre le tribalisme dans leurs discours, les hommes politiques l’ont souvent instrumentalisé dans la pratique57. Ce type d’analyse est aussi celui de M. Brown qui propose de distinguer deux niveaux d’analyse afin d’introduire l’hypothèse du « mauvais leader ». Il y a des conditions mass-level qui expliquent pourquoi un État est plus vulnérable qu’un autre. Mais ce sont les conditions dites elite-level qui expliquent de manière plus précise les causes du conflit. En effet, selon lui, les guerres internes surviennent non parce que les gens se haïssent, mais à cause de décisions rationnelles et délibérées de mauvais leaders plus soucieux de rester au pouvoir que de préserver la paix au profit de leur population58.

  • 59 Elwood Dunn « The Civil War in Liberia », dans Taisier Ali et Robert O. Matthews (dir.), p. 89-122
  • 60 Hussein Adam, « Somali Civil War », dans Taisier Ali et Robert O. Matthews (dir.), p. 169-192.
  • 61 Bruce D. Jones, « Civil War, the Peace Process and Genocide in Rwanda », dans Taisier Ali et Rober (...)

34Dans cette perspective, l’hétérogénéité ethnique et les tensions économiques sont des causes profondes alors que l’élément déclencheur clef réside dans la décision des acteurs. La scène africaine confirme ce point de vue stratégique. Ainsi, Elwood Dunn montre comment la tribalisation extrême de la politique par Samuel Doe au Liberia a fini par polariser tous les autres groupes59. Il en est de même dans la Somalie sous Siyad Barré vis-à-vis du clan Darod60. Le Togo de Gnassingbé Eyadéma, la Mauritanie d’Ould Taya et beaucoup d’autres pays confirment cette hypothèse de l’instrumentalisation politique de l’identité et de ses effets sur les conflits. C’est cependant le drame rwandais qui illustre tragiquement à quel point la manipulation peut générer des drames puisque Hutus et Tutsis, qui ne constituent même pas deux ethnies différentes, ont été opposés, ce qui a conduit au génocide de 199461.

  • 62 John Mueller, « The Banality of Ethnic War », International Security, vol. 25, été 2000, p. 62.
  • 63 Voir Gérard Prunier, Rwanda Crisis: History of a Genocide, New York, Columbia University Press, 19 (...)
  • 64 Philippe Gourevitch, We Wish to Inform You that Tomorrow We Will be Killed With our Families: Stor (...)
  • 65 African Rights, Rwanda: Who is Killing; Who is Dying; What is to be Done?, mai 1994.

35Le motif ethnique comme source intrinsèque de conflit doit donc être nuancé au profit d’une analyse en termes d’acteurs62. Le génocide du Rwanda a été organisé par un groupe de Hutus extrémistes membres du parti au pouvoir et déterminés à y rester63. Philippe Gourevitch montre que les interhamwe, ces milices criminelles, ont été recrutés parmi les fans de football, de jeunes hommes inactifs avides de revanche sur la société et de promotion rapide64. Selon African Rights, 600 ou 700 officiels de l’élite hutue (donc une minorité active et manipulatrice) auraient dirigé le génocide qui a fait près d’un million de morts65.

  • 66 Jean-François Médard, « France-Afrique : une affaire de famille », dans D. Della Porta et Y. Mény (...)

36La perspective stratégique et les conséquences du néopatrimonialisme ne sont pas utiles seulement pour comprendre les manipulations internes. En effet, les conflits africains ne peuvent se comprendre sans un regard sur les ingérences externes, mues elles aussi par la préservation des intérêts de certaines puissances, au point que l’on a pu parler par exemple de patrimonialisation des relations franco-africaines66.

Les conflits africains, produits de l’ingérence de tierces parties

  • 67 M. Kaldor, New and Old Wars. Organized Violence in a Global Era, Cambridge, Polity Press, 1999; Ro (...)
  • 68 M. Kaldor, New and Old Wars. Organized Violence in a Global Era, Cambridge, Polity Press, 1999; Ro (...)
  • 69 Voir le rapport final du Groupe d’experts sur l’exploitation illégale des ressources naturelles et (...)

37Si nombre de conflits en Afrique se lisent sous l’angle de l’héritage colonial ou comme des extensions de la rivalité bipolaire, cela n’épuise pas la question du rôle des acteurs internationaux dans les conflits. Il faut intégrer le rôle du marché noir, des réseaux transnationaux, des mercenaires et les phénomènes de pillage67. Des travaux ont mis au jour les liens entre certaines entreprises multinationales et la guerre, notamment par le trafic des diamants de la région du fleuve Mano qui sont acheminés sur les marchés de New York, Anvers ou Tel-Aviv par le biais de réseaux libanais68. Cette ingérence externe n’implique pas seulement des pays et firmes occidentales, mais aussi, dans de nombreux cas, des voisins africains. L’implication du Rwanda et de l’Ouganda dans le pillage des ressources de la République démocratique du Congo à la faveur de la guerre qui s’y déroule a été ainsi largement mise au jour par le Conseil de sécurité des Nations Unies69.

38Les cas de la Côte d’Ivoire et de la RDC, sur lesquels nous reviendrons au chapitre suivant, sont illustratifs de cette implication croisée d’acteurs. Dans un ouvrage consacré au rôle des réseaux internationaux dans la crise des Grands Lacs africains, H. Ngbanda, ancien chef des services de renseignement zaïrois, revient ainsi sur le rôle des États-Unis dans la guerre qui a déchiré l’Angola pendant plus d’un quart de siècle. Il rappelle que

  • 70 Honoré Ngbanda Nzambo, Crimes organisés en Afrique centrale : révélations sur les réseaux rwandais (...)

pendant des années, les États-Unis ont apporté un appui massif à l’UNITA de Jonas Savimbi en se servant du Zaïre de Mobutu comme base arrière. Durant les huit années du mandat de Ronald Reagan suivies des quatre années du mandat de Georges W. Bush senior, les États-Unis ont accru leur aide à l’UNITA qui conquit plus de la moitié du territoire angolais. Tout ce semblant d’amitié et de solidarité n’avait qu’un but : permettre aux États-Unis d’obtenir et de contrôler les riches gisements pétroliers sous les eaux territoriales angolaises70.

  • 71 Ibid., p. 230-232.
  • 72 Ibid., p. 234.

39Il montre ensuite que dès la fin de la rivalité bipolaire, les Américains se sont empressés de se rapprocher du gouvernement de Luanda, ce qui, au bout du compte, a conduit à l’élimination physique de Savimbi, mort dans une embuscade tendue sur la base, semble-t-il, de renseignements aériens fournis par les États-Unis. Enfin, l’auteur revient sur les liens entre les compagnies multinationales qui ont rapidement légitimé et financé la rébellion de Laurent Désiré Kabila en signant avec lui des accords d’extraction ou de traitement de cuivre, de zinc et de cobalt71. Ces accords, signés dès le mois d’avril 1997, sont intervenus donc avant même que, porté par l’armée rwandaise, soutenue elle-même par les États-Unis, Kabila ne chasse Mobutu du pouvoir. Selon Ngbanda, c’est le refus de Laurent Kabila de respecter ces accords une fois parvenu au pouvoir qui explique la guerre fomentée contre lui dès 1998 et finalement son assassinat en 200172.

40Les conflits africains sont causés, on le voit, par une diversité de facteurs. Dans le chapitre suivant, nous nous intéresserons plutôt à une étude empirique des conflits contemporains. Au terme des deux chapitres, nous serons à même de voir l’étendue des défis qui caractérisent la politique africaine et de les articuler aux politiques de reconstruction que sont censées être la démocratisation et l’intégration.

Notes

1 Anatole Ayissi, « Le défi de la sécurité régionale en Afrique après la guerre froide, vers la diplomatie préventive et la sécurité collective », Travaux de recherche de l’UNIDIR, New York et Genève, no 27, 1994, cité dans D. Bach et L. Sindjoun, « Ordre et désordre en Afrique », Polis, Revue camerounaise de science politique, vol. 4, no 2, 1997, p. 3-18, www.polis.sciencespobordeaux.fr/vol4n2/intro.html.

2 Human Security Centre, Human Security Report 2005, New York/Oxford, Oxford University Press, p. 24.

3 Pour une approche générale des causes des conflits, non spécifiquement africains, voir les études de James B. Rule, Theories of Civil Violence, Berkeley, University of California Press, 1988 et Ted Robert Gurr (dir.), Handbook of Political Conflict, New York, Free Press, 1980.

4 Voir l’adresse daccessdds.un. org/doc/UNDOC/GEN/N98/102/18/PDF/N9810218.pdf? OpenElement.

5 Department for International Development, The Causes of Conflict in Sub-Saharan Africa, document de travail, octobre 2001, p. 14.

6 Anne Stamm, L’Afrique de la colonisation à l’indépendance, Paris, Presses universitaires de France, 1998.

7 Alain Ruscio, « Dien Bien Phu vu du tiers-monde : le Valmy des décolonisés », Le Monde diplomatique, juillet 2004, p. 21.

8 André Salifou et al., Histoire, décolonisation et problèmes de l’Afrique indépendante, Paris, Edicef, 1983.

9 Mwayila Tshiyembe, État multinational et démocratie africaine : sociologie de la renaissance politique, Paris, L’Harmattan, 2001.

10 Didier Bigo, « De l’espoir à la crainte ? Les lectures de la conflictualité », www. conflits. org/document1151. html.

11 Voir Taisier Ali et Robert O. Matthews, « Conclusion: Conflict Resolution and Building Peace », dans Taisier Ali et Robert O. Matthews (dir.), Civil Wars in Africa, Roots and Resolution, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1999, p. 288-312. Pour une critique de cette lecture, voir J. Saul, « Causes and Regional Effects of Internal Conflicts », dans M. Brown (dir.), The International Dimensions of Internal Conflict, Cambridge, MIT Press, 1996.

12 Department for International Development, The Causes of Conflict, p. 7.

13 Ibid.

14 Voir par exemple Global Witness, Les affaires sous la guerre : armes, pétrole et argent sale en Angola, Marseille, Agone, 2003 ; Ronan de Geloes d’Elsloo et al., L’entreprise diamantaire dans la géopolitique africaine, Paris, L’Harmattan, 2004.

15 Ce point est souligné par Zaki Laïdi, Les contraintes d’une rivalité : les superpuissances et l’Afrique (1960-1985), Paris, La Découverte, 1986.

16 Christian Geffray, La cause des armes au Mozambique. Anthropologie d’une guerre civile, Paris, Karthala/Credu, 1990.

17 Voir Clifford Geertz, Old Societies and New States, New York, Basic Books, 1963; Anthony Smith, The Ethnic Origins of Nations, Oxford, Basil Blackwell, 1986; R. Kaplan, « The Coming Anarchy: How Scarcity, Crime, Overpopulation, Tribalism and Disease are Rapidly Destroying the Fabric of our Planet », The Atlantic Monthly, février 1994.

18 Luc Sindjoun, Sociologie des relations internationales africaines, Paris, Karthala, 2002, p. 57-58.

19 Ibid., p. 61.

20 Ibid., p. 63-66.

21 Voir Donald L. Horowitz, Ethnic Groups in Conflict, Berkeley, University of California Press, 1985 et R. M. Williams, « The Sociology of Ethnic Conflicts: Comparative International Perspective », Annual Review of Sociology, no 20, 1994, p. 49-79.

22 Voir Jean-Pierre Chrétien, Le défi de l’ethnisme : Rwanda et Burundi, 1990-1996, Paris, Karthala, 1997, p. 29-60 et surtout Jean-Pierre Chrétien, « Hutus et Tutsis au Rwanda et au Burundi », dans Jean-Loup Amselle et Elikia M’Bokolo (dir.), Au cœur de l’ethnie : ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte, 1985, p. 129-195.

23 Donald Horowitz, Ethnic Groups in Conflict.

24 Ted Robert Gurr et Barbra Harff, Ethnic Conflict in World Politics, Boulder, Westview Press, 1994.

25 Voir, pour cette affirmation, R. Kaplan, « The Coming Anarchy »; H. M. Enzensberger, Civil Wars: from L. A. to Bosnia, New York, Free Press, 1994. Dans la même lignée, Stephen Smith, Négrologie. Pourquoi l’Afrique meurt, Paris, Calmann-Lévy, 2003.

26 Samuel P. Huntington, « Why International Primacy Matters », International Security, vol. 17, no 4, printemps 1993, p. 71.

27 David A. Hamburg, Preventing Contemporary Intergroup Violence, New York, Carnegie Corporation of New York, 1993.

28 Pour une déconstruction du discours sur l’ethnicité, voir Jean-Loup Amselle et Elikia M’Bokolo, Au cœur de l’ethnie. Voir aussi Benedict Anderson, Imagined Communities, Londres, Verso, 1983; Crawford Young (dir.), The Rise Tide of Cultural Pluralism, Madison, University of Wisconsin Press, 1993.

29 J. Fearon et D. Laitin, « Explaining Interethnic Cooperation », American Political Science Review, vol. 90, no 4, décembre 1996, p. 716-717.

30 Ibid.

31 Yahya Sadowski, The Myth of Global Chaos, Washington (DC), Brookings, 1998; Steven R. David, « Internal War: Causes and Cures », World Politics, vol. 49, no 4, juillet 1997, p. 552-576; James D. Fearon et David D. Laitin, « Weak States, Rough Terrain, and Large Scale Ethnic Violence Since 1945 », communication présentée au Congrès annuel de l’American Political Science Association, Atlanta (GA), 25 septembre 1999.

32 Ted Gurr, « Ethnic Warfar on the Wane », Foreign Affairs, vol. 79, mai-juin 2000, p. 52-64.

33 Voir Kaplan, « The Coming Anarchy ».

34 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2005, p. 162.

35 Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde 2006, siteresources. worldbank.org/INTWDR2006/Resources/wdr2006_outline_fr.pdf, page consultée le 10 mai 2006.

36 Voir Murshed S. Mansoob, « Conflict, Civil War and Underdevelopment: An Introduction », Journal of Peace Research, vol. 39, no 4, 2002, p. 387-393.

37 Paul Richards, Controversy Over Recent West African Wars: an Agrarian Question?, Copenhague, Centre of African Studies, University of Copenhagen, janvier 2004.

38 Julius Nyang’oro, « The Economic Context of Conflict in Africa », dans Carolyn Pumphrey et Rye Schwartz-Barcott (dir.), Armed Conflict in Africa, Lanham (MD), The Scarecrow Press, 2003.

39 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa: Regime Transitions in Comparative Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 22.

40 F. Deng et W. Zartman, « Introduction », dans F. Deng et W. Zartman (dir.), Conflict Resolution in Africa, Washington (DC), Brookings Institution, 1991, p. 10.

41 Raymond W. Copson, Africa’s Wars and Prospects for Peace, Armonk (NY), M. E. Sharpe, 1994, p. 74.

42 Stedman développe la même conclusion dans « Conflict and Conciliation », dans F. Deng et W. Zartman (dir.), p. 373.

43 Paul Collier et Anke Hoeffler, « Greed and Grievance in Civil War », Oxford Economic Papers, vol. 56, no 4, 2004, p. 563-595.

44 Jean-François Médard, « L’État néopatrimonial en Afrique noire », dans J. -F. Médard, États d’Afrique noire : formation, mécanismes et crises, Paris, Karthala, 1991, p. 323-353.

45 Michael Bratton et Nicolas Van de Walle, Democratic Experiments in Africa, p. 83-89.

46 Taisier Ali et Robert O. Matthews, « Conclusion », p. 290.

47 Sandrine Perrot, Y a-t-il une vie après le pouvoir ? : le devenir des anciens chefs d’État africains, Travaux et documents du CEAN, no 51-52, 1998.

48 Arthur Goldsmith, « Rule, Risk and Reason: Leadership in Africa », Public Administration and Development, vol. 27, 2001, p. 48.

49 Voir sur ce sujet T. Vircoulon, « Au cœur du conflit : l’État », L’Afrique face aux conflits, Afrique contemporaine, no 180, octobre-décembre 1996, p. 199-206.

50 John Clark, « The Extractive State in Zaire », dans Leonardo Villalon (dir.), Critical Juncture, the African State Between Disintegration and Reconfiguration, Boulder, Lynne Rienner, 1997, p. 112-115.

51 Tom Porteus, « Evolution of conflicts in Sub-Saharan Africa », www.ifri.org/files/politique_etrangere/PE 2–03–PORTEUS–ENG.pdf,p. 4.

52 Jean-François Bayart, Stephen Ellis et Béatrice Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, Bruxelles, Éditions Complexe, 1997.

53 Donald Horowitz, Ethnic Groups in Conflict; Donald Rothchild, « Interethnic Conflict and Policy Analysis in Africa », Ethnic and Racial Studies, vol. 9, no 1, 1986, p. 66-86.

54 Taisier Ali et Robert O. Matthews, « Conclusion », p. 292.

55 Jean-Patrice Lacam, « Le politicien investisseur : un modèle d’interprétation de la gestion des ressources politiques », Revue française de science politique, vol. 38, no 1, 1988, p. 23-47.

56 Ibid., p. 27.

57 Crawford Young, The Politics of Cultural Pluralism, Madison, University of Wisconsin Press, 1976 et D. Rothchild et V. Olorunsola, State versus Ethnic Claims: African Policy Dilemma, Boulder, Westview Press, 1983.

58 Ce commentaire sur l’ouvrage de Brown est de Steven David, « Explaining Third World Alignment », World Politics, no 43, janvier 1991.

59 Elwood Dunn « The Civil War in Liberia », dans Taisier Ali et Robert O. Matthews (dir.), p. 89-122.

60 Hussein Adam, « Somali Civil War », dans Taisier Ali et Robert O. Matthews (dir.), p. 169-192.

61 Bruce D. Jones, « Civil War, the Peace Process and Genocide in Rwanda », dans Taisier Ali et Robert O. Matthews (dir.), p. 53-88.

62 John Mueller, « The Banality of Ethnic War », International Security, vol. 25, été 2000, p. 62.

63 Voir Gérard Prunier, Rwanda Crisis: History of a Genocide, New York, Columbia University Press, 1995, ainsi qu’Allison des Forges, « Leave None to Tell the Story », Genocide in Rwanda, New York, Human Rights Watch, 1999.

64 Philippe Gourevitch, We Wish to Inform You that Tomorrow We Will be Killed With our Families: Stories from Rwanda, New York, Farrar, Straud and Giroux, 1998, p. 93.

65 African Rights, Rwanda: Who is Killing; Who is Dying; What is to be Done?, mai 1994.

66 Jean-François Médard, « France-Afrique : une affaire de famille », dans D. Della Porta et Y. Mény (dir.), Démocratie et corruption en Europe, Paris, La Découverte, 1995.

67 M. Kaldor, New and Old Wars. Organized Violence in a Global Era, Cambridge, Polity Press, 1999; Roland Marchal, « Atomisation des fins et radicalisme des moyens », Critique internationale, no 6, hiver 2000; Abdel-Fatau Musah et J. Kayode Fayemi (dir.), Mercenaries: An African Security Dilemma, Londres, Pluto Press, 2000.

68 M. Kaldor, New and Old Wars. Organized Violence in a Global Era, Cambridge, Polity Press, 1999; Roland Marchal, « Atomisation des fins et radicalisme des moyens », Critique internationale, no 6, hiver 2000; Abdel-Fatau Musah et J. Kayode Fayemi (dir.), Mercenaries: An African Security Dilemma, Londres, Pluto Press, 2000.

69 Voir le rapport final du Groupe d’experts sur l’exploitation illégale des ressources naturelles et autres formes de richesse de la République démocratique du Congo sur www.grip.org/bdg/g2044.html.

70 Honoré Ngbanda Nzambo, Crimes organisés en Afrique centrale : révélations sur les réseaux rwandais et occidentaux, Paris, Duboiris, 2004, p. 223.

71 Ibid., p. 230-232.

72 Ibid., p. 234.

Table des illustrations

Titre carte 5.1. Cartographie des principaux types de conflits en Afrique
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6384/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre tableau 5.2. Modes de succession au pouvoir en Afrique : 1960-1999
Légende Source: Arthur Goldsmith, « Rule, Risk and Reason », p. 80.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6384/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search