Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Appendices

26. Lettre à Michel Lortie1

Claude Gauvreau

Texte intégral

  • 1 Dactylographie, 4 f., BNQ, fonds Claude Gauvreau, cote 466/001/003.

1Montréal, 27 janvier 1969

2Mon cher Michel,

3Ta lettre optimiste m’a fait beaucoup de bien.

4Je te souhaite bonne chance de tout cœur... et je commence à penser que ce projet fantastique a des chances de réussir.

5Il est bon d’avoir affaire à l’efficacité et au réalisme alerte.

6Pour ce qui est de Goulet, il ne faudrait pas qu’il y eût malentendu. André pourra sûrement sortir Étal mixte (le livre est entièrement imprimé et broché) ; peut-être Les Entrailles (quoique je commence sérieusement à en douter)... mais c’est à peu près tout. Quoi qu’il advienne des efforts d’André, les livres qu’il aura publiés individuellement devront être inclus dans notre édition collective à nous... car, c’est bien, n’est-ce pas, mes Œuvres créatrices complètes que tu projettes de rendre publiques ?

7Tout ce que j’estime avoir produit de valable y sera... et il ne pénétrera pas dans ce volume gigantesque une seule ligne des horribles travaux « alimentaires » dont il m’a fallu parfois accoucher péniblement.

8Certes, ce ne sera pas une édition pour les lectrices de Delly... mais cette collection d’objets intransigeants pourra affronter dans une paix ultime, à l’intérieur d’une cuirasse sans faille, la corrosion implacable des assauts de la postérité.

9Pour le moment, je suis sûr d’avoir pour moi la nouvelle génération... les jeunes ont la fraîcheur et la souplesse des méninges qu’il faut pour aborder sans préjugés ce que je produis. Quant aux plus vieux qui me considèrent sans doute comme une espèce de pitre pittoresque, le ridicule final sera pour eux d’être passés à côté d’une œuvre poétique aussi rare sans y avoir saisi rien d’essentiel.

10Voici pour l’instant la liste de mes œuvres admissibles avec quelques renseignements :

11Les entrailles : c’est une œuvre de jeunesse d’une spontanéité inégalable. Refus global et Sur fil métamorphose ont publié sept des pièces poétiques de ce livre, mais il en contient définitivement vingt-six. Dans un format normal, cet ensemble ne recèle pas moins de 300 pages. Rien de ce que j’ai écrit ne surpasse en authenticité ce premier effort candide.

12Le vampire et la nymphomane : il s’agit d’un opéra en trois parties, dont la musique, qui devait être écrite par Pierre Mercure, ne l’a jamais été. En 1949, une polémique acerbe autour de ce texte dans Le Petit Journal fut à l’origine d’une longue correspondance entre Jean-Claude Dussault et moi à laquelle j’ai donné pour titre Dix-Sept Lettres à un fantôme. Cet opéra, qui n’est pas volumineux, est le prolongement, la conclusion et l’apothéose des Entrailles.

13Étal mixte : ceci est mon premier écrit de poésie pure, puisque ce qui précède était du théâtre poétique sous une forme ou sous une autre. Il tient en quelque 80 pages. Constitué d’une partie transfigurative qui est fortement influencée par le Tzara des Vingt-Cinq Poèmes et d’une partie anticléricale d’une virulence inimaginable, il s’engage gaillardement dans une voie nouvelle pour moi.

14Cinq ouïes : cet ensemble renferme les plus sérieux et les plus exigeants de mes textes radiophoniques d’une demi-heure. On y trouve Magruhilne et la vie (1952), La Visite du Dynosaure (1953), Amours immodérés (1953), Les Voix du griffon du Cabousta (1958), et La Mère luait les sombres (1960). Ces cinq textes sont tous écrits dans une langue de première qualité ; l’originalité et l’exigence intrinsèque qui les pénètrent ont fait qu’ils sont restés inédits. Cependant, Magruhilne et la vie vient d’être agréé par le réalisateur Robert Blondin qui le trouve « très beau » et sera joué à CBF en 1969.

15Beauté baroque : c’est un roman de 150 pages. Des fragments publiés dans des revues ont servi à le populariser. Un grand nombre de personnes en attendent l’édition intégrale. Ce roman est considéré par des lecteurs comme un « chef-d’œuvre ».

16L’asile de la pureté : cette première longue pièce, en cinq actes, a été écrite en état d’amnésie. L’amnésie me rendant nécessaire une « récapitulation », la pièce est écrite dans une langue « archaïque » très bizarre. Ce n’est pas mon objet le plus audacieux mais son authenticité est indéniable.

17Brochuges : influencé à large distance par Artaud, ce bref recueil de poèmes est d’une intensité d’expression saisissante. Des fragments contenus dans l’anthologie de Bosquet l’ont rendu célèbre dans le monde.

18La charge de l’orignal épormyable : cette pièce en quatre actes, conçue dans une souffrance atroce, m’a longtemps laissé perplexe. En l’écrivant, j’avais l’impression d’avoir perdu tout lyrisme et de devoir produire au compte-gouttes. Longtemps cet objet m’a semblé ne pas pouvoir s’intégrer dans ma production véritable. J’avais tort. La lecture publique qui a été donnée de la pièce au Centre d’essai en 1968 m’a convaincu d’emblée qu’il s’agit en vérité d’une œuvre très lyrique. Certains de mes jeunes partisans considèrent cette pièce douloureuse comme un « chef-d’œuvre ».

19Le rose enfer des animaux : ce téléthéâtre inédit d’une heure et demie est presque entièrement délirant. En l’écrivant, j’ai eu l’impression indéniable que le lyrisme exorbitant revenait en trombe chez moi. C’est un de mes écrits les plus audacieux et j’avoue qu’il demeure l’un de mes préférés.

20Faisceau d’épingles de verre : à l’origine, cette période comporte trente-neuf monologues d’une demi-heure chacun. Je n’en retiendrai que six afin d’éviter toute monotonie inutile. Il s’agit de monologues non figuratifs et ils représentent ma création la plus désintéressée. Ces textes sans concessions apparaîtront certainement imbuvables au lecteur moyen mais ils sont probablement les plus évolués que j’aie conçus.

21Poèmes de détention : comme leur titre l’indique, ces courts poèmes ont été écrits dans les conditions les plus défavorables qui soient. Impossible d’y retrouver l’euphorie gaillarde de mes poèmes précédents et suivants. Cependant, ils baignent dans une atmosphère à la fois pénible et insolite sans exemple où que ce soit dans le monde.

22Automatisme à quatre voix : il s’agit de treize demi-heures destinées à la radio. C’est la seule fois dans ma vie où j’ai produit en me disant : « Je vais écrire de l’automatisme. » Ces textes n’ont pas l’ampleur d’expression des Entrailles mais les mille trouvailles verbales qu’ils contiennent les rendent sans doute savoureux à un lecteur pénétrant.

23L’imagination règne : ce sont sept textes radiophoniques écrits en prose lyrique. Certains d’entre eux vont très loin dans l’exploration de l’irrationnel. Les titres sont : Affaire de taille, Le Crâne sous le globe, La Tête bleue, Horogène Lavoie et la dent brisée, La Ventouse anonyme, Vagdelte et l’imbécile, L’Anarchie du tableau. Il est possible que La Tête bleue soit finalement éliminé puisque ce texte me semble parfois écrit dans une prose trop banale. Quant à Affaire de taille, il sera joué le 5 février prochain à CBF et subséquemment à l’ORTF.

24L’étalon fait de l’équitation : pièce en un acte écrite à la demande de Serge Lemoyne. Le tout baigne dans un climat d’exaspération sensible et sensuelle parfaitement triomphale. Pièce heureuse et extrême. Il s’agit d’un sommet lyrique baroque dans ma production de ces dernières années.

25Les boucliers mégalomanes : ce sont quatre-ving-cinq poèmes euphoriques. Quelques-uns d’entre eux ont été récités plusieurs fois en public et leur publication est attendue. A mon avis, la plupart des poèmes de ce groupe sont les plus complexes de forme que j’aie écrits.

26La reprise : il s’agit d’un téléthéâtre d’une durée de deux heures et demie. Il est entièrement rédigé en prose. Je manque encore du recul nécessaire à son égard, mais je déciderai bientôt si son tout est assez singulier et transcendant pour mériter une place dans un volume rigoureux d’œuvres créatrices complètes.

27Il faudra éventuellement ajouter :

28Les oranges sont vertes : je travaille à cette pièce en quatre actes, qui prend des dimensions monstrueuses, depuis un an. Il ne me reste à en écrire que des fragments du dernier acte. On y fait voir la grandeur et la décadence d’un égrégore perceptibles surtout par l’évolution de la langue employée. Ce n’est pas un objet de tout repos ; certains morceaux de la pièce me semblent dépasser en véhémence Étal mixte. Il est certain qu’il s’agit d’une œuvre capitale.

29Jappements à la lune : je n’ai écrit à ce jour que quelques poèmes de cette nouvelle série, mais je sais déjà que, par la pureté et la complexité d’expression, ils vont dépasser le Faisceau. Il ne me déplairait pas de clore la brique historique par de la poésie pure.

30Comme tu le constateras inévitablement, cette somme aux bossellements difformes et sublimes défie dans son intégrité toutes les habitudes courantes de pensée. Je ne sais comment tu vas t’y prendre pour faire avaler à un gouvernement conservateur ces rejetons spirituels altiers d’un anticonformisme mordant et constamment subversif... mais je compte sur ton ingéniosité, ton doigté, ton expérience, ton éloquence, et surtout ton courage.

31Je te fais entièrement confiance, mon cher Michel, et compte sur toi pour rayonner un peu dans le monde avant de mourir !

32Ton ami

Notes

1 Dactylographie, 4 f., BNQ, fonds Claude Gauvreau, cote 466/001/003.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search