Version classiqueVersion mobile

Pourquoi enseigner la musique ?

 | 
Claude Dauphin

Chapitre 9. Le Requiem : une esthétique de l’ultime catastrophe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En tête du palmarès des œuvres les plus estimées et les mieux ressenties du grand répertoire figurent les Requiem. Comment comprendre cet enthousiasme constant pour un genre qui, de prime abord, s’associe à de tristes événements ? On ne peut répondre à cette question qu’en considérant le Requiem comme genre idéal pour amener l’auditeur à vivre une vraie expérience de catharsis en concert. En ce genre musical plus qu’ailleurs s’accomplit la substitution de l’émotion psychologique par l’émotion esthétique. Richard Wagner, qui n’a pas composé de Requiem, affirmait que la mort, du dieu ou du héros, est le seul sujet digne d’être représenté sur la scène, exprimant ainsi l’efficace projection des expressions de la douleur, de l’angoisse et de la résignation du spectateur dans celles qui étreignent les personnages d’Iseult, de Siegfried ou de Brünnhilde au moment de sombrer dans leur dernier sommeil.

Plainte funèbre ? Dernier sursaut d’espérance ? Fantasmes du Jugement dernier ? En élaboran...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search