Version classiqueVersion mobile

Pourquoi enseigner la musique ?

 | 
Claude Dauphin

Chapitre 6. Poétique du titre musical

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On considère comme un dogme esthétique que l’œuvre musicale dite pure, c’est-à-dire indépendante d’un texte poétique ou d’un livret, ne renvoie, en dernière analyse, qu’à elle-même1. Michel de Chabanon, esthète subtil de la fin du XVIIIe siècle, formule admirablement ce topos autonymique de la musique qu’il a été probablement le premier à entrevoir : « Les sons […] ne sont pas l’expression de la chose, ils sont la chose même2. »

Cette certitude esthétique vacille lorsque certains textes littéraires, réels ou imaginaires, apposés sur l’œuvre musicale, interfèrent avec l’axiome de l’autonymie musicale. C’est le cas lorsque la musique orchestrale accompagnée d’arguments narratifs appelés programmes se présente dans le genre de « symphonies à programme » ou de « poèmes symphoniques » qui a fait la fortune de maints compositeurs. Stravinsky lui-même, qui considérait « la musique, par son essence, comme impuissante à exprimer quoi que ce soit : un sentiment, une attitude, un état psycholog...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search