Version classiqueVersion mobile

Pourquoi enseigner la musique ?

 | 
Claude Dauphin

Chapitre 2. Histoire et pratiques de la solmisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je choisis, parmi d’autres possibilités, d’enseigner la musique aux enfants. Cette étude est restée jusque-là obscure et absconse : certes, elle est véritablement difficile, mais elle n’a pas été expliquée avec simplicité par quiconque.
Guido d’Arezzo

L’invention de la rangée de syllabes ut, ré, mi, fa, sol, la, si, qui sert à décoder la notation musicale, est certainement l’une des plus ingénieuses réalisations de l’esprit humain, au même titre que celle des phonèmes articulés aux signes graphiques dans les écritures hiéroglyphique, idéographique et alphabétique1. Pourtant, si capitales qu’elles soient, ces avancées sémiotiques ne sauraient faire oublier la préséance de l’oralité, contrepartie essentielle à leur fonctionnement. Il y a dans l’acte de lire une représentation intérieure de la sonorité des mots qui me fait considérer que l’oralité s’immisce inévitablement dans le geste intime de la lecture. S’il en est ainsi à la lecture d’un texte, on p...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search